Le tourisme tunisien

download Le tourisme tunisien

of 18

  • date post

    12-Jun-2015
  • Category

    Business

  • view

    561
  • download

    0

Embed Size (px)

description

quelle sont les points faibles du tourisme tunisien

Transcript of Le tourisme tunisien

  • 1. Taoufik Ismail-Consultant en Htellerie-le tourisme Tunisien, 2012.Lhtellerie tunisienne : un secteur revoir prouve pour mieux comprendre la situation du tourisme tunisienMes Constatations personnelles Constatations des collgues hteliers Constatations des hommes daffaires hteliers Feed back de quelques clients Constatations de mes ex professeurs Mes Constatations depuis les pays que jai visites (Espagne-Turquie-Egypte-Emirats arabes Unies-Philippines-Oman-Ymen) Meeting avec Mr.Salaheddine Moaouia lex Ministre du tourisme en 1997 a lI.S.H.T concernant les remdes pour redmarrer le tourisme tunisien. Press release et recherche sur internet sur le tourisme tunisien.Taoufik Ismail-Consultant en Htellerie 1

2. Taoufik Ismail-Consultant en Htellerie-le tourisme Tunisien, 2012.Le balnaire : Tourisme de faible qualit Lespace mental, lespace de dsir et lespace de services, telles sont les caractristiques du tourisme daujourdhui. Il se dcline sous plusieurs formes : de masse, de luxe, culturel, Saharien, de sant, de sport ou scientifique. Diffrents types de tourisme se multiplient et se conjuguent sous les diverses pressions environnementales : technologiques (rapidit et efficacit des transports, accroissement des communications, etc.), sociales (clatement de la famille, multiplications des modles autoritaires, etc.) et ducationnelles (croissance exponentielle de la connaissance, multiplication des formes dapprentissage, etc.). Cette effervescence entrane un accroissement du nombre de touristes et leur niveau dexigences : griller au soleil semble tre de moins en moins une obsession (attente) sociale. Ainsi, tout est-il redfinir : la vocation du tourisme, la rgion touristique, les itinraires touristiques, les normes, ltendue du patrimoine, les ressources, etc.Le bassin mditerranen demeure actuellement la principale destination touristique mondiale avec 40 % des arrives de touristes dans le monde et 30 % des recettes du tourisme international. Le secteur touristique reprsente 13 % des exportations des produits mditerranens, 23 % des activits de services et emploie plus de 5 millions de personnes. La domination de la zone mditerranenne est dsormais entame par dautres rgions du monde (Pacifique, Asie du Sud-est, etc.). Son dclin graduel est li plusieurs facteurs : lmergence de nouvelles destinations, souvent plus exotiques ; - le dveloppement dactivits touristiques alternatives (cotourisme, tourisme culturel, agritourisme, - le dveloppement lent, hsitant, et souvent mal coordonn de nouveaux produits touristiques mditerranens. - la saisonnalit trop marque (40 % des activits touristiques sont concentres sur la priode :juin-septembre) - la multiplication des zones de conflits dans cette partie du Monde. LAfrique du Nord ne manque pas datouts. Cependant, le Maghreb est une des rgions du monde o la coopration politique et conomique est la moins dveloppe et ceci se reflte directement sur le secteur touristique.2 3. Taoufik Ismail-Consultant en Htellerie-le tourisme Tunisien, 2012.Destinations privilgies des touristes europens, la Tunisie et le Maroc tirent du tourisme des revenus consistants en devises. Le tourisme tunisien, leader au sud de la Mditerrane depuis le milieu des annes 1950, se voit dsormais concurrencer de manire rugueuse par le Maroc, la Turquie et lgypte. Ces dernires destinations ont diversifi leur offre et ont mis en place une communication accrocheuse, contrairement la Tunisie qui demeure dpendante de deux marchs metteurs dominants : lAllemagne et la France reprsentent prs de 35 % du total des arrives chaque anne je me demande ou sont pass les Arabes.. La Tunisie na pas su installer en place une stratgie efficace vers dautres marchs plus productifs (comme les Pays-Bas ou le Royaume-Uni, les pays du Golfe). Les dfaillances du tourisme tunisien ont des succs profonds et directs sur lvolution de lindustrie htelire tunisienne. En fait, cette dernire constitue la grande partie des recettes touristiques du pays, telle enseigne que certains confondent tourisme et htellerie. Paralllement, elle accuse de graves problmes de rentabilit. Conscient mais soucieux dune image, le gouvernement a tendance imputer ces dficiences des faits gopolitiques internationaux (crises conomiques des annes 1970, guerre du Golfe, guerre dIrak, attentats terroristes, etc.). Toutefois, une tude approfondie du secteur montre que cette 3 4. Taoufik Ismail-Consultant en Htellerie-le tourisme Tunisien, 2012.crise relve plus de faiblesses structurelles accumules que dalas conjoncturels et ponctuels. Le produit dappel du tourisme tunisien depuis lindpendance a principalement t le doux soleil du pays et la beaut de ses ctes (plages). Au fil des annes et des politiques sectorielles, cette destination, proche de lEurope, est progressivement devenue bon march et manquant dexotisme. Le