L'Ecole valaisanne, janvier 1969

Click here to load reader

  • date post

    02-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    223
  • download

    0

Embed Size (px)

description

 

Transcript of L'Ecole valaisanne, janvier 1969

  • J.A. 1950 SION 1

    Machines cri're Fr. 30.- pa'r mois. Location. Vente Rparations. Rvisions Echange Demandez nos conditions et prospectus

    Il. tt,,. 6",1" Tl. 027 21063 - Sion

    13 ....... BANQUE CANTONALE DU VALAIS

    Depuis 50 ans au service de l'conomie va'iaisanne vous propose:

    ses carnets d'pargne ses bons de caisse

    aux mei,/leures conditions du moment Garantie de l'Bat pour tous les dpts

    Scurit - Discrtion P 15155

    TOUT~rpOUR TOUS AUX

    . MARTIGNY

    70 rayons

    spclalls6s ." SIERRE i

    Q) C c ra if) .-ra ---ra >

    Amazone, uvre grecque du Ve sicle, attribue Crsilas (Rome, Muse du Capitole)

    janvier 1969 . treizime anne 5

  • P 1511 S

    S ' Hl Fr. 248.-

    ~!!!!~ .. Mme E. OLiVIER-ELSIG et MICHEL RUDAZ - SION;

    BCOLE A LP 1 N A 1874 CHAlMPERY AlTitude 1070 m. Dir.: M. et Mme J.-P. Ma'icotti-Marsily MI. 025 841 11 Pdagogie ourative - Secfiions prima''J'1e, commer. cialle avec dip,lme de commerc~ - ~acco"dement. Langues - Ensle i gn~ment 'pa~ petite d?sse - Sports: ski patinag'e tennl's, quitation, naTation, footha'l!. Co'urs de va~ances en j'uiHet et aot - Jeune,s gens ds 9 an,s.

    Henri J,acquod & Cie

    LAVAGE CHIMIQUE Nettoy,age sec au kilo Sion - Sierre Martigny-Monthey Bureau: Sion Tl. 027 21464

    P 15195

    Gonset

    L'cole valaisanne -

    -

    SOM MAIRE

    Partie gnrale

    Bulletin mensuel du personnel enseignant du Valais romand

    Janvier 1969 No XIIIe anne 5

    E. Claret Y. Savioz R. Dyens

    Quelle sera l'Europe de demain? A propos du nombre . Puissances et racines .

    2 11 35 37 Par l'Enfance missionnaire

    Partie pratique

    Marcel Coutaz Danile Fournier Ch. Cornuz

    Questionnaire pour l'enseignement de la circulation routire Travaux manuels

    15 22 23 27

    Lecture fouille du mois F. Moulin Examens de Nol

    Partie officielle et corporative Bibliographie

    39 43

    REN SEIGNEMENTS L'Ecole valaisanne parat Sion le 15 de chaque mois, juillet et aot excepts. Rdaction: P. Bourban, ODIS, Rawyl 47, Sion, tlphone 39365. Dlai de rdaction: le 1er de chaque mois. Edition, administration, ~xpdition: oms, Rawyl 47, Sion, tl. 393 65. Impression: Imprimerie Fiorina + Bur-gener, Sion. Abonnement annuel: Fr. 13.-, CCP 19 - 12, Etat du Valais, Sion (pour le personnel enseignant, l'abonnement est retenu sur le traitement du mois d'avril).

