L'ÊCHO DU - diocese- .A N N Ê t;' 1 9 3 8...

download L'ÊCHO DU - diocese- .A N N Ê t;' 1 9 3 8 1111111111111111111111111111111111111111111!111111111111111111111111111111111

of 60

  • date post

    07-Dec-2018
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of L'ÊCHO DU - diocese- .A N N Ê t;' 1 9 3 8...

A N N t;' 1 9 3 8

1111111111111111111111111111111111111111111!111111111111111111111111111111111 111111111

L'CHO DU CAL VAIRE Bulletin de l'Association Amicale

des Anciennes Elves du Pensionnat du Calvaire

de Landerneau

Cotisatlsation annuelle .... Cotisation perptuelle .... L' ECHO, ........... .

5 francs 200 fra nes

3 francs

Comple Chque Postal : 20.129, Reuues - Madame la Directrice, Peusiouuat du Calvaire

11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111

SOMMAIRE :

Notre Amicale ....... .

Une Distinction mrite.

Trois Tricentenaires ..

. .- . . La Vie au Calvaire. . . .

Courrier de Jrusalem

Souvenir de Vienne -..

:bpr.rt d'un Miss-ionnaire

Retour sur le Passe

IN MEMORIAM.:

Mlle Marie Le Moigne. . . . . . .

-Mlle Bonvalet. . . . . . . . . .

Mere Marie-Bernard ..... .

Nos Associes dfuntes. . . . . . .

Carnet de Famille. . . . . . . . . .

Changements d'adresse. . . . . . . . . . . .

Nouvelles adhrentes. . . . . . .

-- ..

PAGES

3

9

12

2'2

33

41

44

57

106

109

HO

114

115

119

119

'}

l

LA RETRAITE-et la Runion de l'Amicale

,c,e,s.t 11e ,Mencll"leldil 21 JUJillillelt, 8 bewe;s; diu SIOiir, .qu J,e R. P. Oo!JUi;o;t 'OIUIV'r'a'it la }\elbraite.- OIIIllmie Uie .. SI :ain.n!es pll'lo-Cildien.te~ U/lte ci'nlqiulan.tlaruDJe d''aufdditii"Iilces altltlenlda~ent Jes

_ ipn1c:ieu:x. eniS!eilgln.emoollis eit \erDJco'uira~ge'I111esnlfJs UlrJJ ,~llln n.oirvoeraUJ 'V'ell'!s Jie Bon Diieu;. _

Nou!S' JSIOmmJes hre'liDe~eJs d.'e ldcirn;nler Q.lllle~~eiS .nt esr d'urue l"eibr!aill:an~e qDii IMpip.eilll,eronJt r ses colllliP~IlJe!s ]e.s s:i ihommle\S ilnslbrlll/c''Oill'SI ell: !Pell'IIIl.!eltlbl'loillit atux alslsodileiSi qui n'e'Uil"enlt p'a's ffie ,br01nlhie'wr: tdie .prl'lolfrtler dte J,a Rlelbrailtte dl'eln ll!voJk, ~i~W. !P1eltilte 'Piairlt.

'8 theure!s diu 'sodJr. ..._ OUIVlerrtturre. ,__ .Prax , Ile grlan.di mot Bndictin que cette retraite soit tout- entire sous Cie lvo1cahllie, lqu1e ,ce .soi~: .son JlUIIi: d10'Ilinlelr Jla; tP'ailx. ~a' dl-firuiltiiOilli die Ilia lp aioc eslt re m:e lsili lie tellllliPll.e die D~eu, 'llOUIS n'y pensons pas assez. Quand on consacre une rglise on procde d'abord l'exorcisme, de nime quand on bap-

. tise un enfant, le prtre soufIle sr lui afin qu:'il soit pur poor cronlte:ndr DlileUI. l'Ir fa.UJt qu:e UOIJiS viv101UISI ldle Die1u,, a1v1G, Di.eru, !POur Dtieu.; ne faiJ':e qu'un arvec Lui

--- Illll1'niqUJe,J.'I effdicalc:emenll! a'U!x aulbflesl. die .graJVir !lie1s degrs1 1d!e ~rau~ .tel et tmoignant plusieurs repris.es des sent:iments de trs IP'I'Oifon:de :e!b IP'alr'flailte c.o n:ttifiml!.

