I T Éalain.· fondamental de cette discipline : la fonction ontologique de l'Art Sacr ... La...

download I T Éalain.· fondamental de cette discipline : la fonction ontologique de l'Art Sacr ... La simplicité

of 24

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of I T Éalain.· fondamental de cette discipline : la fonction ontologique de l'Art Sacr ... La...

  • Alain Dufourcq iconographe

    Toutes les tapes

    de la ralisation

    dune Icneen "images"

    Rflexionssur lart,la symboliqueet la fonction ontologiquede la discipline sacre

    U N E D I S C I P L I N E S P I R I T U E L L E E T U N E T E C H N I Q U E I M M U A B L E

    de

    TRAIT

    de peintur

    e

    Une discipline spirituelle et une technique immuable

    Ce trait, prenant pour base la technique la plus prcise, la plus didactique qui soit, telle qu'elle se transmet de matre lve depuis la nuit des temps, dveloppe simultanment, une rflexion quelque peu dlaisse, sur un aspect fondamental de cette discipline : la fonction ontologique de l'Art Sacr. Pour l'exprimer plus simplement, la Connaissance de l'tre.

    Il s'agit de mettre en vidence, comment la qute de l'iconographe, s'ins-crivant dans un registre trs particulier, lui ouvre la Voie d'une ralisation spi-rituelle effective. Cette Voie reste cependant trs discrte. L'glise Orthodoxe le confirme, en mme temps qu'elle atteste du ministre de l'iconographe.

    Ainsi tout le processus de ralisation de l'Icne impose celui-ci, une com-prhension des gestes qu'il pose et du sens de ce langage codifi et prcis, dans la mise en uvre de cette cursive mditation. Icne aprs Icne, cette compr-hension (prire), cette opration, doit modifier le regard (intrieur) de l'artiste. Cette modification ne s'explique pas, elle s'opre dans la discrtion.

    De la prparation de la planche, jusqu' l'onction, cette dernire tape, signifie par le nom calligraphi en rouge, l'uvre doit constituer le lieu de convergence de la Louange et de la Misricorde. Ce double mouvement s'effec-tue dans l'intimit du labeur et passe par ce mystrieux dialogue que le peintre entretient avec son double... en son propre dsert.

    L'iconographe est tmoin !C'est aussi ce qui impose, nous ne le soulignerons jamais assez, cette exi-

    gence de qualit exprime en ces termes : humilit, respect de la tradition, lu-cidit, intelligence, gnrosit dans le labeur... noblesse du dessin, sobrit des harmonies, subtilit et dignit des couleurs, etc...

    C'est de tout cela dont il est question dans ce TRAIT.

    Nous laissons le dernier mot Lonard de Vinci : Notre Art explique les mystres et rend simples et sensibles les dogmes obscurs. Le thologien n'en finit pas d'exprimer la Vierge-Mre. Si nous la peignons, tout le monde la comprend et l'honore. Et cependant aucun de notre corporation n'a t canonis, pas mme Fra Angelico !

    Ce Trait est illustr de 250 documents dont 34 Icneset 2 peintures ralises par l'auteur

    TRAITde peinturede peinture

    Une

    Disc

    iplin

    e Spi

    ritue

    lle et

    une

    tech

    niqu

    e im

    mua

    ble

    A

    lain

    Duf

    ourc

    q, ic

    onog

    raph

    eU

    ne D

    iscip

    line S

    pirit

    uelle

    et u

    ne te

    chni

    que i

    mm

    uabl

    e

    Ala

    in D

    ufou

    rcq,

    icon

    ogra

    phe

  • LART DE LICNE : UNE DISCIPLINE SPIRITUELLE ET UNE TECHNIQUE IMMUABLE

    4

    LART DE LICNE : UNE DISCIPLINE SPIRITUELLE ET UNE TECHNIQUE IMMUABLE

    5

    Avant-propos, p. 6

    Du spirituel dans lart, p. 8La premire Icne, p. 19

    Histoire de l'Image "non faite de main d'homme", p. 21Prire de l'iconographe, p. 22

    Mise en garde, p. 23

    Les formats des Icnes, p. 23La planche, p. 26Prparation, p. 27L'encollage, p. 30L'entoilage, p. 33

    Le levkas (enduit), p. 37Ponage du levkas, p. 39

    Le dessin, p. 42Quelques conseils de dessin, p. 44

    Dessin/criture et trait contour, p. 46Le report, p. 47

    Les corrections, p. 48La gravure, p. 50

    Lassiette dorer, p. 52Pose de la feuille d'or, p. 54

    Brunissage de l'or, p. 59 propos de l'or sur les Icnes, p. 61

    Les couleurs, p. 63Le jaune d'uf, p. 64

    La symbolique des couleurs, p. 66L'mulsion, p. 71Les tnbres, p. 72

    La base des carnations (sankir), p. 74Les traits, p. 76

    La monte vers les lumires, p. 78Les glacis, p. 82

    Les plis et lumires des vtements, p. 83Les finitions, traits vifs ou "ozivki", p. 85

    Inscriptions et encadrements, p. 87Le vernis et l'olifa, p. 89

    Point de vue de l'iconographe sur la gense de l'icne, p. 91L'Icne et l'Orthodoxie, p. 93

    La Sainte Face, p. 95La face, les mains et le corps, p. 99

    Les vtements, p. 101Paysage, vgtation et animaux, p. 103

    L'architecture, p. 105De la non-perspective

    en iconographie, p. 107La perspective et la composition, p. 110

    La non-perspective, p. 111Les styles, p. 113

    Fonction ontologique de l'Art Sacr, p. 117La Transfiguration et le Passage, p. 129

