L'Ecole valaisanne, novembre 1980

download L'Ecole valaisanne, novembre 1980

of 26

  • date post

    02-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    1

Embed Size (px)

description

 

Transcript of L'Ecole valaisanne, novembre 1980

  • On vient chez nous quand on s'y connat. Et quand on ne s'y connat pas.

    A vec ceux qui s'y connaissent, nous parlons le jargon du mtier et, avec les autres, la langue de tout le monde. Mais nous pouvons rendre service tous sans exception. En tant qu'experts de la branche , nous connaissons fond les instruments et les problmes qu'ils peuvent poser. Voil pourquoi la plupart des virtuoses viennent chez nous. Et tous ceux qui vont le devenir.

    HugMusique La grande maison

    aux multiples experts

    Successeurs de Hallenbarter Sion , 15, rue des Remparts , tl. 027/22 1063

    c: CI

    g CI

    Notre force

    c 'est le choix

    /;;~~ lIIa.lie' }S~~ e .... -i\'::-.r. ~O'le ~Iea ..

    S.~H,"II. [j] MeUbleset tl Machines de bureau a Papeterie Atelier de rparations 02624344 I.II~I~I~N

    MARTIGNY Place de la Poste SION Place du Midi 48

    MONTHEY Place de l'Htel de Ville

    TOUT POUR TOUS AUX GRANDS MAGASINS INNOVATION

    Brigue - Vige Sierre - Martigny

    Commandes tlphoniques Livraisons domicile

  • C'est bonnard d'avoir un livret d'~e-Jeunesse

    la lianque cantonale. '(J Ainsi,jesuis moins tent de dpensE!ftout mon argent d'un seul coup, Et pour ce que j'ccnomise, je touche un bon intrt

    Plus tard, je ferai verser mon salaire sur un compte mon nom C'est un bon dpart pour mes relations futures avec la banque.

    Ir Bq BANQUE CANTONALE DU VALAIS 11 SCURITASSURE

    Fabrique d'engins de gymnastique, de sports et de jeux

    ~der&EisenhutAG Ds 1891 8700 Ksnacht ZH (j') (01) 9105653 9642 Ebnat-Kappel SG (j') (074) 3 2424 Qualit suisse, propre production, service garanti dans toute la Suisse, bQ.

    Rte papier Tel Vente directe de la fabrique aux coles, socits, autorits et privs de Loche 6 02722 4075

    Sion

    L'COLE VALAISANNE

    RDACTEUR DLAI DE RDACTION

    DITION, ADMINISTRA TION, RDACTION

    IMPRESSION, EXPDITION

    ABO NNEMENT ANNUEL

    T ARIF DE PUBLICIT

    DONNES TECHNIQUES

    RGIE DES ANNONCES:

    ENCART

    Bulletin mensuel du personnel enseignant du Valais romand

    Novembre 1980 XXVe anne

    parat Sion le 15 de chaque mois,juillet et aot excepts, M . Jean-Franois Lovey.

    Le 25 de chaque mois. (Documents photographiques en noir et blanc).

    ODIS, Gravelone 5, 1950 Sion, tl. (027) 21 62 86.

    Imprimerie Valprint S.A., Sion.

    Fr. 20.~, CCP 19 - 12, Etat du Valais, Sion (pour le personnel ensei-gnant, l'abonnement est retenu sur le traitement).

    Couverture: 4 e page avec l couleur (m inimum IOfois) mais avec changement de tex te possible

    I I I page Fr, 3500.-1/2 page Fr, 1800.-114 page Fr. 1000,-118 page Fr. 600.-

    Pages intrieures:

    Il lpageFr. 300.-1/2 page Fr. 160,-1/3 page Fr, 120.-114 page Fr. 90.-1/ 8 page Fr. 50,-

    2 e et 3 e pages avec l couleur (l17i~1imul17 lO j i ,,' malS avec changement de texte possible

    I I I page Fr. 3200.-112 page Fr. 1650.-1/4 page Fr, 900 .-1/8 page Fr. 500,-

    Rabais pour ordres fermes: 5 fois : 5 %, 10 fois: 10 %.

    Dlai des annonces: le 1 er de chaque mois. Surface de la composition: 155 x 230 mm. Impression: offset.

    Publicitas S.A., Sion, tl. (027) 21 21 Il et ses agences de Brigue, Martigny, Monthey.

    Les encarts sont accepts. Prire de se renseigner de cas en cas au-prs de Publicitas S.A.

  • SOMMAIRE

    DITORIAL Anselme Pannatier

    DUCA TION ET SOCIT Jean-Franois Lovey Jean-Daniel Barman

    ACTUALIT PDAGOGIQUE Christophe Carron Nicole Andr Jean-Jacques Antille Alex May

    DIDACTIQUE Willy Ferrez Oscar Lagger Marie-Odile Sarrasin

    VIE CORPORA TIVE

    Chantal Fumeaux Alfred Monnet Economie familiale Maria Mounir

    NOUVELLES ACQUISITIONS ODIS CFPS

    Les programmes renouvels et la philosophie de l'enseigne-ment ...... .... .... ....... .. .. .. .. .. ............. ..... .. ................. ........ ....... .... ...... .... .

    Pour un ternel prsent .... A votre san t! ...

    Le dictionnaire l'cole

    CIRCE III: Franais .......... ... ..... ... ..... .. ... ... .. ....... .. ..... ....... ..... .... ... . . CIRCE III: Sous-commission d'histoire et d'ducation civi-que. Rapport d'activit pour l'anne scolaire 1979-1980 ..

    Faisons connaissance avec le soleil . Mthode Ward . Le jeu avec les mots .... .. ....... .. .. ....... .. ..... ..... ... .

