Insee Textile

of 24/24
DIRECTION GÉNÉRALE DE l’INDUSTRIE, DES TECHNOLOGIES, DE L’INFORMATION ET DE LA POSTE PRODUCTION INDUSTRIELLE L’INDUSTRIE FRANÇAISE TEXTILE du Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie Secrétariat d'État à l'industrie édition 2000 ENGLISH SUMMARY ON PAGE 4
  • date post

    30-Nov-2015
  • Category

    Documents

  • view

    40
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Insee Textile

  • DIR

    ECTI

    ON

    GN

    RA

    LE D

    E lI

    ND

    UST

    RIE

    , DES

    TEC

    HN

    OLO

    GIE

    S, D

    E L

    INFO

    RM

    ATI

    ON

    ET

    DE

    LA P

    OST

    E

    PR

    OD

    UC

    TIO

    N I

    ND

    US

    TR

    IEL

    LE

    LINDUSTRIE FRANAISE

    TEXTILEdu

    Ministre de l'conomie,des Finances et de l'Industrie

    Secrtariatd'tat l'industrie

    dition 2000

    ENGLISH SUMM

    ARY ON PAGE 4

  • Ce dossier a t ralis au SESSIService des tudes et des Statistiques Industrielles

    Division Textile avec la participation de :

    Nicole Pipari (responsable de la division)tl : 01 43 19 47 25, E. Ml. [email protected]

    Axel Gilbert (adjoint)tl : 01 43 19 49 78, E. Ml. [email protected]

    Sonia Ngaha (chef de lquipe textile, filature et ennoblissement)tl : 01 43 19 49 70, E. Ml. [email protected]

    Germaine Malka (autres industries textiles)tl : 01 43 19 39 31, E. Ml. [email protected]

    Antoine Dehais (tissage)tl : 01 43 19 39 71, E. Ml. [email protected]

    Georges dEspinay (articles textiles)tl : 01 43 19 49 89,

    E. Ml. [email protected]

    Nicole Chrtien (toffes maille)tl : 02 31 45 74 07, E. Ml. [email protected]

    Gisle Mesnil (aricles chaussants, pulls)tl : 02 31 45 74 69, E. Ml. [email protected]

    Axel Gilbert (traduction)

    Patricia Brard (Conception et ralisation)

    Directeur de la publicationJean-Marc Bguin

    Chef du Service des tudes et Statistiques Industrielles

    2

    Adresses utiles

    . Association dtudes et de Statistiques pour lindustrie Textile (ESITEX) Bureau de Lyon (soie) 55, Monte de Choulans 69323 Lyon cedex 05

    . Association dtudes et de Statistiques pour lindustrie Textile (ESITEX) Bureau de Paris (coton) 37/39, rue de Neuilly BP 121 92113 Clichy cedex

    .Comit Central de la Laine et des Fibres Associes (CCLFA) 37/39, rue de Neuilly BP 121 92113 Clichy cedex

    . Fdration de lEnnoblissement Textile (FET) 37/39, rue de Neuilly BP 121 92113 Clichy cedex

    . Fdration de la Maille 37/39, rue de Neuilly BP 121 92113 Clichy cedex

    . Fdration Franaise des Dentelles et Broderies (FFDB) 24, rue de Clichy 75009 Paris

    . Syndicat des Producteurs Franais de Ficelles, Cordages et Filets (FICCORFIL), 26 rue de la Ppinire 75008 Paris

    . Syndicat Gnral de la Filterie Franaise (SGFF) Maison des Professions 40, rue Eugne Jacquet - Sac postal 15 - 59708 Marcq-en-Baroeul cedex

    www.textile.fr

    DIGITIPService des Industries ManufacturiresSous-Direction Textile, habillement, cuir

    Le Bervil, 12, rue Villiot75572 Paris cedex 12

    SESSI20, Avenue de Sgur

    75353 Paris 07 SP

    Centre dinformation :Jean-Marc Cholet, tl. 01 43 19 45 22

    E.Ml. [email protected]&

    Centre dEnqutes Statistiquesrue Claude Bloch

    14024 Caen cedexTl. 02 31 45 73 33Fax 02 31 45 74 84

    www.industrie.gouv.fr

    dessin de couvertureAurlie Lange

    Avec les remerciements du SESSI

    Le SESSI souhaite la meilleure utilisation et la plus largediffusion possible des informations quil publie.Toute reproduction, avec indication de la source, est doncautorise sans aucune restriction.

    Le SESSI remercie la Compagnie Nationale desExperts Mode - Couture - Textile - Habillement

    pour leur contribution la diffusionde ce document.

  • L e secteur textile recouvre la prpara-tion et la fabrication des fibres naturelles(laine, coton, soie, lin, jute) et artificiel-les (synthtiques ou cellulosiques), lafilature, le tissage et la fabrication dtof-fes maille ainsi que de certains articles maille tricots en forme (chaussettes,chandails). Il regroupe galement la ra-lisation darticles pour la maison (lingede maison, tapis et moquettes) et lenno-blissement qui apporte la touche finale ces diffrents produits en aval ou enamont de la filire.

    L e secteur fabrique donc essentielle-ment des produits intermdiaires tels quedes tissus pour lhabillement, lameuble-ment, des textiles usage industriel etmdical mais aussi quelques produitssemi-finis ou finis.

    D epuis les annes 80, cette industrietrs ancienne et reprsentative de la re-nomme de la France dans le mondesubit un dclin constant. Elle a perdu plusde 300 000 emplois en 20 ans et lh-morragie, aprs une courte accalmie

    3

    suite au plan Borotra* a repris son coursinexorable, rendant certaines rgionssinistres. Depuis 1991, sa productionenregistre une baisse globale. Cestlamont de la filire : peignage et filaturequi a le plus souffert en termes deffectifset de capacit de production. Par contre,les tissus usage technique sont en pleineexpansion et connaissent un taux decroissance de 3 5 % par an.

    A ujourdhui, le textile franais doit faireface non seulement la concurrence despays faibles cots salariaux (Asie etbassin mditerranen) mais aussi lmergence de nouveaux producteursqui , grce des investissements lourds,ont dvelopp une industrie qualitative, plus forte valeur ajoute ( la Turquiedispose de ses propres rseaux de venteen Europe). Dans cet environnementconcurrentiel exacerb, les Etats-Unis,sappuyant sur les nouvelles technolo-gies dinformation et communication, ra-lisent des performances dans la rduc-tion des cots et des dlais et lItalie jouesur une adquation permanente entre

    LE TEXTILE LA CROISE DES CHEMINS

    cration, flexibilit de la production et systmede communication efficace. La France rsisteavec peine une concurrence internationaleaussi intense. Certains grands groupes in-dustriels ont choisi la voie du tout immatriel,dlocalisant la production et se limitant uneactivit de donneur dordre et de marketing.

    L e dmantlement progressif des accordsmultifibres (AMF), qui prvoyaient des quo-tas dimportation, aboutira louverture com-plte du march europen en 2005. Parailleurs, les industriels craignent que le pas-sage aux 35 heures entrane un surcot diffi-cilement supportable pour les entreprises djfragilises. Les entreprises cherchent donc se positionner sur des niches, produitsinnovants, spcifiques et moins concurren-cs. Leffort de recherche du secteur sestlev 375 MF en 1997, autofinanc 94 %, ce qui correspond 300 chercheurs.Le secteur a donc intrt poursuivre sesinvestissements novateurs et dvelopperune meilleure ractivit la demande : pro-duction plus flexible, circuit plus court.

    *Le plan Borotra, mis en place en avril1996, prvoyait un allgement des char-ges pour les entreprises de la branchetextile-habillement-cuir en change dam-nagements du temps de travail et denga-gements de maintien ou de dveloppe-ment de lemploi. Cette aide, juge ill-gale par la Commission Europenne,devra tre rembourse davril 2000 avril2003 par les entreprises ayant peru plusde 650 000 F daide avec un taux dintrtcompris entre 5 et 6 % et dductible deleurs impts sur les bnfices.En revanche, les pouvoirs publics envi-sagent de rduire les charges des entre-prises employant de la main- duvre peuqualifie. Le textile est concern :19,4 % des salaris peroivent le SMICcontre 8,6 % dans lensemble de lindus-trie.

    Total Textile

    Cadres et professions intellectuelles suprieures 12,6 7,0Professions intermdiaires 20,6 13,4Employs 8,3 11,2Ouvriers qualifis 37,6 40,5Ouvriers non qualifis 20,9 27,9

    source : INSEE - DARESchamp : entreprises de plus de 20 salaris

    LES QUALIFICATIONS DANS LE TEXTILE AU 01/01/1996en % des salaris

    LE TEXTILE, PRINCIPALE VICTIME DE LA CONTREFAON

    Lenqute ralise par le SESSI en 1993 a montr que 36,7 % des entreprises du textile subissentdes contrefaons de leurs produits contre 19,2 % pour l ensemble des industries manufacturires.Les accords du GATT qui faisait office de tribunal international ne sont pas reconnus par certains payscomme la Chine qui continue fabriquer un grand nombre de contrefaons. La contrefaon entraineraitune perte du chiffre daffaire annuel de lordre de 6,3 % ce qui correspond la perte de 2 800 emplois.

