Graphisme et information

of 53 /53
GRAPHISME ACTUALITÉ INFORMATION & MANON GENTY CV5

Embed Size (px)

description

Carnet de recherches sur le thème du graphisme et de l'image dans l'actualité.

Transcript of Graphisme et information

  • GRAPHISMEACTUALIT INFORMATION

    &Manon Genty CV5

  • CouvertureFlying HousesLaurent Chehere 2012

  • GRAPHISMEACTUALIT INFORMATION

    &Manon Genty CV5

  • IllustratIon de presse : dItIon lImage vIdo :reportagesdocumentaIres et tlvIsIonInformatIon sur Internet :surpuIssance de lImage

  • le photo-reportage

    ldItIon

    revue de presse graphIQue

    dessIns de presse

  • ReVue de pResse GRaphiqueJouRnaux et Maquettes

    Les maquettes des journaux sont labores de faon atteindre une certaine cible. Pendant mon stage chez Closer je men suis particulirement rendue compte.

    Le code couleur, la faon dont la mise en page est orchestre, la typographie, tout ces procds sont tudis pour que lestthique du journal reflte son contenu et appelle le lecteur quand il doit choisir une revue dans un kiosque.

    Finalement, mme sans le savoir, la maquette est la premire chose que lon regarde en feuilletant rapidement un magazine, ou un journal. Dailleurs dans les kiosques journaux la maquette est rvlatrice du type de journal auquel on affaire, tris par genre on croirait presque quils sont tris par couleur et par typographie.

    Lorsque lon sintresse aux journaux vocation plus informative, car cest le thme de mes recherches, on trouve un lectorat plus ou moins exigeant tant sur les contenus ditoriaux que sur la forme graphique. Par exemple, le lecteur du Monde

  • ou de Courrier International ne ressent pas forcment les mmes besoins dhirar-chisation de linformation que celui dun Parisien libr ou dun France soir, voire dun Metro ou dun 20 minutes. Dailleurs, leurs logos sont souvent rvlateurs.

    Ainsi, dans ces journeaux qui font passer linformation avant tout, le fond avant la forme, jusquou peut-on se permettre des originalits graphiques ?Parfois rbarbatives, les maquettes des quotidiens pourraient-elles avoir une autre allure tout en gardant lesprit informatif quelles conditionnent ?Selon les journaux quelle place a limage dans la mise en page ? et quel est son rle ?

    Jai choisi dtudier les maquettes de trois journaux trs diffrents les uns des autres, le Parisien, Courrier international et Direct matin pour comprendre les attentes, les cibles et les demandes de chacun dentre eux. Afin de voir quelles problmatiques je pourrais en dgager, et comment, si cela est ncessaire, on pourrait les amliorer.

  • Quotidien dune dizaine de feuillets

    Fondateurs : milien Amaury et Claude BellangerDirecteur : Jean HornainDirecteur artistique : Frdrique GoursolasRdacteurs en chef : Stphane Albouy Nicolas Charbonneau Batrice Madeline Illustrateur rcurrent : Olivier Ranson

    Le paRisien

    Le Parisien (ou Aujourdhui en France pour ldition nationale), intitul Le Parisien libr jusquen 1986, est un journal quotidien rgional franais dtenu par le groupe Amaury.

    Le sige et limprimerie sont situs Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

    Le Parisien constitue, avec son dition nationale Aujourdhui en France, le premier quotidien national dinformation gnrale en France avec une diffusion couple denviron 500 000 exemplaires. Grce ses dix ditions dpartementales, il est galement le premier quotidien Paris et en le-de-France.

    Jai choisi den parler car comme il se prsente lui-mme, le quotidien ne possde pas de position politique, ce qui est intressant pour moi dans le sens ou il sagit dinformation objective. Ainsi les images et le graphisme sont censs aller lessentiel et faciliter la comprhension. Il faudra alors sinterroger plus tard sur le rle de limage et sa neutralit au coeur dun journal.

  • Dautre part, cest un journal particulier car il sadresse une cible trs restreinte, les Parisiens. Les informations tant-centres sur Paris et lle de France. Quand au logo, bleu blanc rouge il rappelle les couleurs de la France, ce qui ne fait que renforcer la cible de son lectorat. Durant mon stage dans une agence cet t jai pu travailler sur un supplment du Parisien, ce qui ma permis dy voir un peu plus clair.La maquette rappelle celle que lon retrouve chez la plupart des quotidiens Franais, une grille sur plusieurs colonnes, des images en couleur, une typographie de titrage epaisse. Il faut que lactualit soit impactante sans tre rbarbative. Par exemple il est possible davoir une information en regar-dant simplement le titre et limage. Cest concis, clair et sans fioritures.

    Dailleurs il est difficile de trouver un quotidien avec une mise en page tudie, faute de temps linformation passe avant tout. Alors serait-il possible de travailler un quotidien de ma-nire graphique ? Comment allier la vitesse de linformation une ralisation graphique ?

