Ge5e - 2011 - Heinrich - Rapport de Stage Pfe

of 55 /55
Le Projet de Fin d’Etudes s’est déroulé du 14/02/2011 au 26/08/2011. Rapport de Projet de Fin d’Etudes Chargé d'affaires "adjoint" : Etablissement d’offres technico-commerciales dans le secteur tertiaire. Auteur : M. HEINRICH Nicolas INSA Strasbourg, Spécialité Génie Electrique, Option Energie Tuteur Cegelec : M. SCHNEIDER Philippe Chef du centre de travaux de Strasbourg Tuteur INSA de Strasbourg: M. HUBE Jean-Michel Directeur du département Génie Electrique Cegelec Nord & Est 3, Rue du Travail 67411 Illkirch-Graffenstaden

Embed Size (px)

Transcript of Ge5e - 2011 - Heinrich - Rapport de Stage Pfe

  • Le Projet de Fin dEtudes sest droul du 14/02/2011 au 26/08/2011.

    Rapport de Projet de Fin dEtudes

    Charg d'affaires "adjoint" : Etablissement doffres technico-commerciales dans le secteur tertiaire.

    Auteur : M. HEINRICH Nicolas INSA Strasbourg, Spcialit Gnie Electrique, Option Energie

    Tuteur Cegelec : M. SCHNEIDER Philippe Chef du centre de travaux de Strasbourg

    Tuteur INSA de Strasbourg: M. HUBE Jean-Michel

    Directeur du dpartement Gnie Electrique

    Cegelec Nord & Est 3, Rue du Travail

    67411 Illkirch-Graffenstaden

  • Heinrich Nicolas 2 PFE 2011

    REMERCIEMENTS

    Je remercie mon matre de stage, M. Philippe SCHNEIDER, directeur du centre de travaux de Strasbourg, qui ma accueilli au sein de son quipe et qui ma permis de mintgrer et de travailler au sein de lentreprise.

    Jadresse mes remerciements M. Valre KUNTZ, M. Luc CAIRE-REMONAY, chargs daffaires, ainsi qu M. Yoann DUVAL et M. Pascal HOLDERITZ, avec qui jai eu la chance de travailler et qui mont parfaitement intgr au sein de leurs oprations en cours. Ils mont permis damliorer mes connaissances des offres technico-commerciales pour les projets tertiaires afin de devenir un Ingnieur Charg daffaires oprationnel ds la fin de ce projet de fin dtudes.

    Je tiens galement remercier toutes les personnes du centre de travaux avec qui jai travaill et qui mont accueilli avec beaucoup de sympathie.

  • Heinrich Nicolas 3 PFE 2011

    FICHE DOBJECTIFS

    Mon Projet de Fin dEtudes vise me rendre oprationnel au poste dingnieur charg daffaires.

    Pour se faire, il mest demand de raliser des offres technico-commerciales et de suivre les

    projets afin de me familiariser avec les tches et les fonctions de lingnieur charg daffaires.

    Lobjectif peut tre dtaill comme suit :

    o Participer ltablissement des offres technico-financires :

    - Analyse du cahier des charges

    - Visite sur site

    - Pr tudes techniques

    - Chiffrage

    - Rdaction du dossier de rponse

    o Participer au suivi de projet :

    - Suivi des tudes

    - Suivi du chantier

    - Suivi du planning

    - Coordination client

    - Matrise du budget

    o Participer la rception de linstallation

  • Heinrich Nicolas 4 PFE 2011

    RESUME/CONDENSE

    PROJET DE FIN DETUDES

    Auteur : HEINRICH Nicolas Promotion : Gnie lectrique 2011 Titre : Charg d'affaires "adjoint" : Etablissement doffres technico-commerciales dans le secteur tertiaire.

    Soutenance : 22/09/2011 15h15

    Structure daccueil : Cegelec Nord & Est, 3 rue du travail, 67411 Illkirch

    Nb de volume(s) : 1 Nb de pages : 55

    Nb de rfrences bibliographiques : Rsum : Dans le cadre de mon Projet de Fin dEtudes, jai occup le poste de charg daffaires adjoint au sein du service tertiaire de la socit Cegelec Nord &Est Illkirch. La mission qui ma t confie consistait raliser des offres technico-commerciales afin dobtenir des affaires pour lentreprise. Les affaires concernaient particulirement des marchs publics tels que la caserne de pompiers de Molsheim, la restructuration dcoles maternelles, la rnovation de la Piscine du Wacken. Jai aussi ralis des chiffrages pour des chantiers plus imposants tels que la restructuration dun ancien hpital en E.H.P.A.D. mais galement la restructuration de laile ouest du lyce Jean Rostand Strasbourg ainsi que le remplacement du cblage VDI du Conseil de lEurope. Mon travail a port ses fruits, car jai obtenu notamment le march de la Piscine du Wacken ainsi que celui de la restructuration du lyce Jean Rostand.

    Mots cls : Cegelec, Lyce Jean Rostand, chiffrage, charg daffaires, marchs publics

    Traduction : As part of my Final projet assignement, I worked as an account manager in the tertiary service of the company Cegelec North & East in Illkirch. The mission entrusted to me, is to achieve technical and commercial bids in order to bring business to the company. OU I have been put in charge of achieving technical The business affairs were mainly related to government procurements such as the fire station in Molsheim, the restructuring of a preschool / infant school, the renovation of the swimming pool of Wacken. I also realized the costing for more impressive building sites such as the restructuring of an old hospital in retirement homes but also the restructuring of the west wing of Jean Rostand high school in Strasbourg and replacement of wiring VDI of the Council of Europe. My work has paid off as I won the market concerning the swimming pool of Wacken and the restructuring of Jean Rostand high school.

  • Heinrich Nicolas 5 PFE 2011

    SOMMAIRE

    REMERCIEMENTS 2

    FICHE DOBJECTIFS 3

    RESUME/CONDENSE 4

    1. PRESENTATION DE LENTREPRISE 7 1.1. FICHE DIDENTITE DE CEGELEC NORD & EST - STRASBOURG 7 1.2. LES ORIGINES DE CEGELEC 8 1.3. PRESENTATION DE CEGELEC ET DE SES FILIALES 9

    1.3.1. Implantation de la socit en France 10 1.3.2. Implantation de la filiale Nord & Est 10 1.3.3. Le centre de travaux de Strasbourg 11

    1.3.3.1. Introduction 11 1.3.3.2. Implantation du centre des travaux de Strasbourg 11 1.3.3.3. Organigramme du centre de travaux de Strasbourg 12

    1.3.4. Domaines d'activits et ralisation 13 1.3.4.1. Courants faibles 13 1.3.4.2. Automatismes et instrumentation 13 1.3.4.3. Courants forts 14 1.3.4.4. Rfrence de Cegelec Nord & Est 14

    1.3.5. Politique Qualit, Scurit, Environnement 15 2. LES MARCHES 17

    2.1. LES ACTEURS DES MARCHES 17 2.1.1. Introduction 17 2.1.2. Principe de dfinition des besoins par les matres duvres dans le cadre dune affaire 17 2.1.3. Critres dattribution des marchs publics 18

    2.2. DEROULEMENT DUN MARCHE PUBLIC 19 2.2.1. Le march public pour le choix du matre duvre 19 2.2.2. Avant-projet 20 2.2.3. Projet et consultation des entreprises 21 2.2.4. Analyse des offres ralises par les entreprises 22 2.2.5. Suivi et rception du chantier 23

    3. LACTIVITE TERTIAIRE AU SEIN DE CEGELEC 24 3.1. DEFINITION : LE TERTIAIRE 24 3.2. LE ROLE DU CHARGE DAFFAIRES 24 3.3. LE DEROULEMENT DUNE AFFAIRE 25

    3.3.1. Appel doffres : 25 3.3.2. Slection des appels doffres 25 3.3.3. Chiffrage du devis 26 3.3.4. Ralisation : 26

    3.4. OUTILS ET FORMATION POUR REMPLIR MA MISSION 27 3.4.1. Outils informatiques lors du chiffrage 27 3.4.2. OPTIMA 9 : Fonctionnement et utilisation 28

    3.4.2.1. Mtr du devis 28 3.4.2.2. Dtail du mtr 29 3.4.2.3. Remises 29 3.4.2.4. Coefficients 29 3.4.2.5. Edition client 29

    4. ETABLISSEMENT DUNE OFFRE TECHNICO-COMMERCIALE 30 4.1. INTRODUCTION 30

  • Heinrich Nicolas 6 PFE 2011

    4.2. LE DOSSIER DE CONSULTATION 30 4.3. ANALYSE DU DOSSIER 31 4.4. VISITE SUR SITE 31 4.5. CHIFFRAGE ET OPTIMISATION 32

    4.5.1. Le bureau dtudes techniques du matre duvre 32 4.5.2. Conception du devis 32

    4.5.2.1. Introduction 32 4.5.2.2. Consultation fournisseur 33 4.5.2.3. Vrification et optimisation du DPGF 33 4.5.2.4. Rception et analyse des offres fournisseurs 34

    4.6. REDACTION DU DOSSIER DE REPONSE 34 4.6.1. Les pices de candidature: 34 4.6.2. Les pices de loffre 35 4.6.3. La rdaction 36

    4.7. FINALISATION DE LOFFRE TECHNICO-COMMERCIALE 36

    5. PRESENTATION DES OFFRES TECHNICO-COMMERCIALES ETUDIEES 37 5.1. INTRODUCTION 37 5.2. CASERNE DE POMPIERS DE MOLSHEIM 37

    5.2.1. Le contexte 37 5.2.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques 37 5.2.3. Chiffrage et conclusion 38

    5.3. ECOLE MATERNELLE OBERLIN 38 5.3.1. Le contexte 38 5.3.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques 38 5.3.3. Chiffrage et conclusion 39

    5.4. VDI CONSEIL DE LEUROPE 39 5.4.1. Le contexte 39 5.4.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques 39 5.4.3. Chiffrage et conclusion 40

    5.5. E.H.P.A.D. STEPHANIE 40 5.5.1. Le contexte 40 5.5.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques 41 5.5.3. Chiffrage et conclusion 41

    5.6. RESTRUCTURATION DE LA PISCINE DU WACKEN 42 5.6.1. Le contexte 42 5.6.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques 42 5.6.3. Chiffrage et conclusion 42

    6. AFFAIRE : RESTRUCTURATION DE LAILE OUEST DU LYCEE JEAN ROSTAND 43 6.1. LE CONTEXTE DE LAFFAIRE 43 6.2. IMPLANTATION DU LYCEE JEAN ROSTAND 44 6.3. PRESENTATION DE L'OPERATION 45

    6.3.1. DESCRIPTION SOMMAIRE DES OUVRAGES 45 6.3.2. PRESENTATION TRANCHE 2 PHASE 4 45 6.3.3. DETAILS DES PRESTATIONS 46

    6.3.3.1. Tranche Ferme 46 6.3.3.2. Tranche Conditionnelle 46

    6.4. ETUDE ET CONSTRUCTION DE LOFFRE 47 6.4.1. Dossier de consultation 47 6.4.2. Consultation des fournisseurs 47 6.4.3. Visite du site 48 6.4.4. Etude et optimisation 48 6.4.5. Offre et rsultat 49 6.4.6. Suivi des travaux prparatoires 49

    7. CONCLUSION PERSONNELLE DE MON STAGE 51

    8. TABLE DES ANNEXES 52

    9. TABLE DES ILLUSTRATIONS 53

    10. GLOSSAIRE 54

  • Heinrich Nicolas 7 Insa de Strasbourg

    1. PRESENTATION DE LENTREPRISE

    1.1. FICHE DIDENTITE DE CEGELEC NORD & EST - STRASBOURG

    Raison sociale : Cegelec Nord & Est Agence dILLKIRCH

    Sige social : 1B, rue du Molinel Lille 59290 WASQUEHAL

    Forme Juridique : Socit par actions (SA)

    Adresse : 3 rue du travail 67411 Illkirch Graffenstaden

    Capital : 11 529 135 Euros

    Effectifs : 2079 personnes

    Directeur : M. SCHNEIDER Philippe

    Chiffre daffaires : 246 Millions dEuros

    Principaux concurrents: SPIE, CLEMESSY, INEO

    Clients: BNP, LA POSTE, ARCELOR, PSA, CUS, CTS, Rgion Alsace

    Fournisseurs : LEGRAND, SCHNEIDER, ABB, SIEMENS

    Distributeurs : REXEL, SANELEC, BTC

    NSIRET : 438 053 613 00024

    Tlphone : 03.88.67.45.67

    Tlcopie : 03.88.67.45.69

    Secteurs dactivits : Sidrurgie, Chimie, Automobile, Industrie, Tertiaire

    Les activits : Electricit Industrielle, Automatismes et Informatique de process, Courants forts et Courants faibles, Produits, Travaux neufs et maintenance.

