La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus - .Maître des aperçus longuement développés dans le corps

download La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus - .Maître des aperçus longuement développés dans le corps

of 129

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus - .Maître des aperçus longuement développés dans le corps

  • La dvotion au Sacr Coeur de Jsus.

    Le premier Trait de cette dvotion.

    Le livre 12e du Coeur Admirable

    de Saint Jean Eudes.

    Document-Recherche no 17.

    Jean Rmi Ct c.j.m.Montral, QC.Mars 1995.

    bslURL

    bslZone de texte Numris par cotejr8@videotron.ca

  • 1 Le Premier Trait de la dvotion au sacr coeur deJsus(1681)

    Prsentation

    Rsum et apprciation du P.Lebrun dans lintroduction duCoeur Admirable (t.6,pp.19-21)

    Le Coeur de Jsus est uni au Coeur de Marie par des liens trop troits pour qu'ilsoit possible de les sparer. Aussi le P. Eudes, aprs avoir "amplement " parl duCoeur de Marie, crut devoir dire "quelque chose" du Coeur de Jsus. Dans le corps deson ouvrage, il avait t amen bien souvent en parler, propos du Coeur de Marie.Mais il voulut en traiter part, et il lui consacra le douzime livre du Coeur admirable.

    Dans le cadre restreint o il devait se renfermer, le Vnrable ne pouvaittraiter toutes les questions relatives la dvotion au Coeur de Jsus. C'est en vain,par exemple, qu'on y chercherait l'histoire du culte priv du Sacr Coeur, ou lesapprobations que le Vnrable avait obtenues pour en inaugurer le culte public 1.C'est en vain mme qu'on y chercherait une tude complte sur les perfections duCoeur du divin Matre. Une pareille tude aurait exig de trop longs dveloppements,et aurait amen l'auteur rpter en partie ce qu'il avait crit au sujet du saintCoeur de Marie. Dans ce que l'on peut appeler la partie dogmatique de ce douzimelivre, le P. Eudes ne traite que de l'amour du Coeur de Jsus l'gard de son Pre, desa divine Mre, et surtout l'gard des hommes. Mais cette question, il la traite silargement et avec tant de profondeur, qu'aucun des crivains qui, depuis, se sontoccups du Sacr Coeur, ne l'a surpass, du moins notre avis. 2

    A la suite de cette tude dogmatique, on trouve quelques citationsempruntes Lansperge, saint Bonaventure, sainte Gertrude et la soeurMarguerite de Beaune. Puis viennent deux sries de mditations pour la fte duCoeur de Jsus et les huit jours de l'octave. On y trouve appliqus au Coeur du divinMatre des aperus longuement dvelopps dans le corps de l'ouvrage propos duCoeur de Marie. Il n'y a pas lieu d'en tre surpris, car les sacrs Coeurs de Jsus e tde Marie tant la parfaite image l'un de l'autre, ce que l'on dit de l'un, on peutd'ordinaire, toute proportion garde, le redire de l'autre.

    Pour avoir t incorpor au Coeur admirable, ce douzime livre n'enconstitue pas moins un vritable trait de la dvotion au Coeur de Jsus. En y

    1Nous publierons ces approbations en appendice, la fin du Coeur admirable.

  • joignant, comme il est juste de le faire, les notions exposes dans le premier livre, ony trouve la fois, dans ce qu'elles ont d'essentiel, la thorie et la pratique de ladvotion au Sacr Coeur. C'est d'ailleurs le premier t ra i t qui ait t crit sur ce t tematire, puisqu'il est antrieur de dix ans au livre du P. Croiset (1691), et de dix-huit celui du P. Froment (1699). De l'avis d'crivains sans parti pris, tel que le CardinalPitra 2, et tout rcemment le P. Bainvel 3, il assure au P. Eudes l'honneur d'avoir tle premier thologien du Sacr Coeur, comme il en fut le premier aptre et lepremier chantre liturgique.(cf.Bulle de canonisation)

    N.B.Nous avons omis les longues citations latines dans les textes qui suivent.

    Raisons de cette prsentation:1) Elle est plus agrable lire que celle que l'on trouve au tome 8 des

    Oeuvres Compltes.2) Plusieurs personnes n'ont pas facilement en mains les Oeuvres

    Compltes de St Jean-Eudes.3) Cette prsentation comprend donc le Livre 12 du Coeur Admirable,

    quelques extraits du Liv.1 sur les notions de Coeur et la clbre Prire Ave, Corsanctissimum. VIII-206

    2Vie du P. Libermann, 1. 3, ch. 3.

    3La dvotion au Sacr Coeurs p. 267. Paris, 1906.

  • LIVRE DOUZIMEDU DIVIN COEUR DE JSUS.

    CHAPITRE I.--Que le divin Coeur de Jsus est la Couronne de la gloire dutrs saint Coeur de Marie.

    Il n'est pas juste de sparer deux choses que Dieu a conjointes si troitementpar les liens les plus forts et par les noeuds les plus serrs de la nature, de la grceet de la gloire: je veux dire le divin Coeur de Jsus Fils unique de Marie, et le Coeurvirginal de Marie Mre de Jsus; le Coeur du meilleur Pre qui puisse tre, et de lameilleure Fille qui fut ni qui sera jamais; le Coeur du plus divin de tous les poux, e tde la plus sainte de toutes les pouses; le Coeur du plus aimable de tous les enfants,et de la plus aimante de toutes les Mres: deux Coeurs qui sont unis ensemble par lemme esprit et par le mme amour qui unit le Pre de Jsus avec son Fils bien-aim,pour n'en faire qu'un Coeur: non pas en unit d'essence, telle qu'est l'unit du Pre e tdu Fils, mais en unit de sentiment, d'affection et de volont.

