Le Nazisme Société Secrète - Werner Gerson

Click here to load reader

  • date post

    28-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    197
  • download

    28

Embed Size (px)

Transcript of Le Nazisme Société Secrète - Werner Gerson

  • WERNER GERSON

    LE NAZISME SOCIT SECRTE

  • N. O. E. 1969.

  • 1 QUEST UNE SOCIT SECRTE ?

    Le Grand Larousse nous rappelle quune socit est une runion de personnes soumises un rglement commun ou rgies par des conventions en vue dune activit commune ou pour la dfense de leurs intrts .

    Mais une socit secrte ? Cette encyclopdie nen fait pas mention. Quant au Petit Robert, on reste surpris de son insuffisance puisquil dfinit une socit secrte comme tant une association qui poursuit en secret des menes subversives .

    Ce qui est trangement limitatif car (nous aurons loccasion dy revenir), de nombreuses socits secrtes se donnent pour mission de dfendre lordre, quil soit individuel ou social, et de sopposer toutes les formes de subversion.

    Essayons donc de voir plus loin et plus juste. Demandons-nous, dabord, pourquoi une association peut tre qualifie de secrte. Nous trouverons deux raisons qui, dans quelques cas, ne sexcluent point.

    Une socit est secrte du fait de son recrutement ou du fait de ses activits. Ainsi on sait, au moins dans les grandes lignes, comment sont dresss les associs lacs de la Compagnie de jsus, mais on ignore leurs noms.

    En revanche, les francs-maons anglo-saxons se font gloire et honneur, dans le monde profane de leur initiation, mais se taisent sur les conventions qui les lient en vue dune activit commune .

    Ds 1946, sous le nomen mysticum de Geoffroy de Charnay [1], un rudit, M. Husson, a publi une copieuse tude exhaustive sur la Synarchie politique [2].

    Il nest pas dans nos intentions de percer pourquoi, plus tard, dautres ouvrages sur le mme sujet ont accumul les erreurs et les omissions, dont un grand nombre ne sont sans doute pas involontaires et tiennent plus de lintoxication politique que de limpartialit historique. Quoi quil en soit, nous nous contenterons, en ce moment, de suivre Geoffroy de Charnay, dans sa classification des diverses et nombreuses socits secrtes politiques. Il distingue trois catgories, ou, si lon prfre, trois degrs.

    A. Les socits secrtes infrieures dont le public connat, sinon les buts exacts, au moins lexistence. En France, la plupart dentre elles sont administrativement lgales, ayant souscrit aux prescriptions de la loi de 1901.

    Parmi elles, citons la franc-maonnerie bleue , la Socit Thosophique en son cercle extrieur, de nombreuses petites glises ; on y classera aussi des groupes politiques allant des trotskistes aux nostalgiques de lO. A. S. ; enfin quelques mouvements sparatistes, comme le Gwan-an-Du armoricain. [3]

    Dans chacune de ces socits, les adhrents possdent la mentalit du parfait militant. En dehors de quelques sinistres indicateurs, ces braves gens croient sincrement, profondment un idal, religieux, philosophique ou politique. En un mot, dans ces socits, les idologies prnes sont des appts laide desquels on draine une clientle sincre, probe, dsintresse et nave.

    Le recrutement y est trs divers. Malgr ce quaffirment les dirigeants, presque tous les postulants sont admis. Un esprit critique, une forte instruction, une intelligence claire, une situation sociale en vue, cependant, sont parfois plutt des obstacles que des rfrences.

  • Sous le couvert dinitiations des grades successifs, on diffuse des mots dordre ou des consignes daction. Surtout, on tudie les nouveaux inscrits et, le cas chant, on les dirige vers des voies de garage ou, au contraire, on les oriente vers la seconde catgorie de socits secrtes.

    On a crit que les socits secrtes infrieures taient comparables des viviers o lon abandonne le fretin son sort obscur, mais o lon pche les gros poissons afin de les lever dans des bassins mieux adapts leurs qualits.

    Comme les noms, sinon les buts rels, de ces socits secrtes sont seuls connus du public, elles sont parfois dsignes, comme boucs missaires, laveugle fureur populaire. Quon nous pardonne ce cruel jeu de mots, mais on les couvre de tous les pchs dIsral. Ces dchanements de haine sont prpars par des campagnes de calomnies savamment orchestres dont les instigateurs, bien souvent, sont les propres dirigeants, les Suprieurs Inconnus qui, debout derrire un voile, invisibles et prsents, tirent les ficelles de ces marionnettes. Ainsi, en sacrifiant leurs troupeaux desclaves, les chefs occultes assurent-ils leur propre scurit et continuent-ils avec dautres figurants leur action souterraine.

    B. Ce qui nous conduit la seconde classe des socits secrtes, celles que Geoffroy de Charnay nomme les socits de cadres ou socits intermdiaires.

