Le tennis dans le monde: état et prospective

Click here to load reader

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Le tennis dans le monde: état et prospective

  • Le tennis dans le monde: tat et prospective

    Pierre DUMOLARD*Andr ROBERT*

    RESUME Le tennis est peu ou proupratiqu dans tous les

    pays du monde, mais avec de consi-drables variations d'intensit.Actuellement, ses points d'ancragese situent dans les pays dveloppsoccidentaux et dans l'ancienne sph-re d'influence britannique. En tenantcompte de l'volution dmogra-phique et conomique possible desnations, des projections de pntra-tion de ce sport sont tablies pourl'horizon 2000.

    "DIFFUSION" MODELE"TENNIS

    "SPORT

    Tennis is more or lesspracticed all over the

    world although on different levels.Presently its standing points arelocated in the developed Westerncountries and within the sphere ofhistorical British influence. Takinginto account the possible demogra-phic and social evolution of thenations an assessment that showsextension of the game forward to the2000s is proposed.

    DIFFUSIONMODELTENNISSPORT

    El tenis se practica ms omenos en todos los

    pases del mundo aunque con impor-tantes variaciones de intensidad.Actualmente, sus puntos de implan-tacin se situan en los pases desar-rollados occidentales y en la antiguaesfera de influencia britnica. Heaqu proyecciones de penetracin dedicho deporte de cara al horizonte2000, teniendo en cuenta la evolu-cin demogrfica y econmicaposible de las naciones.

    "

    DEPORTE" DIFUSION

    " MODELO"TENIS

    La Fdration Internationale de Tennis revendique actuellement prs de 50millions de pratiquants rpartis dans 112 nations (I). Parmi eux, on compte uneminorit de licencis (17% soit environ un pratiquant sur six) et, sans doute, uneminorit bien plus infime de comptiteurs rguliers. Qu'importe! Notre but n'estpas d'observer une lite, mais d'analyser la rpartition mondiale d'un jeu, sansenjeu pour la plupart de ses adeptes, mais forte connotation sociale, en paysdvelopp (2), et davantage encore, probablement, en pays moins dvelopp.

    Jeu de pays vieux, riche, british?

    Jeu de pays vieux?

    Une des faons de rpondre laquestion est de corrler tauxannuel de croissance dmogra-phique et taux de pratique tennis-tique, exprims en pour mille de lapopulation. De fait, une corrlationde type exponentielle (-0.63) esthautement probable. En d'autrestermes, plus la croissance naturelled'un pays est lente, plus la pratiquedu tennis y est rpandue: globale-ment, le tennis est donc bien unsport de pays vieux, ou du moins,non jeune, comme le confirme lamicro-analyse (2). Mais cettergle il y a une certain nombred'exceptions: le tennis est en gn-ral moins pratiqu que ne le vou-drait la croissance dmographiquedans les pays communistes(URSS, Chine, Europe de l'Est)tandis qu'il l'est beaucoup plusdans des pays anglo-saxons et del'hmisphre sud (Argentine,Etats-Unis-Canada, Afrique duSud, Nouvelle-Zlande).

    * Universit de Franche-Comt, Besanon.

    1. La pratique du tennis dans le Monde en 1987

  • " Jeu de pays riche?La corrlation, toujours de type exponentielle (3) entre

    le taux de pratique et la richesse (P.I.B. par habitant) estencore plus significative (0.75). En rgle gnrale, seuls lespays les plus riches ont des taux de pratique vraiment forts.L'observation est confirme par la liaison entre les densitsde terrains et de clubs. Le dveloppement conomique per-met l'quipement et l'encadrement; il favorise l'extensiondes temps de loisir, il infuse dans les classes moyennes del'argent et des modles de comportement, etc. Mais iln'offre jamais que des conditions ncessaires la diffusionet la pntration du tennis, nullement des conditions suf-fisantes. En font foi les exceptions: les pays communisteset les pays musulmans le pratiquent moins que ne le vou-drait leur niveau de vie moyen, alors que le pratiquentdavantage des pays temprs de l'hmisphre sud commel'Argentine, l'Afrique du Sud, la Nouvelle-Zlande et denouveaux pays industriels d'Asie comme la Core du Sud,les Philippines, Tawan. L'explication ne saurait donc tremcaniquement conomique, elle doit aussi tenir comptedes ralits culturelles et d'un processus historique de dif-fusion.

    Sport british? (fig. 1)Dans ses rgles actuelles, le tennis est n en Grande-

    Bretagne. Il a d'abord t rpandu par des Britanniquesdans des pays de peuplement anglo-saxon (o il est aujour-d'hui beaucoup plus pratiqu qu'en Grande-Bretagnemme). L'ensemble des pays anglo-saxons abritent de nosjours la moiti des pratiquants du monde. Il est vrai que,sur ces 24 millions de personnes, 19 millions vivent auxEtats-Unis. En outre, parmi les pays en voie de dveloppe-ment o le tennis n'est pas inconnu, bon nombre sont d'an-ciens membres du Commonwealth et cette appartenance lesa marqus (600 000 joueurs en Inde au lieu de 10 000 enRpublique Populaire de Chine). Dans un second temps, letennis s'est densment implant en Europe de l'Ouest, quicompte, Grande-Bretagne incluse, plus d'un quart des pra-tiquants du monde. Dans un dernier temps, il s'est solide-ment install dans les pays industriels d'Asie du Sud-Est(Japon, Core du Sud, Tawan...). Hormis les pays de cestrois ensembles, seule l'Argentine a une densit importantede pratiquants.

