L'Avenir de La Science - Ernest Renan

download L'Avenir de La Science - Ernest Renan

of 308

  • date post

    11-Aug-2015
  • Category

    Documents

  • view

    137
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Breves considerations scientifiques

Transcript of L'Avenir de La Science - Ernest Renan

Ernest RENAN[1848] (1995, pour cette dition)

L'AVENIR DE LA SCIENCEPrsentation, chronologie, bibliographiepar

Annie Petit

Un document produit en version numrique par Marcelle Bergeron, bnvole Professeure la retraite de lcole Dominique-Racine de Chicoutimi, Qubec et collaboratrice bnvole Courriel : marcelle.bergeron@uqac.ca Dans le cadre de la collection : "Les classiques des sciences sociales" dirige et fonde par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cgep de Chicoutimi Site web : http://classiques.uqac.ca Une collection dveloppe en collaboration avec la Bibliothque Paul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec Chicoutimi

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

2

Politique d'utilisation de la bibliothque des Classiques

Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, mme avec la mention de leur provenance, sans lautorisation formelle, crite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue. Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle: - tre hbergs (en fichier ou page web, en totalit ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques. - servir de base de travail un autre fichier modifi ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...), Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la proprit des Classiques des sciences sociales, un organisme but non lucratif compos exclusivement de bnvoles. Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est galement strictement interdite. L'accs notre travail est libre et gratuit tous les utilisateurs. C'est notre mission. Jean-Marie Tremblay, sociologue Fondateur et Prsident-directeur gnral, LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

3

Un document produit en version numrique par Mme Marcelle Bergeron, bnvole, professeure la retraite de lcole Dominique-Racine de Chicoutimi, Qubec.courriel : marcelle.bergeron@uqac.ca

ERNEST RENAN

Lavenir de la science.GF-Flammarion Paris : Garnier-Flammarion, 1995, 542 pp.

Polices de caractres utiliss : Pour le texte : Times New Roman, 12 points. Pour les citations : Times New Roman 10 points. Pour les notes de bas de page : Times New Roman, 10 points. dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2008 pour Macintosh. Mise en page sur papier format : LETTRE (US letter), 8.5 x 11) dition numrique ralise le 24 novembre 2010 et complte le 28 novembre 2010 Chicoutimi, Ville de Saguenay, Qubec.

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

4

Ernest RENAN

Couverture : Gontcharova, Construction rayonniste. Photo Adam Rzepka/Muse National d'Art Moderne, Paris. ADAGP, 1995.

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

5

Quatrime de couverture

Ernest Renan

L'avenir de la science

Publi en 1890, L'Avenir de la science est l'uvre ultime d'Ernest Renan, qui meurt deux ans plus tard. En fait, c'est aussi l'aboutissement d'un ouvrage commenc dans sa prime jeunesse.

Il s'agit tout la fois d'un expos gnral de la religion, conue comme religion de la raison, d'une philosophie de l'histoire, spcialement attentive aux origines, et enfin d'une philosophie des sciences. Renan affirme qu' ct des sciences de la nature, dont la ncessit et la rigueur sont reconnues, il doit y avoir place pour un ensemble de "sciences de l'humanit" ou "sciences philologiques", aussi rigoureuses et positives que les premires. Renan dfinit le rve "scientiste" du XIXe sicle ainsi qu'une politique du savoir. Un texte majeur du XIXe sicle. Prsentation, notes par Annie Petit.

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

6

[p. 532 542]

Table des matiresL'AVENIR DE LA SCIENCENote sur la prsente dition Traduction des textes latins et grecs Prface A. M. Eugne Burnouf I Une seule chose est ncessaire. Le sacr et le profane. Asctisme chrtien. Sanctification de la vie infrieure. Unit de la vie suprieure. Possibilit de raliser cette unit. Maintenant une trop riche nature est un supplice. II Savoir. Sa valeur objective. Sa base psychologique. Curiosit primitive. Des premires tentatives scientifiques. La science conue comme un attentat. Des rsultats et des applications de la science. Ide de la science pure : rsoudre l'nigme. De la science dans le gouvernement de l'humanit rflchie. Bvues et mcomptes ncessaires des premiers moments de rflexion. Tche de notre temps : reconstruire par la science l'difice bti par les forces spontanes de la nature humaine. Comment la philosophie gouvernera un jour le monde et comment la politique disparatra. III La science positive peut seule fournir les vrits vitales. De ceux qui prtendent les tirer : 1 de la spculation abstraite ; 2 des instincts potiques ; 3 d'une autorit rvle. Impossibilit de la haute science dans un systme de rvlation ; car la science n'a de valeur qu'en tant que cherchant ce que donne la rvlation. Des savants orthodoxes. Silvestre de Sacy. La science n'est srieuse que quand on en fait l'affaire essentielle de la vie. Du naturel et du surnaturel. (En grec dans le[Les numros entre accolades rfrent aux numros de page de ldition de papier, MB]

