Journal success n°1

Click here to load reader

  • date post

    05-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Les étudiants ont la parole : quels regards portent-ils sur l'économie et particulièrement sur l'économie sociale et solidaire ? Vous avez trois numéros pour le découvrir !

Transcript of Journal success n°1

  • Les jeunes connaissent lESS leur insu !

    Le Journal du Blog

    Mars 2014 N 1

    SUCCESSLicence professionnelle Management des organisations

    Option : Mtiers de la gestion des associations

    1

    Afin de promouvoir lEconomie Sociale et Solidaire (ESS) dune faon adapte aux jeunes, le Programme JeunESS a ralis en partenariat avec le CSA deux enqutes (qualitative et quantitative) sur les attentes et les perceptions des 16-30 ans. Plus rcemment, lObservatoire National de lESS a prsent un rapport dtude sur le sujet et plus prcisment sur leur place dans les emplois de cette conomie.

    Un peu plus de la moiti des jeunes nont jamais entendu parler dESS. Et la majorit dentre eux en ayant dj entendu parler, ne sait pas vraiment ce dont il sagit mais au moins disent en avoir une image plutt positive.Mais finalement, ils connaissent lESS sans le savoir. Car la plupart rpondent tre favorable aux associ-ations, aux mutuelles, aux coopratives, aux entreprises sociales et aux fondations ; qui font entire-ment partie de lESS! Ce sont dailleurs particulirement dans les associations que les jeunes souhaitent sengager.

    Malgr cet attrait pour ces structures, les jeunes ne sengagent pas avec plus de facilit dans ce secteur car ils priorisent la stabilit et la rmunration de lemploi, devant lutilit sociale. Mais, aprs quon leur ait expliqu les notions de lESS, ils se disent rassur par les valeurs. Mme sils restent sceptiques sur la viabilit dun modle comme celui de lESS, la lucrativit limite, la gouvernance et le sens de lintrt collectif sont des engagements qui les sduisent fortement.

    Le regard des jeunes sur lESS montre une adhsion aux principes mais un rel manque de comprhen-sion. Ce dficit de notorit du secteur joue sur son attractivit. Par exemple, les jeunes connaissant lESS sont beaucoup plus motivs postuler dans un poste dune structure de lESS que ceux qui ne connaissent pas ce secteur. Plus grave, cette mauvaise connaissance peut produire une mfiance, qui dcoule du paradoxe que peut crer conomie juxtapos sociale et solidaire .

    LESS reste souvent associe des petites structures, sur des territoires limits, ce qui peut tre vu comme tant en contradiction avec la ralit conomique. Elle nest pas attractive professionnellement car la rmunration associe avec ce genre de structures nest pas la hauteur de leurs attentes. Afin dinverser cette perception, il est ncessaire de mieux communiquer sur lESS. Russir montrer aux jeunes loccasion que prsente cette conomie, est donc un enjeux important pour lemploi dans ces secteurs.

    Par Marion Bonnetti, tudiante en licence professionnelle mtiers de la gestion des associations

    Actualits........................P-1

    Les jeunes connaissent lESS leur insu !..............P-1

    Interview AssociationGIFTER.............................P-2

    Atelier Coup de coeur 2013...P-3,4

    Remerciements...............P-4

    SOMMAIRE

    BLOG

    Prsentation de lquipe :

    Nous sommes 3 tudiants de la Licence Professionnelle Management des Organisations : Option mtiers de la gestion desassociations de luniversit Paris Ouest Nanterre La Dfense.

    Nous avons eu comme projet danimer le Blog SUCCESS Stories en tant quapprentis journalistes. Cest pourquoi nous allons vous remmorer nos articles et vous inviter dcouvrir et partager sur nos expriences dans le milieu et auprs des professionnels de lESS.

  • 2Retrouver cet article sur :http://www.vosvaleursfontcarriere.frOnglet : Blog Success Stories(+ Tmoignages Bnvole : Ahamed DIABY)

    SUCCESS STORIES, le Journal

    Dans notre socit o les progrs scientifiques et technologiques sacclrent en modifiant profondment le rapport de lHomme au monde, la culture, le partage et la solidarit en particulier sont des facteurs dterminants de dveloppement.

    Cest pourquoi je vous prsente linterview de Charles Pourlier, fondateur et charg de dveloppement de lassociation GIFTER.

    Prsentation de lassociation :

    Lassociation GIFTER t cre en 2011, elle uvre pour la contribution dun monde meilleur et tente de responsabiliser la consommation. Elle a la particularit, en parallle de ces objectifs, de mettre en place des dispositifs de financements pour des projets humanitaires, sociaux et caritatifs.

    Notre plus grande activit est la vente de produits vestimentaires, une marque 100 % solidaire. Ces ventes nous permettent de faire fonctionner lassociation, mais aussi de crer de nouvelles productions et de mettre en place de nouvelles collections. Ainsi et surtout nous permettre daider des associations humanitaires actives localement ou linternational. Face la crise, il nous faut agir. Les services la personne sont au cur de la bataille contre la misre, la solitude, lexclusion sociale; alors il nous faut imprativement les financer.