  • Heinrich Nicolas 8 PFE 2011

    1.2. LES ORIGINES DE CEGELEC

    En 1913, cration de la CGEE (Compagnie gnrale dentreprises lectriques), holding d'entreprises lectriques, pour installer les rseaux, lignes, postes et centrales lectriques ncessaires l'lectrification de la France.

    En 1971, naissance de la socit CGEE Alsthom, qui souvre dautres secteurs englobant la SGE (Gnie civil, btiment, travaux industriels, services lectriques) et qui devient l'entreprise lectrique la plus importante d'Europe, avec 13 000 employs et un chiffre d'affaires de prs d'un milliard de francs.

    En 1989, la socit GEC (Gnral Electric Company) entre dans le capital de CGEE Alsthom. Cette mme anne, lentreprise prendra le nom de Cegelec.

    En 1998, Cegelec est rachet par Alstom et devient Alstom Contracting.

    En 2001, le secteur Contracting d'Alstom, rachet en LMBO par ses dirigeants et salaris avec le soutien d'investisseurs, reprend le nom de Cegelec. Une opration similaire interviendra en 2006.

    En 2008, Cegelec est rachet par Qatari Diar, groupe international de projets urbanistiques et immobiliers, filiale du fonds souverain Qatar Investment Authority.

    Dans le cadre dun partenariat stratgique entre Qatari Diar et VINCI, Cegelec devient une filiale 100% de VINCI. Lentre en vigueur de ce partenariat a eu lieu le 14 avril 2010. Toutefois, les changements dus labsorption de Cegelec par VINCI sont encore en cours.

  • Heinrich Nicolas 9 PFE 2011

    1.3. PRESENTATION DE CEGELEC ET DE SES FILIALES

    Cegelec est une entreprise multinationale. Elle regroupe diffrentes filiales spcialises dans des secteurs dactivits complmentaires qui comprennent le gnie lectrique (dont lautomatisme), mcanique et climatique, de lnergie, des rseaux de communications, du nuclaire et du ptrole gaz.

    La socit est prsente dans diffrents domaines : lindustrie et le tertiaire, les collectivits et les systmes de transports, que ce soit pour les travaux neufs ou la maintenance.

    Grce ses implantations en Europe (Benelux, Allemagne, Suisse, Portugal) et ses activits rgionales de services spcialiss, Cegelec est en mesure de dvelopper et de mettre en uvre des solutions performantes qui rpondent aux enjeux actuels et futurs de chacun de ses clients, quils soient locaux ou internationaux.

    Figure 1 : Organigramme du groupe Cegelec

  • Heinrich Nicolas 10 PFE 2011

    1.3.1. Implantation de la socit en France

    En France, Cegelec est structur autour de six filiales rgionales et des collectivits d'Outre-Mer. Dans chaque filiale rgionale, nous retrouvons un sige rgional, dont dpendent des agences rgionales. Les agences rgionales regroupent plusieurs centres de travaux plus petits.

    1.3.2. Implantation de la filiale Nord & Est

  • Heinrich Nicolas 11 PFE 2011

    1.3.3. Le centre de travaux de Strasbourg

    1.3.3.1. Introduction

    La filiale Nord & Est de Cegelec est compose en plusieurs dpartements dont le dpartement LAN (Lorraine Alsace Nord). Le dpartement LAN comprend : lagence de Laxou (Nancy 54), les centres de travaux de Thionville (57), Saint-Avold (57), Epinal (55) et bien videmment Strasbourg (67).

    1.3.3.2. Implantation du centre des travaux de Strasbourg

    Le choix de limplantation du centre de travaux nest pas anodin. Cegelec a choisi dimplanter lune de ces agences au plus prs du technople dIllkirch afin de rester au plus proche de linnovation et de la recherche. Ce ne sont pas moins de 87 entreprises qui ont fait le mme choix. On retrouve galement sur le technople des grands centres de recherche ainsi que des coles dingnieurs.

    De plus, le technople est situ dans un cadre naturel de qualit. Le site offre un accs direct la voie rapide Mulhouse-Strasbourg et l'autoroute Strasbourg-Paris. Desservi par la ligne A du tramway, le centre-ville et la gare sont 15 minutes. Des quipements sportifs, de loisirs, de restauration et d'htellerie, sont autant d'atouts pour les tablissements qui choisissent de s'y implanter.

  • Heinrich Nicolas 12 PFE 2011

    1.3.3.3. Organigramme du centre de travaux de Strasbourg

    Le centre de travaux de Cegelec Nord & Est de Strasbourg regroupe quatre secteurs dactivits distincts : tertiaire, industrie, maintenance, vido-surveillance et fibre.

    Toutefois, le centre de travaux de Cegelec Nord & Est de Strasbourg ntant pas une agence rgionale, celle-ci partage certaines composantes avec lagence rgionale de Laxou prs de Nancy (gestion, comptabilit, juridique, finances).

    P. SCHNEIDER Chef de centre de travaux

    Magasin

    Secrtariat

    Achats / Appros

    Services Mutualiss Gestion

    Comptabilit Finances Juridique

    QSE

    Tertiaire

    Industrie

    Maintenance

    Fibre/vido

    HAVEN J.

    DOTT P.

    MOUSSA E.

    KUNTZ V.

    BOTTLEANDER P.

    CAIRE REMONAY

    Figure 2 : Organigramme Cegelec Nord & Est de Strasbourg

  • Heinrich Nicolas 13 PFE 2011

    1.3.4. Domaines d'activits et ralisation

    Le centre de travaux de Strasbourg est spcialis dans le domaine du gnie lectrique : industriel, tertiaire et maintenance ainsi que fibre optique et vidosurveillance. Ce sont ses coeurs de mtiers.

    1.3.4.1. Courants faibles

    1.3.4.2. Automatismes et instrumentation

    Gestion technique des sites et btiments

    Scurit des personnes et des biens :

    dtection intrusion,

    contrle daccs

    vidosurveillance

    Systme de vidosurveillance embarque

    Systme de scurit incendie

    Rseaux VDI

    Automatismes industriels et robotique

    Automatisation, supervision et gestion de rseaux

    (nergies, fluides...)

    Systmes dinstrumentation et de contrle,

    (Automobile, Pharmacie...)

    Analyse de fluides & de gaz industriels

  • Heinrich Nicolas 14 PFE 2011

    1.3.4.3. Courants forts

    1.3.4.4. Rfrence de Cegelec Nord & Est

    Dans le tableau qui suit, nous pouvons voir les principaux clients du centre de travaux Cegelec Nord & Est de Strasbourg.

    Le centre de travaux Cegelec Nord & Est de Strasbourg travaille donc la fois dans des immeubles de bureaux, pour des cliniques et des hpitaux, mais aussi pour des industriels, des laboratoires de recherche, lagroalimentaire, des coles, des htels, des logements et des centres sportifs.

    Production dnergie : groupes lectrognes, centrales de

    cognration, oliennes, centrales nuclaires

    Postes HTA et HTB

    Lignes BT, HTA et HTB

    Distribution lectrique : force motrice et clairage

  • Heinrich Nicolas 15 PFE 2011

    au plan conomique, au plan social dans le domaine de l'environnement.

    1.3.5. Politique Qualit, Scurit, Environnement

    Lobjectif de lentreprise est de raliser des affaires en veillant la satisfaction des clients.

    Son ambition s'appuie sur leurs valeurs d'entreprises partir d'une vision stratgique et culturelle. Ces valeurs intgrent les principes du dveloppement durable autour de trois axes principaux :

    Afin de progresser :

  • Heinrich Nicolas 16 PFE 2011

    Pour ce faire, le Comit de Direction Lorraine Alsace Nord (LAN) associe dans son Systme de Management :

    La Qualit, en recherchant la satisfaction des clients par la matrise de leur activit,

    en conformit avec la norme ISO 9001;

    La Sant et la Scurit au Travail, en prservant lintgrit physique des personnes et des biens,

    en conformit avec le rfrentiel OHSAS 18001, le respect de la rglementation en vigueur et dautres exigences;

    LEnvironnement, en approfondissant leur prsence dans le tissu local et en respectant la vie du monde qui

    lentoure, en conformit avec la norme ISO 14001,

    le respect de la rglementation en vigueur et dautres exigences;

    Mais en plus de son systme de management, Cegelec recherche la reconnaissance de son engagement par lintermdiaire des certifications et qualifications professionnelles :

    Qualibat Qualifelec MASE / UIC APSAD

    Label Efficacit Energtique

  • Heinrich Nicolas 17 PFE 2011

    2. LES MARCHES

    2.1. LES ACTEURS DES MARCHES

    2.1.1. Introduction

    Les appels doffres sont gnrs principalement par des bureaux dtudes ou des architectes pour le compte de matres douvrages.

    Les matres douvrages dans le cadre de mon stage appartiennent tous au secteur tertiaire. Les principaux matres douvrages rencontrs lors mon PFE sont : la Communaut Urbaine de Strasbourg (CUS), la ville de Strasbourg, la Rgion Alsace, les Institutions Europennes.

    2.1.2. Principe de dfinition des besoins par les matres duvres dans le cadre dune affaire

    Le matre duvre dfinit les besoins et les attentes du matre douvrage en suivant une procdure qui est la suivante :

    - lesquisse (ESQ) dans le cas dun architecte ou diagnostic ( DIAG) pour les bureaux dtudes afin de dfinir le besoin et lattente du client

    - lavant-projet qui comprend :

    * lavant- projet sommaire qui formalise concrtement le diag avec une premire enveloppe financire sommaire * lavant-projet dfinitif qui tient compte des observations du client et dont lestimation servira pour dfinir le montant des travaux

    - le projet qui est la forme dfinitive et servira pour la consultation des entreprises

    - lassistance aux contrats de travaux qui contient les documents administratifs et techniques qui serviront la consultation des entreprises. Le DCE fait partie de cette phase.

