Le Modèle Conceptuel de Données - MCD - Accueil · C. Le Modèle Conceptuel des Données (MCD) Le...

of 28/28
MCD / Merise ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 1 / 28 Le Modèle Conceptuel de Données - MCD Contenu LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES - MCD ................................................................................................................ 1 I. INTRODUCTION ................................................................................................................................................................... 2 A. POSITIONNEMENT DU MODELE DANS LANALYSE DES DONNEES ........................................................................... 2 B. DEFINIR LA MODELISATION ................................................................................................................................... 2 1. Classifier .......................................................................................................................................................................... 2 2. Composer ......................................................................................................................................................................... 2 3. Généraliser et spécialiser ................................................................................................................................................ 3 4. Associer............................................................................................................................................................................ 3 5. Catégoriser et créer des ensembles ................................................................................................................................. 3 C. LE MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES (MCD) ................................................................................................. 3 II. PROPRIETES ......................................................................................................................................................................... 4 A. DEFINITION ........................................................................................................................................................... 4 B. PROPRIETES EN DEPENDANCE FONCTIONNELLE ..................................................................................................... 4 C. OCCURRENCES DE PROPRIETES .............................................................................................................................. 5 D. STABILITE DANS LE TEMPS .................................................................................................................................... 5 III. ENTITES ............................................................................................................................................................................. 5 A. DEFINITION ........................................................................................................................................................... 5 B. OCCURRENCES DUNE ENTITE ............................................................................................................................... 6 C. IDENTIFIANT DUNE ENTITE ................................................................................................................................... 6 D. REPRESENTATION DUNE ENTITE ........................................................................................................................... 6 IV. ASSOCIATIONS (OU RELATIONS) .............................................................................................................................. 7 A. DEFINITION ........................................................................................................................................................... 7 B. OCCURRENCES DUNE ASSOCIATION ..................................................................................................................... 8 C. IDENTIFIANT DUNE ASSOCIATION ......................................................................................................................... 9 D. PROPRIETES DUNE ASSOCIATION .......................................................................................................................... 9 E. ROLES ................................................................................................................................................................... 9 V. CARDINALITES D’UNE ASSOCIATION ........................................................................................................................ 10 A. DEFINITION ......................................................................................................................................................... 10 B. REPRESENTATION................................................................................................................................................ 10 C. CARDINALITES ET REGLES DE GESTION ............................................................................................................... 11 D. ASSOCIATIONS BINAIRES, N-AIRES : DIMENSIONS DUNE ASSOCIATION ............................................................... 11 E. LES TYPES DASSOCIATION.................................................................................................................................. 12 1. CIF, Contrainte d’Intégrité Fonctionnelle – un lien permanent .................................................................................... 12 2. CIM, Contrainte d’Intégrité Multiple ............................................................................................................................ 13 VI. ASSOCIATION REFLEXIVES ...................................................................................................................................... 13 A. DEFINITION ......................................................................................................................................................... 13 VII. UNE DEMARCHE POUR CONSTRUIRE LE MCD................................................................................................... 14 A. ELABORER LE DICTIONNAIRE DES DONNEES......................................................................................... 14 B. DEGAGER LES ENTITES NATURELLES ...................................................................................................... 15 1. Matrice des dépendances fonctionnelles........................................................................................................................ 15 2. Graphe des dépendances fonctionnelles ........................................................................................................................ 16 C. DETERMINER LES ASSOCIATION ............................................................................................................... 17 D. SIMPLIFIER LE MODELE ............................................................................................................................... 17 E. REPRESENTER LE MCD ................................................................................................................................. 17 VIII. LES REGLES DE VERIFICATION DU MCD ............................................................................................................. 18 A. REGLES RELATIVES AUX ENTITES ........................................................................................................................ 18 B. REGLE RELATIVE AUX ASSOCIATIONS.................................................................................................................. 18
  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    240
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of Le Modèle Conceptuel de Données - MCD - Accueil · C. Le Modèle Conceptuel des Données (MCD) Le...

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 1 / 28

    Le Modle Conceptuel de Donnes - MCD

    Contenu

    LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES - MCD ................................................................................................................ 1

    I. INTRODUCTION ................................................................................................................................................................... 2

    A. POSITIONNEMENT DU MODELE DANS LANALYSE DES DONNEES ........................................................................... 2 B. DEFINIR LA MODELISATION ................................................................................................................................... 2

    1. Classifier .......................................................................................................................................................................... 2 2. Composer ......................................................................................................................................................................... 2 3. Gnraliser et spcialiser ................................................................................................................................................ 3 4. Associer............................................................................................................................................................................ 3 5. Catgoriser et crer des ensembles ................................................................................................................................. 3

    C. LE MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES (MCD) ................................................................................................. 3

    II. PROPRIETES ......................................................................................................................................................................... 4

    A. DEFINITION ........................................................................................................................................................... 4 B. PROPRIETES EN DEPENDANCE FONCTIONNELLE ..................................................................................................... 4 C. OCCURRENCES DE PROPRIETES .............................................................................................................................. 5 D. STABILITE DANS LE TEMPS .................................................................................................................................... 5

    III. ENTITES ............................................................................................................................................................................. 5

    A. DEFINITION ........................................................................................................................................................... 5 B. OCCURRENCES DUNE ENTITE ............................................................................................................................... 6 C. IDENTIFIANT DUNE ENTITE ................................................................................................................................... 6 D. REPRESENTATION DUNE ENTITE ........................................................................................................................... 6

    IV. ASSOCIATIONS (OU RELATIONS) .............................................................................................................................. 7

    A. DEFINITION ........................................................................................................................................................... 7 B. OCCURRENCES DUNE ASSOCIATION ..................................................................................................................... 8 C. IDENTIFIANT DUNE ASSOCIATION ......................................................................................................................... 9 D. PROPRIETES DUNE ASSOCIATION .......................................................................................................................... 9 E. ROLES ................................................................................................................................................................... 9

    V. CARDINALITES DUNE ASSOCIATION ........................................................................................................................ 10

