Fonctionnement et perspectives de développement des ESAT ... · et L’ADAPT), 1 ESAT...

of 51 /51
Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales du Rhône Fonctionnement et perspectives de développement des ESAT du Rhône Claire LAMY Conseillère technique CREAI Rhône-Alpes Mai 2009

Embed Size (px)

Transcript of Fonctionnement et perspectives de développement des ESAT ... · et L’ADAPT), 1 ESAT...

  • Direction Dpartementale des Affaires Sanitaires et Sociales du Rhne

    Fonctionnement

    et perspectives de dveloppement

    des ESAT du Rhne

    Claire LAMY

    Conseillre technique

    CREAI Rhne-Alpes

    Mai 2009

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne

    2/50

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 3/50

    Sommaire

    Rappel contextuel et mthodologique .............................................................................. 5

    Population accueillie et agrment .................................................................................... 6 Agrments des ESAT ...............................................................................................6 Capacit et date douverture .....................................................................................7 Rpartition gographique .........................................................................................7 Typologie des situations de handicap..........................................................................7 volution des caractristiques de la population accueillie...............................................8 ge des travailleurs handicaps...............................................................................10 Origine des travailleurs ..........................................................................................12

    Ladmission et laccueil .................................................................................................. 13 Les listes d'attente ................................................................................................13 Les critres et modalits dadmission .......................................................................13 Les stages et priodes dessai .................................................................................14

    Les sorties...................................................................................................................... 15 Les sorties en 2008 ...............................................................................................15 Les sorties en 2007 ...............................................................................................16 Les sorties en 2006 ...............................................................................................16 Les rorientations..................................................................................................16

    Lactivit conomique des ESAT ..................................................................................... 19 Lvolution du contexte conomique.........................................................................19 Les activits .........................................................................................................21 Les mises disposition...........................................................................................22 La rmunration des travailleurs .............................................................................27 La mobilit des travailleurs lvaluation des capacits professionnelles .......................28 La VAE et la RSFP..................................................................................................30 La formation professionnelle ...................................................................................32 Les rythmes de travail et amnagements..................................................................35

    Le soutien mdicosocial aux travailleurs ........................................................................ 37 Le personnel mdico-ducatif des ESAT ....................................................................37 Les contrats de soutien et daide .............................................................................39 La situation au regard du logement..........................................................................40 Les liens entre ESAT et lhbergement......................................................................41 Les suivis par des SAVS / SAMSAH ..........................................................................42

    La mise en uvre de la loi 2002..................................................................................... 44 Les outils visant garantir les droits des usagers.......................................................44 La dmarche dvaluation interne ............................................................................45

    Les transports et trajets................................................................................................. 47 Lyon et Grand Lyon ...............................................................................................47 Les communes hors Lyon et Grand Lyon...................................................................47

    Points dattention........................................................................................................... 49

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 4/50

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 5/50

    RAPPEL CONTEXTUEL ET MTHODOLOGIQUE

    La DDASS du Rhne a confi au CREAI Rhne-Alpes la ralisation dune tude relative aux tablissements et services daide par le travail tude portant sur la population accueillie, le fonctionnement et lorganisation des ESAT pour en tablir au niveau dpartemental un tat des lieux et des perspectives dvolution.

    Le prsent document est une synthse de lexploitation des donnes transmises par les ESAT en janvier 2009, en rponse un questionnaire quipement .

    Une cartographie des ESAT du dpartement a galement t ralise partir des lments disponibles.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne

    6/50

    POPULATION ACCUEILLIE ET AGRMENT

    Agrments des ESAT

    Tableau 1 Type d'agrment, capacit et anne douverture

    Population accueillie Capacit

    totale finance

    Capacit installe (en ETP)

