LE SOMMEIL DU SUJET ÂGÉ Physiologie, modifications naturelles et Troubles du sommeil Dr D....

download LE SOMMEIL DU SUJET ÂGÉ Physiologie, modifications naturelles et Troubles du sommeil Dr D. MANIÈRE H al Local Auxonne – CHU DIJON.

of 61

  • date post

    04-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    107
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of LE SOMMEIL DU SUJET ÂGÉ Physiologie, modifications naturelles et Troubles du sommeil Dr D....

  • Page 1
  • LE SOMMEIL DU SUJET G Physiologie, modifications naturelles et Troubles du sommeil Dr D. MANIRE H al Local Auxonne CHU DIJON
  • Page 2
  • PLAN Quelques considrations pralables Le sommeil normal Les variations avec l'ge Les troubles du sommeil Moyens thrapeutiques
  • Page 3
  • QUELQUES CONSIDERATIONS Consquences nombreuses et graves: diminution de lquilibre, du risque de chutes, qualit de vie apauvrie, plus de symptmes de dpression et danxit, temps de raction plus long, mmoire (courte surtout) moins efficace, troubles attentionnels ( bien diffrencier dune dmence) pidmio.: Frquence TDS mais non lie l'ge (pathologies +++)
  • Page 4
  • SAS 4 % de la population, 20 50 % chez hypertendus, 35 % > 60 ans 90 % d'hommes chez jeunes, femmes pop. ge Mortalit de 11 % 5 ans Compl. CV +++ et retentissement neuropsy., social, familial, Apne = arrt du flux arien > 10 s Reprise du flux veil bref mauvais sommeil
  • Page 21
  • SAS (2) SAS: apnes > 5 / h et / ou apnes + hypopnes > 10 / h 3 types : Apnes obstructives SAOS - obstruction voies arien. sup. avec conservation mvts thoraco-abdo. Apnes centrales: - Bcp plus rares - Arrt de la commande respiratoire Apnes mixtes
  • Page 22
  • SAS (3) Ronflements + pauses (entourage +++) Hypersomnie diurne, endormissements intempestifs Asthnie (mauvais sommeil) Tbles mnsiques, anxit, irritabilit, symptmes dpressifs, Examen clinique svt pauvre: Surcharge pondrale (svt modre) HTA (50 %) Signes cardiaques droit et d'hypoventilation alvolaire Diagnostic: enregistrement polygraphique du sommeil
  • Page 23
  • SJSR 8 % et avec l'ge F > H Fragmentation du sommeil Tbles de la vigilance ( SAS) Sensations dsagrables profondes de reptation, d'agacement, sigeant dans les jambes, accompagnes d'agitation motrice, de secousses brusques, parfois de douleurs. Elles surviennent le soir ou la nuit, en position assise ou couche, et ne sont calmes que par la marche ou des mouvements continuels.
  • Page 24
  • SJSR (2) "Secondaire": Grossesse, insuf. rnale, hyperuricmie, neuropathie, atteinte crbelleuse, carences vitaminiques (Vit B9, B12), en fer ou Mg, "Idiopathique": Probable dysfonctionnement systme dopaminergiques Hrdit (30 %) Dbut prcoce MPJ, nocturne, associ dans 80 % des cas
  • Page 25
  • SJSR (3) DD: artriopathie, neuropathie, akathisie / NRL, . TTT: "Petits moyens": bains froids / genoux-jambes, massages, exercice des jambes, Apport de B9, B 12, Fer, Mg, Agoniste dopa: Ropirinole (Adartrel , Requip ): 4 mg / j Benzo., L-DOPA, Tgrtol , Dpakine ,
  • Page 26
  • MPJ Cliniquement: Secousses involontaires des jambes (+/- bras) 2 3 fois / mn Plaintes du conjoint ++ Tbles sommeil symptomatologie diurne SAS Dfinition polysomnographique (EEG et EMG): Salves d'au moins 4 secousses musculaires, d'une dure de 0,5 5 secondes, espaces de 20 40 secondes. SJSR associ dans 30 % des cas
  • Page 27
  • MPJ (2) Activit lectromyographique des flchisseurs du pied droit (EMG1) et gauche (EMG2), rpte toutes les 10 20 s, entranant un veil visible l'EEG (CZ-A2; O2-A1) Extrait (2 min) d'enregistrement polygraphique du sommeil
  • Page 28
  • MPJ (3) Physiopath. mal connue DD: Myoclonies d'endormissement Comitialit nocturne TTT: pauvre Petits moyens Anticomitiaux,
  • Page 29
  • INSOMNIES Savoir reconnatre la plainte Causes: Pathologies somatiques intercurrentes (comorbidits +++) Psychopathologies Environnementales Essentielle (plus rare / sujet jeune)
  • Page 30
  • 1.Causes organiques - douleurs, crampes (artrite), prurit - dyspne (insuffisance cardiaque, insuffisance respiratoire) - pollakiurie 2.Causes psychopathologiques - Dpression, dmences, confusion, Parkinson - Stress, troubles anxieux, deuil, 3.Causes environnementales -Bruits, luminosit, 4.Causes mdicamenteuses, toxiques -, BZP, corticodes, AD, AINS, thophylline, tabac, caf, INSOMNIES secondaires
  • Page 31
  • Conduite tenir face un TDS du SA 1. 1. valuation prcise du TDS 2. 2. Evaluation de ses consquences 3. 3. Enqute tiologique (contextuelle et cologique) En institution, tous les stades, de la dmarche +++ En institution, tous les stades, PLURIPROFESSIONNALITE de la dmarche +++
  • Page 32
