LE CHAR TRIOMPHAL DE L'ANTIMOINE - .Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 2

download LE CHAR TRIOMPHAL DE L'ANTIMOINE -  .Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 2

of 56

  • date post

    25-Feb-2019
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of LE CHAR TRIOMPHAL DE L'ANTIMOINE - .Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 2

Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 1

1/56

LE CHAR TRIOMPHAL DE L'ANTIMOINE

Frre Basile Valentin religieux de l'ordre de saint Benot

Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 2

2/56

AVANT-PROPOS DE L'AUTEUR Avant que d'entrer plus particulirement en la matire contenue en ce livre, j'ai trouv ncessaire d'avertir le lecteur des points principaux un vrai spagyrique craignant Dieu, lesquels il doit observer exactement et sur lesquels il doit tablir le fondement de son art, afin que l'difice ne vienne pas tre branl par la furie des temptes. Ces considrations ne laisseront pas d'tre utiles, car elles serviront nos successeurs en la connaissance de la divine Bont et la louange de son saint Nom, et suivre la loi de ses commandements. Mais l'tat de mon ordre requiert un esprit tout diffrent de celui des autres personnes sculires. En cette considration, j'ai trouv cinq choses principales que tous les vrais philosophes et amateurs des sciences doivent observer :

La premire est l'invocation de l'assistance divine. La seconde est la contemplation des choses.

La troisime est la vraie et sincre prparation (des choses). La quatrime est la mthode de s'en servir. La cinquime est l'utilit qui en provient.

Il faut qu'un vrai chimiste considre ces cinq points et qu'il les connaisse parfaitement. Car sans iceux, il ne peut jamais acqurir la gloire d'un vrai spagyrique. Nous discourons en particulier de ces choses pour en produire un uvre en gnral parfait et utile tous.

Premier point concernant l'invocation du saint Nom de Dieu

L'invocation de Dieu se doit faire par le moyen d'une dvotion (particulire et un zle) cleste du plus profond de nos curs, avec une conscience nette et pure qui ne soit point charge d'envie, de gloire et d'avarice, d'oppression du prochain et autres pchs normes, desquels il faut avoir la conscience libre et dcharge. Car ne vous imaginez pas de pouvoir obtenir les grces du Saint-Esprit et avoir les trsors de la sant corporelle, si vous n'tes auparavant sain d'esprit. Car je vous dis en vrit que Dieu ne se laisse pas trompera mais qu'il veut tre invoqu et reconnu pour le crateur de toutes les choses du monde par une reconnaissance et obissance rciproque. Ce qui est bien juste et raisonnable; car l'homme n'a rien du tout que ce qu'il plut sa bont infinie de lui donner. Il lui a donn le corps, la vie, l'esprit et l'me immortelle. Et pour la conservation de tout cela, il nous a donn le vrai ternel Verbe divin, pour la nourriture de l'me spirituelle et pour otage de la vie ternelle. II a ordonn pour l'entretien du corps tout ce qui lui tait ncessaire", de quoi n'auront jamais faute ceux qui le demandent avec une sincrit et puret de conscience celui qui a cr toutes choses visibles et invisibles, le firmament, les lments (les plantes) et toutes les autres cratures. Car je suis assur qu'aucun homme impie et mchant ne pourra jamais obtenir la vraie science de mdecine; beaucoup moins il gotera la douceur de ce pain de vie ternelle. C'est pourquoi, suivant ma doctrine, il faut premirement que tous vos desseins et vos

Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 3

3/56

esprances soient fonds en la volont du Crateur; que vous demandiez sa bndiction ternelle, afin que vos principes soient tirs de la crainte de Dieu et que, par son assistance, vous puissiez arriver au but de la sapience que vous dsirez. Ceux qui ont l'intention et le dsir d'obtenir cette grce qui est la plus grande et la plus belle du monde savoir la connaissance de tous les biens des cratures que la bont divine a donns pour l'utilit de l'homme, et des vertus admirables qui rsident es pierres, plantes, racines, semences, btes, minraux, mtaux et autres semblables , il faut qu'ils loignent de leur esprit toutes les penses mondaines, supportent patiemment les adversits en attendant avec esprance en Dieu, le priant avec humilit qu'il leur octroie la fin de leurs dsirs, ce qu'il fera infailliblement lorsqu'on y pensera le moins. Car c'est lui qui est le dieu d'Isral, qui a dlivr son peuple des mains de Pharaon, qui accorde tout ce qu'on lui demande avec droiture et bonne intention. De sorte que la science ne se peut tablir autrement que par l'invocation et l'assistance divine, laquelle ne se doit pas faire avec une mauvaise intention ou un cur trompeur, mais de mme que fit le bon capitaine de Capharnam, d'une esprance ferme et d'une foi constante, et comme la Cananenne. Et lorsqu'on invoque l'aide divine, il faut avoir le dsir de la charit chrtienne de communiquer aprs son prochain ce qu'on espre obtenir par ses prires. Et, par ce moyen, on aura tout ce qu'on dsire et une fin assure de son esprance, tant de la sant que des richesses.

