LE FEU DU REVEIL (Charles Finney) - yves.· LE FEU DU REVEIL (Charles Finney) Introduction 1 Les...

download LE FEU DU REVEIL (Charles Finney) - yves.· LE FEU DU REVEIL (Charles Finney) Introduction 1 Les réveils

of 42

  • date post

    18-Aug-2018
  • Category

    Documents

  • view

    229
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of LE FEU DU REVEIL (Charles Finney) - yves.· LE FEU DU REVEIL (Charles Finney) Introduction 1 Les...

  • LE FEU DU REVEIL (Charles Finney)

    Introduction 1 Les rveils superficiels 2 L'excitation malsaine au cours des rveils 3 Une cause de certaines conversions superficielles 4 Les erreurs qui bloquent les rveils 5 Les erreurs dans les messages de rveil 6 L'excitation pendant les rveils (1) 7 L'excitation fanatique 8 L'excitation pendant les rveils (2) 9 Pourquoi y a-t-il si peu de rveils? 10 Les causes du dclin des rveils 11 L'inutilit d'efforts spasmodiques 12 Les obstacles l'esprit de rveil 13 Les objections faites aux sries de runions 14 Les obstacles aux rveils 15 L'attitude pernicieuse de l'Eglise par rapport aux rformes 16 La folie de vouloir entretenir la vritable religion sans rveils

    LE FEU DU REVEIL (Finney)

    INTRODUCTION

    A tous les amis de notre Seigneur Jsus-Christ, tout particulirement Ses serviteurs.

    Bien-aims dans le Seigneur, Plusieurs annes se sont coules depuis quune srie de confrencesdonnes sur le sujet des rveils a t publie dans les colonnes du journal de New-York,lEvangliste. Beaucoup dentre vous le savent. Jai eu loccasion de prcher ces confrencesdevant ma propre congrgation de New- York. Elles furent publies par lditeur de ce journal.Depuis la publication de ces confrences, mes observations et mes expriences concernant lesrveils se sont continuellement dveloppes et ont mri, si bien que je suis dsireux de dire biendautres choses mes frres sur ce sujet.

    Lorsque jai commenc donner ces prdications, je navais ni connaissance ni exprience enmatire de rveils. Mon exprience chrtienne tait elle-mme trs limite. Le Seigneur maconduit sur un chemin que je ne connaissais pas. Rcemment, jai pens quil pouvait tre utile decommuniquer aux Eglises mon exprience et mes convictions.

    Je souhaite tout particulirement que mes frres comprennent que je ne prtends aucuneinfaillibilit dans ce domaine. Je ne veux que prsenter mes opinions, avec la modestie qui convient mon ignorance, et que rclame aussi la nature du sujet. Depuis environ vingt ans, jai bnficidune continuelle exprience en matire de rveils. En acqurant cette exprience, jai observ detrs prs et avec une grande sollicitude les diffrents rveils, leur dveloppement, leurs rsultats,et tous les phnomnes qui les accompagnent, ainsi que leurs consquences. Jai parfois lu lesremarques faites par certains journaux, prtendant que, depuis mon installation Oberlin, javaiscess de voir de puissants rveils associs mon ministre ou celui de mes collaborateurs. Mais ilsagit l dune grave erreur. Mes frres auraient t informs de la ralit, si certains des journauxauteurs de ces remarques avaient port la connaissance du public les faits tels quils se sontpasss. Je ne mentionne cela ni pour censurer ces diteurs, ni pour me vanter du succs de monpropre ministre ou de celui de mes collaborateurs. Je veux simplement attirer votre attention

  • objective sur mes propos. Ne croyez pas que ceux-ci soient faits par un homme dont lesobservations et lexprience concernant les rveils ont cess depuis longtemps. Bien au contraire,mes observations et mon exprience se sont dveloppes dans toute leur fracheur jusqu cetteheure mme.

    Ma position dans ce pays et les observations que jai pu faire ltranger mont donn desavantages particuliers pour juger de lefficacit ou de linefficacit de certaines pratiques. Jai ttmoin de puissants rveils ici mme. Ils se sont produits de temps en temps tout au long des dixannes coules. Ce qui sest pass ici aurait pu tre qualifi de rveil partout ailleurs. Il scoulerarement une semaine, sinon un jour, sans que je puisse observer un certain nombre de signes delintervention divine. Jai encore pu constater linfluence des rveils sur la vie de jeunes hommes seprparant pour le ministre, sur la vie de serviteurs de Dieu, et sur lEglise en gnral, des annesaprs que ces rveils se soient produits. Jai pu tudier avec le plus profond intrt leurcommencement, leur progression, leur dclin temporaire, puis leur reprise, ainsi que leurs diversesformes et les circonstances de ces modifications.

