La fortune de Gaspard - La Bibliothèque électronique · PDF fileGaspard...

Click here to load reader

  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La fortune de Gaspard - La Bibliothèque électronique · PDF fileGaspard...

  • Comtesse de Sgur

    La fortune de GaspardLa fortune de Gaspard

    BeQ

  • La fortune de Gaspardpar

    Mme la comtesse de Sgurne Rostopchine

    La Bibliothque lectronique du QubecCollection tous les ventsVolume 261 : version 2.01

    2

  • Aussi, la Bibliothque :

    1. Les nouveaux contes de fes, 1857.2. Les petites filles modles, 1857.3. Les malheurs de Sophie, 1858.4. Les vacances, 1859.5. Mmoires dun ne, 1860.6. Pauvre Blaise, 1862.7. La sur de Gribouille, 1862.8. Les bons enfants, 1862.9. Les deux nigauds, 1863.10. Lauberge de lAnge Gardien, 1863.11. Le gnral Dourakine, 1863.12. Franois le bossu, 1864.13. Comdies et Proverbes, 1865.14. Un bon petit diable, 1865.15. Jean qui grogne et Jean qui rit, 1865.16. La fortune de Gaspard, 1866.17. Quel amour denfant !, 1866.18. Le mauvais gnie, 1867.19. Diloy le chemineau, 1868.20. Aprs la pluie le beau temps, 1871.

    3

  • La fortune de Gaspard

    dition de rfrence :Paris, Librairie Hachette et Cie, 1876.

    4

  • mon petit-fils

    Paul de Pitray

    Cher petit, quand tu seras plus grand tu verras, en lisant lhistoire de GASPARD, combien il est utile de bien travailler. Et tu sauras, ce que Gaspard na appris que bien tard, combien il est ncessaire dtre bon, charitable et pieux, pour profiter de tous les avantages du travail rellement heureux.

    Deviens donc un garon instruit et surtout un bon chrtien. Cest ce que te demande ta grand-mre qui taime et qui veut ton bonheur.

    COMTESSE de SGUR,ne Rostopchine.

    5

  • I

    Lcole

    GASPARDMais avance donc ! Tu vas comme une tortue ;

    nous narriverons pas temps.LUCAS

    Eh bien ! le grand mal ! Cest si ennuyeux, lcole !

    GASPARDComment le sais-tu ? Tu ny as jamais t.

    LUCASCe nest pas difficile deviner. Rester trois

    heures enferm dans une chambre, apprendre des choses quon ne sait pas, tre grond, recevoir des coups dun matre ennuy, tu trouves a

    6

  • agrable ?GASPARD

    Dabord, la chambre est trs grande...LUCAS

    Oui, mais touffante.GASPARD

    Pas du tout... Ensuite, on napprend jamais que les choses quon ne sait pas ; et cest trs amusant dapprendre.

    LUCASOui, quand cest pour travailler au-dehors,

    mais pas pour se casser la tte ...GASPARD

    Pas du tout... Ensuite, on nest grond que lorsquon est paresseux.

    LUCASOui, si cest un brave matre, mais un matre

    dcole !

    7

  • GASPARDPas du tout... Ensuite, on ne reoit de claques

    que pour de grosses mchancets.LUCAS

    Mais puisquils disent que parler ou bouger cest une grosse sottise.

    GASPARDParce que a fait du bruit pour les autres.

    LUCASEt le grand mal quand on ferait un peu de

    bruit ? a fait rire, au moins.GASPARD

    Si tu ris, tu te feras battre.LUCAS

    Tu vois bien, tu le dis toi-mme. Et je dis, moi, que si mon pre ne me forait pas daller lcole, je nirais jamais.

    GASPARDEt tu serais ignorant comme un ne.

    8

  • LUCASQuest-ce que a me fait ?

    GASPARDTout le monde se moquerait de toi.

    LUCASa mest bien gal. Je nen serais pas plus

    malheureux.GASPARD

    Et quand il tarriverait des lettres, tu ne pourrais pas seulement les lire.

    LUCASJe nen reois jamais.

    GASPARDMais quand tu seras grand ?

    LUCASTu me les liras, puisque tu veux tre un savant.

    GASPARDNon, je ne te les lirai pas. Je ne resterai pas

    9

  • avec toi.LUCAS

    Pourquoi a ?GASPARD

    Parce que tu mennuierais trop ; tu ne sauras seulement pas lire ni crire.

    LUCASJen saurai plus que toi, va ! Et des choses plus

    utiles que toi. Je saurai labourer, herser, piocher, bcher, faucher, faire des fagots, mener des chevaux.

    GASPARD, haussant les paules.a te fera une belle affaire, tout a. Tu resteras

    toujours un pauvre paysan, bte, malpropre et ignorant.

    LUCASPas si bte, puisque je serai comme mon pre,

    qui est joliment fut et qui sait, tout comme un autre, faire un bon march ! Pas si malpropre, puisque jai le puits et la mare pour me nettoyer

    10

  • en revenant du travail ; et toi, avec ton encre plein les doigts et le nez, tu ne peux seulement pas la faire partir. Pas si ignorant, puisque je saurai gagner mon pain quand je serai grand, et faire comme mon pre, qui place de largent. Tu nen feras pas autant, toi.

    GASPARDCest ce que tu verras ; je deviendrai savant ;

    je ferai des machines, des livres, je gagnerai beaucoup dargent, jaurai des ouvriers, je vivrai comme un prince.

    LUCASAh ! ah ! ah ! le beau prince ! Prince,

    vraiment ! En sabots et en blouse ! Ah ! ah ! ah ! Nous voici arrivs. Place M. le prince !