    A. DEFINITION ......................................................................................................................................................... 10 B. REPRESENTATION ................................................................................................................................................ 10 C. CARDINALITES ET REGLES DE GESTION ............................................................................................................... 11 D. ASSOCIATIONS BINAIRES, N-AIRES : DIMENSIONS DUNE ASSOCIATION ............................................................... 11 E. LES TYPES DASSOCIATION .................................................................................................................................. 12

    1. CIF, Contrainte dIntgrit Fonctionnelle un lien permanent .................................................................................... 12 2. CIM, Contrainte dIntgrit Multiple ............................................................................................................................ 13

    VI. ASSOCIATION REFLEXIVES ...................................................................................................................................... 13

    A. DEFINITION ......................................................................................................................................................... 13

    VII. UNE DEMARCHE POUR CONSTRUIRE LE MCD................................................................................................... 14

    A. ELABORER LE DICTIONNAIRE DES DONNEES......................................................................................... 14 B. DEGAGER LES ENTITES NATURELLES ...................................................................................................... 15

    1. Matrice des dpendances fonctionnelles ........................................................................................................................ 15 2. Graphe des dpendances fonctionnelles ........................................................................................................................ 16

    C. DETERMINER LES ASSOCIATION ............................................................................................................... 17 D. SIMPLIFIER LE MODELE ............................................................................................................................... 17 E. REPRESENTER LE MCD ................................................................................................................................. 17

    VIII. LES REGLES DE VERIFICATION DU MCD ............................................................................................................. 18

    A. REGLES RELATIVES AUX ENTITES ........................................................................................................................ 18 B. REGLE RELATIVE AUX ASSOCIATIONS.................................................................................................................. 18

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 2 / 28

    C. REGLES GENERALES RELATIVES AU MCD ........................................................................................................... 18

    IX. IDENTIFIANT RELATIF ENTITE FORTE ET ENTITE FAIBLE ....................................................................... 19

    X. CONTRAINTE DINTEGRITE FONCTIONNELLE (CIF) ............................................................................................ 19

    XI. EXTENSIONS : GENERALISATION / SPECIALISATION, SOUS-TYPES ........................................................... 21

    A. GENERALISATION / SPECIALISATION ....................................................................................................... 21 B. CONTRAINTES SUR LES SOUS-TYPES DOBJETS .................................................................................................... 22

    XII. EXTENSIONS : CONTRAINTES SUR LES ASSOCIATIONS .................................................................................. 24

    A. CONTRAINTE DE PARTITION (+ OU XT) ............................................................................................................... 24 B. CONTRAINTE DE TOTALITE (T) ............................................................................................................................ 25 C. CONTRAINTE DEXCLUSION (X) .......................................................................................................................... 26 D. CONTRAINTE DEGALITE OU DE SIMULTANEITE (= OU S) ..................................................................................... 27 E. CONTRAINTE DINCLUSION (I) ............................................................................................................................. 27

    I. Introduction

    A. Positionnement du Modle dans lanalyse des donnes

    NiveauCONCEPTUEL

    NiveauLOGIQUE

    (ou organisationnel)

    NiveauPHYSIQUE

    Invariant(li

    lentreprise)

    Sujet changements(technologies)

    Quelles donnes, quelles relations entre les donnes, quelles rgles de gestion de ces donnes,

    Quelles traitements, succession dactions

    Choix Organisation des donnes (structures en tables relationnelles)Choix Organisation des traitements (rpartition homme/machine, etc.)

    Choix dimplantation des donnes (fichiers, SGBD, optimisation)

    Choix dimplantation des traitements (rgles de nommage, langage algo.)

    EXPRESSION DUN BESOIN : abstraction

    PRODUIT LOGICIEL : concrtisation

    donnes traitements

    B. Dfinir la modlisation La modlisation consiste reprer les liens existant entre les objets du monde rel.

    1. Classifier La classification consiste au reprage des objets identiques qui sont des instances (des exemplaires) dun mme type dobjets.

    2. Composer La composition consiste dcrire les types dobjets qui entrent dans la composition dun autre type dobjets (une voiture est compose dun chssis, dun moteur, de roues et dune carrosserie)

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 3 / 28

    3. Gnraliser et spcialiser La gnralisation consiste dfinir un type dobjet comme tant pre dautres types dobjets qui ont en commun les proprits de leur pre. Ces types dobjets ont nanmoins des caractristiques propres : ils sont spcialiss

    4. Associer Lassociation consiste dcouvrir les liens quont les types dobjets entre eux.

    5. Catgoriser et crer des ensembles Les catgories permettent de relier des objets sous une mme notion densemble.

    C. Le Modle Conceptuel des Donnes (MCD) Le MODELE ENTITE-ASSOCIATION, MCD (MCD Merise : Modle Conceptuel des Donnes) REPRESENTE LES OBJETS DE GESTION DUNE ORGANISATION travers : - des ENTITES et leurs PROPRIETES - des ASSOCIATIONS entre entits et les CARDINALITES associes. Ce diagramme est aussi Modle Entit-Associations proprits (MEAp). Il existe dautres reprsentations ce niveau de modlisation, parmi lesquelles le diagramme Entit-Relation (entity-relationship diagram)

    Domaine dtude

    Vocabulaire de lentreprise

    ENTITE

    IDENTIFIANT

    ASSOCIATION

    CARDINALITES

    PROPRIETE

    MIN,MAX

    INVARIANT PAR RAPPORT :- lorganisation des donnes- aux traitements et logiciels

    PROPRIETE

    Rgles de gestion

    Cette reprsentation a peu de raison de changer, moins dune modification radicale de lobjet social de lorganisation et des rgles qui la rgissent.

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 4 / 28

    II. Proprits

    A. Dfinition La PROPRIETE (ou donne lmentaire) est le PLUS PETIT ELEMENT DINFORMATION MANIPULE PAR UNE ORGANISATION. Chaque PROPRIETE DOIT ETRE ELEMENTAIRE et NON DECOMPOSABLE. Exemples :

    Dans le contexte dun lyce : le nom dune classe, le numro INE, le nom et le prnom dun lve, une note, le nom et le prnom dun professeur, le nom dune matire, etc. sont des proprits (ou attributs).

