La glycémie capillaire

Click here to load reader

  • date post

    24-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    157
  • download

    9

Embed Size (px)

description

La glycémie capillaire. Définition. «Pratiquer la surveillance glycémique,c’est mesurer une glycémie capillaire afin d’optimiser un traitement en adaptant les doses d’insuline ou de médicaments pour que les glycémies restent dans les objectifs fixés par le médecin ». ( ALFEDIAM 2006). - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of La glycémie capillaire

  • La glycmie capillaire

  • Dfinition Pratiquer la surveillance glycmique,cest mesurer une glycmie capillaire afin doptimiser un traitement en adaptant les doses dinsuline ou de mdicaments pour que les glycmies restent dans les objectifs fixs par le mdecin.

    (ALFEDIAM 2006)

  • Pourquoi une auto surveillance glycmique ? Lauto surveillance glycmique ou ASG est un lment central du schma thrapeutique des diabtiques. Elle concerne en premier lieu les diabtiques traits par insuline pour qui elle reprsente un pr requis ncessaire lauto contrle glycmique cest dire ladaptation des doses dinsuline en fonction des chiffres glycmiques observs.

  • LASG permet de dterminer et/ou dvaluer la posologie de sulfamide hypoglycmiant en dbut ou lors dun changement de traitement.

    Permet galement de mettre en vidence un dsquilibre du diabte lors dune pathologie intercurrente.

  • Chez le patient non trait elle peut permettre de le sensibiliser :

    lactivit physique A la dittique

  • Limportance dune ASG fiable et rgulire

    Lauto surveillance glycmique est un lment fondamental dans la surveillance et le suivi du traitement dun diabte. Elle doit tre raliser de manire rigoureuse, par un personnel comptent ou des patients parfaitement forms.

  • FIABILITE TECHNIQUE ET CONTRLE DE QUALITEUtiliss dans des conditions optimales, les lecteurs prsents sur le march prsentent une bonne exactitude et une bonne prcision.

    Il est conseill au patient deffectuer un contrle de fiabilit 2 fois par an (contrle sang veineux au laboratoire).

    A lhpital, il existe un contrle qualit qui doit tre ralis 1 fois par jour lors de lutilisation du matriel et not sur un document spcial.

  • Les freins la ralisation dune ASG chez le patient linconfort du prlvement capillaire (douleur),Formation de callositLanciennet du diabte, la manipulation, le transport du matriel, la ngligence ou le ras le bol, lanciennet des dispositifs, laspect punitif de certains rsultats, perte de la sensibilit

  • Les difficults de ralisation dune ASG par le personnel soignant

    La mconnaissance du matriel La mconnaissance de la technique La facilit du gesteLa mconnaissance du patientLa mconnaissance des objectifs de soin

  • Les objectifs glycmiques. Patients diabtiques de type1 ou 2 jeunes : 0.70g 1.20g/l avant le repas .Patients ayant une plaie du pied Femmes diabtiques de type 1 ou dsir de grossesse : 0.80g/l avant le repas
  • COMMENT BIEN FAIRE ????

  • Prcautions prendre avant de raliser une glycmie capillaire

    Prvenir la personne du soin

    Lui conseiller de se laver les mains avec de leau et du savon ou procder un nettoyage de la partie piquer (afin dviter des rsidus alimentaires),

    Insister sur lessuyage rigoureux des mains,

  • viter lutilisation dalcool 70 ou de crme parfume (attention aux lingettes alcoolises)

    Afin dobtenir une goutte suffisante, possibilit de se laver les mains avec de leau tide ou masser le bout des doigts pour activer la circulation sanguine.

  • Ralisation de la glycmie . Rgler lauto piqueur usage unique sur la position la moins traumatique

    . Mettre des gants

    . Appliquer lembase sur le bord externe du doigt en vitant le pouce et lindex (doigts de la prhension) et en alternant les sites de ponction.

  • . Dclencher lauto piqueur sans effectuer un appui trop soutenu (douleur).

    .Appuyer la base du doigt pour faire venir une goutte de sang suffisante ( 3 micro litres suffisent).

