Le stress au travail - Cgt63 Le stress au travail Le stress comme concept scientifique Le concept de

download Le stress au travail - Cgt63 Le stress au travail Le stress comme concept scientifique Le concept de

of 26

  • date post

    07-Jul-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Le stress au travail - Cgt63 Le stress au travail Le stress comme concept scientifique Le concept de

  • Le stress au travail

    Dr Monique FRAYSSE Médecin du travail

    Le stress au travail

    Le stress professionnel apparaît depuis une dizaine d'années comme l'un des nouveaux risques majeurs auquel les organisations et entreprises vont devoir ou

    doivent déjà faire face. Il s'agit d'un risque professionnel à double titre : des études scientifiques ont mis en évidence

    des liens entre des situations de travail stressantes et l'apparition de problèmes de santé plus ou moins graves, et

    il est probable que le stress contribue à la survenue de certains accidents du travail.

  • Le stress au travail

    Le terme « stress » reste extrêmement flou.

    Il revêt une signification très différente selon qu’il est utilisé comme mode d ’expression de la souffrance au sein de

    l’entreprise ou comme concept scientifique dans le domaine de la recherche.

    Disons qu’en entreprise, c’est un terme utilisé pour exprimer de façon synthétique les difficultés, la souffrance au travail

    et ses conséquences en matière de santé.

    Le stress au travail

    1ère partie

    Les différentes approches

    Le stress des biologistes Le stress des psychologues

    Le stress des épidémiologistes L’apport de la psychodynamique du travail

  • Le stress au travail

    Le stress comme concept scientifique

    Le concept de stress est utilisé dans trois domaines distincts :

    • la biologie • la psychologie • l’épidémiologie

    1. Le stress des biologistes

    Le stress est à l ’origine un concept biologique apparu dans les années 30 ( travaux sur animaux de laboratoire de Selye).

    Le stress est caractérisé par les réactions mises en œuvre par l ’organisme en face de toute agression :

    C’est le syndrôme général d’adaptation.

  • 1. Le stress des biologistes

    Le syndrôme d’adaptation peut se décrire schématiquement en 3 phases :

    • Phase d’alarme • Phase de résistance et d’endurance • Phase d’épuisement ou de burn out

    • Le cas particulier du Karoshi

    1. Le stress des biologistes

    Face à une agression, les individus mobilisent leur système neuro- endocrinien pour se défendre contre l’agression ou se sauver ( « fight or flight »).

    Ainsi, en plus de l ’augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, le stress provoquera des effets métaboliques importants principalement au niveau de la sécrétion de certaines hormones (adrénaline, cortisol).

  • 1. Le stress des biologistes

    L ’intérêt de cette approche est de comprendre la plausibilité biologique des effets à long terme d’une surexposition aux hormones du stress.

    Par exemple, la survenue de pathologies cardio-vasculaires (hypertension artérielle, athérosclérose, infarctus myocardique), de troubles digestifs (ulcère gastro-duodénal) ou de perturbations du système immunologique susceptibles de réduire la résistance aux infections et de favoriser la survenue de cancers.

    2. Le stress des psychologues

    Les psychologues vont prolonger les expérimentations animales en montrant que la réponse émotionnelle est en grande partie liée à l’évaluation que le sujet fait de la situation et qu’elle dépend en cela de processus cognitifs socialement influencés.

    L’approche transactionnelle de Lazarus (1980) s’appuie sur deux concepts clés : celui de représentation (ou d’évaluation) et celui de coping ou stratégie d’adaptation.

  • 2. Le stress des psychologues

    Le concept central de représentation correspond à l’évaluation par la personne de la situation problématique à laquelle elle se trouve confrontée.

    Quant au concept de coping, Lazarus le définit comme l’ensemble des efforts cognitifs ou comportementaux destinés à maîtriser, réduire ou tolérer les exigences internes ou externes qui menacent ou dépassent les ressources d ’un individu.

    Ces stratégies d ’adaptation vont dépendre des ressources personnelles dont dispose l’individu.

    L ’approche transactionnelle ( d’après Lazarus et Folkman)

    Facteurs environnementaux

    Evaluation de l’événement

    Stratégies d ’adaptation

    (coping)

    Ajustement professionnel

    Ressources personnelles

  • Primaire (stress perçu) La situation comporte- t-elle un enjeu pour moi ? Si oui, est-ce :

    Une perte ? Une menace ? Un défi ?

