La BLESSURE PRIMITIVE - Abandon & adoptionabandon- .5 PREFACE Ce livre concerne les adoptés. Je

download La BLESSURE PRIMITIVE - Abandon & adoptionabandon- .5 PREFACE Ce livre concerne les adoptés. Je

of 160

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La BLESSURE PRIMITIVE - Abandon & adoptionabandon- .5 PREFACE Ce livre concerne les adoptés. Je

  • La

    BLESSURE

    PRIMITIVE

    Comprendre l'enfant adopt

    NANCY NEWTON VERRIER

    Traduction de Franoise Hallet

  • 2

    A ma fille

    Qui est venue dans nos vies

    Par un chemin de sacrifices et de douleur

    Mais dont l'amour et le courage

    Nous ont apport comprhension et joie.

  • 3

    REMERCIEMENTS

    Cette uvre est un travail d'amour et de dvouement de nombreuses personnes, untravail qui a entran de la souffrance aussi bien que des succs. Je veux, avant tout, remerciertous les participants de ma premire tude pour avoir fouill dans les profondeurs de leur me,dans des zones qui taient restes jusqu'alors hors d'atteinte. La bonne volont qu'ils ont mise regarder en face certains aspects douloureux de leur vie a permis de raliser ce livre. Mesremerciements aussi aux trs nombreux adopts, mres de naissance et parents adoptifs quisont venus aprs avoir entendu parler de mon travail et qui ont ajout leur exprience celledes premiers participants. Leur rponse a t poignante et leur courage exceptionnel.

    Je voudrais aussi remercier les membres des professions d'aide aux personnes qui ontpartag avec moi leur prcieux temps et leurs connaissances pour que je puisse tracer untableau crois des expriences d'abandon et d'adoption, et des phnomnes prinataux etd'attachement. Parmi ceux-ci, Florence Grossenbacher, analyste jungienne, dont le travailavec les adopts, tant dans les agences d'adoption qu'en priv, m'a donn un clairage sur lesproblmes de familles d'accueil et d'adoption ; Jean Benward, LCSW, adopte etpsychothrapeute, qui m'a aide clarifier ce que je voulais demander aux adopts ; le docteurDavid Cheek, MD, qui a accept de ramener un adopt vers ses expriences de naissance etd'adoption par la rgression hypnotique ; le docteur Thomas Verny, MD, qui a pris le tempsde correspondre avec moi propos de l'adoption et d'expriences prinatales ; PatriciaLadouceur, PhD, adopte et amie, dont le soutien motionnel pendant ce projet estinestimable ; et un trio d'amis dans l'adoption, B.J.Lifton, PhD, Annette Baran, LCSW, etReuben Pannor, LCSW, avec qui j'ai eu de grandes conversations et de qui j'ai reu uneavalanche d'encouragements.

    Je ne pourrais pas tre arrive au bout de ce projet sans l'aide de nombreusespersonnes : mes diteurs Leslie Lauren et Laura Keilin, dont les suggestions ont fait d'un sujetquelque peu clinique un livre plus lisible pour l'audience que je voulais atteindre ; ma dactyloGlenna Goulet qui a travaill pendant ses vacances pour respecter les dlais de publication ;mon ditrice Ann Hughes, dont l'enthousiasme et le dvouement ce sujet ont t fortapprcis. Il est intressant de souligner que sans le vouloir il y a dans les personnes cites ci-dessus une adopte (Leslie), une mre adoptive (Laura), une mre de naissance (Ann) et lasur d'un adopt (Glenna). Un merci particulier l'adopte Jane Schweitzer pour le couragequ'il lui a fallu de mettre son me nu en me permettant d'utiliser sa peinture de la blessureprimitive qui apparat sur la couverture de ce livre.

    Par-dessus tout, je voudrais remercier la thrapeute de ma fille, le docteur LorenPedersen, qui m'a lance dans ce voyage de recherche et d'criture, pour avoir eu laperspicacit de comprendre et la capacit de communiquer la douleur dont souffrait ma fillesuite son exprience de l'adoption. Son attitude d'amour et de compassion envers toutes lespersonnes blesses a t une source d'inspiration pour moi, non seulement pendant ce projet,mais depuis que je l'ai connue.

  • 4

    Et ma famille, qui a probablement pens que ce livre ne serait jamais fini, j'adressema trs sincre reconnaissance pour leur amour, leur patience et leur comprhension.

  • 5

    PREFACE

    Ce livre concerne les adopts. Je l'ai crit pour ces adopts de tout le pays qui m'ontouvert leur cur et qui j'ai promis d'crire leur histoire intime. Je l'ai aussi crit pour lesparents de naissance et d'adoption comme un pont pour la comprhension de leurs enfants etpour promouvoir le processus de gurison pour tous. Mon espoir est qu'il aidera aussi lesprofessionnels dans leur comprhension des problmes complexes qui relvent de l'adoption.Je vais commencer par mon exprience de ce que j'appelle la blessure primitive comme je l'aiobserve chez ma propre fille, qui, il y a vingt-trois ans, a t la premire personne attirermon attention sur ce problme.

    Si quelqu'un m'avait dit quand nous avons ramen la maison notre petite fille de troisjours, un soir de Nol en 1969, qu'lever un enfant adopt serait diffrent d'lever son enfantbiologique, comme beaucoup de nouveaux et enthousiastes parents adoptifs, je lui aurais ri aunez et j'aurais dit "Bien sr que ce ne sera pas diffrent ! Qu'est-ce qu'un tout petit bb sait ?Nous allons l'aimer et lui donner un foyer merveilleux." Je pensais que l'amour conquraittout. Mais ce que j'ai dcouvert, c'est qu'il est plus facile pour nous de lui donner de l'amourque pour elle de l'accepter.