  • 1.Evaluation prcise du TDS (rel TDS ou non) 1.1. Lavrer (rel TDS ou non) Quid des habitudes antrieures sommeil / veille? "L'un des ppaux diag. diff. est "le court dormeur" 1.2. Le quantifier et le "qualifier " Heures / coucher, / lever, tps de sommeil, tps pass au lit, Insomnie dendormissement, du petit matin, rveils nocturnes, Symptmes associs (dyspne, douleur, pollakiurie, ronflements, pause respi., )
  • Page 33
  • 1.Evaluation prcise du TDS 1.Evaluation prcise du TDS (2) Evaluation prcise bcp plus facile en institution ++++ Evaluation prcise bcp plus facile en institution ++++ grilles "de nuit" mais aussi "de jour" Agenda de sommeil, grilles "de nuit" mais aussi "de jour" Valider la plainte en un symptme invalidant et / ou drangeant. Valider la plainte en un symptme TDS invalidant et / ou drangeant. Soignants = observateurs rigoureux et objectifs de limpression collective svt subjective ou de la plainte formule par le rsident Soignants = observateurs rigoureux et objectifs de limpression collective svt subjective ou de la plainte formule par le rsident
  • Page 34
  • 1.Evaluation prcise du TDS 1.Evaluation prcise du TDS (3)
  • Page 35
  • Page 36
  • 2. Evaluation des consquences du TDS Danger ? et / ou caractre drangeant du TDS Pour qui? La personne elle-mme? Conjoint? Autres rsident? Professionnels? (en institution) But de la prise en charge ? But de la prise en charge ?
  • Page 37
  • 3. Enqute tiologique 5 grands cadres: 1. 1. Antcdents et Pathologies en cours 2. 2. Mdicaments 3. 3. Anamnse 4. 4. Contexte psychorelationnel 5. 5. Environnement
  • Page 38
  • 3. Enqute tiologique 3. Enqute tiologique (2) 3.1. Antcdents et pathol. en cours: Soma et psy +++ Douleurs, Insuf. cardiaque, angor, tbles du rythmes, Pbs respiratoires (SAS ++, asthme, BPCO, ), Pathol. uro., RGO, Thyrode, Parkinson, Dpression, troubles anxieux, confusion,
  • Page 39
  • 3. Enqute tiologique 3. Enqute tiologique (3) 3.2. Mdicaments et toxiques: Tout excitant, psychostimulant: corticodes, L-T3, thophylline Tout psychotrope a priori (effet paradoxal, confusogne) Bta-bloqueurs, aspirine et autres AINS (qui scrtion mlatonine), clonidine, methyldopa,, Dopa
  • Page 40
  • 3. Enqute tiologique 3. Enqute tiologique (4) 3.3. Anamnse du trouble : Anciennet, rapidit dinstallation, circonstances de dbut (concomitance un vnement notable, ), 3.4. Contexte psychorelationnel : Evnements rcents,
  • Page 41
  • 3. Enqute tiologique 3. Enqute tiologique (6) 3.5. Contexte environnemental : Bruit, luminosit, temprature, voisinage,
  • Page 42
  • PRISE EN CHARGE 1. 1."Par le mpris" Rassurer, expliquer ("trouble" habituel, non drangeant, ) 2. 2.Techniques non-pharmacologiques: Stratgies chronobiologiques Autres 3. 3.Abord chimiothrapeutique tiologique Hypnotiques et autres sdatifs
  • Page 43
  • Stratgies chronobiologiques Lumire : Lumire : l'un des ppaux synchroniseurs ext. +++ Favoriser un environnement diurne lumineux Activit organises ds des pices lumineuses voire dehors: repas, animations, activits collectives Institutions griatriques trop sombres Filtres de chaleur sur les vitres ("post-canicule")? = Renforcement des cycles veille / sommeil par action sur les synchroniseurs externes (dans la mesure des possibilits du "carcan institutionnel" )
  • Page 44
  • Stratgies chronobiologiques (2) Modification des horaires de coucher / lever (tenir compte de lavance de phase, du "tps pass au lit", ) Dfinir une heure de lever stricte et rgulire: - Synchroniseur trs puissant - Base sur caractristiques antrieure du sommeil - dure : gros ou petit dormeur - horaire : personne "du matin" ou "du soir"
  • Page 45
  • Stratgies chronobiologiques (3) Faire suivre le rveil / lever dune stimulation de lveil : - Activits physiques, sociales, Ex: salle dactivits physiques bien expose la lumire en EHPAD - Luminothrapie +++ Synchroniser heure des repas (svt trop prcoces en institutution) Autoriser sieste en dbut daprs-midi (20 mn - 1h00), et viter autres priodes de sommeil diurne ( de la temp., de la Fc, de la vigilance dsynchronisation)
  • Page 46
  • Stratgies chronobiologiques (4) Limiter le temps pass au lit = temps dvolu au sommeil Autoriser les activits nocturnes: - Classiques: lecture, collation, TV, - Moins classiques: mise du couvert du petit-djeuner, diverses tches domestiques, dambulation, anxiolytiques, limitent le "tps pass au lit ne pas dormir", jamais bon
  • Page 47
  • Stratgies chronobiologiques (5) Les rythmes collectifs, en institution, ont lavantage de reprsenter un synchroniseur social assez fort. Malheureusement, ils ne tiennent pas assez compte des typologies individuelles (gros ou petit dormeur, ) ni des photopriodes (journes longues en t, courtes en hiver).
  • Page 48
  • La LUMINOTHERAPIE La LUMINOTHERAPIE (Luxthrapie) DONNES DE BASE: Eclairage artificiel = 300 400 lux Temps nuageux = 10 000 lux Grand soleil = 100 000 lux Une personne de 69 ans s'expose en moyenne 1h00