Guide marchés publics d'assurances

of 57 /57
Guide des bonnes pratiques Guide pratique pour la passation des marchés publics d’assurances des collectivités locales JUIN 2008

Embed Size (px)

Transcript of Guide marchés publics d'assurances

  • Guide des bonnes pratiques

    Guide pratique pour la passation des marchs publics dassurances des collectivits locales

    JUIN 2008

  • SOMMAIRE

    P A R T I E I : L A P R P A R A T I O N D U N M A R C H P U B L I C D A S S U R A N C E S . . . . 5

    1. LES ETAPES PRALABLES LA PASSATION DUN MARCH PUBLIC DASSURANCE ........................................................................5 2. LE RECOURS DES AUDITS OU CONSEILS EXTERNES..................................................................................................................5

    a) Le cadre de l'intervention de l'auditeur ou du conseil .....................................................................................5 b) La participation de l'auditeur ou du conseil la consultation ultrieure.......................................................6 c) L'inventaire des contrats en cours ....................................................................................................................6 d) Dcrire les risques...............................................................................................................................................6

    Les dommages au patrimoine immobilier et mobilier (hors vhicules) ..................................................................7 Les lieux recevant du public...........................................................................................................................7 Les biens mobiliers ........................................................................................................................................7

    La responsabilit civile et pnale de la collectivit locale .....................................................................................8 La responsabilit civile ..................................................................................................................................8 La responsabilit pnale ................................................................................................................................8 Lassurance de la flotte automobile ...............................................................................................................9 Lassurance protection juridique ..................................................................................................................10 Lassurance des autres risques ...................................................................................................................10 Les risques importants.................................................................................................................................10 Les risques ponctuels ..................................................................................................................................10 Lassurance des risques statutaires.............................................................................................................10

    e) Apprcier la sinistralit .....................................................................................................................................12

    P A R T I E I I : L E L A B O R A T I O N D U C A H I E R D E S C H A R G E S E T D E S D O C U M E N T S D U M A R C H . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 3

    1. LES NOTIONS SPCIFIQUES AU SECTEUR DE LASSURANCE ET LEUR DECLINAISON DANS LE CADRE DES MARCHS PUBLICS .........13

    Question 1. Quels sont les risques soumis l'assurance obligatoire ? .......................................................................13 Question 2. Quest-ce que lauto assurance ? Quelles prcautions exige-t-elle ?..................................................14 Question 3. Quelles sont les obligations d'assurance pour les collectivits dont les agents utilisent leurs

    vhicules personnels pour les besoins du service ? ...............................................................................14 Question 4. Quest-ce quune franchise ? Qui en fixe le montant? Quel est son impact sur le montant des

    primes ? .................................................................................................................................................15 Question 5. Limpact des mesures de protection ou de prvention des risques prises par la collectivit ? .................15 Question 6. Les exclusions et/ou les limitations contractuelles de garantie ................................................................16 Question 7. Les candidatures dposes par les intermdiaires (courtier, agent dassurances, compagnie

    d'assurance) ...........................................................................................................................................17 Question 8. La coassurance ........................................................................................................................................17

    2. LES NOTIONS SPCIFIQUES A LA COMMANDE PUBLIQUE ET LEUR DCLINAISON LORS DE L'ELABORATION DU CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN MARCH PUBLIC DASSURANCE ..........................................................................................................18

    Question 9. Quelles sont les pices lappui de la candidature ? ...............................................................................18 Question 10. Les documents produire ultrieurement, conformment au code des marchs publics ? ....................20 Question 11. Quelles sont les pices contractuelles dans le cadre d'un march public d'assurance ?..........................20 Question 12. Que faire lorsque l'assureur candidat exprime des rserves ? Dans quelle mesure peuvent-elles

    tre prises en compte l'occasion de la "mise au point" du march ? ...................................................21 Question 13. Comment en matire de services dassurance, sapplique la notion de services homognes ? ..............21 Question 14. Quelle dure initiale, combien de reconductions du march convient-il de prvoir ?............................21 Question 15. Le prix, ses composantes, son volution au cours du march ? ............................................................22 Question 16. Les dlais de paiement...........................................................................................................................22

    2

  • P A R T I E I I I : L E S Q U E S T I O N S L I E E S L A P A S S A T I O N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 3

    Question 17. La dmatrialisation des procdures. Le cas particulier de la dmatrialisation des marchs

    procdure adapte (MAPA)...................................................................................................................23 Question 18. Les options et les variantes permettent-elle de disposer doffres plus adaptes ? Sur quels points

    est-il utile d'autoriser les variantes ?......................................................................................................23 Question 19. Lallotissement des marchs..................................................................................................................23 Question 20. Quelle procdure de passation des marchs utiliser ? ............................................................................24 Question 21. Le dialogue comptitif est-il praticable dans le cas dun march public dassurances ?........................24 Question 22. Quels avantages attendre dun accord-cadre par rapport un march bons de commande ? ..............24 Question 23. Les marchs dassurance constituent-ils des marchs procdure adapte (MAPA) ? .........................25 Question 24. Comment viter les appels doffres infructueux ? .................................................................................25 Question 25. Dans quels cas le pouvoir adjudicateur peut-il tre conduit mener une procdure ngocie ?............26 Question 26. Dans quelle mesure la notion durgence est-elle applicable dans le cadre de marchs publics

    d'assurance ?..........................................................................................................................................26 P A R T I E I V : L A N O T I F I C A T I O N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 6

    Question 27. Les oprations pralables la notification.............................................................................................26 Question 28. Date de notification et commencement dexcution des marchs publics dassurance..........................27

    P A R T I E V : C O M M E N T L E S C L A U S E S C O N T R A C T U E L L E S P E R M E T T E N T -E L L E S D E F A C I L I T E R L ' E X C U T I O N D U M A R C H ? . . . . . . . . 2 7

    Question 29. Comment justifier les variations de prix ? .............................................................................................27 Question 30. Les sinistres relatifs aux risques qui nont pas t dfinis par le cahier des charges..............................27 Question 31. volution des risques en cours dexcution du march. ........................................................................27

    L I S T E D E S A N N E X E S

    ANNEXE N 1 : Dtermination et Expression des Besoins 32

    ANNEXE N 2 : Modle de Relev de sinistres 46

    ANNEXE N 3 : Exemple de rglement de consultation.. 47

    ANNEXE N 4 : Les mesures de publicit selon le montant du march .56

    ANNEXE N 5 : Liste des participants au groupe de travail 57

    3

  • INTRODUCTION Le prsent guide a t labor par un groupe de travail compos de reprsentants des acheteurs des collectivits locales, dassociations concernes, des socits dassurance et des administrations comptentes. Ce groupe a t mis en place par la direction des affaires juridiques des ministres financiers la demande de la direction gnrale des collectivits locales, pour rpondre aux questions que se posent les acteurs lors de la passation des marchs publics dassurances. Ce document rpond un triple objectif: - constituer un outil daide la dtermination et lexpression des besoins en matire dassurances. - clarifier les pratiques et rappeler les dispositions rglementaires en vigueur[1]. - expliquer larticulation entre les dispositions du code des assurances et celles du code des marchs publics. La premire partie du guide explique les diffrents risques concerns. La seconde partie est prsente sous forme de questions. Le guide est complt dune annexe, pour aider les collectivits expliciter leurs besoins.

    1 - les dcrets du 28 fvrier 1998 transposant en droit franais la directive europenne 92/50/CEE portent coordination des marchs publics de services incluent les prestations dassurances parmi les services soumis au code des marchs publics.

    4

  • PARTIE I : LA PRPARATION DUN MARCH PUBLIC DASSURANCES

    1. LES ETAPES PRALABLES

    Les marchs publics dassurance sont conclus par le pouvoir adjudicateur aprs mise en concurrence. Lexcutif local peut tre autoris par lassemble dlibrante signer les contrats dans les conditions suivantes :

    a) pour les marchs passs selon une procdure adapte : - par une dcision de lexcutif dans le cadre de la dlgation prvue larticle L 2122-22 du CGCT, - par une dlibration de lorgane dlibrant, dans le cas contraire.

    b) pour les marchs passs selon une procdure formalise : - soit par une dlibration intervenant avant le lancement de la procdure de passation, prcisant la

    dfinition de ltendue du besoin satisfaire et le montant prvisionnel du march (ordonnance n 2005-645 du 6 juin 2005),

    - soit par une dlibration lissue de la procdure mentionnant notamment, le nom du titulaire et le montant du march.

    Lors de la prparation dune nouvelle procdure, les dlais ncessaires lobtention des diverses pices et dlibrations ventuellement ncessaires doivent tre pris en compte pour la fixation du calendrier de passation des marchs publics dassurances.