    L'abeille et le papillon Expo 80 . Assemble gnrale . Message l'intention de Mlle Curdy . .

    Les nouveauts du mois Travaux en consultation

    INFORMA TIONS OFFICIELLES

    DIP

    DIP Co.mptabilit gnrale t caisse d'Etat Vital Darbellay

    INFORMA TIONS GNRALES A VPES 1 er degr AEPSVR OSL IRDP Dialogue

    Situation dans le domaine de l'engagement du p~rsonnel de l'enseignement primaire ...................... ..................... ... ... ........ ...... . Plan de scolarit 1981-1982 .... .. ....... ....... .. ...... ..... ..

    Responsabilit civile du personnel enseignant . Caisse de retraite: Informons .... .. .. .... ..... ............ ..... ...... ... ............ .

    Cours de travaux manuels pour le CO ..... .... .... .. ........ ... . Cours de ski de fond .. Concours .. . Application du plan d'tudes CIRCE ......... .. .. . . Qui est Dialogue? ........... .... ... .. ... ............. ..... .. .. .. .......... .. ..... .. .. ... .. .

    Photos: Oswald Ruopen, Robert Hofer, Alfred Monnet

    2

    10

    Il

    12

    15 19 21

    22 23 26 26

    28 32

    33 38

    39 40

    42 43 44 45 46

    Les programmes renouvels et la philosophie de l'enseignement

    On s'accorde en gnral, dans notre canton et dans les autres can-tons de la Suisse romande, dans la mesure o l'on est bien inform, pour reconnatre aux programmes coordonns de l'enseignement primaire une"incontestable valeur pdagogique. Cette constatation ne signifie pas pour autant qu'ils soient admis partout avec em-pressement, tant il est vrai qu'ils reprsentent, par rapport la si-tuation antrieure, un changement considrable. Or, on le sait, le changement, quel qu'il soit, drange et inquite et rares sont ceux qui l'acceptent spontanment. Le changement drange: il nous sort de nos habitudes, de notre quitude, voire de notre routine et de notre paresse et nous oblige l'effort supplmentaire. Le changement inquite: il n'est pas en soi synonyme d'amlioration; ses effets, bons ou mauvais, n'apparais-sent pas toujours dans l'immdiat avec toute la clart dsirable. En tout tat de cause, le changement ne produit pas ncessaire-ment, de par sa seule nature, les consquences fcheuses que l'on peut craindre ou les rsultats favorables que l'on veut en esprer. Ce qui en dtermine souvent la valeur, ngative ou positive, c'est l'esprit dans lequel il a t voulu, la manire dont il est conduit et les conditions qui prsident s~n droulement. /! en est ainsi, me semble-t-il, du renouvellement pdagogique, fruit de la coordination scolaire romande. Je n'ignore pas qu'il est des gens, chez nous et ailleurs, qui voient dans cette entreprise de rnovation scolaire des intentions occul-tes, perverses et pernicieuses, visant dstabiliser l'cole et chambouler la socit. Cela est possible. Je n'en sais rien inoi-mme car je n'ai pas russi les dceler. Chacun est libre d'ailleurs de voir le mal partout et d'envisager sous un aspect ngatif et pes-simiste les vnements qui marquent l'volution des choses et le cours de l'histoire. L'avis de ces personnes, leur opposition, ft-elle en certains cas excessive et ridicule, leur crainte du dsastre doi-vent srieusement nous inciter une grande perspicacit et une relle prudence.

    3

  • 4

    J'ai particip pour ce qui me concerne ce mouvement de renou-veau, ds sa naissance il y a une quinzaine d'annes, et je puis affir-mer avoir rencontr chez ceux qui en ont t et chez ceux qui en sont encore les artisans, une volont positive de servir au plus prs de leur conscience les intrts de l'enfant. Toute uvre humaine est imparfaite, j'en conviens, et cette constatation s'applique ga-Iement ce qui se met en place l'heure actuelle dans nos coles. Ds /'instant o nous avons accept d'largir nos horizons, de sor-tir de nos frontires, d'unir nos efforts ceux d'autres collgues pour un travail qui ne peut plus aujourd'hui se faire en un champ clos, nous avons d renoncer, je l'avoue, une partie de ce qui a fait /'identit de notre cole valaisanne. C'est ainsi que les program-mes coordonns n'ont pas t labors sur la base d'une concep-tion philosophique dont nous eussions souhait qu'ils fussent im-prgns. Cela dit, il importe de se souvenir que la mission confie l'cole valaisanne par la loi du 4 juillet 1962 sur /'instruction publique n'a pas chang et ne sera pas modifie tant que les citoyennes et les citoyens de ce canton continueront l'accepter comme telle. En ce sens, nous avons l'obligation d'appliquer les nouveaux program-mes dans la perspective chrtienne dfinie par la loi prcite. 1/ existe de plus, en dehors du temps rserv aux disciplines coordon-nes, des heures spciales pour la formation et l'enseignement re-ligieux, qu'il faut utiliser avec le maximum de profit. Revenant aux programmes romands, je dirai qu'il est possible d'en faire, comme d'un matriau neutre et comme Esope de la langue, le meilleur et le pire. Tout dpend, en dfinitive, et compte tenu de ce qui est expos ci-dessus, de la volont de l'enseignant, comme il dpend de la volont du constructeur que la mme pierre contribue l'dification d'un temple pour le Seigneur ou celle d'une maison de dbauche. J'affirme une fois de plus en terminant, que les programmes coor-donns, qu'il faudra parfaire encore au fur et mesure de leur ap-plication et de leur exprimentation, permettent d btir l'cole qui correspond -nos aspirations les plus profondes, dans la mesure o les matres sauront donner leur enseignement, les qualits de leur