Foundation Sahart

download Foundation Sahart

If you can't read please download the document

  • date post

    14-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    221
  • download

    2

Embed Size (px)

description

42 artists in residence in southern Morocco upon invitation of Valérie Barkowski. Fondation ONA 42 artistes en résidence dans le Sud marocain à l'invitation de Valérie Barkowski.

Transcript of Foundation Sahart

  • SAHART 1997 - 2004

    Donation Valrie et Serge Barkowski

    4 2 a r t i s t e s e n r s i d e n c e d a n s l e S u d m a r o c a i n

    Fondation ONA

  • De tout temps, dans sa qute de la comprhension du monde, lhomme a oscill entre la rationalit pure et lmotion,les sciences exactes et la spiritualit, le chiffre et le verbe, le ralisme et le rve prouvant ainsi limpossible dissociationentre esprit et matire !De tout temps, il y a eu des hommes et des femmes de bonne volont, qui ont oeuvr autant pour le progrs de la connaissance scientifique que pour le dveloppement des arts et des lettres. Cest l un phnomne rcurrent :depuis lpoque grco-romaine, lEmpire arabo-perse jusqu lpoque contemporaine en passant par la Renaissance et le Sicle des Lumires !Ce nest donc point un hasard si, lhumanit, ayant dsormais fait voeu de paix, sattache plus que jamais la diversitculturelle en tant que concept fdrateur et facteur de rapprochement des peuples !Dans cette optique, la collection que jai la fois le plaisir et lhonneur daccueillir, est fort opportunment une doubleillustration de ce vcu historique : elle illustre autant la diversit culturelle que la grandeur dme des mcnes !En effet, par la richesse esthtique, la varit des techniques et des thmes, cette collection est une invite muette la dcouverte de la diversit culturelle, telle que vhicule par la sensibilit dune multitude dartistes issus dediffrentes communauts et ayant vcu sous diffrents cieux.Elle reflte en mme temps lesprit gnreux dune grande Dame fortement attache aux arts ! Esprit gnreux car dsireuxde partager avec autrui sans distinction aucune si ce nest la croyance aux valeurs de paix et de tolrance.Esprit gnreux car soucieux de favoriser llvation de lhomme vers sa condition la plus noble : celle qui fait de laltritun miroir dans lequel chacun se reconnat !Merci donc Mme BARKOWSKI de perptuer un mcnat aussi dsintress que soucieux du beau.

    Rachid SLIMIPrsident FONDATION ONA

  • Jai tendu des cordes de clocher clocher; des guir-landes de fentre fentre; des chanes dor dtoile toile, et je danse. Arthur Rimbaud, Illuminations.

    - Le dsir de partager, de rencontrer, de dcouvrir est la source de mon nergie, celle qui me permet de dplacer des montagnes. Ce vers dArthur Rimbaudvoque pour moi le plaisir quil y a jouer le rle du trait dunion, marier le possible limpossible, le rve la ralit, et parfois le hasard la ncessit.

    Valrie et Serge Barkowski, Belges dorigine, sont desvoyageurs lancienne, de ceux qui aiment prendreleurs marques dans les lieux quils dcouvrent, tisserdes liens, engranger les motions, additionner lesexpriences et faonner leur ralit. Si Serge Barkowskiaujourdhui nous a quitts, cest ensemble quils sontarrivs au Maroc et y ont vcu des annes uniques.

    Aprs un sjour de trois ans Moscou avec son mari,sjour durant lequel Valrie Barkowski se prend depassion pour lart contemporain sovitique, faisant de nombreuses recherches et y exerant la professionde courtire en uvres dart, ils dcident de sinstaller Marrakech. Ils arrivent au printemps de 1996. SergeBarkowski, pour sa part, sassocie avec larchitecte belgeQuentin Wilbaux, dans Marrakech Mdina, lune destoutes premires structures de rhabilitation lanciennedes maisons de la mdina.

    Valrie, elle, la tte encore pleine dimages moscoviteset le cur battant au rythme des rencontres, dcide,avec laide de son mari, de crer une fondation prive,relevant du seul mcnat. Ds lautomne 1996, elle y accueille ses premiers artistes. Au fil des annes,ils seront plus de 40 rpondre lappel et celajusquen 2004, venant de tous les horizons : marocains,russes, franais, italiens, amricains, espagnols, croates,

    belges, et de toutes les disciplines : graveurs, peintres,photographes, sculpteurs ou bien encore crivains.

    Chaque artiste ayant rsid la Fondation de raresexceptions prs a laiss, sous la forme dun donduvre, une trace de son passage. Chacune de cestraces tmoigne dune rencontre, dun moment prcieuxpasss dans un pays que, pour la plupart, ils neconnaissaient pas ou peu et que Serge et ValrieBarkowski leur ont permis de dcouvrir. Sjours aprssjours, une importante collection, vritable mosaqueculturelle, directement inspire de Marrakech et du Sud marocain, sest constitue.

    Aujourdhui, la Fondation a ferm ses portes Marrakech.Valrie Barkowski ne sestimant pas le droit de sappro-prier cette mmoire riche des uvres ralises,souhaitait rendre Marrakech et aux Marrakchis,complices impliqus de cette aventure, la jouissance de toute cette richesse.

    La rencontre avec Tania Chorfi, responsable du dparte-ment des Arts lONA fut dterminante. De cetterencontre nat une belle amiti ainsi que lide de fairedon de la collection Sahart la prestigieuse FondationONA, la mieux habilite au Maroc pour laccueillir et la faire connatre. Pour preuve, cette exposition et ce catalogue dont nous vous laissons tout le plaisir de la dcouverte.