  • 4T he manufacture of textiles includes preparingand spinning natural fibres (wool, cotton, silk,

    flax, jute), artificial or synthetic ones, weaving

    and knitting them, as well as manufacturing

    made-up textile articles (linen, carpets), non-

    woven articles, knitted hosiery and knitwear and

    finishing textiles.

    T his sector manufactures goods chiefly forindustry, for instance woven fabrics for fashion

    or furniture, industrial and medical textiles. It also

    includes some finished or semifinished goods.

    Since the early eighties, this old industry, which

    is part of Frances fame around the world, has

    been continuously declining. The losses in

    employment in the last 20 years amount to

    300,000. After a short lull, this collapse has started

    again, so that some areas are heavily struck

    with unemployment. Since 1991, the production

    level has been gradually receding. The most

    serious fall is that of the upstream sector, spinning

    and wool-combing. However, technical textiles

    are still an expanding sector, the turnover rising

    by 03 to 5 percent a year.

    T he French textile industry confronts not onlylow-cost textile from Asia and the Mediterranean

    basin, but also the rise of new countries that have

    made sizeable investments in order to develop a

    high-quality industry (Turkish manufacturers

    have created their own distribution network in

    Western Europe). On this most competitive mar-

    ket, the United States takes advantage of the

    new information and communication technolo-

    gies to reduce costs and time limits, and Italy has

    a strong edge, combining fashion, flexibility and

    co-operation between firms. France has a hard

    time resisting such competition. A few groups have

    chosen to give up manufacturing and focus on

    design and marketing.

    T he relinquishment of world-trade regulationsas decided by the Uruguay Round will entail

    free trade for all textile goods by 2005 : the

    opening of the European market is in progress.

    Moreover, the manufactures fear that the

    reduction of work time might cause a surcharge

    hardly bearable by fragile companies. French

    firms are looking for the technological niche with

    innovative products, smaller markets and less

    competition. In 1997, the textile industry spent

    F. 375 millions for research and development

    (94 % of which is self-financed), and employed

    300 researchers. It is in the interest of the sector

    to go on with innovation, investments and short-

    channel production.

    THE TEXTILE INDUSTRY AT A CROSSROADS

  • 5Les textiles techniquesD ans la 2me moiti du 20me sicle, grce auxprogrs de la recherche scientifique, les paysindustrialiss ont mis au point de nouvelles g-nrations de fibres textiles appeles fibres tech-niques. Aprs lapparition de la fibre de verreen 1940, les fibres organiques de haute tna-cit, les thermostables, la fibre para-aramide etcelle de carbure de silicium ont vu le jour, pouraboutir la fibre polythylne. Ces matriauxdoivent rpondre des exigences technico-qualitatives leves (performances mcaniques,thermiques, durabilit) leur permettant desadapter des fonctions particulires. Ils sint-grent ainsi aux projets industriels les plusavancs dans divers domaines: spatial, mdi-cal, transports Afin de rsister la pressionde la concurrence des nouveaux producteurstextiles de lAsie du Sud-Est, les pays industria-liss ont redploy leur activit vers ces dbou-chs haute technicit rendant leur dveloppe-ment spectaculaire : ils reprsentent aujourdhui50 % de leur production. La France ralise 24% de la production europenne aprs lAllema-gne (30 %) et devant le Royaume-Uni et lItalie(14 %) *.

    L es fibres utilises dans la fabrication de cestextiles sont 80 % dorigine chimique ( en prio-rit polypropylne et polyester). Leur faibledensit leur confre une grande solidit et uneextrme lgret. Elles prsentent aussi uneexcellente tenue en temprature et des propri-ts lectriques ainsi quune inertie ou ractivitvis--vis des solvants, des acides ou de leau.Ces fibres sont assembles selon les techni-

    ques classiques de croisement (tis-sage, tricotage, tressage) mais gale-ment sous forme de non-tisss: lad-hrence des fibres enchevtres estassure par pression, traitement ther-mique ou adjonction dun liant. Au stadefinal de la fabrication, les traitementsdapprts, les technologies denductionou de complexage donnent aux tis-sus des caractristiques supplmen-taires.

    L e domaine dapplication des textilestechniques est trs vaste : lensembledes secteurs conomiques en con-somme directement ou indirectement.Dans lagriculture, les agrotextiles pro-tgent et activent les cultures (textilesdombrage, filets pare-grle). Dansle btiment, seuls ou en composite, ilsrivalisent avec les matriaux tradition-nels par leur lgret et durabilit (iso-lation thermique, protection contre lefeu, llectricit statique..). Dans legnie civil, les gotextiles amliorentle comportement mcanique et hy-draulique des sols (renforcement pargomembranes, filtration, drai-nage). Dans le domaine mdical,on les retrouve tous les niveaux din-tervention sous forme de fils, bandes,prothses, pansementsLes textileshyginiques en non-tisss (couches)enregistrent une forte croissance. Ilsjouent galement un rle majeur dans

    les transports o ils garantissent scuritet confort (ceintures, airbags, freins encarbone ) et participent au fonctionne-ment du moyen de transport et sa struc-ture (pneus, courroies, pales dhlicopt-res) On les utilise aussi pour la fabrica-tion des vtements de protection thermi-ques, balistiques, des risques nuclaires,bactriologiques et chimiques.

    L e secteur du sport et des loisirs a servide banc dessai ces nouvelles matiresperformantes, lgres, rsistantes auxdchirures et labrasion. Dsormais, lestissus innovants gagnent les marchsgrand public et intressent le prt por-ter. Les couturiers sont sduits par les non-tisss faible cot de revient, qui leurpermettraient de fabriquer des vtementsjetables. Les consommateurs attendentbeaucoup des matriaux multifonctionsdentretien facile, anti-taches, anti-micro-biens et mme anti-stress.

    L e futur de ces nouvelles fibres devraintgrer la matrise de nouvelles techno-logies afin de rduire encore les cots deproduction, la flexibilit du systme de fa-brication et lintroduction de produits haute valeur ajoute. Elles reprsententun atout pour le textile franais et un re-mde probable la crise que connat lin-dustrie textile traditionnelle.

    UNE INDUSTRIE EN PLEIN ESSOR

    Tissus enduits Non-tisss Ensemble du textile

    Nombre dentreprises 34 16 1 390Effectifs 2 860 1 555 116 809CAHT MF 3 694 1 791 98 323Taux dexport % 47 49 36VAHT par personne kF 364 369 249Investissement /personne kF 66,8 72,6 32,1Taux dinvestissement INV/VAHT % 18,4 19,7 13

    Source : SESSI - EAE1998

    * source : institut textile de France

  • Te x t i l e l e s e n t r e p r i s e s

    6

    Source : SESSI

    RPARTITION RGIONALE

    Source : SESSI

    Effectifs

    moins de 1 % 4,7 7,6 %

    1 3,5 % 20 % et plus

    - Devanlay SA (pull-over et articles similaires)

    - Deveaux SA (tissage de lindustrie cotonnire)

    - Dim SA (articles chaussants maille)

    - DMC Tissus (ennoblissement textile)

    - Dollfus-Mieg et Cie (fils coudre)

    - Hexcel Fabrics (tissus techniques)

    - Lainire de Picardie (enduction)

    - Michel Thierry SA (tissage de lindustrie lainire)

    - Paul Hartmann SA (ouaterie)

    - Production Textile Plastiques de Marne (PTPM) SA (feutres)

    - Socit Gnrale Textile Balsan (rubans et passementerie)

    - Tarkett Sommer (fabrication de tapis et moquettes)

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LA BRANCHE

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)

    Nombre dentreprises 195 265 211 192 302 60 124 41 1 390Effectif employ 18 262 20 663 15 891 13 226 24 899 3 117 10 416 10 335 116 809Chiffre daffaires h.t. MF 16 189 23 426 12 385 9 532 22 151 3 588 5 551 5 502 98 323Investissements & crdit-bail MF 609 927 663 258 1 031 191 159 119 3 956Valeur ajoute par personne kF 209 292 258 223 278 307 205 217 249Frais de personnel par personne kF 164 183 185 159 184 185 144 176 173Taux dexportation (EXP / CAHT) % 49 41 33 18 40 25 31 13 36Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 24 26 33 31 31 27 39 41 30Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 15 15 15 8 14 18 7 5 13Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % - 10 12 0,2 7 7 7 14 - 2,6 5Taux de marge (EBE / VAHT) % 17 31 21,4 23 27 33 24 14 24

    Source : SESSI

    Ennobli

    ssemen

    t textile

    Fabrica

    tion d

    toffes

    maille

    Articles c

    haussa

    nts

    TOTAL

    PullsAut

    res Indu

    stries te

    xtile

    Articles

    textile

    Filature

    Tissage

    PRINCIPALES DONNES DU SECTEUR DEPUIS 1990Nombre Effectif Chiffre daffaires Taux Frais de personnel Investissements

    dentreprises hors taxes dexportation par personne corporelsen millions de francs en kF en kF

    1990 1 649 152 140 99 544 28,9 % 151 4 4851991 1 694 150 124 99 704 28,6 % 158 4 0581992 1 651 142 578 98 572 29,1 % 164 3 8911993 1 546 128 728 89 008 28,2 % 165 3 0151994 1 567 129 355 94 074 29,8 % 167 3 0811995 1 530 129 573 96 495 31,4 % 168 3 5301996 1 427 121 063 92 250 32,0 % 168 3 3831997 1 399 118 808 94 826 33,5 % 168 3 488