    . Appliquer le bord de la bandelette sur le bord de la goutte de sang( lappareil doit tre tenu verticalement par rapport au doigt).

  • . Laisser en contact jusqu ce que lappareil sonne, ou que le dcompte de temps se mette en route.. Appliquer un coton sec sur le doigt.

    . vacuer lauto piqueur et la bandelette souille dans un container spcifique.

    . Lire le rsultat, le transmettre au patient,

    . le noter sur la feuille de surveillance et le carnet dASG du patient.

  • Les risques derreursBandelettes primesMauvais codage de lappareilUtilisation inadapte du matrielMains souillesLecteurs obsoltes

  • Information sur llimination des lancettes bandelettes et aiguilles insuline Pour prvenir tous risques de blessures accidentelles, il est obligatoire dliminer les DASRIA dans des collecteurs scuriss ( ni bouteille deau, ni bouteille de lait)

    La CAPM a mis en place en collaboration avec les pharmacies du pays de MONTBELIARD, la distribution et la rcupration de containers aiguilles usages. Les collecteurs pleins sont dposer dans une borne informatise sur le parking de la Clinique des Portes du Jura.

  • Circulaire GIRARD (sept 1996) Conformment la circulaire GIRARD, les auto piqueurs ainsi que les lancettes sont usage strictement individuel.

    A lhpital nous possdons des systmes usage unique.

    Le patient domicile ne doit pas faire un usage partag de son matriel( le cas chant, une dsinfection rigoureuse de lembase de lauto piqueur sera ncessaire).

    Dautre part les patients devraient changer de lancettes chaque glycmie !!

  • Les sites alternatifsIl est possible de choisir dautres sites tel que les avant bras, les mains , les cuisses : Ces sites requirent des embases spcifiques.

    Cependant il existe des situations o il nest pas conseill dutiliser les sites alternatifs :. Jusqu 2 heures aprs le repas. Jusqu 2 heures aprs une injection dinsuline. Lorsque le patient se sent en hypoglycmie. Lorsque le patient ne ressent pas ses hypoglycmies. Avant ou aprs leffort. Lors dune maladie. Avant de conduire

  • Limportance de lducationsans la motivation des deux partenaires, soignant et patient, il est illusoire desprer un quelconque effet bnfique du traitement

    Cest dans lalliance base sur la confiance et le soutien vigilant des soignants que le patient pourra ralimenter la motivation assurer les exigences de son traitement.

    Professeur Jean-Philippe ASSAL (Genve)

  • Lducation thrapeutique Il est incontournable dtablir une relation de qualit, de confiance, avec la personne soigne pour mettre en place des objectifs ducationnels et des actions ralisables et valuables.

  • Il est donc importantDe connatre parfaitement la personne :

    Quest ce quil a : dimension biologique clinique : connatre son tat, la reprsentation quil a de sa maladie, la dimension mdicale (autres problmes de sant ou non).

    Quest ce quil fait : dimension socioprofessionnelle : sa profession, ses habitudes de vie, sa culture, ses tudes, ses loisirs, son environnement familial et social...

  • Quest ce quil sait ? dimension cognitive Ce quil sait sur sa maladie, son traitement, apprciation des acquis intellectuels et culturels, son histoire dapprentissage

    . Qui est-il / elle ? Dimension psychologique, motivation, attente par rapport lducation, son vcu / sa maladie

    .Quels sont ses projets ? Source de motivations, finalit de son ducation, articulation des projets dans le temps

  • A vous de jouer !!!Vous tes infirmier, infirmire dans un service de diabtologie et vous devez duquer lauto surveillance un patient entr hier.

    Patient g de 65 ans, retrait, DNID depuis 8 ans, sportif (cyclisme + course pied),mise en place dun traitement sous sulfamides hypoglycmiants.Il vit avec son pouse. Ne veut pas trop parler de son diabte et ne veut pas que cela se sache. Inquiet / sa maladie et surtout son avenir. Connat des autres personnes diabtiques qui nont pas besoin de se piquer