L’appareillage des personnes amputées de 1914 à nos .1 L’appareillage des personnes amputées

download L’appareillage des personnes amputées de 1914 à nos .1 L’appareillage des personnes amputées

of 24

  • date post

    10-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of L’appareillage des personnes amputées de 1914 à nos .1 L’appareillage des personnes amputées

  • 1

    Lappareillage des personnes amputes

    de 1914 nos jours

    P. Fod, D. Azoulay

    Centre dEtudes et de Recherche sur lAppareillage des Handicaps

    Institution Nationale des Invalides

    Premires rencontres internationales sur la mmoire partage

    Paris, 26 et 27 octobre 2006

    Handicap : du droit rparation la rhabilitation

    Forum Autonomic le 12 juin 2014, Paris

    La prise en charge des personnes amputes est multiple

    supplance non technologique :

    chirurgie,

    rducation,

    aides humaines,

    aides financires

    mise disposition de moyens technologiques :

    prothses

    produits dassistance

    pour rduire les dficiences et les limitations dactivit

    pour participer la vie sociale

  • 2

    1914 La premire guerre mondiale : un conflit long et sanglant. Les pouvoirs publics franais rapidement confronts la prise en

    charge de plus de trois millions de blesss, tous handicaps

    confondus. Les amputs de Guerre ont ncessairement leur place

    dans lvolution conomique daprs 1918 car la France, qui compte

    aussi 1,4 millions de morts, doit faire face une pnurie de main

    duvre.

    Ds le dbut de la guerre 1914-1918, les maisons de prothse et d'orthopdie sont submerges par l'affluence massive des mutils

    appareiller. Des mesures sont prises en France et dans d'autres pays

    d'Europe pour la rorganisation de lattribution des appareils et par

    suite de la profession de prothsistes et orthsistes afin de l'aider

    sortir dfinitivement de sa condition artisanale et empirique

    incompatible avec les enjeux de lpoque.

  • 3

    Les appareillages voluent pour rpondre aux besoins fonctionnels des victimes de guerre : de nombreux travaux de

    recherche se consacrent lvolution des pieds, genoux ou

    mains prothtiques...

    Plusieurs mdecins (Broca et Bourrillon) prnent des appareillages simples des appareils robustes, rustiques l'abri

    des pannes rptes et s'il s'en produit, permettant aux

    menuisiers, bourreliers, forgerons de village d'y porter

    rapidement remde .

    1914 : les matriauxPendant la 1re guerre mondiale et jusqu'en 1929 les matriaux utiliss

    dans la fabrication des prothses sont essentiellement :

    le cuir mouler ou le bois pour les embotures, lacier ou le htre pour les armatures.

    Les bois les plus recommands sont :

    le saule et le tilleul pour les prothses pour amputation de cuisse ou de jambe,

    le frne pour les quillons, le peuplier pour les pilons dits torpilles et les pilons rigides pour

    amputations de jambe moignon trs court ncessitant un appui sur

    le genou flchi,

    le htre pour les montants bois des pilons cuirs rigides ou articuls.

  • 4

    Lemboture, le bas de jambe et le pied sont taills en plein bois mais pour allger ces appareils en bois, les orthopdistes

    creusent la plus faible paisseur diminuant ainsi la

    robustesse des lments.

    LAmricain Marks a l'ide d'amliorer la rsistance du bois en recouvrant la surface de l'emboture d'une mince pellicule de

    cuir (parcheminage) ; le parchemin est un cuir spcial

    provenant de peaux de chvre, dou d'un pouvoir de

    rtractibilit au schage.

    Le bord suprieur de l'emboture en bois est renforc par le frettage : corde circulaire de maintien au niveau du collet.

    En 1927, le duralumin est utilis par les Anglais pour la premire fois. Cest un alliage

    daluminium, de zinc et de cuivre, rsistant et

    lger, utilis pour la fabrication demboitures

    fmorales et de bas de jambe des prothses

    tibiales.

  • 5

    2014 : les matriaux

    Les rsines acryliques, les composites de carbone pour les emboitures dfinitives,

    Les PETG (polythylne trphtalate glycol) pour les emboitures transparentes dessai,

    Les gels de silicones, copolymres et polyurthanes pour les manchons (interfaces moignon-emboiture),

    Lacier, le titane, le carbone pour les composants prothtiques,

    Les composants lectroniques

    restituer lintgrit anatomique

    rtablir la station debout et la marche

    Toute prothse de membre infrieur comporte :

    une emboture, interface entre le moignon et lappareil ,

    des pices intermdiaires : tubes, articulation de genou,

    une pice terminale assurant le contact au sol : le pied.

    Les prothses de membre infrieur

  • 6

    1914 : Les prothses pour amputation de cuisse

    Le pilon cuir et acier avec verrou de genou

    Le pilon en bois, jambe des pauvres d'Ambroise Par.