    La ralisation du supplment tait un peu diffrente car il ny avait pas cette contrainte de temps. Charge de la maquette et de certaines prises de vues pour ce spcial Cafs et Restaurants Parisiens jai remarqu que limage tait plutt mise en avant.Ici on parle dambiance, datmosphre, on veut donner envie au lecteur daller dans le caf mentionn. Il faut donc que la photo soit aussi apptissante quimportante dans la page. Ce qui amenait avec le texte parfois omniprsent quelques problmes de respiration, de blancs tournants inexistants.

    Cependant, le graphisme des mises en page tait valoris par rapport aux pages parfois tristes et lourdes du quotidien.

  • Hebdomadaire dune cinquantaine de pages

    Fondateurs : Pierre Berg et Guy de WoutersDirecteur : Eric CholDirectrice artistique : Sophie-Anne DelhommeRdacteur en chef : Jean-Hbert Armengaud

    CouRRieR inteRnationaL

    Courrier international est un hebdomadaire dactualit, pu-bli Paris. Il donne lire, chaque semaine, une slection de la presse mondiale, traduite en franais.

    Depuis sa cration en novembre 1990, Courrier international a repris dans ses colonnes 1 300 journaux diffrents, depuis le New York Times jusquau Quotidien des Maldives, soit quelque 25 000 journalistes cits.

    Grce lapport de la plus grande rdaction du monde, Courrier international suit lactualit mondiale, cherche lanticiper, et offre ses lecteurs, par la confrontationdes points de vue, une grande ouverture sur la complexit du monde.

    Il atteint une diffusion paye de 207 142 exemplaires en 2007, pour un tirage de 265 457 exemplaires.Le 11 avril 2011, Courrier international reoit le prix du Club des directeurs artistiques, catgorie presse magazine.Il y a quelques annes jai assist une confrence avec le

  • directeur artistique de lpoque qui insistait sur limportance du graphisme dans le magazine.Notamment pour les unes qui taient alors trs soignes, il nous avait parl de toute la recherche iconographique autour de ces images, parfois la cration de concours dillustration ou de photographie pour trouver la perle qui figurerait sur la premire page.

    Aujourdhui encore on se rend compte que graphiquement le magazine fait la diffrence par rapport aux autres journaux dactualits. Tout dabord ce format plus grand qui attire loeil et met en valeur limage.Dautre part, loccasion des 20 ans du journal, en 2010, le Courrier international change son logo et sa maquette et prend un parti trs graphique avec le choix du jaune et dune typographie arrondie et innovante. Autour du slogan Apprenez anticiper le journal se doit dtre contemporain et avant-garde. Un pari risqu mais mritant lorsque l on fait le tour de la presse franaise dun point de vue graphique.

    La mise en page est donc elle aussi revisite, avec des efforts typographiques et des lments qui interviennent pour crer quelques accidents afin de garder un rythme dynamique la lecture du journal.Quelquefois on trouve des images plein pot, on est plong dans lactualit, le lecteur voyage face des visuels qui ra-content lactualit internationale.

    Cest pourquoi le courrier international vise un lectorat peut tre plus litiste, qui sera sensible cet esprit moderne et contemporain. Le fond est autant tudi que la forme, la rdaction ncrit pas darticles car ils reprennent des journaux du monde entier, ils jouent donc la carte de lesthtique mais aussi loriginalit des sujets traits.

    Selon moi cela peut tre autant une qualit quun dfautcar si lon ne possde pas une connaissance rigoureuse de lactualit il est parfois difficile de comprendre ces articles trs denses, de plus, les images trs illustratives ne suffisent pas forcment comprendre le sujet, nanmoins elles restent agrables regarder.

  • Quotidien dune quinzaine de feuillets

    Directeur gnral, directeur de la publication : Serge NejarRdacteur en chef : Ludovic Pompignoli

    diReCt Matin

    Direct Matin est un quotidien gratuit existant uniquement en France. Il est distribu dans le mtro le matin au ct de ses concurrents 20 minutes et Mtro.

    Il est distribu 400 000 exemplaires en le-de-France, et plus dun million en France, proposant aussi des quotidiens gratuits Montpellier, Lyon, Marseille, Bordeaux et Lille.

    De 2006 2010 le journal gratuit Direct Soir tait distribu le soir appartenant galement au groupe Bollor.

    Mon choix propos de ce journal peut paratre trange tant donn sa rputation peu glorieuse.

    Pourtant jai souhait en parler car je trouve le concept du quotidien gratuit lire dans le mtro intressant tant au niveau de la forme que du fond.De plus la qualit assez mdiocre du journal soulve des problmatiques sur les faons de lamliorer afin de le rendre digne dintret.

  • Graphiquement il y a beaucoup redire, les informations sont entasses dans une maquette assez lourde souligne par ce code couleur marron et rouge.La typographie mlant titrage empattements et texte courant linaire nest pas forcment du plus bel effet.