    Anne ouverture

    ESAT

    ESAT La Roue DI moyenne et svre avec

    ventuellement troubles psychiques associs

    150 143 1970

    ESAT Robert Lafon DI lgre moyenne 140 140,5 1981

    ESAT Didier Baron DI lgre moyenne sans troubles associs

    145 145 1981

    ESAT Hlne Rivet NR NR NR NR

    ESAT Jacques Chavent DI

    troubles du comportement 143 143 1979

    ESAT La Courbaisse DI moyenne svre 144 155 1977

    ESAT Louis Jaffrin DI

    troubles du comportement 134 142 1982

    ESAT Lon Fontaine DI moyenne svre 168 168 1974

    ESAT La Goutte dOr DI 82 82 1982

    ESAT de Bellevue DI lgre svre handicap psychique

    123 121 1981

    ESAT Denis Cordonnier DI lgre svre 330 330 1960

    ESAT Anne-Marie Bedin DI 192 174 1968

    ESAT Saint-Lonard DI lgre moyenne 140 140 1969

    cole Gallieni D visuelle

    DI lgre moyenne 90 90 1911

    Centre O. Witkowska D visuelle

    et troubles associs 92 89 1962

    ESAT du Moulin Vent et La Sandale du Plerin

    D motrice Personnes crbrolses

    87 87 1983

    ESAT Henri Castilla IMC et assimil, neuromyopathie,

    handicap moteurs dorigine neurologique

    45 46,2 1975

    ESAT tang Carret IMC et assimil, neuromyopathie,

    handicap moteurs dorigine neurologique

    56 54,5 1976

    ESAT Industrie Service Handicap psychique 45 nr 1979

    ESAT La Roche Les Sauvages

    Handicap psychique 168 160,25 1973

    ESAT La Roche Vnissieux

    Handicap psychique 50 25,6 2007

    MESSIDOR Handicap psychique 152 152 1977

    ESATI Myriade DI lgre avec troubles du

    comportement 38 38 2001

    ESAT Hors Murs APAJH Tout type de handicap 26 22 2005

    ESAT Hors Murs LADAPT Personnes crbrolses 27 27 2004

    Total 2767 2675,05

    Un ESAT na pas renseign lenqute (ESAT Hlne Rivet) ; les donnes ici prsentes ne tiennent pas compte de cet tablissement.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 7/50

    Capacit et date douverture

    Les ESAT du Rhne ont une capacit daccueil finance de 2767 ETP1 de travailleurs handicaps. En terme doccupation ce volume nest pas totalement atteint en janvier 2009 puisque 2675,05 ETP y travaillent cette date.

    Les capacits daccueil sont trs variables : 26 ou 27 places pour les ESAT hors murs de lAPAJH et LADAPT 330 places pour les ateliers Denis Cordonnier. 13 ESAT (soit la moiti) accueillent plus de 120 travailleurs.

    Les plus anciens tablissements sont lcole Gallieni, cre en 1911 (sous le nom d'Ateliers d'Aveugles Adultes), les Ateliers Denis Cordonnier en 1960 et le Centre Odette Witkowska en 1962.

    20 ESAT ont t crs avant 1983 ; aucun tablissement na t cr entre 1983 et 2001 (mais des extensions de places ont eu lieu). 4 ESAT ont ouvert depuis 2001 : 2 ESAT Hors Murs (APAJH et LADAPT), 1 ESAT dinsertion pour 18/25 ans (ESATI Myriade), 1 ESAT pour adultes handicaps psychiques (ESAT La Roche, Vnissieux).

    Sur les 10 dernires annes, les volutions dagrment ont le plus souvent concern une augmentation de capacit (une vingtaine dESAT) avec des crations de sections ou dunits spcifiques pour certains tablissements : sections pour adultes prsentant des troubles du comportement, pour personnes crbrolses, section pour jeunes sortant dIME ou encore sections hors murs .

    Depuis ltat des lieux pralable llaboration du dernier schma dpartemental en faveur des adultes handicaps, 326 places ont t installes sur la priode 2004-2008 (dont 57 places en ESAT hors murs, 27 places en ESAT pour jeunes et 79 places en ESAT accueillant des personnes avec un handicap psychique). 56 places sont en attente dinstallation ce jour.

    Rpartition gographique

    La grande majorit des ESAT sont situs Lyon ou dans la rgion lyonnaise. 3 tablissements sont implants dans la valle de la Sane et 4 dans la valle dAzergues.

    En revanche, le sud-ouest (Monts du Lyonnais) est peu quip et aucun ESAT nest prsent dans le nord du dpartement.

    Typologie des situations de handicap

    - Les dficiences intellectuelles

    La population accueillie en ESAT est constitue en majorit de personnes prsentant une dficience intellectuelle. Les prcisions apportes par les tablissements quant leurs agrments montrent parfois des spcificits selon la gravit de la dficience (lgre, moyenne, svre).