    2. LE RECOURS DES AUDITS OU CONSEILS EXTERNES

    La collectivit peut, en fonction de son importance, de son organisation, des comptences de ses agents, conduire elle-mme lensemble des travaux ncessaires en amont de la passation des marchs publics dassurance ou faire appel un audit ou un conseil. Ces deux prestations peuvent faire lobjet dun contrat unique ou de deux contrats spars.

    a) Le cadre de l'intervention de lauditeur ou du conseil

    Ces intervenants ne sont pas ncessairement un intermdiaire dassurance. Ils sont rmunrs par la collectivit pour une prestation dtermine, dans le cadre dun march public de services aprs mise en concurrence. Ce secteur d'activit n'est pas rglement. Les honoraires sont variables et il ne peut tre prcis de fourchettes de prix. Laudit et le conseil constituent une assistance dans le cadre des prestations dfinies par lacheteur public. Ces prestations ont un contenu diffrent, la mission daudit comportant gnralement une obligation de conseil, alors que la mission de conseil peut ne pas tre prcde dun audit ralis par le prestataire. La collectivit reste libre dorganiser la prestation et son contenu ; le contenu rel du cahier des charges est plus important que lappellation choisie par celle-ci. Ainsi, lorsque l'acheteur public fait appel un conseil, le rle de ce dernier peut consister : - dcrire le risque, - contribuer dfinir le besoin, - le cas chant, organiser la visite des risques, - tablir un plan de prsentation des offres, pour les rendre comparables,

    5

  • - proposer au pouvoir adjudicateur des critres de slection des offres, - le cas chant, contribuer l'analyse des offres. Lorsquun auditeur intervient, il ralise gnralement une prestation de conseil comparable, sur la base toutefois de laudit de lexistant quil a lui-mme ralis. Sa prestation peut galement tre limite la stricte ralisation dun audit, la partie conseil tant alors ralise par ailleurs. En aucun cas, le prestataire ne peut se substituer la collectivit pour le choix du titulaire.

    b) La participation de lauditeur ou du conseil la consultation ultrieure

    La circulaire du 3 aot 2006 portant manuel dapplication du code des marchs publics et la circulaire relative la passation des marchs publics dassurance soulignent que le conseil (au sens gnral du terme) qui a particip aux phases dlaboration du programme et du cahier des charges de lopration dassurance peut tre candidat la consultation portant sur le contrat objet de lappel la concurrence. Il doit tre en mesure dapporter la preuve que lexprience retire du prcdent contrat nest pas de nature fausser la concurrence. Toutefois, la collectivit publique devra galement tre en mesure de prouver quelle a, dans le cadre des informations diffuses sur le projet de march, assur lgalit de traitement entre les candidats. Lorsquun audit est ralis pralablement au lancement de la procdure du march dassurances, il appartient l'acheteur public de dterminer quelles sont les pices auxquelles l'audit a eu accs qui doivent tre portes la connaissance de l'ensemble des candidats au march public d'assurance, tout en respectant les rgles de confidentialit et notamment le secret des affaires. La fourniture du rapport daudit lensemble des candidats peut contribuer l'galit daccs. Le pouvoir adjudicateur peut aussi, ds la publicit pralable au march de service d'audit, prvoir d'emble que les rsultats de l'audit lui sont rservs et que lauditeur ne participera pas aux phases ultrieures de consultations. La description des besoins, conformment aux dispositions de l'article 5 du code des marchs publics, doit s'appuyer sur : - l'analyse des contrats en cours - la description prcise des risques couvrir - la description de la sinistralit

    c) Linventaire des contrats en cours

    L'acheteur public procde tout d'abord l'inventaire exhaustif des contrats en cours, en vrifiant leur dure, ventuellement leur anciennet, leurs titulaires, les risques qu'ils couvrent, le montant des garanties prvues, ainsi que le montant des primes. A partir de ces lments et aprs rapprochement avec l'inventaire des risques auxquels la collectivit est expose (cf. B), la collectivit dterminera, si les garanties dont elle dispose sont adaptes ses besoins.

    d) Dcrire les risques

    La collectivit procde l'inventaire des risques auxquels elle est expose.

    Elle dfinit les activits qu'elle mne, les responsabilits et obligations qu'elle assume, recense les immeubles et quipements utiliss (locaux, vhicules, matriels, etc.) qu'ils soient sa proprit ou en location. Pour chacun, elle envisage les diffrents vnements qui peuvent perturber son activit

    6

  • (accident, incendie, etc.), et rcapitule les mesures de prvention prises o prendre et destines restreindre ou carter les risques. Un document daide la dtermination et lexpression des besoins dassurances est propos en annexe 1. Les principaux risques identifis sont les suivants : les dommages au patrimoine mobilier ou immobilier de la collectivit la responsabilit civile le risque automobile le risque construction la protection juridique les risques statutaires les autres risques (expositions, garanties temporaires, etc. )

    Les dommages au patrimoine immobilier et mobilier (hors vhicules) Pour dfinir quels sont les besoins en couverture de la collectivit, l'acheteur public procde un recensement exhaustif des biens immobiliers assurer, y compris ceux lous et occups temporairement. Pour chacun d'eux, il prcise la destination, la surface et la valeur estime, notamment en ce qui concerne les biens dune valeur exceptionnelle ou prsentant des risques exceptionnels (muses, lieux de culte, autres monuments historiques). Il utilise, lorsquelles existent, les valuations financires ou expertises pralablement faites, et tient compte du nombre de personnes appeles travailler dans ces locaux.

    Les lieux recevant du public

    Le recensement exhaustif des lieux recevant du public, de faon habituelle ou ponctuelle, doit tre effectu. Il sagit notamment des crches, tablissements d'enseignement, gymnases, piscines, patinoires, terrains de sport, centres culturels, muses, cantines, cuisines centrales, maisons de retraite, dispensaires, etc. Pour les lieux recevant habituellement du public, sera prcis le nombre de personnes utilisatrices de chaque quipement, la frquentation, les capacits daccueil, les quipements, les mesures de prvention prises. Pour les tablissements recevant pisodiquement du public ou organisant ponctuellement des manifestations, il peut tre utile d'indiquer la priodicit des manifestations, et lorsque c'est prvisible, le nombre et la dure de celles-ci.

    Les biens mobiliers

    Pour les biens mobiliers, sera estime la valeur des quipements et biens dtenus dans un mme btiment assurer (machines et matriels informatiques, marchandises en chambres froides, etc.) Le pouvoir adjudicateur communique les caractristiques des sinistres dclars au cours des trois dernires annes (cf. paragraphe C Faire un bilan de sinistralit ).

    7

  • La responsabilit civile et pnale de la collectivit locale

    La responsabilit civile [ ] 2

    Le pouvoir adjudicateur peut souhaiter assurer les consquences pcuniaires de la responsabilit administrative ou civile de la collectivit publique du fait de lexercice de ses activits et comptences et du fait des activits des lus et des agents. Il sagit notamment : des atteintes lenvironnement, la dlivrance dautorisations doccupation des sols ou des

    certificats durbanisme, les centres communaux daction sociales, la caisse des coles, etc. des consquences pcuniaires de la responsabilit de la collectivit, en raison des dommages

    rsultant daccidents subis par les lus [ ]3 ou les agents. des frais que la collectivit engage en application des dispositions de larticle L.2123-34 du

    code gnral des collectivits territoriales, lorsque llu fait lobjet de poursuites pnales loccasion de faits non intentionnels qui nont pas le caractre de fautes dtachables de ses fonctions.

    des dommages survenant lors de la mise en fourrire des vhicules terrestres, De plus, certaines couvertures peuvent utilement faire lobjet doptions ou de demandes de variantes, lors de lexpression des besoins.

    La responsabilit pnale Il s'agit, par exemple, de la responsabilit pnale de la collectivit publique, voire de la responsabilit pnale des lus. En ce qui concerne la responsabilit pnale de la collectivit, depuis le 1er mars 1994, les collectivits locales et leurs groupements sont responsables devant le juge des infractions commises dans lexercice dactivits susceptibles de faire lobjet de conventions de dlgations de services publics (article L. 121-2 alina 2 du code pnal). Il sagit des atteintes volontaires la vie ou lintgrit physique des personnes et des atteintes aux biens, commises loccasion dactes accomplis pour le compte de la personne morale. Les sanctions pnales (amendes) ne peuvent tre prises en charge par lassurance. En revanche, les frais davocat et de dfense peuvent tre couverts par une police protection juridique , dans le cadre du contrat responsabilit civile la collectivit ou par un contrat spar. En ce qui concerne la dfense pnale des lus, cette garantie peut faire lobjet dune option lors de lexpression des besoins.

    2 - En vertu des dispositions des articles L. 2123-31, 32 et 33 du code gnral des collectivits territoriales 3 - La commune est tenue de protger le maire ou les lus municipaux le supplant ou ayant reu dlgation contre les violences, menaces, outrages, voies de fait, injures, diffamations dont ils pourraient tre victimes l'occasion de leurs fonctions et de rparer, le cas chant, le prjudice qui en est rsult (article 11 de la loi du 13 juillet 1983).

    - La commune est subroge aux droits de la victime pour obtenir des auteurs de ces infractions la restitution des sommes verses l'lu intress. Elle dispose en outre aux mmes fins d'une action directe qu'elle peut exercer, au besoin par voie de constitution de partie civile, devant la juridiction pnale.

    8

  • Remarque : lassurance personnelle de l'lu, que celui-ci souscrit s'il le souhaite, couvre les consquences pcuniaires des sanctions quil peut encourir la suite dune faute personnelle commise dans le cadre de sa fonction et les frais de dfense dans lhypothse dune mise en cause de sa personnalit personnelle devant le juge pnal. Le contrat responsabilit civile de la collectivit locale ne couvre pas lassurance personnelle de llu, qui doit tre prise en charge, non par la collectivit locale, mais par llu sur ses deniers personnels. Cette assurance nentre pas dans le champ des marchs publics [ ]4 . Ces diverses garanties doivent tre incluses dans lexpression des besoins de couverture de la responsabilit civile de la collectivit et tre prvues dans le cahier des charges. Dans le cadre de la consultation, elles peuvent faire l'objet doptions, voire de lots spars. Le pouvoir adjudicateur communique les caractristiques des sinistres dclars au cours des trois dernires annes (cf. C Faire un bilan de sinistralit ).