    Cependant, Direct Matin est un journal qui se lit en diagonale entre 4 stations de mtro, il faut quil soit assez percutant pour tre compris rapidement et divertir. Limage a donc sa place car elle facilite la lecture.La cible est constitue de travailleurs presss souhaitant accder une information facile et rapide.

    Le logo dans un phylactre rouge rappelle la donne dinfor-mation, dautre part on retrouve lattachement au groupe Bollor car cest le mme que celui de la chaine Direct 8, seule la couleur change.En matire dinnovation on se rend compte que le quotidien du travail faire.

    Alors comment pourrait-on lamliorer ? Lui redonner un aspect plus attirant tout en restant sobre et efficace ?Il ne faut pas oublier que ce quotidien entirement financ par les annonceurs na pas de budget illimit et quil ne dispose que dune petite rdaction dune vingtaine de journalistes.

    Mais sa porte est forte lorsque lon ralise le nombre de tirages, et surtout la densit de personnes qui lont entre les mains le matin. Retravailler ce journal sur la forme et le fond serait justement un moyen de rendre toutes ces personnes sensibles au graphisme et limportance de la mise en page. Tout en tenant compte des moyens financiers il pourrait tre intressant de repenser un journal gratuit qui jouerait sur limpact tout en tant recherch et intressant.

  • dessins de pResseLe dessin de presse a pour particularit de dlivrer un message en lien avec lactua-lit. Le plus souvent au-del de lillustration le dessinateur prend partie, dnonce, se moque, met en perspective, critique Autrefois, cela existait dj avec la gra-vure. Le dessin a toujours t dans la socit un moyen dexprimer son opinion.

    Le dessin de presse utilise diffrents procds :

    La caricature est un dessin qui rvle ou accentue certains aspects, souvent physiques, dplaisants ou ridicules. Elle se fonde sur lexagration, du trait ou de la situation, pour faire rire, pour se moquer mais doit cependant per-mettre une identification immdiate du personnage comme un portrait.

    Le strotype est une opinion toute faite, rduisant les singularits, clich, lieu commun. Le dessin de presse utilise le strotype pour reprsenter un groupe par un personnage unique. Par exemple, Plantu dessine un homme en costume, ventru, fumant le cigare, pour reprsenter un patron ou les patrons en gnral.

    La provocation est destine faire ragir le lecteur, elle comporte une part de trans-gression ( vulgarit, dsacralisation ). Cest un jeu sur les limites, les limites de lac-ceptable varient selon les publics, les rgimes politiques, les poques, les cultures.

  • Le Sida en Afrique Plantu 2000

    Le paradoxe prsente une situation qui va lencontre de la manire de penser habituelle. Lauteur cherche faire ragir en heurtant la raison ou la logique.

    Lironie est le contraire de ce que lon dit. Le dessinateur semble donner pour vrai une ide mais exagre le dessin de faon montrer la mauvaise foi d une position.

    Lallusion est une manire dvoquer une personne ou une chose sans en faire expressment mention. Elle est sous-entendue et implicite. Lallusion des vnements, des reprsentations supposs connus du lecteur permet dta-blir une complicit avec le lecteur. Par exemple dsigner un homme poli-tique par son seul prnom permet au lecteur qui suit lactualit de lidentifier.

    Les jeux de mots reprsentent des expressions images prises au pied de la lettre.

    Lanachronisme mlange des lments dpoques diffrentes. Reprsenter un homme politique actuel en empereur romain permet de critiquer son autoritarisme.

    Labsurde consiste pousser la logique lextrme, parfois jusquau non sens.

    Lhumour noir porte sur des sujets graves comme la mort. Il est drangeant car il joue avec nos angoisses.

  • Cartoons, la rubrique de Courrier International prsente une selection de dessins de presse par des auteurs internationaux autour de lactualit du monde.

    Un rien (du tout)lhabille. dessin de

    Danziger paru dans NRC Handelsblad

    Syrie : fin en vue ?dessin de Haddad paru dans Al-Hayat

    RFR

    ENCES

  • Un changement radical dessin de Schot paru dans NRC Handelsblad

    Arafat sous toutes les coutures

    dessin de Tiounine paru dans LAvenirLes JO, cest sr!

    dessin de Martyn Turner paru dans

    The Irish Times

  • C comme un taliban dessin de Mix & Remix paru dans LHebdo

    Caricature de Mahomet du journal Jyllands-Postenpar Kurt Westergaard

    RFR

    ENCES

  • Aujourdhui avec toutes les techniques de production dimage que nous avons, le dessin de presse til encore sa place ? Loin davoir un rl impact sur la socit, ne dispose til pas dune simple porte humoristique ?Jusquo peut-on aller avec le dessin ? Aujourdhui est-il encore possible dtre condamn pour une image mal interprte ?