    Publicit: Publictas, av. de la Gare 25, Sion, tlphone (027) 3 71 11. Pages de couverture (minimum 10 fois):

    1h page Fr. 900.-1/2 page Fr. 470.-1h page Fr. 320.-1/4 page Fr. 250.-l/S page Fr. 140.-

    Pages ordinaires (1 insertion) 1h page Fr. 90.-1/2 page Fr. 47.-1/3 page Fr. 32.-1/4 page Fr. 25.-l/S page Fr. 14.-

    1

  • Quelle sera l'Europe de Les Etat~-Unis d'Europe sont-ils une utopie

    Nos manuels et nos rsums d'instruction civique, dans leurs dernires pages, se contentent de citer, avec une fiert nave de 1920, les institutions internationales qui ont leur sige en Suisse: l'Union postale universelle, la Croix-Rouge ~nternationale, la SDN, le BIT etc. Ils font parfois mention - une simple mention - de l'ONU, du Conseil de l'Europe, du Parle. ment de Strasbourg. Mais on dirait que notre pays n'est pas concern par ces institutions, que notre Confdration, vieille de sept 'sicles, durera sept autres sicles encore, qu'il n 'y a donc pas de problmes pour nous ... C'est plus que de l'illusion, c'est de la sottise, le refus d'ouvrir les yeux sur la ralit.

    Enseignants, c'est pour nous un devoir de connatre le problme qui se pose l'Europe, de nous documenter sur la question, d'en parler nos grands lves.

    Les lignes qui suivent pourraient servir de chapitre terminal un COurs d'instruction civique l'usage des matres; pour les lves, il sera facile d'en faire un rsum.

    Prcisons encore qu'en parlant Europe, il s'agira toujours de l'Europe occidentale. L'URSS et ses satellite,s se sont coups de cette Europe par le Rideau de fer et ne semblent pas disposs, pour le moment, collaborer la construction d'une Europe unie, sinon sous leur direction et selon leur optique.

    1. L'EUROPE ACTUELLE, DIVISE PAR DES FRONTIRES SOU. VENT ARTIFICIELLES, PARALYSE PAR SES NATIONALISMES ET PAR SES TRADITIONS POLITIQUES, EST VOUE A L'lM. PUISSANCE

    S'tendant sur 3,5 millions de km2, peuple de 320 millions d'habitants, l'Europe occidentale n'est plus qu'une expression gographique groupant une vingtaine d'Etats, de races, de langues, de religions, d'intrts politi-ques et conomiques diffrents.

    Si elle tait unie politiquement, l'Europe constituerait un important facteur d'quilibre et de paix face l'URSS et ses .satellites (280 millions d'habitants), face l'Amrique et face au Tiers-Monde.

    Divise, dchire (2 fois en 25 ans) par des antagonismes rivaux, elle est en train d'tre occupe conomiquement, au risque de l'tre un jour territorialement.

    Sur divers plans, l'Europe actuelle des Etats nations n'est plus viable: 2

    Sur le plan politique, administratif et social a) L s parlements sont paralyss par la lutte des partis, /

    e par la puissance des grands trusts econo-miques, , .. par la pression de la rue et de lopmlOn.

    L dcisions gouvernementales chappent au contrle d!ll0cratique. es blmes sont trop complexes et poss une trop grande echelle pour Les pro. .

    . tresser vraIment le CItoyen. ID Mme en Suisse, Referendum et Ini~iat.ive sont . fausss: o?- ~e~a~de au . de prendre parti, non sur des pnnclpes, maIS sur des mterets econo-CItoyen d t .

    miques, lesquels sont forcment lVergen s... d d ., 1 d . . L' pareil administratif dans la plupart des Etats , ate u Siec e ermer,

    . t '~~mod inadapt au~ ralits sociologiques d'aujourd'hui. Il es, /, D / t e ts Exemple. La Rvolution et Napoleon. donnerent a~x epar em,.n

    . une superficie telle que le Prfet pUIsse se rendre a cheval en n Im-franaiS . h f 1 l " . r orte quel Heu du Dpartement -et revemr .a~ c e. - leu e meme JOu :.. "

    p 170 ans plus tard, ces divisions admImstratIves sont ~ncore les memes. TI a en France 24 000 communes de moins de 500 habItants. LZs structures sont les mmes pour les rgions dsertes que pour les

    agglomrations croissance rapide. . . / Sur le plan politico-militaire, la faib.lesse de l'Europe dI'Vlsee est, lamen-

    t ble Les preuves se multiplient: affaIre de Suez en 1956, so~levement te l~ Hongrie, dmls de la Grande-Bretagne avec la RhodSIe, guerre isralo-arabe de juin 67 ...