    Celles-ci sont authentiquement secrtes car seules quelques personnes en connaissent ou en souponnent lexistence et les buts. Leurs affilis restent inconnus non seulement du monde profane mais aussi des membres des socits secrtes de base. Elles ne sont jamais dclares selon les prescriptions de la loi de 1901, ou bien se dissimulent sous le couvert de groupements anodins. Nul ny propose sa propre affiliation. Cest un conseil, occulte, qui dcide, par cooptation, qui en est digne. Frquemment (mais pas constamment) ces slectionns ont fait, leur insu, un stage probatoire dans une socit infrieure. Une tactique dapproche est mise en uvre par les responsables qui ne se dvoilent quen dernier ressort et aprs stre protgs dventuelles indiscrtions par tout un systme de faux-semblants et de mises en garde.

    Le nouvel inscrit est, pour ainsi dire, choisi dautorit. Un refus de sa part lexposerait dimprvisibles sanctions, il doit, dsormais, obir perinde ac cadaver [4] ; toute indiscrtion, toute imprudence seraient, sanctionnes dune faon radicale.

    Ces socits-cadres modifient, selon les circonstances, leurs noms et mme leurs structures. Aussi ne sont-elles dceles quaprs leur disparition ou plutt leurs anciens avatars [5].

    On citera (parce quelles ne sont plus) les Illumins de Bavire dAdam Weishaupt ; The High Brotherhood of Louxor, lA. A. dAleister Crowley, la Compagnie du Saint-Sacrement (sous Louis XIV), les kabbalistes de la Kehilla, lEdelweiss dont nous parlerons bientt. Aprs lassassinat, par les miliciens, du grand-matre Constant Chevillon, le voile qui protge le Martinisme a t soulev un instant. Mais depuis, les authentiques continuateurs du Philosophe Inconnu ont repris, symboliquement, le Masque et le Manteau qui les dfendent contre les infiltrations profanes.

    Qui voudrait tre instruit des anciennes activits du cercle intrieur de la Socit Thosophique lira La Pierre philosophale dAnker Larsen [6] mais en se souvenant que ces rvlations appartiennent au pass.

    Quant au Mouvement Synarchique dEmpire, il se cache maintenant, comme les calamars, sous un flot dencre Ces groupements abandonnent la pitaille des socits secrtes infrieures les vains appts des idologies plus ou moins sentimentales. Ils se veulent ralistes et volontiers nietzschens, par-del le Bien et le Mal . Ils sont peu nombreux, bien cloisonns, mais parfois, selon les impratifs du moment, scellent entre eux des alliances momentanes. Plus souvent ils se livrent des combats souterrains, acharns, o tous les coups bas sont non seulement permis mais recommands, lexclusion, cependant,

  • dindiscrtions mutuelles qui alerteraient sinon les milieux profanes au moins les pouvoirs publics. L aussi, le silence est la loi du milieu.

    Entre eux, les affilis de mme tendance pratiquent une solidarit discrte, mais particulirement efficace. Comme au jeu dchecs, il sagit, dabord, de placer les pices matresses aux bons endroits, aux leviers de commande. Ainsi ces groupes, par osmose, contrlent les rouages essentiels des tats, comme des grandes organisations mondiales de la Politique et de lconomie. Mais un des promus fait-il acte dindpendance ou dinsuffisance ? Est-il la proie de scrupules ? Commet-il quelque indiscrtion, mme mineure ? Il est aussitt limin, mme, sil est ncessaire, par les moyens les plus radicaux, dont certaines crises cardiaques attribues au surmenage ne sont pas exclues.

    Comme le prcise pertinemment Geoffroy de Charnay :

    Le rle des membres de ces socits de cadres est surtout de gestion .

    Ces socits de cadres ne sont pas particulires notre poque. Pour comprendre ou, plus exactement, deviner leurs rles, il nest que de relire, dans les Mmoires du duc de Saint-Simon les passages relatifs au choix des confesseurs de Louis XIV et spcialement du Pre Le Tellier.

    Mais ces associations ne sont encore que des rouages. Elles excutent plus quelles ne commandent. Llaboration du plan appartient aux socits secrtes de troisime degr.

    C. Les socits secrtes suprieures sont totalement occultes. La masse des profanes nen souponne mme pas lexistence. Elles restent ignores des socits secrtes de base et pour les socits de cadres constituent un sujet tabou. La page de garde du Pacte Synarchique Rvolutionnaire est, ce point de vue, significative :

    Toute dtention illicite du prsent document expose des sanctions sans limite prvisible, quel que soit le canal par lequel il a t reu. Le mieux, en pareil cas, est de le brler et de nen point parler. La rvolution nest pas une plaisanterie mais laction implacable rgie par une loi de fer.

    Geoffroy de Charray prcise :

    Ni leur nom, ni leur existence, ni leurs affilis ne sont connus. On en est rduit de simples conjectures.

    Plus prcisment, la dcouverte fortuite de quelque nigmatique document ou une confidence inopinment surprise met sur la voie.

    Cest ainsi que, durant sa courte agonie, aprs lattentat dirig contre lui, Walter Ratheneau pronona :

    Les soixante-douze qui mnent le monde [7]

    Cet tat-major international ne comprend quun petit nombre dinitis dont la plupart sont classs parmi les dirigeants ou les grands hommes dtat. Mais certains dentre eux vivent, dans la clandestinit, une existence retire, asctique ; nul ne souponne leur infl