Le DESG de Langue Fran§aise, - afdet.net .Le DESG de Langue Fran§aise, 10 ans au service...

download Le DESG de Langue Fran§aise, - afdet.net .Le DESG de Langue Fran§aise, 10 ans au service de l’‰ducation

of 21

  • date post

    21-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Le DESG de Langue Fran§aise, - afdet.net .Le DESG de Langue Fran§aise, 10 ans au service...

  • Le DESG de Langue Franaise,10 ans au service de lducation Diabtique

    et de la Diabtologie

    Voil dix ans dj, un petit collectif de soignants en Diabtologie crait labranche franaise du groupe europen d'ducation diabtique. Rapidement le DESGLF entreprenait un travail de structuration de cette discipline, lment essentiel derelais entre le savoir, la pratique et les patients. Dans un esprit de collaborationentre tous les soignants, mdecins, infirmiers (es), ditticiens(nes), psychologues,ont t mises en uvre des actions en profondeur visant en premier lieu formerles cadres capables de mettre ensuite en place partout en France des structures dequalit et de former leur tour d'autres soignants ducateurs. Aprs dix annes, cesont plus de 600 membres que compte ce groupe de travail rparti sur l'ensembledu territoire franais tant dans les grandes structures que dans de plus petits centreshospitaliers et parmi les diabtologues libraux. Le DESG LF a aussi trs vite en-trepris un travail de valorisation de l'acte pdagogique en Diabtologie en rdigeantle livre blanc de l'ducation Diabtique, en intervenant auprs de structures hospita-lires pour aider au dveloppement des units pdagogiques, en entreprenant descontacts fertiles tant avec les Ministres de tutelle qu'avec les socits savantes aux-quelles ses membres appartiennent gnralement et en premier lieu avec l'ALFE-DIAM.

    Par ailleurs, une structuration rgionale a t mise en place, impliquant de nom-breux acteurs de premier plan, hospitaliers, universitaires mais aussi de terrain afind'aller la rencontre de leurs partenaires, mdecins gnralistes, pharmaciens, infir-mires librales, podologues, pdicures et promouvoir ainsi une prise en charge s-rieuse de diabtiques de type I et surtout de type II de plus en plus nombreux.

    SOMMAIRE

    Journal du D.E.S.G de langue franaise.Section francophone du Diabetes ducation Study Group EUROPEAN ASSOCIATION FOR THE STUDY OF DIABETES

    ditorial

    Vol. 10 - N32000

    DITO- Le DESG de Langue Franaise,

    10 ans au service de lducationDiabtique et de la Diabtologie ......... 33(S. HALIMI)

    VU POUR VOUS- Les centres de dtection et de

    prvention de lathrosclrose ............ 34(M. TRAMONI)

    TEST POUR VOUS- Intrt dun logiciel dA.S.G. afin

    damliorer la comprhensionet le comportement des patientsdiabtiques ......................................... 36(A. MOCOCHAIN)

    DIABTE ET PDAGOGIE- ducation thrapeutique du patient

    Recommandations de lOMS .............. 38(H. MOSNIER-PUDAR)

    SANT-DUCATION - PARIS 2001- Programme et bulletin dinscription .... 41

    PROPOS DAUTRES MALADIESCHRONIQUES

    - Activit physique et obsit ................ 43(JM. OPPERT))

    CONGRS DE DIABTOLOGIE- ALFEDIAM - Diabte Grenoble 2000

    Abstracts ............................................. 45

    Prsident : Serge HALIMI (Hpital Nord, GRENOBLE) Vice-Prsident : Jean-Louis GRENIER (Hpital V.Provo, ROUBAIX) Vice-Prsidents adj. : Ghislaine HOCHBERG (Paris)