    Pour rappel, lOMS dfinit la dficience lgre par un QI entre 50 et 70. Elle comprend les personnes pouvant acqurir les aptitudes pratiques et la lecture ainsi que des notions darithmtiques. Entre 35 et 49 de QI la dficience est qualifie de moyenne ; il sagit des personnes pouvant acqurir des notions simples de communication, des habitudes dhygine et de scurit

    1 Ce chiffre ne tient pas compte de lESAT Hlne Rivet

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 8/50

    lmentaires et dune habilet manuelle simple mais qui semblent ne pouvoir acqurir aucune notion darithmtique ou de lecture. Avec un QI infrieur 35 il sagit dune dficience intellectuelle svre, concernant les personnes susceptibles au plus dun apprentissage systmatique des gestes simples. Pour 5 ESAT lagrment prvoit laccueil de personnes prsentant des troubles du comportement ou des troubles psychiques associs la dficience intellectuelle.

    Notons que lESATI Myriade accueille des jeunes de 18 25 ans prsentant une dficience intellectuelle lgre associe des troubles du comportement.

    - Le handicap psychique

    Les personnes prsentant des troubles psychiques sont accueillies dans plusieurs ESAT : MESSIDOR (Lyon, Villefranche, Sain Bel, Villeurbanne et hors murs ), lESAT La Roche (Les Sauvages, Tarare et Amplepuis), lESAT La Roche Vnissieux, lESAT Industrie Service, et lESAT Bellevue (qui accueille principalement des personnes prsentant une dficience intellectuelle).

    - Les dficiences motrices

    Les ESAT ltang Carret et Henri Castilla accueillent des personnes souffrant dinfirmit motrice crbrale, datteintes neuromyopathiques ou de handicaps moteurs dorigine neurologique.

    Les personnes prsentant des dficiences motrices sont accueillies lESAT du Moulin Vent.

    - Les lsions crbrales

    Latelier La Sandale du Plerin (ESAT Moulin Vent) accueille des personnes crbrolses en nombre suprieur leur agrment (29 pour un agrment de 14 ETP).

    LESAT de LADAPT accueille des personnes crbrolses pour des activits hors murs .

    - La dficience visuelle

    Le centre Odette Witkowska accueille des personnes prsentant une dficience visuelle associe ou non une autre dficience. LESAT de lcole Gallieni reoit pour partie des personnes mal voyantes ou non voyantes.

    volution des caractristiques de la population accueillie

    Les responsables des ESAT du dpartement du Rhne ont t interrogs quant lvolution des caractristiques de la population accueillie lors des cinq dernires annes.

    Pour prs dun tablissement sur deux est not un accroissement massif des difficults sociales : environnement social fragile, liens familiaux insuffisants ou inexistants, situations de rupture, dsocialisation, personnes sans domicile fixe avec parfois ncessit dune rponse dans lurgence.

    Il sagit pour partie de personnes moins dficitaires, plus autonomes, intgrant un ESAT un ge plus tardif, ayant trs souvent connu des ruptures sociales et parfois vcu des checs dinsertion professionnelle en milieu ordinaire.

    Globalement ce type de population requiert davantage de soutien et daccompagnement, parfois au-del des missions des ESAT.

    On peut rappeler que la dfinition du handicap telle que retenue par la loi du 11 fvrier 2005 prconise une approche globale et situationnelle du handicap, dcrivant celui-ci comme une interaction entre la personne et son environnement. Mais le lgislateur na pas retenu dans la rdaction de la loi la notion de situation de handicap , excluant par l celle de handicap social. En revanche cette approche du handicap prend en compte lenvironnement de la personne dont son environnement social pouvant intervenir en tant quobstacle (ou facilitateur) dans la

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 9/50

    ralisation dactivits et la participation sociale, c'est--dire en tant que facteur aggravant (ou facilitant) la situation de la personne.

    Est ensuite cite laugmentation des troubles du comportement et celle des troubles du psychisme qui, si on les cumule, viennent au premier rang (17 tablissements sur 24).

    En outre, sagissant des critres de non admission, la plupart des tablissements pour travailleurs dficients intellectuels indiquent ne pas admettre de personnes prsentant des troubles psychiques ou du comportement. Parmi les ESAT dont lagrment prvoit laccueil de personnes prsentant une dficience intellectuelle associe des troubles du comportement, la ncessit dun tat stabilis est prcise.