    Lorsque lon se rappelle du scandale des caricatures de Mahommet (page de gauche) en 2005, on peut se poser des questions sur la libert dexpression notre poque et dans certaines cultures, mais aussi latteinte quune simple caricature peut avoir sur des peuples entiers :

    Le 17 septembre 2005, lun des plus importants journaux danois, Politiken, a publi larticle Dyb angst for kritik af islam (Peur profonde de la critique de lislam).Cet article traitait des problmes rencontrs par lcrivain Kre Bluitgen, se plaignant que personne nosait illustrer son livre sur Mahomet depuis lassassinat de Theo van Gogh. Plusieurs illustrateurs ont refus de collaborer sur ce sujet de peur de reprsailles. la suite de cette autocensure, un dbat sur la libert de la presse et en particulier vis--vis de lislam a eu lieu au Danemark.

    Dans le contexte de ce dbat,le quotidien Jyllands-Posten publie le 30 septembre 2005 le Visage de Mahomet, des caricatures du prophte de lislam.

    Cette publication est la rponse de douze dessinateurs Kre Bluitgen.Le Jyllands-Posten invite quarante artistes donner la vision quils ont de Mahomet.Douze dessinateurs rpondent et leurs dessins sont publis le 30 septembre. Les dessins illustraient un article consacr lautocensure et la libert de la presse.

  • Le photoRepoRtaGeUne contrainte pse absolument sur la pratique de la photo de presse, elle en conditionne par principe la russite : cest la ncessit imprieuse pour le pho-tographe de se trouver sur place au moment o il se passe quelque chose.

    Il peut fixer sur la pellicule uniquement ce qui se trouve devant son objectif au moment o il actionne lobturateur. Par consquent, il lui faut tre devant ou au cur de lvnement pour en rapporter des clichs.

    Cette contrainte introduit une diffrence de taille entre la manire de procder des photoreporters et celle des journalistes de plume, qui crivent des articles sur lac-tualit. Car ces derniers nont pas lobligation dassister en direct aux vnements : ils peuvent en rendre compte sans les avoir vus. Cest dailleurs ce que beaucoup font : ils reprennent des dpches dagence, sollicitent aprs-coup le tmoignage des acteurs concerns, voire reconstruisent le droulement des faits lorsquil est controvers (y avait-il 50 000 ou 100 000 manifestants ?) Le photoreporter, lui, doit se trouver surplace. Il peut y tre empch de photographier, mais il doit y tre.

    Jusquaux annes 1970, dans les grands quotidiens occidentaux qui employaient des photoreporters permanents, lune des premires tapes de lapprentissage

  • de ce mtier consistait suivre dans la rue un photographe dj chevronn pour apprendre avec lui, de lui, anticiper les vnements et les suivre sans leur faire obstruction. Cest effectivement la double condition pour tre sur place au moment voulu et pour tre en mesure de restituer en images ce qui sest pass.

    Photographier lactualit requiert donc de savoir manuvrer dans ce contexte en constant mouvement. Autant quun talent pour limage, il faut dtenir une science de lvnement : savoir cultiver ses sources dinformation, pres-sentir les faits marquants, voire tre dans le secret, et alors le garder pour soi. Il nest pas rare que des photographes rapportent des clichs dvne-ments dont ils ont dlibrment tenu loigns les journalistes de leur propre journal, si ctait la condition pour tre les seuls ou du moins les premiers.

    Le scoop constitue cet gard le coup dclat du photoreporter, son morceau de bravoure : tre le premier donner voir ce que personne na encore vu.

    Telle est lambition de tous les photographes ou cameramen de presse, leur obsession majeure. Cette obsession est constitutive du fonctionnement mme de leur mtier.

    La jeune fille Afghane Steve McCurry 1984

  • RobeRt Capa1913-1954

    Robert Capa est la figure historique majeure, celle qui r-sume parfaitement cette race de photographes assimilant la presse et laventure.En 1938, le priodique anglais Picture Post le saluait comme le plus grand photographe de guerre au monde .

    Il navait alors que 25 ans, mais il stait dj rendu clbre par cette photo prise lors de la guerre dEspagne, publie en 1937 par Life avec pour lgende : Lappareil de Robert Capa saisit un soldat espagnol au moment prcis o une balle le frappe en pleine tte, devant Cordoue .

    Capa affirmait : Si tes photos ne sont pas assez bonnes, cest que tu nes pas assez prs.

    Dans le contexte dune guerre, ce parti-pris tait directement synonyme de danger, mais tel tait le prix de la photographie. Le photographe devait risquer sa vie en premire ligne des combats, il garantissait ainsi quil avait partag la condition des soldats jets dans les atrocits de la guerre.

    Une autre prouesse photographique accrut encore la gloire internationale de Capa : ce clich rapport du dbarque-ment alli du 6 juin 1944 Omaha Beach.

    Mort dun milicien espagnol1936

    RFR

    ENCES

  • Capa dbarqua en mme temps que les soldats, il photographia ses compatriotes sous le feu allemand. Il ralisa ainsi 106 clichs. Mais lelaborantin charg de dvelopper ses films les fit scher une temprature trop leve pour essayer de gagner du temps et les acheminer plus vite New York, en vue de leur parution dans Life : seules 8 photos furent sauves, trs dtriores. Floues, elles nen acquirent que plus de force et furent clbres comme un monument ingal de la photographie de presse.

