HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME ... HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME Jeudi 16 juin, les أ©lus...

download HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME ... HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME Jeudi 16 juin, les أ©lus du

of 5

  • date post

    02-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME ... HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME Jeudi 16 juin, les أ©lus...

  • Conseillers régionaux essonniens : Stéphane Beaudet (LR), Faten Hidri (UDI), Grégoire de Lasteyrie (LR), Aurélie Gros (LR), Jean-Philippe Dugoin- Clément (UDI), Marianne Duranton (UDI), Jean-Raymond Hugonet (SE), Sylvie Carillon (LR), Gérard Hébert (LR), Isabelle Perdereau (LR), Jean-François Vigier (UDI), Sandrine Lamiré-Burtin (MoDem), Robin Reda (LR).

    HOMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME Jeudi 16 juin, les élus du Conseil régional ont tenu à rendre hommage aux victimes d’Orlando et aux deux policiers de Magnanville abattus également par un fa- natique quelques heures avant qu’une autre victime ne soit également abattue en Grande-Bretagne par un autre fanatique.

    A ceux qui veulent réduire nos libertés, quelles qu’elles soient, les élus régionaux ont ainsi voulu marquer leur détermination à ne RIEN lâcher.

    LA N

    E W

    S LE

    T T

    E R

    91

    N°7 Juin 2016

    LA RÉGION SE MOBILIE AUPRÈS DES SINISTRÉS Notre pays, et notre région en particulier, auront connu un printemps particulièrement pluvieux. Les fortes précipitations ont entrainé une crue historique de nombreux cours d'eau, une saturation des sols et de la nappe phréatique rares et, par capillarité ou débordement, de dramatiques inondations.

    Ce sont ainsi 466 des 1280 communes franciliennes qui ont été reconnues en catastrophe na- turelle dont 115 en Essonne. Partout, habitants, élus, pompiers, policiers, médecins, bénévoles se sont mobilisés pour accompagner les victimes.

    C'est ainsi que Valérie Pécresse et son équipe se sont rendus dans les secteurs les plus touchés, en soutien d'équipes municipales dans le besoin. Le rôle de solidarité d'une collectivité comme la Région Ile de France est évidemment d'être présente en pareil drame, mais aussi et surtout de pouvoir aider au plus vite et concrètement les territoires.

    Dès les premières heures, la présidente de la Région a fait débloquer 1 million d'euros en faveur des com- munes pour financer l'urgence. Au total, avec une aide aux agriculteurs, très touchés, des investissements pour les établissements publics au premier rang desquels les lycées, un soutien aux commerçants, aux artisans et aux acteurs du tourisme fluvial, près de 5 millions d'euros ont été mis à la disposition de nos ad- ministrés dans le besoin.

    Un engagement exemplaire de notre collectivité, solidaire, concret et rapide, à l'image de la volonté politique imprimée par la nouvelle majorité depuis 6 mois.

  • 1000 ESPACES COLLABORATIFS D’ICI 2020 !

    Les trajets domicile-travail sont devenus insoutenables pour des millions de Franciliens. L’inégale répartition des emplois conduit à la satu- ration des routes et des transports en commun et à une perte de temps quotidi- enne qui nuit à la vie familiale. Plus que le télétravail à domicile, qui ne créé pas de vraie déconnexion entre vie professionnelle et vie personnelle, la région s’engage aux côtés des entreprises pour développer davantage de solutions de « tiers lieux », c’est-à-dire de centres de travail collaboratif, pour les indépendants et les salariés à distance. Dans le bouleversement sans précédent que connaît le monde du travail, l’Île-de-France doit proposer des solutions innovantes avec ses partenaires. La Région ne compte aujourd’hui que 140 télécentres dont seulement 2 en Essonne ! Leur nombre doit être forte- ment multiplié pour mieux mailler le territoire.

    Les télécentres de coworking sont des alternatives intéressantes aux bureaux clas- siques, ils proposent une solution pour réduire les trajets journaliers et un envi- ronnement de travail sérieux et agréable. Ces espaces « tiers-lieux » doivent s’appuyer sur des infrastructures de qualité, et disposer notamment d’un accès au très haut débit qui bénéficiera à l’ensemble des habitants de Grande couronne. En donnant priorité à la création de centres en milieu rural, l’Île-de-France n’oublie pas la difficulté de ses habitants périurbains et néoruraux qui doivent aussi pouvoir se connecter aux réseaux de créativité, d’innovation et de croissance de notre région. Pour mieux sensibiliser les entreprises franciliennes et les habitants un événement faisant la promotion des espaces de travail collaboratifs sera organisé à l’automne 2016 à l’initiative de Valérie PECRESSE.

    Contact : endirectdelaregion@gmail.com

    Valérie PECRESSE et Stéphane BEAUDET demandent à la

    SNCF de rembourser !

