La guerre des Clans III, Livre - Hunter Erin.pdf

download La guerre des Clans III, Livre  - Hunter Erin.pdf

of 898

  • date post

    28-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    175
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La guerre des Clans III, Livre - Hunter Erin.pdf

  • Erin Hunter

    La guerre des ClansIII

    Le pouvoir des toiles,Livre II

    Rivire noire

  • Traduit de langlais parAude Carlier

  • Pour Geof.Remerciements toutparticuliers Kate

    Cary.

  • PROLOGUE

    PAR CETTE NUIT GLACIALE, un cielindigo stendait au-dessus de lalande.

    Sous les assauts du vent, labruyre remuait et la colline

  • semblait ondoyer. Entre les buissonsras, des silhouettes flinesdvalaient la pente. Les bourrasquesplaquaient leur fourrure sur leurcorps.

    Parmi elles, une reine tigremarchait au ct dun jeune mle.

    Es-tu bien certain dtre prt ?lui demanda-t-elle.

    Plus que jamais, rpondit-il,son regard vert tincelant au clair delune.

    Tu es mon an, Feuille Morte,murmura la femelle. Le premier demes petits affronter lordalie.

    Je men sortirai. Il a t bien entran ! lana un

  • mle derrire eux. Mme le meilleur des

    entranements ne peut prparer unepatte-tendre affronter la pluie !gronda un autre.

    Le ciel est dgag, fitremarquer Feuille Morte, la gueuleleve vers le ciel.

    Le vent porte lodeur de lapluie, crois-moi.

    Une vague de murmures paniqusparcourut la bande de matous.

    Le ciel est dgag ! insistaFeuille Morte en sarrtant lorede la bruyre.

    La lune clairait son pelage rouxet blanc. Ses camarades de Clan se

  • rassemblrent derrire lui, la queuebattante. Devant eux, la pentesaccentuait brutalement. L, au fildes saisons, le vent et la pluieavaient lessiv les terres au pointque la roche affleurait, aiguise, aumilieu de la bruyre ondulante.

    Bonne chance, patte-tendre ! Feuille Morte sauta au fond de

    l-pic et atterrit avec souplesse surle sol sablonneux. Sa mre dvala lapente pour le rejoindre.

    Sois prudent ! implora-t-elle.Le jeune mle frotta son museau

    contre la truffe de sa mre. Nous nous reverrons laurore

    , promit-il.

  • Droit devant lui, une faille noirebait dans la roche telle une blessureminrale. Les poils de Feuille Mortese hrissrent sur son chine. Seulsles lus pntraient dans lAntre.

    Lorsquil avana, il eutlimpression que les tnbreslengloutissaient. Il doit bien y avoirune lumire pour me montrer lavoie ! pensa-t-il. Il seffora dematriser la peur qui frtillait en luicomme un poisson projet hors deleau.

    Le tunnel te conduira jusqulAntre, lui avait expliqu son tuteur.Laisse tes moustaches te guider.

    Ses vibrisses frmissantes,

  • sensibles au moindre contact avecles parois, lui permettaientdavancer le long de ltroit boyau.

    Soudain, une ple lueur brilladevant lui. Le tunnel dbouchait surune caverne. travers une fissurequi stait forme dans la vote, lesfaibles rayons de la lune clairaientlendroit. Un grondement continursonnait tout autour de lui.

    Une rivire ? Sous la terre ?Feuille Morte contempla le large

    cours deau qui sparait la grotte endeux. Ses eaux noires scintillaient peine dans le clair-obscur.

    Feuille Morte ? Ce miaulement rauque fit

  • sursauter le jeune mle. Il levabrusquement son museau blanc etplissa les yeux en dcouvrant unanimal perch sur une corniche.

    tait-ce lui, Pierre ?La peau de la crature tait

    semblable celle dune taupe : de safourrure, ne restaient que quelquestouffes le long de sa colonnevertbrale. Ses yeux aveugles etglobuleux voquaient des ufs. Seslongues griffes tordues serraient unebranche darbre lisse, dpourvuedcorce. Malgr la pnombre,Feuille Morte distingua sur le btonune srie de petites lignes creusesdans le bois.

  • Oui, ce devait tre lui. Je perois ta surprise, dclara

    le vieux matou. Elle me pique lapeau comme les ajoncs.

    Je je suis dsol. Je nesavais pas

    quun chat pouvait devenirsi laid.

    Feuille Morte en resta muetdembarras. Pierre avait-il lu dansses penses ?

    Un chat a besoin du vent et dusoleil pour faire briller sa fourrure,et de chasser pour tailler ses griffes,poursuivit Pierre. Mais moi, je doisrester proche de nos anctres, quiont rejoint les souterrains.

  • Et nous ten sommes tousreconnaissants, chuchota FeuilleMorte avec respect.

    Inutile de me remercier,gronda Pierre. Telle est ma destine.De plus, tu seras sans doute bienmoins dispos mon gard une foisque ton initiation aura commenc. Tout en parlant, il fit glisser lune deses griffes dmesures sur lesencoches de la branche. Certainesmarques taient barres dundeuxime trait, mais pas toutes. Les lignes non barres reprsententceux qui sont entrs dans cestunnels sans jamais en ressortir.

    Feuille Morte contempla les trous

  • noirs qui souvraient comme autantde bouches dans les parois de lagrotte. Si ces souterrains neconduisaient pas la lumire et lascurit, o menaient-ils donc ?

    Quels tunnels ont-ils pris ? Je ne peux pas taider,

    rpondit Pierre en secouant la tte.Pour devenir une griffe-acre, tudois trouver ta propre voie. Je nepeux que taccorder la bndictionde nos anctres.