    1998 1 390 116 809 98 323 35,9 % 173 3 751

  • l e s p r o d u i t s

    7

    Source : SESSI Source : INSEE

    PRDOMINANCE DU TISSAGEentreprises de 20 salaris et plus : 98 milliards de francs

    Filature (16 %)

    Autres industries textiles (23 %)

    Articles maille (11 %)

    DIVERSIT DE LARTISANATentreprises de moins de 20 salaris : 9 milliards de francs

    toffes maille (4 %)

    Fabrication darticles textiles (10 %)Ennoblissement textile (13 %)

    Tissage(24 %)

    Fabrication darticles textiles (23 %)

    Autres industries textiles (19 %)

    Ennoblissementtextile (14 %)

    Tissage (17 %)

    Filature (9 %)Articles maille (12 %)

    toffes maille (6 %)

    Source : SESSI - Douanes

    Turquie (2 071)

    Exportations47 452 millions de Francs

    Importations50 364 millions de Francs

    PRINCIPAUX PARTENAIRES

    Source : SESSI - DouanesImportations Exportations

    15 000 10 000 5 000 0 5 000 10 000 15 000

    Royaume-Uni (2 547)

    Espagne (2 601)

    Allemagne (4 599)

    Belgique (5 911)

    Italie (11 348)

    Tunisie (2 960)

    Maroc (3 022)

    Royaume-Uni (4 372)

    Belgique (4 910)

    Italie (5 191)

    Allemagne (7 499)

    Indices bruts Tendance globale

    140

    120

    100

    80

    60

    Source : SESSI - INSEE

    UNE LENTE ROSION

    1995 1996 1997 19991998| | | | | |

    RDUCTION DU DFICIT

    Importations Exportations1993 1994 1995 1996 1997 1998

    60 000

    50 000

    40 000

    20 000

    10 000

    0

    30 000

    en millions de Francs

  • l e s e n t r e p r i s e s

    8

    Source : SESSI

    Source : SESSI

    Fi l at u r e

    LA FILATURE SOUS LA PRESSION DUNE MONDIALISA-TION EXIGEANTE

    E n moins de dix ans, la filature a enregistr une baisse de 39 % de seseffectifs. La fin des annes 90 voit apparatre un bouleversement total dutextile franais et plus particulirement de la filature. Ce secteur se replie surla cration et le marketing et sous-traite la quasi-totalit de la production.Cette stratgie du tout immatriel a conduit le numro un mondial de la laine dlocaliser son activit de peignage ltranger, rapprochant les outilsindustriels des sources de matires premires et des nouveaux marchs.Ainsi Roubaix a du renoncer son titre de capitale de la laine et la rgionNord-Pas-de-Calais qui emploie plus du tiers des effectifs de ce secteursen trouve durement affecte. La vogue des tissus de lin ne bnficie pas la production de fils franais et les investissements se font aussi hors deFrance.

    L a crise asiatique entrane une chute des prix et des marges. Le coton voitsa production de fils en recul de 9 % au premier trimestre 99. La concur-rence se fait par limportation massive de produits finis et non par celle desfils tangers.

    A prs trois ans de croissance, le moulinage et la texturation des synthti-ques qui reprsentent 35 % de la production subissent la vague de refluxaffectant laval de la filire depuis fin 1998. On assiste une chute des prixdes matires premires en particulier du polyester et de la viscose.

    F ace cette situation difficile, recherche et innovation sont plus que jamais lordre du jour. Les grands basiques ne reprsentent plus que 20 % dela production franaise et les industriels se positionnent sur les fils fantaisies.De nouveaux mlanges alliant les performances des fibres synthtiques l esthtique des fibres naturelles sont trs priss par les consommateurs.Lintrt du march pour les fils dits techniques aux performances fonction-nelles suscite des mlanges de matriaux inattendus.

    Effectifs

    0 4 % 10 20 %

    5 9 % 30 % et plus

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 195Effectif employ 18 262Chiffre daffaires h.t. MF 16 189Investissements & crdit-bail MF 609Valeur ajoute par personne kF 209Frais de personnel par personne kF 164Taux dexportation (EXP / CAHT) % 49Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 24Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 15Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % - 10Taux de marge (EBE / VAHT) % 17

    Source : SESSI

    - A Dewavrin Fils et Cie (prparation de la laine)- Chavanoz Industrie (moulinage, texturation)- Contifibre SA (moulinage, texturation)- Dollfus-Mieg et Cie (fabrication de fils coudre)- Filature de Chenimenil SA (filature de lindustrie cotonnire)- Filature de St Livin (filature de lindustrie lainire- cycle peign)- Filix SA (moulinage, texturation)- L Payen Cie SA (moulinage, texturation)- Mossley Badin SA (filature de lindustrie cotonnire)- Soc Commerciale Prouvost et Lefebvre (prpara- tion de la laine)

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LABRANCHE

    UN SECTEUR EN CRISE

    Nombre Effectif Chiffre daffaires Taux dentreprises hors taxes dexportation

    en millions de francs en %

    1990 274 29 799 23 019 43,0 %1991 282 27 704 21 320 40,9 %1992 262 24 796 18 625 44,3 %1993 245 22 944 16 172 43,1 %1994 233 21 431 16 745 44,9 %1995 229 21 160 16 288 45,1 %1996 217 19 468 15 275 43,6 %1997 197 18 316 16 077 47,5 %

    1998 195 18 262 16 189 48,7 %

    RPARTITION RGIONALE

  • l e s p r o d u i t s

    9

    Base 100 en 1990

    Turquie (211)

    Exportations6 241 millions de Francs

    Importations5 684 millions de Francs

    Indices bruts Tendance globale

    140

    120

    100

    80

    60

    Source : SESSI - INSEE

    UNE LENTE DCROISSANCE

    LITALIE : NOTRE PRINCIPAL PARTENAIRE

    Source : SESSI - DouanesImportations Exportations

    1 500 1 000 500 0 500 1 000 1 500

    Suisse (248)

    Espagne (331)

    Allemagne (769)

    Belgique (824)

    Italie (1 376)

    Portugal (227)

    Espagne (302)

    Royaume-Uni (495)

    Allemagne (857)

    Belgique (924)

    Italie (1 421)

    | | | | | |1995 1996 1997 19991998

    0 19 Part dans

    salaris le secteur

    Nombre dentreprises 179 47,6 %

    Effectifs salari 1 119 6,1 %

    Chiffre daffaires kF 845 880 5,0 %

    Investissements kF 43 563 5,8 %

    LES PETITES ENTREPRISES DE LA FILATURE EN1997

    Source : SESSI - INSEE - SCEESSource : SESSI

    Laine (21 %)Fibres synthtiques (37 %)

    Lin (7 %)Fibres artificielles (7 %)

    Coton(27 %)

    PRDOMINANCE DES FIBRES ARTIFICIELLESentreprises de 20 salaris et plus : 10 milliards de francs

    Soie (1 %)

    EXPORTATIONS FLUCTUANTES

    Source : SESSI - Douanes

    Importations Exportations1993 1994 1995 1996 1997 1998

    8 000

    7 000

    5 000

    4 000

    2 000

    0

    6 000

    3 000

    1 000

    en millions de Francs

  • l e s e n t r e p r i s e s

    10

    Source : SESSI

    Source : SESSI

    Ti s s ag e

    LES TISSEURS EUROPENS EN QUTEDINNOVATIONS

    M algr une baisse des effectifs de 32 % depuis 1990 dans le tissagefranais, la production a augment de 5,4 % en 1998, notamment grceaux exportations favorises par la remonte du dollar. Les tisseurs coton-niers et lainiers surveillent cependant le cot des matires premires dontles fluctuations influencent le march.

    L a recherche dune meilleure ractivit et adquation au march restelobjectif prioritaire du tissage. Les cotonniers russissent progressivement reprendre des positions en Italie et en Grande-Bretagne avec la volontaffirme de dvelopper le secteur innovation. La tendance pour 1999 sem-ble se confirmer bien que le premier semestre ait t difficile. Le tissagelainier a vu sa production chuter de 10 % pour les six premiers mois,consquence probable de la crise asiatique.

    L e secteur du tissage est en pleine volution. Ainsi, les mlanges de fibresartificielles et naturelles font lobjet dtudes trs pousses dans les domai-nes de la thermorgulation et des allergies. Le tissage des fibres artificielleset synthtiques reprsente actuellement 52 % de la production. Il permetlutilisation de nouvelles techniques telles que linclusion de capsules depolymre remplies dun principe actif parmi des fibres synthtiques. Pourrelancer la laine, de nouvelles fibres intgrant de llasthanne sont utilisessur le march des costumes pour jeunes.

    D e nouvelles matires et mthodes de gestion sont ltude afin de stimu-ler un march dont la tendance est lembellie. Il reste cependant unedisparit entre les groupes qui obtiennent de trs gros contrats et les tis-seurs de taille moyenne qui ne progressent pas.

