Karen people

download Karen people

of 26

Embed Size (px)

description

Les Conséquences du conflit Birman sur la population Karen

Transcript of Karen people

  • 1. 1 KAREN PEOPLELes Consquences Du Conflit Birman

2. 2 3 [ Karen People ] Les Consquences du Conflit Birman Sur La Population Karen KAREN PEOPLE Thalande Birmanie - Fvrier Mars 2007 Textes et photographies Geoffroy Lasne 3. 4 5 [ Karen People ] Lunion du Myanmar, anciennement appele la Birmanie, est un Etat situ entre le Bengladesh, lInde, la Chine, le Laos et la Thalande. Les cultures, les langues, les traditions, les religions sont le reflet de cette diversit. La majorit des Birmans est de religion bouddhiste. Nanmoins, on trouve dimportantes minorits musulmanes, chrtiennes ou animistes. Du 11e la fin du 18e sicle, le pays a connu un grand nombre de guerres opposant les diffrentes dynasties, ainsi que de grandes vagues dimmigration. Cependant une certaine unit tait maintenue. A la seconde moiti du 18me, les Birmans ont pris un ascendant sur les autres populations. Ils deviennent majoritaires et occupent toute la plaine centrale du pays (zone la plus fertile). Les autres ethnies se concentrent alors dans les montagnes et la jungle, aux frontires de la Birmanie. Puis le pays a t colonis par le Royaume-Uni pour tre intgr lEmpire des Indes en 1886 suite de nombreux conflits. Les Anglais assoient leur domination en sappuyant sur des minorits ethniques auparavant chasses par les Birmans majoritaires. A partir des annes 1920, les paysans, puis des tudiants se soulvent contre loppression coloniale. Lethnie Birmane largement majoritaire prend la tte du mouvement pour lindpendance avec en ligne de mire les collaborateurs des britanniques: les ethnies minoritaires. Aung San, un des leaders du mouvement tudiant et son quipe crent lArme de libration de la Birmanie. Avec lappui de larme Japonaise, ils dciment larme anglaise et lindpendance est proclame en 1948. La Birmanie devient lUnion de la Birmanie. Aung San, considr comme le pre de lindpendance est assassin. La confusion est totale pendant de nombreuses annes, le gnral Ne Win prendra le pouvoir par un coup dEtat le 2 mars 1962. Il instaure un rgime totalitaire, xnophobe La Birmanie se coupe du monde et vit alors en complte autarcie. Ne Win met en place le travail forc et le contrle de toutes les conomies par larme. La birmanisation est en place avec la volont dliminer les minorits ethniques. En 1988, des universitaires lancent de grandes manifestations qui rassemblent des millions de personnes. Larme ouvre le feu sur la population, faisant des milliers de morts. Aung San Suu Kyi devient le leader du mouvement pour la dmocratie et cre le NLD (National League for Democracy) qui gagne les lections en 1990, aussitt annules par la dictature militaire. Aung San Suu Kyi sest vue dcerner le prix Nobel de la paix en 1991. Depuis le gnral Than Shwe dirige la junte du Myanmar en appliquant la loi martiale avec les abus des dictatures. Rcemment, Than Shwe a dplac la capitale de Rangoon vers NayPyiDaw ( Sige des Rois ), une ville construite de toute pice en plein cur de la jungle. Caprice de dictateur, tradition des Rois Birmans, la nouvelle capitale est plus centrale dans le pays mais est aussi un vritable bunker. La Birmanie compte aujourdhui des milliers de prisonniers politiques qui croupissent dans les geles birmanes. Ils subissent la torture, les humiliations, les privations, le travail forc, le racket, le viol Aucune forme dopposition nest autorise par le pouvoir en place. Les Droits de lHomme, les liberts de la presse sont tous les jours bafous. Le rgime militaire, paradoxalement appel le SPDC (State Peace and Development Council), extermine les populations en incendiant les villages des ethnies minoritaires, en y perptrant pillages, viols, assassinats, que subissent sans cesse les ethnies. Une guerre doccupation sest installe depuis 1962, provocant lanantissement de peuples entiers (Shan, Karen, Karenni, Mon ). Le pays souffre de toutes les drives humaines : trafic de bois (teck), de pierres prcieuses, de drogues (drivs du pavot opium, mtamphtamines, hrone). A ces maux, sajoutent des pratiques prohibes comme lutilisation darmes chimiques ou la prolifration des mines anti-personnel, interdites par les Conventions internationales. La consommation de drogues, la prostitution et les viols perptrs par la junte propagent le VIH au sein de la population. Ainsi, un flot immense de rfugis afflue vers les pays limitrophes, principalement en Thalande. Les ONG les estiment plus de deux millions. 4. 