    La Sainte Trinit d'Andre Roublev, p. 130Le Christ en Gloire, p. 135

    Les Portes Royales ou l'Annonciation, p. 137La responsabilit de l'Iconographe, p. 145

    Bibliographie, p. 156Index, p. 157

    Quelques adresses utiles, p. 158

    Sommaire

    vangliste Saint Luc (AD, 2004, 21,5 cm x 30 cm)

  • LART DE LICNE : UNE DISCIPLINE SPIRITUELLE ET UNE TECHNIQUE IMMUABLE

    6

    LART DE LICNE : UNE DISCIPLINE SPIRITUELLE ET UNE TECHNIQUE IMMUABLE

    7

    Cet ouvrage est un trait de peinture au sens ancien du ter-me, cest--dire quil expose :

    les principes techniques, tels quils sont transmis de Matre lve, depuis bientt 15 sicles,

    les rgles lmentaires qui doivent viter ltudiant dtre livr lui-mme,

    et laspect plus spcifiquement spirituel de ce que nous nommons avec insistance, une discipline.

    Nous mettrons en vidence, chaque fois que ce sera possible, la symbolique particulire des tapes de ralisation de lIcne et comment certaines peuvent susciter une rflexion, une mdita-tion, sur lacte crateur en sa gense.

    LIcne, un Art sacr vivantIl nest pas inutile de rappeler que lIcne, envisage com-

    me un des lments constitutifs de la foi chrtienne et intgre (dans lorthodoxie) aux divers rituels par la vnration, souli-gne par l-mme la sacralit de cette discipline et la ncessit dune transmission rgulire au mme titre que le chant litur-gique et le sacerdoce. Il est bon de le rappeler de nos jours.

    Or, cette transmission, et nous le regrettons, seffectue en marge de lEglise pour ce qui est de loccident. En effet, si lico-nologie est enseigne dans les Instituts de Thologie, lart de lIcne, comme voie spirituelle globale, impliquant un cursus prcis, logique, orient vers la rigueur et la qualit de la main, la connaissance (en sa dimension ontologique) de ce que l'on fait, ne l'est pas. Le regret que nous exprimons tient au fait que ce vide est de plus en plus combl par des enseignements marginaux. Manquant de bases relles et livrs eux-mmes, ceux-ci favorisent une multitude de manies extravagantes qui tournent parfois la mystique de la plus haute fantaisie.

    Ce qui aggrave encore un peu plus cet inconvnient tient ce que certaines opinions, y compris dans lorthodoxie, appel-

    lent de leurs voeux une iconographie contemporaine avec toute lambigut que comporte cette terminologie. La tentation dimaginer une esthtique nouvelle induit une drive, pour ce qui est de lArt sacr, vers un manirisme dans le meilleur des cas et vers la mdiocrit dans le pire. Liconographe ne doit pas sinterroger sur cet aspect particulier (voir, les styles, p. 113). Il doit tudier avec humilit et confiance les archtypes inspi-rs transmis par les Grands Matres et orienter tout son talent vers la rigueur, le travail bien fait et linsatisfaction salutaire.LIcne, par essence, est intemporelle. Sil doit y avoir un style qui merge il ne peut qutre le fait dune Providence ou Volont Divine.

    En mme temps que nous faisons ces remarques, nous for-mons le souhait que le regret mentionn plus haut, ne soit plus qu'un mauvais souvenir au moment o le lecteur lira ces lignes.

    Lorsque nous signifions Art sacr vivant, nous exprimons labsolue ncessit dune transmission fidle et "rgulire". Et cest trs exactement ce qui nous permet de qualifier cet Art sacr de discipline. Du reste, nous ne voyons pas comment dis-socier, transmission fidle et discipline, sinon par le biais dune incomprhension de ce qui est dordre spirituel.

    Une discipline spirituelleLart sacr en son principe ne peut se concevoir que com-

    me discipline avons-nous dit. La fidlit dans la transmission (Tradition) synthtise en elle-mme tous les aspects de len-seignement y compris la qute spcifique de l'iconographe, envisage comme ministre.

    Ceci nous permet daffirmer que lIcne est indissociable de celui qui lui confre toute sa lgitimit : le Christ et son enseignement en ce quil a de plus orthodoxe (orthodoxe = conforme la vrit) et par consquent de son glise.

    La recherche et ltude iconographique queffectue cha-que lve, lui ouvrent une voie qui lui est propre, un chemi-

    nement quil peut, sil le veut, mener le plus loin que lui permettront sa volont et ses aptitudes naturelles.

    La Grande Tradition de lIcne est en elle-mme dpositaire dune connais-sance immuable et ternelle. Les cls dont les Matres sont les garants, sof-frent nous, si nous le voulons. Les por-tes quelles permettent douvrir figurent comme autant de voiles qui tombent et dcouvrent chacun un aspect de cette Vrit laquelle il est fait allusion pro-pos de lorthodoxie. Ainsi la dmarche individuelle trouve un champ dexp-rimentation sans fin, sans perdre pour autant, sa fonction liturgique. chacun den faire lusage quil convient.

    Nous voyons que nous sommes bien loin dune approche artistique contemporaine.

    Une technique et un langage symbolique immuables

    La technique de lIcne est simple en son principe de base. Nous la dfinissons de la manire suivante : aller des tnbres vers la lumire. Cette apparente simplicit recouvre, en fait, un sens profond et un long processus pictural qui demande une pratique srieuse e