LA PRESSE EN PARLE. - Deutz-Fahr

of 38/38
LA PRESSE EN PARLE. Edition 2021
  • date post

    22-Nov-2021
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of LA PRESSE EN PARLE. - Deutz-Fahr

PressBookDF21.indd05 Gamme élevage
23 Gamme Polyculture
26 6165.4 RCshift un gros 4 cylindres
confortable
37 Gamme Grande Culture
43 Série 9, la performance dès l’entrée de
gamme
47 La C5305 pour moissonner tranquille
49 Les C9300, débiteuses de grain,
faiseuses de paille
3LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
20 LA PRESSE EN PARLE : WEB-AGRI
GAMME 5D KEYLINE
Pour accroître les capacités de sa gamme de tracteurs 5D Keyline, Deutz-Fahr propose d'installer le chargeur frontal dès l'usine.
Deutz-Fahr décline désormais sa gamme de tracteurs 5D Keyline lancée il y a un an en version équipée d'un chargeur frontal installé d'usine.
De 80 à 100 ch de puissance, les tracteurs gagnent en polyvalence et répondent désormais aux besoins des éleveurs comme à ceux des collectivités.
Ainsi, grâce à sa boîte de vitesses 30+15, ses trois distributeurs, ses quatre régimes de prise de force et sa cabine spacieuse, l'engin remplit pleinement son rôle de valet de ferme !
A L'AISE QUELLE QUE SOIT SA TÂCHE !
Manutention à la ferme, fenaison, paillage... Sous le capot, son moteur FarMotion lui permet de rester à l'aise quelle que soit la tâche à accomplir.
Sa courbe de puissance et de couple sont spécialement étudiés pour les applications agricoles, générant une baisse de consommation de carburant !
Là encore, des économies devraient en découler.
Deutz-Fahr choisit de ne pas annoncer de prix net sur une gamme de tracteurs dénudés,
L'idée est plutôt d'accompagner les agriculteurs en proposant un prix sur un tracteur complet, déjà équipé du chargeur et du godet, pour faciliter le renouvellement du parc vers du matériel neuf plutôt que de l'occasion.
4 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
ESSAI
DEUTZ-FAHR
« WHAT ELSE ? » AGROTRON 6165.4 RCSHIFT
La démultiplication de la transmission RCshift offre un total de 15 vitesses dans la plage de travail comprise entre 4 et 14 km/h, au régime de 1 500 tr/min.
5LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
27Matériel Agricole - N° 264 - Avril 2020
L’Agrotron 6165.4, un tracteur à quattrree ccyllindres à châssis long dans la segmentation du constructeur allemand Deutz-Fahr, se décline en deux versions de transmission, soit à vaarriiaattiioonn continue TTV, soit semi-ppoowwershift robotisée RCshift. Fournie par t lle spécciiaaaalliissttee ZFF,, cceette dernière dispose dd’un calculateur intellliiggeenntt aaddaapppttaanntt llee bbbboonn rraapppoort àà llaa ccoonnduite du chauuffeur. Pour le vérifier, Hervé MMoottttiieezz a priiss lleess ccoommmmaannddeesss dd’uuunn AAggrroottrroonn ééqquuiippé de la RCsshhiift lors d’unn cchhaanntier dd’’ééppaannddaagggee ddee fffuuummmiieeerrr surr ssoonnn eeexxxpplooittaattiiooonn ddeee ppoollyycuulturee-éélevage, dans llee DDoouubbss.