    Lassurance de la flotte automobile Avant de dfinir quels sont les besoins en assurance de la flotte automobile, il sagit de connatre les caractristiques de celle-ci : types de vhicules (transport en commun, vhicules utilitaires, vhicules lgers, deux roues,

    tracteurs, autres engins) nombre par type, degr dusure (ge) taux de remplacement annuel de la flotte

    Dans le cadre de lassurance dune flotte importante de vhicules, il est admis une variation au cours du march du nombre de vhicules assurer. Les marges de variation ainsi que les modalits de prises en responsabilit dun nouveau vhicule (dlai de signalement, etc.) doivent tre dfinies dans le march public, ainsi que les modalits de fixation du prix. En tenant compte de ces lments et des garanties obligatoires souscrire (responsabilit civile), le pouvoir adjudicateur dfinit la nature et le niveau des garanties souhaites par la collectivit en assurance dommages aux vhicules, assurance du conducteur, lauto-mission, lassistance, loption auto-collaborateur, dfense et recours, protection juridique, bris de glace, vol ou tentative de vol. Enfin, ltat des sinistres dclars lassurance au cours des trois dernires annes doit tre joint. (cf. C "Faire un bilan de sinistralit")

    4 - Par faute personnelle, on entend des agissements dune gravit particulire tels que la malveillance, lintention de nuire, lintrt personnel, la faute inexcusable et inadmissible. Sont viss, par exemple les dommages corporels, matriels et immatriels conscutifs, rsultant de fautes ou maladresse, ou ngligence commise par llu dans lexercice de ses fonctions, les prjudices rsultant des fautes, erreurs ou omissions commises dans la tenue des registres dEtat civil ou dans la rdaction dactes, les dommages aux tiers rsultant de fautes, maladresses ou omissions commises par llu loccasion de ses fonctions administratives (consquences du refus dun permis de construire, par exemple), les dommages rsultant de fautes, maladresse ou omission loccasion des fonctions de police judiciaire.

    Toutefois, en application de larticle L. 6224-7 du code gnral des collectivits territoriales et sous rserve des dispositions du quatrime alina de l'article 121-3 du code pnal, le prsident du conseil territorial ou un conseiller territorial le supplant ou ayant reu une dlgation ne peut tre condamn cet article pour des faits non intentionnels commis dans l'exercice de ses fonctions que s'il est tabli qu'il n'a pas accompli les diligences normales compte tenu de ses comptences, du pouvoir et des moyens dont il disposait ainsi que des difficults propres aux missions que la loi lui confie.

    9

  • Lassurance protection juridique La protection juridique prend en charge les frais de procdures ou fournit les services dcoulant de la couverture dassurance, en cas de diffrend ou de litige opposant un tiers la collectivit, aux agents, aux lus mis en cause dans le cadre de leurs missions, y compris en cas de procdure pnales. Elle peut tre incluse dans le cahier des charges et faire lobjet doptions ou de variantes. Cette garantie est frquemment prvue, mais pas de faon systmatique dans les contrats dfense et recours en responsabilit civile. Enfin, ltat des sinistres dclars lassurance au cours des trois dernires annes doit tre joint. (cf. C "Faire un bilan de sinistralit").

    Lassurance des autres risques

    Les risques importants Dans le cadre de la dfinition des besoins, certains risques, particulirement importants, doivent tre dtaills et explicits dans le cahier des charges. Un abattoir constitue par exemple, un risque important. La collectivit peut avoir sur son territoire des installations classes pour la protection de lenvironnement, ou dans les zones urbaines, des sites de type Seveso. Cette circonstance ne devrait pas avoir dincidence sur la collectivit car lassurance du site entrant dans la classe de risque chimique leve du type Seveso garantit les ventuels dommages. Dans le cas particulier o la collectivit est propritaire des locaux d'une usine-relais, elle dfinit les risques inclus dans le cadre de la consultation : risques du propritaire, de l'exploitant, etc.

    Les risques ponctuels Mme si le calendrier dtaill des manifestations na pas t tabli au moment de la consultation, des manifestations ponctuelles [ ]5 (feux dartifice, ftes locales, festivals, manifestations sportives, expositions, spectacles, etc.) sont prvisibles. Les vnements dont lestimation aura t prvue par le cahier des charges feront lobjet, pralablement leur droulement, dune dclaration au titulaire afin de rendre effective la garantie du risque. En revanche, si survient un risque ponctuel nouveau reprsentant un risque important qui n'a pas t inclus dans le cahier des charges, il faut raliser une nouvelle mise en concurrence.

    Lassurance des risques statutaires Cette assurance a pour objet de garantir tout ou partie des prestations mises la charge des collectivits territoriale, en application de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984, rgissant le statut des agents de la fonction publique territoriale. A la diffrence des autres risques des collectivits locales, ce risque peut tre couvert par des organismes dassurance franais relevant de lun des trois codes des assurances, de la mutualit [ ] 6ou de la scurit sociale.

    5 - Il nentre pas dans lobjet de ce guide de faire linventaire des manifestations possibles et de prconiser des solutions adaptes chaque cas. 6 - Mutualit : c'est le principe fondateur de l'assurance, bas sur la probabilit de survenance d'un vnement, qui consiste rpartir entre les membres d'un groupe, soumis au mme pril, le cot de la ralisation du danger qui pourra frapper certains d'entre eux.

    10

  • Pour les collectivits de moins de 350 fonctionnaires, laffiliation au centre de gestion est obligatoire (article 15 de la loi n 84-53 susvise). Les centres de gestion sont des tablissements publics territoriaux caractre administratif grs par les employeurs territoriaux, pour participer la gestion de leurs personnels et au dveloppement des collectivits. Ils peuvent intervenir en matire dassurances des risques statutaires, bien que l'assurance du risque statutaire ne fasse pas partie des assurances obligatoires. Certains courtiers et certaines compagnies dassurance sont spcialiss dans ce type de risque. Les collectivits territoriales ont la possibilit d'accder, par convention, un contrat d'assurance souscrit par le centre de gestion, les garantissant contre les risques statutaires de leurs agents. Le centre de gestion se charge de la mise en concurrence auprs de socits d'assurances, de la passation et de la gestion du march. Il agit alors pour le compte de la collectivit concerne. Avant de dfinir quels sont les besoins en assurance risques statutaires, l'acheteur public tablit l'tat des contrats dont dispose la commune en ce domaine et recense les principales dispositions contractuelles applicables : la commune est-elle actuellement assure pour ses garanties statutaires ? Si oui, quelles sont les garanties actuellement accordes : dcs, accidents du travail, longue maladie, longue dure, maladie ordinaire, maternit. Quel est le montant des franchises ? Le pouvoir adjudicateur recense le nombre dagents affilis la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivits Locales (CNRACL), l'institution de retraite des agents non titulaires de l'Etat et des collectivits publiques (IRCANTEC). Il prcise pour chaque catgorie, le montant annuel des traitements indiciaires bruts verss par la commune, le montant annuel des indemnits de rsidence et des supplments familiaux de traitement verss par la commune, le montant annuel des primes et indemnits, diverses verses par la commune et lorsquelles sont maintenues aux agents en arrt de travail. Enfin, pour permettre aux ventuels candidats dapprcier les risques prendre en charge, il communique les caractristiques globales des sinistres intervenus au cours des 3 dernires annes (cf. C Apprcier la sinistralit ). L'attention des pouvoirs adjudicateurs est appele sur le fait que la communication de toute information nominative ou dont la prcision permet d'identifier un individu nominativement est interdite. Ces informations ne pourront tre communiques quau titulaire aprs la notification du contrat. Pour les agents relevant de la CNRACL, la commune peut exprimer le besoin de garanties dcs, accident du travail, maladie ordinaire, longue maladie, maladies de longue dure et maternit. Pour les agents affilis lIRCANTEC, la commune peut exprimer le besoin de garanties accident du travail, maladie ordinaire, grave maladie et maternit. En matire de risque statutaire, le pouvoir adjudicateur a avantage prvoir les diverses garanties possibles via des options. Les franchises en matire de garanties statutaires sont exprimes en nombre de jours darrt de travail. Elles sappliquent aux garanties accident du travail, cong de maladie ordinaire et maternit. Elles sont dduites chaque arrt. Les franchises rencontres sont gnralement de 0, 10, 15 ou 30 jours. Afin de comparer les diverses offres sur des bases quivalentes, l'acheteur public prcisera la ou les options de franchises qu'il souhaite. Certains assureurs proposent divers services et notamment : service de prvention des accidents, contrle mdical (contre visite et expertise mdicale); recours contre les tiers; aide la reprise du travail; suivi statistique dtaill, suivi de labsentisme ; assistance et des conseils sur le statut; fourniture dun logiciel de gestion statistique et de dclaration de sinistre.

    11

  • L'acheteur public devra indiquer de quels services il souhaite bnficier. Les autres services peuvent tre fournis dans le cadre d'options ou de variantes.

    e) Apprcier la sinistralit

    Pour connatre l'volution de la sinistralit, le pouvoir adjudicateur peut prvoir dans le march la fourniture par le titulaire du march dun tat de sinistralit. Cet tat doit comporter les renseignements utiles, dune part, au pouvoir adjudicateur pour apprcier de faon synthtique et exhaustive lvolution de la sinistralit et, dautre part, aux candidats pour apprcier le risque. Ainsi ce document doit-il comprendre : la date du sinistre, les garanties dassurance souscrites, le montant des dommages, la zone concerne, le montant de lindemnit, le montant de la franchise applique, le type de sinistre et ventuellement lorigine du sinistre : incendie, explosion, vol, vnements naturels, nature de la responsabilit mise en cause, protection juridique, etc. Il convient de prvoir dans le CCAP, ds son laboration la transmission annuelle dun tat des sinistres ainsi qu'une possibilit de transmission en cours d'anne la demande de la personne publique, d'un tat de sinistralit partiel, tabli en fonction des sinistres connus la date d'tablissement, dans un dlai prcis dont le respect peut tre assorti de pnalits. Dans la pratique, les tats de sinistralit fournis par les assureurs ne comportent pas toujours les mmes lments ou, tout au moins, des prcisions comparables. Pour favoriser la transparence et la concurrence, un modle, auquel le pouvoir adjudicateur peut se rfrer, figure en annexe.

    12

  • PARTIE II : LELABORATION DU CAHIER DES CHARGES ET DES DOCUMENTS DU MARCH

    Toutes les informations ncessaires lassureur pour connatre les caractristiques des risques quil prend en charge doivent lui tre communiques dans le cahier des charges. Le pouvoir adjudicateur dcrit avec prcision les caractristiques et les spcificits de sa collectivit.

