Graphisme - Résumé

Click here to load reader

  • date post

    29-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    638
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Graphisme - Résumé

COMU2401

Graphisme Rsum

UCL 2010 JC Guyot

2011

1

I. La communication graphiqueDfinition Graphique (J. BERTIN) 1) ce qui est reprsentable 2) sur une feuille de papier ou un cran 3) d un format moyen, visible en un coup d il 4) une distance de vision correspondant la lecture d un livreou d un cran d ordinateur lorsqu on utilise un traitement de texte 5) sous un clairage normal 6) par tous les moyens graphiques disponibles Les deux ples de la communication graphique (2) : tache et plan (BERTIN) Nous sommes dans le monde du plan (l image anime, le son et le relief). Ce qui nous intressera sera donc (6) :

Imprimer, c'est donc reproduire technologiquement des taches sur une surface plane.

1.

Le plan

Les caractristiques du plan sont (4) : 1. d avoir deux dimensions 2. d tre limit dans l'espace 2

3.

d avoir une forme

4. et une position prvue par rapport au destinataire

a.

L'implantation: point, ligne, zonel'utilisation des trois significations qu'une tache visible

Dfinition implantation

peut recevoir par rapport aux dimensions du plan. Les implantations sont les trois moments du continu sensible appliqu au plan : 1) les points, 2) les lignes, 3) les zones.

3

Exemple : Un dpartement franais y reprsent par un point dans un diagramme = implantation ponctuelle y reprsent par une ligne = implantation linaire y reprsent par une zone dans une carte = implantation zonal

b.

Le plan est continu et homogne

La certitude de l'homognit du plan entrane la prsomption d'homognit des conventions (4) : - l'absence de signe = l'absence de phnomne(ex : le blanc ets tjs gal rien) - toute variation visuelle = significative -une convention est invariable - le cadre d'une reprsentation limite le plan significatif, mais ne limite pas le phnomne

2.

Les variables visuelles

La page constitue un plan La distribution des caractres typographiques, des colonnes, des titres, des illustrations et des autres lments graphiques constitue l'lvation dans le plan.

4

Les variables rtiniennes (6) : (BERTIN)a. Taille Hauteur d'un signe, surface, quantit de signes gaux.

b. Valeur Nuances se situant entre le blanc et le noir (allant de 0% 100%)

5

c. Grain Variation de "la finesse des constituants d'une plage de valeur donne et qui s'chelonnent de la plus grossire la teinte plate" ( lignes qui permettaient de

reprsenter quelque chose autrement que par les couleurs comme des hachures).

6

d. Couleur

7

e. Orientation d un signe s'chelonnent de la verticale l'horizontale et ont un sens.( position sur la page). On parle de la pesanteur"des composantes de l'image (Duplan et Jauneau). Quatre orientations signifiantes (4) : - La verticale (la vie) - L'horizontale (la mort) - L'oblique (mouvement entre vie et mort doncentre verticale et horizontale, plus optimiste s il se rapproche de la verticale, plus pessimiste s il se rapproche de l'horizontale)

f.

Forme Diffrentes formes que peut prendre une tache de surface constante( la

police)

voil les variables des diffrents types d implantations dans le plan.

8

Caractristiques et proprits des variables visuelles (4)Quelles sont les fonctions cognitives que dclenchent ces taches ? Comment se fait-il que ces taches nous fassent rire ou pleurer ? Le type d implantation d un plan permet d ordonner les choses. Donc quand on joue avec les variables visuelles, on ordonne les infos. Selon la variable visuelle choisie, on aura des effets diffrents.

1. Une variable est associative

lorsqu'elle

permet

de

regrouper

spontanment toutes lescorrespondances diffrencies par cette variable associer 2. Une variable est slective lorsqu'elle permet d'isoler spontanment toutes

les correspondances appartenant une mme catgorie dissocier 3. Une variable est ordonne lorsque le classement visuel de ces catgories, de

ces paliers est spontan et universel ordonner 4. Une variable est quantitative quantifier lorsque la distance visuelle entre les catgories

d'une composante ordonne peut s'exprimer spontanment par un rapport numrique

NB : Le plan est la fois slectif, associatif, ordonn et quantitatif. Tandis que les variables rtiniennes n'ont qu'une partie de ces proprits. La notion de niveau par suite de la mobilisation gographique des deux dimensions du plan, les variables rtiniennes sont mises en oeuvre ds la deuxime composante de l'information.- On parle de variables d'un niveau suprieur quand elles possdent un plus grand nombre de proprits perceptives.