L ancé sur la route nationale pour se rendre à la parcelle à fertiliser en fumier, l’Agrotron 6165.4, doté de la transmission semi-powershift robo-
tisée RCshift, roule à 42 km/h au régime écono- mique de 1 250 tr/min. Cette caractéristique rend le transport silencieux et diminue sensiblement la consommation de GNR. Agriculteur à Larnod, dans le Doubs, Hervé Mottiez a pris les commandes de ce tracteur Deutz-Fahr développant 164 ch de puissance maximale. L’hiver pluvieux a néanmoins laissé la possibilité à notre essayeur de le tester lors d’un chantier d’épandage de fumier sur des terres sableuses. Rien de mieux que le parcours vallonné menant à la parcelle pour prendre en main la bête. Une rotation totalisant près d’une heure pour charger, vider l’épandeur à fumier et revenir à la ferme. « L’accès à bord se fait aisément à l’aide de trois marchepieds et de mains cou- rantes. Au volant, la position haute donne un
sentiment de sécurité. Contrairement à mon tracteur de tête de 130 ch, depuis le poste de conduite du Deutz-Fahr je vois ce qu’il reste dans la caisse de l’épandeur. C’est appréciable », se réjouit Hervé Mottiez. Avant de tourner la clé, prenons connaissance de l’environnement en cabine, assez simple et sans fioriture. Aucun terminal tactile à l’horizon et un agencement clair et sobre. L’accoudoir accueille principalement le joystick multifonction. Les autres commandes, à l’image des distributeurs mécaniques, de la prise de force et des molettes du relevage arrière, sont quant à elles regroupées sur la console de droite, à portée de main du chauffeur.
Une transmission adaptative Il est temps de reprendre les commandes avec l’épandeur Miro généreusement chargé. Le trac- teur démarre par défaut avec le réglage de la transmission en mode « semi-auto ». Dans
Pour le marché français, le Deutz-Fahr Agrotron 6165.4 RCshift s’équipe en standard d’un pack incluant le relevage avant à commande électrique dédiée.
Texte et photos :
SUJETESSAI
28 Matériel Agricole - N° 263 - Mars 2020
cette configuration, seules les six vitesses à passage sous charge passent automatiquement, la gamme reste pour sa part figée en l’absence d’action de la part du chauffeur. « Pour me familiariser avec la RCshift, je décide de passer en mode manuel à l’aide d’un des boutons orange présents sur le joystick. Je gère moi-même les cinq gammes et les powershift par de simples impulsions sur le levier en bout d’accoudoir, vers l’avant pour les monter et en le tirant pour rétrograder. »
Après quelques kilomètres de route, notre agri-essayeur décide de passer en mode «  full-auto route », sans devoir arrêter le tracteur. Ce mode gère intégrale- ment la transmission de manière autonome, en passant tous les rapports automatiquement, à l’image d’une variation continue. « Pour me défaire de l’appui sur la pédale d’accélérateur, je valide la vitesse de croisière à 42 km/h en la figeant par un appui de trois secondes à l’aide d’un autre bouton orange sur le joystick. »
Une molette derrière le levier permet d’ajuster celle-ci avec précision. La gestion électronique du tracteur adapte elle-même la bonne combinaison de rapports en fonction de la charge du moteur, de son régime et de la hauteur d’appui de la pédale d’accélé- rateur. Le passage est souple et progressif. « Avant d’arriver à l’intersection avec la nationale, en bas de la descente, je commence à ralentir l’ensemble. Le calculateur rétrograde les vitesses et retient l’ensemble tracteur-épandeur avec brio malgré la forte pente et la masse du convoi. J’immobilise l’Agrotron au panneau “stop” sans même utiliser la pédale d’embrayage grâce à la fonction Stop&Go. Pour repartir, je relâche la pédale du milieu et m’’engage avec souplesse tout en accélé- rant, puis j’active le régulateur de vitesse par un simple rappel sur le joystick. »
À l’aise sur route comme au champ L’Agrotron RCshift atteint alors sa vitesse de croisière. À tout moment, le chauffeur peut prendre la main. Au bout de quatre secondes, l’électronique reprend le contrôle afin d’optimiser le
La transmission semi-powershift RCshift bénéficie de cinq gammes robotisées, de 1 à 5, et de six vitesses powershift, de A à F, offrant 30 vitesses en marche avant et 15 en marche arrière.
La molette orange ajuste le régime du passage des vitesses et des gammes sur route, autour de 1 250 tr/min en mode « éco » et à partir de 1 600 tr/min en mode « power ».
La cabine abrite un agencement simple, sans terminal, orné de codes couleur
dissociant les commandes du tracteur et d’un joystick regroupant plusieurs fonctions.