    Dans le contexte dune entreprise : un numro de client, la raison sociale, ladresse dun client, le chiffre daffaires dun client, un montant de facture, une rfrence de produit, le prix unitaire dun produit, etc. sont des proprits (ou attributs).

    Une proprit adresse devrait tre dcompose en numero , nom de rue , etc. moins que les besoins de gestion naient vraiment pas besoin de cette dcomposition.

    B. Proprits en dpendance fonctionnelle La DEPENDANCE FONCTIONNELLE est une relation entre 2 proprits qui exprime que LA CONNAISSANCE DE LA VALEUR DUNE PROPRIETE DETERMINE LA CONNAISSANCE DUNE VALEUR UNIQUE DUNE AUTRE PROPRIETE. Exemple :

    Un code INSEE dtermine un et un seul NOM : le NOM est en dpendance fonctionnelle du code INSEE.

    C'est--dire : la connaissance dune valeur dun code INSEE me permet de connaitre LA valeur de NOM

    Code INSEE NOMdtermine

    Est en dpendance fonctionnelle de,dpend fonctionnellement de

    source cible, but

    Par contre, la seule connaissance dun NOM ne peut dterminer la connaissance de la valeur du code INSEE (homonymes)

    Code INSEENOMdtermine

    Dans le contexte dun lyce : o un numro dtudiant DETERMINE le nom, le prnom dun lve, la moyenne gnrale de

    llve (nom, prnom et moyenne sont en dpendance fonctionnelle du numro UNE) o un nom de classe NE DETERMINE PAS le nom dun tudiant (mais les noms de plusieurs

    tudiants : pas de DF) Dans le contexte dune entreprise :

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 5 / 28

    o un numro de client DETERMINE la raison sociale, son adresse, son chiffre daffaires dun client (la raison sociale, ladresse et le chiffre daffaires sont en dpendance fonction du numro de client)

    o un numro de facture DETERMINE le montant dune facture o une rfrence de produit DETERMINE un prix unitaire o un prix unitaire NE DETERMINE PAS une rfrence de produit (mais plusieurs rfrences

    de produits possibles, pas de DF) cf. matrice des Dpendances Fonctionnelles/ graphe des dpendances fonctionnelles

    C. Occurrences de proprits Les OCCURRENCES DUNE PROPRIETE reprsentent LES DIFFERENTES VALEURS QUE PEUT PRENDRE UNE PROPRIETE. Exemple :

    la proprit prnom etudiant prend les valeurs Jean,Alain, Paul. Chacune de ces valeurs est une occurrence de la proprit prnom etudiant .

    D. Stabilit dans le temps Une PROPRIETE est dite STABLE quand SA VALEUR NE DEPEND PAS DU TEMPS qui passe. Exemple :

    la proprit ge nest vraisemblablement pas une proprit stable pour la description dune entit Personne : chaque anne, lge va changer ;

    Cependant, il est des cas o elle pourrait tre lie une entit, par exemple dans le cas o cet ge serait rattach un vnement unique il avait tel ge quand ; cet ge ne risque pas de changer, il est ici stable

    III. Entits Une organisation ne manipule pas des informations ou donnes de manires isoles. Elles sont souvent rassembles pour former des objets intressants du point de vue de la gestion de cette organisation. Un numro INE, le nom et le prnom dun tudiant, son adresse, sont rassembls pour dcrire un tudiant. Un numro de client, une raison sociale, une adresse, un chiffre daffaires sont rassembls pour dcrire un client

    A. Dfinition Une ENTITE reprsente UN CERTAIN TYPE DOBJETS - DIGNE DINTERET pour lorganisation, - DOTE DUNE EXISTENCE PROPRE - CARACTERISE PAR UN ENSEMBLE DE PROPRIETES - et IDENTIFIABLE Exemples :

    Dans le contexte dun lyce : un tudiant, un professeur, une matire, un btiment, une salle, peuvent tre des entits.

    Dans le contexte dune entreprise : un client, un fournisseur, un produit peuvent tre des entits

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 6 / 28

    B. Occurrences dune entit Les OCCURRENCES DUNE ENTITE reprsentent LES DIFFERENTS OBJETS (ou exemplaires) dUNE ENTITE. Exemple :

    3 occurrences dune entit ETUDIANT identifie le CODE INE et dcrite par les proprits nom et prnom

    Ine : 1 Nom : Durant Prenom : Paul

    Ine : 2 Nom : MaretinPrenom : Jacques

    Ine : 3 Nom : MaretinPrenom : Cline

    ETUDIANT - 1

    ETUDIANT - 2

    ETUDIANT - 3

    Figure 1 : on a ici 3 objets de type ETUDIANT, 3 occurrences de l'entit ETUDIANT :

    C. Identifiant dune entit LIDENTIFIANT dune entit est LA PROPRIETE (ou lensemble minimal de proprits) QUI PERMET DIDENTIFIER DE MANIERE UNIQUE UNE OCCURRENCE PARMI TOUTES LES OCCURRENCES dune entit. LIDENTIFIANT est dclar de manire explicit et DOIT ETRE UNE PROPRIETE A LA VALEUR STABLE. Il n'existe pas deux occurrences dune entit o les identifiants aient la mme valeur. Exemple :

    Dans la figure prcdente, le code Ine reprsente lidentifiant de lentit ETUDIANT ; grce la valeur de cette proprit, on peut identifier de manire unique chaque tudiant.

    D. Reprsentation dune entit

    ENTITE

    Identifiant

    Proprit1Proprit2

    Nom de lentit

    Liste des proprits

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 7 / 28

    Identifiant Proprit1, Proprit2dtermine

    Est en dpendance fonctionnelle de,Dpend fonctionnellement de

    Les proprits dune entit doivent toutes tre en dpendance fonctionnelle de lidentifiant.

