Gadamer, Hans-Chemins de Heidegger

download Gadamer, Hans-Chemins de Heidegger

of 259

  • date post

    07-Aug-2015
  • Category

    Documents

  • view

    135
  • download

    8

Embed Size (px)

Transcript of Gadamer, Hans-Chemins de Heidegger

1

Les chemins de HeideggerHans-Georg GADAMER

Tradution, prsentation et notes par Jean GRONDIN

Librairie philosophique J. Vrin Bibliothque des textes philosophiques ISSN 0249-7972 ISBN 2-7116-1575-8

2 Avant-propos du traducteur .................................................................... 3 Prface................................................................................................... 12 1. Existentialisme et philosophie de lexistence (1981)........................ 14 2. Martin Heidegger 75 ans (1964) .................................................... 26 3. La thologie de Marbourg (1964) ..................................................... 39 4. Quest-ce que la mtaphysique? (1978)...................................... 53 5. Kant et le tournant hermneutique (1975) ........................................ 57 6. Le penseur Martin Heidegger (1969)................................................ 67 7. Le langage de la mtaphysique (1968) ............................................. 74 8. Platon (1976)..................................................................................... 85 9. La vrit de luvre dart (1960)...................................................... 97 10. Martin Heidegger 85 ans (1974) ................................................ 112 11. Le chemin vers le tournant (1979) ................................................ 122 12. Les Grecs (1979)........................................................................... 138 13. Lhistoire de la philosophie (1981)............................................... 151 14. La dimension religieuse (1981)..................................................... 164 15. tre Esprit Dieu (1977) ................................................................. 179 16. Du commencement de la pense (1986) ....................................... 193 17. Le retour au commencement (1986) ............................................. 215 18. Lunit du chemin de Martin Heidegger (1986) ........................... 241 Index nominum ................................................................................... 257

3 Avant-propos du traducteur Ce livre offre dabord une formidable introduction la pense de Martin Heidegger, comme il y en a peu et comme il ny en aura plus. Tmoin de la premire heure, lve et ami personnel de Heidegger, grand philosophe et hermneute, Gadamer, qui est n en 1900 et qui nous a quitts le 13 mars 2002, a suivi de trs prs le parcours de son matre travers tous les dtours de son chemin de pense et les vicissitudes de son sicle. Prsent au dbut de son enseignement rvolutionnaire Fribourg en 1923, donc avant que la parution dtre et temps en 1927 ne lui confre une notorit mondiale, Gadamer a aussi pu porter un regard sur la porte historique de son oeuvre aprs sa mort en 1976. Aristote et Ricoeur ont bien raison : ce nest quaprs la mort dun individu que lon peut vraiment saisir la signification de son existence. Cest pourquoi Les Chemins de Heidegger nont paru quen 1983. Mais celui qui retrace alors le cheminement complexe de Heidegger, soixante ans aprs lavoir rencontr, la connu dans sa premire fracheur, donc avant lexistentialisme, avant la dconstruction et bien avant que ldition monumentale de son uvre ne permette de le ranger dans le panthon des classiques de lhistoire de la pense. Il a surtout t le tmoin privilgi de ses premires motivations, la fois philosophiques et religieuses, mais aussi de la constellation dans laquelle il est apparu et quil a si profondment mtamorphose. Gadamer a, en effet, aussi ctoy ses premiers interlocuteurs, Edmund Husserl, Max Scheler, Nicolai Hartmann, Karl Jaspers, Karl Lwith, Hannah Arendt, Rudolf Bultmann, Werner Jaeger, Leo Strauss, mais aussi Paul Natorp, mort en 1924 et qui avait dirig sa thse de doctorat sur Platon en 1922. Il a assist au succs foudroyant dtre et temps, mais comme tant dautres lves de Heidegger, il trouvait que son matre ny tait peut-tre pas assez lui-mme, parce quil sy appropriait dune manire un peu trop artificielle tout le vocabulaire de la philosophie transcendantale de Husserl, quil critiquait pourtant avec tant de vhmence dans ses cours. Il na donc pas t surpris de voir Heidegger prendre un tournant aprs tre et temps. Il sen est rendu compte quand il est all entendre ses confrences sur lorigine de luvre dart Francfort en novembre 1936. Ctait un nouvel Heidegger, qui stait manifestement remis de son garement politique1, mais qui sinspirait1

Cf. la lettre de Gadamer Lwith du 12 dcembre 1937 (cite dans ma biographie de Gadamer : Hans-Georg Gadamer. Eine Biographie, Tbingen, Mohr Siebeck, 1999, 180) qui fait tat dune visite auprs de Heidegger, o celui-ci aurait lui-mme parl de lpisode fatal de 1933.