    En 1954, Robert Capa sauta sur une mine alors quil pho-tographiait les soldats franais en Indochine. Avant lui et depuis, de nombreux autres photographes prirent dans lexercice de leur mtier. Ils contriburent lui confrer cette aura dramatique qui ne fait que renforce limpact des photographies dactualit.

    Dbarquement allien Normandie,

    6 juin 1944

  • aGenCeMaGnuM

    RFR

    ENCES

    Magnum Photos est une cooprative photographique.Cre en 1947 par Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, George Rodger, William Vandivert et David Seymour, elle fut la premire de ce genre voir le jour.

    Lagence regroupe une soixantaine des plus grands photographes et photojournalistes du monde.Elle a des bureaux New York, Londres, Paris, et Tokyo.

    Auparavant, les agences photographiques achetaient tous les droits sur les pro-ductions des photographes, une fois leurs droits vendus, ceux-ci navaient plus aucun contrle sur lutilisation de leurs photos. La cration de Magnum Photos avait donc pour but de permettre aux photographes de garder un contrle total sur les droits de leurs photos.

    Un photographe, sil souhaite devenir membre de Magnum Photos, doit tre nomm en prsentant un book et en obtenant 66 % des voix du jury. Il travaille alors sous la direction dun photographe membre de Magnum Photos, durant une priode dessai de deux ans. la fin de cette priode, le photographe nomm peut devenir photographe associ. Il est alors employ plein temps pour la cooprative, sans en tre encore actionnaire.

    Aprs deux ans, il a la possibilit daccder au statut de membre part entire et de devenir ainsi co-actionnaire. Mais il arrive quun photographe nomm ou associ ne parvienne pas au statut de membre.

    Au del des publications dans les journaux du monde entier, des livres et des expositions consacrent rgulirement laction des photographes de Magnum Photos.

    Extrait de la liste des photographes

    appartenant lagence Magnum Photos

  • La tlvision na pas supprim la photographie de presse.

    Il suffit pour sen convaincre de consulter la presse quotidienne et les magazines : la photographie y est omniprsente. Mais ce qui a chang, cest que la photographie nest plus le mdium privilgi de couverture de lactualit immdiate.

    Dans la plupart des cas, elle a abandonn cet avantage la tlvision. Elle conserve ses qualits dexclusivit lorsque la tlvision se trouve danslincapacit daccder un vnement.

    Cela devient de plus en plus frquent dans les conflits arms contemporains, surtout sil sagit de guerres civiles.

    Contrler linformation est jug si dterminant pour les pouvoirs en place que les tlvisions trangres sont le plus souvent interdites. Dans les faits, certains photographes, plus discrets que des quipes de tlvision, parviennent sinfiltrer et envoyer des clichs qui sont les seules images publiables en pareil cas.

    La transformation la plus notable sest probablement opre dans lesprit mme des photographes : ils partent photographier en sachant pertinemment que la tlvision couvrira le mme vnement queux et mme quelle en aura dj donn

    photoGRaphie et tLVision

  • voir quelque chose lorsque leurs clichs paratront.

    Ils oprent donc constamment, dsormais, en fonction de lomniprsence de limage tlvise. Beaucoup cherchent faire des images en dcalage par rapport limagerie cathodique : soit en allant photographier des vnements ou des situations ngliges par la tlvision, soit en les photographiant autrement.

  • la productIon derrIre lImage

    lImage vIdo

    Journaux tlvIss

    reportages / documentaIres

  • JouRnaux tLVissUn journal tlvis est une mission dinformation diffuse la tlvi-sion et gnralement annonce par un prsentateur rcurrent, qui in-troduit des reportages ou des squences sur des sujets internationaux, nationaux ou locaux et des chroniques rcurrentes comme la mto.

    Les informations proviennent le plus souvent des journalistes et des correspondants de la rdaction du rseau en rgion ou ltranger. Ces informations peuvent ga-lement provenir des agences de presse internationales comme lAFP, Reuters TV, AP TV, La Presse canadienne... qui centralisent les images dintrt international issues des tlvisions nationales du monde entier. Le prsentateur peut galement rsumer lui-mme une information, avec image off ou sans image brve .

    Depuis le milieu des annes 1980, le journal tout en images a introduit unenouvelle forme de journal tlvis, cest--dire sans tre incarn par un prsentateur apparent, les nouvelles tant commentes en voix off.En France les premires actualits sont diffuses au cinma avec le Path-Journal partir de 1908, puis les Actualits franaises.Le premier journal tlvis franais lui est diffus le 29 juin 1949 21

  • heures avec des reportages comments en direct par Pierre Sabbagh de-puis les studios de la rue Cognacq-Jay Paris. Le premier prsenta-teur fait son apparition dans le champs lcran le 6 novembre 19562.