    Lucas ouvre la porte de lcole en riant aux clats, et fait entrer Gaspard en rptant :

    Place M. le prince. Tout le monde se retourne ; le matre dcole

    descend de lestrade, saisit Lucas par loreille, lui donne une tape et le pousse sur le quatrime banc. Gaspard sesquive et va sasseoir, tout

    11

  • honteux pour son frre, sa place accoutume.LUCAS, pleurnichant.

    Quand je te disais ! Tu vois bien que javais raison.

    LE MATRE DCOLETais-toi ! On ne parle pas ici. Ton frre est le

    modle de la classe. Fais comme lui. Pas un mot... Quest-ce que tu sais ?

    LUCAS, vivement.Je sais bcher, pio...

    LE MATRE DCOLETais-toi ; ce nest pas a que je te demande !

    Sais-tu lire, crire ?LUCAS

    Pour a non, msieur. Dieu men garde !LE MATRE DCOLE

    Si tu rponds encore un mot impertinent, je te mets genoux sur des bches.

    12

  • LUCASMais, msieur, il faut bien que je rponde,

    puisque vous me parlez.LE MATRE DCOLE

    Il faut me rpondre poliment.LUCAS, entre ses dents.

    Je ne sais comment faire ! Quelle scie que cette cole !

    Le matre dcole stait loign ; il remonta sur son estrade.

    LE MATRE DCOLELe quatrime banc, au premier tableau.Les enfants du quatrime banc vont se placer

    debout devant ce premier tableau ; Lucas reste assis.

    Le matre dcole donne une tape sur la tte de Lucas avec un longue gaule place prs de lui, et rpte dune voix forte :

    Le quatrime banc, au premier tableau ! Lucas comprend et va rejoindre les autres.

    13

  • LE MATRE DCOLEPetit Matthieu du second banc, va montrer les

    lettres aux ignorants.Petit Matthieu se lve et commence la leon.A. Rptez tous : A.Les huit petits rptent :A, A, A, A.

    PETIT MATTHIEUAssez, assez. O. Rptez tous : O.

    TOUS RPTENT.O, O, O, O.

    PETIT MATTHIEUAssez. Quest-ce que cest, a ? (Il montre un

    A.)TOUS

    O, O, O, O, O.PETIT MATTHIEU

    Pas du tout. Ce nest pas O. Voil O ; cest A.

    14

  • TOUSA, A, A, A, A.

    PETIT MATTHIEUAssez. Quest-ce que cest, a ? (Il montre O.)

    TOUSA, A, A, A, A.

    PETIT MATTHIEUPas du tout ; cest O. Vous tes des nigauds.

    (Il leur montre A.) Quest-ce que cest ?TOUS

    O, O, O, O, O.PETIT MATTHIEU, IMPATIENT.

    Vous faites donc exprs ? Dites ce que cest ; tout de suite.

    LUCASAh bah ! tu nous ennuies. Est-ce que nous

    savons ?

    15

  • PETIT MATTHIEUTu vas te faire calotter, toi. Cest pour te faire

    savoir que je te montre.LUCAS

    Tu nes pas le matre dcole ; ce nest pas toi montrer.

    PETIT MATTHIEUTu dois mobir ; cest moi qui est le

    remplaant.LUCAS

    Ah ! ah ! ah ! Plus souvent que je tobirai.PETIT MATTHIEU, au matre dcole.

    Msieur, Lucas dit quil ne veut pas mobir. Puis-je le taper ?

    LE MATRE DCOLENon, mets-lui le bonnet dne.Petit Matthieu veut mettre le bonnet dne

    Lucas qui se dbat ; les autres le maintiennent de force ; il veut arracher le bonnet de dessus sa tte ; on lui saisit les mains.

    16

  • PETIT MATTHIEUMsieur, il ne veut pas, il nous donne des

    gifles ; il veut arracher le bonnet.LE MATRE DCOLE

    Attache-lui les mains avec la courroie.PETIT MATTHIEU

    Donne-moi la courroie, Julien ; l, sur le tas de cahiers... Bien, apporte-la ; dpche-toi, il nous chappe.

    Tous les huit se mettent aprs Lucas ; les uns attachent la courroie, dautres lui tiennent les jambes, les paules, les bras.

    PETIT MATTHIEUCest fait ; prsent, tu vas rester tranquille.Lucas est en colre ; il pleure et finit par se

    rsigner ; les autres continuent la leon et finissent par connatre A, O, I, U, E. Sa leon finie, on dtache Lucas ; il retourne sur son banc avec les autres ; il boude, mais il ne bouge plus.

    On lui donne un livre, et on lui montre la page o il doit tudier A, O, I, U, E. Il commence par

    17

  • ne rien faire ; il ferme le livre, il pousse ses camarades qui le poussent leur tour.

    Le matre dcole lve les yeux, tape avec sa gaule Lucas et les autres qui se bousculent.

    Silence ! dit-il.Les enfants se frottent la tte et les paules ;

    Lucas veut parler ; ses camarades len empchent et lui disent tout bas :

    Tais-toi ; tu vas nous faire tous punir. Lucas sennuie, bille, tousse, se mouche. Silence ! crie le matre dcole en posant

    sa gaule sur lpaule de Lucas.Il lavait pose fort, sans doute, car Lucas

    pleure et se frotte lpaule. Silence donc ! crie le matre dcole dune

    voix irrite, en posant la gaule plus lourdement encore sur lpaule de Lucas.

    Pour le coup Lucas est dompt, on ne lentend plus ; il sennuie tellement, quil ouvre son livre et cherche reconnatre les lettres quon lui a montres ; ses camarades laident un peu, et il

    18

  • finit par les savoir trs bien. Quand le