    Bernard CIRETTE (Centre Hospitalier, NEVERS) Secrtaire gnrale : Helen MOSNIER-PUDAR (Hpital Cochin, PARIS) Secr. gnral adjoint : Simone JEAN (Hpital St-Joseph, PARIS) Trsorier : Jean-Michel RACE (Hpital Sud, AMIENS)

    Prsidents d'honneur : Paul VALENSI (Hpital J.Verdier, BONDY)Fabienne ELGRABLY (Htel-Dieu, PARIS)

    Responsable du Journal Diabte ducation : Guillaume CHARPENTIER(Hpital Gilles de Corbeil - CORBEIL ESSONNES)

    Responsables des Groupes Rgionaux : Anne-Marie LEGUERRIER (Hpital Sud RENNES)Bernard CIRETTE (Centre Hospitalier, NEVERS)

    Responsable de la Formation des formateurs : Judith CHWALOW (Htel-Dieu, PARIS)

    Le bureau du DESGLe DESG de langue franaise remercie :

    l INSTITUT SERVIERDU DIABTE,

    LES LABORATOIRES :

    BAYER-DIAGNOSTIC

    BECTON-DICKINSON,

    HOECHST-HOUD, LIFESCAN,

    LILLY, MEDISENSE, MERCK-

    LIPHA, NOVO-NORDISK,

    PARKE-DAVIS, ROCHE

    de leur collaboration et de leur soutien

  • 34 Vol. 10 - n3 - 2000

    C'est ainsi qu'une multitude d'actionsont t menes jour aprs jour, sensibili-sant et formant de plus en plus de soi-gnants au service des diabtiques et deleur entourage.

    De plus, le DESG LF a suscit lamise en place d'actions de recherche cli-nique, dveloppement ou valuationd'outils pdagogiques, de matriels tech-niques, de structures ou programmes p-dagogiques, de plus en plus cibls surcertains groupes de patients ou de soi-gnants. Puis une runion annuelle m-lant confrences plnires et communi-cations libres a t organise chaqueanne associe la runion de l'ALFE-DIAM depuis Montral et jusqu' Gre-noble 2000. Toutes ces runions furentdes succs, salles combles, changesfructueux et passionns toujours mod-rs et prsids par la plupart des diab-tologues de renom du systme mdicalhospitalo-universitaire.

    Dans ces actions, l'industrie du mdi-cament et du diagnostic fut sans cesse nos cts qu'ils en soient tous remercischaleureusement, en particulier BernardLESOBRE.

    Par ailleurs, des membres du DESGLF ont largement contribu l'labora-tion des critres d'accrditation en Dia-btologie dfendant l'ide d'un systmeducatif large mais soucieux de mainte-nir un niveau qualitatif lev avec lamme rigueur que celle qu'exige lesautres domaines de la Diabtologie. Ensomme, aucune action en Diabtologieconcernant l'ducation du malade n'a tmene sans le concours du DESG LF oude ses membres titre personnel.

    Enfin, il y a ce journal, Diabte du-cation, voulu d'emble comme pratique,srieux, ouvert, et qui a su maintenir unrythme de parution et un niveau satisfai-sant au long de cette dcennie. Com-ment remercier tous ces acteurs pourcertains bien connus de tous, pourd'autres plus modestes et plus discretssans en oublier aucun. Ces plus de 600membres et encore bien d'autres doiventaujourd'hui tres remercis pour leur tra-vail irremplaable dans cette dcenniequi fut une priode clef pour la recon-naissance de notre discipline et de l'im-portance du diabte comme problme desant publique.

    Je souhaite toutefois citer certainsd'entre eux, fidles de la premire heureet pour la plupart encore prsents et ac-tifs au sein du DESG LF, ainsi Jean-

    Louis GRENIER, Paul VALENSI,Guillaume CHARPENTIER, PatrickVEXlAU ; et galement : PhilippeCHANSON, Pierre CHOPINET, SilvneCLAVEL, Hlne HANAIRE-BROU-TIN. Enfin rendre hommage celles quiont port bout de bras la formationdes formateurs et tant d'autres missionsessentielles : Judith CHWALLOW,Nadia TUBIANA, Anne-Marie LE-GUERRIER et particulirement Fa-bienne ELGRABLY la Prsidente quije succde aujourd'hui.