consommateur boulimique et agreste des annes 1960 a fait place au gourmet plus slectif et mieux inform de nos jours. Les touristes choisissant le pays dpensent peu. En 2001 un touriste a dpens, hors transport, en moyenne 304 dollars en Tunisie contre 633 dollars en Espagne et 750 dollars en Turquie. Le gouvernement a privilgi le nombre en dveloppant un tourisme de masse, tout en misant sur deux poches de survie : le Sahara et dautres types de tourisme (thalassothrapie, affaires, etc.). Ces derniers nont pas su trouver lencadrement suffisant pour se dvelopper. En effet, de par leurs diffrences, ils sopposent au tourisme balnaire tant dans la conception (plus longue) que dans lexploitation (plus courte) et donc ncessitent des comptences spcifiques. Or ces comptences sont peu prsentes en Tunisie : insuffisance et, quelquefois, absence mme des installations dencadrement, dinformation, inexistence ou faiblesse des amnagements dans les sites culturels, les muses et les mdinas. Mais, en gnral linformation touristique est insuffisante. Les brochures sont archaques, le personnel daccueil manque de comptences communicationnelles et informationnelles, linformation est rarement disponible. De plus, les bureaux ou les centres dinformations touristiques ne refltent pas limage dun tourisme innovant et volutif. Par ailleurs, le patrimoine culturel du pays est maladroitement mis en valeur. Pour 2004, 35 % des 5 997 929 non rsidents ont visit un site ou un muse. En fait, la musographie est obsolte, les sites culturels ne sont pas entretenus, les itinraires sont monotones et gure originaux. Plus encore, les guides sont rarement forms lhistoire, aux langues7ou lart, les routes sont mal indiques, etc. Enfin, en raison du manque de signalisation et dindications touristiques (mauvaise conception des panneaux existants), les itinraires deviennent intuitifs. Par consquent, les touristes, ne connaissant pas le pays, ont du mal sy retrouver.Il existe galement une faible mise en valeur du patrimoine naturel. Aussi, note-t-on une dgradation de lenvironnement cologique. Elle se traduit par une absence dentretien des plages, des eaux, de la mer, du dsert, etc. Les programmes de sauvegarde des espces4 5. Taoufik Ismail-Consultant en Htellerie-le tourisme Tunisien, 2012.menaces ou en voie dextinction demeurent timides, alors quil y a urgence dans certains domaines. Enfin, la qualit des produits touristiques demeure globalement infrieure aux normes.de scurit et dhygine, quel que soit le motif de vacances. Les services touristiques souffrent de nombreuses insuffisances. Les restaurants manquent dhygine, de qualit de service et doriginalit surtout concernant leur carte, qui demeure monotone et souvent errone. Les agencements sont peu attractifs et les boutiques dartisanat quelconques. Crise du tourisme tunisien : orientation unidirectionnelle et offre suranne Le tourisme tunisien (0,75 % du march mondial) est lun des piliers de lconomie nationale. Il reprsente 6 % du PIB et 16 % des recettes en devises (plus de la moiti du secteur des services) du pays. Il emploie 82 242 personnes directement et plus de 250 000 indirectement, soit 12 % de la population active. Les infrastructures de transport et de communication samliorent progressivement. 70 % des touristes internationaux se rendent dans le pays en utilisant le transport arien. Toutefois, le rseau routier ncessiterait des amnagements car, dans lensemble, il est obsolte en raison du manque dentretien des infrastructures (surtout en zones rurales) et de linadaptation dun rseau dont la plupart des routes sont dune largeur de moins de 6,5 mtres. Le rseau ferr, quant lui, a bnfici dune certaine amlioration, mais demeure insuffisant. Le tableau 2 met en exergue les principaux indicateurs du tourisme tunisien entre 1998 et 2003. La Tunisie sest contente de recevoir pendant de nombreuses annes un flux important de visiteurs principalement intresss par les plages. Aussi, arrive-t-elle pniblement amliorer ou exploiter dautres formes de tourisme tel que les circuits culturels, la dcouverte des villes, le tourisme de congrs, le tourisme de sant et le tourisme sportif, produits qui sont nergiquement dvelopps et commercialiss par le Maroc, lgypte et la Turquie. La Tunisie propose une offre moins diversifie que celle de ses concurrents directs et indirects, et dpend largement de ses principaux marchs sources : Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie, et Benelux totalisent 80 % des nuites. En tudiant la structuration du secteur, on constate la forte prdominance du produit balnaire, mieux matris que dautres services proposs (thalassothrapie, golf, culturel, grand sud, plaisance, croisire, affaires). Malheureusement, le produit balnaire, de moins en moins adapt aux gots actuels, est en perte de vitesse. Par ailleurs, diffrentes tudes soulignent le faible taux de retour des touristes en Tunisie (non perceptible la lecture des donnes officielles). Or, un touriste qui revient au pays est un individu satisfait qui en entrane dautres. Tandis quun touriste insatisfait peut dtruire une rputation chrement acquise. De plus,