Les Cahiers de la Migration 2013 - .Les Cahiers de la Migration 2013 2 2013, une année de...

download Les Cahiers de la Migration 2013 - .Les Cahiers de la Migration 2013 2 2013, une année de transition.

of 40

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Les Cahiers de la Migration 2013 - .Les Cahiers de la Migration 2013 2 2013, une année de...

  • Les Cahiers de la Migration 2013

    1

  • Les Cahiers de la Migration 2013

    2

    2013, une anne de transition.

    2013 est une anne un peu particulire : le nouveau Plan

    dactions nest pas finalis et beaucoup dentre nous

    rencontrent des difficults pour obtenir les financements

    ncessaires au bon droulement de notre projet commun.

    Et cela concerne tant la mise en place des suivis que la

    coordination gnrale de la Mission migration. Chacun fait

    avec les moyens allous et, par exemple, ce bilan ne sera pas

    imprim. Sa diffusion se fera donc uniquement en version

    informatique.

    Le nombre de sites sur Migraction a augment tout comme

    le nombre de sites ayant envoy leur bilan pour la ralisation

    de ces Cahiers, 27 contre 26 en 2012. Par contre si les suivis

    prnuptiaux sont quivalents ceux de 2012, le nombre de

    jours de suivi de la migration postnuptiale a baiss. Au total,

    tout de mme plus de 10 millions doiseaux compts !

    Signalons que lopration Eurobirdwatch a pu tre maintenue

    et que le groupe de discussion Migraction a t relanc.

    Enfin pour les bonnes nouvelles, sachez que le MNHN en

    partenariat avec la coordination a dpos avec succs un

    dossier de financement pour le recrutement dun thsard

    qui va travailler sur les donnes de la migration. Cette fois,

    ces ont les passereaux qui seront lhonneur.

    Mme si les conditions sont difficiles sur bien des fronts,

    nous ne baissons pas les bras pour que vivent les oiseaux

    migrateurs !

    Philippe J. Dubois, Yvan Tariel

    LPO Mission Migration

    Edito

    SommaireBILAN 2013 - La migration en image- Dossier: phnologie de la migration des rapaces et changement climatique en Europe- Bilan 2013: bilans des suivis sur les sites de migration active en France

    2

  • Les Cahiers de la Migration 2013

    3

    Crdit photo:Yves Dubois

    La migration en image

    Ambiance Seawatcher au cap Gris-Nez

    Crdit photo: M.Fulconi

    Crdit photo: Jean-Charles Delattre

    Crdit photo: Mathieu Bourgeois

    Crdit Photo: Thierry Rigaux

    Crdit photo: Mathieu Bourgeois

    Banc de l'Ilette

    Inauguration Roc de Conilhac

    Animation Cerdagne-Eyne

    Observateurs sur le site de Gruissan-Narbonne

    Animation avec une cole de Cagnes-sur-Mer Vue de la Cerdagne-Eyne

    Crdit photo: Ludovic Scalabre

    3

  • Les Cahiers de la Migration 2013

    4

    Phnologie de la migration des rapaces et changement climatique en Europe

    Dossier

    Mikal Jaffr1*, Grgory Beaugrand1, ric Goberville1, Frdric Jiguet2, Nils Kjelln3, Gerard Troost4, Philippe J. Dubois5, Alain Leprtre6, Christophe Luczak1,7

    Le changement climatique en cours a dores et dj caus de profonds changements au sein des cosystmes. On observe notamment des dplacements des aires de rpartition des espces vers les ples ainsi que des changements dans la phnologie des diffrentes phases du cycle annuel des espces, comme la date de dbourrement des bourgeons ou la date de ponte des oiseaux. Une tude sur les rapaces lchelle de lEurope de lOuest montre une possible sdentarisation des migrateurs courte-distance.Parmi les groupes taxonomiques les plus documents, les oiseaux ont fait lobjet de beaucoup dattention de la part des chercheurs. En particulier, il a t montr que la majorit des espces doiseaux ont tendance arriver de plus en plus tt sur leurs sites de reproduction et ont galement tendance se reproduire de plus en plus tt en lien avec une augmentation des tempratures printanires. Pour la migration postnuptiale en revanche, les changements observs sont moins marqus et moins gnralisables lensemble des espces. Pour certaines, une arrive printanire plus prcoce pourrait directement rsulter en un dpart automnal galement plus prcoce, alors que pour dautres un t plus long et un automne plus tardif pourraient inciter un dpart plus tardif. Il semblerait que lvolution de la phnologie de migration dpendrait de lcologie des espces. Le dpart plus prcoce de certaines espces en automne concerne principalement des migrateurs longue-distance, comme cela a t constat en Amrique du Nord et dans plusieurs pays europens dont la France, le Royaume-Uni ou la Suisse. Les migrateurs courte-distance quant eux ont tendance passer de plus en plus tard.