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 265Effectif employ 20 663Chiffre daffaires h.t. MF 23 426Investissements & crdit-bail MF 927Valeur ajoute par personne kF 292Frais de personnel par personne kF 183Taux dexportation (EXP / CAHT) % 41Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 26Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 15Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % 12Taux de marge (EBE / VAHT) % 31

    Source : SESSI

    Effectifs

    0 4 % 10 20 %

    5 9 % 30 % et plus

    - Carreman Michel Thierry (tissage industrie lainire)

    - Chamatex SA (tissage de soieries)

    - Deveaux SA (tissage industrie cotonnire)

    - Dickson Constant Sarl (tissage industrie cotonnire)

    - Groupe Frmaux (tissage industrie cotonnire)

    - Hexcel Composites (tissus techniques)

    - Hexcel Fabrics (tissus techniques)

    - Michel Thierry SA (tissage industrie lainire)

    - Porcher Industrie (tissus de verre)

    - Sprintex SA (tissage industrie cotonnire)

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LABRANCHE

    Nombre Effectif Chiffre daffaires Taux dentreprises hors taxes dexportation

    en millions de francs en %

    1990 328 30 326 23 600 32,4 %1991 328 29 855 23 742 33,0 %1992 291 26 131 21 636 32,3 %1993 277 22 981 19 413 34,5 %1994 280 23 040 21 223 35,2 %1995 284 22 729 21 970 37,0 %1996 273 20 879 20 709 37,8 %1997 268 20 674 21 822 39,7 %

    1998 265 20 663 23 426 40,7 %

    UN SECTEUR EN PLEINE VOLUTION

    RPARTITION RGIONALE

  • l e s p r o d u i t s

    11

    Base 100 en 1990

    1995 1996 1997 1999Indices bruts Tendance globale

    Source : SESSI - INSEE

    1998

    EN REPLI DEPUIS 1998

    Royaume-Uni (599)

    Exportations20 320 millions de Francs

    Importations14 163 millions de Francs

    PRINCIPAUX PARTENAIRES

    Source : SESSI - Douanes

    Turquie (606)

    Espagne (968)

    Belgique (1 520)

    Allemagne (1 546)

    Italie (3 885)

    Belgique (1 570)

    Italie (1 694)

    Royaume-Uni (1 722)

    Tunisie (1 929)

    Maroc (2 061)

    Allemagne (3 422)

    0 1 000 3 000 4 000

    Importations Exportations

    2 0004 000 3 000 1 000 2 000

    | | | | | |

    140

    120

    100

    80

    60

    0 19 Part dans

    salaris le secteur

    Nombre dentreprises 409 60,4 %

    Effectifs salari 2 098 9,5 %

    Chiffre daffaires kF 1 539 062 6,6 %

    Investissements kF 104 516 11,4 %

    LES PETITES ENTREPRISES DU TISSAGE EN 1997

    Source : SESSI - INSEE - SCEESSource : SESSI

    Autres (2 %)

    Tissus de verre (21 %)

    Tissus de fibres artificielleset synthtiques (52 %)

    Tissus en coton (20 %)

    PRDOMINANCE DES TISSUS ARTIFICIELS ETSYNTHTIQUES ET APPARITION DE NOUVEAUXTISSUSentreprises de 20 salaris et plus : 22 milliards de francs

    Tissus de laine (5 %)

    EXCDENT EN HAUSSE

    Source : SESSI - Douanes

    Importations Exportations1993 1994 1995 1996 1997 1998

    25 000

    20 000

    15 000

    10 000

    5 000

    0

    en millions de Francs

  • l e s e n t r e p r i s e s

    12

    Source : SESSI

    Source : SESSI

    Ennoblissement textileFACE UNE CONJONCTURE DFAVORABLE, LENNO-BLISSEMENT TEXTILE SESSOUFFLE MAIS RESTEINNOVANT

    L ennoblissement textile enregistre un recul important de son activit partir du 2me trimestre 1998. Il subit ainsi de plein fouet les effets dvasta-teurs de la crise asiatique (importations massives bas prix en prove-nance dIndonsie et de Thalande), aggravs par lentre de produitsturcs que le march russe, insolvable, ne peut plus absorber.

    Il tait pourtant un des secteurs les plus dynamiques de la filire avec unehausse du chiffre daffaire de prs de 40 % et des exportations qui ont plusque doubl entre 1990 et 1998. Le nombre dentreprises est rest stable etles effectifs ont mme enregistr une lgre hausse (+ 4 %). Ceci est laconsquence dune politique en faveur de linnovation et du rle prioritaireaccord aux investissements permettant certaines PME de mieux rsister la crise que les grands groupes, fortement pnaliss par la dsaffectionpour les tissus imprims. En effet, la tendance luni a permis aux Etats-Unis de prendre le leadership de la mode en faisant fabriquer sans risqueen Asie du Sud-Est.

    M ais les ennoblisseurs de la rgion Rhne-Alpes cherchent dynamiserlimpression afin dviter la disparition dune des plus anciennes expres-sions culturelles, riche de symboles et de crativit. Les enqutes auprsdes consommateurs permettent aux industriels danticiper les changementsde la mode et de prserver ainsi leurs parts de march. Ainsi, les tendan-ces prsentes au dernier salon des crateurs textile montrent un retourvers les couleurs vives et pices sur des thmes gipsy mlant fleurs,carreaux et cachemire.

    C ertains industriels ont entrepris une conversion moyen terme de lim-pression traditionnelle vers limpression jet dencre do une rduction decots (travaux prparatoires et consommation deau) et une rduction desdlais. On peut ainsi esprer un redressement rapide de ce secteur.

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 211Effectif employ 15 891Chiffre daffaires h.t. MF 12 385Investissements & crdit-bail MF 663Valeur ajoute par personne kF 258Frais de personnel par personne kF 185Taux dexportation (EXP / CAHT) % 33Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 33Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 15Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % 0,2Taux de marge (EBE / VAHT) % 21

    Source : SESSI

    Effectifs

    0 3 % 15 20 %

    3,1 8 % 30 % et plus

    - Avelana

    - Boussac Fadini SA

    - Boussac SA

    - Chane et Trame

    - Cotonnire dAlsace

    - DMC Tissus

    - Jeanne Blanchin SA

    - Noailles Textiles

    - Sofileta

    - Teinturerie de Champagne

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LABRANCHE

    Nombre Effectif Chiffre daffaires Taux dentreprises hors taxes dexportation

    en millions de francs en %

    1990 215 15 353 8 862 18,0 %1991 208 15 105 8 870 19,0 %1992 210 14 718 9 587 20,0 %1993 210 14 480 9 461 18,5 %1994 216 15 425 10 682 22,1 %1995 219 15 684 11 107 24,5 %1996 212 15 983 11 390 29,7 %1997 206 15 810 11 920 30,2 %

    1998 211 15 891 12 385 32,8 %

    UN SECTEUR QUI RSISTE LA CRISE

    RPARTITION RGIONALE

  • l e s p r o d u i t s

    13

    Base 100 en 1990

    PROCDS INDUSTRIELS ET ENVIRONNEMENT

    L ennoblissement textile reprsente lui seul 65 % de lnergie con-somme annuellement par la filire, toutes nergies confondues.. Aussiles industriels cherchent-ils amliorer la gestion de leau et de lner-gie par une utilisation rationnelle des outils de production et des proc-ds. Ces recherches portent sur le tri et la concentration des produits, larutilisation des bains et une rgulation des rinages (laquaprocessremplaant le rinage par dbordement). Limpression au jet dencresupprime les oprations de prparation des ptes et de lavage desmatriels, le traitement des rejets au niveau des machines sappliqueaux effluents de mme nature, la mise en place de nouveaux vecteursde transfert (plasma) permet la suppression totale ou partielle des pr-traitements dans le secteur cotonnier. On assiste, ces dernires an-nes, une prise de conscience collective des industriels pour qui laconsommation deau est devenue une proccupation majeure. Ils su-bissent aussi des contraintes rglementaires dou le dveloppement deces nouvelles technologies orientes vers un plus grand respect delenvironnement.

    UNE ACTIVIT TRS FLUCTUANTE

    1995 1996 1997 1999

    Source : SESSI - INSEE

    1998

    140

    120

    100

    80

    60 | | | | | |Indices bruts Tendance globale

    0 19 Part dans

    salaris le secteur

    Nombre dentreprises 404 66,2 %

    Effectifs salari 1 646 9,9 %

    Chiffre daffaires kF 1 311 292 10,0 %

    Investissements kF 38 248 4,5 %

    LES PETITES ENTREPRISES DE LENNOBLISSE-MENT TEXTILE EN 1997

    Source : SESSI - INSEE - SCEESSource : SESSI

    Teinture de fils (12 %)Autres finitions (6 %)

    Teinture de tissus (50 %)

    Blanchimentde tissus(10 %)

    RPARTITION PAR ACTIVITentreprises de 20 salaris et plus : 6 milliards de francs

    Impression detissus (22 %)

    Source : SESSI1991

    4 5004 0003 5003 0002 5002 0001 5001 000

    5000

    ENVOLE DES EXPORTATIONS

    1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998

    en millions de Francs

  • l e s e n t r e p r i s e s

    14

    Source : SESSI

    Source : SESSI

    Articles textiles

    UN SECTEUR DYNAMIQUE EN QUTE DINNOVATIONSA vec une quasi-stabilit des effectifs, ce secteur a su dvelopper sonchiffre daffaires bien quil ait un taux dexportation assez faible (18,2 %). Ildoit faire face aux importations massives de produits en provenance depays europens (Belgique, Portugal) mais aussi de Chine. Le taux din-vestissement de 8,4 %, lun des plus faible de la filire textile, montre que cesecteur doit poursuivre ses efforts pour innover et reconqurir des parts demarch.