    1. LES NOTIONS SPCIFIQUES AU SECTEUR DE LASSURANCE ET LEUR DCLINAISON DANS LE CADRE DES MARCHS PUBLICS

    Question 1. Quels sont les risques soumis l'assurance obligatoire [7] ?

    Lobjet de ce guide nest pas de dresser une liste exhaustive des assurances obligatoires. Toutefois, il est rappel que les risques suivants doivent tre obligatoirement couverts : la responsabilit du fait des vhicules terrestres moteur (L. 211.1 du code des assurances) lassurance dommage ouvrage, la responsabilit dcennale (art L. 241-1, L. 241-2, L. 242-1 L.

    242-2 du code des assurances) les preuves et manifestations comportant la participation de vhicules terrestres moteur (L.

    331-10 du code du sport) les preuves et manifestations sportives sur la voie publique (R. 411-29 du code de la route) les aroclubs, les exploitants darodromes (D. 221-3 et D. 232-3 du code de l'aviation) les propritaires et exploitants davions et dhlicoptres utilisant des avisurfaces (arrt du 12

    juillet 1963) des hlisurfaces (arrt du 6 mars 1995), ou des bandes denvol occasionnelles (arrt du 15 janvier 1968)

    les manifestations ariennes (arrt du 4 avril 1996) les exploitants de remontes mcaniques (L. 220.1 du code des assurances) les transports publics de marchandises (loi Loti 30/12/82) les assistantes maternelles (L. 421.13 du code de laction sociale et des familles) les tablissements recevant des enfants inadapts ou handicaps (D. 56.284 du 9 mars 1956) laccueil des mineurs hors du domicile parental en centre de vacances (L. 227-5 du code de

    laction sociale et des familles) les centres de vacances, de loisirs et groupements de jeunesse (L. 227-5 du code de laction

    sociale et des familles)

    7 Assurances obligatoires : un certain nombre d'assurances sont imposes par la loi. En France il existe de nombreuses

    assurances obligatoires comme par exemple, l'assurance de responsabilit civile automobile pour les vhicules terrestre moteur. Il existe aussi des garanties obligatoires comme celle des consquences des catastrophes naturelle.

    13

  • le personnel mdical et pharmaceutique des tablissements publics (D. 43-891 du 17/04/43) les associations communales et intercommunales de chasse (R.422-38 et R.422-72 du code de

    lenvironnement) les tablissements de danse (L. 462-1 du code de lducation.) les tablissements dactivits physiques et sportives (L. 321-7 du code du sport) les personnes qualifies pour la mise en uvre dartifices de divertissement (arrt du

    27/12/90) les rassemblements festifs caractre musical (arrt du 03/05/02) les prts duvres de muses nationaux (dcret du 25 avril 2002) les magasins gnraux (L. 522-16 du code de Commerce)

    Question 2. Quest-ce que lauto assurance ? Quelles prcautions exige-t-elle ?

    Il y a auto assurance , lorsque la collectivit dcide pour tout ou partie, de prendre en charge sur le budget communal un prjudice. Lauto assurance est un dfaut dassurance sur tout ou partie des risques. Elle n'est donc possible que dans le cas des risques qui ne sont pas soumis lassurance obligatoire. Dans tous les cas, la collectivit doit veiller ne pas prendre de risque disproportionn avec ses capacits financires. Une bonne gestion voudrait que soient effectues les provisions ncessaires au paiement des cots engendrs par les sinistres ventuels. Le dfaut dassurance des risques statutaires doit tre examin, au regard des capacits de la collectivit, de leffectif, de la nature des postes et de lge moyen du personnel. La collectivit peut dcider, par exemple, de s'assurer pour le dcs, la longue maladie ou laccident de service, tandis qu'elle prendrait elle-mme en charge la maladie ordinaire et les congs de maternit. Question 3. Quelles sont les obligations d'assurance pour les collectivits dont les agents utilisent leurs

    vhicules personnels pour les besoins du service ?

    Il n'y a aucune obligation d'assurance pour les collectivits dont les agents utilisent leur vhicule personnel pour les besoins du service. Il est fait application du dcret n 2006-781 du 3 juillet 20068. Lassurance est l'assurance personnelle des agents. Il appartient ventuellement la collectivit, den prendre une partie sa charge directement ou par un systme dindemnits kilomtriques.

    8 - http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=BUDB0620002D

    14

    http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=BUDB0620002D

  • Question 4. Quest-ce quune franchise ? Qui en fixe le montant? Quel est son impact sur le montant des primes ?

    La franchise est le montant du sinistre en-de duquel lassur se trouve contractuellement en situation d'auto-assurance. Ce montant est fix selon plusieurs critres. Il permet de ne pas prendre en compte, les sinistres dont le cot est faible au regard des frais de dclaration et de traitement dun dossier. En cas de sinistre, selon les conditions contractuelles, le montant de la franchise peut ou non tre dduit de lindemnit verse. La franchise concerne toutes les branches dassurance : incendie, accidents, responsabilit civile, protection juridique Il appartient la collectivit de dterminer les critres retenus pour laborer un cahier des charges sans franchise ou avec franchises, les types de franchises retenues et leur niveau, en fonction des diffrents marchs. La collectivit a la possibilit dautoriser les variantes, en fixant les diffrents niveaux de franchise quelle souhaite voir proposer par les candidats, en prcisant que le rapport entre le niveau de franchise et le montant de la prime peut constituer un critre de choix pour le pouvoir adjudicateur. Le dispositif retenu devra tre simple, de faon faciliter la comparaison des diffrentes offres. Dans tous les cas, les offres doivent respecter les cahiers de charges ; sous peine de rejet. Question 5. Limpact des mesures de protection ou de prvention des risques prises par la collectivit ?

    La prvention est une dmarche volontaire, en vue de procder la rduction de lexposition aux risques. La protection limite la gravit des dommages, si les risques se ralisent. Dans la mesure o elles participent la diminution du nombre et de la gravit des sinistres, la protection et la prvention suscitent un intrt commun entre les collectivits et les assureurs chargs de prendre en charge les risques. Il convient de distinguer les mesures de protection dcides par une collectivit locale et lapplication de la rglementation en matire de scurit et de prvention, dont la collectivit reste responsable. La description dans le cahier des charges des mesures en vigueur permet aux candidats de mieux cerner les risques, donc de mieux les tarifer. Limpact dune politique de prvention et de protection cohrente et effective porte d'abord sur la qualit de la vie et la scurit au quotidien dans la collectivit. Il napparait pas possible den dduire l'impact direct et immdiat sur les primes. Limpact est progressif, selon la baisse - ou la moindre augmentation - du nombre de sinistres. En pratique, une politique de prvention/protection, en situation normale, repose notamment sur : des mesures concrtes de prvention et de protection, la formation lorganisation interne exemple de mesures concrtes de prvention et de protection protection par volets, grilles, blindages, serrures certifies notamment pour les locaux

    comportant du matriel sensible (informatique, objets de valeur, uvres dart) dtection dintrusion, contrle daccs, tlsurveillance, gardiennage (par un agent de la

    collectivit ou une socit extrieure)

    15

  • dtection automatique dincendie, dsenfumage automatique, extincteurs mobiles, robinets

    dincendie arms existence dune procdure de permis de feu. Il sagit dun document tabli en application de

    larticle R.237-8 du code du travail attestant des mesures de protection prises par rapport certains risques lis certains travaux de soudure

    entretien des abords de btiments avec suppression de stockages de matriaux combustibles proximit

    clairage des abords de certains btiments dgraissage mensuel des hottes de cuisines etc.

    Les formations concernent les agents, y compris les enseignants lutilisation des moyens de premiers secours (extincteurs) et en l'organisation d'exercices dvacuation des btiments notamment coles, mairie, gymnase (frquence, tablissements concerns). Lorganisation interne peut prvoir un poste de responsable de la scurit et/ou responsable hygine et scurit, l'utilisation du document unique dvaluation des risques professionnels, l'organisation d'astreintes, l'affectation des vhicules avec gestion des cls par une personne dtermine.

    Question 6. Les exclusions et/ou les limitations contractuelles de garantie

    Lexclusion permet aux parties de dfinir et de dlimiter contractuellement le risque garanti (objet du contrat). Certaines exclusions sont dites rachetables . Au sens du code des marchs publics, elles sanalysent comme des prestations complmentaires et constituent donc des options. Les exclusions et limitations de garanties doivent tre formelles et limites. Elles doivent tre explicites et rdiges en caractres apparents. Il conviendrait de prciser dans le cahier des charges le niveau de garantie demand et les exclusions acceptes. Si sa demande excde les pratiques habituelles de la profession, elle encourt toutefois le risque de limiter la concurrence voire de ne se voir proposer aucune offre. Il convient donc en ce cas de prvoir des options ou dautoriser des variantes. Il convient de rappeler qu'il existe en pratique trs peu de cas de garantie illimite. La limitation contractuelle consiste dterminer le montant maximum indemnis par lassureur loccasion dun sinistre. Ce plafond peut sexprimer sur toutes les garanties du contrat ou sur une garantie en particulier. Plus la description du patrimoine est prcise, moins le recours une limitation contractuelle dindemnit savre ncessaire. Par ailleurs, lorsque l'offre dpose prvoit une exclusion de garantie qui n'a pas t prvue par le cahier des charges, celle-ci peut conduire rejeter l'offre, sauf sil est possible de prendre en compte cette divergence loccasion de la mise au point du march. Lors de la mise au point du march, il est possible, en accord avec le candidat retenu, de procder une mise au point des composantes du march sans que ces modifications puissent remettre en cause les caractristiques substantielles de loffre ni le classement des offres. A dfaut, en cas de divergence entre les deux documents; cest la disposition du cahier des charges qui prime, sauf disposition contraire du march. Certaines exclusions sont lgales. Le candidat ne saurait donc les prendre en charge. Par exemple, lassureur ne rpond pas des pertes et dommages provenant dune faute intentionnelle ou dolosive de lassur.

