Golf Ocean n°19 - Janvier/Février 2014

of 36 /36

Embed Size (px)

description

Magazine de Golf gratuit Gironde / Landes / Pays Basque

Transcript of Golf Ocean n°19 - Janvier/Février 2014

  • Golf Ocan - Janvier/Fvrier 2014 3EVENEMENTIELLe golf au service de lvnement

    Organisation sur mesure :

    Golf Ocan s'occupe de tous : Invitations, communication dans le magazine Golf Ocan, tous supports PLV, dotation, cocktail dinatoire, remise des prix etc...Au juste prix !

    Dveloppez votre image autour d'une com-ptition de golf ouverte ou priv et invitez vos meilleures clients sur les golfs Girondin, Landais ou Pays Basque.

    Crez votre vnement :

    Logotez vos polos, casquettes, ballesde golf, tees, relve pitch, badges etc...

    Personnalisation sur mesure :

    Pour tout renseignement joindre : Claudio au 06 64 93 61 30 ou [email protected]

  • Golf Ocan - Janvier/Fvrier 20148

    Benoit Ducoulombier

    Mais ceux qui se produisent de temps en temps compensent largement le reste. On travaille pour ces moments-l qui sont des bonheurs person-nels, intrieurs, mais qui sont aussi constitus du plaisir daider les joueurs. "

    Toujours muni de son petit sige trpied, Benot Ducoulombier arpente avec Julien Quesne ou Victor Dubuisson les parcours du circuit euro-pen. A mi-chemin entre le dpart et le green de chaque trou, puis aux abords des greens, o on le trouvera la meilleure place, celle qui permet de tout voir, mme de loin, et sans jumelles. Mais tout le monde na pas son il. Je vois exactement tout ce qui se passe, je vois sur les visages de Julien ou de Victor leur plaisir, leur dception, je sais parfaitement dans quel tat desprit ils se trouvent.

    Le plus difficile pour le coach est de se retrouver face une forme dimpuissance : " Mme si on le souhaite profondment, on ne peut pas tout faire pour les joueurs. On peut juste les aider avancer mais ce qui est trs frustrant cest quon ne peut pas tout grer. Il y a des moments o on est au practice et le joueur ne tape que de bons drives. Tu te dis quil va jouer velours et puis a ne se passe pas bien sur le parcours. Pas ques-tion cependant de se laisser aller un quel-conque spleen. La remise en question perma-nente est fondamentale, elle est mme un moteur qui permet davancer, de progresser dans le travail commun. "Cest la raison pour laquelle jai toujours envie davancer, de faire progresser mes joueurs. Mais le coach se doit de scruter lavenir. Ce qui est important est de faire un travail juste sur le moyen et le long terme. explique Benot Ducoulombier. Il faut savoir se remettre en cause. Et quand on est sr quon est sur la bonne voie et que votre joueur ne joue pas bien, il faut tre patient, tre sr que le travail paiera un moment donn. "

    avait fini 2e de l'US Open devant un certain Tiger Woods. Et puis les moments de doute, bien plus frquents, qui jalonnent hlas la vie d'un golfeur pro. Quand tout va bien, suivre son joueur favori sur 18 trous est une partie de plaisir. Cela peut tourner une forme de torture lorsque lobjet de toute votre attention ne parvient pas hisser son jeu la hauteur des esprances fondes sur lui. ajoute Benoit Ducoumobier. Quelle tait belle, cette deuxime place un petit coup de Graeme McDowell Pebble Beach. Grgory Havret a russi enchaner avec une belle anne 2011, termine au rang de premier Franais avec quatre tournois achevs dans le top 5. Mais 2012 a sonn le glas dune lente dcrpitude qui se poursuivit dbut 2013. Benot Ducoulombier avance des explications on ne peut plus clas-siques: "Il suffit que tu perdes un ou deux points au putting sur les huit premiers trous, et tu es dans le rouge ensuite. Tu en demandes trop ton grand jeu, tu veux faire le coup parfait pour te mettre au drapeau parce que tu sais qu 10 mtres, tu es en danger. Si on ne peut plus avancer ensemble et quon ne se comprend plus, que les rsultats ne viennent pas, il faut changer quelque chose, cest pourquoi Grgory et moi, nous nous spars en mai 2013."Dans le cas dun golfeur professionnel comme Grgory Havret, le changement de coach peut intervenir plus pour des raisons dusure que de manque de dialogue avec son coach. Lenseignement du golf utilise de plus en plus de ressources varies comme la vido ou de nou-veaux outils pdagogiques, mais lusage de la parole est encore pour longtemps au centre de toutes mthodes, et les mots ont leurs impor-tances. " Je suis bien sr trs heureux quand mes joueurs jouent bien, et trs malheureux quand ils jouent mal, reconnat Benot Ducoulombier. Cest ma vie, cest mon mtier, mais jai heureusement pour moi compris que, dans ce mtier, il y a beau-coup plus de frustrations que de grands bonheurs.