    IV. Associations (ou relations)

    A. Dfinition Une ASSOCIATION RELIE DES ENTITES et EXPRIME UNE REGLE DE GESTION de lentreprise. Elle est EXPRIMEE PAR UN VERBE. Son EXISTENCE EST CONDITIONNEE par lexistence des ENTITES QUI LA COMPOSENT. Une ASSOCIATION possde un IDENTIFIANT (implicite, non dclar) compos des IDENTIFIANTS DES ENTITES QUI PARTICIPENT lassociation. Une rgle de gestion exprime les liens existants entre entits travers une phrase. Elle est souvent exprime par un verbe : Exemple :

    Un client passe des commandes : CLIENT PASSER - COMMANDE une commande comporte plusieurs produits : COMMANDE COMPORTER - PRODUIT

    MAIS ATTENTION :

    Un client a un nom : o On pourrait traduire : CLIENT AVOIR NOM o Mais nom est une proprit ; avoir nest pas ici une association. (sauf si on tait

    amen grer une gnalogie auquel cas, lentit nom pourrait tre associs des informations sur son origine, etc.)

    Les rgles de gestion doivent tre suffisamment prcises pour quantifier galement le nombre de fois quune entit participe une association (0, 1, ou un certain nombre). Une ASSOCIATION peut tre porteuse de proprits. Reprsentation dune association :

    ASSOCIATION

    Proprit1

    Nom de lassociation

    Liste des proprits

    Exemple :

    Un tudiant est not pour une matire Le professeur enseigne une matire

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 8 / 28

    PROFESSEUR

    Numero_professeur

    Nom_professeur

    MATIERE

    Code_matire

    Nom_matire

    ETUDIANT

    Numero_INE

    Nom_etudiant

    enseigner

    Etre_not

    note

    B. Occurrences dune association Une OCCURRENCE DUNE ASSOCIATION RELIE UNE SEULE OCCURRENCE DE CHACUNE DES ENTITES PARTICIPANT A LASSOCIATION. Sil peut exister plusieurs associations pour des occurrences des mmes entits, cela signifie quil manque lintervention dune autre entit. Exemples :

    Le professeur 1 enseigne la matire ANGL Le Professeur 2 enseign la matire ANGL Le professeur 3 enseigne la matire MATH La matire ANGL est enseigne par le prof 1 et est enseigne par le prof 2 La matire MATH est enseigne par le prof 3

    PROFESSEUR

    1

    PROFESSEUR

    2

    PROFESSEUR

    3

    enseignerenseignerMATIERE

    ANGL

    enseignerenseigner

    MATIERE

    MATH

    enseignerenseigner

    Figure 2 : 3 occurrences de l'association "enseigner"

    Exemples :

    Ltudiant 1 est not 12 en ANGL, et est not 9 en MATH Ltudiant 2 est not 15 en ANGL et est not 16 en MATH Ltudiant 3 est not 8 en ANGL

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 9 / 28

    ETUDIANT

    1

    ETUDIANT

    2

    ETUDIANT

    3

    Etre not12

    MATIERE

    ANGLEtre not

    15

    MATIERE

    MATH

    Etre not8

    Etre not16

    Etre not9

    Figure 3 : 5 occurrences de l'association "etre not"

    C. Identifiant dune association LIDENTIFIANT dune association est lensemble des proprits QUI PERMET DIDENTIFIER DE MANIERE UNIQUE UNE OCCURRENCE de lassociation PARMI TOUTES LES OCCURRENCES de lassociation. LIDENTIFIANT DUNE ASSOCIATION est constitu par LES IDENTIFIANTS DES ENTITES QUI PARTICIPENT A CETTE ASSOCIATION. Il n'existe pas deux occurrences dune association o lensemble des identifiants aient la mme valeur. Lidentifiant dune association est implicite (et non pas dclar explicitement)

    D. Proprits dune association Une ASSOCIATION peut tre PORTEUSE DE PROPRIETES : dans ce cas, la valeur de la PROPRIETE DOIT ETRE EN DEPENDANCE FONCTIONNELLE DES IDENTIFIANTS DE TOUTES LES ENTITES qui participent lassociation (et PAS SEULEMENT DUNE DES ENTITES). Une association la cardinalit 1,1 1,n ne sera pas porteuse de proprit, les proprits dpendant uniquement de la valeur de lidentifiant de lentit ct 1,1. SI ce type dassociation est porteuse de proprits, il doit sagir alors dune cardinalit 0,1 1,n (la proprit nest disponible que dans le cas o lassociation existe).

    E. Rles Les rles sont une information textuelle associe une patte dune association qui prcise le rle quune entit joue dans sa participation lassociation. Les rles sont souvent utiliss dans les associations rflexives.

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 10 / 28

    PRODUIT

    Ref_produit

    COMPOSER

    composcomposant

    Par exemple ici, un PRODUIT participe lassociation COMPOSER en tant que composant ou compos .

    V. Cardinalits dune association

    A. Dfinition La CARDINALITE traduit les NOMBRES MINIMUM ET MAXIMUM DOCCCURENCES DASSOCIATION AUXQUELLES PARTICIPE UNE OCCURRENCE DUNE LENTITE. C'est--dire le nombre de fois (minimal et maximal) quune occurrence dune entit peut participer une association. Les cardinalits sont rvles dans lexpression des rgles de gestion : celles-ci doivent, pour tre tout fait complte, le nombre minimal et maximal de fois quune entit participe une association. Les CARDINALITES sont notes :

    0,1 : pour une occurrence de lentit, on pourra trouver 0 ou bien 1 occurrence de lassociation (traduit une dpendance fonctionnelle faible)

    1,1 : pour une occurrence de lentit, on pourra trouver 1 et 1 seule occurrence de lassociation (traduit une dpendance fonctionnelle forte, stable si elle ne peut tre mise jour, instable dans le cas contraire)

    0,N : pour une occurrence de lentit, on pourra trouver de 0 N (plusieurs) occurrences de lassociation

    1,N : pour une occurrence de lentit, on pourra trouver de 1 N (plusieurs) occurrences de lassociation ou bien tre plus prcises :

    M,N : pour une occurrence de lentit, on pourra trouver de M N occurrences de lassociation

    B. Reprsentation Formalisme de reprsentation Exemple

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 11 / 28

    ENTITE1

    Identifiant1

    Propriete1

    ASSOCIATION

    Propriete

    ENTITE2

    Identifiant2

    Propriete2

    MIN, MAX

    MIN, MAX

    ARTICLE

    No_article

    designation

    STOCKER

    Quantite_stockee

    DEPOT

    No_depot

    Nom_depot

    0, 1

    1, n

    Un article est stock dans un dpt (au plus) ou peut ne pas tre stock

    Un dpt stocke 1 ou plusieurs articles

    C. Cardinalits et rgles de gestion Les CARDINALITES DECRIVENT les informations provenant des REGLES DE GESTION APPLIQUEES AUX ENTITES et ASSOCIATION. Elles dfinissent les contraintes associes lexistence des associations en fonction des entits auxquelles elles sont lies Rgles de gestion Rgles de gestion Rgles de gestion

    ARTICLE

    No_article

    STOCKER

    Quantite_stockee

    DEPOT

    No_depot

    ?