HERVÉ MOTTIEZ, apprécie la souplesse de la transmission et le frein moteur du tracteur dans les descentes. Il regrette la petite taille des rétroviseurs et l’absence de deux régulateurs de vitesse.
L’ E
S S
A Y
E U
7LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
rendement et la consommation du tracteur. Chaque mode de conduite bénéficie de son propre réglage du rapport de démarrage et d’une plage limitant le nombre
de passage des powershift. « Pour les travaux dans les champs, ces réglages se révèlent intéressants. Quand j’arrive dans la parcelle, je passe en mode “semi-auto”,
dont j’ai préalablement limité le nombre de vitesses sous charge à trois. Une fois la prise de force enclenchée et les 1 000 tr/min atteints, le tracteur monte les powershift. Je valide une vitesse de croisière, qui efface la vitesse mémorisée pour la route. C’est le bémol de cette transmission. Une seconde mémorisation sur le régulateur de vitesse ne serait pas de trop. Cela n’empêche pas de bien travailler mais, à chaque épandeur, il faut entrer à nouveau la vitesse cible », regrette Hervé Mottiez. Le tableau de bord offre une bonne visibilité malgré sa position derrière le volant. « Un écran dédié à la transmission dans le montant droit aurait été un plus », précise l’éleveur. Une fois l’épandeur vide, notre agriculteur reprend la route, émaillée comme à l’aller de nombreux ralentisseurs. Le pont avant suspendu associé aux amortisseurs de la cabine rend le parcours confortable. Après deux jours de chantier, Hervé Mottiez apprécie la sou- plesse de l’Agrotron et la prise en main rapide, notamment grâce à l’agencement en cabine simple et sans terminal. « La transmission robotisée automatisée nous ferait presque oublier qu’il y a autant de vitesses sous le siège », plaisante l’agriculteur. Reste à savoir si la boîte RCshift entre en concurrence directe avec une variation continue TTV ? Seul un comparatif pourrait nous le confirmer.. N
Moteur : AGCO Power, 4 cyl., 4,9 L
Puissance maximale : 165 ch ECE R120
Transmission : Semi-powershift robotisée Dyna-6 24/24
Empattement : 2 670 mm
MASSEY FERGUSON 6716 S
Puissance maximale : 155 ch Iso 14 396
Transmission : Semi-powershift robotisée Dynamic Command 24/24
Empattement : 2 680 mm
NEW HOLLAND T6.175 DC
Puissance maximale : 165 ch ECE R120
Transmission : Semi-powershift robotisée Versu 20/20
Empattement : 2 665 mm
VALTRA N 174 VERSU
DE LA CATÉGORIE
Malgré sa position derrière le volant, le tableau de bord, regroupant en son centre les informations de la transmission, reste bien visible pour le chauffeur.
Le gabarit du 6165.4 reprend celui de ses
grands frères de même série dotés d’un bloc
Deutz AG à six cylindres. Son empattement de
2,55 m s’avère néanmoins plus court de 22 cm.
8 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
9LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
10 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
11LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
12 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
1
13LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
| PRINTEMPS 2021 | Offres valables du 15 mars au 14 mai 2021 chez les concessionnaires participant à l’opération. Prix et photographies non contractuels. Taux de TVA en vigueur 20%. Offres et prix dans la limite des stocks disponibles.
HYDRAULIC ENGINE BRAKE - HEB
GESTION
Aujourd’hui, les tracteurs sont de plus en plus fréquemment utilisés pour des applications de transport. Grâce aux moteurs modernes, il est désormais possible de réduire la consommation de GNR et les émissions polluantes, tout en améliorant le rendement.
Cependant, une des limites des nouvelles motorisations est la capacité de frein moteur réduite. Fort de son expérience et toujours à l’écoute des besoins de ses clients, DEUTZ-FAHR apporte une solution en proposant l’Hydraulique Engine Brake (HEB). Cette technologie est basée sur l’utilisation du système hydraulique
électroniquement, fournissant ainsi un frein moteur performant. Le HEB a reçu la prestigieuse “Médaille d’argent de l’innovation” au Salon International Agritechnica.