    Que peuvent la France seule, l'Angleterre seule, l'Allemagne seule dans ces conflits extrieurs? Rien.

    b) Sur le plan conomique L'Europe est en train d'tre occupe par les USA comme le sont

    sans doute les satellites par l'URSS. Au cours des dix dernires annes, plus de 2000 socits ,amr~c~ines

    se sont installes en Europe, reprsentant un investissement de 6 a 7 mIllIards de dollars.

    Le 1/3 de ces fin~es ont leur propre .usine de producti~n. Pour les deu.x autres tiers , i,l s'agit de contrats de fuslOn,. de ,collaboratIOn ou de partI: cipation avec des firmes europenne~, maIS ou ~es USA ont tend~~ce. ~ dominer, tant par l'importance des oapItaux engages que par la supenonte de leur organisation technique. '. Dans le classement des 64 plus importantes industries du monde, l'Eu-rope ne peut -aligner que 15 firmes et la premire firme europenne (Volks-wagen) ne se place qu' la 34e place (1964). .

    Ce n'est pas seulement dans la conq~te s~atiale, d~ns l'le~tromque ou dans la physique nuclaire que l'Amnque Vient en tete, maIS dans tous

    3

  • les secteurs vitaux: industrie automobile, ptrolire, chi,mique, sidrurgique alimentaire etc. '

    Les chiffres d'affaires de deux firmes concurrentes sont parfois dans le rapport de 1 10 (General Motor: 15 milliards de doHars - VOlks. wagen: 1,6). On a calcul que si General Motor distribuait gratuitement toute sa pToduction annuelle de voitures Opel, soit 570 000 voitures, elle n'en raliseTait pas moins un bnfice net suprieur un milliard de dollars

    Quelle firme europenne, et mme quel Etat europen pourrait en fai;~ autant?

    Industriels et conomistes se rendent parfaitement compte de cette invasion amricaine et leurs conclusions sont toujours les mmes: aucun Etat europen n'est assez fort pour relever le dfi amricain; seule une Eu. rope communautaire, ayant supprim ses frontires politiques et adopt un programme conomique d'ensemble, pourra le faire avec succs.

    c) sur le plan de la RECHERCHE scientifique et technologique Sur ce plan, l'Europe est en position si mauvai-se qu'elle ne peut honn.

    tement accepter le match! Et d'abord, les sommes consacres la Recherche sont trop limites. Pour la seule anne 67, les USA ont consacr 21 milliards de dollars

    la Recherche; la France, 1,2 milliard; la Suisse, quelque 200 millions de francs.

    Il y a plus de chercheurs aux USA que dans toute l'Europe occidentale. On estime que dans 10 ans, le nombre des chercheurs scientifiques aux

    USA dpassera celui des paysans! D'autre part, les efforts de l'Europe sont trop disperss. Chaque Etat, chaque Universit a ses objectifs particuliers. Il manque

    une politique d'ensemble. L'Amrique a mis au point un attelage troit entre le Gouvernement

    les Universits et les grandes Entreprises pour la Recherche et le Dvelop~ pement qui laisse bien loin l'organisation de n'importe quel pays d'Europe. Tout au sommet, le Conseil Scientifique et Technique du Prsident coiffe l'organisation; ce Conseil compte 200 personnes; les dcisions sont prises par un Comit excutif de 18 savants et ingnieurs qui se runis-sent en moyenne deux fois par mois.

    Deux consquences rsultent en Europe de cette faiblesse et de cette dispersion: - les progrs technologiques sont beaucoup plus lents qu'en Amrique.