    ?

    Un article peut exister sans tre stock Un mme article peut tre stock dans plusieurs dpts ARTICLE 0,n - STOCKER Un dpt stocke au moins 1 article DEPOT 1,n - STOCKER

    Un article est stock dans 1 et 1 seul dpt Un mme article peut tre stock dans plusieurs dpts ARTICLE 1,1 STOCKER Un dpt ne stocke qu 1 article DEPOT 0,1 - STOCKER

    Un article peut exister sans tre stock Un article peut nest stock que dans 1 seul Dpt ARTICLE 0,1 STOCKER Un dpt peut ne stocker aucun article, mais peut en stocker plusieurs DEPOT 0,n - STOCKER

    D. Associations binaires, n-aires : dimensions dune association La DIMENSION DUNE ASSOCIATION CORRESPOND AU NOMBRE DENTITES QUI PARTICIPENT A CETTE ASSOCIATION.

    Association binaire (dimension 2)

    Association n-aire (met en jeu plusieurs entits, ici 3)

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 12 / 28

    association ternaire (dimension 3) **VERIFICATION**

    CATEGORIE

    No_catgorie

    CLASSER

    ARTICLE

    No_article

    0,n

    1,1

    PROFESSEUR

    Numro_professeur

    enseigner

    MATIERE

    Code_matire

    1,n

    1,n

    CLASSE

    Code_Classe1,n

    Une ASSOCIATION BINAIRE relie 2 ENTITES : on parle DASSOCIATION BINAIRE FONCTIONNELLE lorsque lune des cardinalits maximale est 1 (on dit association fonctionnelle ou dpendance fonctionnelle ou DF) sinon on parle dassociation non fonctionnelle. Une ASSOCIATION N-AIRE relie N ENTITES (plus de 2 entits)

    **VERIFICATION DES ASSOCIATION N-AIRES** Pour valider la dimension dune association (pour lexemple de lassociation ternaire ci-dessus), il est indispensable de vrifier les 3 affirmations qui suivent : Pour un numro professeur et un code classe, on aura (ou on pourra avoir) plusieurs code matire : numero_professeur, code_classe N code_matire Pour un code classe et un code matire, on aura (ou on pourra avoir) plusieurs numro professeur : code_classe, code_matiere N numero_professeur Pour un code matire et un numro de professeur, on aura (ou on pourra avoir) plusieurs codes classe. : code_matiere, numero_professeur N code_class

    E. Les types dassociation 1. CIF, Contrainte dIntgrit Fonctionnelle un lien permanent

    Une CONTRAINTE DINTEGRITE FONCTIONNELLE, CIF, est un cas particulier dassociation binaire (1,1 1,n ou 1,1 0,n), dite ASSOCIATION HIERARCHIQUE, non porteuse de donnes, qui exprime que la connaissance dune occurrence de LUNE DES ENTITES PARTICIPANT A LASSOCIATION (ct 1,n) EST TOTALEMENT DETERMINEE PAR LA CONNAISSANCE de loccurrence DUNE AUTRE ENTITE (ct 1,1) La CIF traduit une association forte (type de lien parent-enfant) : Cest une contrainte que lon simpose au niveau de la gestion (issue dune rgle de gestion) et qui permet parfois de simplifier les relations n-aires. Elle peut traduire un lien PERMANENT qui ne peut tre rompu que par la suppression dune occurrence de lentit ct 1,1 (cas dune entit faible, par exemple). Exemple :

    Rgle 1 : Un acte mdical est pratiqu par un mdecin sur un patient o 3 entits, une association ternaire pratiquer

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 13 / 28

    Rgle 2 : Un acte est toujours pratiqu par un et un seul mdecin , o lentit mdecin nest plus lie lassociation pratiquer , mais est li acte part une

    dpendance fonctionnelle forte : la connaissance dun acte dtermine le nom du mdecin qui va le pratiquer.

    Une association ternaire Une association binaire et une contrainte dintgrit fonctionnelle

    MEDECIN

    nomMedecin

    PRATIQUER

    PATIENT

    numPatient

    1,n

    1,n

    ACTE

    codeActe1,n

    MEDECIN

    nomMedecin

    PRATIQUER

    PATIENT

    numPatient

    1,n

    ACTE

    codeActe1,n

    CIF1,n

    1,1

    2. CIM, Contrainte dIntgrit Multiple

    Une CIM est un type dassociation n-aires, NON HIERARCHIQUE, dont toutes les cardinalits maximales sont n. Elle peut tre porteuse dattributs. Cest la connaissance des identifiants des entits qui participent lassociation qui va dterminer lidentifiant de lassociation. DF, dpen

    VI. Association rflexives

    A. Dfinition Une ASSOCIATION REFLEXIVE relie UNE ENTITE A ELLE-MEME.

    MEMBRE

    No_membre

    PARRAINER

    0,n 1,1Un membre parraine aucun, un ou

    plusieurs autres

    membres

    Un membre est parrain par un et un seul membre

    Cet exemple traduit les rgles de gestion suivantes :

    un membre peut ne parrainer aucun autre membre, ou en parrainer 1 ou plusieurs _ MEMBRE 0,N PARRAINER

    un membre est forcment parrain par un autre membre (et un seul) _ MEMBRE 1,1 PARRAINER