    Dans le chapitre Droulement dun march public , vous retrouverez les dtails de cette procdure qui est le dbut de tout projet jusquau suivi et la rception de chantier aprs travaux.

  • Heinrich Nicolas 18 PFE 2011

    2.1.3. Critres dattribution des marchs publics

    Les appels doffres pour les marchs publics sont attribus suivant des critres dfinis dans le rglement de consultation (RC). Ils sont affects dun coefficient dont la somme est 100%.

    Les critres les plus frquents sont les suivants :

    - le prix - une notice technique dcrivant les moyens en personnels et matriels pour la ralisation du chantier - une notice relative la procdure de ralisation du chantier (souvent en milieu occup) - le dlai sil ne figure pas au cahier des charges - lemploi de personnel en formation et dintgration - une notice cologique portant sur le retraitement des dchets et la gnration de pollution lors de la ralisation des travaux, mais galement dans la proposition de produits (lampe basse consommation, produits faible missivit).

    La somme de ces critres dtermine une note qui sert au classement des entreprises pour lattribution du march.

  • Heinrich Nicolas 19 PFE 2011

    2.2. DEROULEMENT DUN MARCHE PUBLIC

    Dans ce chapitre, je vous dcrirai les diffrentes phases de la constitution dun dossier de projet pour le lancement dun march public, en passant par la rception des offres des candidats, le choix dune entreprise ainsi que le suivi et la conclusion du projet. Cela permettra de mieux comprendre le phasage entre le dossier de consultation et loffre technico-commerciale. De plus, cela apportera un clairage sur le rle du matre duvre et de la matrise douvrage.

    2.2.1. Le march public pour le choix du matre duvre

    Dans le cadre des marchs publics, mais galement pour certains marchs privs, un appel doffres ou un march public procdure adapt est pass par un matre douvrage plusieurs entreprises de matrise duvre afin dobtenir une possibilit de choix dans les solutions techniques et les tarifs proposs. Le matre douvrage est le commanditaire du projet. Cest donc lui le financeur du projet.

    Le matre douvrage tablit un programme et dfinit un dossier de consultation. Ce dossier est fourni aux entreprises de matrise duvre souhaitant rdiger une rponse.

    Chaque entreprise consulte rdige une rponse lappel doffre, proposant une solution au projet, prenant en compte les composantes suivantes :

    - Solutions techniques, - Enveloppe financire (prix des tudes, engagement sur le cot total du projet), - Organisation et dlais du projet, - Moyens mis en uvre (humains et techniques).

    Sur la base de ces critres, le matre douvrage analyse les rponses et choisit un matre duvre pour assurer ltude du projet.

    Figure 3 : Principes de la phase d'appel d'offres pour le choix dun matre duvre

  • Heinrich Nicolas 20 PFE 2011

    Une fois le matre duvre choisi, le matre douvrage lui notifie le march, ce qui lance officiellement ltude du projet.

    2.2.2. Avant-projet

    Aprs avoir dsign le matre duvre, le matre douvrage notifie celui-ci le march; le matre duvre commence alors le DIAG ou lesquisse. Il peut ensuite dbuter la phase davant-projet. Lors de cette phase, le matre duvre rcolte les informations ncessaires la ralisation du projet, ainsi que les fonctionnalits dsires par le matre douvrage.

    Le matre duvre doit avoir une vision globale du projet, car il devra traduire les desiderata fonctionnels du matre douvrage en spcifications techniques pour les entreprises qui raliseront les travaux. Pour cela, il doit raliser une tude approfondie des contextes du projet (technique, politique, financier) afin de dfinir des solutions prennes correspondant aux attentes du matre douvrage, ainsi quaux contraintes de lenvironnement du projet.

    Figure 4 : Principes de la phase DIAG et Avant-Projet

    Les solutions de la matrise duvre sont ensuite soumises au matre douvrage et discutes avec ce dernier, afin daboutir sur un premier document dfinissant et arrtant les architectures gnrales ainsi que les principes de ralisation du projet. Gnralement, le cot total du projet est rvalu et le cot dobjectif est arrt, ainsi que le planning de ralisation. Ce document, appel Avant-Projet, est fourni au matre douvrage pour validation.

  • Heinrich Nicolas 21 PFE 2011

    2.2.3. Projet et consultation des entreprises

    Aprs la validation de lavant-projet par le matre douvrage, cest--dire une fois les grands principes du projet dfinis en accord avec lui, les solutions techniques sont dveloppes de manire plus approfondie et appliques au projet concern.

    Les spcifications techniques sont alors dfinies de manire fournir aux entreprises susceptibles de raliser les travaux un document leur permettant de comprendre la globalit du projet ainsi que la mission qui leur est demande. Le matre duvre transcrit les desiderata fonctionnels du matre douvrage en termes techniques permettant aux entreprises de proposer une solution. Ces spcifications peuvent tre plus ou moins prcises, en fonction du degr de libert que lon souhaite donner lentreprise dans la ralisation. Cependant, il est frquent de trouver des erreurs dans les documents finaux remis aux entreprises (exemple : goulotte de type alu qui se transforme en PVC, ).

    Le projet dfinitif est soumis au matre douvrage et aprs validation de ce dernier, il est intgr au Dossier de Consultation des Entreprises (DCE). Ce document comprend galement une partie contractuelle et administrative.

    A prsent, lappel doffres peut tre lanc auprs des entreprises qui devront donner une rponse sur la base des critres suivants : prix, organisation, notice technique, action environnementale et insertion professionnelle qui figure dans le RC. Les rponses devront tre reues dans le dlai imparti sous peine de non recevabilit.

    Figure 5 : Principes des phases projet et consultation des entreprises

  • Heinrich Nicolas 22 PFE 2011

    2.2.4. Analyse des offres ralises par les entreprises

    Les offres sont analyses par le matre duvre selon des critres de qualit, de cots et de dlais. Deux des critres de plus en plus soutenus sont le critre environnemental et celui de linsertion professionnelle. En effet, la CUS notamment souhaite lintgration dheure de travail pour les personnes en insertion professionnelle. De mme, les collectivits sont de plus en plus attentives au respect de lenvironnement, au recyclage des dchets, mais aussi la consommation nergtique des installations.

    Durant la phase danalyse, le matre duvre peut ventuellement dialoguer avec les diffrentes entreprises afin de vrifier la validit de leurs solutions et le bon respect des spcifications, suivant la procdure de consultation retenue, tout en respectant le principe dimpartialit et de neutralit : il ne sagit pas seulement daccepter un engagement de performances de la part des entreprises, mais aussi de vrifier que les moyens employs sont suffisants.

    Lanalyse de loffre est importante, car cest partir de cette offre et des rponses apportes aux critres de ralisation technique que lon jugera du srieux de lentreprise et de son aptitude mener bien les travaux dans les dlais impartis. Le jugement se fait selon un barme bien prcis, communiqu aux entreprises dans le RC joint au DCE.

    Aprs analyse, une entreprise est slectionne pour la ralisation du projet et le march lui est notifi. A partir de cette date de notification, le planning de travaux tabli par le matre duvre prend effet, et lentreprise ralisatrice est tenue de le suivre, comme nous le verrons dans le paragraphe suivant.

    Figure 6 : Principes de la phase d'analyse des offres et de slection d'une entreprise

  • Heinrich Nicolas 23 PFE 2011

    2.2.5. Suivi et rception du chantier

    Durant toute la priode des travaux, le matre duvre suit la ralisation pour sassurer de son bon droulement, du respect des dlais, des cots et des spcifications techniques dfinies dans le DCE.

    En cas de non-respect des dlais et des spcifications techniques attendues, des pnalits financires peuvent tre infliges lentreprise ralisant les travaux. Le montant de ces pnalits est dfini lavance dans le CCAP.

    A la fin des travaux, le matre duvre, en tant que reprsentant du matre douvrage propose la rception des travaux et vrifie que les travaux correspondent aux spcifications techniques demandes ainsi quaux spcifications techniques souhaites par le matre douvrage.

    Figure 7 : Principes des phases de suivi de travaux, recette et livraison

  • Heinrich Nicolas 24 PFE 2011

    3. LACTIVITE TERTIAIRE AU SEIN DE CEGELEC

    3.1. DEFINITION : LE TERTIAIRE

    Le secteur tertiaire recouvre un vaste champ dactivits qui va du commerce ladministration, en passant par les transports, les activits financires et immobilires, les services aux entreprises et services aux particuliers, lducation, la sant et laction sociale. Le primtre du secteur tertiaire est de fait dfini par complmentarit avec les activits agricoles et industrielles (secteurs primaire et secondaire).

    3.2. LE ROLE DU CHARGE DAFFAIRES

    Le charg daffaires est un homme cl au sein de lentreprise. En effet, cest lui qui va chiffrer les appels doffres et essayer dobtenir les affaires pour son entreprise.

    Il travaille la fois avec les donneurs dordres et le bureau dtudes de lentreprise qui lui apporte une assistance technique. Il lui appartient galement lors de lanalyse de chiffrer les prestations non dcrites dans le CCTP et de relever les incohrences dans les pices techniques.

    Lorsquune affaire est obtenue, il va organiser la ralisation des travaux avec le personnel de chantier depuis le dmarrage sur le terrain jusqu la rception dfinitive par le matre duvre.

    Il est galement en relation avec le reprsentant SPS, le coordonnateur des travaux et le bureau de contrle sils sont prsents sur lopration en cours.

    Les missions du charg daffaires sont les suivantes : - prise en charge technique de projets pluridisciplinaires, - mise en adquation besoins techniques / comptences, - chiffrages (tude de prix), - veille technologique,

    - adaptation de la structure lvolution des marchs et des mtiers.

    Le charg daffaires est lacteur de toutes les tapes du droulement dune affaire et le partenaire de tous les responsables.

  • Heinrich Nicolas 25 PFE 2011

    3.3. LE DEROULEMENT DUNE AFFAIRE

    3.3.1. Appel doffres :

    Comme vu dans le chapitre prcdent, lappel doffres est lanc par le client lorsque celui-ci souhaite raliser des travaux dlectricit dans son entreprise. Celui-ci exprime ses besoins au travers dun document appel appel doffres dans lequel figurent les lments suivants :

    - le thme de laffaire raliser - la rfrence du projet - les noms des responsables clients - la date de la remise de loffre - le cahier des clauses administratives particulires (CCAP) - le cahier des charges techniques particulires des travaux raliser et le dlai

    de livraison (CCTP) - lensemble des documents ncessaires pour procder un chiffrage de ce

    projet (plans, normes applicables) - le devis quantitatif (DPGF)

    Ce document est envoy lensemble des entreprises lectriques qui en font la demande. De plus, loffre est diffuse par les moyens suivants : voie de presse, J.O., plateforme informatique, BOAMP.

    3.3.2. Slection des appels doffres

    Bien videmment, nous ne pouvons pas rpondre tous les appels doffres, cest pour cela quun processus de slection a t mis en place au sein de Cegelec.

    Au centre de travaux de Strasbourg, cest Monsieur SCHNEIDER, le chef de centre qui slectionne les marchs publics sur le site officiel https://www.marches-publics.gouv.fr ou par le biais de contacts qui lui sont propres.

    Pour cela, il tient compte du planning de charge des chargs daffaires, mais galement de la taille des chantiers en fonction de leffectif disponible pour la priode prvue des travaux.