    16

  • Lacheteur public peut imposer dans son cahier des charges un plancher minimal de garantie proposer, de faon limiter les offres des candidats non-conformes ce cahier. Pour valoriser les offres dpassant ce minimum, il peut intgrer un critre de choix permettant une notation diffrencie en fonction du niveau de garantie propos.

    Question 7. Les candidatures dposes par les intermdiaires (courtier9, agent dassurances10, compagnie d'assurance)

    Le code des marchs publics prvoit quune seule offre peut tre faite par une mme socit dassurance et quun seul mandataire peut reprsenter cette socit. Cependant lallotissement tant la rgle, chaque socit dassurances ou son mandataire peut prsenter, en fonction des conditions du march, une offre pour un lot, plusieurs lots ou la totalit du march. Lintermdiaire doit tre en mesure de dmontrer, ds la premire enveloppe, lexistence dun mandat lui donnant un pouvoir suffisant pour engager la socit qui portera le risque et qui sera le titulaire du march. Du point de vue de la commande publique, lintermdiaire est considr comme un mandataire.

    Question 8. La coassurance

    La coassurance est lopration par laquelle plusieurs socits dassurance garantissent, au moyen dun seul contrat, un mme risque ou un mme ensemble de risques. Elle permet doffrir des garanties dun montant quun assureur seul ne pourrait prendre intgralement en charge, sauf mettre en pril lquilibre de ses rsultats. Sauf si la collectivit l'interdit en raison des rgles relatives la concurrence, comme prvu l'article 51 du code des marchs publics, les assureurs peuvent se porter candidats sous forme de groupement. La coassurance, telle quelle est pratique, correspond aux groupements conjoints11.

    9 -Le courtier qui est un professionnel indpendant a la qualit de commerant. Il sert d'intermdiaire entre la collectivit et la

    compagnie d'assurance qu'il a slectionn. Bien que mandataire de la collectivit, il est rmunr par la compagnie par la socit dassurance. Cette dernire peut lui dlguer le pouvoir de souscrire des contrats, d'encaisser des cotisations ou primes et de rgler des sinistres. Sa responsabilit civile peut tre recherche en cas de manquement une obligation et son devoir de conseil. Alors que l'agent gnral est mandataire de sa compagnie, le courtier est le mandataire de son client. Le courtier a la qualit juridique de commerant (l'agent gnral celle de profession librale). Le courtier est personnellement responsable vis vis de ses clients en cas de manquement ses obligations.

    Dans la situation particulire des marchs publics, le titulaire du contrat ne peut tre que lentreprise qui porte le risque soit lassureur. Par consquent le courtier nest pas propritaire du march dassurance. Il ne peut pas rsilier le contrat de sa propre initiative pour replacer le risque auprs dune autre compagnie. Par consquent, le courtier dans un march public se trouve dans la position de mandataire de lassureur. Ainsi loffre dun courtier engage irrvocablement la compagnie dassurance au mme titre que loffre prsent par un agent gnral dassurances

    10 - L'agent d'assurances est le mandataire d'une compagnie d'assurance, il reprsente une compagnie dont il est le reprsentant

    exclusif. Cette dernire lui dlgue le pouvoir de souscrire des contrats, d'encaisser des cotisations ou primes et de rgler des sinistres. Il exerce un mandat commercial et peroit titre de rmunration une commission proportionnelle aux primes encaisses par la compagnie qu'il reprsente. L'assur peut lui adresser les notifications destines la compagnie dont il est le mandataire. Il a vis vis de sa clientle un devoir d'assistance et de conseil.

    11 - En effet, dans le cas des groupements solidaires, chaque cotitulaire est engag financirement pour le montant global du march

    donc du risque. Ce type de groupement nest pas adapt dans le domaine de lassurance qui se caractrise par le fait qu'aucun des coassureurs ne saurait s'engager financirement pour la totalit du march.

    17

  • Les coassureurs sont reprsents par un mandataire, qui porte le nom dapriteur. Selon les termes du mandat le plus frquent, ce dernier se charge de la bonne administration du march et des relations avec la collectivit et notamment des oprations suivantes : recevoir ltat rcapitulatif de lengagement personnel de chaque coassureur, tablir le march et le signer pour le compte de chaque coassureur, centraliser et recouvrer les primes dues aux assureurs et dlivrer reu de lencaissement du

    montant global des cotisations, frais, taxes et impts compris, charge pour lui de restituer chaque coassureur la prime qui lui revient,

    centraliser le montant de lindemnit due par chaque coassureur aux fins de versement, prendre ventuellement linitiative de rsilier le march pour le compte de lensemble des

    coassureurs si celui-ci le permet, instruire pour le compte de lensemble des coassureurs tout dossier de sinistre et rechercher un

    accord amiable avec le bnficiaire de lindemnit, donner suite pour le compte de lensemble des coassureurs aux dclarations et demandes de

    modification du march, recevoir pour le compte de lensemble des coassureurs la notification de la rsiliation par la

    collectivit, accepter ou proposer pour le compte de lensemble des coassureurs un nouveau montant de

    cotisation en cas de diminution du risque. Le retrait dun des membres du groupement de la coassurance nest possible que dans la mesure o son remplacement est assur par un autre membre du groupement. Le pouvoir adjudicateur peut accepter par avenant ce remplacement du coassureur par un autre membre du groupement, sous rserve que les conditions dexcution du march restent inchanges. A dfaut d'accord sur les nouvelles conditions contractuelles, la socit dassurance reste alors tenue par ses obligations jusquau terme. De mme, les modifications affectant la personne du titulaire du march doivent donner lieu la passation dun avenant (par exemple une fusion absorption aboutissant la cration dune nouvelle socit dassurances). Malgr la possibilit de recourir la coassurance, dans le cas de risques importants, il est possible que lacheteur public reoive des offres qui ne couvrent pas la totalit du risque. Dans le cadre dun appel doffres, ces dernires sont irrgulires puisquincompltes. Cette difficult, qui compromet l'aboutissement de la mise en concurrence, peut tre anticipe notamment grce l'allotissement.

    2. LES NOTIONS SPCIFIQUES A LA COMMANDE PUBLIQUE ET LEUR DCLINAISON LORS DE L'ELABORATION DU CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN MARCH PUBLIC DASSURANCE

    Question 9. Quelles sont les pices lappui de la candidature ?

    Certains documents sont fournis au stade de la candidature et dautres au moment de lattribution du march. Les candidatures doivent tre prsentes en suivant les indications qui figurent dans les documents mis par lacheteur public (avis dappel public la concurrence et/ou rglement de la consultation). une lettre de candidature (formulaire DC 4), date et signe qui prcise l'identit du candidat, le

    libell exact de la procdure, le numro des lots (le cas chant) sur lesquels il se porte

    18

  • candidat. Elle doit prciser galement s'il se prsente seul ou sous la forme d'un groupement momentan d'entreprises (coassurance).

    En application des articles 44 et 45 du code des marchs publics (formulaire DC5) : une copie des jugements si le candidat est en redressement judiciaire (point D-2 du DC 5). une dclaration sur lhonneur justifiant que le candidat nentre pas dans les cas dinterdictions

    de soumissionner mentionns larticle 43 du Code des marchs publics. (article 38 de lordonnance du 6 juin 2006 et larticle 29 de la loi n2005-102 du 11 fvrier 2005 pour lgalit des et des chances, la participation et la citoyennet des personnes handicapes).

    une attestation sur le respect de lobligation demploi des travailleurs handicaps (art. L 323-1 du Code du travail, Point h du paragraphe attestation sur lhonneur du DC 5), sur demande de la collectivit locale

    une liste des renseignements ou documents sur lexprience et les capacits professionnelles, techniques et financires du candidat.

    Les pices exiges dans ce cadre sont numres dans l'avis d'appel public la concurrence ou le rglement de consultation, conformment la liste fixe par l'arrt du 28 aot 2006, pris pour l'application de l'article 45 du code des marchs publics. Lacheteur public peut exiger, titre de rfrences, que lassureur candidat lui communique la liste des principales oprations dassurances correspondant lobjet du march sur les trois dernires annes en prcisant le montant, la date et le destinataire. les documents relatifs aux pouvoirs des personnes habilites engager la socit. les documents relatifs aux pouvoirs des personnes habilites engager la socit.

    Rappel : Outre les documents communs aux entreprises dassurance et aux intermdiaires (DC 4, 5,6,7), doit figurer au nombre des pices fournies par lintermdiaire d'assurance, lors de la remise de loffre, le mandat de la compagnie dassurance permettant de connatre ltendue de ses pouvoirs et notamment, celui de signer loffre on non pour le compte de la socit dassurance, ainsi qu'une attestation dassurance et de caution financire. La circulaire relative la passation des marchs publics dassurance du 24 dcembre 2007 (JO du 10 avril 2008) prcise que les documents de candidature doivent tre fournis tant pour la socit dassurance candidate que pour lintermdiaire dassurance qui la reprsente ventuellement qui constitue aussi un oprateur conomique part entire.

    19

  • Question 10. Les documents produire ultrieurement, conformment au code des marchs publics ?

    Au moment de lattribution du march puis tous les 6 mois jusqu la fin du march en application de larticle 46-I du Code des marchs publics et R. 324-4-1 du Code du travail sont fournis les documents suivants : le DC 7 permet lassureur retenu de justifier auprs de l'acheteur de la rgularit de sa

    situation fiscale et sociale. Il remplace les certificats sociaux et fiscaux auprs des administrations

    une attestation de fourniture de dclarations sociales, manant de lorganisme de protection sociale charg du recouvrement des cotisations et des contributions sociales (attestation URSSAF de moins de 6 mois)

    limmatriculation au Registre du Commerce et des Socits ou au Rpertoire des Mtiers le rcpiss du dpt de dclaration fiscale (DC 6) une attestation sur lhonneur du candidat, la date de lattestation, du dpt auprs de

    ladministration fiscale de lensemble des dclarations fiscales obligatoires (DC 6) une attestation sur lhonneur du candidat, la date de la signature de loffre, de la ralisation du

    travail par des salaris employs rgulirement au regard des articles L. 320, L. 143-3 et R. 143-2 du Code du travail (DC 6)

    Ces formulaires sont disponibles ladresse suivante : http://www.minefe.gouv.fr/themes/marches_publics/formulaires/index.htmSi aprs la signature du march certains documents ou renseignements apparaissent inexacts, il est fait application des clauses de rsiliation aux torts du titulaire (aux frais et risques du titulaire selon une clause prvoir expressment dans le CCAP si elle est souhaite).