Les niveaux d'organisation et les attitudes perceptives ordonnent les variables visuelles dans une suite imprative:dimension du plan - taille - valeur - grain - couleur orientation - forme.

9

Analyse de ce tableau 1. La dimension du plan 3. La valeur 4. Le grain quantifier. 6. L orientation permet d associer et un peu de diffrentier . la seule variable qui rempli toutes les fonctions

2. La taille presque tout mais pas associer . permet d ordonner et de diffrencier. on peut plus facilement d associer que la valeur. permet de diffrencier et d associer mais pas du tout d ordonner ni de

5. La couleur

7. La forme ne permet que d associer des choses.

10

Exemple : Une du journal Le Soir

-

La dissociation est prsente au dessus du bandeau car on sait que cela renvoie l intrieur du journal. La taille est utilise ici pour ordonner (les titres les plus grands sont les plus importants)

-

La valeur (caractres gras, zones en gris, etc) est utilise ici pour associer et dissocier grce au cadre gris qui associe les lments dedans. La couleur est utilise pour dissocier et pour associer (le bleu du Soir renvoie au journal Le Soir, le grenat renverrait La Libre) La forme associe partout ici, toutes les lettres, les formes d e photos sont des associations. 11

II. La microtypographie : de la lettre au paragrapheA. La lettreDfinition la lettre : y Signe graphique qui, employ seul (ex. : r, o) ou combin avec d'autres (ex : ch), reprsente, dans la langue crite, un phonme ou un groupe stable et lmentaire de phonmes. y Caractre typographique reprsentant une des lettres de l'alphabet.

1. Description formelleLe premier niveau de choix dans un travail typographique est celui du caractre.Il existe un grand nombre de dessins diffrents. On appelle polices ces familles de caractres provenant d'un mme crateur et formant une unit. a. Les attributs du caractre

12

Chaque partie de la lettre possde un nom. Ses lments constitutifs sont les suivants :

Le corps

l'unit de grandeur de la lettreCette distance comprend donc la lettre et un

interlignage simple. (hauteur de la lettre + interlignage). Le corps d'une lettre s'exprime gnralement en points. (son origine : l'paisseur d'une ligne de plomb).

Les apex Petite excroissance du sommet de la hampe de certains caractres. Emptement La mme excroissance la base du caractre.

13

Le ft trait vertical des caractres.

L' il la hauteur des lettres sans descendante ni ascendante (le e, le a ou le n). Deux lettres de polices diffrentes peuvent avoir un corps identique, mais un oeil diffrent.

Il s agit traditionnellement de la hauteur de la lettre minuscule (qu on appelle bas de casse ) mais sans descendante ni ascendante. Peut varier d une police une autre.

Ascendant partie de la lettre qui monte Descendant partie de la lettre qui descend

14

L'enco brement la largeur i visi le de la lettre

La graisse l'paisseur du trait. roc e petit espace blanc qui permet de sparer les lettres les unes des autres

L'a

(L'espace entre deux mots, si la ligne n'est pas justifie, sera du tiers du corps de la lettre).

L c a

la largeur visi le de la lettre. ( la chasse d un i < la chasse d un m ).

1er approche serre

2me approche normale

3me approche large

15

Il y a donc trois possibilits d'agencement (3) : - soit les encombrements sont gaux et les approches ingales (encombrements = & approche )

- soit les encombrements sont ingaux et les approches gales (encombrements approches =)

&

- soit les encombrements et les approches sont ingales. (encombrements& approches )

16

b. Les 5 formes de base

Squelette (forme et orientation)1) La lettre de bas de case aussi appele minuscule, est la lettre de composition de base actuellement. (origine : sa situation dans les cases l'poque de la composition manuelle, d'une lente volution de l'criture et des gestes des scribes qui ont simplifi le dessin des capitales )

2) La capitale lettre majuscule (provient de l'criture latine).

3) Ces deux formats de base peuvent tre soit romains (droits)

4) soit italiques (inclins)

5) La cinquime forme de base est la cursive lettres inspires de l'criture manuelle(comme crites la main). Deux caractristiques les dfinissent (2) : leur inclinaison et les liens qui les relient.

17

UsageDeux classifications en fonction de l'utilisation de ces lettres : a) caractres de labeur compositions de textes suivis

b) caractre de fantaisie attirer par le dessin de la lettre

Corps (taille)

Graisse des polices (4) : maigre normale gras extra gras

18

La chasse (4) : serr troit normal - large

c.

Les mesures typographiques

Quatre systmes de mesures typographiques coexistent. La mesure de base est le point (18me s.). Il peut tre calcul en mesures EU ou US selon les polices.

En Europe continentale