Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011-2014

download Guy Lanoue,  Université de Montréal, 2011-2014

of 61

  • date post

    02-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    18
  • download

    0

Embed Size (px)

description

L’architecture et la représentation de la communauté: le symbolisme de l’espace et de l’esthétique architecturale. Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011-2014. Le design monumental (le monumentalisme) utilise: 1) la lumière 2) les masses 3) l’espace (le vide) 4) la gestalt - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011-2014

  • Larchitecture et la reprsentation de la communaut:le symbolisme de lespace et de lesthtique architecturaleGuy Lanoue, Universit de Montral, 2011-2015

  • Le design monumental (le monumentalisme) utilise:1) la lumire2) les masses3) lespace (le vide)dans le but de dfinir un rapport particulier entre lensemble et ses composants, qui devient une mtaphore pour le rapport individu-communaut.Dans larchitecture et le design en occident, il y a une tension entre la structure portante (cens tre camoufle) et la faade (cens tre la synecdoque de ldifice ou du monument), comme il y avait un jeu visuel entre le haut et le bas, qui reprsentaient, comme on peut supposer, un systme de hirarchie sociale. Commenant lpoque victorienne en Europe, les architectes utilise le fer pour mettre la structure portante en vidence, plutt de la cacher, la transformant ainsi en entit monumentale parce que le public voie le lien entre structure et faade, ensemble et lment composant. Bref, la structure portante (colonnes, arches, murs) tait traditionnellement contraste et cache par la faade ou cache par un toit massif; aujourdhui, elle est devenue (comme dans lexemple gauche) un vhicule mtaphorique pour incarner le rapport entre lindividu et le social. Le haut et le bas; lespace intrieur et la faade

  • Plusieurs signes architecturaux transforment lespace public en marqueur du statuquo politique, mais Goodsell (1988:10) en a identifi quatre qui semblent tre partags en Occident depuis lpoque classique: 1) tels espaces sont totalement contrls par les autorits2) laccs par le public est restreint et contrl3) leur destination politique est bien connue4) ils sont renfermsJajouterais une 5e: tels espaces sont des lieux o se manifeste la tension entre les signes de lindividu et les mtaphores de la communaut.Tels lieux sont donc des espaces rituels, car a) ils sont composs dun nombre limit dobjets-signes, et b) ces composants sont organiss selon un modle assez prcis.Goodsell, Charles 1988The Social Mean of Civic Space: Studying Political Authority through Architecture, University of Kansas Press, Lawrence

  • Une maison prive (reconstruite), Ostia AnticaLes dtails architecturaux de lespace priv sont galement significatifs pour comprendre la structure de la communaut.Ici, dans un style devenu iconique de larchitecture italienne, le rez-de-chausse est clairement distingu des tages suprieurs. Cet tage est cens tre accessible au public, en contraste avec les tages suprieurs, destins lusage priv. Aujourdhui, les btiments italiens conservent souvent cette distinction, avec des commerces et ateliers situs au niveau de la rue, surmonts dappartements privs. Chaque difice est smiotiquement organis comme une pyramide (sans quil y assume la forme), avec la base qui reprsente la dimension publique (qui est facilement pntre et donc smiotiquement fminine, et le sommet qui est signe du priv ou de lintime, du haut et donc de la tte, du masculin, et du pouvoir de la gouvernance.Pour une excellente aperu de larchitecture romaine et de son importance pour les traditions occidentales, voir les leons de Diane E.E. Kleiner, professeur Yale University et experte du domaine. http://www.youtube.com/watch?v=qd3MJPHaotQ&list=PLBCB3059E45654BCE

  • difice, 16e sicle, RomeImmeuble contemporain, Rome Chaque tage a de dtails distincts qui le distingue des autres et qui tablissent limportance de lorientation visuelle horizontale (gauche-droite) et verticale (haut-bas)La continuit dans lidation de ldifice de lpoque classique est signe que les tensions entre individu et communaut existent toujours; dans ce cas, la dcoration propre chaque tage est videmment lie la prsence dune hirarchie; les divisions de classe sont importantes pour cette socit

  • Les colonnes sont indispensables dans la construction en pierre, donc elles deviennent des synecdoques de lensemble. Dcorer la colonne accomplie deux choses: a) met lattention sur le haut et le bas en faisant disparaitre la partie centrale; b) en mettant laccent sur le haut, affaiblie son rle essentiel, pour mettre laccent sur les autres composants, surtout la cellule intrieur. La dcoration transforme cet lment structurel en dtail esthtique En fait, la dcoration vgtale transforme la base et surtout le chapiteau en lment terrestre, comme les flutes allgent les colonnes en faisant disparaitre leur qualit massive dans une masse de lignes fines. Mme dans labsence de vgtation, comme dans le style ionique (au centre gauche), la dcoration reprend les thmes du toit, donc une partie de la colonne est visuellement attache au toit par ses dcorations partages. Leffet est disoler le toit et de minimiser limpact visuel de la colonne: la dcoration donc aide unir visuellement les composants de ldifice. Les trois catgories (ordres) de colonnes de lAntiquit (corinthienne, ionique, dorique)