    Question 11. Quelles sont les pices contractuelles dans le cadre d'un march public d'assurance ?

    La liste des pices contractuelles du march est prvue par les dispositions de l'article 11 du code des marchs publics. Les clauses administratives gnrales, auxquelles le march fait, le cas chant, rfrence et qui s'imposent, par dfaut, en l'absence de drogation explicite, prvoient que les pices du marchs sont l'acte d'engagement, le CCAP, le CCTP, le CCAG. Les "conditions gnrales" remises par les assureurs lors du dpt de l'offre nont pas le caractre dune pice contractuelle. En cas de litige, ce sont les pices contractuelles qui s'appliquent, dans lordre hirarchique prvu au contrat. La proposition commerciale, mme si elle est contractualise, doit toujours tre place aprs les pices rdiges par la collectivit, notamment le CCTP. De faon gnrale, les collectivits ont intrt tenter d'homogniser le plus possible leurs demandes et les rapprocher, chaque fois que ce n'est pas contraire la rglementation de la commande publique et la bonne gestion des deniers publics, de faon favoriser la plus grande concurrence et un cot de gestion des appels d'offre le plus bas possible.

    20

    http://www.minefe.gouv.fr/themes/marches_publics/formulaires/index.htm

  • Question 12. Que faire lorsque l'assureur candidat exprime des rserves ? Dans quelle mesure peuvent-elles tre prises en compte l'occasion de la "mise au point" du march ?

    La notion de rserves na pas de fondement lgal. Les carts entre la demande de la collectivit et l'offre de l'assureur, s'ils sont significatifs, doivent conduire rejeter l'offre. Si ces divergences sont trs mineures, elles peuvent tre contractualises, dans le cadre de la mise au point du march. Dans le cadre des marchs ngocis, il nest pas possible de modifier les caractristiques principales du march ou les critres de slection des candidatures et dadaptation du prix (galit et transparence). Par contre, cette procdure laisse la possibilit lacheteur de dterminer librement le contenu de la prestation. En cas de litige, ce sont les pices contractuelles qui s'appliquent.

    Question 13. Comment en matire de services dassurance, sapplique la notion de services homognes ?

    Il est procd une estimation de la valeur totale des services homognes, soit en raison de leurs caractristiques propres, soit parce quils constituent une unit fonctionnelle. La notion de caractre homogne des fournitures est laisse lapprciation de lacheteur public sans quil soit fait rfrence une nomenclature quelconque. Ce dernier est tenu de faire une estimation sincre et raisonnable de la valeur des services quil considre comme homognes. La rpartition des services en catgories homognes est un pralable ncessaire lestimation des montants prvisionnels des marchs et, par suite, lapprciation de ces montants par rapport aux seuils qui dterminent les procdures selon lesquelles les marchs sont passs. Pour mmoire : lapprciation du caractre homogne pour valuer le montant des besoins ne sapplique pas aux services non concurrentiels, que ceux-ci relvent du march ngoci sans mise en concurrence ou du MAPA. En matire de services dassurance, il est procd une estimation de la valeur totale des assurances. Cependant lorsquun march dassurance rassemble plusieurs prestations qui ont individuellement t considres comme homognes, cest le montant global du march qui est comparer aux seuils.

    Question 14. Quelle dure initiale, combien de reconductions du march convient-il de prvoir ?

    Un march public prvoit une dure initiale, ainsi qu'un nombre maximum de reconductions. La dure maximale du march est la conjugaison de ces deux facteurs, fixs par la collectivit en fonction de lobjet et de la nature des prestations, tout en tenant compte de lobligation de remise en concurrence rgulire du march.

    La dure initiale et le nombre de reconductions sont prvus par le cahier des charges. Il est gnralement admis quune dure totale maximale de trois ou quatre ans est raisonnable pour chacune des parties. A son terme, le march cesse de produire tout effet. Cette dure permet donc damliorer lattractivit du cahier des charges et de limiter les risques dappel doffres infructueux. L'article 16 du code des marchs publics prvoit que la dcision de la personne publique de reconduire le march doit tre crite et explicite. Il est souhaitable que les documents particuliers du march, fixent un pravis.

    21

  • La reconduction ne peut pas tre refuse par le titulaire, sauf disposition contraire prvue dans le march. En effet, le cahier des charges peut prvoir au-del de la dure initiale la possibilit pour chacune des parties de se retirer du march chaque anne lchance, en respectant un dlai de pravis adapt au march. Il semble raisonnable de prvoir un dlai de quatre six mois.

    Question 15. Le prix, ses composantes, son volution au cours du march ?

    Les prix proposs par les candidats sont des prix nets TTC, qui incluent toutes les taxes auxquels sont soumis les contrats d'assurance. Ils doivent correspondre au cahier des charges. Toutefois, les socits dassurances mutuelles peuvent inclure dans leur offre un droit dadhsion qui est exigible une seule fois pendant la dure du march public dassurance. Ce droit est identifi et sajoute au prix correspondant au cahier des charges. Il doit en tre tenu compte par lacheteur dans la comparaison des prix des diffrentes offres. Modalits de dtermination des prix En fonction de la nature des risques, les mthodes de calcul des prix seront diffrentes. Le dtail des prix doit tre indiqu par lassureur, conformment aux indications du document de la consultation (cf. la dcomposition du prix global et forfaitaire). Les diffrents types de prix Un march dassurance ne saurait tre conclu qu prix dfinitif. Ce prix peut tre ferme ou rvisable : Le prix ferme est un prix invariable durant la dure du march. Il est adapt pour des marchs dassurance de courte dure ou des manifestations ponctuelles (cf. dispositions de larticle 18 du CMP). Un prix rvisable est fix dans le march et sa modification au cours de lexcution du march est prvue selon des modalits de rvision de prix prcises dans le cahier des clauses administratives particulires qui prennent en compte, un index ou un indice public. Cette rvision des prix ne peut prendre en compte que les variations des conditions conomiques et non lvolution des risques. Les variations de prix lies lvolution des risques telles que les majorations techniques appliques par certains assureurs doivent avoir t expressment prvues par le contrat sauf devoir faire lobjet dun avenant systmatique.

    Question 16. Les dlais de paiement

    En application du code des marchs publics lorsque le dlai de paiement appliqu par une collectivit locale dpasse 45 jours, des intrts moratoires sont verss au titulaire du march. Le code des assurances dispose que les primes sont exigibles dans les 10 jours. La garantie ne peut pas tre suspendue avant un dlai de trente jours aprs mise en demeure de lassur. Lassureur a le droit de rsilier le contrat dix jours aprs lexpiration du dlai de trente jours. Les collectivits sont dans limpossibilit matrielle de respecter un dlai de paiement de 10 jours. La procdure de mise en paiement de la premire prime inhrente un nouveau march ne peut intervenir qu compter de la prise deffet de ce contrat. Par contre, lors de la reconduction dun march, il est possible danticiper l'envoi des factures relatives au prix de la reconduction en prvoyant cette disposition dans le march.

    22

  • PARTIE III : LES QUESTIONS LIEES LA PASSATION

    Question 17. La dmatrialisation des procdures. Le cas particulier de la dmatrialisation des marchs procdure adapte (MAPA)

    Les marchs publics d'assurance constituent souvent, du fait de leur montant, des marchs procdure adapte. L'attention des pouvoirs adjudicateurs comme des fournisseurs doit tre appele sur l'intrt de mettre en uvre pour ces marchs des offres dmatrialises. La dmatrialisation des marchs publics formaliss se traduit par lutilisation de la voie lectronique pour les changes de documents relatifs la passation des marchs.

    Lannexe 3 propose un exemple de rdaction du rglement de consultation

    Question 18. Les options et les variantes permettent-elle de disposer doffres plus adaptes ? Sur quels points est-il utile d'autoriser les variantes ?

    Les options ne sont pas prvues dans le code des marchs publics. Toutefois, elles constituent des prestations complmentaires prvues dans le cahier des charges, dont le chiffrage est, sauf indication contraire dans les documents rgissant la consultation, une obligation. Loption peut tre obligatoire ou facultative. Labsence de rponse une option obligatoire rend loffre non-conforme. La variante se dfinit comme une possibilit offerte aux candidats condition dtre expressment autorise par le pouvoir adjudicateur qui fixe les exigences minimales et les rgles de prsentation des offres. Les variantes sont proposes avec loffre de base : elles peuvent tre techniques en proposant par exemple des matriaux innovants, administratives si elles portent sur les conditions dexcution du march, financires si elles portent sur les dlais de paiement ou sur la composition dun prix forfaitaire. En dehors des franchises, le pouvoir adjudicateur peut, par exemple, autoriser des variantes en ce qui concerne les niveaux de garanties. Il fixe ltendue et les niveaux de garanties quil veut voir proposer. Au regard de ces niveaux figureront les niveaux de primes proposs par les candidats. De mme, la collectivit peut autoriser les variantes, en ce qui concerne les exclusions de garanties. Elle dtermine les exclusions de garanties quelle veut voir figurer dans les variantes.

    Question 19. Lallotissement des marchs

    Le code des marchs publics prcise qu afin de susciter la plus large concurrence, et sauf si lobjet du march ne permet pas lidentification des prestations distinctes, le pouvoir adjudicateur passe le march en lots spars . Lallotissement est la rgle. La possibilit est laisse cependant au pouvoir adjudicateur de passer un march global sil estime que la dvolution en lots spars est de nature restreindre la concurrence, ou quelle risque de rendre techniquement difficile ou financirement coteuse lexcution des prestations . Il apparat ainsi que le recours au march global devient lexception et doit pouvoir tre motiv.