    Ne pouvez-vous pas me donnerle moindre conseil ?

    Dans le noir, tu devrasuniquement te fier ton instinct :suis-le. Sil est bon, tu ten tireras.

  • Et sil nest pas bon ? Tu mourras dans les tnbres.

    Feuille Morte redressa la tte. Je ne mourrai pas. Je lespre, miaula Pierre.

    Sais-tu que tu nas pas le droit derevenir dans cette caverne ? Tu doisdcouvrir un tunnel qui rejointdirectement la lande. Est-ce quilpleut ? demanda-t-il soudain.

    Feuille Morte se crispa. Devait-ilmentionner les picotements danslair qui prsageaient peut-tredune averse ? Non. Pierre risquaitde le renvoyer chez lui et delinviter revenir un autre jour. Or,

  • il ne voulait pas attendre pluslongtemps pour devenir une griffe-acre. Il voulait passer lpreuvetout de suite.

    Le ciel est dgag , assura-t-il.Pierre passa une nouvelle fois sa

    patte sur les lignes graves dans lebton.

    Dans ce cas, commence. Feuille Morte lorgna le tunnel

    sous la corniche o se tenait Pierre.Il paraissait plus large que les autreset semblait sorienter vers le haut.Vers le haut, jusqu la lande ?Voil la voie quil choisirait.

    Le cur battant, il franchit dunbond la rivire noire et plongea dans

  • les tnbres. laube, je serai une griffe-

    acre, se dit-il en sentant ses poilsse hrisser. Du moins je lespre.

  • CHAPITRE 1

    ATTENTION ! LANA NUAGE DELION. Des guerriers du Clan delOmbre nous poursuivent !

    Nuage de Houx fit volte-face, lepoil hirsute.

  • Je men charge ! miaula-t-elle.Nuage de Lion jeta un coup dil

    son frre. Tu flaires quelque chose, Nuage

    de Geai ? lui demanda-t-il. Dautres guerriers arrivent !

    prvint lapprenti gris tigr, dont lesyeux aveugles taient carquills.Prparez-vous attaquer !

    Nous leur tendrons uneembuscade ici lorsquils franchirontla barrire du camp, ordonna Nuagede Lion, avant de se tourner versNuage de Houx. Tu peux toccuperde ces trois-l ?

    Sans problme ! Lapprentie roula sur le dos et

  • bondit sur ses pattes. Ses griffesscintillaient au soleil de laprs-midi.

    Nuage de Lion alla se tapirderrire le mur de ronces.

    Vite, Nuage de Geai ! Suis-moi!

    Celui-ci accourut et adoptaaussitt la position du chasseur lafft.

    Ils arrivent ! prvint-il.Un matou tachet mergea du

    tunnel. Maintenant ! ordonna Nuage

    de Lion en se ruant vers le guerrier.Nuage de Geai faucha le nouveau

    venu, qui poussa un cri de surprise

  • et tomba sur le flanc. Nuage de Lionsauta aussitt sur lui.

    Assez ! Le miaulement sec de Poil

    dcureuil retentit dans la combe.Nuage de Lion renona assner

    des coups lenvahisseur. Sa mrevenait dapparatre.

    On faisait comme si le Clan delOmbre nous attaquait !

    Et on avait presque gagn ,renchrit Nuage de Geai.

    Griffe de Ronce se releva et,dune secousse, dlogea Nuage deLion.

    Belle embuscade, ronronna lelieutenant. Dommage que vous

  • nayez pas le droit de jouer ici. Cest le seul endroit adapt

    pour feindre une attaque surprise ,protesta Nuage de Lion en balayantdu regard le gte en construction.

    Des parois de ronces avaient taccoles au buisson daubpine quiabritait le repaire des guerriers. Uneouverture relierait bientt les deuxtanires.

    Nuage de Houx laissa derrireelle ses ennemis imaginaires et trottavers sa mre.

    Nous nembtons personne ,gmit-elle en gonflant sa fourrurepour se protger du froid.

    Le soleil de la saison des feuilles

  • nouvelles avait chass le froid de lacombe, mais un vent descendu desmontagnes soufflait depuis le dbutde laprs-midi. Ces bourrasquesrappelaient Nuage de Lion que lamauvaise saison ntait finie quedepuis moins dun quart de lune.

    Et si tous les apprentisdcidaient de sentraner ici ? leurdemanda Poil dcureuil. Les paroisseraient brises en moins de tempsquil nen faut pour le dire et le durtravail de Bois de Frne et de PlumeGrise serait rduit nant.

    Nous devons agrandir latanire avant que vous et les autresapprentis ne deveniez des guerriers,

  • ajouta Griffe de Ronce. Elle est djtrop exigu.

    a va, on a compris ! soufflaNuage de Geai, le menton relev.

    Son pelage, tout bouriff, taitconstell de feuilles.

    Regarde-toi ! lui lana sa mreen lui donnant un coup de languevigoureux entre les oreilles. Tu estout sale, alors que nous allons partirpour lAssemble.

    Nuage de Lion entreprit aussittde faire sa toilette, avant que samre ne sen prenne lui. Nuage deGeai chappa en rlant aux soinsquon lui prodiguait :

    Je peux me laver tout seul, tu

  • sais ! Laisse-les tranquilles, miaula

    Griffe de Ronce sa compagne. Jesuis certain quils seront propres aumoment du dpart.

    Bien sr ! promit Nuage deLion. Il tait hors de question quilse prsente devant les autres Clansdguis en hrisson. Pour lapremire fois