  • Temple, Paestum (Italie centrale) Notez la domination des colonnes, qui cachent mme les murs internes du btiment (la cella, cellule, la partie interne dfinie par les murs intrieurs)Les architectes devaient affronter un problme esthtique: le poids visuel de cette masse de colonnes et des murs de la cella semble dominer au point de crer un dsquilibre visuel, et donc ils ont dcor la plinthe du toit, ou parfois ils ont dcor son primtre pour crer limpression dun toit plus massif et donc en quilibre avec la base, les colonnes et la cella. Cependant, ils risquaient de sombrer dans un cercle vicieux, car chaque augmentation du poids du toit renforait, videmment, le besoin de renforcer la structure. Dans lesthtique tatique, un haut (toit) trop petit sans impacte visuel est signe de faiblesse: le haut doit toujours dominer le bas. On y ajoute des dcorations la frise pour signaler son importance.

  • Le Parthnon, Athnesun exemple du monumentalisme tatique; notez les marches qui entourent ldifice, qui renforce sont intgration dans le lieu et adoucie le poids de la base; la cella intrieur est invisible

  • LAcropole, Athnes, et le message de ltat parfaitIl est impossible de constater visuellement (et ceci est leffet voulu par les architectes de ce monument) que les bases du toit (dans les deux dimensions de longueur et de profondeur du linteau) ne sont pas parfaitement droites ni parallles la base de la structure. En effet, les parties centrales des deux dimensions (indiques par les deux flches) dvient de lhorizontale dapproximativement 3cm, et ceci pour crer une illusion optique que ces linteaux vus du bas sont droits et parallles, car lil, en regardant vers le haut, les aurait dforms; une personne aurait pens que les architectes se sont tromps. Le sous-texte qui lie la perfection de ldifice au pouvoir tatique aurait t sabot.Ceci est la mme dformation (la distorsion en barillet) du haut et du bas dune photo avec un appareil qui utilise des lentilles non corriges. http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons /thumb/5/59/Lens_distorsion.png/300px-Lens_distorsion.png

  • LAcropole aujourdhui

  • Il y a eu une volution importante dans larchitecture des temples, de la Grce Rome, et surtout lpoque impriale. Les premiers temples romains sont inspirs de modles grecques et trusques (ces derniers aussi influencs par les Grecs). Construits sur un podium (base) haut de quelques mtres, la cella (cellule) sacre est entoure de colonnes et cache de vu. diffrence des temples grecs, qui ont des escaliers sur les 4 cts, les romains ont gnralement un seul escalier en avant, jumel avec un toit projet avant pour protger le balcon. Lil est donc orient vers lespace intrieur. Avec lexpansion territorial, les temples romains deviennent plus grands pour souligner limportance de cet espace symbole de la communaut. La construction du Panthon (118-128 AD) signale la consolidation de cette tendance. De lextrieur, le devant ressemble celles des temples classiques: colonnes couronnes sur lesquelles repose un fronton (un mur dcoratif lintrieur dun cadre triangulaire); suivi du comble rectangulaire, pour enfin arriver au cylindre, base de la coupole. Il y a donc un effet trompe-il quand une personne passe de lextrieur lintrieur: du linaire au rond, du classique au rvolutionnaire. Limportance symbolique de lespace intrieur est donc signal par ce contraste; en effet, la cella est plus grande de lentre. En effet, le cylindre est un cella de dimension plus grande de lentre. frontoncomblecylindreDe lextrieur lintrieurfriseoculus

  • Le Panthon, Rome On ignore la raison pour laquelle il fut construit; ce nest certainement pas pour honorer tous les dieux, comme suggre le nom. lintrieur il y avait (et a toujours) 7 autels, mais on ne connait pas leur destination: les 7 plantes connues (5 + la lune et le soleil)? Construit par Hadrien mais attribu au Consul Marcus Vipsanius Agrippa, ce dernier est ami et alli dAuguste/Octave. Il gagne la bataille dActium contre Marc-Antoine et Cloptre en 31 av-J.-C., ce qui permet Auguste de devenir empereur (sans pourtant revendiquer le titre). Agrippa rige un temple en commmoration autour de 25 av. J.-C. Il est dtruit par le feu deux occasions. Un sicle et demi plus tard et voulant se lier symboliquement la dynastie fondatrice de lEmpire, Hadrien (qui nest pas du lignage Claudio-Julien comme Auguste, fils adoptif de Jules Csar) construit la structure actuelle et y appose une ddicace Agrippa.Quoi que soit sa destination religieuse, son importance politique est claire. Le chapiteau, cens tre corinthien, voque la dcoration gyptienne, lieu o Octave a tabli son pouvoir.M[arcus] Agrippa L[ucii] f[ilius] co[n]s[ul] tertium fecit: Marcus Agrippa, fils de Lucius, a construit [cet difice] lors quil tait consul pour la 3e fois.

  • Lintrieur mesure exactement 142 pieds de large et de haut, et la coupole repose sur des murs de 71 pieds de hauteur. La coupole est construite en bton, qui est considrablement allge par lutilisation de