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

7

texte). Indpendance de la science. Esprit moderne. Il faut le continuer. uvre de la critique moderne. Exemple tir de l'islamisme. Molle raction contre la ferme tenue du rationalisme. Les calamits dpriment. Nous tiendrons ferme. Symbole rationaliste. Qui sont les sceptiques ? Le rationalisme, c'est la reconnaissance de la nature humaine dans toutes ses parties. Une nation rationaliste et rflchie seraitelle faible ? La rflexion attache la vie. Quoi qu'il en soit, les critiques ont raison. Possibilit de grands dvouements dans un tat critique trs avanc. Y a-t-il des illusions ncessaires ? Sve ternelle de l'humanit. Ne nous objectez pas les goistes frivoles... La religion chez les modernes ne fait rien pour la force des nations. Exemple de l'Italie. Que si la civilisation succombait sous la barbarie, elle vaincrait encore une fois ses vainqueurs, et ainsi de suite jusqu' ce qu'elle n'et plus personne vaincre. 4 du bon sens. En quoi le bon sens est comptent. Il ne peut apercevoir les fines vrits. Ton agaant. IV Les frivoles. Jamais la frivolit ne gouvernera le monde. L'humanit est srieuse. Tendances utilitaires. Les amliorations matrielles servent la cause de l'esprit. Du petit esprit d'industrialisme. Mieux vaut le peuple tel qu'il est. La science du bonhomme Richard. Grande vie dsintresse. Noblesse de l'asctisme. Dfauts de notre civilisation bourgeoise, ncessaires et justifis. Du peu d'originalit de notre temps. La libert ne sert de rien pour la production d'ides nouvelles. Le christianisme n'a pas eu besoin de la libert de la presse ni de la libert de runion. Toute ide nat hors la loi. La petite police gne plus l'originalit de la pense que l'arbitraire pur et la perscution. Jsus en police correctionnelle. Le progrs de la rflexion ramnera la grande originalit. Ne dsesprez jamais de l'esprit humain. La science est une religion. Sacerdoce rationaliste. V Ide d'une science positive des choses mtaphysiques et morales. Elle n'est pas faite. tat fatalement incomplet. Regret des illusions dtruites. Il faut en appeler l'avenir. Il serait plus commode de croire. Courage de s'abstenir. Ignorer pour que l'avenir sache. La ralit que la science rvle suprieure toutes les imaginations. Scurit contre les rsultats futurs de la science. Le monde de Cosmas et celui de Humboldt ; de mme, le vrai systme des choses se trouvera infiniment suprieur nos pauvres imaginations. Humanisme pur. Le temps des sectes est fini. Couleur sectaire. Impossibilit d'une nouvelle secte religieuse. Pierre Leroux. L'universel.

Ernest Renan, Lavenir de la science, [1848] (dition 1995)

8

VI La science, en gnral, peu comprise et ridiculise. La science n'est comprise qu'en vue de l'cole et de l'enseignement. trange cercle vicieux. Dfauts de l'enseignement suprieur en France. Le ministre de l'Instruction publique, considr tort comme le ministre de la Science. Fabricants et dbitants. La science n'est pas une affaire de collge. De la science d'amateurs. De la science de salons. Du technique. Du bon got dans la science. Du pdantisme. De la science allemande. Ne pas chercher l'amusement dans la science. VII De l'rudition. Elle n'a pas et il n'est pas ncessaire qu'elle ait toujours la conscience de son but. Services rendus l'esprit humain par des esprits trs mdiocres. Dperdition de forces par suite de cette inintelligence. Vaine manire de concevoir la science. La perte de la vie ne se rpare pas. Du curieux et de l'amateur. Services qu'ils peuvent rendre. En quel sens la science est vanit. L'Imitation. VIII De la philologie. Difficult de saisir l'unit de cette science. Vague expressif. Elle dsigne une nuance de recherches plutt qu'un objet spcial de recherches. Le philologue et le logophile. La philologie conue comme l'illustration du pass. La philologie n'a pas son but en elle-mme. L'apparition de la philologie signale un certain ge de toutes les littratures. La philologie envisage comme fournissant les matriaux de l'histoire et de l'humanit. Ncessit des recherches positives et des derniers dtails. La philosophie suppose l'rudition. Dans l'tat actuel de l'esprit humain, les travaux spciaux sont plus urgents que les considrations gnrales et surtout que les spculations abstraites. Les recherches particulires. Union de la ph