L'Ecole valaisanne, mars 1971

Click here to load reader

  • date post

    02-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    223
  • download

    4

Embed Size (px)

description

 

Transcript of L'Ecole valaisanne, mars 1971

  • J. A. 1950 SION l '

    Machines cr.ire Fr. 30.- par mois Location Vente Rparations. Rvi. sions Echange Demandez nos conditions et pros-peotus

    Il,,1l,,,6arler Tl. (027) 2 1063 - Sion

    Dp ense r c'est fa cile

    Economiser c'est uNlle

    Banque 'Cantonale du Valais Ga nantie del' Elat pour taus 'l'es dpts

    TOUT POUR TOUS AUX

    MARTIGNY BRIGUE VIEGE SIERRE

    Choix et service

    Q) C c ro if) --ro -ro > Q)

    -o o

    ,Cl) re ims (marne) : ca thdrale

    mars 1971 - quinzime anne 7

  • Librairie - Papeterie

    Toutes fournitures scolalr.s Dpositaire pour machines crire HERMES. Sierre - Tlphone (027) 51332

    ---

    JII;2~-=iii!ii!i:iEii!i;~. Mme E. OLiVIER-ELSIG et MICHEL RUDAZ - SION

    Seulement Fr. 278.-

    LAVAGE CHI,MIQUE Nettoyage sec au kilo Sion - Sierre Martigny-Monthey St-Maurice Bureau:-Sion

    Henri Jacquod & Cie Tl. (027) 2 14 64

    Lon IMHOF Sion Tlphone 21070

    . Gonset

    Lib ra irie - Papeterie - Re liu re Encadrements Matriel scola ire

    Bulletin mensuel du personnel enseignant du Valais romand

    v ne XVe anne Mars 1971 No 7 --

    SOMMAIRE

    Partie gnrale

    P. Mermoud A. pannatier M. Bagnoud M. Salamin

    L'enfant difficile et l'Institut St-Raphal N'avons-nous rien nous reprocher? .

    2 7

    12 15

    A mathmatique nouvelle ... matriel nouveau. Documents d'histoire valaisanne .

    D. Fournier

    Commlmiqus

    Partie couleur

    Examens d'admission 1970 Examens de passage 1970 Travaux manuels

    REN SEIG NEMENTS

    39

    15 21 27

  • L'enfant difficile et l'Institut St-Raphal

    Par le ternie gnr,al d'enfants inadapts, on entend ks enfants ou ado~ les cents , devant 'fecevoir une ducation spcicrle, en railSon de l'insuff1sance de leuDs aptitudes ou de ,leurs troubles de comportement qui l'es mettent en conf.Ht prolong avec 'la ralit et es exigences de l'entourage, conformes l'ge et (au milieu 'social du jeune. Il s'agit donc d'enfants ou adolescents, qui ne pouvant jouir de conditions de vie norma'le, s'e trouvent presque inv1vable~ ment en conBli,t avec ceHes-ci.

    Il existe divers types d'enfants imidapts et les daslsifications ne m'anquent pas. En gro's, nous pouvons ,!

  • -_...-.-----

    trouve t.ous les lments ncessais une volution heureuse. On peut d' lo~s ~acl~ement concevoir ce qu'un milieu familial carenc peut engendres d'msecunt, d'angoi'S

  • L'institut comprend trois secteurs: le centre de Champlan pour enfants et adolescents de 9 15 ans avec 72 lves, le foyer de Chteauneuf POUr apprentis avec 12 lves et le service de postcure avec 6 adolescents. POUr l'anne 1970-1971, le nombre d'enfants et ado}esoents pris en charge s'lve donc 90 enfants et adolescents.

    L'institut proprement dit compte 6 groupes ducatifs de 12 lves 6 clas'ses (3 spciales et 3 de dveloppement). Pour les groupes de vie l~ lves sont rpartis selon leur ge, tandis que pour l'cole ils I,e sont selon leur ge et leur niveau: les classes spciales reoivent les lve,s ayant des retards intellectuels, les classes de dveloppement I,es lves avec des retards pdagogiques.