    Le journal tlvis de 20 heures est lheure laquelle les tlspecta-teurs sont les plus nombreux derrire leurs tlviseurs pour le suivre de-puis les annes 1960. Depuis, sa forme na quasiment pas chang, si lon ex-cepte, depuis la fin des annes 1980, le rtrcissement au profit de limage du temps dantenne dvolu au prsentateur et aux ditorialistes. Cette volution est en partie due la concurrence et la course laudience.

    Aujourdhui, on distingue plusieurs chanes dinformation en France, TF1 et France tlvisions runissant France 2, France 3 ou encore Arte, cha-cune disposant de son journal quotidien. On peut galement citer M6 et Ca-nal + mais aussi les chanes dinformation en continu telle que itl ou BFM tv.

  • Un journal tlvis classique met souvent en lumire un prsentateur, lmission commence donc en gnral par un plan poitrine sur ce dernier qui annonce les gros titres. En mme quil les nonce, un montage visuel reprenant des images cls nous est propos. Ensuite viennent les reportages avec souvent une voix off, des interviews, qui relatent linformation de la manire la plus objective possible.

    De temps en temps des personnalits sont invites participer aux missions et alors sen suit un dialogue champ contre champ questions/rponses.

    Mais le montage peut tre diffrent selon les chanes , on peut parfois trouver des zapping, cest dire des montages dynamiques reprenant les grand thmes de lactualit qui ne disposent pas de prsentateur ni de voix off.

    Un journal est cens cibler tout le monde, il nexiste pas vraiment de parti pris radical, les codes couleurs restent sobres, la typographie moderne mais discrte. Limage et linformation passent avant tout.

    Mais il existe dautres journaux trompeurs, je pense au grand journal et au petit journal par exemple. Tout deux classs comme des journaux traitant de lactualit et plutt attirant par leur originalit graphique, au rythme entrainant et au code couleur flamboyant, ne constituent tils pas un pige ou linformation est dtourne et parfois caricature ?

    Comment dtourne ton les images et quelles sont les astuces graphique pour interesser une certaine cible des sujets parfois rbarbatifs ?

    LiMaGe JouRnaListique

  • RepoRtaGes et doCuMentaiResLe film documentaire est un genre cinmatographique et tlvisuel.En gnral, un film documentaire est de type informatif ou didactique, il utilise, soit tels quels, soit en les combinant et en les agrmentant de com-mentaires rtrospectifs, des documents iconographiques authentiques.

    Les documentaires reprsentent souvent le domaine de lhistoire ou desactivits humaines, ou bien le monde naturel. Il soppose donc la fiction.Une telle dfinition nest toutefois pas stricte car un documentaire peut recouper certaines caractristiques de la fiction, notamment via la re-constitution comme le docufiction ou travers la rflexion en amont sur le sujet, qui peut donner lieu un scnario plus ou moins labor.

    Le documentaire se distingue aussi du reportage. Il est parfois trs difficile de faire la distinction entre un reportage et un documentaire. Il faut donc juger les uvres dans leur globalit, sur un ensemble de critres plus ou moins subjectifs, parmi lesquels on peut citer les intentions de lauteur, le synopsis, la dure du film, les choix de cadre, la sophistication du montage, lhabillage sonore et musical, les techniques utilises, le langage, le traitement du temps, lutilisation dacteurs, les

  • reconstitutions, les mises en scnes, loriginalit. Il est aussi possible de distinguer le documentaire du reportage en voquant le fait que lauteur dun documen-taire appelle la ralit soi, tandis que le rapport est inverse pour le reportage

    Le reportage est dabord un compte rendu dvnements auxquels assiste le journaliste sur le terrain.Le reportage film se distingue du documen-taire par le choix dun angle, cest--dire dun point de vue qui servira de fil conducteur. Sa mission nest pas de dvelopper une problmatique mais plu-tt dapporter un clairage complmentaire une information dactualit.

    Un reportage film ne peut prtendre faire uvre dobjectivit. Le choix de langle, des tmoins interrogs, des lieux et des venements films constitue dj un parti pris. La manire de filmer est aussi un lment subjectif qui rvle la personna-lit et les intentions du journaliste. Des critiques comme Pierre Carles et Daniel Schneidermann dnoncent rgulirement les drives du reportage tlvis. Pour Pierre Bourdieu, le reportage est victime de la logique commerciale du journalisme qui privilgie les sujets qui font vendre et les personnalits qui passent bien .

  • Pour parler du documentaire et du reportage je voulais map-puyer sur le documentaire Opration Lune de Stanley Kubrick.

    Il avait fait polmique car il dmontrait que lascension sur la lune tait une mascarade et que personne ny avait jamais mis les pieds. Bien sr ctait volontairement de la contre infor-mation, mais tout le monde tait tomb dans le pige. Les spectateurs y ont cru, et se sont sentis trahis.

