Journal Intime d’un Père Heureux

Click here to load reader

  • date post

    22-Oct-2015
  • Category

    Documents

  • view

    1.567
  • download

    29

Embed Size (px)

description

Un père incestueux raconte ses relations intimes avec ses filles, son enfance décomplexée avec sa mère, et l'histoire de sa rencontre avec celle qui allait devenir sa femme.

Transcript of Journal Intime d’un Père Heureux

  • 1

    Journal Intime dun Pre Heureux.

    Chapitre 1

    Les parents de mon pouse lont prnomme Karine et les miens, Gilles. 41 ans et maris depuis 12 ans, nous sommes les heureux parents de Albane et La, de gracieuses jumelles de 13 ans, qui font notre fiert.

    Nos filles sont de jolies adolescentes, fines et blondes comme leur maman ! Elles ont de beaux visages ronds, des corps minces et lancs, avec de jolis petits seins acrs, des hanches bien dessines, des petites fesses hautes et mobiles, des cuisses fuseles et de longues jambes fines.

    Grande et, elle aussi, lance, leur maman, avec de beaux seins fermes, ronds et hauts sur poitrine, un ventre peine marqu, un tour de taille de jeune-fille, des hanches et des cuisses voluptueuses, des fesses rondes bien spares et des jambes au galbe accentu par des hauts-talons quelle porte toujours. Pour ma part, je suis assez mince, jai les cheveux chtain clair, un caractre jovial et jentretiens mon corps en faisant du sport ! Bref, nous sommes une famille normale !

    Le temps qui scoule ne change rien entre Karine et moi. Lentente de notre couple est parfaite, y compris sur le plan sexuel. Il faut dire que nous nous maintenons en veil, boostons nos libidos et rotisons nos jeux amoureux, en regardant des films X !

    Mais pas nimporte lesquels ! Amlie a accept ma prfrence. En effet, jaffectionne les scnarios dtaillant les complexes et subtils jeux de couples coquins et complices, sefforant de sduire de belles jeunes filles solitaires !

    Lorsque la jolie minette drague pour loccasion succombe leurs coquines manigances et soffre de plein gr leurs dsirs rotiques, la femme et son mari droulent avec elle en duo et en trio la gamme rotique et varie des jeux amoureux aussi bien lesbiens quhtros ! Quelles se passent entre 2 femmes, entre une femme et 1 homme, ou entre 1 homme et 2 femmes, nous adorons les scnes de sduction, les squences de jeux amoureux et de longs prliminaires, ainsi que les virils et coquins accouplements !

    Toutes ces scnes qui nous font dlirer et follement fantasmer nous plongent dans des transes amoureuses, qui nous excitent terriblement, nous procurent dintenses jouissances et dinoubliables moments dextase !

    Ltonnant de notre histoire alors que nous sommes trs librs en paroles et en actes et que nous fantasmons aisment sur dhypothtiques autres partenaires est que nous navons pas encore souhait sauter le pas et entrer dans les jeux changistes, ni mlangistes ! Nous nous disons que a viendra mais son heure !

    Au moment o commence mon rcit sur le clavier de mon ordinateur portable, je suis tranquillement allong sur notre lit, nu et le dos bien cal par un oreiller ! Tout en caressant ma bite bande, je regarde sur lcran, les rotiques images dun de ces trios dont nous raffolons. Mon rection grimpe encore, en pensant au sourire de mon pouse, lorsquelle tombera sur mon sexe bien rig !

    Quand le coucher de nos filles se prolongent comme cest le cas depuis quelques jours et, semble-t-il, encore ce soir ma femme revient hyper-bouillante, avec le regard allum, la chatte trempe et une froce envie de baiser !

    Alors quen temps normal, Karine prfre les longs et excitants prliminaires manuels et buccaux lorsquelle est dans cet tat de surexcitation elle me supplie : De violer son intimit ! De la fourrer

  • 2

    fort et longtemps ! De la faire mourir de plaisir ! Et de lui cracher ma semence tout au fond du vagin ! Je suis habitu depuis bien longtemps, au rituel du bonne nuit maternel, servant de prtexte des clins, des bisous et des confidences entre mre et filles... !

    Dailleurs loin de me rendre jaloux, la confiance complice que nos filles tmoignent leur maman me rassure beaucoup ! Il nest en effet pas facile, ni vident, dlever des jumelles monozygotes aussi proches, complices et en osmose, que le sont Albane et La ! Lexcellente entente mre-filles me rassure donc.

    La premire fois o ma femme me rejoignit dans notre lit aprs stre attard plus que de coutume dans la chambre de nos filles je fus surpris de la trouver beaucoup plus chaude et rotiss que de coutume !

    Ce soir l, je lattendais et me tenais en forme, en regardant les images dun des films rotiques, dont nous raffolons ! Mon excitation ne mempcha pas de remarquer ses joues rouges, ses lvres humides et ses yeux brillants ! Karine ne me rapportant que ce quelle voulait bien des confidences que lui faisaient les filles, je me gardai de la questionner.

    Cest donc delle-mme et avec des minauderies et des pudeurs de rosire que ma femme mavoua que les jeux trs coquins de nos filles taient la cause de ses mois et de ses ardeurs amoureuses. Sans me laisser le temps de lui demander dautres prcisions, elle me fit part de son plaisir de me trouver aussi vaillant, en caressant mes burnes, en donnant quelques coups de langue taquins sur mon gland, puis en sallongeant sur le dos.