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 14 / 28

    PRODUIT

    No_membre

    COMPOSER

    0,n 0,nUn produit est compos de 0 n autres

    produits

    Un produit entre dans la composition

    de 0 n autres

    produits

    Cet exemple traduit les rgles de gestion suivantes :

    un produit peut tre compos daucun autre produit, ou tre compos de 1 ou plusieurs autres produits : PRODUIT 0,n COMPOSER

    un produit peut entrer dans la composition daucun autre produit, ou entrer dans la composition de 1 ou plusieurs autres produits : PRODUIT 0,n COMPOSER

    VII. UNE DEMARCHE POUR CONSTRUIRE LE MCD

    A. ELABORER LE DICTIONNAIRE DES DONNEES

    1. Collecter les donnes 2. Classer les donnes alphabtiquement 3. Epurer les polysmies, synonymes et redondances, chaque donne doit lmentaire et non dcomposable DICTIONNAIRE DES DONNEES Il sagit, dans cette premire phase dextraire, partir des documents fournis, toutes les donnes manipules. Pour chaque donne, on tablit une fiche qui va permettre dtablir le dictionnaire des donnes. Cette fiche comprend les informations suivantes :

    nom de la donne : cest le nom utilis habituellement dans lorganisation nom symbolique attribu dfinition la donnes est-elle un identifiant ? structure : alphabtique, numrique, alphanumrique, logique, date, avec indication de la taille

    ncessaire type : donne calcule, donne lmentaire, labor par juxtaposition de plusieurs donnes (numro

    de scurit sociale) quantification : estimation du nombre de valeurs diffrentes, ou intervalle de valeurs, que cette

    donne est susceptible de prendre exemples de valeurs : pour illustrer commentaires : rgles de calcul, rfrence dautres donnes similaires, contrle effectu sur cette

    donne A partir de ces donnes, une premire liste alphabtique brute sera tablie. Cette liste est pures des synonymes et polysmies, et donne la liste pure des donnes. Une numrotation permettra une utilisation plus simple des donnes dans la matrice des Dpendances fonctionnelles. Exemple de Dictionnaire de donnes (extrait)

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 15 / 28

    num. Nom de la donne (proprit)

    Nom symbolique (code mnmonique)

    Identifiant Structure de la donne (nature et longueur)

    Commentaires

    001 Numro de ltudiant

    numEtudiant oui Nombre de 1 2000

    provient dun compteur

    002 Prenom de letudiant

    prenomEtudiant 20 caractres

    003 Nom de ltudiant

    nomEtudiant 20 caractres

    004 code de la classe

    codeClasse oui 4 caractres

    005 nom du professeur principal

    nomProfPrin 20 caractres

    Le nombre de colonnes peut varier en fonction des besoins et de la ncessit de prcision Le dictionnaire de donnes final ne doit pas comporter 2 proprits identiques portant des noms diffrents. Le dictionnaire de donnes peut tre complt par un tableau des rgles de calculs, par exemple : Proprit calcule Rgle de calcul Proprits utilises

    Prix TTC du produit Prix HT du produit * (1+Taux

    TVA) Prix HT du produit Taux TVA

    Montant stock de produit Prix HT du produit * Qte en stock

    Prix HT du produit Qte en stock

    B. DEGAGER LES ENTITES NATURELLES

    4. Construire la matrice des Dpendances Fonctionnelles 4.bis Elaborer la Structure dAccs Thorique (SAT ou DDF) 5. Dgager les entits naturelles (possdant un identifiant) 6. Rattacher ces entits leurs proprits (en dpendance fonctionnelle de lidentifiant)

    1. Matrice des dpendances fonctionnelles La matrice des Dpendances Fonctionnelles est un outil qui va permettre la mise en vidence des liens existant entre certaines donnes. On cre une matrice comportant autant de lignes et de colonnes que de nombre de donnes analyser. Pour chaque donne, on se demande si une valeur prcise de la donne source dtermine une et une seule valeur dune donne cible : si oui, on place 1 dans la case lintersection de la donnes source et de la donne cible. On simplifie ensuite la matrice en ne conservant que les colonnes utiles. Enfin on effectue le total de chaque ligne et on analyse le rsultat :

    Si le total est 0 : o la donne est source dune dpendance fonctionnelle, cest normal o Sinon : la donne dpend de plusieurs proprits (une note dpendra dun numro dtudiant

    et dun code matire, par exemple) o Sinon : cest une donnes isole dont il faut vrifier lutilit ;

    Si le total est 1 : o La donne est cible dune DF, cest normal

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 16 / 28

    Si le total est suprieur 1, la donne est en DF de plusieurs identifiants : la redondance de la donne est proscrire, il faut choisir lun des identifiants.

    source cible

    001-numEtudiant

    002-prenomEtudiant

    003-nomEtudiant

    004- codeClasse

    005-nomProfPrin

    total

    001-numEtudiant *

    0

    002-prenomEtudiant 1 *

    1

    003-nomEtudiant 1 *

    1

    004- codeClasse *

    0

    005-nomProfPrin 1 *

    1

    Exemple : Une valeur unique de la colonne source 001-etudiant permet la dtermination dune seule valeur pour

    des donnes cibles 002-prenomEtudiant et 003-nomEtudiant. Lanalyse de la matrice permet de dfinir les entits et ses proprits: une donne source lmentaire pour lidentifiant et des donnes cibles en relation : Entit Proprits ETUDIANT numEtudiant

    nomEtudiant prenomEtudiant

    CLASSE codeClasse nomProfPrin

    2. Graphe des dpendances fonctionnelles La reprsentation des dpendances fonctionnelles sous forme dun graphe (Structure dAccs Thorique ou Graphe des Dpendances Fonctionnelles) prpare la production du MCD. Sur ce graphe, toutes les dpendances doivent partir didentifiants vers les proprits dtermines par ceux-ci. Chaque identifiant est ensuite soulign, puis toutes les proprits qui dpendent directement dun identifiant forment un ensemble de proprits qui devient une entit : on attribue un nom aux entits (il provient du vocabulaire de lorganisation). Les dpendances lmentaires entre identifiants forment des associations binaires hirarchiques. Les proprits qui dpendent de plusieurs identifiants forment des associations non hirarchiques.

