Le Poulpe - La Petite Ecuyere a Cafte - Jean-Bernard Pouy

download Le Poulpe - La Petite Ecuyere a Cafte - Jean-Bernard Pouy

of 237

  • date post

    13-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    246
  • download

    6

Embed Size (px)

Transcript of Le Poulpe - La Petite Ecuyere a Cafte - Jean-Bernard Pouy

Jean-Bernard Pouy

Le PoulpeLa petite cuyre a caft 1995

ABP numrise des livres. des Anticipations, des bouquins de gare, des polars noirs et d'autres de ces pochEs que personne ne rimprime ni ne rdite en version lectronique. Ceci est un travail bnvole et non autoris par l'auteur ni sa maison d'dition. Vous tes sens en possder une version papier (droit la copie prive). Bonne lecture

DU MME AUTEUR

La Belle de Fontenay,

Srie Noire, 1992Le Bienheureux,

L'Atalante, 1994RN 86,

Srie Noire, 1995L'ABC du mtier,

La Loupiote, 1995Spinoza encule Hegel,

Canaille Revolver, 1996J'ai fait Varotrain,

coll. Tourisme et Polar, Baleine, 1997

Jean-Bernard PouyLe Poulpe La petite cuyre a caftTexte intgral

LE POULPE, A NE S'ATTENDRIT PAS. FAUT TAPER DESSUS COUPS DE MARTEAU GRARD

ditions Baleine, 1995

1Faire gaffe. La nuit, les rails se rejoignent. On dit qu'ils sont parallles, un mythe, un vrai, il y a des moments o, la fatigue aidant, on a vraiment l'impression qu'au bout du faisceau des deux phares de l'autorail, ils se touchent et qu'en dessous, les roues vont riper, se chevaucher et que a va tre une vraie catastrophe. Chaque fois qu'il conduisait le 89931, Charles Dutot pensait toujours la mme chose, avait toujours les mmes impressions. La nuit, tout est possible. Il tenait a de tous ces livres de terreur qu'il avait dvors pendant sa jeunesse. La nuit, les maisons bougent, les yeux deviennent rouges, les gens hurlent en crachant des fleuves de sang, le diable en sabots rde le long des falaises, quand ce n'est pas la mort avec sa faux brillante de sang

caill. La nuit, les vaches dansent la carmagnole, les rails des trains se tordent et font des nuds en grinant. Cette vacherie d'automoteur 89931. Dpart Rouen 22 h 4, arrive Dieppe 22 h 43. Le dernier. Si on le loupe, faut dormir Rouen, tenter de ne pas rver Jeanne d'Arc, qui crame en geignant, avec Gilles de Rais pleurant comme un veau au pied du bcher et se consumant pour elle. Le train venait juste de dpasser la gare d'Auffay. Charles vrifia le compteur. 90, c'tait bon. Limite. Au-dessus, derrire, a secoue. Il n'avait pas l'impression de conduire un troupeau roulettes comme pour le 87083, qui est invariablement toujours plein, tous ceux qui bossent Rouen et qui regagnent leurs cagnas du ct de Clres. Non, le samedi soir, c'est direct Dieppe, peu de pkins se prlassent derrire lui, tentent de reprer quelques lumires filantes au-dehors, relisent le journal du matin, terminent les mots croiss. Il doit y en avoir un ou deux qui roupillent mort. Qui finissent bravement un samedi de bibine et qui vont le dimanche Dieppe pour terminer magnifiquement le

ouiquende en se saoulant la gueule dans les rades du port. Comme dans la chanson de Brel. Amsterdam, avec le marin qui pisse sur les toiles. Charles Dutot pensa que c'tait le premier samedi du mois et que, vers minuit, sur Canal Plus, il y aurait le porno mensuel, qu'il regarderait une fois de plus si jamais Franoise acceptait d'aller se coucher, en lui disant comme chaque fois qu'il ne peut pas dormir et qu'il va regarder la tl pour s'abrutir. Et, alors, comme d'habitude, il serait vite saoul par toutes ces gymnastiques et teindrait le poste en pensant que c'est pas croyable que des gens puissent faire a devant des autres avec autant de naturel. La voie tournait beaucoup dans la valle juste avant Offran-Ville. Il essaya d'imaginer les vaches couches dans les prs et qui entendaient le train sans le voir, un grondement dans la nuit. Est-ce que les vaches pensaient l'enfer, elles aussi ? Et c'tait quoi l'enfer pour une vache ? Travailler Hippopotamus ? Un coup de sirne. Un passage non protg. Tant pis pour ceux qui dormaient dj. La

grande courbe de droite. De jour, on voyait, derrire la haie de saules, la jolie ferme colombages des Marineux. Charles avait t l'cole avec le Pierre qui dclarait que jamais il ne serait paysan, plutt crever, toute une vie dans la bouse c'est pas humain, et lui, il disait en cho qu'il ne resterait jamais dans ce coin pourri o il pleut tout le temps, o les champignons poussent jusque dans les godasses, o les grosses limaces orange servent de paillasson. Rsultat des courses, trente ans aprs, le Dutot conduit le dur sur la ligne qui passe tout prs de la ferme du Marineux qui a trente-cinq vaches. Charles eut un haut-le-cur. Le sang, en une demi-seconde, quitta entirement sa tte, sa poitrine et ses bras. Sa main se mit trembler, loupant les manettes de frein. Les chiens de l'enfer. Il venait de voir, d'entrevoir, un clair, dans le blanc cru des phares, juste aprs une courbe droite un peu serre, deux personnes sur la voie qui le regardaient les yeux grands ouverts en hurlant et puis il les a senties disparatre sous lui comme s'il les avalait lui-mme. Et puis le choc. Mou. Charles freina d'urgence, bloquant les

