LE CŒUR OUVERT MAGAZINEs3.e- .Web view... de par sa nature, en ligne directe avec le sacré. Peurs

download LE CŒUR OUVERT MAGAZINEs3.e- .Web view... de par sa nature, en ligne directe avec le sacré. Peurs

of 53

  • date post

    13-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of LE CŒUR OUVERT MAGAZINEs3.e- .Web view... de par sa nature, en ligne directe avec le sacré. Peurs

LE CUR OUVERT MAGAZINE

LE CUR OUVERT MAGAZINE

N20 Dcembre 2010

Rdacteur : Costa Zaboukis

Responsable : Costa Zaboukis

Le Coeur OuvertCosta et Thodora91 Rue de Bohan B-5550 Hrisson BelgiqueTel/Fax : 0032/61/ 50.34.10GSM C: 0497 85 45 30 ou Th: 0498 27 00 37Email : lecoeurouvert@skynet.be

Site: http://www.lecoeurouvert.net/

Le magazine est un magazine envoy gratuitement !

Cependant, toutes celles et ceux qui veulent faire un don pour soutenir tout ce travail peuvent le faire et envoyer leurs dons soit :

Pour la France :

par chque au nom de Valsamis Thodora : 91 rue de Bohan B-5550 Hrisson Belgique, mention : don magazine, soit en faisant un virement au C.C.P. n 0495367T023 ,

IBAN : FR07 2004 1010 0204 9536 7T02 374, BIC : PSSTFRPPCHA

mais cela n'est pas obligatoire !

Pour la Belgique :

N de compte : au nom de Zaboukis C. : 000-1600608-11, 91 rue de Bohan B-5550 Hrisson. mention : don magazine, N BIC : BPOTBEB1 - N IBAN : BE30000160060811

Editorial

LES ENSEIGNEMENTS DE SAI BABA

ET DARISTOTE CONCERNANT

LA VERTU ET LETHIQUE

Suite du n 19

Prpar par George Bebedelis - Athnes, Grce - Avril 2004

SOMMAIRE Introduction.

1. Le bonheur est le but et la cause de toutes les activits humaines.

2. Comment atteindre le bonheur ?

3. La division de lme - Types de vertus.

4. Vertu thique ou morale ou pratique.

5. La vertu thique est un tat de juste quilibre.

6. La vertu thique est lie au juste choix.

7. Amiti - Amour.

8. Bonheur - nanda.

9. Conclusion.

5. LA VERTU ETHIQUE EST UN ETAT DE JUSTE EQUILIBRE

Aristote dfinit la vertu pratique ou thique ou morale comme un tat dquilibre, un tat intermdiaire entre lexcs et linsuffisance, entre trop et trop peu. Il introduit le principe du juste quilibre, qui est dune importance capitale dans la Grce ancienne.

La vertu est un tat intermdiaire qui est relatif nous, dtermin par le logos et par lhomme sage. Cest un juste milieu entre deux vices, lun tant lexcs et lautre linsuffisance.(1106b, 40 - 1107a, 3)

Ces deux extrmes dtruisent les vertus.

Lexercice excessif ou insuffisant dtruit la force du corps ; trop ou trop peu de nourriture ou de boisson dtruit la sant, alors que ce qui est proportionn la procure, laugmente et la prserve. (1104a, 15 - 20)

Lexcs et linsuffisance sont les caractristiques du vice, alors que le juste milieu (ltat intermdiaire) est la caractristique de la vertu. (1106b, 36-38)

Mais comment dfinit-on cet tat intermdiaire ? Ce nest pas facile, parce quil peut varier selon diffrentes situations, diffrentes personnes et diffrentes circonstances. Ainsi, il nest pas identique pour tous. Si dix est beaucoup et que deux est peu, six est le juste milieu arithmtique. Mais en ce qui concerne les gens, le juste milieu ne doit pas svaluer ainsi. Si dix portions de nourriture sont beaucoup trop pour un athlte et que deux portions sont trop peu, ceci nimplique pas que lentraneur conseillera six portions. Parce que pour Milon, le clbre vainqueur des Jeux Olympiques, ce pourrait tre insuffisant, alors que pour lathlte qui dbute, ce pourrait tre excessif.

Ltat intermdiaire nest pas un principe objectif et absolu, mais relatif chaque situation et il est dtermin par le logos ou par un homme sage. (1107a, 1-3)

La Vertu est alors la science de lquilibre ou lart de dcouvrir ltat intermdiaire. Bien entendu, nous ne parlerons pas dtat intermdiaire pour nimporte quel type dactions, car certaines sont dj mauvaises, comme lenvie, ladultre, le vol ou le meurtre. Toutes celles-ci sont mauvaises en elles-mmes et non en raison dun excs ou dune insuffisance. Quand on accomplit une telle action, elle est toujours mauvaise

Nous pouvons comparer lexcs rajas, linsuffisance tamas et ltat intermdiaire, quilibr, sattva. Lhomme sattvique est lhomme vertueux.

tre vertueux nest pas une tche aise, car il nest pas facile de trouver le juste milieu. Par exemple, nimporte qui peut se fcher, donner ou dpenser de largent, mais le faire pour la bonne personne, dans la bonne mesure, au bon moment, avec le bon motif et de la bonne manire, nest pas la porte de tout le monde et ce nest pas facile. Par consquent, la vertu est rare, digne dloge et noble. (1109a, 26-33)

Analyse de diverses vertus

Aristote continue en analysant certaines vertus, dfinissant lexcs et linsuffisance. Nous ne donnons ici que quelques aspects de son analyse.