    Secondaire (contrôle perçu) Que puis-je faire ? M'est-il possible d'intervenir, de changer quelque chose à la situation, compte-tenu de mes ressources ?

    EVALUATION

    STRATEGIES D'ADAPTATION (COPING)

    Centrées sur le problème C e n

    Centrées sur les émotions

    L ’approche transactionnelle ( d’après Lazarus et Folkman)

    2. Le stress des psychologues

    L ’approche transactionnelle accorde un rôle central aux représentations personnelles. Les techniques proposées visent donc essentiellement à :

     modifier la perception que l’individu a du stresseur

     améliorer ses modes de coping = stratégies pour y faire face

     promouvoir de saines habitudes de vie, thérapies cognitivo- comportementales, techniques de gestion du stress.

  • 2. Le stress des psychologues

    L’approche transactionnelle accorde peu de place aux interventions visant l’organisation du travail comme s’il était présupposé que ces conditions étaient là pour rester et que la personne doit apprendre à composer avec.

    Les méthodes de gestion du stress ont donc en commun de renvoyer au comportement et à la personnalité des salariés.

    2. Le stress des psychologues

     la définition de l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail s’inscrit dans cette approche :

     « Le stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a de ses contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ».

  • 3. Le stress des épidémiologistes

    On assiste dans les années 80 à l’émergence du modèle de stress professionnel mis au point par Karasek et Theorell.

    Basé sur 2 composantes :

     Exigences psychologiques (quantité et complexité du travail, contrainte de temps)

     Autonomie (autorité décisionnelle, autonomie professionnelle)

    Le modèle de Karasek Ce modèle repose sur l’hypothèse qu’une situation de travail qui se caractérise par une exigence psychologique élevée et une autonomie décisionnelle faible augmente le risque de développer un problème de santé physique ou mentale.

  • Le modèle de Karasek

    De ce deux composantes (exigences /autonomie), l’autonomie est celle qui possède le plus grand pouvoir de prévisions en terme de santé.

    Les travaux de Karasek vont montrer que l’association de fortes exigences et d’une faible autonomie qui caractérisent pour lui la situation de stress s’accompagne d’une augmentation très nette des maladies cardiovasculaires,des signes de souffrance psychique et des manifestations dépressives.

    Le lien avec les pathologies ostéoarticulaires ( lombalgies, troubles musculo-squelettiques ) a aussi été établi.

    Le modèle de Karasek

     Ce modèle à deux composantes va connaître une évolution dans les années 90.

     Karasek et Theorell vont ajouter une troisième dimension au modèle : le soutien technique et socio émotionnel que le salarié peut recevoir de ses collègues et de son encadrement

  • Le modèle de Karasek

  • Le modèle de Karasek

    3. Le stress des épidémiologistes

    Le soutien social fait référence au degré d’intégration social et émotionnel et de confiance entre les collègues et les superviseurs , c’est à dire à l’esprit d ’équipe et au degré de cohésion dans le groupe de travail.

    Le soutien technique ou instrumental fait référence à l’importance de l ’aide et de l ’assistance donnée par les autres dans l ’accomplissement des tâches.

     L’absence de soutien social accroît la fréquence des manifestations de souffrance psychique, des maladies cardio-vasculaires et des pathologies ostéoarticulaires.

  • 3. Le stress des épidémiologistes

    Parallèlement aux travaux de Karasek émerge le modèle « efforts-récompenses » de Siegrist.

     Ce modèle repose sur l’hypothèse qu’une situation de travail qui se caractérise par une combinaison d’efforts élevés et de faibles récompenses s’accompagne de réactions pathologiques sur le plan émotionnel et physiologique.

    4 études ont validé ce modèle et ont montré en situation de déséquilibre un risque accru de pathologies cardio-vasculaires et de manifestations dépressives.

    Le modèle « efforts-récompenses » de Siegrist

    Effort élevé Faible récompense

    Réactions physiologiques et

    émotionnelles pathologiques

    Effort extrinsèque

    Effort intrinsèque

    Argent

    Estime

    Statut

  • Le modèle « efforts-récompenses » de Siegrist

    L ’effort extrinsèque est lié aux contraintes de temps, aux interruptions fréquentes, aux nombreuses responsabilités, à l’augmentation de la charge, à l’obligation de faire des