    L e linge de maison, aprs quinze annes de baisse, a amorc une lgrereprise depuis fin 97 et les perspectives semblent bonnes. Lobjectif estdsormais de proposer des articles coordonns : linge de table, accessoi-res, objets de dcoration, qui permettent de crer des ambiances harmo-nieuses. La reprise de la consommation profite aux importations, tendanceconfirme par les retombes de la crise asiatique.

    P our les couettes et les oreillers, des chercheurs se sont inspirs de lastructure du poil du caribou pour mettre au point des fibres creuses danslesquelles de minuscules poches dair font cran au froid et rgulent latemprature : les canaux de ces fibres assurent gonflant et isolation etfacilitent la circulation de lair. Leur composition 100 % synthtique les pro-tge des mites, des acariens, des moisissures, des poussires. Pour lesallergiques, les couettes naturelles de qualit subissent des oprations anti-bactries et un traitement anti-acariens au niveau de lenveloppe. Les inno-vations technologiques et chimiques contribuent la monte en gamme desproduits et le rapport qualit-prix ne cesse de samliorer.

    P our les couvertures dont le march est rput difficile, plusieurs facteursde redynamisation ont t amorcs dou lengouement pour la couverturepolaire et les plaids utiliss pour la dcoration. Les matires nobles font dela rsistance, les matires naturelles et surtout la laine continuent treplbiscites pour leur confort.

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 192Effectif employ 13 226Chiffre daffaires h.t. MF 9 532Investissements & crdit-bail MF 258Valeur ajoute par personne kF 223Frais de personnel par personne kF 159Taux dexportation (EXP / CAHT) % 18Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 31Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 8Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % 7Taux de marge (EBE / VAHT) % 23

    Source : SESSI

    Effectifs

    0 5,9 % 10 13 %

    6 9,9 % 20 % et plus

    - Blatt SA (fabrication de petits articles textiles de literie)- Chaulnes Textiles Industries SA (fabrication de linge de maison)- Descamps SA (fabrication de linge de maison)- Ets Bera SA (fabrication de linge de maison)- Ets Lucien Walters (fabrication de bches, stores)- Hunter Douglas SA (fabrication de bches, stores)- Lafuma SA (fabrication de voiles, tentes, matelas pneumatiques)- Mulliez Frres SA (fabrication de linge de maison)- Soc Linvosges SA (fabrication de linge de maison)- Trigano Industrie (fabrication de tentes)

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LABRANCHE

    Nombre Effectif Chiffre daffaires Taux dentreprises hors taxes dexportation

    en millions de francs en %

    1990 160 13 718 7 618 15,4 %1991 182 15 100 8 715 14,9 %1992 207 15 833 9 596 14,5 %1993 177 12 890 7 782 10,8 %1994 201 13 392 8 441 12,9 %1995 197 13 877 8 897 16,5 %1996 184 12 928 8 174 16,9 %1997 192 13 266 8 975 17,4 %

    1998 192 12 757 9 532 18,2 %

    UN SECTEUR QUI PROFITE DE LA REPRISE DE LA CONSOMMATION

    RPARTITION RGIONALE

  • l e s p r o d u i t s

    15

    Base 100 en 1990

    1995 1996 1997 1999Indices bruts Tendance globale

    Source : SESSI - INSEE

    1998

    BAISSE DE LACTIVIT

    Turquie (420)

    Exportations2 890 millions de Francs

    Importations6 373 millions de Francs

    PRINCIPAUX PARTENAIRES

    Source : SESSI - Douanes

    Royaume-Uni (485)

    Italie (614)

    Portugal (645)

    Chine (666)

    Belgique (741)

    Suisse (206)

    Royaume-Uni (218)

    Italie (279)

    Espagne (301)

    Allemagne (375)

    Belgique (538)

    0 1 000

    Importations Exportations

    5001 000 500

    140

    120

    100

    80

    60 | | | | | |

    0 19 Part dans

    salaris le secteur

    Nombre dentreprises 1 020 84,2 %

    Effectifs salari 4 223 24,1 %

    Chiffre daffaires kF 2 092 213 18,9 %

    Investissements kF 69 610 24,9 %

    LES PETITES ENTREPRISES DARTICLESTEXTILES EN 1997

    Source : SESSI - INSEE - SCEESSource : SESSI

    Linge de maison (45 %)

    Articles de literie (22 %)

    RPARTITION PAR ACTIVITentreprises de 20 salaris et plus : 9 milliards de francs

    Bches etstores (19 %)

    Matriel de campement,voiles, parachutes (14 %)

    DFICIT STUCTUREL

    Source : SESSI - Douanes

    1993 1994 1995 1996 1997 1998

    7 000

    6 000

    4 000

    3 000

    1 000

    0

    Importations Exportations

    2 000

    5 000

    en millions de Francs

  • l e s e n t r e p r i s e s

    16

    Source : SESSI

    Source : SESSI

    Autres industries textile

    UN SECTEUR PORTEUR DE TRADITIONS ET LAPOINTE DU PROGRS

    C e domaine rassemble des activits textiles aussi diverses que la fabrica-tion des tapis et moquettes, des non-tisss, la ficellerie, les dentelles, ru-bans et passementeries, la ouaterie, les feutre et lenduction.

    L industrie traditionnelle de la dentelle et des rubans reprsente 29 % desfacturations et se rpartit sur 143 entreprises satellises dans les rgions forte implantation textile : Nord-Pas-De-Calais et Rhne-Alpes o lon trouveaussi les feutres et non-tisss (21 % des facturations) concentrs sur55 entreprises. Tandis que dentelliers et brodeurs bousculent les codestablis et exprimentent de nouveaux fils, les fabricants de non-tisss inno-vent pour mettre au point des articles ultra-lgers utiliss dans lautomobile,leur principal dbouch. Ils sont aussi prsents dans les projets industrielsles plus avancs de ce sicle: conqute de lespace, dcouverte mdicale,agrotextile, architectonique.

    L a consommation des tapis et moquettes reste stable avec un marchintrieur favorable grce la reprise du btiment qui profite essentiellementaux fabricants de moquettes en dalles. L aussi les industriels poursuiventleurs efforts qualitatifs : nouvelles fibres plus fines, lavabilit, traitementsanti-salissures et anti-acariens.

    L enduction, processus essentiel de la fabrication des tissus usage tech-nique, constituent un march davenir (20% de la production textile mon-diale en 1991 et 35 % aujourdhui ). Cest une activit de pointe dont lesapplications se retrouvent dans lindustrie automobile (pneus, air-bags) , legnie civil (gotetextile, toitures), le domaine de la scurit (protection con-tre le feu, les agents chimiques), dans le secteur mdical (filtration, sallesopratoires). Ce secteur doit grer des volutions rapides dans ses m-thodes de fabrication et utilisation de nouveaux produits.

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 302Effectif employ 24 899Chiffre daffaires h.t. MF 22 151Investissements & crdit-bail MF 1 031Valeur ajoute par personne kF 278Frais de personnel par personne kF 184Taux dexportation (EXP / CAHT) % 40Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 31Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 14Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % 7Taux de marge (EBE / VAHT) % 27

    Source : SESSI

    Effectifs

    0 1,9 % 6 8 %

    4 5 % 18 % et plus

    - Aplix SA (rubans et passementeries)- Berry Tuft (fabrication de tapis et moquettes)- Griffine Enduction (enduction)- Lainire de Picardie (enduction)- Paul Hartmann SA (ouaterie)- Production Textile Plastiques de Marne (PTPM) SA (feutres)- Socit Gnrale Textile Balsan (rubans et passe- menteries)- Socit Industrielle La Chaignaud Silac (rubans et passementeries)- Tarkett Sommer (fabrication de tapis et moquettes)- Thuasne (rubans et passementeries)

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LABRANCHE

    Nombre Effectif Chiffre daffaires Taux dentreprises hors taxes dexportation

    en millions de francs en %

    1990 346 28 969 19 655 26,0 %1991 359 29 432 20 010 28,4 %1992 353 28 767 21 050 30,9 %1993 342 27 071 19 826 30,1 %1994 336 27 567 21 338 31,7 %1995 328 28 848 23 216 33,5 %1996 305 27 075 22 252 33,7 %1997 303 25 787 21 569 32,7 %

    1998 302 24 899 22 151 39,6 %

    UN SECTEUR QUI SE MAINTIENT

    RPARTITION RGIONALE

  • l e s p r o d u i t s

    17

    Base 100 en 1990

    1995 1996 1997 1999Indices bruts Tendance globale

    Source : SESSI - INSEE

    1998

    PROGRESSION MOYEN TERME

    Espagne (366)

    Exportations9 841 millions de Francs

    Importations9 277 millions de Francs

    LEUROPE EN TTE

    Source : SESSI - Douanes

    Royaume-Uni (640)

    Pays-Bas (681)

    Allemagne (1 300)

    Italie (1 699)

    Belgique (2 203)

    tats-Uni (529)

    Espagne (666)

    Belgique (836)

    Italie (1 031)

    Royaume-Uni (1 160)

    Allemagne (1 461)