Le système de frein moteur hydraulique est totalement intégré dans le véhicule. L’ECU (Engine Control Unit) reçoit les informations en provenance du moteur, de la transmission, du système hydraulique, du système de refroidissement et de l’interface utilisateur. En appuyant sur la pédale d’activation du HEB, un clapet intégré dans le système hydraulique actionne la pompe auxiliaire. La pompe monte le circuit en pression, ce qui absorbe une partie de l’énergie produite par le moteur. Le dispositif crée donc naturellement un frein moteur additionnel. En fonction du niveau de freinage demandé par le conducteur, le tracteur va réduire ou maintenir sa vitesse. De plus, la transmission
optimisant la puissance de freinage. Convertie en chaleur, l’énergie produite par
force supplémentaire de freinage est générée par le ventilateur viscostatique électronique « eVisco » qui, lorsque le système est activé, augmente sa vitesse de rotation. Il aide à l’absorption d’énergie en accroissant la charge sur le
chaleur. Grâce à ce système, il est possible de réduire ou de garder constante la vitesse du tracteur sans utiliser les pédales de frein. Il permet ainsi d’éviter la surchauffe des disques de freins, particulièrement durant des opérations de transport dans les descentes.
6130 TTV UN CONCENTRÉ DE TECHNOLOGIE EXCLUSIVE DEUTZ-FAHR : LE HEB
1
15LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
16 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
17LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
18 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
19LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
20 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
21LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
22 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
23LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
24 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
25LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
26 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
27LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
28 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
29LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
30 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
31LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
32 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
33LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
34 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
35LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
36 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
37LA PRESSE EN PARLE - Edition 2021
SUPPLÉMENT BF N0 1102 | 10/12/2019 MOISSONNEUSES-BATTEUSES | 9
D ans la famille resserrée des grandes moisson- neuses-batteuses destinées, par définition, aux structures d’exploitation importantes et
aux entreprises, la série des C9300 tient une place à part. À l’abri d’une carrosserie de vieille diva, se nichent les dernières technologies du battage et de l’assistance au réglage de la machine. Deutz-Fahr a « revu les composants essentiels des C9300 à cinq ou six secoueurs », confirme Nicolas Bédrune, chef produits chez le constructeur germano-italien. Le moteur Mercedes-Benz délivre 340 et 395 ch (puissance maximale) à la norme européenne anti-pollution Stage V. Trois dispositifs réduisent ses émissions d’oxyde d’azote : une réduction cata- lytique sélective (SCR), une vanne de recirculation des gaz d’échappement (EGR) et un filtre à parti- cules (Fap). La transmission, désormais contrô- lée par l’électronique, est de type hydrostatique à quatre vitesses, avec une augmentation ou une réduction progressive de l’avancement. Ainsi, il devient possible de contrôler les plus faibles dépla- cements de la machine. Deutz-Fahr a repensé les commandes de la moissonneuse-batteuse, inté- grées à l’accoudoir multifonction (Max Com) d’un nouveau siège, hérité des tracteurs hauts de gamme de la marque. Les réglages des organes se font sur le terminal iMonitor (8 pouces), un second iMonitor (12 pouces) accueillant les applications d’agriculture de précision (Precision farming) du constructeur – géolocalisation et guidage, carto- graphie de la récolte (rendement), images vidéo de la moissonneuse-batteuse en action. La cabine reçoit également un nouveau joystick pour le pilo- tage de ses fonctions principales et, en particulier, sa conduite par impulsions électro-hydrauliques.
