La dépression, la psychose maniaco-dépressive et le trouble bipolaire

download La dépression, la psychose maniaco-dépressive et le trouble bipolaire

of 31

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    222
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La dépression, la psychose maniaco-dépressive et le trouble bipolaire

  • PAMBA

    La dpression, la psychose maniaco-dpressiveet le trouble bipolaire

    lintention des membres du Barreau du Qubec

    John Starzynski, LLB

    LPACProgramme daide aux juristesMe Adrian Hill, directeur gnral439, Avenue University, bureau 2200Toronto (Ontario) M5H 1Y8Tl. : (416) 520-9016Tlc. : (416) 595-1731c. . : adrianhill@sympatico.caSite Web : WWW3.sympatico.ca/adrianhill

    PAMBAProgramme dAide aux Membres du Barreau duQubecMe Guy Quesnel, gestionnaire83, rue St-Paul OuestMontral (Qubec) H2Y 1Z1Tl. : 1 800 747-2622

    (514) 286-0831 (rgion de Montral)Tlc. : (514) 842-8055c. . : guyquesnel@videotron.caSite Web : barreau.qc.ca/barreau/organismes/pamba

    mailto:adrianhill@sympatico.camailto:guyquesnel@videotron.ca

  • 2

    Ce document a t publi en 1998 par le Programme daide aux juristes. Il fait partie duProgramme de prvention de lAssociation du Barreau canadien.

    La traduction franaise a t assure par le Programme dAide aux Membres du Barreau duQubec.

    Pour faciliter la lecture de ce document, le masculin englobe le fminin.

    Pour plus de renseignements sur ce document ou sur dautres ressources, veuillezcommuniquer avec :

    Me Guy Quesnel, gestionnaireProgramme dAide auxMembres du Barreau du Qubec85, rue St-Paul OuestMontral (Qubec) H2Y 1Z1Tl. : 1 800 747-2622

    (514) 286-0831 (rgion de Montral)

  • 3

    Introduction

    Je suis le rythme du mieux que je peux.

    Les affaires allaient bien, trs bien mme. Louis trouvait quavec un plus lourd fardeau dedossiers en litige, et son appartenance deux conseils dadministration doeuvres debienfaisance, sa vie tait fort occupe. Les journes taient longues et trs occupes :arriv au bureau ds 7 heures le matin, il quittait rarement avant 22 heures. Le midi, unsandwich aval en vitesse ou rien du tout. Le soir, la commande lauto dun restaupoucefaisaient laffaire en route vers une autre runion.

    Mais, dans le peu de temps quil consacrait sa vie personnelle, Louis ntait pas trsheureux. Il ne pouvait se rappeler le dernier repas pris en famille. Ses enfants grandissaient,shabituant son absence. Il ne semblait plus manquer sa femme et leur vie amoureuseavait presquatteint le point mort. Il dormait mal, son esprit allant vive allure, sans sarrter.

    Avec le temps, Louis trouvait quil tait de plus en plus fatigu. Il tait irritable et il luidevenait de plus en plus difficile de se concentrer. Les douleurs la poitrine, les migraineset les crampes destomac taient choses communes. Son mdecin persistait lui dire quetout allait bien physiquement. Graduellement, il commena perdre tout fait sa joie devivre. Lors de runions sociales, il commena boire de faon excessive. Les critiques desa femmes parce quil nallait jamais aux activits des enfants, ou parce quil ne lui parlaitplus, le menaient songer au suicide. Aprs tout, tout ce quil faisait, il le faisait pour safamille.

    Louis sest finalement effondr, physiquement et motionnellement. Un psychiatre adiagnostiqu une dpression majeure, cause par un dsquilibre chimique, etaccompagne dun trouble obsessionnel-compulsif.

  • 4

    Quont en commun les personnes suivantes ?

