L'Avenir à hauteur d'homme: le monde de l'UNESCO; · PDF fileHébreu...

Click here to load reader

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of L'Avenir à hauteur d'homme: le monde de l'UNESCO; · PDF fileHébreu...

  • del'unesco

    ..-

    AUTEUR D'HOMME

  • Le temps des peuples

    0 MEXIQUE Jeune fille seri

    Le petit groupe des Indiens seri vit sur la cte nord-ouest du Mexique, dans l'Etat de Sonora, non loin de l'le de Tiburn, leur patrie spirituelle. Leur principale activit rside dans la pche du poisson, des tortues et des coquillages. LesSeri ont su conserver leurs coutumes et leurs croyances. Les femmes portent de longues robes en calicot de couleur vive.Certaines continuent se peindre le visage, comme on le voit ici, coutume qui est le plus souvent lie aux rites de lapubert. L'lment principal de cette dcoration est un trait ferme de couleur claire qui traverse l'arte du nez et lespommettes. Au-dessous de cette ligne, de petits points colors dessinent des motifs ovales ou triangulaires d'une grandecomplexit.

  • ieCourrieriUne fentre ouverte sur le monde

    JANVIER 1983 36 ANNE

    Publi en 26 languesFranaisAnglaisEspagnolRusse

    Allemand

    Arabe

    JaponaisItalien

    Hindi

    Tamoul

    Persan

    Hbreu

    Nerlandais

    PortugaisTurc

    Ourdou

    Catalan

    Malais

    Coren

    Kiswahili

    Croato-Serbe

    Macdonien

    Serbo-Croate

    Slovne

    Chinois

    Bulgare

    Une dition trimestrielle en braille est publieen franais, en anglais et en espagnol.

    Mensuel publi par l'UNESCOOrganisation des Nations Uniespour l'ducation,la Science et la Culture

    Ventes et distributions :

    Unesco, place de Fontenoy, 75700 ParisBelgique : Jean de Lannoy,202, avenue du Roi, Bruxelles 6

    ABONNEMENT 1 an : 58 francs franais ; Paiement par chque bancaire, mandat, ou CCP 3volets 12598-48, l'ordre de: Librairie de

    l'Unesco. Retourner Unesco, PUB/C, 7, place deFontenoy - 75700 Paris.

    Reliure pour une anne : 46 francs.

    Rdacteur en chef

    Edouard Glissant

    ISSN 0304-3118

    N 1 - 1983 - OPI - 82 3 - 394 F

    pages

    10

    11

    13

    15

    16

    17

    19

    AUX SOURCES DU FUTUR

    par Amadou-Mahtar M'Bow

    LES 14 GRANDS PROGRAMMES DE L'UNESCO

    I LES PROBLEMES MONDIAUX, RFLEXION ET

    PROSPECTIVE

    II L'DUCATION POUR TOUS

    III LA COMMUNICATION AU SERVICE DES HOMMES

    IV LES POLITIQUES DE L'DUCATION

    V DUCATION, FORMATION ET SOCIT

    VI LES SCIENCES ET LEUR APPLICATION AU

    DVELOPPEMENT

    VII SYSTMES D'INFORMATION ET ACCS LA

    CONNAISSANCE

    VIII PRINCIPES, MTHODES ET STRATGIES DE L'ACTION

    POUR LE DVELOPPEMENT

    21 IX SCIENCE, TECHNOLOGIE ET SOCIT

    23 X ENVIRONNEMENT HUMAIN ET RESSOURCES TERRESTRES

    ET MARINES

    25 XI LA CULTURE ET L'AVENIR

    28 XII PRJUGS, INTOLRANCE, RACISME, APARTHEID

    30 XIII PAIX, COMPRHENSION INTERNATIONALE, DROITS DEL'HOMME ET DROITS DES PEUPLES

    32 XIV LA CONDITION DES FEMMES

    l-IV L'ESSENTIEL DU PLAN MOYEN TERME

    2 LE TEMPS DES PEUPLES

    MEXIQUE : Jeune fille seri

    &? z jn&

    CE numro du Courrier de

    l'Unesco expose, sous uneforme videmment conden

    se, le Plan moyen terme del'Unesco pour les annes 1984-1989. Ce Plan prsente la particularit d'tre un ensemble ordonn

    d'orientations et non directement

    un programme d'action dtaill.

    Sa caractristique principaletient ce gu 'il a t conu partird'une analyse desproblmes quiseposent l'heure actuelle dans lemonde et qu'il s'articule, de manire intersectorielle et par consquent interdisciplinaire, en cinqmissions que 'Unesco s'assigne,lesquelles se rpartissent sur qua

    torze grands programmes d'intervention et de ralisation.

    Ce deuxime Plan moyenterme de l'Organisation a t laborpar le Directeur gnral aprsune enqute sansprcdent auprsdes 158 Etats membres et aprsconsultation de tous les membres

    du Secrtariat qui dsiraient fair^edes suggestions en la matire. Il at discut et ratifipar le Conseilexcutif de l'Organisation, puisamend et approuv l'unanimitpar la Confrence gnrale extraordinaire convoque cet effet auSige de l'Unesco, du 23 novembre au 3 dcembre 1982.

    On trouvera donc plus loin lersum des quatorze grands pro

    grammes qui correspondent cesmissions que l'Unesco s'est assignes. Un texte d'introduction deM. Amadou-Mahtar M'Bow

    claire divers aspects de ce vasteensemble de toute premireimportance pour qui dsire savoirce que veut et ce quefait l'Unesco.Et un tableau, plac en encart,donne la synthse du Plan.

