La guerre des Clans, Livre 1 - - Hunter Erin.pdf

download La guerre des Clans, Livre 1 -  - Hunter Erin.pdf

of 731

  • date post

    08-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    1.265
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of La guerre des Clans, Livre 1 - - Hunter Erin.pdf

  • Erin Hunter

    La guerre des Clans,Livre I

    Retour ltat

  • sauvage

    Traduit de langlais par CcilePournin

  • Pour Billy, qui aquitt notre foyer

    de Bipdes afin dedevenir un

    Guerrier, et quinous manque

    encore infiniment. Et pour Benjamin,

    son frre, qui arejoint lui aussi leClan des toiles.

    Remerciements toutparticuliers

  • Kate Cary.

  • UPrologue

    NE DEMI-LUNE LUISAIT sur desblocs de granit lisse, quelle

    teintait dargent. Seuls le clapotisdes eaux sombres de la rivire et lebruissement des arbres de la fortproche venaient rompre le silence.

    Dans lobscurit, il y eut unfrmissement, et de tous ctssurgirent des ombres agiles qui seglissrent furtivement sur lespierres. Des griffes nues tincelrentau clair de lune. Des yeux mfiantsjetrent des clairs ambrs. Puis,comme si elles obissaient un

  • signal muet, les btes sattaqurent.Les rochers fourmillrent soudain dechats qui se battaient en poussant descris aigus.

    Au centre de ce tourbillon defourrure, de griffes, un normeanimal mouchet au pelage sombreplaqua au sol un matou brun olivtreavant de relever la tte, triomphal.

    Cur de Chne ! gronda le chattigr. Comment oses-tu chasser surnotre territoire ? Les Rochers duSoleil appartiennent au Clan duTonnerre !

    Dsol, Griffe de Tigre, cesera un nouveau terrain de chasse duClan de la Rivire ! cracha le

  • matou brun.Un miaulement inquiet retentit sur

    la berge, la fois perant et chargdangoisse.

    Dautres guerriers du Clan de laRivire approchent. Attention !

    Griffe de Tigre fit volte-face et vitsous les rochers des corps luisantdhumidit se glisser hors de leau.Les troupes ennemies remontrent larive en silence, se jetant dans labataille sans mme sbrouer.

    Le chat tigr au poil sombrefoudroya Cur de Chne du regard.

    Vous avez beau nager commedes poissons, toi et tes guerriers,vous navez rien faire dans cette

  • fort ! Les lvres retrousses, il montra

    les dents lanimal qui luttait pourse dgager.

    Le cri dsespr dune chatte duClan du Tonnerre sleva au-dessusdu vacarme. Un flin au corpsnoueux lavait plaque sur le ventre.Il lui sautait maintenant la gorge, lamchoire encore ruisselante deauaprs sa traverse.

    Griffe de Tigre entendit lehurlement et relcha Cur de Chne.Dun bond puissant, il fit rouler leguerrier ennemi loin de la femelle.

    Vite, Poil de Souris, sauve-toi ! lui ordonna-t-il avant de se

  • tourner vers le mle qui lavaitmenace.

    Elle se releva, une profondeentaille lpaule, et sloigna toute allure, grimaante.

    Derrire elle, le chat tigrcracha : le matou du Clan de laRivire lui avait taillad le nez. Lesang laveugla un instant, mais il sejeta quand mme en avant pourplanter ses dents dans la pattearrire de son adversaire. Lanimalpoussa un hurlement mais parvint se dgager.

    Griffe de Tigre ! miaula un flin la queue aussi rousse que le pelagedun renard. Cest peine perdue !

  • Les guerriers du Clan de la Riviresont trop nombreux !

    Non, Plume Rousse. Le Clandu Tonnerre ne sera jamais battu !lui rpondit le chat mouchet, qui lerejoignit en quelques bonds. Ici,cest notre territoire !

    Il secoua la tte avec impatience,le sang qui coulait sur son largemuseau noir claboussa les rochersde gouttes carlates.

    Le Clan saura honorer toncourage, Griffe de Tigre, mais nousne pouvons pas nous permettre deperdre dautres combattants, insistaPlume Rousse. Jamais toile Bleuene demanderait ses guerriers de

  • mener une lutte aussi ingale. Nousaurons loccasion de nous venger.

    Il soutint calmement le regardambr de Griffe de Tigre, recula etsauta sur un rocher la lisire de lafort.

    Repliez-vous, Camp duTonnerre ! Repliez-vous ! hurla-t-il.

    Aussitt, ses troupes sedmenrent pour chapper leursadversaires. Crachant et montrant lescrocs, elles battirent en retraite lasuite de Plume Rousse. Lespacedun instant, les chats du Clan de laRivire semblrent dconcerts. Lavictoire tait-elle donc si facile ?

  • Cur de Chne poussa unmiaulement de jubilation. Ds quilslentendirent, les guerriers ennemisjoignirent leurs voix celle de leurlieutenant pour crier victoire.

    Plume Rousse balaya ses troupesdu regard. Dun mouvement de laqueue, il fit un signal et les chats duClan du Tonnerre dvalrent lapente lautre extrmit desRochers du Soleil, avant dedisparatre entre les arbres.

    Griffe de Tigre fut le dernier partir. Il marqua une hsitation lore du bois et se retourna pourregarder le champ de batailleensanglant. Lair sombre, les yeux

  • plisss de fureur, il suivit les siensdans la fort silencieuse.

    Assise seule dans une clairire

    dserte, une vieille femelle grisefixait le ciel clair de la nuit. Toutautour delle, dans lobscurit, elleentendait respirer des flinsendormis.