    Un documentaire peut parfois jouer avec la fiction, mais il existe des reportages ou la ralit est dtourne voire falsi-fie. On scnarise des vnements pour parler dactualit. Il serait intressant de se pencher sur ces faux-reportages et dmanteler le montage pour comprendre comment avec de simples images on peut parvenir piger le spectateur.

  • image production tvLa pRoduCtion deRRiRe LiMaGe : Les Jeux oLyMpiques

  • image production tvLa pRoduCtion deRRiRe LiMaGe : Les Jeux oLyMpiques

  • iMaGe et J.oEn tant quvnement international et incontournable les Jeux Olympiques qui ont lieu cet t sont retransmis sous toute les coutures.

    Alors comment sont orchestres les images pour toucher au plus prs la ralit ? Pour faire vivre les motions et les sensations sportives lautre bout du monde ? Car derrire chaque sportif il y a un pays qui le soutient et vibre devant limage de ses exploits.

    En gnral, pour voquer ce genre de grands vnements, les journaux et linformation mettent en place des dos-siers spciaux. Ainsi ils inventent un logo, une charte, des bandeaux. Et lvnement en question est tout de suite reconnaissable. Jai pu assister lors de mon stage chez Closer a la ralisation dun logo spcifique pour les prsidentielles mis en forme au moins 6 mois lavance.

    Cette programmation dvnements spciaux souligne aussi la question du direct la tlvision. Alors comment une quipe de production met en place ces directs ? il serait intressant daller voir et peut tre assister au montage dune mission en direct pendant la ralisation de ce mmoire.

  • AUX JO, LES PHOTOGRAPHES SONT REMPLACS PAR DES ROBOTS

    Lagence de presse Reuters va envoyer aux JO de Londres une quipe de robots pour photographier lvnement, rapporte Wired.

    11 robots seront installs dans des endroits normalement inaccessibles des pho-tographes humains. Les appareils seront essentiellement accrochs au plafond des stades et un photographe au sol les tlcommandera grce un joystick. Certains ont mme t suspendus plus de 30 mtres de haut.

    Chaque appareil sera quip de trois objectifs diffrents (24-105mm, 70-200mm et un tlobjectif) et pourra pivoter sur trois axes. Il pourra aussi contrler la vitesse douverture, la sensibilit la lumire et la taille de limage. Les clichs seront ensuite envoys directement sur le fil Reuters pour tre dits.

    Fabrizio Bensch, inventeur des appareils photos robots avec son collgue Pawel Kopczynski, dtaille la conception de ces robots sur son blog Reuters.

    Sur nimporte quel vnement sportif, quand il ny a pas de place pour le pho-tographe, ou si on a besoin de capturer un moment dune autre perspective, on peut utiliser une technologie tlcommande. On voulait rendre possible limpos-sible; tout comme les athltes des Jeux olympiques.

    Lide leur est venue en 2009, et le premier appareil-photo robot a t test aux championnats du monde dathltisme de septembre 2011 en Core du Sud. Cest Londres que plusieurs appareils de ce type seront utiliss en mme temps pour la premire fois.

    Une initiative qui risque de fausser la concurrence. Se battre contre des robots, a nest pas trs fairplay explique Wired. Mark Reblias, photographe aux JO, confirme.

    Je ne peux rien faire. Peut-tre que je vais devoir moderniser mon matriel et installer un matriel robotique moi aussi. Ce serait trs cher, mais cest peut-tre le prix que je vais devoir payer.

    Pour linstant, les 11 appareils robots prendront des photos de sports drama-tiques, selon les photographes. Le ping-pong, le taekwondo, la boxe, lescrime, ou encore lhaltrophilie par exemple. Ils seront aussi installs au-dessus des parquets de basket, des pistes dathltisme et des salles de gymnastique.

  • France tlvisionsorchestre la diffusion des J.O en France, voici lextrait dun article trouv sur Slate.fr et qui parle justement de cette proximit entre lvnement et la tlvision.

    Les Jeux oLyMpiques, pRoduit tLVisueL idaL

    Les JO, cest aussi deux semaines de surexposition tlvisuelle de sport dans tous ses tats. Et pour cause, la comptition est la rencontre parfaite entre le sport et les besoins de la tl.Prparez-vous entendre parler des Jeux olympiques. A la tl, la radio, dans les journaux. De tt le matin tard le soir. En priode de JO, il ny a plus place mdiatique pour les insurgs syriens, le prsident normal ou la guerre des chefs droite.

    La comptition aux cinq anneaux est devenue un vne-ment plantaire. Un genre de grand-messe orchestre par les mdias en live et en quadricolore. Plus que toute autre comptition sportive, les Jeux fournissent aux ralisateurs tl les trois lments quils recherchent le plus dans le sport, du rythme, de lempathie et du spectacle.

    Lempathie

    Pendant une retransmission sportive, limage nous montre autant les ractions des athltes que leurs exploits. Cest la base, confirme Jean-Bernard Marie Moles, producteur et ralisateur la retraite. Lala en-trane de lmotion, cest cela que lon montre. Lors du lancer du poids, la camra sattarde autant sur le visage

  • contract de lathlte venant deffectuer son tir que sur le mouvement en lui-mme.