    Dautres critres tels que le type de travaux, la complexit de ceux-ci ou encore suivant les directives du groupe Cegelec ou VINCI sont dans la balance. En effet, il peut tre dcid par la direction rgionale de VINCI de confier certains marchs publics une filiale particulire, par exemple si une entreprise du groupe a dj ralis des travaux similaires, elle sera privilgie, car loptimisation sera plus simple et rapide, ce sera donc un gain de temps et dconomies.

  • Heinrich Nicolas 26 PFE 2011

    3.3.3. Chiffrage du devis

    Aprs avoir effectu une visite du chantier, on peut dterminer les risques et les travaux non mentionns sur lappel doffres.

    Lentreprise remet au client une offre, dans laquelle se trouvent : - un descriptif technique des travaux et ralisations - une liste des matriels proposs la mise en uvre - toutes les prestations ncessaires la ralisation du projet - la dcomposition du prix (bordereau de prix DPGF)

    Les lments constituant loffre sont dtaills dans le chapitre tablissement dune offre technico-commerciale . De plus, loffre indique les conditions de prix (rvision, actualisation), le mode et les conditions de paiement, et sengage sur le dlai dexcution ainsi que sur les pnalits de retard dachvement (CCAP).

    3.3.4. Ralisation :

    Aprs analyse du dossier par le client, si les deux parties sont en accord sur le projet raliser, le client met une commande. Cette commande reprend les lments de lappel doffres et les modifications ventuelles dcides dun commun accord par les deux parties. La ralisation peut alors commencer.

    Le responsable daffaires informe le responsable du service et constitue une quipe pour travailler sur le projet (tudes, atelier et chantier).

    Figure 8 : Diagramme rcapitulatif du droulement d'une affaire

  • Heinrich Nicolas 27 PFE 2011

    3.4. OUTILS ET FORMATION POUR REMPLIR MA MISSION

    Afin de pouvoir accomplir les diffrentes missions qui mont t confies lors de ce stage, mais galement pour enrichir ma culture personnelle, jai suivi plusieurs formations.

    Jai notamment suivi une formation sur lutilisation des diffrents outils disponibles au bureau dtudes.

    3.4.1. Outils informatiques lors du chiffrage

    Au service tertiaire, dans le cadre du chiffrage, nous utilisons principalement quatre logiciels de CAO :

    - AutoCAD - Caneco BT - Dialux - OPTIMA

    Cest donc sur ces quatre logiciels que M. DUVAL et M. KUNTZ ont t chargs de me former.

    AutoCAD

    AutoCAD est un logiciel de dessin assist par ordinateur, cr par Autodesk en 1982. Il est utilis par de nombreux corps de mtiers (architecte, mcanicien, topographe, lectricien, ). Il est actuellement le logiciel de DAO le plus rpandu dans le monde. C'est un logiciel de dessin technique pluri-disciplinaire.

    Caneco BT

    Caneco BT est un logiciel de calculs + schmas d'installation lectrique Basse Tension. Leader Europen dans ce domaine, il a obtenu trois avis techniques : NFC 15-100, BS, RGIE. Il dtermine, de faon conomique, les canalisations ainsi que tout l'appareillage de distribution d'aprs une base de donnes multi-fabricants. Il produit tous les schmas et les documents ncessaires la conception, ralisation, vrification et maintenance de l'installation.

    Dialux

    Dialux est un logiciel technique qui permet de raliser des tudes dclairement approfondies pour les applications : Intrieur, Sportives, Grands Espaces et Eclairage Public. Il est entirement gratuit et fonctionne avec des bases de donnes (database) rgulirement mises jour en fonction des nouveauts des produits. Il a t conu par la socit DIAL, par des planificateurs, pour des planificateurs dclairage.

  • Heinrich Nicolas 28 PFE 2011

    OPTIMA

    Optima est le logiciel de devis et chiffrage de rfrence pour les corps dtats techniques. Toutes les fonctions dOptima sont conues pour apporter lutilisateur un confort et un gain de temps afin doptimiser la gestion et lanalyse de ses offres de prix, amliorer la productivit et la fiabilit dans le processus de production des devis. Il est notamment utilis par des grandes entreprises telles que Cegelec, Vinci Energie, Ino, Clemessy.

    3.4.2. OPTIMA 9 : Fonctionnement et utilisation

    Le logiciel OPTIMA est une sorte de tableur. Il se prsente sous la forme de plusieurs tableaux qui sont spars sous forme donglet. Il existe cinq onglets importants : Mtr du devis, Dtail du mtr, Remises, Coefficients, Edition client.

    3.4.2.1. Mtr du devis

    Le mtr du devis est le tableau qui reprsente le DPGF. En rgle gnrale, on cherche obtenir le DPGF sous format Excel afin de pouvoir lintroduire plus facilement dans le logiciel de chiffrage.

    Dans cet onglet, on retrouve chaque article du document de dcomposition du prix global et forfaitaire. On appellera ces articles des articles composs. En effet, dans le logiciel OPTIMA, il existe deux types darticles : les articles composs et les articles simples.

    Les articles composs reprsentent les lignes du DPGF, et on va remplir les articles composs avec des articles simples. Les articles composs sont visible pour le client alors que les articles simples qui les composent napparaissent pas. Les articles simples reprsentent les matriels et/ou la main duvre ncessaire la tche en question. Il suffit ensuite dindiquer pour chaque article la quantit ainsi que le prix et le temps pour ceux-ci. Les calculs se font ensuite automatiquement.

    Figure 9 : Logiciel OPTIMA - onglet Mtr du devis

  • Heinrich Nicolas 29 PFE 2011

    3.4.2.2. Dtail du mtr Le dtail du mtr permet de visualiser, par fabricant, lensemble des rfrences (quantits cumules) utilises dans le devis. Lutilisateur peut ainsi modifier directement les prix sur les articles constituants le devis.

    Cet cran est paramtrable par lutilisateur. Il permet notamment de vrifier les prix et les temps de pose des articles. On peut aussi remplacer une rfrence par une autre ou tablir des consultations fournisseurs... .

    Toutes les modifications apportes dans le dtail du mtr se rpercutent directement dans le devis.

    3.4.2.3. Remises

    Cet onglet est essentiel, il permet dappliquer les remises en fonction de chaque fabricant qui se trouve dans le devis. On peut galement effectuer des estimations de remise et les insrer dans cet onglet.

    3.4.2.4. Coefficients

    La page coefficient permet de visualiser un rcapitulatif global du devis. On y retrouve le dtail des heures de main duvre par poste (Electricien, Tireur de cble, Installateur courant faible, Pose de tube, Pose de goulotte, Monteur niveau 2, ). Il y a galement le dtail du prix des fournitures par chapitre (Chemin de cble, Tube, Goulotte, Eclairage, SSI, VDI, sonorisation, Horloge, Vidosurveillance, ). Cest galement dans cet onglet que lon retrouve les charges pour lencadrement du chantier, les charges au niveau des tudes en interne, mais aussi les frais divers tels que les locations de bungalow, les frais dachat ... Pour finir, il reste le dernier coefficient : celui de la marge prvisionnelle.

    3.4.2.5. Edition client

    Ldition client est la reprsentation du devis que le client recevra ( DPGF). Il ne fait apparaitre aucun commentaire et aucune composition des articles composs. Il rpond la phase finale dun devis qui est imprim pour le client.

    Figure 10 : Logiciel OPTIMA Dtail du mtr

  • Heinrich Nicolas 30 PFE 2011

    4. ETABLISSEMENT DUNE OFFRE TECHNICO-COMMERCIALE

    4.1. INTRODUCTION

    La majorit des offres technico-commerciales que jai ralises durant mon PFE, sont des marchs publics procdure adapte et non des appels doffres (la diffrence tant une question de montant du devis). Toutefois, la procdure de chiffrage dcrite dans les chapitres suivants est applicable la fois tous les marchs publics, mais galement aux affaires de type priv. Jai donc pu assimiler et amliorer la mthode de chiffrage afin de rpondre de faon rapide et concise aux diffrents dossiers que lon ma confis.

    4.2. LE DOSSIER DE CONSULTATION

    Le dossier de consultation des entreprises (DCE) est la premire pierre de chaque projet de chiffrage. Il contient les pices contractuelles du march qui sont constitues des pices constitutives et des pices contractuelles postrieures la conclusion du march qui peuvent ventuellement modifier le march aprs sa conclusion comme : les avenants, les actes spciaux, ... . Le DCE est donc constitu des pices suivantes :

    le rglement de consultation (RC) ; lacte dengagement (AE) et ses ventuelles annexes, dans la version rsultant des

    dernires modifications ventuelles, opres par avenant ;

    le cahier des clauses administratives particulires (CCAP) et ses ventuelles annexes ; le cahier des clauses techniques particulires (CCTP) et ses ventuelles annexes ; la dcomposition du prix global et forfaitaire (DPGF) ; le cahier des clauses administratives gnrales (CCAG) applicable aux prestations objet

    du march,

    le cahier des clauses techniques gnrales (CCTG) applicable aux prestations objet du march,

    les actes spciaux de sous-traitance et leurs avenants, postrieurs la notification du march ;

    les plans du DCE et ses ventuels schmas lectriques.

    En cas de contradiction entre les stipulations des pices contractuelles du march, elles prvalent dans lordre prcit ci-dessus.

  • Heinrich Nicolas 31 PFE 2011

    4.3. ANALYSE DU DOSSIER

    Ds la rception du dossier, la premire chose faire est de lire le RC, afin de connatre la date et lheure du rendu de loffre technico-commerciale. Dans un second temps, il faut regarder la date et lheure des visites de site et vrifier si celles-ci sont obligatoires afin de demander un justificatif lors des visites.

    Chez Cegelec, nous effectuons les visites pour chaque dossier mme si celles-ci ne sont pas obligatoires. En effet, les visites sont indispensables afin de prendre en compte les dtails du site qui peuvent simplifier notre tude ou au contraire nous permettre de nous apercevoir de la difficult qui nous attend (quand le site est existant bien entendu).

    Aprs avoir effectu les tapes prcdentes, une brve lecture en diagonale du DPGF est indispensable pour obtenir un aperu des diffrentes tches raliser (tableau, distribution lectrique, chemin de cble, scurit incendie, prise de courant, clairage, gestion technique du btiment, ).

    Dans un second temps, une lecture du CCTP nous donne les dtails des prestations attendues par le client, du point de vue technique et matriel, mais galement de comprendre la philosophie du bureau dtudes sur le projet.

    Pour finir, il reste consulter les plans du DCE qui nous permettront davoir une vision de limplantation des diffrents matriels et donc de limportance du chantier.

    4.4. VISITE SUR SITE

    Comme vu dans le chapitre prcdent, les visites de sites sont importantes. En effet, cela permet de juger et dvaluer les locaux, la typologie des installations avant travaux, ce qui permet de visualiser lenvironnement du chantier.

    On peut partir de la visite dterminer le temps de dpose du matriel existant lorsque cela est demand ou ncessaire, dimaginer le cheminement des passages pour la distribution lectrique, de juger des conditions de travail pour les ouvriers (paisseurs des murs pour les saignes ou les percements, hauteurs des plafonds et/ou faux-plafond, emplacement des poutres, des menuiseries, des tuyauteries, ou encore les moyens daccs au chantier, ). Autres informations importantes : on peut noter les marques des matriels dj installs afin de rester cohrent sur le chantier, notamment pour lclairage de scurit, lanti-intrusion, le contrle daccs et la SSI (systme de scurit incendie), car on ne peut pas mlanger les marques pour ces points cls.

