La stevia: les enjeux d'une plante d'avenir

download La stevia: les enjeux d'une plante d'avenir

of 4

  • date post

    21-Jun-2015
  • Category

    Food

  • view

    84
  • download

    3

Embed Size (px)

description

La stevia est depuis peu autorisée sur le marché européen. La demande envers cet édulcorant naturel augmente rapidement et les multinationales investissent massivement dans la production. Grâce à l'agriculture biologique et au commerce équitable, les producteurs de stevia des pays du Sud peuvent aussi profiter de ce succès.

Transcript of La stevia: les enjeux d'une plante d'avenir

  • 1. Le 14 novembre 2011, la Commission Europenne donne finalement son autorisation la mise sur le march d'un nouvel dulcorant naturel, la stevia. Cet agrment, qui permet la production et la commercialisation du produit l'chelle du continent, n'est pourtant qu'une tape dans l'histoire de cette plante miraculeuse, consomme par les Indiens Guarani du Para- guay depuis des sicles. Les enjeux conomiques de cette dcision communautaire sont la hau- teur des vertus que l'on reconnat cette herbe sauvage. Attendue depuis des annes par certains, redoute par d'autres, l'exploitation de la stevia oppose diffrentes visions du monde. Entre industrialisation et brevetisation, d'une part, et protection des patri- moines naturels et culturels indignes, d'autre part, la stevia cristallise les questionnements concernant le modle alimentaire mondial adopter et ses incidences tant en termes de dveloppement que de sant publique. Ramene en Europe par les conquistadors espagnols au XVIme sicle, cette herbe miracle n'a pourtant pas connu le dveloppement qui aurait du tre le sien et, pendant des sicles, c'est la canne sucre qui a eu les faveurs des tables du Vieux Continent. Il faudra attendre 1899 pour que celles-ci soient formelle- ment mises en vidence par le docteur Moiss Santiago Bertoni (1857-1929), un botaniste d'origine suisse italienne qui explora le Paraguay pendant des annes la recherche de plantes rares, non recenses. La stevia est un produit tout fait surprenant, au point que l'on puisse s'tonner que son exploitation commer- ciale (et sa mdiatisation) ait t aussi tardive en Europe. Originaire d'Amrique du Sud, cette plante pousse l'tat sauvage dans les prairies ou les massifs montagneux, sous un climat semi-aride. Elle fait partie de la famille des Aste- raceae qui regroupe environ 240 espces d'herbes aroma- tiques ou d'arbrisseaux dont certaines contiennent des dul- corants naturels en forte concentration1 . La varit Stevia Rebaudiana Bertoni (qui porte le nom gnrique stevia) est tout simplement la plante la plus sucre du monde et c'est pour cette vertu que les Indiens Guarani du Paraguay s'en servent depuis des sicles pour adoucir leur boissons chaudes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la stevia revient bri- vement sur le devant de la scne lorsque les Allis, confron- ts la pnurie de sucre, envisagent de l'adopter comme substitut. Mais le projet choue pour des raisons techniques de production2 . Si, aprs ces occasions manques, la stevia abandonne pour longtemps les terres europennes, il n'en est pas de mme partout dans le monde. En Amrique latine, elle fut longtemps consomme sous sa forme vgtale originale mais c'est au Japon, dans les an- nes 1970, que les agents sucrants actifs de la plante, les stviosides, ont t extraits pour la premire fois. Les rayons des supermarchs de l'archipel se garnissent alors de boites de stevia, d'autant plus rapidement que le pays interdit la consommation d'dulcorants synthtiques suspects dtre cancrignes. Ds lors, la commercialisation du produit s'tend la Core, la Chine, la Thalande et Isral. Crdit : Hebam3000