    Num_cli

    Nom_cli

    adr_cli

    Num_com

    date_com

    Ref_prod

    lib_prod

    prix_prod

    qte_com_prod

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 17 / 28

    C. DETERMINER LES ASSOCIATION

    7. noncer les rgles de gestion 8. placer les relations (porteuses ou non de proprits) 9. tudier les cardinalits de chaque couple entit association Exemple de rgles de gestion :

    un tudiant appartient une et une seule classe une classe comporte de 1 n tudiants

    Association Entits participantes proprits APPARTENIR ETUDIANT 1,1

    CLASSE : 1,N

    NOTER ETUDIANT : 1,N INTERRO : 1 ;N

    note

    D. SIMPLIFIER LE MODELE

    10. simplifier le modle laide des Contraintes dIntgrit Fonctionnelles (CIF)

    E. REPRESENTER LE MCD

    11. MCD

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 18 / 28

    VIII. Les rgles de vrification du MCD

    A. Rgles relatives aux entits Rgle 1 : CHAQUE ENTITE DOIT POSSEDER UN IDENTIFIANT

    Rgle 2 : TOUTES LES PROPRIETES DUNE ENTITE DOIVENT ETRE EN

    DEPENDANCE FONCTIONNELLE COMPLETE ET DIRECTE DE LIDENTIFIANT

    Rappel :

    Dpendance fonctionnelle : une proprit B est dite en dpendance fonctionnelle dune proprit B si pour toute valeur de A, il existe une et une seule valeur de B

    Dpendance complte : la dpendance fonctionnelle doit tre de tout lidentifiant (toutes les proprits qui le composent)

    Dpendance directe : chaque proprit doit dpendre directement de lidentifiant, et non pas par lintermdiaire dautre proprits (par transitivit).

    B. Rgle relative aux associations Rgle 3 : TOUTES LES PROPRIETES DUNE ASSOCIATION DOIVENT

    DEPENDRE COMPLETEMENT DES IDENTIFIANTS DES ENTITES PARTICIPANT A LASSOCIATION

    C. Rgles gnrales relatives au MCD Rgle 4 : UNE PROPRIETE NE PEUT APPARAITRE QUUNE SEULE FOIS

    DANS UN MCD. Rgle 6 : LES PROPRIETES DOIVENT ETRE STABLES (leur valeur ne pas

    dpendre du temps : au lien de lge, on conservera plutt la date de naissance)

    Rgle 5 : LES PROPRIETES RESULTANT DUN CALCUL NE DOIVENT PAS

    APPARAITRE (sauf si elles sont indispensables la comprhension)

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 19 / 28

    IX. Identifiant relatif Entit forte et Entit faible Certaines entits ont une existence propre dans lorganisation, mais ne possdent pas didentifiant propre. Les lignes dune commande, les salles dun btiment, les chambres dun htel, etc. en sont des exemples si leurs identifiants dpendent des identifiants des entits mres : le numro de commande pour une ligne de commande, le numro de btiment pour une salle, le numro dhtel pour une chambre. Une ENTITE QUI NE PEUT ETRE IDENTIFIE PAR SES SEULS ATTRIBUTS PROPRES est appele ENTITE FAIBLE LIDENTIFIANT RELATIF (cardinalit 1,1 entre parenthses, ou R droite de lidentifiant) prcise que lIDENTIFIANT DUNE ENTITE VA INTEGRER LIDENTIFIANT DUNE AUTRE ENTITE travers un lien d ASSOCIATION. Dans cette association :

    LENTITE FORTE est CELLE QUI PRTE son IDENTIFIANT LENTITE FAIBLE (ou entit dpendante) est celle qui va intgrer lidentifiant de lentit

    forte Cette notion est gnralement matrialise par les parenthses entourant la cardinalit 1,1 (ou bien en indiquant un (R) ct de lidentifiant de lentit faible) ; on ne duplique pas lidentifiant de lentit mre:

    HOTEL

    nomHotel

    CHAMBRE

    numChambre1,n (1,1)appartenir

    Entit FAIBLEEntit FORTE

    X. Contrainte dIntgrit Fonctionnelle (CIF) La contrainte dintgrit fonctionnelle indique que la connaissance dune occurrence dune entit permet de connaitre une et une seule occurrence dune autre entit qui lui est associe. Cela correspond au cas des association binaire hirarchiques aux cardinalits 1,1 1,N. NApportant aucune information dans ce cas, elles ne sont pas reprsentes. Par exemple :

    HOTEL

    nomHotel

    CHAMBRE

    numChambreCIF1,n (1,1)

    Mais dans les cas dassociation ternaires, cette information peut tre importante. .

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 20 / 28

    APPARTEMENT

    numAppartsurfaceAppart

    SEMAINES

    AnneeSemaine

    tarifer

    tarifLocation0,n 0,n

    RESERVATION

    numReservmontantVers

    rserver

    0,1

    1,1

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 21 / 28

    XI. Extensions : gnralisation / spcialisation, sous-types ou lien Pre-Fils

    A. GENERALISATION / SPECIALISATION Exemple : Lanalyse conceptuelle nous permet de reprsenter une entit EMPLOYE :

    EMPLOYE

    numEmplnomprenomdateEntreesalaireMensueldateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    Concerne tous les employs

    Concerne les employs permanents

    Concerne les employs vacataires

    Une tude plus approfondie nous permet de remarque quil ny a pas quun type demploys mais 2 : les employs permanents mensualiss et les employs vacataires, pour lesquels une bonne partie des informations est diffrentes (il nous faut donc modifier le dictionnaire et dfinir de nouvelles proprits pour le numero, nom et prenom) ; les entites rsultant sont les suivantes : Lemploy mensualis, permanent Lemploy vacataire

    EMPLOYE_MENS

    numEmplMensnomEmplMensprenomEmplMensdateEntreesalaireMensuel

    EMPLOYE_VAC

    numEmplVacnomEmplVacprenomEmplVacdateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    Cependant nous avons du enrichir le dictionnaire de nouvelles proprits qui sont redondantes : des extensions au modle entit association introduisent les notions de gnralisation / spcialisation. La GENERALISATION est une opration visant REUNIR sous une entit unique plusieurs ENTITES AYANT DES CARACTERES COMMUNS.