    23

  • Lallotissement est particulirement adapt aux marchs dassurance. Sans aller jusqu dcomposer le besoin en autant de lots que de branches de lassurance en jeu, il est de lintrt du pouvoir adjudicateur de regrouper les risques en lots suffisamment attractifs pour les candidats : responsabilit civile, assurance dommage de la flotte automobile, risques statutaires, etc.

    Question 20. Quelle procdure de passation des marchs utiliser ?

    Lappel doffres ouvert doit tre privilgi. Cette procdure permet au pouvoir adjudicateur de choisir loffre conomiquement la plus avantageuse, sans ngociation, sur la base de critres objectifs pralablement ports la connaissance des candidats, parmi l'ensemble des offres dposes par les candidats. Ponctuellement, pour des risques trs spcifiques (exemple : assurance duvres dart prtes sous rserve dune souscription auprs dun assureur dtermin), le march ngoci peut tre appropri.

    Question 21. Le dialogue comptitif est-il praticable dans le cas dun march public dassurances ?

    Cette procdure parat difficilement utilisable dans le domaine de lassurance. Elle ne prsente en effet d'intrt que lorsque le pouvoir adjudicateur n'est pas en mesure de dfinir son besoin, ce qui n'est pas le cas dans le cadre d'un march public d'assurance.

    Question 22. Quels avantages attendre dun accord-cadre par rapport un march bons de commande ?

    Le caractre rcent de la procdure de l'accord-cadre ne permet pas de disposer d'une exprience suffisante, permettant de prconiser ce stade cette procdure. Celle-ci ne prsente pas a priori d'intrt pour la couverture de la plupart des besoins en assurance exprims par la plupart des collectivits locales. En effet, les besoins en assurance sont toujours prvisibles, toujours descriptibles de faon anticipe. La mise en uvre d'un accord-cadre, qui permettrait de slectionner au moins trois assureurs prsentant toutes les garanties ncessaires, qui seraient remis en concurrence au fil de la survenance des besoins ou selon le calendrier prcis par l'accord-cadre apparat comme une complexit supplmentaire qui n'est pas justifie par la plupart des cas standards. En revanche, le mcanisme des marchs bons de commande permet une personne publique de pallier certaines difficults de programmation lorsque lincertitude porte sur le rythme du besoin global satisfaire et sur lvaluation quantitative. Cette catgorie de marchs est rserve des prestations chelonnes dans le temps. En particulier, les marchs bons de commande sont adapts pour lassurance dune flotte de vhicules dont les caractristiques sont fluctuantes, ou pour lassurance de manifestions culturelles, sportives dont limportance et la programmation ne sont pas compltement arrtes. Pour mmoire, lmission des bons de commande s'effectue conformment aux dispositions qui ont t prvues dans le contrat, sans ngociation ni remise en concurrence pralable des titulaires. Rappel : Dans le cas d'un march bons de commande avec minimum et maximum, lacheteur public est tenu sous peine dindemnisation de son cocontractant de lui passer commande hauteur du minimum prvu au contrat. Il est galement tenu, en cas de survenance de besoins supplmentaires pour des prestations identiques de sadresser exclusivement lui jusqu hauteur du maximum prvu au contrat. Le prestataire est tenu dhonorer les commandes dans la limite de ce maximum. La dure des marchs bons de commande ne peut dpasser 4 ans, sauf dans des cas exceptionnels dment justifis. Toutefois, la priode d'excution du dernier bon de commande peut dpasser la dure initiale du march, dans la limite de la dure moyenne effectivement constate des bons de commande prcdents.

    24

  • Question 23. Les marchs dassurance constituent-ils des marchs procdure adapte (MAPA) ?

    Les marchs dassurance dun montant infrieur 4 000 H.T. peuvent tre passs, moyennant une publicit et une mise en concurrence adapte aux marchs, au montant et au contexte. Il appartient au pouvoir adjudicateur de dterminer, au cas par cas, la publicit et les conditions de cette mise en concurrence. Pour les marchs dont le montant est compris entre 4 000 H.T. et 90 000 H.T., le code des marchs publics nimpose pas de mesure de publicit particulire. Le pouvoir adjudicateur a la responsabilit dapprcier en fonction du montant, de la nature, de lobjet, de la localisation du tissu de fournisseurs susceptibles de rpondre loffre, la publicit la plus approprie afin de respecter lgalit des candidats devant la commande publique. Dans le secteur des assurances, la densit du tissu des prestataires facilite la dtermination des mesures de publicit les plus appropries prendre afin de respecter lgalit des candidats devant la commande publique. (cf. Annexe 4 : fiche pratique destine l'acheteur) Pour la passation des marchs dont le montant H.T. est suprieur 90 000 H.T. et infrieur 210 000 H.T. la procdure adapte peut tre utilise mais certaines rgles de publicit sont respecter. Le pouvoir adjudicateur est tenu de publier un avis dappel public la concurrence dans le bulletin officiel dannonces des marchs publics ou dans un journal dannonces lgales. Lacheteur peut, selon les cas, en fonction de la situation, publier lavis dappel public la concurrence dans un journal spcialis correspondant au secteur conomique concern. Il est ncessaire davoir lesprit le rapport entre le cot de la publicit et le montant du march tout en respectant les principes fondamentaux de la commande publique. La question du niveau de la publicit ncessaire ne peut tre apprhende quau cas par cas. Pour la dtermination des modalits de publicit le pouvoir adjudicateur peut sinspirer des procdures formalises prvues par le code, sans pour autant que les marchs en cause ne soient soumis aux procdures formalises. Sil se rfre une des procdures formalises, il est tenu dappliquer les modalits prvues par le code des marchs publics.

    Question 24. Comment viter les appels doffres infructueux ?

    Les appels d'offres sont dits infructueux, lorsqu'ils ne donnent pas lieu une offre rgulire suffisante pour considrer que la concurrence s'exerce dans des conditions normales. Pour mmoire : - une offre irrgulire est une offre, qui, tout en apportant une rponse au besoin du pouvoir

    adjudicateur, est incomplte ou ne respecte pas les exigences formules dans lavis dappel public la concurrence ou dans les documents de la consultation.

    - une offre est inacceptable, si les conditions qui sont prvues pour son excution mconnaissent la lgislation en vigueur ou si les crdits budgtaires allous au march aprs valuation du besoin satisfaire ne permettent pas la collectivit de la financer.

    Un cahier des charges prcis et raliste, accompagn d'une description des risques et de la sinistralit aussi complte que possible et un allotissement judicieux, permettent damliorer lattractivit de loffre et de limiter le risque dappel doffres infructueux.

    25

  • Question 25. Dans quels cas le pouvoir adjudicateur peut-il tre conduit mener une procdure ngocie ?

    Aucune circonstance normale ne justifie la passation d'un march ngoci. Celui-ci peut toutefois constituer un pis-aller lorsqu'une expression des besoins peu claire, trop peu dtaille, irraliste ou excessivement rigide n'a pas permis aux oprateurs conomiques de produire des offres acceptables. La ngociation d'un march public peut permettre de couvrir un besoin pendant la priode, qui permet de prparer dans des conditions rigoureuses une nouvelle procdure, le cas chant en faisant appel un conseil, permettant de faire jouer la concurrence.

    Question 26. Dans quelle mesure la notion durgence est-elle applicable dans le cadre de marchs publics d'assurance ?

    La notion durgence est encadre par larticle 35 du code des marchs publics. Les marchs ou accords-cadres ngocis sans publicit et sans mise en concurrence ont pour objet de faire face une urgence imprieuse, rsultant de circonstances imprvisibles pour la collectivit et ntant pas de son fait, et dont les conditions de passation ne sont pas compatibles avec les dlais exigs par les procdures dappel doffres ou de march ngoci prcd dun avis dappel public la concurrence. Ces conditions sont apprcies de faon stricte. Le dfaut de prvision ne constitue pas un motif durgence. Sagissant de marchs dassurance, le recours l'urgence est difficilement envisageable. La description des besoins doit tenir compte de tous les vnements attendus en cours d'anne : mise en service de nouveaux locaux, travaux, acquisitions immobilires. Ces vnements, lorsquils interviennent dans une collectivit, ncessitent une longue prparation qui doit aussi tenir compte de leur futur besoin en assurance. Les collectivits locales sont invites faire preuve dune extrme vigilance au niveau des dlais ncessaires et suffisants prvoir lors de la passation des marchs dassurance de faon ne pas se trouver en situation durgence voire de non-assurance.

    PARTIE IV : LA NOTIFICATION

    Question 27. Les oprations pralables la notification

    Ds que la collectivit locale a fait le choix du titulaire du march, elle avise les autres candidats du rejet de leur candidature ou de leur offre en indiquant les motifs du rejet. Cette information nest obligatoire que dans le cadre des marchs formaliss. Pour les MAPA, il ny a aucune contrainte mais dans le cadre de bonnes relations commerciales, cette dmarche est prconise. Un dlai dau moins dix jours doit tre respect entre la date laquelle la dcision de rejet est notifie aux candidats, dont loffre na pas t retenue et la date de signature du march ou de laccord cadre. La collectivit dispose dun dlai maximal de 15 jours compter de la rception dune demande crite, pour communiquer tout candidat cart qui en fait la demande, les motifs du rejet de sa candidature ou de son offre, lorsque loffre na pas t rejete pour un motif autre que la prsentation doffre inapproprie, inacceptable ou irrgulire , les caractristiques et les avantages relatifs de loffre retenue ainsi que le nom du ou des attributaires du march ou de laccord-cadre.

    26

  • La collectivit locale peut tre conduite, organiser une rencontre, afin dexpliquer aux candidats les raisons de leur viction. Les acheteurs doivent s'abstenir, lors de ces entretiens, de dvoiler le contenu des autres offres ou candidatures vinces.