    Conformément aux en- gagements de cam- pagne, et face à un mouvement de grève suivi et long à la SNCF, venant s'ajouter à de nombreux mouvements sociaux à travers le pays -signe que tout va mieux !-, vos élus ré- gionaux ont demandé à la SNCF de rembourser les usagers des trans- ports ferrés victimes de ces mouvements soci- aux, et des exactions qui les ont accompag- nés, dès lors que le serv- ice minimum n'a pas été assuré. Le cas notam- ment sur les RER A, B, C, D, les lignes P, L...

    La SNCF a répondu fa- vorablement. Une négo- ciation est en cours sur les modalités à mettre en œuvre. A suivre...

    LA RÉGION DANS L’ÈRE DE LA TRANSPARENCE DES DONNÉES

    La libération des données appelée communément « Open Data » est indispensable à l’heure de l’innovation numérique et de la quête de transparence des collectivités publiques. La Région Ile-de-France est pleinement engagée dans cette démarche d’ouverture et de partage des données publiques aux citoyens, pour les rendre accessibles et gratuitement réutilisables. Pour plus de transparence dans l’action publique, pour une administration plus efficace, pour stimuler l’activité économique en permettant aux entrepreneurs de créer de nouveaux services en lien avec les défis de notre région. C’est le sens de la plate-forme régionale qui dif- fusera des données dans des domaines aussi variés que l’en- seignement, les transports, le logement, l’environnement ou la santé. La dématérialisation croissante des procédures administratives permet de libérer davantage données : 90% de la « data » proposée par les collectivités ont été mises en ligne depuis moins de 2 ans. Cette ouverture des données va dans le sens de l’Histoire, en impulsant cette démarche à son administration et ses partenaires, la région Île-de-France se donne les moyens d’une transparence exemplaire !

  • URBANISME TRANSITOIRE

    Avec cette délibération votée par tous les élus (en dehors de ceux d'extrême droite) le Conseil Régional a souhaité poser la question, de la mise en valeur de secteurs, de quartiers trop souvent gelés lorsque des travaux structurants y sont prévus mais dont les délais de réalisation sont souvent très lointains, qu'il s'agisse des chantiers du grand Paris comme de ceux des communes de grande couronne. Au fond, il s’agit de poser sur ces zones un nouveau regard, ne consistant pas simplement à s’interroger sur ce qu’elles pourraient devenir à un horizon de 10 ou 20 ans, lorsqu'elles auront définitivement été aménagées, mais bien à s’interroger sur les moyens de les mettre en valeur dès à présent. Cela répond à une préoccupation des populations, dont le cadre de vie est souvent affecté par ces opérations et ce pour une durée parfois importante puisqu’il n’est pas rare de voir certains projets mettre une dizaine d’années pour sortir de terre. Elle répond également à un besoin économique : il est en effet hallucinant de voir des quartiers entiers purement et simplement figés pendant des années, se dégradant et devenant peu à peu des verrues pour les riverains, alors que la recherche de foncier est une question majeure en Ile-de-France. Ces zones pourront désormais constituer des opportunités pour le tissu économique local. Elles pourront, en fonction des souhaits des Maires, et après accord et examen par un comité d'en- gagement, proposer des locaux abordables pour des start-up ou de jeunes entreprises, des espaces de services publics, des espaces verts, des lieux de culture... Au travers de ce dispositif, comme avec celui des 100 quartiers innovants, notre majorité remet les Maires au centre des dispositifs là où ils n’étaient au mieux considérés que comme de sous exécutant des décisions arrêtées depuis la rue Barbet de Jouy par l'ancien exé- cutif régional.

    Contact : endirectdelaregion@gmail.com

    Du côté de l’E ssonne

    COMPTE ADMINISTRATIF 2015 : UN BUDGET EN TROMPE-L’OEIL !

    Le compte administratif est l’image exacte et incontestable de la gestion d’une collectivité. Le CA 2015 de la Région est donc le dernier bilan de l’ancienne mandature. Il est le fidèle reflet des critiques que nous avons pu formuler à notre arrivée en décembre dernier : le budget d’investissement est souvent artificiel, les dépenses de fonctionnement trop élevées et les fonds européens négligés. En 2015, le montant total des recettes réelles perçues s’est élevé à 4,209 Mds € (hors emprunt) en hausse de 5,1% par rapport au CA 2014. Cela représente une hausse de 66,533 M€ en fonctionnement et de 50,095 M€ en investissement par rapport au budget prévisionnel 2015. Cette sur-exécution s’explique par une forte progression des recettes fiscales, plus importante que prévue, et par la compensation des transferts de la loi de décentralisation du 5 mars 2014. En effet, l’an dernier, la baisse de 76 M€ de DGF a été largement compensée par une hausse importante de la fiscalité directe de 162 M€. Au total, la Région adonc perçu 204 M€ de recettes supplémentaires en 2015 par rapport au CA 2014. Pour 2016, nous ne bénéficierons pa