.5 !bi. 3(). - Si le mo;nldie va .s;iJ ma11, c'e1st que ]'o,u faiit JbrotP P!eiUI 1die,.tca1s od,e [la miisl;rliiC'O!fldle ld\e 'DleUJ. C mo1t ac.h [!e cur, :Uan1t ltlomh., iill tenr telnldlilb Ile Gur 1die .s1a mamrun' [nJJ1 dli1rle itol~tl tenld:rimnen t: T',es.,tiUI fai;t m;affi mo;n 1en:llam11J ... mldi~uoin,s .cella, iDi!e;u: eslt me>iftllleu:r ;que lia iPUISI lt.enid d1els~ MreiSI ,elt . o ~el [JYlclh a)bon,dJe [\ru .grJce !SJUJra[bonid'C,.

V:e1rudireld:~, 9 lh. 30. -IColllfia'nlcie eln' iDieu: IC',eslt l:e man~ qUie >die conlfia;nce qui! ,n,oUJsl re:rud .s;. fali!bllle. Je ne su,ils l'iien; ma.iis je puis tmit file.

2 !bi. 15. - La_V1orc,altdon >>. O.r:i'enttel' :sa 'Vi>e' 1s1eUion1 [la Vol,oinltl

--~-n,es prrcldenltes au pieux cimetire ,pour don;n'e'r aux chres Mreis' .e>t Silills Dtifuntes Jie SIOUVeillk fili~all> et re-connaiiSISiant di'une pribte d1e iLo

-8-

pour tollls e1t poUir' ,toute's ,UJme ,c:ha,rmante 'nUiron dl' Ami-allle >>.

L'es Vipres et l'a Bn~dlilcitinn ,du Sai,ntt-Swcrement riuni-Peni; .elntcnr,e toutes lte'SI chres as's'o;C'ies' :pPs du Borr Di1eu, dians u~te 'c'ommune et mllltlule11e prire; rpU!'& ]"heure d!e la sparaHon sonna et toutes emportrent le doux espoir de se retrouver l'an prochain.

li;:]

Vne Distincticn mrite

L'un'e de nos assodes Maria iBrian1t (Ma;d;ame Flodh) a

reu d,e Son Exc,e]l'eniC,e Mlgr Dupartc ['a, mldlail]!lte ;d!'artgen1: et ll'e dtilpl:me 'du 1Mtrite Dioc,lsai:n >> pour 1es1 ,gm,nlds se,rw~ee's -qu'eU,e 'a rendus 'Orplhe1in'a't Ide il.'~diortrutli'o'lll ,dJe B1slt o, diepuis trente runs,, elie ,se td,viUte !r'i:lllsth~UJc;tiorr ,e't l'ldtucation ,des' petite's lfi]es'.

Noi!Jre Echo poril:'er'a 1a clhre and~nn,e, !llve idltr Cal-va1re, ,q! ;lui 'f'ait trun1t :honueUJr, les filciilta.t

10

Refrain

Vive notre Institutrice Qu'ici chacune aime tant Prions D~eu ,qu'Ll la bnJi!ss

TROIS TRICt:NTt:NAIRES pour la

Congrgation des Bndictines

de Notre-Dame du Calvaire

Au cours de cette anne 19;37-19,38, nou~ avons ft

trois vnements trop importants. pour les la:isser igno-rer par ceHes de nos associes- qui n'o:nt pu y predre part. -

Tricentenaire de l'Exercice des Missions Le premier -est celui de l'.Exe'!'cice des Missions qui fut

ft dans notre Calvaire d!e Landerneau, le 29 juin. 'C'est, en effet, en 16.37, que le Pre Joseph du Trem

blay, par une inspkation toute surnaturelle, voulut-asso-cier. ses Filles du Calvaire l'apostolat des Missions en le leur indiquant comme un des buts tout pa.rticuliers de leur vie d en leur fixant, chaqe jour, un moment pour attirer les- bndictions du Bon Dieu, par leurs prires, sur le monde entier: Une vraie Fille du Calvaire, dit-il, n'a plus eUe ni temps, ni vie, ni gr; elle est toute Dieu et au prochain. Et ne dites pas que vos n'av-ez pas assez de force pour 'cela, mais hien que vous n'avez pas assez d'amour et de bonne volont ... Gela me fait mourir de voir des religieuses qui n'ont .d'autr'e .glise que leur couvent. Mes Surs;, souvenez--yous que vo (Jerem. 1-7.)