    Outre les aoVivits scolaires proprement dites, les lves ont des activits manuelIes (bois, fer, cartonnage, travaux extri'euTs, bricolage, divers) et nous disposons cet effet de 5 ateliers , du sport et ,de nombreux loisks.

    Le personnel ducatif se compose de 6 instirtuteurs, 2 matres de travaux manuels, de 12 ducateurs (2 par groupe de vie), d'un aumnier et d'un direc. teur, soit 22 pe:r:sonnes. Le personne.1 administratif de 2 personnes (1 secr. taire et un conome-comptable) le personne de mnage et d'entretien de 7 personnes et celui du domaine de 2 personnes, soit un total de 32 personnes,

    L'or'thopdagogie tant une discipline relativement jeune, eHe ne va pas sans qiIelqes ttonnements , Que ce soit dans le domaine scolaire, relationnel, prise en charge - nous sommes conSitamment la recherche de solutions nouvelles, D'autre part la spdalisation de l'entrepTis'e demande des profes. sionnels en maints domaines et chacun sait que la pnurie. en est devenue alarmante, Cependant par l',apport d'ducateurs et instituteurs forms spcia. lement, du service mdico-pdagogique, d'un perfectionnement continuel, par l'utilisation de mthodes et de techniques de plus en p'lus diversifies et prouves, nous pOUvons esprer une action ducative toujours plus adquate et plus efficace,

    L'action d'un institut ne peut s'isoler. EUe demande une collaboration largie de l'extrieur. En premier lieu, nous nous devons de travaiHer avec les parents, leur demandant non seulement la bienveiUance ou Un appui moral, mais galement une participation reLle l'uvre ducative; nous demandons galement la participation de la communaut toute en'tire, cene aussi des principaux responsables (autOlits, clerg) _ Notre action bnficie depuis toujour's de l'apport du Service mdico-pdagogique val1aisan, qui assure aussi la supervision ducative, ainsi que de celui des assistants sociaux,

    L'action de 1'instirtut ne saurait enfin se limiter la dure du placement. Elle doit viser en plus de l'panouissement individuel, la rintgration sociale et professionnelle, Par 1'orientation, le prapprentissage, le foyelf de semi-libert et le postcure, 1'1ve doit parvenir le plus tt possible s'insrer dans la communaut,

    Pierre Meml0ud,

    6 directeur de l'Institut Saint-Raphal

    N'avons-nous rien nous reprocher?

    1 d / 'd nt de la section valai,s-anne d'une rassoci'ation S us la P' ume u presl e , . 0 "t ~'/ ce1'nlf'Y'len 't un article intitul Avons-nous la conSCIence rtire par 31'S'SaI !L e H X LLl J..lI , " / / t' t p /

    roU 'n? Cette quesltion, l"auteur S'e la pO'S'alt apre's 1 enume~a IOn s u e-tranqm e, " , se 'sont roduits sur les routes SUIs's'es dUJflant fiant~ d1e9s70accNIidoe:stsn~~I permetton; de publier ici les indications donnes, l"annee , BHes font rf'lchir:

    Anne 1970 Comparaison par rapport l'anne 1969

    _ accidents 'signals Ila police 74 500 _ blesss 35 600

    1 694 - morts F

    :+ 600 + 1500 + 117

    _ dgts matriels 220000000 r. '/ , S mme des deuHs, des souff.rances et des pernes 1.frepar~bles ~ue ec;'~,re~t les chiflires prcits situe dans toute son 'ampleur, le bIlan ~,~~

    r 'ble flau qui afmge ~'a civilisllltion conte~pomJne, Du merne coup ' " '1 tern rend 1"ex.amen de conscience auquel se livrait, au nom deis 'Usagers qu 1 comp /' , bl ' t"er1s pr'senDe le specl'ahsrte des pro emes rou r , , re NoUlS 'a~es, tOUlS, responsables de l'ducation et ,de l'eITserg;ne~ent, devons-nous aus'si nous pos'er cette illitellrogatlO~? ~aItres des/ diffe~~~ de.grs, profess'eurs, direoteurs, il1specte~rs, ~onctlonnalres ~ dl~ ?D.l'~~~~noU's