Deuxime point concernant la contemplation des choses

Aprs l'invocation de Dieu, s'ensuit la contemplation de toutes choses. C'est--dire qu'il faut considrer du commencement toutes les circonstances de chaque chose en particulier, et principalement connatre leurs oprations et vertus, et comment telles facults leur sont communiques; comment les astres cooprent ; comment les lments y concourent et comment elles sont formes de leurs trois principes; de mme, comment toutes les choses corporelles se peuvent rsoudre en leur premire matire ou premire essence, ainsi que j'ai dj dit en divers endroits de mes crits, afin que de la dernire matire on en puisse faire la premire et, pareillement, de la premire en faire la dernire. Voil ce qu'il faut considrer aprs l'invocation de Dieu, cette considration tant spirituelle et cleste (aussi bien que la premire). Car la contemplation des choses pntre par la pense spirituelle de l'homme au plus profond des essences. Et toutes les penses sont des effets de la spculation de laquelle il y en a deux sortes. Les unes sont des choses possibles et les autres des choses impossibles. Celles des choses impossibles produisent des penses inutiles et superficielles desquelles ne sortira jamais aucun effet possible ou aucune chose relle, sinon des chimres, comme lorsque quelqu'un dsire approfondir l'ternit du Seigneur, ce qui est non seulement impossible aux hommes, mais aussi une vanit et un pch contre le Saint-Esprit de vouloir pntrer les mystres incomprhensibles de la divinit. L'autre contemplation de chaque chose consiste en la possibilit d'icelles. La thorie n'est autre chose que la contemplation de toutes les choses visibles et palpables et qui ont une formelle et temporelle essence; comment on les peut perfectionner ou rsoudre tout ce que chaque corps

Basile Valentin Le Char Triomphal de l'Antimoine 4

4/56

peut contenir en soi ou produire d'utile; ce qu'il contient de bon ou de mauvais, poison ou mdicament, et comment sparer ce qui est bon d'avec l'inutile et contraire la sant de l'homme. Comment il faut faire l'anatomie de toutes les choses. Comment il les faut diviser, rompre et pulvriser auparavant, afin qu'on puisse sparer comme il faut les impurets d'avec ce qui est pur et net. Laquelle sparation se peut faire en plusieurs manires : les unes sont communes la pratique; d'autres inconnues et non vulgaires, comme lorsque vous calcinez, sublimez, rverbrez, circulez, putrfiez, digrez, distillez, cohobez et figez. Lesquelles oprations se font les unes aprs les autres, par degrs, en la pratique, et s'apprennent en travaillant; et par le moyen desquelles on peut connatre ce qui est fix et ce qui ne l'est pas; ce qui devient blanc, noir, rouge, bleu ou vert, et ainsi du reste, en toutes les oprations o les matres agissent bien (selon la nature), avec bonne considration. Car les oprations o les matres agissent ainsi ne peuvent qu'tre bonnes, parce que les opinions peuvent bien tromper, mais la nature ne s'abuse jamais lorsqu'elle est conduite par celui qui opre avec elle. C'est pourquoi si vous avez manqu de bien gouverner la nature en la sparation de ses parties, apprenez mieux la thorie pour faire meilleur fondement de votre Art et avoir les principes assurs pour la sparation ou la rsolution des choses, ce qui est le principal point.

Troisime point concernant la vraie et sincre prparation des choses

Aprs avoir bien entendu, en considrant toutes ces choses en particulier, et pntr les circonstances susdites, ce qui n'est rien autre chose que la thorie, s'ensuit la vraie mthode de les prparer, laquelle se pratique par opration manuelle, afin qu'il s'ensuive des effets rels. Et par telles oprations, vous acquerrez la science, les vrais fondements et les moyens des vrais mdicaments. Les oprations manuelles se font par une pratique continuelle. Et la science s'acquiert et tient sa gloire de l'exprience, avec telle distinction que l'une se connat avant l'autre par certaine facult. Et l'anatomie des choses est le vrai juge de toutes deux. Les oprations manuelles donnent connatre comment toutes les choses (caches) se peuvent rendre manifestes et notoires. La science nous donne la pratique et les vrais fondements pour devenir bon praticien, et n'est autre chose que la confirmation des oprations manuelles, lorsqu'elles ont bien procd et dcouvert les secrets de la nature qui taient auparavant cachs.

Quatrime point concernant la mthode de se servir des bons mdicaments

La prparation des choses tant faite par la sparation du bon d'avec le mauvais, il faut observer la mthode de s'en servir pour les hommes. En quoi il