Mies iRvrendes Mres, .Mes chres ellifants,

Il n'y a rien de moins gohte que la contemplation de la vrit. e le danger de la .voir pri-r ou de dissiper entre les mains O;ublieuses et inattentives, et c'-est encore plus: -c'est s'assurer le meilleur -moyen de le voir se multiplier, produire du fruit au ntuple.

C'est pourquoi l'rdre missionnaire par essence, pour-rait-on dire, l'ordre des .Prcheurs, a pris' pour devise: Contemplata aliis tradere. {Transmettre aux autres le rsultat et le frt,Iit de l contemplation.)

Mais il n'en est pas moins vr~i que -cette devise ne r-e-prsente pas un privilge exclusif; parce qu'-elle convient mieux., aux

-14-

reu de Dieu une supriorit de grce ou de talent si C'e n'est pour le hien commun. des hommes, et_ la Aconte,mpla-tion, acte ou ttat de vie, est assurment une grace d ordre tout f,ait suprieur. .

Comment se fait-H alors que 1es contemplatifs ne sor-tent pas de 1leurs' cellules, -et ne vi-enne~t pas' .gr~ssir les rangs de l'arme missionnaire? P~uvqum g~vdent-Ils dans leurs .clotres et derrire leurs. gnlles les nchesses accu-mules dans les veilles et les o-raisons? lEux qui sont dans le courant le plus familier et le plus: continu avec la

'vrit, qu'ils viennent donc !JOUS dire .ce qu'ils ~avent des secrets clestes, et s'il leur est donne comme. a .Jea~ l''Evangiiste d'ausculter leur Dieu, qu'il~ .nous d~cnven avec toute l'autorit que donne une expenence vecue les battements de l'amour ternel!

. 1Et ii me semlble que, quand ils ent-endent la dtresse humaine, le gmissement de toute crature, les c?nte~1-plaHfs restent figs; comme Jrmie l'appel de D1~u, lls disent: Que voulez-vous que je raconte? Je ne saisyas parler, je ne sais que balbutier. .'Q~e!les ~xp~esswns voulez-vous que je trouve pour ces l'eahtes qm depas~ent infiniment toutes Ies capacits de l'intelHgnce humame? Rlegardez les plus grands mystiques,. lisez tous les livres dans lesquels ils ont consign leurs expr.iences. ~y a-t-il de plus clair que le titre mme d'un hvre de .s~mt Jean de la Croix: La nuit obscure , pour caractenser la disproportion qui date entre la vrit contemP'le et S1< expression en langue de la terre? ll

Faire d'un contemplati;f un aptre, y pen.sz-vous? di-ront Jes .geJis du monde. Non seulement i1 ne peut pas vaincre la di,f'fi.cult qui pro~ient de la vrit communi-quer, mais il ne peut pas surtout triompher ~de l~ r~doutalble inertie de la masse. 'Elle noe . veut pas etve eclar-re, dle aime ses erreurs qui lui permettent de goter, dans un-e certaine flonne foi, les facilits de la vie; elle est malade, mais elle ;Craint trop les mdication.> ner-giques; elle meurt de .faim, mais ;la vrit est une nourri-ture trop forte. _ .

Pourtant, la vrit, comme le bin, tend par sa na-ture mme se communiquer : iBonum di.ffusurum sui. )) Il faut qu'eUe se rpande : elle clate dans les ttes des contemplatifs, et la meiUeure preuve en est I'irr.sistiiMe besoin qu'ils prouvent d'crire. Sainte Th-rse et saint Jea:n de Ia Oroix, sainte Catherine de Sienne et Hnri Suso, saint B-ernay;d, saint Mechtilde et sainte Gertrude lcrivent et font connatre ce qu'ils ont pu sa-

., '

-15-

voir des merveilles divines. Plus encore peut-tre qu' l'impulsion naturelle de la vrit, c'est un sentiment de charit qu'ils crdent. Ils ne peuvent faire la vrit l'in-jure de la garder cache mais c'est bien parce qela vrit cherche des mes pour s'y ologer: elle en a !besoin elle aussi.

11 y a, voyez-vous, suivant la beUe expression de Mgr Depioi,ge, une socit des intellilgences qui est la sienne et qui a