Le Trouble Bipolaire de Type I (mémoire)

download Le Trouble Bipolaire de Type I (mémoire)

of 21

  • date post

    25-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    398
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Le Trouble Bipolaire de Type I (mémoire)

SOULET Benjamin DES de Psychiatrie 1e semestre anne 2011-2012 CHS de Sarreguemines IIIe Secteur Chef de service : Dr Monique BERTE Mmoire soutenu le 21 Mai dans le cadre de la validation du : Sminaire de base de Psychopharmacologie et Smiologie Psychiatrique

LE TROUBLE BIPOLAIRE DE TYPE I

M. le Professeur J-P. KAHN M. le Professeur R. SCHWAN M. le Docteur P. AIM Mme. le Docteur P. KIEFFER 1

Sommaire

1. Introduction / Historique (p.3) 2. Rappels thoriques (p.4) 3. Cas Clinique (p.5) a. Motif dhospitalisation / Anamnse b. Biographie / Contexte existentiel c. Histoire de la maladie d. A ladmission e. Traitement / Evolution f. Prise en charge globale 4. Conclusion (p.18) 5. Annexe (p.19) 6. Bibliographie (p.21)

2

Introduction et Historique

Depuis quelques annes, les troubles bipolaires connaissent un regain dintrt de la part des communauts mdicale et scientifique, ceci dans le but de dvelopper une prise en charge la fois prcoce et adapte. En effet, lhtrognit de leurs manifestations cliniques, de leur intensit et de leur volution peut parfois entraner un retard diagnostique. Cette latence savre dautant plus dltre que les troubles bipolaires impactent de manire importante la vie sociale, familiale et professionnelle des patients qui en sont atteints. Pourtant, il ne sagit pas l dune maladie rcente : des crits datant dil y a presque deux milles ans voquaient dj les notions de manie et de dpression. Un mdecin romain, Aretaeus de Cappadoce, pensait que ces troubles de lhumeur faisaient partie intgrante de la condition humaine. Il dcrivait des patients prsentant des tats de tristesse et de douleur morale alors que ceux-ci apparaissaient aussi parfois comme extrmement confiants et sociables . En pensant que la mlancolie reprsente le commencement de la manie , il est le premier mettre en vidence ces variations intenses, non motives et cycliques de lhumeur. Ce nest pourtant quau XIXe sicle que rapparait le concept dune maladie regroupant les deux ples thymiques au sein dune mme entit nosographique. Jean-Pierre Falret et Jules Baillarger, mdecins alinistes franais, posent le diagnostic de maladie bipolaire, la baptisant respectivement folie circulaire et folie double forme . Cest ensuite un psychiatre allemand, Emil Kraepelin, qui, aprs avoir observ lvolution de nombreux patients, sparera la dmence prcoce (actuelle schizophrnie) de ce quil dnommera dsormais la folie maniaco-dpressive . Depuis lors, nos connaissances sur ce quon appelle aujourdhui la maladie bipolaire nont eu cesse dvoluer, voire de se complexifier par lintroduction dautres formes cliniques (notamment le TBP-II avec Dunner et Goodwin) ou la cration du spectre bipolaire avec Akiskal. 3

Rappels thoriques Ce mmoire se devant dtre avant tout une description clinique, il ne sagit pas ici de dtailler finement lensemble des aspects du trouble bipolaire de type I, mais simplement den exposer les fondements. Selon la dfinition donne par le DSM-IV-TR et la CIM-10, les troubles bipolaires font partie des troubles de lhumeur, au mme titre que la dpression et la dysthymie. Pourtant, le DSM-V devrait voir cette organisation revue, en plaant la maladie bipolaire mi-chemin entre les troubles de lhumeur vrais et les psychoses chroniques [1] ; comme semblait lindiquer lancienne dnomination de psychose maniaco-dpressive . LOMS indique quil sagit dune des dix maladies les plus coteuses sur le plan mondial [2], celle-ci ayant une prvalence denviron 1% et tant potentiellement source dune invalidit long terme. Enfin, par son dbut prcoce et son retentissement socioprofessionnel, la maladie bipolaire apparat comme un enjeu majeur de sant publique. Le trouble bipolaire se caractrise donc par lenchainement dpisodes dpressifs et dexaltation de lhumeur. Son premier type, sujet de ce mmoire, est dfini par la prsence de vritables accs maniaques ou par la manifestation dpisodes mixtes. Il prsente ainsi la symptomatologie la plus bruyante et reste typique de limage que vhicule la maladie auprs du grand public. A noter que le trouble bipolaire de type I ne ncessite quun unique accs maniaque caractris afin dtre diagnostiqu. De mme quun tat mixte suffit lui seul pour faire entrer le patient dans cette catgorie de trouble. Par la suite, pourront senchaner : tat dpressif majeur, mineur, manie, hypomanie ou tat mixte. Sa prise en charge ne sera pas dveloppe ici, mais reste globale, comme souvent en psychiatrie. Aprs un traitement curatif rapide, elle repose systmatiquement sur une thymorgulation allopathique obtenue par le Lithium, un anticonvulsivant ou un antipsychotique. Sy associent frquemment, les versants psychothrapique et social afin daider au mieux les patients dans leur vcu de la maladie.