6 7 [ Karen People ] Ethnie minoritaire, les Karens ont t repousss depuis le dbut du conflit avec le pouvoir birman, tout au long de la frontire thailandaise. Le sort des populations dpend de leur statut : les populations dplaces (IDP) et les rfugis. Les populations dplaces, appeles IDP (Internally Displaced People) se compteraient entre un trois millions de personnes. Ils vivent dans la jungle pour fuir les exactions de la junte birmane. Le plus souvent, leur dpart a suivi lattaque de leur village au cours de laquelle ils ont tout perdu. Nombreux sont ceux qui ont vu disparaitre un ou plusieurs membres de leur famille cette occasion. Les IDP sont les plus vulnrables. Vivant dans des zones de conflit, pourchasss par larme, survivant dans la jungle, ils sont la plupart du temps hors de porte des ONG, birmanes ou occidentales. On constate en particulier des phnomnes de rgression tels que le fait de se nourrir de racines, etc. Derrire les barbels sur le Friendship Bridge, le pont sparant la Birmanie de la Thalande, des familles Karens qui ont t chasss de leur village se retrouvent la frontire thalandaise. Ils mendient et croient en une improbable fin du conflit. 5. 8 9 [ Karen People ] Les rfugis issus du conflit birman seraient plus de deux millions parmi lesquels il faut distinguer trois types : Les vrais rfugis, cest dire ceux qui bnficient dun statut reconnu par le HCR (Haut Commissariat aux Rfugis), sont une minorit (environ 10 %). Ils sont parqus dans les 17 camps de rfugis le long de la frontire thalandaise. Ces camps sont grs par les ONG, notamment Mdecins Sans Frontires ou Aide Mdicale Internationale. Ces rfugis sont ceux dont les conditions de vie sont les moins indcentes. Ici une petite fille de Mae La Camp. Les autres rfugis ont la plupart du temps des statuts plus complexes, ils sont soit travailleurs migrants soit exils politiques. Les travailleurs migrants - limmense majorit du flux- vivent, eux, dans des situations la fois plus dures, plus prcaires et plus dangereuses. Immigrs, sans papiers, ils sont exploits par les populations locales et nont pas la possibilit davoir accs aux aides des ONG. La rumeur prtend que la vie dun birman vaut deux pneus, beaucoup sont abattus puis bruls. Enfin, les exils politiques, qui appartiennent la fois au groupe des victimes et celui de ceux qui uvrent une amlioration de la situation. Ce sont eux qui ont mis en place toutes les organisations politiques, militaires, humanitaires ou de dfense des droits de lhomme. Ces rfugis ont russi tisser des liens avec les ONG et les gouvernements dans le monde entier. En partie protgs quand ils sont connus des ONG occidentales, ils sont bien sr les moins bien vus par les autorits thalandaises mais tolrs, car ils limitent limpact des actions de la junte, des trafics et apportent une manne financire non ngligeable. 6. 10 11 [ Karen People ] Enfants derrire les barbels du camp de rfugis de Mae La. Situ en Thalande, non loin de la frontire birmane, Cest un des plus grands camps de rfugis provoqu par le conflit o 50.000 Karens sentassent. Parqus, plus de 250.000 Karens survivent grce aux trs nombreuses ONG. 7. 12 13 [ Karen People ] Lentraide est un pilier du fonctionnement des camps de rfugis. Chacun apporte son aide, mme les plus jeunes. 8. 14 15 [ Karen People ] Fonde juste aprs les vnements en 1989, KYO (Karen Youth Organisation) est une des ONG qui vient en aide aux populations. Comme beaucoup dentre elles, les structures de KYO sont rgulirement attaques par le SPDC (State Peace and Development Council). Ainsi, les bureaux des ONG, telle que KYO,(leurs) sont contraints de changer constamment de localisation pour continuer leurs activits. KYO aide les jeunes Karens en leur apportant une ducation et des formations dans le but de faire naitre des vocations et quainsi, la nouvelle gnration joue un rle pour la survie de leur ethnie. KYO transmet la jeunesse des valeurs de justice, de vie en socit, de dpassement de soi, dentraide, de dmocratie ... Elle intervient dans de nombreux domaines tels que la culture, lducation, les activits physiques, les droits de lhomme, la politique, lenvironnement et lutilisation des nouvelles technologies. Dautre part, KYO joue un rle prpondrant dans la lutte contre le sida en mettant en place des cours dducation sexuelle et de prvention contre la drogue. Sans cette norme volont dune partie de la population Karen, lethnie aurait probablement disparu depuis de nombreuses annes. 9. 16 17 [ Karen People ] Une cloche retentit dans Mae La Camp, les enfants arrivent les uns aprs les autres, dposent leurs sandales devant la maison du pasteur, ils rcitent le bndicit puis dnent en silence. Politesse, calme et respect, ces enfants reoivent une ducation irrprochable, ils apprennent plusieurs langues, et toutes les matires enseignes dans les meilleures coles. La culture et lhistoire Karen occupe une place importante. Lenseignement et la transmission du savoir sont les seules sources despoir pour les rfugis. 10. 18 19 [ Karen People ] Les ONG permettent la mise en place de tout le systme ducatif grce aux dons de matriel scolaire. Ils travaillent aussi pour la mise en place de campagnes alimentaires. Ici, dans un camp de rfugis en Birmanie, la distribution de nourriture se droule dans le plus grand calme et respect. 11. 20 21 [ Karen People ] Ces rfugis sont des travailleurs migrants. Ils nont aucun statut, ils ne peuvent avoir accs aux aides des ONG. Aprs avoir fuit leurs terres et les conditions de vie a