    Troussant gaillardement sa nuisette jusquen haut du ventre et ouvrant les cuisses, elle me lana dune voix assourdie par lmotion :

    Fourre-moi ta grosse pine, tout de suite, Gilles et pine-moi trs fort et trs longtemps !

    Gagn par sa contagieuse excitation, je plantai mon chibre directement dans la chatte quelle moffrait ! mon grand tonnement, je la trouvai non seulement grande ouverte, mais aussi ruisselante de ses jus intimes. Mes genoux bien plants dans le matelas et mon sexe abut en elle, je mappliquai alors faire lamour mon pouse, avec tout lrotisme, la vigueur et lendurance quelle me demandait.

    Alors que je devais, dordinaire, longuement barater ses chairs intimes pour la faire partir ; Karine se mit trs vite jouir. Elle narrtait pas de secouer la tte, de tortiller des fesses, donduler du ventre, de gmir et de pisser ses plaisirs, en me criant de la piner encore plus fort. Emporte par je ne savais quels torrents drotisme pervers, ma trs chaude et trs coquine pouse profita dune courte pause pour se mettre prestement en levrette et me supplier de la prendre par le cul. Avec, dans la voix, de rauques inflexions de salope en chaleur, que je ne lui connaissais pas.

    Sa posture rotico-pornographique, sa disponibilit, son tonnante furie sexuelle et ses mots directs et crus mexcitrent tant, que je posai aussitt mon gland sur lentre de son sphincter et poussai doucement !

    Alors que je mattendais lhabituelle rsistance, la crispation de sa rondelle, ses grognements de douleur et ses Doucement mon amour ; jeus lagrable surprise denfoncer dun coup mon dard dans son conduit anal, que je trouvais aussi largement ouvert et ruisselant que ltait son vagin !

    Karine poussa bien de longs soupirs et de petits cris de souris, mais me laissa violer son anus sans protester. Tandis que je la pilonnais sans aucune retenue, ma femme se faisait jouir en se foutant les doigts dans la figue et en masturbant son clitoris. Lorsquelle sentit les crispations annonant mes jaculations, Karine me fit dculer dun preste coup de rein et me cria, sur un ton hystrique :

    Fourre-moi ta pine dans la bouche, chri, baise-moi la gueule et crache tout ton foutre au fond de ma gorge de salope !

  • 3

    Jtais si incroyablement excit dentendre mon pouse sexprimer aussi trivialement, que je plongeai mon dard encore tout gluant de ses gras jus culiers dans sa bouche bante. Sans lombre dune hsitation, Karine engoula ma bite crade, la lcha amoureusement et la pipa si goulment, que je ne tardai pas cracher mon foutre dans son gosier. La force et le volume de mes gicles ne troublrent pas ma belle goule avide qui, tout en continuant se masturber et se faire jouir pleins doigts, avala jusqu ma dernire goutte de sperme.

    Plus tard ma femme mexpliqua ce qui avait tourneboul et exacerb sa libido. Pour commencer, elle mavoua que nos filles jouaient sexuellement ensemble depuis dj pas mal de temps. Comme je mtonnais quelle nait pas jug bon de men parler plus tt, Karine me rpondit quelle navait pas voulu membter, avec ce qui ntait quune tape normale et donc anodine dans la vie sexuelle des jumelles. Elle ajouta : Que la plupart des filles encore plus lorsquelles sont jumelles vivaient des expriences lesbiennes ! Elle conclut en me jetant : Quelle navait rien mapprendre sur les amours fminines entre frangines.

    En me rappelant ma connaissance des amours fminines, ma femme faisait allusion mes surs, Camille et Laurence. Mes surs, qui ont un an de moins que moi sont, elles aussi, jumelles. Elles avaient vcu ensemble, durant un temps une relation lesbienne. Comme pour nos filles, mes surs staient dabord amuses ensemble en cachette et navaient avou leur relation nos parents que vers 17 ans ! Si leurs petits jeux de gouines, parfois bruyants amusaient beaucoup nos gniteurs, ils ne faisaient pas mon affaire.

    ***

    Chapitre 2

    En effet, vers lge de 12 ans, les nouvelles prfrences de mes surs pour les jeux et plaisirs entre filles, retardaient mon projet de mtrenner le chibre en les dpucelant lune aprs lautre.

    a semblait pourtant bien parti. Elles avaient, en effet, jou plusieurs fois avec ma bite de garon de 11 ans et mavaient laiss toucher leurs petits nichons et passer les doigts sur leurs fentes imberbes.

    Allong entre elles, je mtais, aussi, plusieurs fois masturb et fait juter, pendant que chacune se faisait du bien, en caressant son clitoris.

    Quand je leur fis part de ma frustration d leurs relations lesbiennes, dont jtais exclus mes surs me rpondirent gentiment quelles pensaient toujours faire craquer leurs deux hymens en semmanchant sur ma bite. Mais mon sexe tait trop petit lpoque. Pour linstant leurs jeux de gouines accaparant toute leur attention, leur nergie et leur rotisme leurs dpucelages ntaient plus vraiment dactualit. Elles ajoutrent condition que je leur foute la paix quelles mautorisaient me masturber et me faire j