    Mais vous tes d'autres trs nom-breux avoir uvr et si je ne peuxtous vous citer, sachez que nous savons quel point vous avez tous contribu ce travail de fond et que nous savonsque vous continuerez le faire demainau sein de notre groupe.

    Aujourd'hui, nul n'ignore que des tur-bulences perturbent les relations duDESG LF avec la structure de rfrenceen Diabtologie l'ALFEDIAM. Maispour nous, seul compte le travail quireste faire et notre volont est depoursuivre l'intrieur de la Diabtolo-gie laquelle nous appartenons et dans

    laquelle chacun sait que nous uvronstous, ce travail entrepris il y a dix ans.Le DESG va poursuivre ses actions dansl'tat d'esprit qui a toujours prvalu, unesprit d'ouverture, d'changes, de libreexpression entre soignants et en partena-riat avec ceux qui lui ont renouvel saconfiance, l'AJD, l'AFD et d'autres en-core dont la mission est d'tre au servicedes diabtiques. Ds janvier 2001, unejourne aura lieu, avec un programmede trs grande qualit, une ouverture surles autres disciplines mdicales confron-tes avec la gestion de la chronicit etdonc la pdagogie. De plus, de nom-breuses actions en cours se poursuiventou d'autres sont en laboration partouten France. Et puis la nouvelle quipemise en place, que j'ai l'honneur de co-ordonner, va uvrer pour qu'aprs cesremous, une fois le ciel clairci, et si lavolont s'en manifeste, nous puissionsensemble aller plus loin dans nos ac-tions au seul service de la Diabtologie.

    Merci H. Mosnier-Pudar, G. Hoch-berg, J.M Race, B. Cirette, V. Coliche,et J.L Grenier d'avoir accept de m'ac-compagner dans cette tche.

    Serge Halimi - Grenoble

    VU POUR VOUS

    Les centresde dtection et de prventionde lathrosclrose (CDPA)

    L'athrosclrose constitue toujours l'heure actuelle un des problmes lesplus importants de Sant Publique enFrance o elle reste la premire causede mortalit. Pouffant, le corps mdical,mais aussi le grand public, connaissentde mieux en mieux ses principaux fac-teurs de risque et savent que leur correc-tion fait diminuer la mortalit cardio-vasculaire. Ainsi les patients prsentantun facteur de risque patent isol, commeun diabte franc ou une hypertension s-vre, sont en gnral convenablementtraits et suivis.

    Par contre, c'est la prise en chargedes sujets qui cumulent de multiples"petits risques" qui est le plus souventinsuffisante. L'exemple type est celui de

    l'homme fumeur prsentant une obsitabdominale modre, qui ne fait pasd'exercice et qui a une glycmie et destriglycrides "limites".

    Sa prise en charge n'est pas toujoursbien ralise car, peu motiv, il appar-tient souvent une couche socioprofes-sionnelle dfavorise, consommantspontanment peu de soins o les proc-cupations de sant ne sont pas au pre-mier plan.

    De plus, il est difficile pour un mde-cin isol, quelles que soient ses comp-tences, de prendre en charge les diversaspects de la maladie athromateuseainsi que la multiplicit des facteurs derisque d'autant plus que la correction del'un peut retentir sur un autre.

  • 35Vol. 10 - n3 - 2000

    C'est l'ensemble de ces considrationsqui a justifi la mise en place par le Mi-nistre de la Sant, en 1995 et pour unedure de cinq ans, de cinq centres dedtection et de prvention de l'athro-sclrose (CDPA) dans les CHU sui-vants :

    Lille : Institut Pasteur,

    Lyon : Hpital de l'