    Pour finir, on peut apercevoir nos concurrents. Cela permet de juger de leur nombre ainsi que de la difficult de chiffrage pour obtenir laffaire. Effectivement, si la concurrence est importante, ou si celle-ci est de notre niveau ou non (Groupe international, PME, artisans, ), cela influe sur le chiffrage en fonction de la taille du dossier chiffrer. Exemple : un petit dossier sur lequel nous sommes une dizaine dont quelques artisans ou PME sera plus complexe chiffrer pour des raisons de concurrence.

  • Heinrich Nicolas 32 PFE 2011

    4.5. CHIFFRAGE ET OPTIMISATION

    4.5.1. Le bureau dtudes techniques du matre duvre

    Le bureau dtudes techniques mandat par le client est notre interlocuteur principal lors du chiffrage. Jai eu de nombreuses conversations tlphoniques afin dobtenir des informations telles que le budget global du lot en question, ce qui est important afin davoir une ide du montant de laffaire ds le dbut du chiffrage. Toutefois, les informations obtenues dpendent des conditions du march.

    Ce dialogue avec le bureau dtudes techniques permet de crer un lien avec lun des acteurs majeurs du projet. En effet, le bureau dtudes est le seul juge du point de vue technique du dossier.

    De plus, lorsque nous en avons besoin, le BE rpond toutes nos questions afin de clarifier certains points pouvant porter confusion ou tant un peu flou. Cela permet de lui montrer notre srieux et notre implication dans le dossier.

    4.5.2. Conception du devis

    4.5.2.1. Introduction

    Comme nous avons pu le voir dans les chapitres prcdents, au sein de Cegelec, nous utilisons un logiciel de conception assist par ordinateur pour concevoir nos devis. Jai donc utilis le logiciel OPTIMA Version 9. La structure mme du devis reprend celle du DPGF du dossier de consultation. En rgle gnrale, je cherche obtenir la version Excel de ce document afin de lintgrer plus facilement dans OPTIMA et donc de gagner beaucoup de temps.

    Chez Cegelec, les devis sont nomms de la faon suivante :

    DV-04001

    On attribue chaque charg daffaires un code, afin didentifier au premier coup dil chacun de ces devis.

    Type de document Numro du devis

    Code charg daffaire

  • Heinrich Nicolas 33 PFE 2011

    4.5.2.2. Consultation fournisseur

    La consultation des fournisseurs est une tape importante pour le chiffrage. Les fournisseurs ont un rle cl dans notre travail. En effet ils ont un rle de consultant et dexpert dans leur produit. Ils nous aident trouver le produit le plus adapt nos besoins, un prix le plus comptitif possible.

    Dans un chiffrage, une fois lanalyse de lappel doffres effectue, nous commenons par tlphoner aux fournisseurs se trouvant dans notre base de donnes, afin de vrifier la disponibilit et les coordonnes du commercial. Mais nous profitons galement de les informer de lenvoi de notre demande de consultation et de leur indiquer la date limite pour leur rponse.

    La demande de consultation est de prfrence transmise par email ou par fax, cela permet davoir une trace crite ainsi quun accus de rception. La demande est compose des lments suivants :

    - une lettre personnalise, dans laquelle nous formalisons notre demande ainsi que la date limite de rponse,

    - un extrait du DPGF, dans lequel seules se trouvent les informations concernant lactivit du fournisseur (pour quil nait pas chercher dans le document original, afin quil puisse rpondre plus rapidement notre sollicitation),

    - un extrait du CCTP, (pour les mmes raisons) - les ventuelles annexes concernant le chapitre du fournisseur.

    Dans le corps du message lectronique, nous pouvons ajouter des lments supplmentaires obtenus lors de notre conversation avec le bureau dtudes, ou encore mettre en vidence un point important qui nous semble sensible.

    Afin dorganiser notre dmarche, nous rangeons dans le rpertoire de laffaire en question toutes les demandes de consultation de prix. Les demandes sont classes par chapitre (tche, exemple : VDI, SSI, clairage, ). Dans le dossier de laffaire, il existe quatre principaux dossiers : le DCE, le dossier de consultation des fournisseurs, le dossier des offres fournisseurs et celui de loffre Cegelec.

    Bien videmment, il ne suffit pas denvoyer la demande de consultation de prix. Il faut galement relancer les fournisseurs afin dobtenir notre rponse dans les dlais.

    4.5.2.3. Vrification et optimisation du DPGF

    Nota : Lors dun march public, il est strictement interdit de modifier tout document de la consultation des entreprises, et notamment le DPGF (Dcomposition du prix global et forfaitaire). En effet, le quantitatif doit tre identique pour chaque rponse afin de comparer facilement les offres de chaque entreprise. Toutefois il est possible de prsenter une variante spare qui sera prise en compte ou non.

    Aprs avoir effectu les consultations fournisseurs, il est extrmement important de vrifier le DPGF, cest--dire de vrifier les quantits de chaque ligne. En effet, personne ntant infaillible et certains dossiers ayant pu tre conus dans lurgence, il nest pas rare de trouver des erreurs de quantit. De plus, cette vrification nous permet galement doptimiser les quantits et les

  • Heinrich Nicolas 34 PFE 2011

    mtrs. Les bureaux dtudes techniques utilisent souvent des coefficients de scurit qui majorent les longueurs de cbles afin de pallier dventuelles erreurs. A Cegelec, nous tablissons nos propres mtrs afin dobtenir les longueurs de cbles les plus justes. Ceci entrane par consquent une diminution du prix du devis. Il y a videmment dautres pistes doptimisation que vous retrouverez dans le traitement du dossier du Lyce Jean Rostand.

    4.5.2.4. Rception et analyse des offres fournisseurs

    Comme expliqu dans le paragraphe prcdent, il existe un dossier dans lequel se trouvent les diffrentes offres fournisseurs reues suite la consultation.

    Lorsque tous les fournisseurs dun mme chapitre ont tous rpondu, il faut comparer et tudier leurs offres. En effet, certains peuvent avoir ajout du matriel ncessaire ou non par rapport leur concurrent, ce qui modifie le prix global dun fournisseur lautre.

    Notre objectif est de trouver le meilleur compromis, cest--dire le meilleur prix pour la ou les fonctions souhaites dun fournisseur lautre. Dans chacune de mes demandes de consultation, je demande aux fournisseurs de me fournir la documentation technique afin davoir tous les lments de comparaison. Il nest pas rare de rappeler les fournisseurs afin dobtenir une explication dtaille de loffre quils mont faite.

    Lors de lanalyse des offres et suivant les diffrents chapitres, il est possible de raliser des tableaux de comparaison. Cette technique est utilise en gnral pour le chapitre clairage. Cela permet de visualiser plus facilement les luminaires garder suivant chaque fournisseur.

    Aprs avoir retenu le fournisseur de chaque chapitre, il ne reste plus qu ajouter les articles slectionns dans le devis sous OPTIMA 9 laide des bases de donnes fabricants inclus dans le logiciel. La saisie se fait partir des rfrences fournies dans les offres fournisseurs. Il faut ensuite vrifier et modifier si besoin est le prix de larticle (certaines bases de donnes font partie de contrat cadre, ce qui implique des prix diffrents de loffre transmise). Il suffira alors dinclure le temps et le type de main duvre qui se chargera de la pose. Il ne faut pas non plus oublier de classer le matriel ajout suivant les chapitres, car cela permettra de faire un bilan du chiffrage plus simple et concis une fois le devis rempli.

    4.6. REDACTION DU DOSSIER DE REPONSE

    Le dossier de rponse comprend plusieurs lments essentiels dont on retrouve la liste dans le RC. Le dossier est compos de deux sortes de pices :

    - les pices de candidature - les pices de loffre

    4.6.1. Les pices de candidature:

    Les renseignements concernant la situation juridique de lentreprise tels que prvus larticle 44 du Code des marchs publics :

  • Heinrich Nicolas 35 PFE 2011

    Les candidats doivent utiliser les formulaires DC1 (lettre de candidature) et DC2 (dclaration du candidat) - dernire version actualise - pour prsenter leur candidature. Ces documents sont disponibles gratuitement sur le site http://www.minefe.gouv.fr/themes/marches_publics/formulaires/

    Les renseignements concernant la capacit conomique et financire de lentreprise tels que prvus larticle 45 du Code des marchs publics :

    Dclaration concernant le chiffre daffaires global et le chiffre daffaires concernant les travaux objets du contrat, raliss au cours des trois derniers exercices disponibles ; Dclaration approprie de banques ou preuve dune assurance pour les risques professionnels ; Bilans ou extraits de bilans, concernant les trois dernires annes, des oprateurs conomiques pour lesquels ltablissement des bilans est obligatoire en vertu de la loi ;

    Les renseignements concernant les rfrences professionnelles et la capacit technique de lentreprise tels que prvus larticle 45 du Code des marchs publics :

    Dclaration indiquant les effectifs moyens annuels du candidat et limportance du personnel dencadrement pour chacune des trois dernires annes ; Liste des travaux excuts au cours des cinq dernires annes, appuye dattestations de bonne excution pour les travaux les plus importants. Ces attestations indiquent le montant, lpoque et le lieu dexcution des travaux et prcisent sils ont t effectus selon les rgles de lart et mens rgulirement bonne fin ; Indication des titres dtudes et professionnels de loprateur conomique et/ou des cadres de lentreprise, et notamment des responsables de prestation de services ou de conduite des travaux de mme nature que celle du contrat ; Dclaration indiquant loutillage, le matriel et lquipement technique dont le candidat dispose pour la ralisation de contrats de mme nature ;

    4.6.2. Les pices de loffre

    Un projet de march comprenant :

    Lacte dengagement (A.E.) et ses annexes : complter par les reprsentants qualifis des entreprises ayant vocation tre titulaire du contrat La dcomposition du prix global forfaitaire (toute dcomposition de prix forfaitaire demande ci-dessus sera prsente sous la forme dun dtail estimatif comprenant, pour chaque nature douvrage ou chaque lment douvrage, la quantit excuter prvue par le candidat et le prix de lunit correspondant) La note mthodologique Le mmoire technique dcrivant les produits ou matriaux proposs ainsi que les autres pices signes + variantes si autorises

  • Heinrich Nicolas 36 PFE 2011

    4.6.3. La rdaction

    Le mmoire technique et la note mthodologique sont les documents les plus importants aprs le devis. En effet, la note globale dpend en grande partie de ces deux documents. Ils permettent de montrer au client le niveau de comprhension et dimplication technique de loffre. Le mmoire permet de reflter la technicit de loffre. Les dtails sur les avantages de chaque chapitre y sont dcrits.

    On ajoute presque automatiquement un mmoire environnemental, afin de prouver aux commanditaires nos efforts et notre implication dans le recyclage et le traitement des dchets pour le respect de la plante.

    Pour finir, il faut runir les fiches techniques de tout le matriel de notre offre, afin de montrer au bureau dtudes les caractristiques techniques du matriel propos dans notre offre.

