La Pravda americaine : Histoire et 2nde guerre mondiale ... 6 Apr£¨s-guerre francaise,...

Click here to load reader

download La Pravda americaine : Histoire et 2nde guerre mondiale ... 6 Apr£¨s-guerre francaise, apr£¨s-guerre

of 246

  • date post

    24-Sep-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La Pravda americaine : Histoire et 2nde guerre mondiale ... 6 Apr£¨s-guerre francaise,...

  • .

  • Pravda américaine : Histoire et seconde guerre mondiale

    Ron UNZ

    19 avril 2020

    Version : 20200419

    Traduction française : 2019 par l’équipe du Saker francophone https://lesakerfrancophone.fr

    Version anglaise : Our american pravda

    Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution — Pas d’Utilisation Commerciale — Partage dans les Mêmes Conditions 4.0

    International.

    2

    https://lesakerfrancophone.fr/pravda-americaine http://www.unz.com/runz/our-american-pravda/ https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/ https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/ https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/ https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

  • Table des matières

    Table des matières 3

    1 Alexander Cockburn et les espions britanniques 6

    2 Comment Hitler a sauvé les Alliés 18

    3 Quand Staline a failli conquérir l’Europe 49

    4 Les secrets du renseignement militaire 66

    5 Le général Patton s’est-il fait assassiner ? 114

    6 Après-guerre francaise, après-guerre allemande 124

    7 Comprendre la seconde guerre mondiale 150

    8 Le projet étasunien d’une frappe nucléaire préven- tive contre la Russie au début des années 1960 234

    3

  • L’auteur et le concept de la Pravda Américaine

    Ron Keeva Unz est un homme d’affaire qui connut la réussite aux États-Unis : il fonda une société spécialisée en informatique financière, qu’il vendit ensuite au fameux groupe financier Moody’s. Il s’est présenté aux primaires républicaines pour les élections pour le poste de Gouverneur de Californie en 1994, mais n’a pas gagné.

    Né en 1961, juif non pratiquant d’ascendance ukrainienne, il a publié une série d’articles, American Pravda, dont certains sont très critiques sur certaines élites juives, tentant de réhabiliter l’his- toire du siècle dernier. Comme le dit Paul Craig Roberts, c’est

    4

    https://en.wikipedia.org/wiki/1994_California_gubernatorial_election https://www.unz.com/?s=American+pravda&Action=Search&title=&authors=ron-unz&from_date=&to_date=&category=&topic=&source=&ptype=item&domain=&commentsearch=&commenter=&sortby=&postid=377646 https://russia-insider.com/en/ron-unz-throws-down-guantlet-adl-hes-bravest-man-i-know/ri24982

  • TABLE DES MATIÈRES 5

    très courageux et cela pourrait permettre de briser certains tabous qui enferment une partie de la population juive dans une nasse idéologico-religieuse, risquant une fois encore d’en faire la victime indirecte des agissements de ces mêmes élites.

    Chacun connaît, ou se souvient, de la Pravda, le journal de propagande du parti communiste en Russie Soviétique, qu’il fal- lait lire si l’on ne voulait pas être bien informé. Le journal était connu de tous comme empli de platitudes à la gloire du parti, et d’abstractions vis à vis de la réalité.

    Ce recueil fait donc l’analogie entre cette situation, qu’ont bien connue les Russes et autres peuples d’Europe de l’Est, avec l’état actuel de la presse occidentale. Ron Unz, très bien informé, s’appuie sur des informations qu’il peut systématiquement sourcer, et qui se révèlent souvent très fiables, pour démonter les récits narratifs de notre temps et de notre lieu. Bien que son focus soit très étasunien, on peut sans doute transposer une bonne partie de ses critiques à nos médias dominants français ou occidentaux.

    Comme le dit Ron Unz, le plus difficile pour percer un mur épais est de pratiquer la première ouverture. Certains sujets qu’il aborde sont énormes et inimaginables pour le lecteur habitué au discours et à la « bulle » mainstream. On espère que la présente distribution contribuera à ce que des lecteurs francophones accepteront de lire les arguments très forts qu’il présente, de les vérifier, de les analyser, afin de se faire leur propre opinion sur toute ou partie de ces sujets.

    Le présent ouvrage est une compilation d’articles. Il ne faut pas chercher un sens à l’ordre dans lequel ils sont présentés ; en revanche ils s’éclairent et se complètent souvent les uns et les autres.

  • Chapitre 1

    Alexander Cockburn et les espions britanniques

    Ce chapitre constitue une retranscription de l’article Alexander Cockburn et les espions britanniques

    Par Ron Unz – Le 29 août 2016 – Source Unz Review

    Il y a une dizaine d’années, je m’étais lié d’amitié avec feu Alexander Cockburn, l’un des premiers journalistes radicaux amé- ricains et fondateur de Counterpunch, un webzine de gauche de premier plan. Face à la quasi-totalité des grands médias améri- cains qui n’ont de cesse d’encourager la folie totale de notre guerre en Irak, Counterpunch a été un phare dans la tempête et a acquis une crédibilité considérable à mes yeux.