tampons. Tant pis pour ceux qui roupillaient derrire, ils allaient changer de place en deux secondes, tant pis pour les valoches qui devaient valser. Merde, merde, merde, c'est pas vrai, hurla Charles, dont les bras se mirent trembler convulsivement. Les deux wagons de l'autorail mirent cent mtres et dix secondes pour s'arrter. Sans respirer, tout tait bloqu en lui, c'tait comme s'il avait en mme temps actionn aussi un frein puissant l'intrieur de lui-mme, Charles avait baiss la vitre de la portire gauche et avait regard, pendant cet interminable infini de temps, les tincelles, chaque boggie, clairer le ballast. La rame s'arrta enfin. Charles sauta sur la voie, une lampe torche la main, tout tait trs sombre, les lumires des deux wagons jetaient un peu de jaune sur les bords des voies, il eut le temps de se dire que la nuit normande lui avait jou un tour de plus, un truc de sorcire. Il passa devant la motrice et aperut, un peu en dessous, les traces brillantes de deux tranes de sang. Il eut soudain trs chaud la tte, comme une fivre, se dit merde et remerde et putain de

merde comme si c'tait une prire au diable, et longea sans respirer, en boitillant, les wagons o les gens semblaient tous se relever d'une chute, d'une pagaille. a gueulait, a regardait aux fentres, un enfant hurlait. Bordel, c'est sur moi que a tombe, il eut encore le temps de se dire, vite il faut faire quelque chose, prvenir les pompiers et la gare de Dieppe. Charles entendit derrire lui le chef de train qui l'appelait mais il ne pouvait pas s'arrter, il marchait dans la nuit comme un automate. Il trouva vite les deux corps charps, en bouillie, en morceaux, il ne compta pas, il clata en sanglots. Et puis, s'avanant un peu plus loin entre les rails, restant sourd aux appels derrire lui, comme s'il avait une fanfare dsaccorde dans la tte, Charles vit alors, dans le faisceau un peu glauque de sa lampe, les deux mains attaches par des menottes au rail. L'une tait coupe crase net et l'autre avait un avantbras. Avant de s'vanouir, Charles eut le temps de se redire une fois de plus qu'il fallait que a tombe sur lui, merde.

2 Je parie qu'il est en train de lire le truc sur le suicide sous le train ! beugla Grard en s'essuyant les mains au torchon. Je parie vingt balles. Tenu ! rpliqua un petit gros en costard qui s'arracha du zinc et s'avana vers la table. Prudemment, il se glissa derrire Gabriel et lut, par-dessus son paule, l'article du Parisien tal sur la table et coinc, en haut droite par une tasse caf et gauche par une soucoupe constelle de miettes de croissants. Menotts aux rails ! il cria en lisant le gros titre, d'assez loin. Fous-moi la paix marmonna Gabriel en s'agitant sur sa chaise. Le petit gros venait de perdre vingt francs.

Sans rechigner, il revint au bar, claqua deux pices de dix sur le zinc et finit son pastis. Grard, l'air triomphant, prit les jaunets et les jeta dans la bote pourboires, avec la maestria d'un vrai basketteur de comptoir. Pour le personnel ! Je me suis fait avoir, soupira le petit gros. Mais a aurait pu tre l'article sur la fusillade de Montmagny. Ils ont quand mme dessoud trois types au fusil-mitrailleur. C'est quand mme pas tous les jours qu'on voit a. Ouais, mais c'est pas saignant. Gabriel il aime quand y a du raisin partout. Et l, il est gt. Sur plus de cent mtres, ils ont repeint la voie, les deux petits jeunes Et ils risquaient pas de se sauver ! Ils s'taient attachs avec des menottes, les menottes attaches des antivols, les antivols passs autour des rails. Et on a retrouv, enfin on, les toubibs de l'autopsie, ils ont retrouv les clefs des cadenas et des menottes dans l'estomac du type et de la fille. a, c'est du suicide, c'est pas comme les pilules, o on se flingue en attendant l'ambulance Quand on veut vraiment se bousiller, on met le paquet, honneur aux braves !

Grard prorait, comme son habitude. Il rgnait sur son bar-restaurant comme Thodora sur Byzance. II servait, en salle comme au comptoir, tenait le crachoir et la caisse, veillait sur son petit monde, accueillait les nouveaux, respectait les anciens, et s'occupait de la sant morale et physique des habitus. Dont Gabriel, qui, chaque matin depuis le dbut du monde, venait prendre son double express et ses trois tartines la mme table. Aujourd'hui serait un jour spcial, s'tait mme dit Grard quand l'autre lui avait demand des croissants. Et Gabriel passait invariablement trois quarts d'heure lire le journal et les faits divers. L-dessus s'enclenchait toujours une pre discussion sur la porte de ces vnements macabres, l'un traitant l'autre d'abruti qui n'y connaissait rien et l'autre assenant l'un ce qu'il tait trop con pour ne pas avoir lu entre les lignes. Pour Grard, ces tranches de malheur taient le signe de la connerie des gens, pour Gabriel c'tait la preuve que le monde allait trs mal. Les clients, habitus ou non, assistant ces joutes verbales, avaient la dlicieuse

impression d'tre au Palais-Bourbon, un jour de grand dbat. Ils comptaien