    En l'tat actuel, le tennis n'est donc pas un sport univer-sel comme le football, autre sport d'origine britannique.Concentr dans trois aires gographiques, il a encore peupntr les autres (Afrique noire, Machrek et Maghreb,Amrique latine, Europe de l'Est, URSS, Chine). Son aireactuelle de pntration dense reproduit assez fidlementl'aire d'extension d'un type de dveloppement et de modede vie l'occidentale.

    La mondialisation est-elle pour demain?

    Redevenu sport olympique lors des JO. de Soul(Concidence? La Core du Sud est le pays du monde o letaux de pntration est le plus lev), il est probable que sa

    pratique augmentera beaucoup dans les pays qui chassentla mdaille olympique (Europe de l'Est, URSS...). Mais,plutt que de lire l'avenir dans une boule (balle?) de cristal,nous avons construit trois scnarios d'volution possible l'horizon 2000.

    Trois scnarios, un principe de construction

    Le nombre actuel de joueurs d'un pays peut tre vucomme le produit population x taux de pratique. Pour l'en-semble des pays le principe est le mme. Si l'on tientcompte de la rpartition de ces pays sur une mappemonde,la carte de rpartition des pratiquants par pays est le pro-duit des deux cartes population x pratique. Pour apprcierle nombre de joueurs par pays l'horizon 2000, il faudrad'abord simuler sparment l'volution des deux cartes et,ensuite, faire leur produit.

    Nous avons donc dtermin, l'aide des paramtresdmographiques actuels et de techniques simples, la crois-sance naturelle et donc la population en 2000 de chaquepays. Cette estimation ne variera pas d'un scnario l'autre.Varieront, en revanche, les taux de pratique:

    " une premire hypothse consiste les laisser inchangs;" une seconde hypothse consiste rendre leur progressiongale la croissance naturelle (reprsentant donc le dbutd'un rattrapage dmocratique);" une troisime hypothse, plus raliste, consiste envisa-ger un doublement, l o le PIB/habitant est aujourd'huisuffisant (4000 $/an) et une progression d'autant plus faibleque l'on va vers les bas et les hauts PIB/habitant (progres-sion nulle au-del de 8000 $).

    Trois scnarios, trois cartes

    Tous les scnarios envisags mnent une augmenta-tion du nombre des pratiquants.

    " Le scnario I (fig. 2) change trs peu la hirarchie desgrands pays du tennis de masse: une seule modificationparmi les 15 premiers pays (l'Inde passe du 14' au 12'rang). Si l'on compare le classement des pays dans ce sc-nario et actuellement, les principaux changements sont:- gains: le monde indien et le Moyen-Orient;- pertes: l'Europe de l'Est essentiellement.

    " Le scnario 2 (fig. 3) accrot un peu plus le poids despays forte croissance naturelle et taux actuels de pratique

  • 2. Scnario 1

    3. Scnario 2

  • point trop faibles; il fait merger de nouveaux grands dutennis: l'Inde, Tawan, les Philippines. Principaux change-ments par rapport la hirarchie actuelle:- gains: Brsil, Moyen-Orient, monde indien, Afrique aus-trale, les australasiennes;- pertes: Europe du Nord et de l'Est, Australie, Chili.

    Ces deux scnarios, fonds sur la croissance dmogra-phique, ne bouleversent pas la hirarchie des grandesnations du tennis de masse et gomment peine les normesdisparits des taux de pratique.

    Le scnario 3 (fig. 4), fond sur la pntration rapide dutennis dans les pays revenu moyen, change davantage l'actueltat de fait. En dclin relatif, l'Europe du Nord et du Nord-Ouest, l'Australie, la Chine; en progrs (absolu et relatif),l'Europe du Sud et de l'Est, les pays arabes ptroliers (mais

    quid du ptrole en l'an 2000?), l'Argentine et l'Afrique du Sud(mais que peut bien y signifier un taux moyen de pratique?).

    Ces scnarios d'volution, fonds sur la croissancedmographique et la richesse actuelles des nations, nousindiquent davantage des tendances latentes, des potentiels,que des probabilits d'volution. Ils ne tiennent en effetaucun compte des politiques sportives (qui sont de la poli-tique tout court) et qui ont de bonnes chances de mener, enEurope de l'Est, en URSS, en Chine, une massificationd'un sport devenu olympique. Tels quels, ils nous montrentnanmoins que, demain sans doute, l'lite tennistique mon-diale comprendra plus de Japonais, de Corens, d'Indiens,de Brsiliens, de Philippins.., moins que ne se dveloppeun tennis double vitesse, sport ducatif de masse ici etsport hyper-professionnalis ailleurs.

    4. Scnario 3

    (I) Nous remercions ici la F.I.T. pour nous avoir communiqu les donnes. Le fichier transmis comporte quelques absences tonnantes: celles de la Grce, dela RDA, de la Roumanie (comment I. Nastase a-t-il fait pour tre champion?), du Mexique, de pays africains comme le Nigeria, le Cameroun (o l'on saitpourtant l'engouement pour Y. Noah), etc. L'estimation (une cinquantaine de