    0 3 000

    Importations Exportations

    3 000 1 000

    140

    120

    100

    80

    60

    2 000 1 000 2 000

    | | | | | |

    0 19 Part dans

    salaris le secteur

    Nombre dentreprises 1 010 76,9 %

    Effectifs salari 3 984 13,9 %

    Chiffre daffaires kF 1 765 043 7,6 %

    Investissements kF 62 040 6,3 %

    LES PETITES ENTREPRISES DAUTRESINDUSTRIES TEXTILE EN 1997

    Source : SESSI - INSEE - SCEESSource : SESSI

    Tapis et moquettes (18 %)

    Ouaterie (11 %)

    UN SECTEUR TRS DIVERSIFIentreprises de 20 salaris et plus : 22 milliards de francs

    Dentelles, rubans,passementerie (28 %)

    Ficellerie, corderie, filets (5 %)

    Feutres etnon tisss(21 %)

    Enduction (17 %)

    INVERSION DE LA TENDANCE

    Source : SESSI - Douanes

    1993 1994 1995 1996 1997 1998

    10 000

    8 000

    6 000

    4 000

    2 000

    0

    Importations Exportations

    9 000

    7 000

    5 000

    3 000

    1 000

    en millions de Francs

  • l e s e n t r e p r i s e s

    18

    Source : SESSI

    Source : SESSI

    - Ames- Bel Maille- Berlaine- Billon- Cifran- Delcar- Komaille- Milliken- Rossignol- Textiles et Plastiques Chomarat- Tissages de lAigle

    PRINCIPALES ENTREPRISES DE LABRANCHE

    toffes mailleCHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 60Effectif employ 3 117Chiffre daffaires h.t. MF 3 587Investissements & crdit-bail MF 191Valeur ajoute par personne kF 307Frais de personnel par personne kF 19Taux dexportation (EXP / CAHT) % 25Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 27Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 18Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % 7Taux de marge (EBE / VAHT) % 33

    Source : SESSI

    LES PETITES STRUCTURES DOMINENT

    Effectifs

    0 0,9 % 5,0 19,9 %

    1 4,9 % 20 % et plus

    DE RELS EFFORTS LINVESTISSEMENTL a fabrication dtoffes maille regroupe 60 entreprises de plusde 20 salaris, emploie 3 100 salaris et ralise un chiffre daffaire de3,6 milliards de francs. Ce secteur est essentiellement compos depetites structures. Il sagit principalement dentreprises employantmoins de 100 salaris mais aussi de donneurs dordres. Seules 7 en-treprises emploient plus de 100 salaris. On dnombre galement, en1997, 87 firmes de moins de 20 salaris (essentiellement des faon-niers). Cette activit est localise principalement en rgions Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Rhne-Alpes qui concentrent les 3/4 de lensem-ble des effectifs.

    C e secteur rsiste, perdant nanmoins 15 % de ses effectifs sur ladcennie 90. Le chiffre daffaires se maintient grce aux efforts desindustriels qui enrichissent leurs gammes avec des nouveaux produitsalliant confort et bien-tre. Lutilisation de plus en plus marque dtoffes maille dans les vtements de ville, lexpansion des tissus de sportdynamisent cette activit. Lindustrie de lautomobile, autre dbouch delindustrie de la maille, a permis certains fabricants de maintenir leuractivit un bon niveau.

    D ans ce contexte, les performances des entreprises samliorent. Letaux de marge, trs suprieur celui du textile ou des biens interm-diaires, progresse sur les quatre dernires annes passant de 29 33 %. Ce secteur renouvelle de faon consquente son outil de pro-duction. Le taux dinvestissement des toffes maille est plus lev quedans lindustrie textile ainsi que dans les biens intermdiaires et voluefavorablement depuis 1993. Les entreprises ralisent galement debonnes performances lexportation. Le taux dexportation progresseen 1998 ; les ventes sur les marchs extrieurs reprsentent 25 % duchiffre daffaires. Nanmoins, le taux de rentabilit se dgrade et lescharges financires saccroissent sur cette dernire anne de constat.

    RHNE-ALPES CONCENTRE PLUS DUN TIERSDES EFFECTIFS

    100 %

    80 %

    60 %

    40 %

    20 %

    0 %

    20 49 50 99 100 249 donneurssalaris salaris salaris dordres

    Nombre dentreprises Effectif Chiffre daffaires Exportations

  • l e s p r o d u i t s

    19

    Base 100 en 1990

    DES TISSUS DE PLUS EN PLUS TECHNIQUESC e secteur volue, et possde maintenant une palette de fils pouvantouvrir de nouveaux marchs ou susciter de nouveaux intrts, ce quipermet doffrir une multitude de niches, aussi bien dans le domaine delhabillement, de lameublement, du mdical, de lautomobile et dans lebtiment. Quels que soient les dbouchs des toffes maille, ellesont un point commun : leur technicit. La demande du consommateurest base sur des critres alliant le confort, la souplesse et llasticit.Cest pourquoi les entreprises sinvestissent dans la recherche et ledveloppement sur des produits innovants plus adapts la vie ac-tuelle : produits antitranspirants, antibactriens, protecteurs contre lesU.V., gardant la chaleur etc), avec aussi une gamme darticles enmicro-fibres ou des mlanges de fibres (polyamides et polyester), ouencore des toffes frappes, gaufres, grattes, finitions complexes.Ces nouvelles fibres sont devenues dsormais incontournables.

    1995 1996 1997 1999Indices bruts Tendance globale

    Source : SESSI

    1998

    UNE PRODUCTION QUI FLCHIT

    Belgique-Luxembourg (277)

    Exportations3 995 millions de Francs

    Importations3 398 millions de Francs

    DES IMPORTATIONS MASSIVES ITALIENNES

    Source : SESSI - Douanes

    Espagne (341)

    Tawain (353)

    Core du Sud (354)

    Allemagne (463)

    Italie (831)

    Italie (237)

    Royaume-Uni (330)

    Belgique-Luxembourg (346)

    Maroc (556)

    Tunisie (593)

    Allemagne (745)

    0 1 000Importations Exportations

    1 000 500

    140

    120

    100

    80

    60

    500

    | | | | | |

    Source : SESSI - Douanes

    UN EXCDENT COMMERCIAL DEPUIS 19954 000

    3 000

    2 500

    1 500

    1 000

    0

    Importations Exportations

    2 000

    3 500

    500

    en millions de Francs

    UNE FORTE CONCURRENCE TRANGREL a production franaise, toutes fibres confondues, qui a baiss de 7 %en un an, a t de lordre de 49 000 tonnes pour lanne 1998. Elle serpartit parts peu prs gales entre les toffes destines lhabille-ment et les tissus usage industriel (revtement de siges, supportsdenduction ou tissus pour le secteur mdical). La part des toffes usage industriel ou technique augmente rgulirement. Les non tisssintressent la mode, tout dabord dans lameublement et la dcorationmais aussi dans les vtements. Pour animer le march actuel, les enno-blissements (teinture etc) entrent de plus en plus dans la recherche dela valeur ajoute. Malgr une balance commerciale excdentaire (letaux de couverture stablit 118 %). Linquitude des fabricants estrelle, les importations augmentant de faon consquente sur les deuxdernires annes, notamment en provenance des pays asiatiques.

    1993 1994 1995 1996 1997 1998

  • IMPLANTATION MAJORITAIRE LEST

    20

    Source : SESSI

    Articles ch aussants

    Effectifs

    moins de 1 % 5 9,9 %

    1 4,9 % 10 % et plus

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 41Effectif employ 10 335Chiffre daffaires h.t. MF 5 502Investissements & crdit-bail MF 119Valeur ajoute par personne kF 217Frais de personnel par personne kF 176Taux dexportation (EXP / CAHT) % 13Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 41Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 5Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % - 3Taux de marge (EBE / VAHT) % 14

    Source : SESSI

    BAISSE DE LA CONSOMMATION ET CONCURRENCE

    L e secteur des articles chaussants est compos essentiellement dentre-prises de taille rduite (50 % dentre-elles ont moins de 50 salaris). Go-graphiquement il est concentr dans lest de la France. Depuis plusieursannes, la profession rencontre des difficults conomiques importanteslies la baisse de la consommation, la trs forte concurrence trangre,particulirement italienne, et la pression de la distribution sur les prix.

    D ans ce contexte, les rsultats conomiques des entreprises samoindris-sent : le taux de marge seffrite voluant de 25 % en 1990 14,3 % en1998 et le taux de rentabilit seffondre, passant de 6,6 -2,6 % pendant lamme priode. Le taux dexportation est relativement faible par rapport lensemble du secteur de la maille (13 % du chiffre daffaires en 1998contre 22,6 %). Quant au taux dinvestissement (investissements / VAHT)il est galement plus faible que la moyenne du secteur maille (4,7 % en1998 contre 7,9 %). Cependant leffort de publicit y est nettement sup-rieur : 7,2 % du CAHT comparativement aux 3,5 % du secteur de lamaille.

    L a production franaise darticles chaussants ne cesse de se dgraderdepuis plusieurs annes. Une mode peu favorable aux bas et collants, desarticles trs rsistants grce lemploi de llasthanne et de la microfibreexpliquent en partie le repli constat. Une concurrence exacerbe desfabricants trangers, notamment italiens, dtriore la balance commercialequi est trs dficitaire. Le taux de couverture des exportations par lesimportations atteint 42 % en 1998. En Europe, lItalie est le premier produc-teur devant la France et le Royaume-Uni.