    PORTRAIT D'UN COACH

  • Golf Ocan - Janvier/Fvrier 20148

    Benoit Ducoulombier

    Mais ceux qui se produisent de temps en temps compensent largement le reste. On travaille pour ces moments-l qui sont des bonheurs person-nels, intrieurs, mais qui sont aussi constitus du plaisir daider les joueurs. "

    Toujours muni de son petit sige trpied, Benot Ducoulombier arpente avec Julien Quesne ou Victor Dubuisson les parcours du circuit euro-pen. A mi-chemin entre le dpart et le green de chaque trou, puis aux abords des greens, o on le trouvera la meilleure place, celle qui permet de tout voir, mme de loin, et sans jumelles. Mais tout le monde na pas son il. Je vois exactement tout ce qui se passe, je vois sur les visages de Julien ou de Victor leur plaisir, leur dception, je sais parfaitement dans quel tat desprit ils se trouvent.

    Le plus difficile pour le coach est de se retrouver face une forme dimpuissance : " Mme si on le souhaite profondment, on ne peut pas tout faire pour les joueurs. On peut juste les aider avancer mais ce qui est trs frustrant cest quon ne peut pas tout grer. Il y a des moments o on est au practice et le joueur ne tape que de bons drives. Tu te dis quil va jouer velours et puis a ne se passe pas bien sur le parcours. Pas ques-tion cependant de se laisser aller un quel-conque spleen. La remise en question perma-nente est fondamentale, elle est mme un moteur qui permet davancer, de progresser dans le travail commun. "Cest la raison pour laquelle jai toujours envie davancer, de faire progresser mes joueurs. Mais le coach se doit de scruter lavenir. Ce qui est important est de faire un travail juste sur le moyen et le long terme. explique Benot Ducoulombier. Il faut savoir se remettre en cause. Et quand on est sr quon est sur la bonne voie et que votre joueur ne joue pas bien, il faut tre patient, tre sr que le travail paiera un moment donn. "

    avait fini 2e de l'US Open devant un certain Tiger Woods. Et puis les moments de doute, bien plus frquents, qui jalonnent hlas la vie d'un golfeur pro. Quand tout va bien, suivre son joueur favori sur 18 trous est une partie de plaisir. Cela peut tourner une forme de torture lorsque lobjet de toute votre attention ne parvient pas hisser son jeu la hauteur des esprances fondes sur lui. ajoute Benoit Ducoumobier. Quelle tait belle, cette deuxime place un petit coup de Graeme McDowell Pebble Beach. Grgory Havret a russi enchaner avec une belle anne 2011, termine au rang de premier Franais avec quatre tournois achevs dans le top 5. Mais 2012 a sonn le glas dune lente dcrpitude qui se poursuivit dbut 2013. Benot Ducoulombier avance des explications on ne peut plus clas-siques: "Il suffit que tu perdes un ou deux points au putting sur les huit premiers trous, et tu es dans le rouge ensuite. Tu en demandes trop ton grand jeu, tu veux faire le coup parfait pour te mettre au drapeau parce que tu sais qu 10 mtres, tu es en danger. Si on ne peut plus avancer ensemble et quon ne se comprend plus, que les rsultats ne viennent pas, il faut changer quelque chose, cest pourquoi Grgory et moi, nous nous spars en mai 2013."Dans le cas dun golfeur professionnel comme Grgory Havret, le changement de coach peut intervenir plus pour des raisons dusure que de manque de dialogue avec son coach. Lenseignement du golf utilise de plus en plus de ressources varies comme la vido ou de nou-veaux outils pdagogiques, mais lusage de la parole est encore pour longtemps au centre de toutes mthodes, et les mots ont leurs impor-tances. " Je suis bien sr trs heureux quand mes joueurs jouent bien, et trs malheureux quand ils jouent mal, reconnat Benot Ducoulombier. Cest ma vie, cest mon mtier, mais jai heureusement pour moi compris que, dans ce mtier, il y a beau-coup plus de frustrations que de grands bonheurs.