    Les ESAT mentionnent des difficults quant cet accueil : ce type de population ncessite un accompagnement spcifique que ltablissement peut difficilement mettre en uvre.

    Corollairement laugmentation des difficults sociales et des troubles psychiques ou du comportement, un responsable dtablissement sur quatre voque des carts entre les missions ou lagrment de ltablissement et ltat de sant ou les attentes des personnes accueillies.

    Il peut sagir :

    - de jeunes entrants pour lesquels lorientation en ESAT nest pas le projet ;

    - dorientations vers un ESAT prmatures : pour la population des crbro-lss, nous constatons qu'ils sont orients de plus en plus tt aprs la sortie de l'hpital, alors qu'ils n'ont pas encore toujours les repres leur permettant d'tre dans un milieu professionnel et que le travail de deuil n'est pas suffisamment avanc ;

    - de difficults dadaptation au travail du fait de handicaps trop importants ou de troubles du comportement rendant la prsence au travail difficile voire perturbant la structure ;

    - de demandes dintgrations professionnelles en milieu ordinaire pas toujours en adquation avec les capacits des personnes.

    Par ailleurs, un responsable dtablissement observe quun grand nombre de personnes reconnues handicapes nont pas accs au milieu protg car leur handicap nentre dans aucune catgorie rfrence (HIV, maladie orpheline, autisme, etc.).

    Enfin, les difficults induites par le vieillissement de la population accueillie sont cites pour 7 tablissements, autant pour des questions lies linadquation travail / tat de sant qu celles concernant lorientation venir (cf. infra).

    Lensemble de ces volutions entrane de fait la cohabitation, parfois difficile - autant pour les usagers que pour les professionnels - de populations trs htrognes.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 10/50

    ge des travailleurs handicaps

    Tableau 2 ge des travailleurs accueillis dans les ESAT du Rhne au 1er dcembre 2008

    Effectif

    au 01/12/08 Effectif

    des plus de 45 ans Part des

    plus de 45 ans

    ESAT La Roue 155 61 39%

    ESAT Robert Lafon 149 44 30%

    ESAT Didier Baron 155 30 19%

    ESAT Hlne Rivet

    ESAT Jacques Chavent 148 39 26%

    ESAT La Courbaisse 153 39 25%

    ESAT Louis Jaffrin 142 25 18%

    ESAT Lon Fontaine 175 60 34%

    ESAT La Goutte dOr 82 34 41%

    ESAT de Bellevue 139 25 18%

    ESAT Denis Cordonnier 325 98 30%

    ESAT Anne-Marie Bedin 199 62 31%

    ESAT Saint-Lonard (142,5) (6,5)

    cole Gallieni 86 23 27%

    Centre O. Witkowska 93 21 23%

    ESAT du Moulin Vent et La Sandale du Plerin

    91 28 31%

    ESAT Henri Castilla 54 8 15%

    ESAT tang Carret 59 20 34%

    ESAT Industrie Service 52 15 29%

    ESAT La Roche Les Sauvages 172 74 43%

    ESAT La Roche Vnissieux 27 3 11%

    MESSIDOR 171 30 18%

    ESATI Myriade 36 0 0%

    ESAT Hors Murs APAJH 20 1 5%

    ESAT Hors Murs LADAPT 27 4 15%

    Total 2853 750 26%

    Au 1er dcembre 2008, 750 personnes soit 27% des travailleurs en ESAT ont plus de 45 ans.

    Ce taux peut atteindre 40% selon les tablissements (ESAT La Roche Les Sauvages, ESAT La Goutte dOr, ESAT La Roue).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 11/50

    Ce constat est relier au faible turn-over des travailleurs, conscutif au faible nombre de sorties annuelles des ESAT classiques : 4,3% des effectifs au 31 dcembre 2008. Le dpart en retraite est souvent cit comme motif de sortie pour des personnes accueillies dans le mme ESAT depuis relativement longtemps (les dures de sjour des sortants, lorsquelles sont indiques, dpassent frquemment 15 ans ; certains travailleurs frquentent lESAT depuis 30 ans au moment de leur sortie). Plusieurs ESAT mentionnent une forte proportion de travailleurs handicaps accueillis depuis louverture de ltablissement.

    Dans les apprciations relatives lvolution de la population, 9 ESAT font tat dun vieillissement de la population accueillie.