    Hans Christian Anderson, Rosanne Barr, Irving Berlin, Hector Berlioz,Robert Burns, Dick Cavett, Nol Coward, Winston Churchill, EmilyDickenson, Patty Duke, William Faulkner, Connie Francis, Paul Gauguin,Abraham Lincoln, Edgar Allan Poe, Mike Wallace, Helen Hutchinson,F. Scott Fitzgerald, Samuel Clemens, Joseph Conrad, Robert LouisStevenson, Tolstoi, Handel, Mahler, Rachmaninoff, Cole Porter,T. S. Eliott, Victor Hugo, Keats, Boris Paternak, Lord Tennyson, WaltWhitman, Kristie McNicoll, Charlie Pride, Ted Turner, Robin Williams,Kitty Dukakis, Martin Luther, Tennesse Williams, Jeanne dArc, la ReineElizabeth Ire et Howard Hughes.

  • 5

    PISODE DE DPRESSION MAJEURE

    Au moins cinq (5) des symptmes suivants doivent tre prsentspendant au moins deux semaines :

    HUMEUR DPRESSIVE

    PERTE DE PLAISIR OU DINTRT POUR LES ACTIVITS

    PERTE OU GAIN DE POIDS IMPORTANT

    INSOMNIE OU HYPERSOMNIE

    AGITATION OU RALENTISSEMENT PSYCHOMOTEUR

    FATIGUE

    SENTIMENT DE DVALORISATION OU DE CULPABILIT

    DIMINUTION DE LA CONCENTRATION

    PENSES DE MORT RCURRENTES OU IDES SUICIDAIRES

    Source : DSM-IV

  • 6

    DFINITION

    LA DPRESSION EST TAT QUI PROVOQUE UN CHANGEMENT DE VIECHRONIQUE QUI A UNE INCIDENCE SUR :

    LHUMEUR DUNE PERSONNE

    SON BIEN-TRE PHYSIQUE

    SA PSYCHOLOGIE

    SA CAPACIT RESSENTIR DE LA JOIE ET DE LESPOIR

    LA DPRESSION EST UNE MALADIE QUI PEUT TREDIAGNOSTIQUE.

    LA DPRESSION NEST PAS UNE FAIBLESSE, NI UN DFAUT DECARACTRE.

  • 7

    LA UNE DES JOURNAUX

    UN TUEUR INVISIBLE LA DPRESSION EST PLUS QUUNEMAUVAISE JOURNE

    LA DPRESSION TUE LES HOMMES (tir dune revue ddie la santdes hommes)

    38 % DES FEMMES SONT DPRIMES

    LA DPRESSION CHEZ LES TRAVAILLEURS COTE DES MILLIONS

    FAIRE FACE LA DPRESSION AU TRAVAIL

    LUTTER CONTRE LA VAGUE

    LE PRIX DE LA SANT MENTALE

  • 8

    FICHE DE RENSEIGNEMENTS*

    LA DPRESSION

    [TRADUCTION] Une femme sur quatre et un homme sur dix souffriront de dpression uncertain moment de leur vie. Selon le sondage Compas de 1992, un rpondant canadien surdix a dclar avoir fait lobjet dun diagnostic de dpression et quatre Canadiens sur dix ontaffirm quun proche avait fait lobjet dun diagnostic de dpression. Il est malheureux quepeu de gens demandent de laide. Quatre-vingts pour cent des personnes souffrant dedpression peuvent se sentir mieux et gurir en quelques semaines, lorsquelles reoivent letraitement appropri. La plupart des personnes qui souffrent de dpression clinique sesentent soulages une fois renseignes sur cette maladie. Elles se rendent compte que ladpression nest pas une faiblesse psychologique, ni un dfaut de caractre; et elles ne sesentent plus seules.

    *LAssociation canadienne pour la sant mentale, division de lOntario(Tl. : (416) 964-9611, tlc. : (416) 964-6766)

  • 9

    LES CAUSES DE LA DPRESSION

    QUATRE PRINCIPAUX FACTEURS CAUSENT LA DPRESSION :

    GNTIQUE

    PSYCHOLOGIQUE

    BIOLOGIQUE

    ENVIRONNEMENTAL (SOCIAL)

    LE RISQUE DE DPRESSION AUGMENTE AVEC LA COMBINAISON DESDIFFRENTS FACTEURS.