    Les JO offrent encore plus dmotions. Dune part, leur frquence tous les 4 ans en fait un vnement excep-tionnel. Dautre part, la multiplication des preuves per-met au spectateur dtre en permanence dans plusieurs tats.

    Jean-Bernard Marie Moles, qui est aussi titulaire dun doctorat et rflchit sur sa profession, note que cette tendance nous a pouss vouloir voir lavant et laprs des preuves. Au rugby, la camra est souvent prsente avant les matchs dans les vestiaires. Au handball, le public stait insurg contre France Tlvision quand celle-ci avait coup la crmonie de remise des mdailles en 2001.

    Lmotion de lpreuve ne prend son sens que dans le contexte de la concentration (ou lassurance) avant le dbut et la dception (ou la joie) aprs. Avec les JO, le tlspectateur passe dun tat lautre quasiment simul-tanment. On sera avec le sprinteur assur de passer les qualif, on souffrira avec le marathonien en plein effort, on sera concentr avec le cycliste avant lpreuve tout en se flicitant de la mdaille du rameur.

  • Le rythme

    On vient de lvoquer, mais cest un sujet primordial. La glorieuse incertitude du sport peut tre aussi ennuyeuse que spectaculaire. Pourtant, il ny a rien de pire pour un pro-ducteur de tl quun temps faible. Dans le sport, il existe des temps faibles que lon meuble avec des interviews ou des ralentis. La tl cest du temps plein, tout le temps, raconte notre tmoin.

    France Tlvisions la bien compris. Regardez leur traite-ment de Roland-Garros. Leurs rgles sont simples:

    1. De lempathie, on prfre montrer un franais en train de perdre, quun beau match entre deux favoris.2. Du rythme, si un match est trop lent, on envoie Nelson Monfort interviewer quelquun qui na rien dire.3. Encore du rythme. Au moindre arrt de jeu, on montre un ralenti du point prcdent. Parfois il sagit juste de voir une balle taper le haut du filet, mais au moins, a remplit.Les JO, avec leurs 302 preuves en deux semaines, per-mettent aux ralisateurs fous de samuser zapper dune preuve lautre continuellement. Pour regarder une disci-pline en exclusivit, il reste le streaming.

    Le spectacle

    Quand on regarde une preuve sportive on veut voir des gestes techniques improbables, des performances excep-tionnelles et, si possible, historiques.

    Ajoutez ces trois lments lexacerbation du patriotisme dans une comptition internationale runissant 204 dl-gations et la possibilit de raconter de belles histoires de lathlte amateur confront aux plus grands professionnels du monde dans sa discipline. Vous obtenez un spectacle parfait pour le plus grand nombre, fdrateur sur des va-leurs consensuelles et exportable.

    Olivier Monod

  • information sur internet :surpuissance de limage

  • Aujourdhui avec lexpansion des r-seaux sociaux linformation est partout, accessible tous. Avec le concept de partage chacun relate les informa-tions qui la marqu et en fait part son rseau.Pendant les prsidentielles facebook est devenu le thtre de dbats envenims et de partages de photos en tout genre. Des caricatures ou des images glorifiantes de son candidat favori.

    A lheure actuelle, chacun est son propre journaliste, on peut rdigerdes articles, creer des images et les mettre en ligne comme bon nous semble.

    Mais ou sarrte linformation ? Il devient difficile de trier, et lon peut vite sgarer dans un ocan de rumeurs et de ragots en tout genres. Puis vient la question du droit limage, les photos voles modifies et utilises. Les montages, les atteintes la vie prive.

    Dautre part, les politiques, les vedettes, toutes ces personnes que lon voit dans la presse ou la tlvision sont au-jourdhui accessible via twitter et facebook, il est possible de les ajou-ter en ami, de leur parler et mme de regarder leurs photos de vacances. Linformation n a presque plus besoin de mdiateur puisquelle est l, en direct. Combien de journalistes se sont fait rprimander pour avoir prononc le tweet de trop.

  • Enfin il y a aussi ces populations qui aujourdhui nont pas encore accs in-ternet et cette prolifration dimages. Linformation est trs limite et il devient mme difficile pour eux de savoir ce quil se passe dans leur propre pays. Comment ragiraient ces peuples au contact de cet instrument mdia-tique ?

    Plus quun mdia, internet est le plus grand rseau dinformations jamais connu. Tout existe, tout y est recens.

    Alors comment se profile lavenir de ce rseau ? Est ce que le presse crite et la tlvision vont tendre disparaitre au profit des tablettes numriques et des chaines dinformation continue sur youtube ?

    En tant que graphiste, je ralise que les formations print sont de moins en moins recherches. Aujourdhui cest un atout de matriser le web. Sera til possible un jour dallier les deux ?

    Take this lollipop est une application

    facebook qui met en garde contre la

    diffusion dimages.