4

Cas Clinique

Motif dhospitalisation / Anamnse Madame S. est admise dans notre service pour dcompensation dune maladie bipolaire sur un versant maniaque. Il sagit dune patiente de 63 ans connue du service, suivie de longue date au Centre Mdico-Psychologique de Forbach. Avant son hospitalisation au sein de notre pavillon du Centre Hospitalier Spcialis de Sarreguemines, Madame S. est stabilise depuis presque 3 ans, son dernier pisode thymique datant de Juin 2009. Le 10 Janvier dernier, son psychiatre traitant la voit en consultation au CMP au dcours dune hospitalisation pour embolie pulmonaire lHpital Marie Madeleine de Forbach. La trouvant euthymique sous antipsychotique, il dcide deffectuer une tentative darrt progressif de son traitement par Acide Valproque / DEPAKOTE 500 mg 2 cp matin et soir ; molcule quelle prend depuis 8 ans. Deux mois plus tard, le 14 Mars, alors quune visite domicile est prvue, Madame S. reste injoignable par tlphone. Lorsque les infirmires se prsentent, elle apparat agite. Aprs que Madame S. leur ai ouvert sa porte, lquipe soignante dcouvre un appartement insalubre et sans dessus dessous. Malgr une certaine irritabilit, Madame S. accompagne les infirmires au CMP afin dtre value par son psychiatre traitant. Son hospitalisation est alors dcide pour le jourmme et Madame S laccepte sans aucun problme Son traitement ladmission comporte alors : Olanzapine / ZYPREXA velotab 20 mg : 1 cp le soir Escitalopram / SEROPLEX 10 mg : 1 cp le matin Levothyroxine sodique / LEVOTHYROX 75 g : 1 cp le matin Fluindione / PREVISCAN 20 mg : 0,75 cp le matin Lactulose / DUPHALAC 10 g/15 mL : 2 sachets le matin

5

Biographie / Contexte existentiel Madame S. est ne le 12 Novembre 1948 Stiring Wendel dun pre mineur et dune mre couturire. Elle a alors dj une sur de 2 ans son ane. Madame S. dpeint un climat familial difficile, principalement li aux problmes relationnels avec sa mre. Cette dernire prsenterait en effet une tendance la dysthymie et ne manifesterait ses filles que peu daffection. A contrario, son pre apparat comme un homme aimant et courageux. Il est dailleurs trs prsent durant nos entretiens. Madame S. se plait me raconter ses faits de guerre et de rsistance, notamment la fois o il a d partir plusieurs semaines de la maison pour se cacher des allemands, et cela sans dire un mot sa femme afin de la protger. Suite un accident qui amputera sa mre des deux jambes, Madame S passera six annes au pensionnat de Fentrange. Les souvenirs quelle en garde semblent avoir t traumatiques, si bien quelle ne souhaite pas trop en parler. Tout en gardant une certaine pudeur, Madame S. me raconte quelques mauvais traitements administrs par la sur en chef : elle laurait par exemple force finir les assiettes des autres pensionnaires, nettoyer seule les communs ainsi qu dormir sans couverture en plein hiver. Sur le plan professionnel, Madame S. est dtentrice du certificat dtude. Son ducation a t rendue difficile partir de 16 ans, suite la dclaration de sa maladie bipolaire, et elle regrette amrement aujourdhui ne pas avoir pu faire des tudes dinfirmire, mtier quelle estime grandement. Elle fera dailleurs toute lquipe soignante de nombreux compliments sur son courage et sa dvotion. Elle a donc un temps aid la confection de chapeaux dans un petit magasin de Forbach avant de partir en Allemagne lge de 21 ans. Cest l quelle a travaill lhpital du Sonnenberg en tant que femme de salle , un poste mi-chemin entre aide soignante et agent de surface. Une fois de plus, cette anne sera pour elle source de souffrances puisquaprs des mois dharclement moral, un kinsithrapeute finira par la violer deux reprises. Elle me confiera que connatre ses premires relations sexuelles dans un tel contexte la rendu diffrente dune femme qui se donne par amour . Enfin, elle finira par exercer quelques annes comme serveuse avant dpouser son mari, Raymond, lge de 23 ans.

6

Alors quon pourrait sattendre une certaine instabilit sur le plan sentimental, Madame S. na toujours t la femme que dun seul homme. Elle reste trs secrte sur les circonstances de leur rencontre, mais avoue sans mal avoir profondment aim cet homme malgr son alcoolisme chronique grandissant au fur et mesure des annes de vie commune. Leur relation tait faite, selon ses dires, de haut et de bas et cest cause de la pathologie de son mari quaujourdhui Madame S. na pas denfant. A son grand dsarrois dailleurs. Ce nest quen 2008, quelques mois avant la mort de Raymond dun cancer de la gorge et aprs quil lui ai demand de trouver quelquun de bien , quelle se dcide construire une relation plus saine. Fin 2009, elle rencontre Bernard, son ancien voisin de pallier. Elle le dcrit comme un homme exceptionnel qui lui fait vivre des choses quelle naurait jamais cru vivre son ge. . Aujourdhui, Madame S. a donc 63 ans. Cest une femme sans enfant. Elle vit Forbach dans un appartement avec ses deux perruches Choupette et Coco. Sa relation avec Bernard est toujours aussi idyllique bien que, fire de son indpendance, elle ne souhaite pas vivre avec lui. Depuis la mort de son pre dune leucmie, elle soccupe