2. Pendant des dcennies, l'Europe et les Etats-Unis ont ddai- gn la stevia. Pourtant, les tudes scientifiques menes sur le sujet ont non seulement confirm son trs haut pouvoir sucrant (15 fois plus lev que le sucre conventionnel pour la feuille de stevia et de 100 300 fois pour les extraits de la plante3 ) mais aussi soulign ses vertus alimentaires et mme thrapeutiques. Aux termes d'essais cliniques, le Centre de Recherches Eu- ropen pour la Stevia (ESC - European Stevia Center) de l'Universit Catholique de Louvain (KUL) a ainsi mis en vi- dence son caractre 100% naturel et son innocuit totale "mme en cas dutilisation prolonge", ce qui en fait "ldulcorant idal pour les enfants (car il ne cause pas deffet de dpendance)" et un "produit absolument sr pour les dia- btiques" (et pour les malades atteints d'autres syndromes alimentaires spcifiques)4 . Sur le plan mdical, la consommation de stevia contribuerait galement rduire la tension artrielle ainsi que le taux de glucose sanguin, elle stimulerait la production dinsuline et tonifierait le cur5 . Aprs les Etats-Unis qui l'approuvent en 2008, c'est enfin au tour de l'Europe de s'ouvrir la stevia. Le chemin vers notre continent fut long trouver. Les raisons de cette lenteur semblent difficiles cerner prcisment.. En effet, pourquoi, alors que ses vertus alimentaires et thrapeutiques ont t dfendues ds 19976 , la stevia n'est-elle autorise que depuis quelques mois par l'Union Europenne ? Si les autorits europennes mettent en avant le principe de prcaution (qui exige de faire la preuve de l'innocuit d'un produit avant sa mise sur le march), de nombreuses asso- ciations s'interrogent sur certaines positions contestables de l'Union Europenne concernant l'application de ce principe d'autres produits, comme les OGM, par exemple. Mais c'est surtout sur l'aspartame que se concentrent les critiques de- puis plusieurs annes. Mis en cause pour l'opacit qui a pr- valu lors de sa mise sur le march7 , le clbre dulcorant chimique, produit par la socit pharmaceutique G.D. Searle, est en effet incrimin pour les effets ngatifs qu'il provoque- rait sur la sant de ceux qui le consomment en trop grande quantit (dveloppement de cancers, risque de grossesses prmatures, etc.)8 . Pour importantes qu'elles soient, ces accusations ont toute- fois t rcuses par lAutorit europenne de scurit des aliments qui a estim que les tude sur lesquelles elles se fondaient ne justifiaient pas "une rvision des valuations prcdentes de laspartame ou dautres dulcorants actuelle- ment autoriss dans lUnion Europenne."9 Aujourd'hui sous les feux de l'actualit, la stevia suscite l'intrt d'acteurs trs divers. Du ct des industriels de l'agroalimentaire et des sucriers (dont certains ont vraisemblablement milit longtemps contre cette mise sur le march), on met en vidence l'importance de ce produit qui pourrait rvolutionner le march des dul- corants (estim 500 millions d'euros)10 , surtout en cette priode de remise en cause de l'aspartame. Encourags par les discours alarmistes ( juste titre) concer- nant les problmes d'obsit, les fabricants, qui ont eu des annes pour s'y prparer, se lancent dans la commercialisa- tion de nouveaux produits. Yaourts, gteaux, bonbons, sodas, boissons nergi- santes, crmes desserts, glaces une nouvelle armada de produits alimentaires la stevia s'apprte dferler sur les rayons des supermarchs. Et globalement, c'est tant mieux pour notre sant. Mais d'autres voix se font entendre pour dnoncer les drives qui s'annoncent. Crdit:WholesomeSweeteners Crdit : Hellebardius 3. L'intrt des multinationales pour la stevia va immanquablement affecter ses modes de production. Ce qui suscite de nombreuses interrogations. Outre ses qualits alimentaires et sanitaires, la stevia offre une productivit ex- ceptionnelle (prs de 6 tonnes d'quivalent sucre par hectare contre 700 900 kilos de sucre par hectare pour la canne sucre) mais l'exprience des biocar- burants demeure dans toutes les mmoires. Conus initialement comme des alternatives aux nergies fossiles, ces programmes de cultures "nergtiques" sont aujourd'hui remis en question pour leurs consquences environnementales et sociales dans les pays du Sud o ils ont t massivement dploys. Or, ainsi que le relve certaines organisations, on connat peu les effets prcis de cul- tures industrielles de la stevia sur l'environnement (empreinte carbone, pollution des eaux et des sols, etc.). Et, de fait, rien ne garantit que la demande de stevia ne suive pas une tra- jectoire comparable celle des cultures pour les biocarburants, celle d'une production en croissance rapide, non-matrise. L'importance des bnfices venir aiguise les apptits des multinationales. Certaines d'entre elles voudraient breveter la stevia ou certains de ses extraits, voire militent auprs des administrations nationales et internationales pour que celles-ci dclarent la stevia comme "nouvel aliment", catgorie cre pour qualifier les OGM, ou tous produits transforms ou synthtiss. Et ce, alors mme qu'il s'agit d'un produit naturel consomm par certaines communauts depuis des sicles. Mis en cause dans le cadre de plusieurs procs, Monsanto, le leader mondial des OGM, s'est d'ailleurs illustr en essayant de vendre aux petits producteurs des graines de stevia issues de ses laboratoires pour augmenter leur production, accrotre la concentration en sucre des plantes et rendre celles-ci plus rsistantes. Or, on connat bien maintenant la mcanique infernale qui pourrait s'enclencher : sduits par ces perspectives de renta- bilit rapide, ces producteurs traditionnels risquent de perdre leur savoir-faire, de voir le patrimoine gntique de leur culture s'tioler et, pour finir, de devoir acheter chaque anne Monsanto des graines striles de plus en plus chres. Crdit:RosaSayNous sommes probablement un tournant dans la longue histoire de la stevia. Confronts aux puissances commerciales qui investissent massivement dans cet dulcorant naturel, les petits producteurs doivent s'organiser pour se positionner sur des crneaux qui leur permettront de bnficier des perspectives de croissance qui se dessinent. Cette structuration des filires de production dans les pays en dveloppement s'impose d'autant plus que la stevia pourrait tre trs vite cultive dans les pays d'Europe du Sud (elle pousse idalement sous des tempratures allant de 15 26c) avec les risques qu'une telle industrie agroalimentaire (protge par les barrires communautaires) ferait peser sur les producteurs traditionnels. Ceci tant, des instruments existent pour rpondre ces dfis : l'agricul- ture biologique et le commerce quitable. Ces modes de production et de commercialisation alternatifs offrent en effet aux cultivateurs de stevia des pays du Sud des garanties en termes de revenus tout en les aidant protger leur hritage traditionnel et la richesse gntique de leurs cultures. Plusieurs organis