    4.7. FINALISATION DE LOFFRE TECHNICO-COMMERCIALE

    La finalisation de loffre est la dernire grande tape dans la cration dune offre. Cette tape se droule dans le bureau du chef de centre de travaux. En effet, cest deux (le chef de centre et le charg daffaires) que lon finalise le devis.

    On passe alors en revue chaque chapitre du devis, afin de les vrifier. Le charg daffaires explique et justifie ses choix au chef de centre qui na pas tudi le dossier. Cela lui permet de se faire une ide sur les travaux et sur le chantier. Cest lors de cette phase que lon value les moyens humains (dessinateur, ingnieur dtudes, charg daffaires) et matriels (grue, chafaudage, voiture de service, ).

    Aprs avoir effectu les vrifications, il faut dterminer la marge et harmoniser les diffrents coefficients du devis.

    Une fois que le devis est valid par le chef de centre de travaux, il faut remplir le DPGF avec les donnes du devis. Ceci se fait laide du fichier Excel obtenu en dbut daffaire.

    Pour les affaires suprieures 500 000 Euro, il faut que le chef de centre prsente le dossier au chef dagence, cest--dire Monsieur QUESTAT, chef de lagence du dpartement LAN qui se situe Laxou (54).

    Le dernier document raliser est le planning prvisionnel. Il est assez simple de le concevoir, car le logiciel OPTIMA permet didentifier le temps prvu pour chaque tche. Il suffit de reprendre les heures attribues chaque tche et de les faire concider de faon cohrente.

    Le dossier de rponse est ensuite assembl par la secrtaire qui se charge de la mise en classeur et de la signature des documents par le chef de centre. Elle met le dossier sous enveloppe anonyme.

    Cest le charg daffaires qui se charge de le remettre au matre douvrage contre rcpiss afin de justifier de la date et de lheure de remise en mains propres en cas de contestation.

  • Heinrich Nicolas 37 PFE 2011

    5. PRESENTATION DES OFFRES TECHNICO-COMMERCIALES ETUDIEES

    5.1. INTRODUCTION

    Lors de mon projet de fin dtudes, jai ralis plusieurs offres technico-commerciales. Vous trouverez dans ce chapitre les affaires les plus significatives que jai traites intgralement pour la partie chiffrage lexception du Conseil de lEurope qui a t tudi en collaboration avec la socit SPIE Est.

    Les dossiers concerns sont les suivants : - Caserne de pompiers de Molsheim - Ecole maternelle Oberlin - VDI Conseil de lEurope - E.H.P.A.D. Stphanie - Piscine du Wacken - Lyce Jean Rostand tranche n2

    5.2. CASERNE DE POMPIERS DE MOLSHEIM

    5.2.1. Le contexte

    Le SDIS 67 souhaite la cration dun nouveau centre dincendie et de secours dans la commune de Molsheim. De ce fait, le SDIS 67 a lanc une tude auprs dun matre duvre qui a conduit un appel doffres sous la forme dun march public. La consultation de prix a t mise au dbut du mois de fvrier 2011 pour une remise doffre technico-commerciale le 1 mars 2011 avant 12h par nos soins.

    5.2.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques

    Le SDIS 67 est le Service dpartemental d'incendie et de secours du Bas-Rhin. Il est l'tablissement public caractre administratif dot d'une assemble dlibrante grant les sapeurs-pompiers au niveau du dpartement.

    Le matre duvre est le bureau darchitecte Aubry Lieutier, qui a mandat, pour le lot lectricit, le bureau dtudes techniques ID Ingnierie.

  • Heinrich Nicolas 38 PFE 2011

    5.2.3. Chiffrage et conclusion

    Ce chiffrage fut le premier de ma carrire au sein de Cegelec.

    La seule difficult de ce chiffrage concernait le support pour chemin de cbles. Le site de la caserne comprenait un btiment principal auquel tait accol un hangar camion. La difficult tait au niveau du hangar, car la fixation des chemins de cbles ne pouvait pas tre faite directement sur la toiture ou le long des murs. Ma solution a consist utiliser les poutres existantes sous toiture et y attacher des filins dacier pour permettre de suspendre le chemin de cbles.

    Malheureusement, nous navons pas t retenus pour cette affaire. Cest une PME qui sest vu attribuer lappel doffres. Aprs avoir compar notre prix et celui de notre concurrent, nous avons conclu que pour cette affaire notre structure et nos charges taient trop importantes face la PME qui avait rpondu. Dans un souci permanent damliorer nos offres de prix, lentreprise analyse les offres de la concurrence afin de dtecter dventuels disfonctionnements dans les prix.

    5.3. ECOLE MATERNELLE OBERLIN

    5.3.1. Le contexte

    Dans le cadre du plan de restructuration et de modernisation des coles maternelles de lagglomration strasbourgeoise, la CUS diffuse rgulirement des appels doffres concernant ses tablissements.

    Dans cette affaire, le matre douvrage souhaite restructurer, mais galement agrandir lcole Oberlin existante. Nous tions confronts dans le cadre du projet une contrainte particulire: les travaux taient raliser en site occup.

    5.3.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques

    Matre douvrage : Communaut Urbaine de Strasbourg. La CUS est un tablissement public de coopration intercommunale (EPCI) franais fiscalit propre qui prvoit une importante intgration des communes membres. Elles s'associent au sein d'un espace de solidarit pour laborer et conduire ensemble un projet commun de dveloppement urbain et d'amnagement de leur territoire.

    Le matre duvre choisi par la CUS est le bureau darchitectes Atelier REY-LUCQUET & associs. Le bureau dtudes techniques ID Ingnierie travaille galement sur le projet.

  • Heinrich Nicolas 39 PFE 2011

    5.3.3. Chiffrage et conclusion

    Le chiffrage comportait les tches standard telles que les tableaux lectriques, les rseaux de distribution, lclairage, lclairage de scurit, la SSI, la GTC, la gestion dclairage, la distribution de lheure, lanti-intrusion, le contrle daccs, la sonorisation, les chemins de cbles, .

    La complexit de ce chiffrage portait sur la partie GTC, gestion dclairage. En effet, le cahier des charges comportait un descriptif trs prcis correspondant un seul type de matriel dune marque bien prcise (ZUMTOBEL, pour ne pas la citer). Le problme de cette marque est son prix trs lev.

    Malgr les tudes pour trouver une solution quivalente, je nai pu dans le temps qui mtait imparti pour raliser loffre trouver une autre solution. Cest malheureusement ce qui a affect ma rponse au march, un des critres dattribution du march prenant en compte pour son obtention en priorit le prix.

    Ltude de ce dossier ma permis de contacter plusieurs fabricants de systme GTC et gestion dclairage et ainsi damliorer mes connaissances dans ce domaine. Cette exprience ma servi pour ltude daffaires similaires lors dautres marchs publics qui se sont concrtises par une commande du matre douvrage.

    5.4. VDI CONSEIL DE LEUROPE

    5.4.1. Le contexte

    Le Conseil de lEurope a effectu, un an auparavant, un appel doffres concernant la restructuration du rseau VDI (Voix, Donne, Image) de ce lieu. Cet appel doffres stipulait que le rseau VDI souhait devait tre constitu intgralement en fibre optique.

    Toutefois, aprs rception et tude des offres de chaque candidat, soit un an aprs lappel doffres initial, le Conseil de lEurope a souhait une variante en cuivre.

    5.4.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques

    Le Conseil de lEurope est le matre douvrage lors de cette affaire. La matrise duvre est la charge des entreprises telles que Cegelec qui rpondent lappel doffres.

  • Heinrich Nicolas 40 PFE 2011

    5.4.3. Chiffrage et conclusion

    Nous avons donc rtudi le cahier des charges avec les modifications demandes. Les contraintes sont un peu plus importantes que prcdemment. En effet, la longueur dune liaison cuivre ne doit pas excder 100 mtres de bout en bout et il est ncessaire de respecter une structure de distribution suivant les normes imposes dans le cahier des charges.

    La contrainte la plus importante tait que les travaux devaient se drouler en site occup. Le Conseil de lEurope tant un organe trs politique et sensible, les solutions sont assez restreintes pour ce sujet. Je ne dtaillerai pas plus ce chiffrage afin de ne pas divulguer des informations sensibles.

    Toutefois, au mois de mai 2011, le Conseil de lEurope a dclar lappel doffres infructueux malgr une rponse prcise sur toutes les questions du Conseil.

    5.5. E.H.P.A.D. STEPHANIE

    5.5.1. Le contexte

    Lopration consiste en la restructuration de lHpital Stphanie en Etablissement Hospitalier adapt pour Personnes Ages Dpendantes (EHPAD) de 100 lits. Lopration comprend galement la restructuration des deux pavillons qui se trouvent sur le site en cinq logements, indpendants de lEHPAD.

    Les btiments existants sont difis sur un terrain dune surface de 1,23 hectare. Les immeubles taient usage principal hospitalier ; ils sont prsent dsaffects et dans un tat vtuste ncessitant une restructuration lourde.

    Le projet comprend : - le corps central, difi en 1912, dune qualit architecturale intressante, qui

    sera conserv et entirement restructur - deux btiments lis au corps central, difis en 1974, qui seront conservs,

    entirement restructurs, avec une partie en extension neuve - une extension neuve en rez-de-chausse destine accueillir une unit

    protge. Cette extension neuve sera construite sur lemplacement des ateliers existants qui seront dmolis

    - deux pavillons dhabitation existants, qui seront conservs et entirement restructurs en 5 logements (indpendants de lEHPAD)

  • Heinrich Nicolas 41 PFE 2011

    5.5.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques

    Le prsent projet est financ par la SERS au moyen demprunts et de subventions. Cest donc lui le matre douvrage.

    Matrise d'uvre : la mission a t confie au groupement conjoint de matres duvre constitu de :

    - Agence darchitecture: JP GILCH, F KALK, L GILCH 7, rue du Parc 67205 STRASBOURG OBERHAUSBERGEN - Bureau dtudes : INGEROP CONSEIL ET INGENIERIE 1, rue du Parc 67205 STRASBOURG OBERHAUSBERGEN

    5.5.3. Chiffrage et conclusion

    Ce chiffrage fut particulier du fait de la nature mme du projet. En effet, le btiment tant un ancien hpital restructurer en E.H.P.A.D., les tches raliser sont diffrentes dun E.R.P. tel que la Piscine du Wacken ou linternat du Lyce Jean Rostand.

    Les points particuliers se situent notamment au niveau : - de lappel malade, - de la distribution tlphonique (autocommutateur, terminal de rception,

    DECT, ), - du groupe lectrogne de scurit, - de linstallation de chantier (protection par vido surveillance, projecteur avec

    dtecteur de mouvement, ), - du poste de transformation haute/basse tension, - de la protection contre la foudre, paratonnerre.

    De plus, le transformateur existant de lE.H.P.A.D. Stphanie dessert galement une maison de retraite situe 100 mtres du chantier. Il ma t demand de rdiger une mthodologie dtaille afin de dcrire la procdure de remplacement de lancien transformateur.

    Lors du jugement des offres, ltude a obtenu les meilleures notes pour le mmoire technique, ainsi que pour la note mthodologique du remplacement du poste de transformation.

    Aprs ngociations, chaque candidat a pu reprsenter une nouvelle offre, ce qui a permis nos concurrents de prsenter une meilleure offre. Finalement, le dossier ne nous a pas t confi.