    Surgie dun coin sombre, unepetite chatte caille-de-tortuesavana pas feutrs.

    La bte grise inclina la tte ensigne de bienvenue.

    Comment va Poil de Souris ?demanda-t-elle.

    Ses blessures sont profondes,

  • toile Bleue, rpondit la chattecaille, qui sassit sur lherbefrache de rose. Mais elle est jeuneet robuste, elle gurira vite.

    Et les autres ? Ils se rtabliront, eux aussi. toile Bleue soupira. Nous avons de la chance de

    navoir perdu aucun de nos guerrierscette fois-ci. Tu es une excellentegurisseuse, Petite Feuille.

    Elle pencha de nouveau la ttepour observer les toiles :

    La dfaite de ce soir me trouble.Jamais le Clan du Tonnerre na tbattu sur son territoire depuis que jesuis sa tte. Les temps sont durs

  • pour la tribu. La saison des feuillesnouvelles est tardive, et les petitsmoins nombreux. Notre Clan abesoin de nouveaux guerriers pourpouvoir survivre.

    Mais on nest encore quaudbut de lanne, fit remarquer sacadette. Il y aura dautres petits lasaison des feuilles vertes.

    La chatte grise haussa ses largespaules.

    Peut-tre. Mais former desguerriers prend du temps. Le Clan duTonnerre manque de combattantspour dfendre son territoire.

    Tu interroges le Clan destoiles ? murmura Petite Feuille, les

  • yeux fixs, elle aussi, sur la tranelumineuse qui scintillait l-haut dansle ciel sombre.

    Oui, la sagesse des guerriersdautrefois nous est dun grandsecours. Le Clan des toiles sest-iladress toi dernirement ?

    Pas depuis quelques lunes. Une toile filante scintilla soudain

    au-dessus des cimes. La queue de lagurisseuse frmit, son chine sehrissa.

    Les oreilles dtoile Bleue sedressrent, mais elle restasilencieuse tandis que Petite Feuillecontinuait fixer le ciel.

    Au bout dun instant, la chatte

  • caille baissa la tte et se tournavers la grise.

    Ctait un message du Clan destoiles, souffla-t-elle, le regardperdu dans le vague. Seul le feusauvera notre Clan.

    Le feu ? rpta toile Bleue.Toutes les tribus le craignent.Comment pourrait-il nous sauver ?

    Petite Feuille secoua la tte. Je Je ne sais pas. Mais cest

    le message que nos anctres ontchoisi de me faire parvenir.

    Le chef du Clan du Tonnerre posases yeux dun bleu limpide sur lagurisseuse :

    Tu ne tes jamais trompe,

  • Petite Feuille. Les Anciens ontparl, il en sera donc ainsi. Le feusauvera notre Clan.

  • IChapitre premier

    L FAISAIT TRS SOMBRE. Rustysentait approcher quelque chose.

    Ses yeux de chaton souvrirent toutgrand et il parcourut les broussaillestouffues du regard. Il ne savait paso il se trouvait, mais les odeurstranges le poussaient saventurerplus loin encore dans lobscurit.Les gargouillements de son ventrelui rappelrent quil avait faim. Lesparfums allchants de la fort luichatouillaient les narines. Auxrelents moisis de lhumus se mlaitle fumet apptissant dune petite bte

  • poilue.Soudain, un clair gris passa en

    trombe sa hauteur. Rustysimmobilisa, loreille aux aguets.Sa proie se cachait au milieu desfeuilles, moins de quatre pas. Ilsavait que ctait une souris : ilentendait le tempo rapide dun curminuscule. Il dglutit pour fairecesser les gargouillis de sonestomac. Sa faim allait bientt tresatisfaite.

    Il se plaqua lentement au sol, prt passer lattaque. Puisque le ventsoufflait vers lui, la souris navaitpas pu sentir sa prsence. Rustyvrifia une dernire fois o se

  • trouvait le rongeur, prit son lan etbondit en soulevant un tourbillon defeuilles.

    La petite bte fila vers un troupour se mettre labri. Mais lechaton stait dj jet sur elle. Ilcueillit lanimal sans dfense dubout de ses griffes acres et lelana assez haut. Sa proie retombasur le sol couvert de feuilles, sonnemais vivante. Elle tenta deschapper, sans succs. Il lenvoya nouveau dans les airs, un peu plusloin cette fois : la souris parvint faire quelques pas avant quil larattrape.

    Un bruit retentit soudain tout prs

  • de lui. Rusty balaya la fort duregard : la bte en profita pourchapper ses griffes. Quand le chatse retourna, il la vit disparatre danslobscurit entre les racinesenchevtres dun arbre.

    Furieux, Rusty renona lapoursuivre. Il tourna sur lui-mme,les yeux flamboyant de colre, pourtrouver lorigine du vacarme quiavait fait fuir sa proie. Le tintementcontinua, de plus en plus familier.

    Rusty ouvrit les yeux.La fort avait disparu. Il tait bien

    au chaud dans une cuisine latmosphre confine, roul enboule dans son panier. Le clair de

  • lune qui entrait par la fentreprojetait des ombres sur le sol lisse.Le bruit ? Ctait celui descroquettes verses dans sa gamelle.

    Le chaton leva la tte et posa lementon sur le rebord de sa corbeille.Son collier le dmangeait. Dans sonrve, il avait senti lair fraiscaresser sa fourrure, dhabitudecomprime par la lanire de cuir.Rusty roula sur le dos et savoura lesonge quelques instants. Il sentaitencore