    Cette avance en ge se traduit par une baisse significative de lefficience au travail et des motivations (usure, lassitude, fatigabilit) ncessitant une adaptation des situations (section spcialise pour personnes vieillissantes proposant une prise en charge ducative diffrencie) et des rythmes de travail (accueil temps partiel) voire une rorientation.

    ce titre les ESAT indiquent la ncessit dune rorientation vers un foyer de vie ou un centre daccueil de jour pour plus de 250 travailleurs.

    Des difficults lies au manque de place sont galement mentionnes concernant les rorientations vers les maisons de retraite, les foyers de vie ou les centres daccueil de jour (cf. infra - Rythme de travail et prise en compte des temps partiels).

    Lavance en ge des familles peut amener des situations durgence en termes dhbergement suite lhospitalisation ou au dcs dun (du) parent, ncessitant un accueil immdiat en foyer dhbergement (ou dpannage dautre nature). LESAT Louis Jaffrin indique que parmi les 25 travailleurs de plus de 45 ans, 12 vivent avec leurs parents.

    Rappelons ici la parfois difficile cohabitation au sein dun ESAT des personnes handicapes vieillissantes et des populations plus jeunes prsentant galement des problmatiques dautre nature (cf. supra).

    La majorit des tablissements fait rfrence lge des candidats parmi les critres dadmission : tous doivent avoir au moins 18 ans ; certains ESAT indiquent 20 ans (La Goutte dOr, ltang Carret, Henri Castilla) voire 22 ans (Messidor).

    Sagissant de la limite dge des travailleurs, bien que ceux-ci ne bnficient pas du statut de salaris relevant du Code du travail, les textes indiquent une limite dge de 60 ans. En revanche, pour plusieurs ESAT, lge limite dadmission effectif est situ autour de 50 ans (ltablissement Myriade naccueillant pas au-del de 25 ans).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 12/50

    Origine des travailleurs

    Ltude fait tat dau moins 146 travailleurs (soit 5%) originaires dautres dpartements essentiellement limitrophes : Ain, Loire, Isre, Sane et Loire, Drme principalement.

    Presque la moiti des travailleurs originaires dun autre dpartement sont accueillis dans les ESAT pour dficients visuels (42 Witkowska et 25 Gallieni) ; 21 sont accueillis lESAT La Roche Tarare, Amplepuis ou Les Sauvages, communes proches de la Loire.

    Les principaux motifs daccueil dans le Rhne invoqus sont :

    La proximit gographique :

    o Pour lAin : Anne-Marie Bedin (Villefranche), Saint-Lonard (Couzon), o Isre : Didier Baron (Chaponost), o Loire : La Goutte dOr (Meys), Bellevue (Bourg de Thizy), La Roche Les Sauvages, o Sane-et-Loire : Bellevue (Bourg de Thizy).

    Un accueil spcifique concernant certains types de handicaps

    o Dficience visuelle : Witkowska et Gallieni, o Crbrolss : La Sandale du Plerin, o Handicap psychique : Messidor.

    Des structures proposant des projets spcifiques dinsertion

    o Hors Murs (APAJH et LADAPT), o Messidor, o Myriade (accueil de jeunes de moins de 25 ans avec projet dinsertion en milieu ordinaire

    de travail).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 13/50

    LADMISSION ET LACCUEIL

    Les listes d'attente

    Les ESAT ont t interrogs sur leurs procdures de mise en uvre et de mise jour de leurs listes dattente.

    Tous les tablissements indiquent tenir une liste dattente.

    En revanche, la notion mme de liste dattente, tout comme la mthodologie de validation de linscription des personnes et de mise jour de ces listes varient dun tablissement un autre.

    En effet, 5 ESAT indiquent inscrire aussi des personnes prsentant un handicap ne correspondant pas leur projet dtablissement, et 4 tablissements ne reoivent pas les personnes avant de les inscrire sur leur liste dattente.