    140

    120

    100

    80

    60

    40

    20

    UNE PRODUCTION QUI DCROT

    Chaussettes Bas, mi-bas et collants1995 1996 1997 1998 1999

    Source : SESSI

    UNE BALANCE COMMERCIALE TRS DFICITAIRE(quantits en millions de paires)

    Source : SESSI - Douanes

    1993 1994 1995 1996 1997 1998

    500

    350300

    200150

    0

    Importations Exportations

    250

    400

    50

    450

    100

  • PRS DE 30 % DES EFFECTIFS EN CHAMPAGNE-ARDENNES

    Source : SESSI

    P u l l s

    21

    Effectifs

    moins de 1 % 5 9,9 %

    1 4,9 % 10 % et plus

    CHIFFRES CLS DU SECTEUR(entreprises de 20 personnes et plus)Nombre dentreprises 124Effectif employ 10 416Chiffre daffaires h.t. MF 5 551Investissements & crdit-bail MF 159Valeur ajoute par personne kF 205Frais de personnel par personne kF 144Taux dexportation (EXP / CAHT) % 31Taux de valeur ajoute (VAHT / CAHT) % 39Taux dinvestissement (INV / VAHT) % 7Taux de rentabilit (RNC / VAHT) % 14Taux de marge (EBE / VAHT) % 24

    Source : SESSI

    UN SECTEUR TOUCH PAR LA CRISE MAIS QUI FAITFRONTC e secteur est compos de petites units de production (la moiti desentreprises emploient moins de 50 personnes). Seules 5 dentre-elles ontplus de 250 salaris et ralisent prs de la moiti du chiffre daffaireset 60 % des exportations. Les entreprises sont disperses sur lensembledu territoire. Cependant par tradition, la rgion Champagne-Ardenne con-centre elle seule 28 % des effectifs, plus prcisment dans la rgion deTroyes et prs des centres textiles. Face une concurrence trs vive et une dcroissance de la consommation, ce secteur a perdu plus de 35 % deses entreprises et prs dun quart de ses effectifs depuis 1993.

    L es performances de ce secteur sont modestes mais samliorent. Indus-trie de main duvre, le cot du travail y est toujours trs lev, maisdiminue (80 % de la valeur ajoute sont destins rmunrer le travail en1993, contre 70 % en 1998). De ce fait les marges des entreprises pro-gressent ainsi que le taux de rentabilit (passant respectivement de 14 24% et de 5 14 %) et le taux dendettement diminue de plus de la moitientre 1993 et 1998. De plus, de rels efforts ont t raliss lexportation.Le taux dexportation atteint 30,8 % en 1998 (41 % pour les entreprises deplus de 250 salaris), performance plus importante que dans lensembledes biens de consommation. Nanmoins ce secteur investit peu, les inves-tissements ne reprsentent que 7 % de la valeur ajoute.

    L activit des pulls et articles similaires dcrot rgulirement. Les indus-triels ont de plus en plus recours la dlocalisation de leur production,notamment pour les produits basiques. Lindice de la production industriellepasse de 90 70 sur les 4 dernires annes (base 100 en 1990). Laraison de ce recul provient dune concurrence accrue des pays bassalaires mais galement dEurope, et plus prcisment dItalie. Malgr labonne tenue des exportations, la balance commerciale est fortement dfici-taire stablissant 6 milliards de francs en 1998.

    140

    120

    100

    80

    60

    40

    201995 1996 1997 1998 1999

    Source : SESSI

    UNE PRODUCTION EN RECUL

    Indices bruts Tendance globale

    DES IMPORTATIONS MASSIVES(quantits en millions de paires)

    | | | | | |

    Source : SESSI - Douanes

    1993 1994 1995 1996 1997 1998

    200

    140120

    8060

    0

    Importations Exportations

    100

    160

    20

    180

    40

  • 22

    SESSI rgionsUn nouveau CD-ROM sur lindustrie franaise dans...

    les rgions, les dpartements, les zones demploi,

    1 - vous construisez des tableaux de donnes chiffres

    2 - vous crez des cartes personnalises

    votre disposition pour obtenir cesrsultats,

    30 variables conomiques ventilables

    * par secteurs dactivit,* par zones gographiques,* par annes de rsultats ...

    3 - vous listez les tablissements de votre choix ...

    Avec Sessi - rgions vous choisissez parmi trois types de rsultat :

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345678901

    Pour tou tes p rc is ions sur l e Cd -Rom Sess i Rg ions ,pour ob ten i r l a l i s te d ta i l l e

    des va r iab les e t ven t i l a t ions d ispon ib les . . .pour savo i r ou l e consu l te r, e t pour tou te commande ,

    contactez nous au Sess i :Fax : 01 43 19 41 73 - Tl : 01 43 19 41 18

    C o n f i g u r a t i o n s y s t m eC o n f i g u r a t i o n m i n i m a l e :micro-ordinateur comptabible 486 ou suprieur sous windows 95, avec 16 Mo deRAM, cran couleur SVGA, 800x600, 256 couleurs, et lecteur CD-ROM minimumdouble vitesse, standard ISO.C o n f i g u r a t i o n r e c o m m a n d e : Pentium 75, 16 Mo de Ram, lecteur 4X

    deuxime dition(janvier 2000) :5 annes

    de rsultats93, 94, 95,

    96, 97 !

    Liste des tab lissem ents de votre s lection N S Taille N on S ign ifica tive(lis te tr ie par : rg io n e t e ffec tif d cro is san t) N D R su lta t non d isponib lesource : SE SSI - SC E ES E AE 19 97

    Etablissem ent Entreprise SIRETRaison sociale c o d e

    r g io nc o d e

    p o s ta lv il le N A F 7

    0 0E ffe c tif

    (p e rs o n n e s )s ige socia l

    R g D p N A F 7 0 0 Ta ille (p e rs o n n e s )