4 maintenant beaucoup de la posie et de Hlderlin. Gadamer a continu de le frquenter durant les dures annes du rgime nazi, quand la terreur totalitaire avait pour effet de resserrer les liens personnels, puis aprs la guerre quand Heidegger sest subitement retrouv isol en Allemagne. Il avait t suspendu de ses fonctions luniversit de Fribourg au moment o lexistentialisme, qui lui devait peu prs tout, tait la mode de lheure partout ailleurs dans le monde. Gadamer a contribu le rhabiliter, en faisant paratre un recueil dhommage pour son soixantime anniversaire en 1950, en le faisant lire lAcadmie de sciences de Heidelberg, o il linvita souvent et o il organisa un colloque pour son 80e anniversaire en 1969 et, bien sr, en faisant luimme de lhermneutique phnomnologique dans lesprit de Heidegger. chacune des tapes du parcours de Heidegger, Gadamer tait donc prsent, et fascin dy tre, mais il tait encore l quand son chemin sest termin pour nous dire ce qui stait pass au juste, ce que signifiait ce langage prodigieux, mais difficile, quavait invent Heidegger et ce quil recherchait au juste quand il mettait en question, et depuis le dbut de son itinraire, tout lhritage de la philosophie occidentale. Plus quune introduction, ce livre est donc un tmoignage, un mmorial, un monument, mais surtout le fait dune rencontre exceptionnelle. Cest que de tous les lves immdiats de Heidegger, Gadamer est sans aucun doute celui qui a dvelopp luvre la plus autonome, la plus rflchie, quand il a fait paratre son uvre matresse Vrit et mthode, en 1960, le premier et peut-tre le seul vritable chef-duvre de la philosophie allemande depuis tre et temps. Mais bien avant que cet ouvrage ne voie le jour, Heidegger avait dj reconnu en Gadamer son lve le plus brillant. En 1945, alors que tout indiquait quil allait tre suspendu de ses fonctions luniversit de Fribourg (il allait ltre jusquen 1951), cest Gadamer quil avait recommand comme son successeur2. Aprs tout, Gadamer avait eu lheureuse ide de se consacrer2

Cf. la lettre de M. Heidegger R. Stadelmann du 1er septembre 1945, dans le t. 16 de la Gesamtausgabe, 2000, 395 : En premier lieu, je recommande Gadamer (Leipzig); mais je ne sais pas o il se trouve lheure actuelle. Pour ce qui est de lenvergure spirituelle, mais aussi comme enseignant et comme collgue, cest trs certainement le meilleur (der Wertvollste). Cest lui que je souhaiterais avoir comme successeur, si on devait en venir l . Cf. aussi la lettre R. Stadelmann du 30 novembre 1945 (GA 16, 407) : Gadamer est, par ailleurs, un excellent professeur, qui jouit dune grande exprience et qui aime beaucoup enseigner. Il ma crit rcemment depuis Leipzig, o il est doyen, pour me dire quil aimerait bien aller dans une universit plus petite. [] Pour les tudiants comme pour le travail la facult, Gadamer serait encore plus important; cest le professeur n, avec beaucoup de distinction (au meilleur sens du terme) - mais il possde un horizon trs

5 aux Grecs, Platon et Aristote, aprs avoir t bloui par sa premire rencontre avec Heidegger, alors que la plupart de ses lves se contentaient dimiter leur matre. Malgr toute lestime quil avait pour lui, Heidegger trouvait cependant que Gadamer tardait beaucoup crire. Non, mais quand va-t-il faire paratre un livre substantiel? , demandait-il parfois ses amis au cours des annes cinquante3. Mais Heidegger sous-estimait peut-tre lombre quil projetait sur son lve. Gadamer la dailleurs avou : crire reprsenta pour moi et pour longtemps un vritable tourment, javais toujours la damne sensation que Heidegger regardait par-dessus mon paule! 4 Pas facile dcrire quand on a un tel matre et quon sait quil sagit dun nouvel Aristote ou dun autre Hegel. Deux types dcriture sont alors souvent pratiqus, limitation pnible du matre ou encore le parricide qui consiste adopter htivement un point de vue critique qui se prtend plus fin que le matre : Heidegger aurait ignor ceci ou cela, la dimension sociale, lthique, la logique, les sciences, le corps, sa pense ne serait que le reflet de sa classe sociale, etc. Sachant qui il avait affaire, Gadamer a prfr attendre. lvidence, linterprtation de Gadamer a t longuement mrie puisque le philosophe de Heidelberg sest gard dcrire sur Heidegger avant davoir atteint lge de soixante ans, lanne o - la concidence nest pas banale - parut son propre chef-duvre. Tout se passe comme sil avait attendu la publication de son ouvrage - et la prise de position autonome quil signifiait - avant de se risquer parler publiquement de son matre. Et il ne la dabord fait qu la demande expresse de Heidegger, puisque cest celui-ci qui la invit crire une petite prface ldition spare de son essai Sur lorigine de luvre dart en 1960. Il est assez frappant de remarquer que dans son uvre matresse, Vrit et mthode, Gadamer parlait assez peu de Heidegger. Lorsquil se rclamait, avec force, de la tradition humaniste au tout dbut (!) de Vrit et mthode, il nvoquait pas du tout la Lettre sur lhumanisme, o son matre marquait, au contraire, toute sa distance par rapport lhumanisme. Sil sinspirait videmment dtre et temps en parlant du cercle de la comprhension (mais

large, dune grande