    Je dsire attirer lattention de mes frres sur un nombre considrable de sujets. Par la providencede Dieu, jai pu observer une grande varit de mesures employes pour conduire des rveils.Quand jai commenc les connatre, au cours des dix premires annes de mon ministre, nous neconnaissions pas ce que nous appelons aujourdhui les sries de runions. Depuis lors, ces sries derunions, appeles tout dabord rassemblements dEglises, sont devenues une pratique courante.Elles ont pu prendre la forme de runions tales sur trois ou quatre jours, ou leur forme actuellede sries de runions programmes sans interruption sur plusieurs semaines. En ce qui concernelefficacit de ces diffrentes mthodes, jai beaucoup de choses dire, et jinvite tous leschrtiens considrer ces remarques dans la prire. Je veux aussi souligner le soin extrme quenous devons prendre pour viter que ces rveils ne dgnrent en fanatisme et en confusion,comme cela sest produit dans certains cas. Je dsire aussi attirer lattention de mes frres surcertains rsultats dsastreux qui ont pu se produire cet gard. Votre frre, C. G. Finney

    LE FEU DU REVEIL (Finney)

    I. LES REVEILS SUPERFICIELS.

    Depuis au moins dix ans, jai observ que les rveils sont progressivement devenus de plus en plussuperficiels. Une multitude dautres observateurs sont parvenus la mme conclusion. Tous lesphnomnes qui accompagnent les rveils actuels en tmoignent comme dun fait gnral. Il y abeaucoup moins de conviction profonde de pch et de brisement profond du coeur, beaucoupmoins dhumilit vritable, et beaucoup moins de puissance dans toutes les grces manifestes dansla vie de ceux qui se sont convertis au cours des derniers rveils. Ce ntait pas le cas de ceux quise sont convertis lors des rveils survenus en 1830, 1831, et un certain temps auparavant. Jaiobserv, comme dautres lont fait, que les rveils avaient une dure beaucoup plus courte, etquils provoquaient une raction beaucoup plus soudaine et dsastreuse quauparavant. Jai notgalement quun nombre plus faible de convertis devenaient des chrtiens stables et efficaces.Quant ceux qui persvrent, ils semblent tre moins remplis de lEsprit de Christ que lors desrveils prcdents. Ils nont pas autant lesprit de prire, ils ne sont pas aussi modestes ni aussihumbles. Bref, si jen juge par ma propre exprience et les observations dautres tmoins, tous lesphnomnes accompagnant les rveils les plus rcents ont revtu un caractre bien moinssouhaitable quauparavant. Je considre ce propos comme modr.

    Au cours des rveils actuels, les chrtiens sont bien moins spirituels, moins persvrants dans laprire, moins profondment humilis et vivifis, et moins puissamment baptiss dans le Saint- Espritquauparavant. Je suppose que ces observations ne doivent pas tre appliques lensemble desrveils, mais je crois quon peut les appliquer la grande majorit dentre eux. Je crois que lesserviteurs de Dieu ne sont pas aussi dsireux quauparavant de voir des rveils se produire dansleurs Eglises, et quils nont pas daussi bonnes raisons de ltre. Quant aux serviteurs de Dieu quinont connu que les rveils rcents, ils en sont presque venus craindre les rveils. Ils ont

  • tellement vu les effets dsastreux des rveils modernes quils se demandent honntement sil estfinalement dsirable davoir un rveil. Ceux qui ont assist aux rveils dil y a dix ou vingt ansprfrent nettement les rveils de ce type. Ils sont affligs du caractre superficiel de beaucoup derveils rcents. Je fais l une remarque gnrale et non universelle, et nexprime que mon opinionpersonnelle. Jai souvent entendu des serviteurs de Dieu et des chrtiens dire: Nous languissons devoir revenir le jour o nous verrons des rveils comme ceux que nous avons eus il y a des annes!Jai trs attentivement observ lvolution des choses. Jai recherch avec le maximum de soin etde prire quelles taient les causes de ce dclin. Si mes informations sont bonnes, et si jai biencompris la situation, jnoncerai dj les causes suivantes:

    1. On sonde aujourdhui beaucoup moins profondment le coeur humain. On nexpose pas demanire complte la dpravation de la nature humaine. On constate gnralement que les pcheursimpnitents nont manifest ces dernires annes quune opposition trs faible aux rveils. Cecima t confirm par un frre qui a exerc longtemps le ministre dvangliste. Je ne crois pasque les penses charnelles des hommes ne soient plus en conflit avec Dieu. Mais je crains que lonnait pas compltement mis en lumire dans les coeurs les raisons profondes de ce conflit. Je crainsque lon ne mette pas entirement nu lindescriptible dpravation du coeur humain, comme on lefaisait auparavant. On prche bien quelques sermons dans chaque rveil sur le thme de ladpravation morale. Mais je crains que cela ne soit aucunement le grand thme de la prdication.Cela devrait ltre, si lon veut profondment labourer la jachre du coeur du pcheur comme decelui du chrtien. Daprs ma propre exprience et mes observations, comme daprs la Parole deDieu, je suis pleinement convaincu que la nature des rveils dpend beaucoup de laccent plac surla dpravation du coeur humain. Son orgueil, son inimiti contre Dieu, son caractre tortueux, ettout ce que Dieu trouve hassable, doivent tre exposs la lumire de Sa loi parfaite.

    2. Je crains que laccent ne soit pas assez plac sur lhorrible culpabilit entrane par cettedpravation. On ne fait pas assez defforts, par des messages clairs et tranchants, pour montrer aupcheur que son coeur est irrmdiablement corrompu et coupable, et quil est inexcusable. Aucunrveil ne sera vritablement profond tant que les pcheurs et les chrtiens rtrogrades nauront past sonds et mortifis un point tel quils seront incapables de garder la tte haute. Tant que despcheurs et des chrtiens rtrogrades pourront assister des runions de rveil en gardant la ttehaute et en vous regardant en face sans tre rouges de confusion, je suis absolument convaincu quelon aura la preuve quune inspect