    Pour que l'amour soit librement accept, il faut la confiance, et en dpit de l'amour etde la scurit que nous avons donns notre fille, elle a souffert l'anxit de se demander sielle allait nouveau tre abandonne. Pour elle cette anxit s'est manifeste dans descomportements typiques de test. En mme temps elle essayait de provoquer ce rejet qu'ellecraignait, et il y avait chez elle une raction de nous rejeter avant que nous ne la rejetions. Ilsemblait que se permettre elle-mme d'aimer et d'tre aime tait trop dangereux ; elle nepouvait pas faire confiance et accepter qu'elle ne serait plus jamais abandonne.

    J'ai dcouvert pendant mes dix annes de recherche que ce comportement de test estune des deux rponses diamtralement opposes au fait d'avoir t abandonn, l'autre tantune tendance l'acquiescement, la compliance et au retrait. Bien que vivre avec un enfant"testeur" soit plus difficile que de vivre avec un enfant compliant, je suis contente que notrefille ait agi de telle manire qu'elle ait attir notre attention sur sa douleur. Nous avons tcapables, aprs des annes o nous avons essay de nous en sortir seuls, de chercher de l'aidepour elle. Ce fut le dbut d'un voyage qui devait changer toutes nos vies.

    Je n'avais pas d'ide au dbut de cette thrapie que l'adoption avait quelque chose voir avec ce qui se passait chez ma fille. En dpit du fait que j'tais considre comme unprofesseur hautement efficace, avec une profonde comprhension attentive et intuitive de mestudiants, ainsi que le parent biologique d'une fille plus jeune qui n'avait pas ces difficults, jepensais que j'tais d'une certaine faon en tort. Parce que la plupart de ses actes taient dirigscontre moi, sa mre. Qu'est-ce que je faisais mal ? Pourquoi est-ce que ma fille se comportaitd'une faon aussi hostile et colrique envers moi la maison, et d'une faon proche et aimanteen public ? Pourquoi tait-elle aussi ttue et dramatique ? Pourquoi avait-elle le besoindsespr de contrler compltement chaque situation ? Pourquoi ne pouvait-elle pas accepterl'amour que j'avais et que je voulais lui donner ? J'ai appris depuis que " travers tout ce jeu

  • 6

    c'est l'enfant qui essaie de se connecter avec la mre" comme le dit James Mehlfeld, unthrapeute qui travaille avec des adopts. En mme temps, cette tentative de crer un lien taitsabote par des comportements provocants et destructeurs de sa part, comme si elle testait etretestait notre amour et notre dvouement.

    Parce que nous avons t capables de lui trouver une aide approprie, l'volution denotre famille n'a pas atteint les proportions tragiques exprimentes par de nombreusesfamilles adoptives dans lesquelles l'enfant ou les parents choisissent de quitter la situationtendue : l'enfant s'en va prmaturment ou est chass de la maison. Nous avons t capablesde voir notre fille voluer graduellement d'un enfant antisocial, provocateur, prenant sesdistances, vers une jeune femme pleine d'allant, sensible et aimante.

    Le chemin n'a pas t facile. Quand, aprs trois ans de thrapie, les sentimentsprconscients de rejet ont commenc devenir conscients, elle a lutt comme si sa vie endpendait ; parce que permettre ces sentiments d'apparatre voulait aussi dire ressentir cequ'elle percevait en elle de vulnrable, de dfaillant, la raison pour laquelle sa mre l'avaitdonne. Si elle pouvait garder la main sur ces sentiments, son intgrit tait prserve et ellepouvait chapper pour un temps encore l'anantissement. Sa blessure tait profonde, sesdfenses solides et son besoin de comprhension immense.

    Au fur et mesure que je cherchais des rponses ce qui se passait dans l'esprit de mafille, mon intrt s'est tendu aux autres enfants et leurs parents adoptifs, beaucoup semblantcoups les uns des autres. Des conversations ultrieures avec la thrapeute de ma fille, ledocteur Loren Pedersen, concernant la pnurie d'informations sur les effets de l'adoption,m'ont conduite entreprendre ma recherche. L'intrt et les encouragements des adopts, desmres de naissance, des parents adoptifs et des professionnels perplexes m'ont convaincued'crire ce livre.

    Les ides qui seront prsentes ici sont d'abord venues d'une comprhension intuitivede ce qui se passait pour ma propre fille. Pour quelqu'un qui avait t adopte quasi lanaissance, qui n'avait jamais t en famille d'accueil, et qui tait vraiment dsire et aime parnous, elle semblait souffrir normment. En commenant observer les autres adopts et leurfamille, je suis devenue de plus en plus convaincue que l'adoption, qui a longtemps tconsidre comme la meilleure solution pour les bbs abandonns, n'tait pas la panacequ'on esprait qu'elle soit. Mais il tait difficile de faire parler les gens de ce qu'ilsressentaient, parce que la plupart des gens n'avaient pas d'ide de ce qui se passait.

    Je croyais que quelque chose se passait pourtant, parce que j'avais appris que lesadopts taient largement sur-reprsents en psychothrapie. Suivant les statistiques d