1. LE COURAGE - LA BRAVOURE - LA VAILLANCE

Cest un tat intermdiaire entre la lchet, limptuosit - limprudence.

La bravoure consiste faire face la souffrance sans inquitude et la supporter calmement. (117a,36-37)

2. LA TEMPERANCE , LE CONTRLE DE SOI

Linsuffisance est lamour de son propre confort et lexcs est une sorte dinsensibilit.

Lhomme modr agit conformment au juste logos (ritam). (1119a, 23-24) (1119b, 21)

Chez un homme irrationnel (sans logos), le dsir pour le plaisir est insatiable. La gratification obtenue de la ralisation des dsirs augmente leur force inne, de sorte quils deviennent forts et violents et vont lencontre de la raison. Cest pourquoi les dsirs devraient tre modrs et limits en nombre ; ils ne devraient en aucun cas sopposer au logos ( la Conscience ). Nous disons alors quil y a obissance et discipline. De mme que lenfant devrait vivre en suivant les directives de son prcepteur, de mme llment qui dsire devrait obir au logos. Chez lhomme qui matrise le soi, le dsir devrait tre en harmonie avec le logos, car tous deux visent la Beaut. (1119b, 5-19)

Swami dit trs souvent :

Ne suivez pas le corps.Ne suivez pas le mental.Suivez la Conscience.

3. LA LIBERALITE, cest--dire LA GENEROSITE

Cest un tat intermdiaire qui concerne la richesse et lusage correct de largent.

Lhomme gnreux donne abondamment aux autres et garde trs peu pour lui-mme, car la nature dun homme gnreux est de ne pas faire attention lui-mme. (1120b, 5-7)

Il nest pas facile pour lhomme gnreux dtre riche, tant donn quil naime ni prendre ni garder, mais donner et quil naccorde pas de valeur la richesse pour elle-mme, mais comme un moyen pour donner. (1120b, 16-19)

Le moi prend et oublie.Lamour donne et pardonne Baba

La gnrosit est un tat intermdiaire entre lavarice et le gaspillage. Comme le dit Swami :

Ne gaspillez pas largent,Ne gaspillez pas la nourriture,Ne gaspillez pas le temps,Ne gaspillez pas lnergie.

De ces deux extrmes, la parcimonie est considre comme un plus grand vice que le gaspillage et les hommes pchent plus souvent dans le sens de lavarice. (1122a, 16-19) De plus, lavarice est incurable ; la vieillesse et linfirmit rendent les hommes avares. (1121b, 15-19)

4. LA MAGNIFICENCE

Cette vertu est comparable la prcdente. Elle est lie aux actions qui concernent les dons ; elle dpasse en importance la gnrosit, comme le mot lui-mme le suggre (magnitude = grandeur).

Lhomme magnifique est sage, car il est mme de voir ce qui est juste et dpense de grandes sommes dargent de manire adquate et correcteIl dpensera de largent dans le but dinspirer la bont et la beaut ; il le fera de bon coeur et avec empressement sans se livrer de nombreux calculs. Il prendra en considration le rsultat qui sera le plus beau et le plus convenable, plutt que celui obtenu bon march. (1122b, 7-12)

Lhomme magnifique ne dpense pas dargent pour lui-mme et ses dons sont rattachs aux dieux - offrandes votives, construction de temples et toute forme de culte religieux - et la socit - parrainer un vnement culturel, offrir un trirme (bateau de guerre lger et rapide), nourrir les pauvres, etc.(1122b, 23-28)

Le manque de magnificence est lavarice, ainsi que lexcs de vulgarit et le manque de got qui poussent donner de faon ostentatoire dans des circonstances malvenues et de manire incorrecte.

5. LA GRANDEUR DAME LA MAGNANIMITE LA GENEROSITE DE CUR

Lhomme magnanime est digne des grandes choses. Il est modr envers la richesse, envers le pouvoir et toute bonne ou mauvaise fortune, quoi quil puisse advenir. Sa bonne fortune ne le transporte pas de joie et la mauvaise fortune ne lafflige pas. (1124a, 15-18)

Mme lhonneur est peu de chose pour lui. Il affrontera de grands dangers et est mme prt sacrifier sa propre vie, sachant quil existe des conditions dans lesquelles la vie ne vaut pas la peine dtre vcue. Il prfre octroyer des bnfices quen recevoir. Il se souvient de ses bienfaiteurs, mais pas de ceux qui il a fait du bien. Cest le trait de caractre dun homme magnanime que de ne rien ou presque rien demander, mais doffrir son service de bon coeur.

Lhomme magnanime est conscient de ses vertus et ses actions font honneur sa grande valeur. Il est sr de lui, il croit en lui-mme. Swami fait souvent allusion Abraham Lincoln qui, bien que pauvre et orphelin de pre, parvint devenir Prsident des Etats-Unis dAmrique parce quil avait confiance en lui. La confiance en soi est le signe dun homme magnanime. Dautre part, manquer de magnanimit signifie la perte dune telle confiance en soi qui rend lhomme mesquin ou humble lexcs.

Lhomme insignifiant, bien quil soit digne de grandes choses, se prive de ce quil mrite et semble ne pas se connatre De telles personnes ne sont pas rellement sottes, mais plutt paresseuses et ne simpliquent pas dans de nobles actions et de nobles entreprises, sen considrant indignes. (1125a, 23-32)

Lexcs de magnanimit est larrogance, lorgueil, la vanit. Les vaniteux sont sots et ignorants deux-mmes, car ils sattaquent des entreprises honorables, bien quils nen soient pas dignes.

6. LAMBITION JUSTE

Cette vertu est c