respectueux du produit récolté », observe Nicolas Bédrune. Détails qui ont leur importance, l’angle d’ouverture du contre-batteur se règle par un sys- tème (Optimum Drescher) pour obtenir une faible zone morte autour du batteur et une entrée en entonnoir du flux de récolte. Un turbo séparateur ou rotor supplémentaire réglable (cinq niveaux, deux régimes de rotation) vient soutenir le tra- vail du tire-paille qui le précède dans le pro- cessus de battage. Les machines reçoivent des cribles à réglage électrique et le nettoyage – sur un espace de 6,32 m2 (modèle avec six secoueurs) – est effectué par un ventilateur à turbine. Leur système à double récupération (DGR) traite les retours d’otons avec deux batteurs latéraux, sans encombrer le batteur principal. « La nouvelle forme des secoueurs, plus longs, avec des surfaces de séparation de 7,46 m2 sur les machines dotées de cinq secoueurs et de 8,90 m2 sur celles avec six secoueurs, a amélioré le débit avec des avantages tant pour la paille conservée que broyée », ajoute Nicolas Bédrune. Par ailleurs, la capacité de la tré- mie à grain a été augmentée de 10 %, à 10 500 l, et le débit de son déchargement est de l’ordre de 120 l par seconde. La machine profite d’un nou- veau système de double vis installé dans la gou- lotte d’une longueur allant jusqu’à 6 m. Sous les yeux du conducteur, les C9300 ont droit à des barres de coupe de 7,20 m à 9 m, pourvues d’un lamier Schumacher et d’une transmission épicy- cloïdale. Deutz-Fahr dispose de coupes Varicrop et de têtes combinées pour le colza et le tournesol. Moissonner de nuit ne pose aucun problème. Le constructeur propose pas moins de seize phares (avec les options) sur la moissonneuse-batteuse. Sans compter le Visibility pack qui éclaire les mains courantes, les côtés de la machine et com- prend un éclairage des zones sujettes à entretien ordinaire et extraordinaire. D. – J. L.
Deutz-Fahr souligne le « tout fait maison » de la marque. Du bureau d’études, à Treviglio (Italie), siège historique du groupe, à son usine exclusive pour les moissonneuses- batteuses, à Zupanja, en Croatie.
Il y a peu de courroies d’entraînement bloquées les unes derrière les autres dans une C9300. Cela est dû à une double sortie moteur, à droite et à gauche, permettant d’avoir des courroies des deux côtés de la machine.
Dans les parcelles depuis la dernière campagne, les très technologiques C9300 débitent le grain à grande vitesse sans abîmer la paille.
DEUTZ-FAHR

.
L’INDÉPENDANCE POUR 100 000 EUROS La C5305 est une jolie petite machine qui devrait satisfaire l’agriculteur pour 100 000 eu- ros, prix de son indépendance et peut-être même de la qua- lité de sa moisson, face aux contraintes des entreprises. La plus discrète et simple des moissonneuses-batteuses de Deutz-Fahr tourne avec un moteur maison de 175 ch à la norme Stage V contre les émissions polluantes grâce à
un convertisseur catalytique à oxydation diesel (Doc) et un filtre à particules diesel (DPF). Dans la cabine, un levier multifonction commande la transmission hydrostatique à trois vitesses. Il agit aussi sur la barre de coupe (3,60 m, 4,20 m ou 4,80 m avec lamier Schumacher), tandis qu’un module CCM (Combine control management) surveille la productivité de la machine.
Le conducteur trouve sur sa gauche les engagements – coupe, battage et décharge- ment du grain – actionnés par des leviers mécaniques. Le batteur, à angle d’enveloppe- ment ample, présente un dia- mètre de 600 mm sur 1 110 mm de largeur. La C5305 compte cinq secoueurs. Quant à sa trémie, elle contient 4 600 l qui se déchargent à la vitesse de 75 l/seconde.
La série C9300 de Deutz-Fahr
Modèle C9305 TS C9305 TSB C9306 TS C9306 TSB
Moteur Mercedes-Benz OM 936
Nombre de secoueurs 5 6
Capacité de la trémie/ vitesse de la vidange 10 500 litres/120 litres par seconde
C’est aussi sur ce levier que le conducteur com- mande la correction de dévers avec les systèmes Balance et Extra-Balance dans les cas extrêmes. Les compensations latérale et longitudinale pou- vant atteindre, respectivement, jusqu’à 20 % et 6 % en fonction du relief de la parcelle.
DGR pour les otons Les C9300 battent sur une surface de 1,13 m2, avec un angle d’enveloppement de 121 °, à une vitesse de rotation de 210 à 1 250 tours/minute. « Cela donne un haut rendement et un battage
52 LA PRESSE EN PARLE - Edition 2020