  • Heinrich Nicolas 42 PFE 2011

    5.6. RESTRUCTURATION DE LA PISCINE DU WACKEN

    5.6.1. Le contexte

    La piscine du Wacken est un quipement de plein-air avec prs de 2 000 m de surface de bassins dans un cadre vgtal remarquable de 34 000 m cltur. Le programme des travaux porte sur la reconversion de la piscine ouverte exclusivement en priode estivale, en piscine ouverte 12 mois dans lanne permettant dlargir la diversit dactivits aquatiques. Il sera ncessaire de restructurer les btiments vestiaires et techniques pour le fonctionnement hivernal, dadapter le grand bassin la nouvelle offre, de remodeler les espaces extrieurs pour maintenir laccueil dun large public en priode estivale.

    5.6.2. Matre douvrage, matre duvre, bureau dtudes techniques

    Matre douvrage : Communaut Urbaine de Strasbourg.

    Le matre duvre, choisi par la CUS, est le Groupement Jacques MEYZAUD. Le bureau dtudes techniques du groupement est la SERUE.

    5.6.3. Chiffrage et conclusion

    Ce chiffrage fut lun des plus complexes, mais galement lun des plus intressants. La spcificit du lieu entrane forcment des changements techniques. Dans cette affaire, il fallait tenir compte des lments suivants :

    - cble dalimentation de srie FR-N1 X1G1 (sans halogne et non propagateur de lincendie).

    - choix de lclairage - IP, IK, tenu au fils incandescent. - chemin de cbles de type plastique (non conducteur et avec une rsistance

    importante aux effets corrosifs des substances chlores). - gestion dclairage (technologie KNX) - affichage dynamique (temprature des bassins notamment) - anti-intrusion et contrle daccs - sonorisation du site - dmarche environnementale

    Aprs tude des dossiers de rponses par le matre duvre, mon offre a t retenue. Loffre ntait pas la moins disante financirement, mais elle tait la mieux disante du point de vue technique. En effet, ctait la seule qui tait conforme aux exigences techniques du bureau dtudes.

  • Heinrich Nicolas 43 PFE 2011

    6. AFFAIRE : RESTRUCTURATION DE LAILE OUEST DU LYCEE JEAN ROSTAND

    6.1. LE CONTEXTE DE LAFFAIRE

    La Rgion Alsace a mis en place un projet de rnovation du Lyce Jean Rostand Strasbourg. Le matre douvrage a dj ralis dautres marchs concernant ce projet. En effet, il y eut la tranche n1, qui consista en la construction du nouveau btiment Sciences, situ rue Edmond Labb ainsi que de la remise aux normes de la SSI de tout le site. La tranche n1 fut remporte par le groupement Clemessy/Spie ; Spie ayant principalement travaill sur la partie SSI. Un second march public fut lanc pour la construction du btiment Internat CPGE qui fut remport par une autre entreprise. Le site est constitu du btiment A (le plus ancien, boulevard de la Victoire), du btiment Sciences (rue Edmond Labb), du btiment CPGE et du Gymnase. Le march public de ce dbut danne est la tranche n2. Elle consiste restructurer laile OUEST du btiment A qui est actuellement utilis comme salle de classe (RDC, 1er tage) et comme internat (2me et 3me tages). Le but des travaux est disoler laile ouest du reste du btiment A, afin den faire un internat lyce.

    Matre douvrage :

    Lentreprise retenue :

    Restructuration du Lyce Jean Rostand

    Bureau dtudes techniques Matre duvre :

    Figure 11 : Organigramme matre douvrage, matrise duvre et entreprise retenue Lyce Jean Rostand

  • Heinrich Nicolas 44 PFE 2011

    6.2. IMPLANTATION DU LYCEE JEAN ROSTAND

    Le Lyce est situ sur les lignes C, E et F du tram, arrt "Universits" : on peut prendre le tram C depuis la gare ou le tram F, Place du Vieux March aux Vins, (situe deux minutes pied en face de la Gare) et arriver directement devant le Lyce.

    Ladresse officielle du lyce est : 5, rue Edmond Labb; 67 084 Strasbourg cedex

    Figure 13 : Photo Jean Rostand vue arienne

    Figure 12 : Plan d'implantation Jean Rostand

    Aile ouest btiment A

  • Heinrich Nicolas 45 PFE 2011

    6.3. PRESENTATION DE L'OPERATION

    6.3.1. DESCRIPTION SOMMAIRE DES OUVRAGES

    Le prsent projet se rapporte la construction et la rhabilitation du Lyce JEAN ROSTAND STRASBOURG.

    Le projet de dcompose en 3 tranches :

    - Tranche 1 : Construction du btiment Sciences et du btiment Accueil - Tranche 2 : Construction du btiment Hbergement CPGE et rhabilitation

    de laile Ouest btiment A en internat lyce - Tranche 3 : Rhabilitation du btiment A.

    Le prsent dossier ne concerne que la rhabilitation de l'aile Ouest du btiment A en internat lyce. (Tranche 2).

    6.3.2. PRESENTATION TRANCHE 2 PHASE 4

    L'internat lyce sera amnag sur le site du Lyce Rostand, boulevard de la Victoire 67000 STRASBOURG, dans l'aile Ouest du btiment A. Ce btiment sera constitu de 6 niveaux (un RDC, 4 tages et des combles).

    Ce btiment contiendra des chambres pour 280 internes (35 chambres 4 lits et 28 chambres 5 lits), 28 chambres matre d'internat, divers locaux communs ( salle informatique, salle de musique, CPE, Hall d'entre, salles d'tudes, locaux mnages, dpt entretien, foyer dtente, attente, archives, salles de repos, salle de bains lves, sanitaires lves, sanitaires personnel hommes, femmes, handicaps, repas runion, bureau mdecin, salle de soins, infirmerie, salon tl, salle de jeux, bagagerie, local poubelle) et des locaux techniques (sous station chauffage, locaux lectriques, local VDI).

  • Heinrich Nicolas 46 PFE 2011

    6.3.3. DETAILS DES PRESTATIONS

    6.3.3.1. Tranche Ferme

    Les ouvrages excuter pour la partie courants forts sont les suivants : Dplacement et ralimentation du tableau lectrique existant, Le dmontage des installations existantes, La distribution basse tension principale, Le tableau gnral de distribution du btiment Les tableaux divisionnaires, La distribution secondaire issue des tableaux divisionnaires, Lclairage normal de lensemble des niveaux, Lclairage de scurit, La distribution des alimentations forces et des prises de courant La mise en place de lensemble des appareillages lectriques, Lclairage priphrique et quipements extrieurs

    Les ouvrages excuter pour la partie courants faibles sont les suivants : Le dmontage des installations existantes, Le dplacement hors emprise du projet des arrives distribution de l'heure et sonorisation

    existantes du btiment A, La distribution tlphone informatique - vido, Lalarme et dtection incendie, Les alarmes techniques - GTC, La sonorisation de linternat, La distribution TV, Le contrle daccs et l'anti-intrusion, La vidosurveillance, La distribution de l'heure de l'internat La vidophonie.

    6.3.3.2. Tranche Conditionnelle

    Remplacement de l'ancien cble huile cheminant le long du btiment A. Remplacement des coffrets et tableaux lectriques aliments par l'ancien cble huile.

  • Heinrich Nicolas 47 PFE 2011

    6.4. ETUDE ET CONSTRUCTION DE LOFFRE

    6.4.1. Dossier de consultation

    Le dossier de consultation de cette affaire tait trs complet. Nous avions accs aux documents de chaque lot, ce qui permet de trouver des informations que nous naurions pas eu en temps normal. On y trouve galement les plans PRO (ANNEXE 6 9) et le planning prvisionnel (ANNEXE 5).

    6.4.2. Consultation des fournisseurs

    Lors de ce chiffrage, jai consult les fournisseurs pour la totalit des prestations afin dobtenir les prix les plus justes pour chacun deux.

    Voici la liste des fabricants consults :

    Tableau : consultation effectue par le service achat (seule exception).

    Chemin de cbles : Krieg & Zivy, Cablofil

    Goulottes : ENSTO, LEGRAND, Electro-liaison

    Eclairage : PHILIPS, SERMES, SYLVANIA, TRILUX, SARLAM, ZUMTOBEL,

    Eclairage de scurit : Coopersafety (luminox)

    VDI : ACR distributeur de la marque INFRA+

    SSI : SIEMENS

    GTC : WAGO

    Sonorisation : G+M

    Contrle daccs / anti-intrusion : GUNNEBO

    Distribution de lheure : Bodet

    Vidophonie : BTICINO, CASTEL, ADI GARDINER, DICOM

    Pour la partie appareillage et protection, la consultation fournisseurs nest pas ncessaire, car notre base de donnes OPTIMA inclut les contrats cadres. De fait, les prix pour ces articles sont actualiss. De mme, les prix des cbles sont consults par le service achat au coup par coup.

  • Heinrich Nicolas 48 PFE 2011

    6.4.3. Visite du site

    La visite du site a eu lieu le 4 avril 2001 14h au 5 rue Edmond Labb. Toutes les entreprises de chaque lot technique ainsi que les entreprises du gros uvre taient prsentes.

    La visite sest droule en deux temps. Tout dabord lensemble du groupe a effectu la visite globale des lieux. Dans un second temps, les entreprises pour les lots techniques, dont je faisais partie, ont pu poser les questions techniques aux diffrents reprsentants des bureaux dtudes techniques propres leur lot. Jai pu galement voir ou revoir certains locaux techniques afin de collecter des informations essentielles aux chiffrages.

    Lors de la visite, j'ai pu dans un premier temps mapercevoir de la taille du btiment ainsi que de la configuration de celui-ci. Jai pris en compte notamment lpaisseur et le type de mur qui constitue laile ouest. En effet, tout le cblage sera incorpor sous forme de saigne dans les murs ou sous des faux-plafonds. Cela engendre un grand nombre dheures de travail malgr les outils dont disposent les ouvriers. Dans notre dossier de consultation, nous avons galement une partie dpose. Grce la visite, jai pu prendre en compte la quantit dobjets dposer afin den dduire le temps y consacrer. Un des points importants ne pas ngliger est la phase des travaux prparatoires. Lune des tapes importantes est la sparation des circuits entre laile ouest et le reste du btiment. De mme, le btiment A est actuellement aliment par un cble huile qui vient dun vieux transformateur qui sera supprim lors de la phase finale de la restructuration du lyce.

    Lors de la visite, jai pu recueillir des donnes prcieuses telles que la marque du contrle daccs install lors de la tranche prcdente, de mme pour la SSI, la GTC, la VDI et lclairage de scurit. Il est indispensable pour la majorit de ces lments de conserver la mme marque cause de linteroprabilit des systmes. Mme si aucune marque ne peut tre impose dans un march public, en toute logique, il est recommand de conserver cette marque pour les systmes critiques. De plus, certains fournisseurs font des gestes commerciaux quand on continue dans la voie de la tranche prcdente quand il nest pas indispensable de rester dans la marque en question. Cela leur permet de garder le projet et den faire une vitrine commerciale.

    6.4.4. Etude et optimisation

    Lors de ltude du dossier, jai pu mapercevoir de quelques incohrences, par exemple, on nous dcrit que la goulotte qui sera installe sera de type PVC. Puis vers la fin du CCTP (ANNEXE 4), on nous reparle de cette goulotte qui se transforme en aluminium. Au final, aprs avoir appel le bureau dtudes techniques, la goulotte tait bien en PVC. Ceci peut sembler anodin; toutefois le prix dun type de goulotte lautre peut varier jusqu 3 fois le prix de la moins chre, notamment en raison du cours des matriaux.