    Enfin, pour illustrer ce numroexceptionnel, qui ne laissera indiffrent aucun de nos lecteurs confronts avec les dfis du prsent etde l'avenir, nous avons choisi de

    montrer, parmi d'autres documents, quelques-unes des ralisations de l'Unesco dans le monde.

  • AUX SOURCES

    DU FUTURpar Amadou-Mahtar M'Bow

    Directeur gnral de l'Unesco

  • DEPUIS que l'Unesco a t cre il y a trente-sept ans, parla volont de ses fondateurs de donner l'humanit dans

    le domaine des activits de l'esprit les moyens d'influencerson devenir, le monde a beaucoup chang. La communaut internationale s'est considrablement largie avec l'mergence de nouvellesnations. Et l'humanit n'a cess d'accrotre son emprise sur la pla

    nte, d'augmenter ses pouvoirs intellectuels et matriels. Les progrs scientifiques et techniques dont les tapes ont jalonn de faonspectaculaire l'volution de ce dernier quart de sicle, et qui ont permis notamment l'homme d'explorer jusqu' l'espace extraterrestre, ont amlior considrablement la vie d'un certain nombre depeuples, et ils offrent dsormais l'espce humaine, pour la premire fois dans son histoire, les moyens de s'affranchir dans sonensemble des principaux soucis qui l'obsdaient depuis l'aube destemps alimentation, sant, logement, protection contre lesflaux naturels, scurit. L'extension de l'ducation a ouvert un

    nombre toujours plus grand de personnes l'accs aux connaissancesles plus diverses et les plus leves accroissant ainsi de faon considrable la capacit d'innovation, et donc de bien-tre de nombreuses socits. L'avnement de la quasi-totalit des nations la souverainet politique ouvre la possibilit d'un extraordinaire largissement de la marge d'initiative et de libert humaines et offre chaque peuple la chance de devenir sujet d'une histoire qui s'laboredsormais d'une manire collective. Les changes de biens, de capitaux, d savoirs et de savoir-faire se multiplient; les brassages intellectuels et culturels s'intensifient; les soucis, les espoirs, les craintes

    commencent se rejoindre, au-del des dmarcations traces parl'histoire ou cres par la gographie. Toutes les collectivits tantde plus en plus runies dans un mme rseau de rapports vitaux etmme de dpendances rciproques, la perspective s'ouvre enfind'une communaut mondiale solidaire et dfinitivement rconcilie

    avec elle-mme, o seraient assurs tous des moyens de vivremieux, l'abri de la peur, et qui connatrait un panouissement toujours plus grand des liberts et des facults cratrices.

    Mais, aujourd'hui encore, des populations entires vivent dansune pauvret absolue. Des disparits profondes continuent de sparer les peuples et les individus; et la poursuite mme du progrs suscite parfois contradictions, incertitudes et interrogations. Le milieunaturel subit des atteintes inquitantes. Les tensions tendent s'exacerber entre nations ou l'intrieur de certaines d'entre elles;

    la violence trouble la vie de nombreuses socits. Les moyens de

    destruction se perfectionnent et s'accumulent. Les armes nuclaires, par leur quantit et leur capacit destructrice, sont dj susceptibles d'anantir tout ce que l'humanit a construit grce desefforts millnaires, et jusqu' son existence mme. Le surarmementn'exprime pas seulement la mfiance rciproque qui veut le justifier; il renforce la tendance au partage du monde en zones d'influence et conduit l'ingrence militaire, conomique et culturelledans la vie des autres; il dtourne d'immenses ressources de la satis

    faction des besoins urgents des socits.

    Un espace plantairei Quel que soit l'angle sous lequel on aborde l'examen des grandesquestions auxquelles l'humanit est appele donner des rponses,on s'aperoit que le devenir des socits contemporaines s'inscritdans un espace qui s'largit dsormais aux dimensions de la plante.

    Des socits qui avaient pu vivre, jusqu' ces dernires dcennies,en s'ignorant presque totalement, se trouvent ainsi places de plusen plus en contact suivi. Les influences rciproques se multiplient,l'interdpendance de fait devient multidimensionnelle. Elle est certes source d'enrichissement mutuel, d'ouverture, d'initiative et decration, mais aussi source de frustration dans la mesure o elle

    s'accompagne de l'aggravation de la condition de certains peuples,d'une restriction des marges de man d'un accroissement del'imprvisible, d'une vulnrabilit accrue.

    Ainsi, l'image qui s'impose toute analyse et toute rflexion estcelle d'un monde de plus en plus complexe, o se multiplient lessources de friction en mme temps que se renforcent les raisons decooprer et les moyens de communiquer.

    Asymtries et ingalits oLes donnes conomiques tmoignent avec une vidence brutale

    de l'tendue des disparits entre nations et groupes de nations. Maisdes ingalits subsistent galement et parfois s'accentuent mme l'intrieur de la plupart des socits. La prosprit de bien des paysindustrialiss n'exclut pas une distribution ingale des revenus et

    certaines couches de population y mnent une existence difficile etparfois mme prcaire. Dans le tiers-monde, ce sont souvent de vastes populations qui ne bnficient d'aucun des avantages du progrset les villes y apparaissent dans bien des cas, et du moins en ce quiconcerne certaines catgories sociales, comme des lots d'unemodernit en rupture avec l'arrire-pays.

    Le tableau de la misre humaine, qui se concentre surtout dansles pays du tiers-monde, est connu. Un mot venu du fond des