L’adolescence Sommeil de l’adolescent Le sommeil de l ...· -les temps totaux de sommeil (TTS)

download L’adolescence Sommeil de l’adolescent Le sommeil de l ...· -les temps totaux de sommeil (TTS)

of 7

  • date post

    19-Mar-2019
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of L’adolescence Sommeil de l’adolescent Le sommeil de l ...· -les temps totaux de sommeil (TTS)

1

Sommeil de ladolescent

Dr MF MateoAssises de ResodysToulon le 25/11/06

Ladolescence

ge intermdiaire entre lenfance et lgeadulte, ladolescence est la priode desmodifications morphologiques, physiologiqueset psychologiques.

le sommeil trs stable dans son organisationentre 4 et 10 ans subit des modifications enparticulier circadiennes qui vont participer laugmentation des besoins en sommeil

Le sommeil de ladolescent

macrostructure stable depuis lge de 4 ans: sommeil lent profond (SLP) en dbut de nuit et sommeil paradoxal (SP) en 2me partie de

nuit rythme circadien: coucher plus tardif chez

les garons typologie propre chacun:- on est du soir (chouette) ou du matin

(alouette)- on est petit, moyen ou long dormeur

Les besoins en sommeil

- chez lenfant les besoins sont de 10 heures- chez ladolescent les besoins sont suprieurs

ceux de lenfant: tude de Marie Carskadon: a suivi pendant 10

ts des enfants de 9 18 ans (chelle deTanner): malgr 10 h de sommeil nocturne,signes de somnolence diurne aux testsitratifs dendormissement partir de 13 ans

Les besoins en sommeil

- ils sont assez constants pour unindividu donn

- il est important de bien les connatre- pour lvaluer: agenda de sommeil

2

Sommeil et processus cognitifs

Sommeil lent profond (SLP): . rle physique (GH), stockage dnergie . rle dans la mmorisation: tri de

linformation au niveau de lhippocampeavec limination de certains caractres etrenforcement dautres dans des squencesSLP-ST-E puis SLP-ST-SP (Ambrosini etGiuditta, 2001)

Sommeil et processus cognitifs

Sommeil paradoxal (SP):.dure de SP augmente aprs un apprentissage.privation slective de SP: altration des

processus de mmorisation.consolidation de la trace mnsique dans la

mmoire procdurale et dans la mmoiredclarative avec rle dans le transfert delinformation entre hippocampe et nocortex

Le sommeil normal

Nuit arrt des stimulations

Mlatonine - externes: bruit, lux

Temprature - internes

Cortisol

horloge biologique

( NSC)

SL SP

Le sommeil normal

15H 23H 7H 15HGH

Melat

Prolac

C K

C NK

Cort

Temp

Modifications circadiennes ladolescence

- diminution et retard de la scrtion demlatonine entrane un retard lendormissement

- hormones sexuelles (testostrone) etcortisol

- typologie du soir aggrave le retard lendormissement

3

Modifications circadiennes ladolescence

- dbut de lautonomie dans la gestion delhoraire du coucher

- horaires scolaires avancs en secondaire/ primaire: lever plus prcoce

privation chronique de sommeil:dette de sommeil

Le retard lendormissement

est aggrav par:- la prise de substances psycho actives:

caf, alcool (plutt garon), et cigarettes (plutt la fille)- les activits veillantes immdiatement

avant le coucher: sport, ordinateur

Consquences sur lesperformances scolaires

tudes de la moyenne gnrale duneanne scolaire et les patterns deveille/sommeil:

- les temps totaux de sommeil (TTS) lesplus longs sont retrouvs chez ceux quiont les meilleurs rsultats

Consquences sur lesperformances scolaires

- niveau A et B+: se couchent plus tt,ont des horaires trs rguliers /niveau C et D (Carskadon sur 3120lves de 13 19 ans)

- les tudes europennes aboutissentaux mmes constatations: Kahn(Belgique), Hofman (Pays Bas), Cortesi(Italie) Valatx (France)

Consquences sur lesperformances scolaires

- TTS et horaires du dbut des cours: lesperformances sont proportionnelles ladure du sommeil (Wahlstrom sur 7168lves de 10 12 ans)

- TTS et emplois du soir (18000tudiants): mmes rsultats

Effets cognitifs de laprivation de sommeil

aprs privation dune nuit desommeil:

tudes en pet scan ou en IRMfonctionnelle, couples des testsde fluence verbale montrent unealtration des performances et unenette rduction des zones actives