    Ce pilon comporte un cne creux

    base suprieure en bois de tilleul. Le

    bord de ce cne est garni d'un gros

    bourrelet en laine ou crin qui vient

    prsenter un point d'appui la

    tubrosit ischiatique.

    Ce rebord suprieur est surmont en

    externe d'une palette latrale qui sert

    d'attache la ceinture du bassin.

    L'absence de pied compense l'excs de poids de l'emboture.

    La prothse franaise se compose d'une emboture en cuir, ouverte en

    avant et ferme par laage et

    courroie et d'une fausse jambe en

    cuir.

    L'articulation de genou est en acier, de type monoaxial postrioris (2

    attelles mtalliques incluses dans le

    cuissard et dans la jambe). Le pied

    articul porte lui aussi un seul axe

    et est muni d'un ressort postrieur.

    Le rappel en extension de la jambe

    sur la cuisse est assur par une

    lame de tissu caoutchout ou par

    une bretelle passant sur l'paule.

    > 1914 : Les prothses pour amputation de cuisse

  • 7

    La prothse amricaine est une prothse fmorale en bois, articule

    au genou et au pied.

    lgre, comporte un cne d'embotage en saule, en tilleul ou

    peuplier de mince paisseur donc

    plus fragile mais renforc par

    parcheminage et frettage.

    Le bord suprieur de l'emboture rappelle exactement les formes

    anatomiques et servant de point

    d'appui sous-ischiatique.

    L'emboture est taille en plein bois, creuse et vide manuellement

    par des orthopdistes chevronns

    ou mcaniquement (machine

    polycopier reproduisant la forme

    partir d'un moulage).

    > 1914 : Les prothses pour amputation de cuisse

    Les bretelles et ceintures assurent la suspension de la prothse fmorale et la bonne adaptation entre le moignon et l'emboture.

    Il faut toujours apposer 2 systmes de sangles pour quilibrer les forces adductrices et abductrices qui s'exercent sur la prothse :

    un ensemble bretelle adductrice passant sur l'paule oppose

    l'amputation compense par une ceinture abductrice fixe sur une

    pice de hanche

    ou

    une bretelle adductrice passant sur l'paule oppose et une

    bretelle abductrice sur l'paule homolatrale l'amputation.

    > 1914 : Les prothses pour amputation de cuisse

  • 8

    L'emboture des prothses fmorales volue et passe d'une forme triangulaire une forme quadrangulaire, avec appui

    partiel sous la tubrosit ischiatique mais toujours avec

    suspension par bretelle ou ceinture.

    Le moulage selon Carle Roederer en 1923 prfigure le moulage orient et insiste pour le cne fmoral moul en pltre de bien

    marquer la rgion ischiatique.

    Les orthopdistes se proccupent alors plus des matriaux ou mcanismes que de la qualit de l'interface moignon-appareil.

    Le moulage intgral reproduit la forme anatomique superficielle

    du corps et ne vise pas obtenir une rpartition de pression sur

    l'ensemble de la surface du moignon.

    Pour les embotures en bois, une prise de mesures suffit.

    > 1914 : Les prothses pour amputation de cuisse

    2014 : Lemboture fmorale

    Les travaux aprs la seconde guerre mondiale permettent de supprimer

    ceinture et brettelles : emboiture quadrilatrale de contact.

  • 9

    2014 : les embotures pour prothses transfmorales

  • 10

    implant en titane viss dans le canal mdullaire,

    une tige en titane insre dans limplant.

    sur laquelle se fixentles composants prothtiques

    externes

    Avantages :

    pas demboture

    flexion et rotation hanche

    ostoperception amliore

    proprioception des chocs,

    dnivels durant la marche

    2014 : ostointgration (Branemark)

    M.Bertrand, P.Ducros, R.Branemark lostointgration en orthopdie.

    Un nouveau concept chirurgical dans la rhabilitation des amputs : le protocole OPRA-

    Srie franaise de 9 patients amputs fmoraux

    ISPO Marseille 3-4 11-11;60-72C

    > 1914 : Les prothses pour amputation de jambe

    la prothse tibiale cuissard avec ou sans

    pied en cuir et acier

  • 11

    > 1914 : Les prothses pour amputation de jambe

    la prothse tibiale cuissard avec ou sans pied en bois

    comportant un cuissard en cuir,

    deux articulations latrales

    montes sur un bas de jambe

    en bois dans lequel est creuse

    l'emboture qui doit recevoir le

    moignon.

    Plus tard nat l'emboture double gaine : gaine extrieure

    en bois fixe et gaine intrieure

    en cuir moul solidaire du

    moignon (le frottement se fait

    alors entre les deux gaines).

    La prothse tibiale en alliage lger (duralumin) apparat : le concept de la

    double gaine est conserv.

    Un manchon en cuir form sur le moulage positif du moignon et

    troitement adapt la forme du

    moignon , maintenu en place par 2

    tracteurs lastiques antrieurs

    s'attachant leur partie suprieure

    sur le cuissard. Ce manchon a pour

    avantage lors des invitables

    mouvements de "pompe" de