    4 ESAT dclarent ne pas inscrire les personnes dun autre dpartement.

    Si tous les tablissements indiquent effectuer une mise jour de leurs listes dattente, lactualit de la demande nest pas toujours vrifie (inscriptions de nouvelles demandes uniquement) ou de faon irrgulire. La priodicit de mise jour est en effet trs variable dun ESAT lautre ( tous les ans , chaque nouvelle demande , chaque fois quune place se libre , tous les 3 mois , quotidiennement ) et la procdure de mise jour nest pas non plus homogne ( courrier de relance quand une place se libre , contacts rguliers avec les personnes , service candidature de lADAPEI ).

    ce titre, un travail de normalisation des listes dattente, en lien avec la MDPH, serait envisager

    Les critres et modalits dadmission

    Il sagit ici de critres dfinis au-del des conditions lies lagrment de ltablissement (ge et type de handicap) ou dune reconnaissance administrative (notification CDAPH, RQTH).

    Plusieurs tablissements inscrivent en tant que condition ladmission la volont de la personne de travailler et de sinscrire dans un projet professionnel : lESATI Myriade requiert une volont de sinscrire dans un projet dinsertion, lESAT Hors murs de lAPAJH une motivation travailler dans le milieu ordinaire, lESAT Hors murs LADAPT une motivation pour une forme dintgration comme les autres .

    linverse plusieurs tablissements considrent comme discriminants le manque de motivation au travail , lintrt au travail trop faible , le manque de projet de travail avr ou encore la non adhsion au projet de travail .

    Par ailleurs, cela a t abord propos des typologies de handicap, lexistence de troubles associs et notamment des troubles du comportement qualifis de majeurs ou trop importants est mentionne comme critre de non admission dans plusieurs ESAT accueillant majoritairement une population prsentant une dficience intellectuelle. Les ESAT accueillant des personnes souffrant de troubles psychiques indiquent quant eux la ncessit dune inscription dans un parcours de soins adapt et dun tat psychique stabilis .

    La proximit du lieu de vie de la personne avec lESAT apparat galement comme un critre dadmission dans 7 tablissements et notamment ceux situs en milieu rural ou peu desservis par les transports en commun. En outre, lautonomie des personnes dans leurs dplacements est une condition ladmission pour 2 ESAT (ce qui renvoie la problmatique des transports voir infra).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 14/50

    Sagissant de lge dadmission, un ESAT fait part dune volont de mixer les ges des travailleurs recruts pour maintenir un quilibre au sein de la population (en lien avec la pyramide des ges), et pour soutenir une dynamique de flux entre /sortie.

    Tous les ESAT disposent dune procdure dadmission formalise. Les modalits proposes sont principalement la tenue dun entretien avec des professionnels (selon les ESAT il peut sagir dune quipe restreinte ou dune quipe pluridisciplinaire) puis lorganisation de stages et enfin de priode dessai.

    Les stages et priodes dessai

    La plupart des ESAT mettent en place des stages en amont de ladmission et de la priode dessai. Ces stages ont une dure relativement courte, souvent d1 mois (parfois 2 mois ou 1 mois renouvelable) permettant lobservation et lvaluation des capacits des personnes.

    lissu de cette priode de stage, un bilan est ralis : il donne lieu ou non une admission et permet ventuellement une orientation vers un atelier spcifique en fonction des souhaits et des capacits des personnes.

    Toutes admissions dbutent par une priode dessai dont la dure est comprise entre 2 mois et 6 mois renouvelables, variable selon les ESAT.

    Cette priode dessai est comptabilise en tant quadmission, la non validation de cette priode dessai tant considre comme une sortie. Si une organisation particulire concernant laccueil et laffectation des nouveaux admis est parfois mentionne, le statut de ces personnes est bien celui des autres travailleurs de lESAT puisque le contrat de soutien et daide par le travail est sign avant la fin de cette priode.

    A noter : sagissant de laccueil de stagiaires mineurs, il se heurte aux problmes lis la rglementation rcente sur linterdiction dutiliser des machines dangereuses (circulaire du 1er fvrier 2007) dont lutilisation est courante dans les ESAT.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 15/50

    LES SORTIES

    Remarques pralables :

    - Sont comptabilises en tant que sorties les mutations dun ESAT un autre,

    - Les ESAT Hors murs de lAPAJH et de lADAPT, lESATI Myriade et Messidor ont fait lobjet dun traitement distinct en raison du nombre important de sorties d leur vocation dinsertion et aux dures de sjour souvent courtes.

    Les sorties en 2008

    Au cours de lanne 2008, 106 travailleurs handicaps sont sortis des ESAT du Rhne (hors ESAT vocation dinsertion) soit 4% des effectifs prsents en dcembre 2008.