    Bien qu’Alex vivait dans l’extrême nord de la Californie, la côte nord rurale près de la frontière de l’Oregon où une grande partie de l’économie locale était basée sur la culture illégale de la marijuana, il faisait périodiquement des voyages dans la région de la Baie, et passait parfois à Palo Alto pour déjeuner avec moi. Souvent, il apportait un livre qu’il était en train de lire, et après ses fortes

    6

    https://lesakerfrancophone.fr/la-pravda-americaine-alexander-cockburn-et-les-espions-britanniques https://lesakerfrancophone.fr/la-pravda-americaine-alexander-cockburn-et-les-espions-britanniques https://www.unz.com/author/ron-unz http://www.unz.com/runz/american-pravda-alexander-cockburn-and-the-british-spies/ https://www.unz.com/article/buckleys-unlikely-heir

  • A. COCKBURN ET LES ESPIONS BRITANNIQUES 7

    recommandations, il finissait habituellement sur ma propre liste. Parfois, mon évaluation différait nettement de la sienne. Par

    exemple, le best-seller international de Shlomo Sand, The Inven- tion of the Jewish People, a été très largement salué par les mi- lieux libéraux de gauche et antisionistes, et a attiré une attention considérable dans les grands médias. Mais bien que j’aie trouvé de nombreuses parties de l’histoire extrêmement intéressantes, la revendication centrale me semblait incorrecte. Pour autant que je sache, il semble y avoir des preuves génétiques irréfutables que les Juifs ashkénazes d’Europe remontent en grande partie à la Terre Sainte, étant apparemment les descendants de quelques centaines (probablement juifs) de gens du Moyen-Orient, principalement des hommes, qui se sont installés en Europe du Sud quelque temps après la chute de Rome et qui ont pris des femmes locales, italiennes du Nord, après quoi ils sont restés largement endogames pendant les mille et quelques années suivantes, au fil de leur présence en Eu-

    https://www.amazon.com/Invention-Jewish-People-Shlomo-Sand/dp/1844676234/ https://www.amazon.com/Invention-Jewish-People-Shlomo-Sand/dp/1844676234/ http://www.unz.com/gnxp/the-origins-of-ashkenazi-jews-near-resolution

  • A. COCKBURN ET LES ESPIONS BRITANNIQUES 8

    rope centrale et orientale. Cependant, en tant qu’historien plutôt que chercheur en génétique, le professeur Sand n’était apparem- ment pas au courant de ces preuves tangibles et s’est concentré sur des indicateurs littéraires et culturels beaucoup plus faibles, étant peut-être aussi quelque peu influencé par ses propres prédilections idéologiques.

    D’un autre côté, j’ai trouvé certaines des autres recomman- dations d’Alex absolument fascinantes et très convaincantes. Un jour, il a mentionné qu’il lisait un livre sur le réseau d’espionnage étranger qui avait pris un considérable contrôle du système poli- tique américain juste avant notre entrée dans la Deuxième guerre mondiale. « Oh », dis-je, « vous voulez dire le réseau d’espionnage communiste soviétique ? » J’avais récemment pris conscience du vo- lume de preuves révélées par les décryptages de Venona. « Non », répondit-il en souriant, « l’autre réseau d’espions étrangers, celui dirigé par l’Angleterre. »

    Il a expliqué que les espions britanniques avaient joué un rôle caché massif dans l’implication de l’Amérique dans la Seconde guerre mondiale malgré l’opposition écrasante des citoyens, et qu’ils avaient très probablement assassiné un haut responsable du Parti républicain en prenant secrètement le contrôle politique du GOP 1 et son processus de nomination présidentielle. Étant lui-même issu d’une famille de membres du Parti communiste britannique, il trou- vait assez amusant que des réseaux rivaux d’espions britanniques et d’espions communistes aient discrètement rivalisé ou coopéré pour le contrôle de notre propre gouvernement national à cette époque, même lorsque les moutons américains, totalement ignorants et in- conscients, paissaient dans l’herbe de temps à autre, émettant un Bééééh ! à l’occasion et ne voyant jamais que la direction du trou- peau changeait périodiquement, apparemment inexplicablement.

    J’ai donc commandé le livre, Desperate Deception de Thomas E. Mahl, et je l’ai mis sur ma pile, car étant occupé avec mon

    1. Grand Old Party - acronyme du parti républicain, NdT

    https://www.amazon.com/Desperate-Deception-Operations-Brasseys-Intelligence-ebook/dp/1574880802/

  • A. COCKBURN ET LES ESPIONS BRITANNIQUES 9

    travail dans le logiciel, il m’a fallu quelques années avant