    Afin doptimiser et de vrifier les donnes du DPGF (ANNEXE 3), jai ralis tous les mtrs et quantitatifs du devis. Pour la partie quantitative, je nai pas trouv dincohrence, mais en ce qui concerne les mtrs, jai pu les optimiser afin dtre au plus prs de la ralit. En effet, le bureau dtudes avait ajout entre 5% et 10% de trop pour la longueur des cbles pour certains postes.

    De plus, laide du logiciel Caneco BT, jai ralis une vrification rapide des grosses sections de cbles afin de vrifier la cohrence de celles-ci sans dtecter derreur avec ses hypothses.

  • Heinrich Nicolas 49 PFE 2011

    6.4.5. Offre et rsultat

    Jai ralis cette offre en quatre semaines. Afin de rpondre au RC (ANNEXE 1 et 2), notre offre comporte les lments suivants :

    - lacte dengagement (ANNEXE 14) - le mmoire technique (ANNEXE 12) - le plan daction environnemental (ANNEXE 13) - le CCTP complt - le DPGF complt (ANNEXE 11) - le contrat de maintenance (ANNEXE 15) - les fiches techniques des matriels de loffre

    Effectivement, il tait demand de fournir une proposition de contrat de maintenance pour les chapitres suivants : Tlphone Informatique, GTC, Contrle d'accs et anti-intrusion, Systme de scurit incendie, Vidosurveillance, Sonorisation, Vidophonie.

    6.4.6. Suivi des travaux prparatoires

    Le march nous a t notifi au dbut du mois de juillet, toutefois lordre de service (OS) na t reue que le 20/07/2011. Pourtant, nous avons t convis la runion de lancement des travaux prparatoires afin de prparer la phase qui doit commencer rapidement.

    La phase des travaux prparatoires comprend les tches suivantes : - dconnexion du cble huile et isolation de celui-ci au niveau de lentre

    dans le btiment A aile ouest (engendre une coupure pour tout le btiment) - sparation des rseaux (courant fort, VDI, SSI) entre la zone chantier et le

    reste du btiment, afin que laile ouest soit indpendante du reste en vue de murer les accs en fin de phase des travaux prparatoires.

    - cration de tranche le long du btiment A afin de ralimenter celui-ci. - dplacement et/ou cration dun tableau pour les circuits ralimenter.

    Le charg daffaires tant absent pour deux semaines, jai pris en charge le dossier dans son intgralit durant son absence. Jai accueilli le chef de chantier qui nous venait de Nancy, afin de lui expliquer les travaux raliser durant la phase prparatoire. En effet, ayant ralis ltude, jtais lunique personne connatre de faon approfondie le dossier. Jai donc particip la recherche de circuits en prsence du chef de chantier et de llectricien du site qui nous a aids identifier les circuits. Dailleurs, il y a eu quelques surprises. Dans le descriptif du DCE et daprs les diffrents acteurs (bureau dtudes techniques, lectricien du site), le tableau lectrique se trouvant au RDC devait tre un TGBT qui devait alimenter laile ouest ainsi que le reste du btiment. On devait alors dplacer le tableau afin quil soit hors emprise des travaux et quil puisse ralimenter les autres tableaux. Toutefois, lors de notre recherche de circuits, nous nous sommes aperus quil nen tait rien. Le tableau nalimentait que les tableaux de laile ouest ainsi que certains circuits labord de la zone de sparation du btiment. Nous avons galement dcouvert lalimentation des diffrents tableaux de la zone de travaux. Les tableaux dans la zone sont disposs de la faon suivante : deux chaque tage et chacun deux forme une colonne, soit deux colonnes (une chaque extrmit du btiment).

  • Heinrich Nicolas 50 PFE 2011

    Lalimentation de la premire colonne est simple, elle se fait perpendiculairement du fait que le TGBT en fait partie. Pour la seconde, nous avons dcouvert que lalimentation suivait la premire colonne montante pour ensuite traverser les combles, tout le long, et enfin redescendre tage par tage pour distribuer chacun des cbles dalimentation. Ceci est assez surprenant, car en gnral on essaie dconomiser le cuivre. Nous avons galement pu observer quil y avait deux cbles qui alimentaient le TGBT de laile ouest, alors quil ne devait y en avoir quun seul. Aprs avoir effectu des recherches et des tests, nous avons pu en dduire que le fameux cble huile ntait plus sous tension, et pour cause, celui-ci ayant t sectionn par accident lors dune phase prcdente du projet. Celui-ci a t remplac par un cble plus rcent.

    Avec toutes ces dcouvertes, nous avons pu optimiser certains postes afin damliorer les travaux raliser.

    Jai galement eu plusieurs runions avec le bureau dtudes techniques afin de lui prsenter les solutions que nous souhaitions apporter suite aux changements de donnes. Le bureau dtudes ma remis des documents importants pour la suite du chantier, tels que les dtails de ltude ralise par leur soin ainsi que les DOE des phases prcdentes.

    Lors de la lecture de ces documents, jai trouv un fichier de type Caneco. Je lai rapidement ouvert afin de voir le travail effectu par le bureau dtudes et de vrifier les sections de cbles ainsi que dobserver les schmas lectriques. Jai t tonn de voir que les schmas lectriques navaient pas t raliss compltement et que seuls les gros postes avaient t reprsents. Jai donc complt le document afin de vrifier les sections de cbles dans le pire cas que lon trouvera sur le chantier. Et jai pu observer un problme qui navait pas pu tre vrifi prcdemment. En effet, jai pu constater que la chute de tension jusquaux luminaires tait trop importante par rapport la norme, cest--dire suprieure 5%. Ce problme va donc engendrer une augmentation de section de cbles, ce qui ntait pas prvu dans le devis.

    En conclusion, la phase des travaux prparatoires sest bien droule et a t termine dans les dlais (chance avant la rentre de septembre).

  • Heinrich Nicolas 51 PFE 2011

    7. CONCLUSION PERSONNELLE DE MON STAGE

    Les trente semaines de stage de fin dtudes passes dans lentreprise CEGELEC ont t loccasion pour moi de mimmerger pour la troisime fois, dans le cadre de mes tudes dingnieur, dans le monde du travail.

    Lensemble des personnels de lentreprise ma rapidement intgr au sein de la Socit comme employ part entire.

    Le poste de charg daffaires adjoint ma permis dutiliser lensemble de mes connaissances et comptences pour les diffrentes missions qui mont t confies.

    En outre, cela a t loccasion de faire des choix techniques et de prendre des dcisions sur des opportunits dorganisation des futurs chantiers.

    Les contacts humains occupent une part importante dans la fonction dingnieur charg daffaires. En effet, les relations humaines se font au travers des changes professionnels avec les matres douvrage, les matres duvre, les fournisseurs ainsi que les collaborateurs dans lentreprise (bureau dtudes) et les personnels de chantiers. Cela fait de lingnieur un lment pivot de lentreprise.

    Les tudes de prix font appel de nombreuses qualits (polyvalence, connaissances techniques, esprit dinitiatives, matrise des normes rglementaires, adaptabilit). Une juste estimation des travaux assure lentreprise un bon quilibre financier et lui permet de conserver sa comptitivit.

    Mon stage a t galement loccasion dacqurir de nouvelles connaissances techniques sur les outils de chiffrage et des connaissances organisationnelles de lentreprise.

    Ce stage ma permis de maffirmer et de montrer mes comptences dans un poste responsabilit en tant quingnieur charg daffaires.

    Cest ainsi qu lissue de mon stage, M. SCHNEIDER, chef de centre de travaux de CEGELEC Illkirch, ma fait une proposition demploi en CDI pour un poste dingnieur charg daffaires au sein de lentreprise CEGELEC. Je nai pas manqu daccepter cette offre et je le remercie de sa confiance.

  • Heinrich Nicolas 52 PFE 2011

    8. TABLE DES ANNEXES

    ANNEXE 1 : Lyce Jean Rostand DCE Rglement de consultation ANNEXE 2 : Lyce Jean Rostand DCE Annexe du rglement de consultation ANNEXE 3 : Lyce Jean Rostand DCE Dcomposition globale et forfaitaire ANNEXE 4 : Lyce Jean Rostand DCE Cahier des clauses techniques particulires ANNEXE 5 : Lyce Jean Rostand DCE Planning prvisionnel ANNEXE 6 : Lyce Jean Rostand DCE Plan de masse ANNEXE 7 : Lyce Jean Rostand DCE Plan dimplantation RDC et R+1 ANNEXE 8 : Lyce Jean Rostand DCE Plan dimplantation R+2 et R+3 ANNEXE 9 : Lyce Jean Rostand DCE Plan dimplantation R+4 et combles ANNEXE 10 : Lyce Jean Rostand Comparatif des luminaires ANNEXE 11 : Lyce Jean Rostand Devis finalis ANNEXE 12 : Lyce Jean Rostand Mmoire technique ANNEXE 13 : Lyce Jean Rostand Plan daction environnementale ANNEXE 14 : Lyce Jean Rostand Acte dengagement ANNEXE 15 : Lyce Jean Rostand Contrat de maintenance

  • Heinrich Nicolas 53 PFE 2011

    9. TABLE DES ILLUSTRATIONS

    Figure 1 : Organigramme du groupe Cegelec ......................................................................... 9 Figure 2 : Organigramme Cegelec Nord & Est de Strasbourg ............................................ 12 Figure 3 : Principes de la phase d'appel d'offres pour le choix dun matre duvre ...... 19 Figure 4 : Principes de la phase DIAG et Avant-Projet ........................................................ 20 Figure 5 : Principes des phases projet et consultation des entreprises ............................ 21 Figure 6 : Principes de la phase d'analyse des offres et de slection d'une entreprise . 22 Figure 7 : Principes des phases de suivi de travaux, recette et livraison .......................... 23 Figure 8 : Diagramme rcapitulatif du droulement d'une affaire ....................................... 26 Figure 9 : Logiciel OPTIMA - onglet Mtr du devis ............................................................. 28 Figure 10 : Logiciel OPTIMA Dtail du mtr ........................................................................ 29 Figure 11 : Organigramme matre douvrage, matrise duvre et entreprise retenue Lyce Jean Rostand .................................................................................................................. 43 Figure 12 : Plan d'implantation Jean Rostand ....................................................................... 44 Figure 13 : Photo Jean Rostand vue arienne ...................................................................... 44

  • Heinrich Nicolas 54 PFE 2011

    10. GLOSSAIRE

    AE: Lacte dengagement (Formulaire DC3) est la pice signe par un candidat un accord-cadre ou un march public dans laquelle le candidat prsente son offre ou sa proposition dans le respect des clauses du cahier des charges qui dterminent les conditions dans lesquelles le march est excut. Cet acte dengagement est ensuite sign par le pouvoir adjudicateur.

    BOAMP : Le bulletin officiel des annonces des marchs publics publie des avis d'appel public la concurrence de l'tat franais, des collectivits et des tablissements publics. Ce mme bulletin publie aussi les avis d'attribution des marchs publics. Le BOAMP t cr par un dcret du 4 avril 1957. Le texte qui le rglemente