    Ces deux Coeurs de Jsus et de Marie sont unis si intimement, que le Coeur deJsus est le principe du Coeur de Marie, comme le Crateur est le principe de sacrature; et que le Coeur de Marie est l'origine du Coeur de Jsus, comme la mreest l'origine du coeur de son enfant.

    VIII-207

    Chose admirable le Coeur de Jsus est le Coeur, l'me, l'esprit et la vie du Coeurde Marie, qui n'a ni mouvement, ni sentiment que par le Coeur de Jsus; et le Coeurde Marie est la source de la vie du Coeur de Jsus, rsidant dans ses bnitesentrailles, comme le coeur de la mre est le principe de la vie du coeur de sonenfant.

    Enfin le Coeur adorable de Jsus est la couronne et la gloire de l'aimable Coeurde la Reine des Saints, puisqu'il est la gloire et la couronne de tous les Saints: CoronaSanctorum omnium. Comme aussi le Coeur de Marie est la gloire et la couronne duCoeur de Jsus, parce qu'il lui rend plus d'honneur et plus de gloire que tous lescoeurs du paradis ensemble.

    C'est pourquoi, aprs avoir parl si amplement du Coeur auguste de Marie, il es tbien raisonnable de ne pas terminer cet ouvrage sans dire quelque chose du Coeuradmirable de Jsus. Mais que peut-on dire sur un sujet qui est indicible, immense,incomprhensible et infiniment lev au-dessus de toutes les lumires desChrubins? Certainement toutes les langues des Sraphins seraient trop faibles pourparler dignement de la plus petite tincelle de cette fournaise embrase du divinamour. Comment donc un misrable pcheur, plein de tnbres et d'iniquits, osera-

  • t-il approcher de cet abme de saintet? Comment osera-t-il regarder ce formidablesanctuaire, entendant frapper ses oreilles ces terribles paroles: Pavete adsanctuarium meum 4: Tremblez la vue de mon sanctuaire O mon Seigneur Jesus,aufer a me iniquitates meas, ut ad Sancta sanctorum pura mente merear introire, effacez en moi toutes mes iniquits, afin que je mrite d'entrer dans le Saint dessaints avec un esprit pur , avec des penses saintes, et avec des parolesenflammes de ce feu du ciel que vous avez apport en la terre, qui enflamment lescoeurs de ceux qui les liront.

    VIII-208

    CHAPITRE II.--Que le divin Coeur de Jsus est une Fournaise d'amour t r sardente au regard du Pre ternel.

    Une infinit de raisons nous obligent de rendre nos adorations et nos honneursau divin Coeur de notre trs aimable Sauveur, avec une dvotion et un respectextraordinaire. Toutes ces raisons sont comprises dans trois paroles du bienheureuxsaint Bernardin de Sienne, qui appelle ce trs aimable Coeur: Fornacemardentissimae charitatis, ad inflammandum et incendendum orbem universum 5, Fournaise d'une charit trs ardente pour enflammer et embraser tout l'univers.

    VIII-209

    Oui certainement ce Coeur admirable de Jsus est une fournaise d'amour auregard de son divin Pre, au regard de sa trs sainte Mre, au regard de son glisetriomphante, militante et souffrante, et au regard de chacun de nous en particulier.C'est ce que nous allons voir dans les chapitres suivants.

    Voyons maintenant les flammes trs ardentes de cette grande fournaise au4Levit.. XXVI, 2.

    5Serm. 514, de Passione Dom., p. 2, tit. 1. A diverses reprises, le Coeur de Jsus, semanifesta la bienheureuse Marguerite-Marie sous l'emblme d'une fournaise d'amour.Voici comment elle raconte une de ces manifestations: Une fois que le Saint-Sacrement tait expos, dit-elle, aprs m'tre sentie retire toute au-dedans de moi-mme par un recueillement extraordinaire de tous mes sens et puissances, Jsus-Christ, mon doux Matre, se prsenta moi tout clatant de gloire, avec ses cinqplaies, brillantes comme cinq soleils, et de cette sacre humanit sortaient desflammes de toutes parts, mais surtout de son adorable poitrine qui ressemblait unefournaise et s'tant ouverte, me dcouvrit son tout aimant et tout aimable Coeur quitait la vive source de ces flammes Vie et Oeuvres, tom. 2, p. 327. Edit. 1867. Onsait que, dans l'image dite de Notre-Dame des Coeurs le Vnrable P. Eudes areprsent les sacrs Coeurs de Jsus et de Marie sous l'emblme d'une fournaised'amonr, ou ses disciples vont allumer des torches pour embraser l'univers. Ce n'estl au fond qu'une belle application de la parole de Notre-Seigneur dans saint Luc,XII, 49: Ignem veni mittere in terram, et quid volo nisi ut accendatur.

  • regard du Pre ternel. Mais quel esprit pourrait concevoir et quelle langue serait capable d'exprimer la

    moindre tincelle de cette fournaise infiniment ardente du divin amour, qui embrasele Coeur adorable du Fils de Dieu au regard de son Pre C'est un amour digne d'un te lPre et d'un tel Fils. C'est un amour qui gale trs parfaitement les perfectionsineffables de son objet bien-aim. C'est un Fils infiniment aimant, qui aime un Preinfiniment aimable. C'est un Dieu qui aime un Dieu. C'est un amour essentiel qui aimel'amour ternel. C'est un amour immense, incomprhensible, infini, et infinies foisinfini, qui aime un amour immense, incomprhensible, infini, et infinies fois infini. Enun mot le divin Coeur de Jsus, considr selon sa divinit ou selon son humanit,