  • 10

    LES TYPES DE DPRESSION

    LA DYSTHYMIE

    LA DPRESSION CLINIQUE

    LE TROUBLE BIPOLAIRE (PSYCHOSE MANIACO-DPRESSIVE)

    LE TROUBLE AFFECTIF SAISONNIER

    LE TROUBLE ANXIEUX

    LE TROUBLE PANIQUE

    LE TROUBLE OBSESSIONNEL-COMPULSIF

    LE SYNDROME DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

  • 11

    PISODE DE TROUBLE MANIAQUE

    La prsence dune combinaison de plusieurs de ces symptmes pendant au moinsdeux semaines :

    Euphorie ou humeur extatique

    nergie excessive, mouvement constant

    Penses qui dfilent, incapacit de se concentrer pendant une prioderaisonnable

    Peu ou pas de sommeil

    Faire la tourne des magasins et dpenser, comportement incontrl etincontrlable

    Augmentation de lactivit sexuelle, sans discernement

    Sentiments de puissance et folie des grandeurs, gocentrisme extrme

    Jugement fautif, y compris le refus de traitement

  • 12

    PISODE DE DPRESSION MAJEURE ETTROUBLE DPRESSIF MAJEUR ET RCURRENT

    Critres dun pisode de dpression majeure :

    A. Au moins cinq des symptmes suivants doivent avoir t prsents pour une duredau moins deux semaines et avoir reprsent un changement par rapport aufonctionnement antrieur; au moins un de ces symptmes est soit (1) une humeurdpressive, soit (2) une perte dintrt ou de plaisir.

    Nota : Ils nincluent pas les symptmes imputables une affection mdicale gnrale, nides hallucinations ou des ides dlirante non congruentes lhumeur.

    (1) Humeur dpressive prsente pratiquement toute la journe, presque tous lesjours, signale par le sujet (p. ex., se sent triste ou vide) ou observe par lesautres (p. ex., pleure). N.B. : ventuellement irritabilit chez lenfant etladolescent.

    (2) Diminution marque de lintrt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes lesactivits pratiquement toute la journe, presque tous les jours (signale par lesujet ou observe par les autres).

    (3) Perte ou grain de poids significatif en labsence de rgime (p. ex., modificationdu poids corporel en un mois excdant 5 %), ou diminution ou augmentationde lapptit presque tous les jours. N.B. : Chez lenfant, prendre en comptelabsence de laugmentation de poids attendue.

    (4) Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours.(5) Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours (constat par

    les autres, non limit un sentiment subjectif de fbrilit ou de ralentissementintrieur).

    (6) Fatigue ou perte dnergie presque tous les jours.(7) Sentiment de dvalorisation ou de culpabilit excessive ou inapproprie (qui

    peut tre dlirante) presque tous les jours (pas seulement se faire grief ou sesentir coupable dtre malade).

    (8) Diminution de laptitude de penser ou se concentrer ou indcision presquetous les jours (signale par le sujet ou observe par les autres).

    (9) Penses de mort rcurrentes (pas seulement une peur de mourir), idessuicidaires rcurrentes sans plan prcis ou tentative de suicide ou plan prcispour se suicider.1

    1 American Psychiatric Association, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troublesmentaux, Traduction franaise, Paris, Masson, 1996, 1056 p.

  • 13

    VOLUTION SUICIDAIRE

    PENSES SUICIDAIRES (IDATION)

    DSIR SUICIDAIRE

    INTENTION SUICIDAIRE

    PLAN POUR SE SUICIDER

    COMPORTEMENT SUICIDAIRE

    SUICIDE RALIS

    - H. Fiske, 1995

  • 14

    Lorsquune personne consulte un thrapeute concernant un problme, le thrapeutefavorise tout dabord la comprhension du problme. Il pose des