4

Effets cognitifs de la privation desommeil

Restriction 3 nuits/1 nuit:- altration de la mmoire de travail, de la

fluence verbale et de la crativit:Harrison et Horne (1998)

- difficults dans tous les tests dersolution de problmes abstraits(Wisconsin, WCST): tude chez enfantsde 10 14 ans (Randazzo 1998)

Effets cognitifs de la privation desommeil

rduction de 3H de sommeil pendantune semaine:

- diminution des performances tous lestests (Fallone 2000)

- confirme par enqute auprs desenseignants

Effets cognitifs de la privation desommeil

retard du coucher,temps de sommeilirrguliers:

- diminution des performances scolaires- tests de capacit motrice: atteinte de:

temps de raction > endurance >dextrit > vitesse (Copes 1972)

Consquences sur humeur etqualit de vie

plus le TTS est court, plus on retrouve:- un manque de motivation- une tendance lagressivit- une tendance dpressive(tude de Meijer sur 449 lves de 10

15 ans)

5

Consquences sur humeur etqualit de vie

niveau E: SDE, peu de motivation, couchersles plus tardifs (Cortesi sur 3040 lvesde 14 20 ans)

rle des parents (Kahn sur 972 lves de 8 10 ans):pauvres et bons dormeurs:

- parents autoritaires- parents laxistes- parents qui assurent une guidance ferme

Consquences sur humeur etqualit de vie

plainte de fatigue matinale:inversement proportionnelle au TTS:

(Tynjl en Finlande sur 4187 ados de 11 15 ans)

plainte augmente avec lge:- fatigue plus dune fois par semaine: de 20 37% chez filles de 11 15 ans de 24 50% chez les garons

Consquences sur humeur etqualit de vie

plainte de fatigue matinale:- fatigue 4 jours par semaine: 16 34% chez les filles 24 35% chez les garons- aggrave par la consommation de

substances psycho actives: caf,alcool, cigarettes

Situations aggravantes

1- le retard de phase: aggravation du retard lendormissement - pression des amis - tlphone pendant des heures - rcupration le week-end qui aggrave le

dcalage retard de phase voulu: phobie scolaire

Situations aggravantes

2- insomnie:- 16,5% des ados de 17 ans (Manni 1997)- dlai dendormissement > 20- 4% consomment des hypnotiques dont

30% seulement sous contrle mdical- fille > garon

Situations aggravantes

3- dpression: (Gozal 2005)- latence dendormissement trs allonge- diminution du SLP qui est moins ample- raccourcissement du 1er SP nest pas

retrouv mais densit du SP augmente- fille > garon

6

Autres consquences

1- SDE et risque cardio vasculaire: tude de privation chronique de sommeil

(Vgontzas 2004) aprs retour desconditions normales de sommeil:

- persistance dune augmentation descytokines inflammatoires IL 6 et TNFalpha

responsable de SDE - et de la CRP facteur de risque cardio

vasculaire long terme

Autres consquences2- Mtabolisme et fonctions endocriniennes:

une privation chronique partielle de sommeilentrane: (Spiegel 2004)

- une diminution de la leptine ( hormoneanorexigne)

- une augmentation de la ghrline (hormoneorexigne)

augmentation de la prise alimentaire etdu poids

Autres consquences

Mtabolisme et fonctions endocriniennes: relation inverse entre dure du sommeil et

IMC (Hasler 2004): baisse de la tolrance au glucose et de la

rponse linsuline risque de dvelopper un diabte

Quels sont les signes de la SDE?

- le billement- le clignement des paupires- les yeux qui piquent- la tte lourde- une sensation de fatigue- un comportement irritable- une baisse de lattention

7

Que faire?

- rcuprer les jours de repos (grassematine)

- sieste (courte) si besoin se fait sentir- rgularit des horaires de coucher- viter lexcitation avant le coucher- viter les substances stimulantes en fin

de journe- obtenir un dcalage de la 1re heure de

cours

Traitements

insomnie:- pas de traitement mdicamenteux

sans avis mdical- techniques de relaxation, anti-stress- thrapies cognitivo-comportementalesretard de phase:- le recaler par dcalage de 3h- photothrapie

Conclusion

bien tablir les besoins de ladolescent prciser sa typologie (agenda de

sommeil) et faire la part des habitudesfamiliales

guidance parentale ferme et souple respect des moments de rcupration

(grasse matine, sieste)