    Fondation ONA . Collection SAHART . Donation Serge et Valrie Barkowski

    4 2 a r t i s t e s e n r s i d e n c e d a n s l e S u d m a r o c a i n

  • Lide de dpart tait simple : Je souhaitais, quand je suis venue minstaller Marrakech, donner aux artistesde ma connaissance, loccasion de sexprimer en toutesrnit, sans contrainte matrielle et cela dans un cadrepropice linspiration...

    Si, au dbut, les artistes invits taient des proches ou des connaissances, trs vite, il ny eut dautres critresde slection que celui de la rencontre. Ces rencontrespouvaient tre inities de nombreuses faons :

    - Un vernissage au cours duquel lon rencontre lartisteexposant, comme cela sest pass avec NourreddineChater. - Le fruit du hasard, ce qui fut le cas avec Eva Wagner,artiste autrichienne qui venait dexposer Casablanca et qui cherchait un lieu de vie et de travail Marrakech;ou bien encore, tout comme avec Gennaro Cicalese, sur la base de la remise dun dossier.

    Seul le principe de libert a toujours guid ValrieBarkowski. Une libert revendique dans ses choix maisgalement dans celle quelle a toujours laisse aux artistes : Je nai jamais choisi dinviter tel ou tel artistesur la seule base du fait que jaimais ou pas son travail.Il arrive que la dmarche dun artiste soit intressante,mais que lon ne soit pas sensible son rsultat Il arrive galement que lon soit touch par luvre et non par son auteur.

    Chacun a son mdium dexpression. Le but de la fondationtait de mler les richesses et que se crent des changesns de rencontres. Marrakech, ville Rouge aux portes du dsert, avait tout pour jouer le rle du catalyseur : la lumire, les sons, les couleurs de la Mdina bien sr.Mais aussi lunivers des souks, la disponibilit des Marrakchis,le savoir-faire de ses artisans travaillant atelier-ouvertpermettant ainsi certains artistes en rsidence de red-couvrir des techniques oublies, des matriaux quils nauraient jamais pens intgrer dans leurs uvres telHerv Ingrand, Sandra Cabezuelo-Bertozzi, Etienne Yverou bien encore Frdric Levy-Hadida.

    Les artistes-rsidents taient invits et pris en charge pourdes priodes allant de un trois mois. De manire leurpermettre de travailler en toute libert, il fallut trouver un lieu adquat. Un premier petit riad fut amnag dansla Mdina, prs du palais de la Bahia. Outre les facilits de logement, il leur fallait galementdes espaces-atelier; cest ainsi que la fondation sinstalla Dar Najma ds lautomne 1996.

    Les premiers artistes venir en rsidence furent deuxItaliens : Giovanni Franzi et Gennaro Cicalese.Giovanni Franzi tmoigne de manire rvlatrice delimportance que peut avoir ce type de dpaysement pourun artiste : (...) tout (...) ma vid la tte de toutes les complications gocentriques, () jai commenc vivre, simplement. Les tableaux que jai raliss,Sciukran, Slurp, Camel Trophy () dmontrent linfluencebnfique de ce sjour sur lexpression formelle de mathmatique. Paradoxalement, jai progress en peinture,dans un pays o la peinture nexiste pas en tant que telle.

    Fondation ONA . Collection SAHART . Donation Serge et Valrie Barkowski

    D e s l i e u x d e l i b e r t

    Marrakech

  • Giovanni Franzi nest pas le seul voquer linfluencebnfique et parfois radicale de sa rsidence. Lun des tmoignages les plus loquents est celui deAleksandar Zaar qui sjourna la fondation en 2002 et 2003 : Cette rsidence a vraiment t dterminantepour mon travail. Elle ma permis de mener maturitbeaucoup de choses, et par l de progresser de faonimportante. Jtais la Fondation en mme temps queFrdric Lvy-Hadida, Franois Lelong, Cyril Commarqueet sa femme. Mes nombreux entretiens avec Frdricmont permis de dcouvrir sa technique, celle du monotype,que je ne connaissais pas. Elle est encore aujourdhuilune de mes expressions. (). La rencontre avecFranois Lelong a galement t importante pour moi() Rsider en un lieu avec dautres artistes, treconfront leur travail, montrer le sien, avoir le senti-ment de prendre racine, de simprgner de latmosphredu lieu et de son rythme est sans doute, pour moi, la particularit la plus forte de cette exprience Marrakech, particularit que je nai jamais retrouve ailleurs...

    Certains artistes en rsidence ne parvenaient pas travailler. Le choc du changement tait trop intense.Trop dimages, trop de sons et de couleurs inconnues.Trop dmotions comme le disait Sandra Cabezuelo-Bertozzi la fin de son premier sjour, sexcusant presquede ne pas avoir travaill.Ce nest quaprs leur retour dans leur pays quils compre-naient ltendue des dcouvertes quils avaient faites, la force des motions ressenties. Ou bien encore lors dun second sjour.Juan-Maria Puigvert, pote et peintre dorigine catalane,

    fut galement dans lincapacit de produire, trop intrigupar ce monde et cette culture quil ne connaissait pas. A linverse, dautres, travaillrent intensment, commeEtienne Yver dont les sacs de ciment il a t lun despremiers les utiliser jonchaie