    S IR E N N IC

    D O L L F U S -M IE G E T C IE 4 2 6 8 1 0 0 M U L H O U S E 1 7 1 M 8 1 0 11 7 5 1 7 1 M 2 0 0 0 e t p lu s 5 7 2 2 0 9 5 8 3 0 0 11 9D M C T IS S U S 4 2 6 8 1 2 0 P F A S TAT T 1 7 3 Z 7 1 0 11 7 5 1 7 3 Z 1 0 0 0 1 9 9 9 3 9 2 9 6 3 4 4 3 0 0 0 3 2E T S M A R T E L C ATA L A E T C IE 4 2 6 7 6 0 0 S E L E S TAT 1 7 2 G 4 0 1 o u i 4 2 6 7 1 7 2 G 2 5 0 4 9 9 9 1 5 6 2 0 3 9 7 0 0 0 1 7D M C T IS S U S 4 2 6 8 5 5 0 S A IN T A M A R IN 1 7 3 Z 3 4 5 11 7 5 1 7 3 Z 1 0 0 0 1 9 9 9 3 9 2 9 6 3 4 4 3 0 0 0 9 9E T S S T E IN H E IL 4 2 6 7 5 7 0 R O T H A U 1 7 3 Z 2 6 2 o u i 4 2 6 7 1 7 3 Z 2 5 0 4 9 9 6 7 5 5 8 0 0 2 1 0 0 0 11B O U S S A C S .A . 4 2 6 8 4 7 0 W E S S E R L IN G 1 7 3 Z 2 6 1 11 7 5 1 7 3 Z 2 5 0 4 9 9 3 3 9 7 6 5 2 7 3 0 0 1 7 4C S - IN T E R G L A S S .A .R .L . 4 2 6 8 5 5 0 M A L M E R S PA C H 1 7 2 J 2 5 2 o u i 4 2 6 8 1 7 2 J 2 5 0 4 9 9 9 5 0 0 5 8 9 8 2 0 0 0 1 4S T E IN D . A LT K IR C H O IS E D E T E X T IL E S 4 2 6 8 1 3 1 A LT K IR C H C E D E X 1 7 2 A 2 1 2 o u i 4 2 6 8 1 7 2 A 1 0 0 2 4 9 3 0 9 4 8 0 1 2 7 0 0 0 1 3E M A N U E L L A N G T E X T IL E S S .A . 4 2 6 8 5 6 0 H IR S IN G U E 1 7 2 A 2 1 2 o u i 4 2 6 8 1 7 2 A 1 0 0 2 4 9 3 7 9 3 8 4 4 3 1 0 0 0 1 9D M C T IS S U S 4 2 6 8 0 0 0 C O L M A R 1 7 3 Z 1 8 3 11 7 5 1 7 3 Z 1 0 0 0 1 9 9 9 3 9 2 9 6 3 4 4 3 0 0 1 0 7D M C T IS S U S 4 2 6 8 11 0 IL L Z A C H 1 7 3 Z 1 6 7 11 7 5 1 7 3 Z 1 0 0 0 1 9 9 9 3 9 2 9 6 3 4 4 3 0 0 0 8 1S I P P IM P R E S S IO N S U R E TO F F 4 2 6 8 11 0 IL L Z A C H 1 7 3 Z 1 5 0 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 9 4 5 5 5 0 3 9 0 0 0 0 1 3M A N U FA C T U R E S H A R T M A N N M U N S T E R 4 2 6 8 1 4 0 M U N S T E R 1 7 3 Z 1 3 9 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 3 4 9 0 0 5 3 3 0 0 0 0 2 3F IL AT U R E S E T T IS S A G E S D E V IL L E 4 2 6 7 2 2 0 V IL L E 1 7 2 A 1 3 8 o u i 4 2 6 7 1 7 2 A 1 0 0 2 4 9 3 9 3 7 2 7 5 7 3 0 0 0 1 5D M C T IS S U S 4 2 6 8 9 2 0 W IN T ZE N H E IM 1 7 3 Z 1 3 2 11 7 5 1 7 3 Z 1 0 0 0 1 9 9 9 3 9 2 9 6 3 4 4 3 0 0 11 5M A N U F D 'IM P R E S S IO N S U R E TO F F E S 4 2 6 8 1 5 0 R IB E A U V IL L E 1 7 3 Z 11 8 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 3 1 8 0 8 3 6 5 6 0 0 0 1 3B E L 'A IR IN D U S T R IE S S .A . 4 2 6 8 0 7 0 M U L H O U S E C E D E X 1 7 2 G 11 3 8 2 6 9 1 7 2 G 2 5 0 4 9 9 5 6 2 1 2 8 4 1 3 0 0 0 3 5S IV T 4 2 6 8 8 0 0 T H A N N 1 7 3 Z 11 0 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 3 3 2 2 7 7 4 7 4 0 0 0 1 8M A N U F.D 'IM P.D E S A IN T E -M A R IE 4 2 6 8 1 6 0 S T E M A R IE A U X M IN E S 1 7 3 Z 1 0 2 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 3 1 5 7 9 6 3 5 9 0 0 0 1 8T E IN T U R E S E T B L A N C H IM E N T S D E C E R N AY 4 2 6 8 7 0 0 C E R N AY 1 7 3 Z 1 0 0 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 9 4 5 6 5 0 7 5 2 0 0 0 1 3B E L 'A IR IN D U S T R IE S S .A . 4 2 6 8 3 8 0 M E T Z E R A L 1 7 2 G 9 8 8 2 6 9 1 7 2 G 2 5 0 4 9 9 5 6 2 1 2 8 4 1 3 0 0 0 4 3E D L E R E T L E PAV E C S .A . 4 2 6 8 1 6 0 S T E M A R IE A U X M IN E S 1 7 2 E 7 2 o u i 4 2 6 8 1 7 2 E 5 0 9 9 9 1 5 7 2 1 2 3 7 0 0 0 1 3B L A N C H IN T R IC O T F R A N C E S .A . 4 2 6 8 0 2 5 C O L M A R C E D E X 1 7 2 G 6 7 o u i 4 2 6 8 1 7 2 G 5 0 9 9 9 1 6 4 2 0 11 0 0 0 0 2 2S O G E T E X 4 2 6 7 1 5 0 E R S T E IN 1 7 1 F 6 3 o u i 4 2 6 7 1 7 1 F 5 0 9 9 5 7 8 5 0 4 1 6 9 0 0 0 1 7T E IN T U R E R IE S D E L 'E S T 4 2 6 8 1 6 0 S T E M A R IE A U X M IN E S 1 7 3 Z 4 9 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 5 0 9 9 3 3 9 5 3 3 5 9 8 0 0 0 1 9S .A . F R E IS TA D T L F R A N C E 4 2 6 8 1 4 0 G U N S B A C H 1 7 1 A 4 3 o u i 4 2 6 8 1 7 1 A 2 0 4 9 3 7 8 5 8 3 5 7 9 0 0 0 1 6B O U S S A C T IS S U D 'A M E U B L E M E N T 4 2 6 8 4 7 0 W E S S E R L IN G 1 7 3 Z 4 1 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 1 0 0 2 4 9 3 8 3 9 4 2 6 2 0 0 0 0 3 0S C H E U R E L A U T H S A 4 2 6 8 8 0 0 T H A N N 1 7 3 Z 3 9 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z N S 5 7 3 6 2 1 0 9 1 0 0 0 2 0C O T O N N IE R E D 'A L S A C E 4 2 6 8 0 0 0 C O L M A R 1 7 3 Z 3 8 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z 2 0 4 9 3 9 2 4 1 0 7 2 6 0 0 0 1 3U N IO N T E X T IL E D E L 'E S T 4 2 6 7 7 2 0 H O E R D T 1 7 2 A 3 5 o u i 4 2 6 7 1 7 2 A N S 5 6 8 5 0 3 5 9 3 0 0 0 3 6S C H E U R E R T IS S U S D 'A M E U B L E M E N T 4 2 6 8 8 0 0 T H A N N 1 7 3 Z 3 2 o u i 4 2 6 8 1 7 3 Z N S 9 4 7 3 5 0 4 3 5 0 0 0 1 4G E W E S A 4 2 6 7 3 0 0 S C H ILT IG H E IM 1 7 3 Z 2 6 o u i 4 2 6 7 1 7 3 Z 2 0 4 9 5 7 8 5 0 11 0 8 0 0 0 1 8C H IM IT E X S A 4 2 6 7 1 3 0 S C H IR M E C K 1 7 2 A 1 9 9 3 0 6 2 5 2 G 5 0 9 9 0 3 7 3 2 0 5 9 5 0 0 0 4 6

    Effectif des tab industriels

    F2 - Industrie textile

    Toutes tranches deffectif

    Zone Gographique Priode

    Anne 1993 Anne 1994 Anne 1995 Anne 1996 Anne 1997France

    123 088 122 052 119 924 112 894 108 321Alsace

    9 089 9 229 9 677 8 677 8 167Aquitaine

    967 899 1 020 900 874Auvergne

    2 421 2 232 2 440 2 385 2 519Bourgogne

    2 858 3 046 3 075 3 188 2 632Bretagne

    1 329 1 355 1 301 1 307 1 309Centre

    2 437 2 402 2 432 2 312 2 190Champagne-Ardenne

    9 905 9 918 9 549 9 025 7 030Corse /// /// /// /// ///Franche-Comt

    804 776 842 634 744Ile-de-France

    4 448 4 473 4 064 4 694 4 135Languedoc-Roussillon

    1 797 2 031 1 825 1 521 1 486Limousin

    876 860 780 533 501Lorraine

    8 657 8 310 8 234 7 398 7 340Midi-Pyrnes

    6 395 6 055 6 144 5 598 5 712Nord - Pas-de-Calais

    28 017 27 516 26 449 24 514 23 215Basse-Normandie

    1 400 1 235 1 158 1 276 1 277Haute-Normandie

    2 476 2 400 2 295 2 030 1 986Pays de la Loire

    3 629 3 650 3 807 3 580 3 745Picardie

    6 927 6 963 6 633 6 276 6 020Poitou-Charentes

    1 664 1 501 1 431 1 542 1 409Provence-Alpes-C te dAzur

    978 949 1 019 768 694Rh ne-Alpes

    26 014 26 252 25 749 24 736 25 336

    Unit montaire : milliers de francsS - Rsultat couvert par le secret statistique... - Rsultat non disponible/// - Absence de rsultat due la nature des choses

    Source : Sessi Rgions

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    1234567890123456789012345678901212345678901234567890123

    C D - R O M c o m p a t i b l e P C -Ta r i f : 9 5 0 f r a n c s ou 144,83 T

    version rseau 2 850 francs ou 434,48 T

  • 23

    Vous recherchez des statistiques sur lindustrie franaise ?Le Sessi met votre disposition sur

    le site internet des entreprises industrielles :www.industrie.gouv.fr

    ... un ensemble de rsultats chiffrs :Lindustrie en quelques chiffres, le panorama de lindustrie par grandsdomaines dactivit, les donnes de rfrence sur 300 secteurs, les 4 PAGESdes statistiques industrielles, les statistiques mensuelles de productionindustrielle, la note de conjoncture industrielle du Sessi.

  • Ministre de l'conomie,des Finances et de l'Industrie

    Secrtariatd'tat l'industrie

    SESSI : Service des statistiques industriellesrue Claude Bloch - 14024 Caen CedexTlphone : 02 31 45 73 33 - Tlcopie : 02 31 45 74 84

    Janvier2000

    Alliant tradition et modernit, savoir-faire et hautes technologies, cest un secteurfortement exportateur (35,9 % du chiffre daffaire contre 32,2 % pour lensemblede lindustrie). Il contribue la rputation de qualit de toute la filire textile-habillement.Subissant de plein fouet la concurrence des pays en voie de dveloppement quiproduisent bas prix avec de faibles cots salariaux, cette industrie a perdu plusde 40 % de ses effectifs depuis 1985 contre 10 % dans lensemble des industriesmanufacturires. Lindustrie textile franaise est un des secteurs le plus touch parla mondialisation de lindustrie et la crise conomique qui a touch les paysindustrialiss.Mais le secteur a amorc un virage ces dernires annes et tente de se recon-vertir vers la production de textiles techniques haute valeur ajoute et utilisablesdans toutes les branches de lindustrie. Avec une croissance annuelle estime 5 %, cette nouvelle filire reprsente un atout majeur pour lindustrie textile.

    PR

    OD

    UC

    TIO

    N I

    ND

    US

    TR

    IEL

    LE