    " , hil' 'avons-nous l'len a nous reprocdel . ~;iS: l~~~~~~~~~!o~; ~~U~r!dr; les mesures notre porte pour conjurer tmt soilt peu res dangers de la route,

    Mi'emx ue uiconque nous savons, certes, que l'c01,e ne peut '~as to~t faire et ,qu'J!e n~ doit ~as vre

    e re,:~~?dI~~onQ~~e 1~e ;~:;;o':s;~~~; :r~~;:

    son actIOn educatlve emeur , ' , b ' 1 famille Nous s'avons aussi dans la formaJtion de f tre humam lllcom e a a l,' erturbatioThs du ~es difficult's des ens'eignants devant 1es oarences et les p miHeu naturel o grandit l'enf,ant. ,

    Nous n'ignorons pas que des accidenrt~ ,s~nt dus, ~our une ~a.rt encore'd a l'insuffls:ance de certains amnagem'ents, a Illmpelieo~IO!l du marquage et e 'la signalisation, la fatailit, d'aubres faoteurs aUS1Sl, etr,angers au compor-tement mme des uti>1isateurs de la route. , ,

    T / ' 1 "anrt 'l"effort de }'a police et Is'a fonction prventIve efflC'ace, out ,en apprec il , nous connais:sons le8 limites de s'es pos'sibhlits d'illlterventron,

    N . galement qu'il appartient aux as'sociations d'usagers ous pensons ' . , bl' vue de mesures d'duquer leurs membres de stimuler l'es pOUV~lfIS pu lCS en d 'b

    prophyrlaotiques, thr~pe/Ultiq,u~'s et rpres1sIV'e!S accrues, et e 'Contn uer ainsi l'amlioration de !la secunte,

    7

  • Enfi?,-, ~ous ,~o~aiss~n~ la ~ragili~ de la nruture humaine, ~es faihless de ,}a m.emowe, l 'lIDpetuO'slte des temperamellivs et nous :slavons que les fee es

    m-arrdatIons Jes plu:s press'anJtes s'oublient et s'vanouissent lorsque l'els Ill_ d~C~UD~, lJU v?'lant de l'euT ,voiture, 'se g~isent de puis/sance et de vite'sse~Oqu~nd a ah~ls / d akodl, 'l'a f.atIgue se prodUIsent, nous ne donnons pas cher d t preooptes fIxes et des rgles appri'Ses. es

    . (J~s rfI,exions peuVeI]t conduir-e l'intdiffrence, au dcouragem lndi!fference pa'e qu'~l n'appartient pas l'co'le, lSomme

  • Dtail mensuel des accidents mortels en 1970

    Personnes Mois Mortels tues Hommes Femmes Adolescents Janvier Fv.rier Mars A~H

    3 3 2 1 7 7 6 1 4 4 2 1 4 4 1 2

    Mai 10 10 6 3 6 6 5 Juin

    Juil\let Aot Septembre Ootobre Novembre Dcembre

    10 Il 12 12

    7 i 8 2

    1 3

    17 17 Il 3 13 18 6 6 13 15 8 6 9 10 6 3 1

    Totaux 70 Totaux 69

    108 117 68 26 9 8 65 72 51 10

    Dtail mensuel des accidents avec blesss en 1970

    Mois Accidents Blesss Hommes Femmes Adolescents Janvier 36 51 28 15 2 Fvtfier 37 57 41 7 4

    ~ars 49 59 36 10 1 AvrH 44 65 34 Il Il Mai 73 119 63 24 16 Juin 71 97 60 14 7 JuHet 98 149 77 32 23 Ao,t 101 143 66 36 23 Septembre 70 104 63 22 14

    ~obre 85 120 70 16 21 Novembre 62 99 47 12 20 Dcembre 44 60 35 8 13 Totaux 70 770 1123 620 207 155 Totaux 69 704 1023 556 190 131 10

    Enfants

    1 1 1 1 2 2 2 3 1

    14 3

    Enfants

    6 5

    12 9

    16 16 17 18 5

    13 20 4

    141 146

    Dtail mensuel des accidents mortels en 1969

    Personnes Mois Janvier Fvrier Mars

    Mortels tues Hommes Femmes

    AvrH Mai Juin JuH[et Aot Sep