    PORTRAIT D'UN COACH

  • Golf Ocan - Janvier/Fvrier 2014 15REGLES DE GOLFLes questions que vous

    vous posez sur un parcours.

    - Sur le dpart, le joueur fait tomber malencon-treusement sa balle du tee, il doit tre pnalis.Faux : la balle nest pas encore en jeu. Pas de pnalit.

    - Le joueur retrouve une balle sans tre sr que ce soit la sienne dans un rough pais. Il na pas le droit de la relever pour lidentifier.Faux : le joueur peut identifier sa balle partout sur le terrain (le rough fait partie du terrain). Pour les dtails de la procdure didentification, voir la rgle 12-2.

    - Le joueur est gn pour jouer son coup cause dune balle. Il peut la relever.Vrai : ce cas est prvu par la rgle 22-2. Le joueur a le droit de demander au propritaire de la balle quil la relve, mais il ne doit pas le faire lui-mme. Cependant, en stroke play il naurait pas de pnalit pour ce geste, mais il serait pnalis dun coup en match play.

    - Le joueur sur le fairway peut enlever du sable qui se trouve devant ou autour de la balle.Faux : car le sable sur le fairway nest pas un dtritus et il sagit alors dune amlioration de la ligne de jeu sanctionne par la rgle 13-2.

    - La balle du joueur repose contre un rteau et elle bouge quand il enlve le rteau. Il joue lendroit o elle est retombe.Faux : si la balle bouge aprs avoir enlev le rteau, elle doit tre replace sans pnalit (rgle 24-1a).

    - Le joueur peut enfoncer ses pieds dans le bunker pour avoir un stance amlior.Vrai et faux : on peut enfoncer ses pieds pour avoir une position bien stable, mais le faire avec excs (par exemple, en effondrant la paroi dun bunker pour avoir ses pieds au mme niveau) revient se fabriquer un stance ce qui est interdit par la rgle 13-3.

    - En dehors du green, le joueur na pas le droit de nettoyer sa balle quand il la identifie.

    Vrai : selon la procdure de la rgle 12-2, la balle ne doit pas tre nettoye plus que ncessaire son identification ; cest un des trois cas o le joueur ne peut pas nettoyer sa balle aprs lavoir releve. Les deux autres cas tant vrification si une balle est hors dusage ou pas (rgle 5-3) et balle aidant ou gnant le jeu (rgle 22).

    - Un joueur a sa balle sur le green, un deuxime joueur est hors du green. Cest ce dernier de jouer en premier.Faux : Comme partout sur le terrain, cest au joueur qui est le plus loin du trou jouer en premier, mme sil est sur le green.

    - Il y a une pnalit quand sur le green le joueur enlve avec la main du sable sur sa ligne de putt.Faux : sur le green, le sable est un dtritus (voir la section Dfinitions du livre des rgles ).

    - En stroke play, le joueur remarque un brin dherbe sur sa ligne de putt. Il tapote dessus avec son putter pour le courber. Il est pnalis de deux coups.Vrai :cest une amlioration de la ligne de jeu sanctionne par la rgle 13-2. On peut aussi dire que ce nest pas une des exceptions de la rgle 16-1 qui interdit de toucher la ligne de putt.

    - Le joueur na pas de pnalit quand il aplanit avec son pied des marques de clous se situant sur sa ligne de putt.Faux : mme commentaire que ci-dessus ; am-lioration de la ligne de jeu sanctionne. Contrai-rement ce que lon entend parfois, les profes-sionnels nont pas non plus lautorisation de rparer des marques de clous.

    - Il est interdit de putter dune main en tenant le drapeau dans lautre main.Faux

    - Aprs avoir vrifi les scores avec son co-com-ptiteur, le joueur rend sa carte de score et celle de son co-comptiteur au secrtariat. Il saperoit quil a oubli de signer les deux cartes. Problme, il a dj quitt le golf. Les deux joueurs sont disqualifis.Vrai : la carte de score une fois rendue doit comporter imprativement la signature du marqueur et celle du joueur (rgle 6-6b). Une tolrance est accorde aux joueurs pour quand mme signer leur carte non signe une fois rendue, mais cette tolrance ne sapplique que si les joueurs nont pas encore quitt laire de recording. Une fois cette aire quitte, mme si les joueurs sont encore dans le golf, il est trop tard.