    Question 28. Date de notification et commencement dexcution des marchs publics dassurance

    La notification dun march public dassurance consiste en lenvoi dune copie du march au titulaire. Aucun commencement dexcution dun march ne peut intervenir, avant la date de rception de la notification par le titulaire de ce document. Nanmoins, le dbut de lexcution du march peut tre postrieur la date de sa notification, si le contrat le prvoit. Ces dispositions ne correspondent pas celles du code des assurances au regard duquel le contrat prend effet compter de sa signature par le bnficiaire et au besoin, par le moyen dune note de couverture, par exemple en cas durgence.

    PARTIE V : COMMENT LES CLAUSES CONTRACTUELLES PERMETTENT-ELLES DE FACILITER L'EXCUTION DU MARCH ?

    Question 29. Comment justifier les variations de prix ?

    Afin de ne pas subir une variation la hausse non matrise, la collectivit prvoit une clause de sauvegarde permettant de rsilier le march ds que le nouveau prix propos dpasse un certain pourcentage. Toutes les variations doivent tre prvues par le contrat qui doit tre sur ce point, aussi prcis que possible. Lordonnateur transmet au comptable public, conformment aux rgles de la comptabilit publique, toutes les pices permettant de justifier le paiement.

    Question 30. Les sinistres relatifs aux risques qui nont pas t dfinis par le cahier des charges

    Sont exclus de toute garantie les risques qui nont pas t dfinis dans le cahier des charges. Toutefois, la collectivit peut dans le cahier des charges, prvoir une marge de variation, par exemple dans le nombre de m2 assurs ou le nombre de vhicules. Pour ce qui concerne lassurance de flottes automobiles importantes dont le volume et les caractristiques varient au long de lanne, certaines pratiques visant simplifier la gestion ne sont pas conformes la rglementation.

    Question 31. volution des risques en cours dexcution du march.

    Lavenant est lacte par lequel les parties un march conviennent dadapter ou de complter une ou plusieurs de ses clauses ; cette modification ne peut avoir ni pour objet, ni pour effet de substituer au contrat initial un autre march. Lavenant ne saurait ni bouleverser lconomie du contrat, ni en changer lobjet, ni remettre en cause les rgles de publicit, de mise en concurrence et dgalit de traitement des candidats et prestataires de service.

    27

  • Larticle 8 de la loi n95-127 du 8 fvrier 1995 relative aux marchs publics et dlgations de services publics prvoit que tout projet davenant entranant une augmentation du montant initial du march suprieur 5 % doit tre soumis lavis de la commission dappel doffres. Cet avis devant porter sur un examen du projet au regard des rgles de mise en concurrence qui avaient prsid lattribution du march initial. Le juge administratif sanctionne les avenants, qui bouleversent lconomie dun march ou en changent lobjet. Il est admis quun avenant qui a pour effet un dpassement du montant initial du contrat de 15 % du montant initial du march ou davantage est de nature bouleverser lconomie du contrat. Toutefois, un certain nombre de cas, dans le cadre de marchs publics dassurance, lis lvolution normale des risques, justifient la passation davenants aux contrats initiaux. Par exemple, la collectivit et le titulaire du march dassurance du patrimoine immobilier ont la possibilit de signer un avenant afin dassurer un immeuble supplmentaire. De mme, la collectivit locale peut-elle prvoir dans le cahier des charges quau terme de la mise en uvre par ses soins de mesures de prvention, elle proposera un avenant, en vue de diminuer le montant de ses primes. Le code des marchs publics laisse la possibilit de recourir un avenant, dans le cas particulier o le montant des prestations excutes atteint le montant prvu par le march.

    La reconduction dun march public dassurances

    Ds le cahier des charges et le rglement de consultation, il convient de prvoir la dure du march initial et le nombre de reconductions prvues, ainsi que la forme et le dlai de la dcision de reconduction et le dlai dans lequel elle est porte la connaissance du prestataire de service. Ces conditions sont contractuelles. Le pouvoir adjudicateur a la facult de reconduire le march autant de fois quil tait prvu, dans les limites prvues par la rglementation. Ainsi, La dure totale des marchs bons de commandes et des accords-cadres ne peut excder 4 ans sauf dans des cas exceptionnels. Le code des marchs publics ne prvoit pas de pravis dans le cas dune reconduction de march. Pour simplifier les relations entre le pouvoir adjudicateur et le titulaire, la collectivit pourra utilement prvoir contractuellement que le march sera reconductible annuellement et que sa non-reconduction fera lobjet dun pravis de 3 ou 6 mois. Il est rappel que le titulaire ne peut pas refuser la reconduction, sauf stipulation contraire prvue dans le march. Si une telle disposition est prvue, elle devra tre assortie dun dlai suffisamment long pour passer lancer et drouler une procdure de passation de nouveau march, en cas de refus de reconduction par le titulaire. La rsiliation du march

    La facult de rsilier tout moment un march public est une prrogative de puissance publique dont le pouvoir adjudicateur est le seul dtenteur. La dcision de rsilier un march peut tre prise unilatralement par le pouvoir adjudicateur. Toutefois, il existe dautres cas de rsiliations linitiative du pouvoir adjudicateur, aux torts du titulaire ou sans torts du titulaire.

    28

  • Enfin, dans le cas des marchs publics dassurance et en chos la facult de rsiliation des contrats lissue de sinistre dont dispose tout assureur, il est possible de prvoir et dencadrer contractuellement la possibilit pour le titulaire de rsilier le march public, la suite dun sinistre.

    La rsiliation par le pouvoir adjudicateur en labsence de tort du titulaire La rsiliation, quand elle est justifie par un motif dintrt gnral ouvre droit une indemnisation pour le cocontractant, selon les dispositions prvues par le CCAG. En labsence de disposition particulire au CCAP, le CCAG FCS prvoit les modalits dindemnisation par dfaut du titulaire. Les clauses gnrales prvoient galement que le pouvoir adjudicateur a la facult de rsilier dans dautres cas, en cas de modification du contexte du contrat. Ces cas ouvrent droit ou non indemnit. Il ny a pas lieu, a priori de modifier ces clauses standards, qui accordent, par ailleurs, une large marge dapprciation au pouvoir adjudicateur.

    La rsiliation par le pouvoir adjudicateur aux torts du titulaire Les motifs de rsiliation aux torts du titulaire figurent dans les conditions gnrales du march. Il convient de rappeler quun march peut galement tre rsili aux torts du titulaire, en cas dinexactitude des renseignements demands lors de la remise des candidatures et des offres. Il est rappel que, que cette disposition soit ou non prvue par le march, toute rsiliation, a fortiori aux torts du titulaire, sera utilement prcde dune mise en demeure pralable et dune convocation un entretien permettant au titulaire de faire valoir ses arguments. En cas de rsiliation aux torts du titulaire, il peut tre galement prvu que les prestations seront excutes aux frais et risques du titulaire.

    La rsiliation aprs sinistre linitiative du titulaire Le code des marchs publics ne permet pas au titulaire de se dsengager dun march public suite par exemple un sinistre sauf si une telle facult a t contractuellement prvue dans le CCAP. Ainsi, lacheteur public peut intgrer ds les documents de consultation, une clause administrative particulire prvoyant et encadrant cette possibilit : dlai, pravis, situation transitoire, etc. La rsiliation aprs sinistres, moyennant un pravis permettant la passation dun nouveau march est ralisable condition davoir t prvue dans les clauses particulires du march (clauses de reconduction) et dans le cahier des charges. Enfin, le titulaire ne peut refuser une reconduction sauf stipulation contraire prvue dans le march. Le CCAP pourra prvoir que le titulaire aura la possibilit de se dsengager suite ou non sinistre loccasion de chaque reconduction, sous rserve de faire connatre sa dcision avec un pravis de 6 mois. La prsence dune telle clause, habituelle dans le secteur des assurances et prvue par le code des assurances, est une prcaution de nature limiter les risques dappel doffre infructueux.

    29

  • A N N E X E S

    30

  • ANNEXE N1

    ASSURANCES DES COLLECTIVITES LOCALES DETERMINATION ET EXPRESSION DES BESOINS

    Ce document est un outil daide la dtermination et lexpression des besoins dassurances.

    SOMMAIRE :

    I Renseignements dordre gnral II Assurances de dommages aux biens A- dtermination des besoins B- Expression des besoins C- Etat des btiments D- Etat des sinistres III Assurances des responsabilits communales A- Dtermination des besoins B- Expression des besoins C- Modle dtat des sinistres IV Assurances protection juridique A- Dtermination des besoins B- Expression des besoins V Assurance de la flotte de vhicules A- Dtermination des besoins B- Expression des besoins C- Etat de la flotte automobile D- Etat des sinistres VI Autres garanties

    31

  • I RENSEIGNEMENTS DORDRE GENERAL Commune de : ........................................................................................................................................................... Nombre dhabitants de la commune : ........................................................................................................................ Dpartement : ............................................................................................................................................................

    Fait-elle partie dun ou plusieurs EPCI ?............................................................... Oui (1) Non Si oui, le ou lesquels : ................................................................................................................................................. Nombre dagents communaux en quivalents temps plein : ..................................................................................... Quelles sont les actions de prvention mises en uvre au cours des deux dernires annes ..............................

    Existe-t-il un plan de prvention des risques naturels approuv ? oui (1) Non

    Si oui, indiquer la date de son approbation : .............................................................................................................

    En cas de travaux par point chaud (soudage, dcoupage, meulage) Oui (1) Non

    tablissez-vous un permis de feu

    (1) Rayer la mention inutile

    32

  • II - ASSURANCE DE DOMMAGES AUX BIENS A DTERMINATION DE DOMMAGES AUX BIENS ( LAIDE DU TABLEAU CI-DESSOUS)

    Dommages et biens (rpondre par oui ou par non) vnements

    1. Dommages matriels 1.1 Btiments : (complter ltat des btiments assur