    tude sur 30 ans de la phnologie migratoire de sept rapaces migrateurs courte-distance.Toutefois, la presque totalit de ces tudes concernait des espces de passereaux, et il a fallu attendre 2010 pour quune

    quipe du Musum national dhistoire aturelle de Paris sintresse la phnologie migratoire des rapaces. Filippi-Codaccioni et ses collaborateurs ont mis en vidence une phnologie de plus en plus prcoce des rapaces migrateurs longue-distance sur le col dOrganbidexka (Pyrnes). En revanche, les rapaces migrateurs courte-distance, pour la plupart migrateurs partiels, montraient diffrents patrons de changement phnologique. Toutefois, lapproche statistique de cette tude tait uniquement base sur une analyse linaire des changements phnologiques, alors que ces derniers nvoluent pas ncessairement de faon graduelle mais sont au contraire susceptibles dapparatre de faon soudaine, abrupte. De plus, ltude ralise sur le site pyrnen tait limite aux populations transitant par louest de la chane montagneuse, limitant ainsi la gnralisation du signal dtect. Dans notre tude, nous avons cherch dterminer la rponse phnologique des rapaces migrateurs courte-distance en automne, lchelle de louest de lEurope, depuis la Scandinavie la frontire franco-espagnole. De plus, nous avons apport une approche non-linaire en plus de lapproche linaire afin dvaluer leffet des changements climatiques sur les changements phnologiques dtects.Pour cela, nous avons examin lvolution de 1980 2010 de la date moyenne de passage automnale de sept rapaces migrateurs courte-distance : lpervier dEurope, la buse variable (sous-espce buteo), le busard des roseaux (sous-espce aeruginosus), le busard Saint-Martin, le faucon merillon, le faucon crcerelle et le milan royal. Nous avons slectionn treize sites rorganiss en cinq sub-rgions qui suivent un gradient latitudinal : Sude, Pays-Bas, Alpes franaises, Massif central et Pyrnes. Nous avons ensuite ralis une analyse en composante principale afin de caractriser le patron dvolution de la phnologie de 1980 2010. La premire composante principale issue de cette analyse correspond au patron dvolution de la date moyenne de passage le plus reprsent pour lensemble des espces sur lensemble des sites (Figure A). Nous avons ensuite dtermin lvolution des tempratures dautomne (temprature de lair en surface en aot, septembre et octobre) dans louest

    de lEurope en appliquant une mme analyse en composantes principales. La premire composante principale issue de cette analyse correspond au patron dvolution de la temprature automnale le plus reprsent dans cette aire gographique entre 1980 et 2010 (Figure B). Enfin, nous avons appliqu une approche linaire et une approche non-linaire (dtection des discontinuits temporelles) pour mettre en relation les tendances dtectes dans les dates moyennes de passage et les tempratures dautomne.

    Des dparts lis aux tempratures automnalesLes rsultats ont montr une rponse globale synchrone pour les sept espces de rapaces considres. La phnologie migratoire des oiseaux se caractrise par un passage plutt prcoce entre 1980 et 1994, puis un passage plus tardif entre 1995 et 2005 (+3,23 jours), et enfin nouveau un passage plus prcoce entre 2006 et 2010 (-4,52 jours) (Figure A). Ces changements sont dtects par le test des discontinuits temporelles. Paralllement, ce mme test dtecte des discontinuits synchrones aux mmes annes (entre 1994 et 1995, et entre 2005 et 2006) pour les tempratures dautomne (Figure B). Ainsi, lorsque les tempratures dautomne sont froides, les oiseaux ont tendance passer plus tt (bleu), et lorsque les tempratures sont plus chaudes les dates moyennes de passage sont plus tardives (rose). Nanmoins, il napparait pas de corrlation linaire entre les dates moyennes de passage et les tempratures dautomne.Les rapaces migrateurs courte-distance europens montrent donc une aptitude rester plus longtemps sur les sites de reproduction lors des automnes chauds. De plus, plutt que de suivre une volution graduelle de leur date moyenne de passage, les oiseaux ont rpondu de faon abrupte et synchrone aux changements de rgime thermique pendant la priode 1980-2010. Cela suggre quils seraient en mesure dadapter leur migration postnuptiale au rgime de temprature quils rencontrent lorsquils entrent dans la priode dinitiation de la migration. Le contrle du comportement migratoire est connu pour tre grandement influenc par des facteurs gntiques

    4

  • Les Cahiers de la Migration 2013

    4

    partiellement hrditaires. Cela implique que des changements du comportement migratoire au sein dune population peuvent tre dus une slection positive des oiseaux oprant ces changements. Pourtant, la rponse phnologique observe ici est trop soudaine et trop rapide pour tre compatible avec un phnomne de slection gntique, en particulier pour ces oiseaux longvifs temps de gnration long (5 annes pour la buse variable par exemple). En revanche, il sagirait plus probablement dune rponse phnotypique, dun changement du comportement individuel des oiseaux leur permettant de dclencher un dpart en migration uniquement quand les conditions lexigent afin de bnficier dun allongement des conditions favorables sur les sites de reproduction. Ils peuvent ainsi allouer plus de temps la reconstitution des rserves de graisse ncessaire la migration, lachvement de leur mue, ou encore la dfense du territoire et au renforcement des liens du couple.

    Une sdentarisation en cours ?Nous savons que la majorit des oiseaux mig