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 22 / 28

    La SPECIALISATION est une opration visant DIFFERENCIER plusieurs entits EN FONCTION DE LEURS CARACTERES SPECIFIQUES. On parle de SOUS-TYPE pour les ENTITES SPECIALISEES. Le schma rsultant est le suivant :

    EMPLOYE_MENS

    dateEntreesalaireMensuel

    EMPLOYE_VAC

    dateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    EMPLOYE

    numEmplnomprenom

    .

    gnralisation

    spcialisation

    Un sous-type hrite des proprits de son entit mre . La spcialisation est mise en uvre lors de la prsence :

    de proprits spcifiques certaines occurrences et pas dautres ou dassociations en lien avec certaines occurrences et pas dautres.

    B. Contraintes sur les sous-types dobjets Lindication de contraintes sur les sous-types permet de prciser les occurrences les types doccurrences prsentes pour une occurrence de lentit gnralise Type de contrainte reprsentation signification Partition : + (ou XT) Disjonction et couverture

    mens vac

    EMPLOYE_MENS

    dateEntreesalaireMensuel

    EMPLOYE_VAC

    dateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    EMPLOYE

    numEmplnomprenom

    +

    Un employ est soit un employ mensuel soit un employ vacataire

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 23 / 28

    Exclusion : X Disjonction et non couverture

    mens vac

    EMPLOYE_MENS

    dateEntreesalaireMensuel

    EMPLOYE_VAC

    dateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    EMPLOYE

    numEmplnomprenom

    X

    Un employ est soit un employ mensuel soit un employ vacataire, soit un autre type demploy pour lequel aucun sous-type nest ncessaire.

    Totalit : T Pas de disjonction et couverture

    mens vac

    EMPLOYE_MENS

    dateEntreesalaireMensuel

    EMPLOYE_VAC

    dateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    EMPLOYE

    numEmplnomprenom

    T

    Un employ est soit un employ mensuel soit un employ vacataire, ou bien les 2 en mme temps

    Aucune contrainte

    EMPLOYE_MENS

    dateEntreesalaireMensuel

    EMPLOYE_VAC

    dateDebutVacationtauxHoraireVacationdureeVacation

    EMPLOYE

    numEmplnomprenom

    Un employ peut tre dans nimporte lequel des cas prcdents

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 24 / 28

    XII. Extensions : contraintes sur les associations Les types de contraintes dintgrit relatives aux associations sont les suivants :

    Contrainte de partition Contrainte de totalit Contrainte dexclusion Contrainte dgalit (ou simultanit) Contrainte dinclusion.

    Pour chaque contrainte, il est ncessaire de prciser Son type Lentit concerne par la contrainte (on lappelle pivot) Les 2 associations lies par la contrainte

    ENTITE1

    Identifiant1

    Propriete1

    ASSOCIATIONa

    ProprieteA

    ENTITE2

    Identifiant2

    Propriete2

    ASSOCIATIONb

    ProprieteB

    type

    m,n

    m,nm,n

    m,n

    Entit pivot

    associationsassociationsType de

    contrainte

    A. Contrainte de partition (+ ou XT) Dfinition : toute occurrence de lentit pivot participe lune ou lautre des associations mais pas aux 2 Exemple : un matriel utilis par lorganisation est soit lou, soit achet (pas les 2)

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 25 / 28

    MATERIEL

    refMateriel

    designation

    acheter

    FOURNISSEUR

    numFourn

    raisonSociale

    Sous_louer

    XT

    0,n

    0,n0,1

    0,1

    Exemple : un fournisseur de matriel peut soit tre impliqu dans un achat (acheter) soit dans une opration de sous-location (pas les 2)

    MATERIEL

    refMateriel

    designation

    acheter

    FOURNISSEUR

    numFourn

    raisonSociale

    Sous_louer

    XT

    0,n

    0,n0,1

    0,1

    B. Contrainte de totalit (T) Dfinition : toute occurrence de lentit pivot participe lune ou lautre des associations ou bien encore aux 2. Exemple : un matriel utilis par lorganisation est soit lou, soit achet, ou bien lou et achet.

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 26 / 28

    MATERIEL

    refMateriel

    designation

    acheter

    FOURNISSEUR

    numFourn

    raisonSociale

    Sous_louer

    T

    0,n

    0,n0,1

    0,1

    C. Contrainte dexclusion (X) Dfinition : toute occurrence de lentit pivot participe lune ou lautre des associations ou bien aucune des 2 (pas les 2 la fois) Exemple : un matriel utilis par lorganisation est soit lou, soit achet, ou bien a une autre origine (subventions, etc.)

    MATERIEL

    refMateriel

    designation

    acheter

    FOURNISSEUR

    numFourn

    raisonSociale

    Sous_louer

    X

    0,n

    0,n0,1

    0,1

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 27 / 28

    D. Contrainte dgalit ou de simultanit (= ou S) Dfinition : toute occurrence de lentit pivot qui participe lune des associations participe simultanment lautre association (et inversement). Exemple : un organisme assure une location longue dure de vhicules. Un vhicule lou est aussi assur.

    VEHICULE

    numVehicule

    immat

    assurer

    CLIENT

    numCli

    raisonSocialeCli

    louer

    =

    0,n

    0,n

    1,1

    1,1

    ASSUREUR

    numAssur

    raisonSocialeAssur

    E. Contrainte dinclusion (I) Dfinition : toute occurrence de lentit pivot qui participe lune des associations participe simultanment lautre association (la rciproque nest pas vraie). Exemple : une station de sport dhiver propose des hbergements ses clients. Si un client a effectu une rservation, alors il pourra louer du matriel ( louer est inclus dans dpend de - effectuer ).

  • MCD / Merise

    ANALYSE_ch2_mea.doc 09/12/2014 09:08 Page 28 / 28

    LOCATAIRE

    numLoc

    nomLoc

    effectuer

    MATERIEL

    refMat

    designMatlouer

    duree

    I

    0,n

    0,n

    1,1

    RESERVATION

    numReserv

    dateReserv

    0,n