    Association GIFTER

    Interview de lassociation GIFTER Une marque 100% solidaire !

    Pour finir, nhsitez pas aller faire un tour sur leur site : www.gifter.frPour vous informer, les soutenir ou participer leurs vnements. Noublions pas quils ont un caractre indit dont la particularit est dtre la premire marque de vtements 100 % solidaire. Aidez-les agrandir leur quipe, faire connatre leur marque, et surtout quelle devienne utile la socit.

    Par Yann Guiton, tudiant en licence professionnelle mtiers de la gestion des associations

    Je suppose que la mise sur pied dun tel projet na pas t facile. Quelles ont t les principales difficults pour le mettre en pratique ?

    Ces principales difficults ont t de savoir vers qui sorienter pour dvelopper ces ides, mais galement de savoir crer un site, faire un business plan et de crer le design des premiers produits sans pour autant avoir des comptences dans ces domaines

    Quest-ce qui vous a motiv dans ce projet ?

    Le besoin croissant qu la socit de nos jours de devoir consommer responsable. A ne pas consommer des produits dont les auteurs ne respectent ni lenvironnement ni la dignit humaine et dont le but nest autre que de senrichir.

    Prsentation du fondateur :

    Pourriez vous nous en dire plus sur votre parcours ?

    Tout dabord ma seule formation est un BAC commercial et le reste de mes comptences a t acquis sur le terrain . Aprs, je ne pensais pas me diriger dans cette voie au dbut de mes formations, mais mes inspirations et ides de projets sont venues petit petit dune prise de conscience, aprs avoir pris du recul sur la vie.

    Pourquoi le secteur associatif plutt que les secteurs public/priv ?

    Les valeurs de ce que ce secteur porte sont les plus profitables la socit et donc aux ambitions de ce projet.Et puis mes futurs projets ou rves sont de rformer le secteur de limmobilier afin quil soit plus accessible tous, et rformer galement le secteur de lautomobile afin quil soit moins nuisible lenvironnement.

    Plan de dveloppement de lassociation :

    Les objectifs de dpart-ont-ils t atteints ? Quelles sont vos cibles ?

    Non, ils sont toujours dactualit : il sagit de dvelopper la marque. Et les objectifs sont toujours les mmes mais les cibles sont de plus en plus large.

    Laction de lassociation a volu principalement lhorizontale avec un agrandissement de lquipe et une structuration de lorganisation. Avec des gens qui partagent les mmes valeurs et objectifs que ceux du projet.

    A quel besoin rpond votre association ?

    Au besoin quont les gens de consommer responsable et par cela contribuer tout les besoins des personnes les plus dmunis.

  • 3SUCCESS STORIES, le Journal

    Atelier Coups de cur 2013 Dans le cadre du Forum National des Associations et des Fondations (FNAF), chaque anne se droule un atelier coups de curs ayant pour objectif de mettre en valeur des projets innovants mis en place par des associations ou des fondations.

    Premier coup de cur

    Remis par Crdit Coopratif CCAH.

    Le Crdit Coopratif est une banque cooprative qui a pour but de favoriser le dveloppement dune conomie forte plus-value sociale. Il a pour clients des associations, des organismes dintrt gnral, des mutuelles, des fondations, des coopratives et des PME-PMI groupes, des entreprises sociales, des entreprises socialement responsables et des particuliers qui en sont proches. Il veut agir pour une socit o lhomme et son environnement priment sur le capital. (Site : credit-cooperatif.coop)

    La mission du CCAH est de faire travailler des entreprises sinscrivant dans le cadre de la RSE avec des associations dans le domaine du handicap. La CCAH est le prcurseur de laction, qui est mene depuis 40 ans. (Site : ccah.fr)

    Le Crdit Coopratif a t sduit par le CCAH pour :

    - avoir choisi de sentourer de partenaires aussi diversifis que des entreprises, des associations, des mutuelles et des comits dentreprise

    - la perception de celui-ci par le secteur associatif comme un coordonnateur efficace dacteurs conomiques

    - sa vocation se rapprocher des entreprises qui poursuivent une dmarche de responsabilit sociale des entreprises (RSE) et souhaitent dans ce cadre flcher et scuriser les fonds quelles attribuent

    - lopportunit offerte aux associations depuis plus de 40 ans par les membres du CCAH de contribuer leur financement alors que les financements publics se rarfient. (Site : ccah.fr/le-ccah-recompense-par-le-credit-cooperatif)

    Deuxime coup de cur

    Remis par Deloitte et In Extenso Create Joy Vivendi et Orchestre lcole.

    Deloitte fournit des services professionnels dans les domaines de laudit, de la fiscalit, du consulting et du financial advisory, ses clients des secteurs public ou priv, de toutes tailles et de toutes activits. Il allie des comptences de niveau international des expertises locales pointues, afin daccompagner ses clients dans leur dveloppement partout o ils oprent. (Site : deloitte.com)

    In Extenso est un mem