    Le nombre de sortants varie de 0 13 selon les ESAT, 2 ESAT ne comptant aucun sortant (Anne-Marie Bedin et La Goutte dOr).

    la sortie des ESAT, linactivit ou les activits occupationnelles concernent plus de la moiti des personnes :

    - environ 1 sortant sur 5 est accueilli en foyer de vie ou en centre daccueil de jour ;

    - la mme proportion est en retraite sans autre indication dorientation (sauf quelques orientations prcises vers une maison de retraite) ;

    - environ 1 sur 10 est en famille ou indiqu comme inapte au travail, domicile

    Un tiers des sortants conservent ou recherchent une activit professionnelle : la grande majorit dentre eux est roriente vers un autre ESAT dans le Rhne ou hors Rhne, 4 personnes occupent ou recherchent un emploi en milieu ordinaire, 1 autre en stage ou formation. Quand le motif de rorientation vers un autre ESAT est indiqu, les raisons invoques sont pour plus de la moiti lies un rapprochement familial ou une proximit du domicile du travailleur. Il aurait t intressant de connatre le nombre de rorientations lies un projet professionnel afin dvaluer la mobilit inter ESAT.

    Certaines orientations nont pas t prcises ou ont t qualifies de dmissions sans autre indication sur lorientation la sortie.

    Enfin, on compte 7 dcs et quelques situations inconnues la sortie.

    Les ESAT dinsertion comptent quant eux 116 sorties (dont 84 pour Messidor).

    Parmi celles-ci, 19% concernent une sortie vers le travail en milieu ordinaire (en CDI ou CDD) ; environ 13% sont orients vers un autre ESAT. Pour plus dune personne sur 5, les soins psychiatriques sont indiqus comme motif de la sortie (Messidor).

    Pour les autres est simplement not sortie volontaire , sans autre prcision.

    La dure moyenne de sjour est de 1 an et 8 mois pour les sortants de Messidor en 2008.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 16/50

    Les sorties en 2007

    Pour 2007 les tablissements font tat de 96 sorties.

    Les 2 ESAT dj cits (Anne-Marie Bedin, La Goutte dOr) ne comptent aucun sortant.

    On observe les mmes tendances quen 2008 quant lorientation la sortie.

    Les ESAT dinsertion comptent 84 sorties (dont 52 pour Messidor) dont 14% vers le milieu ordinaire de travail, galement 14% orients vers un autre ESAT et 21% vers des soins psychiatriques.

    Pour les autres est simplement not sortie volontaire , sans autre prcision.

    Les sorties en 2006

    Au cours de lanne 2006, 97 travailleurs handicaps sont sortis des ESAT du Rhne.

    Les 2 mmes ESAT (Anne-marie Bedin, La Goutte dOr) ne comptent aucun sortant.

    Ici encore, on observe les mmes tendances quen 2008 quant lorientation la sortie.

    Les ESAT dinsertion comptent 95 sorties (dont 68 pour Messidor) dont 15% vers le milieu ordinaire de travail, 13% orients vers un autre ESAT et 42% vers des soins psychiatriques (59% du total des sorties de Messidor).

    Les rorientations

    Sagissant de la population accueillie dans les ESAT, les rorientations (prononces ou souhaitables) donnent une indication dune part sur ladquation entre la population et lagrment de ltablissement, dautre part sur lvolution de la population et des capacits des travailleurs.

    Il convient de distinguer les rorientations prononces par la CDAPH de celles que les ESAT considrent comme tant souhaitables dans les 5 ans venir.

    Le tableau page suivante prsente le nombre et la nature des rorientations prononces ou souhaitables. Le motif de la rorientation nest pas toujours indiqu ; celui-ci peut tre dduit pour un certain nombre de situations (par exemple : une rorientation vers une maison de retraite est lie lge de la personne) mais pas dans tous les cas. Pour dautres situations, le motif est indiqu (prretraite, inaptitude mdicale au travail...) mais pas la nature de lorientation ni le type de structure souhait.

    - Les rorientations prononces

    Parmi les rorientations prononces, 72 sont recenses pour 13 ESAT (12 nen mentionnent aucune) ; il sagit pour moiti dune rorientation vers un foyer de vie ou un centre daccueil de jour, pour un tiers dune rorientation vers un autre ESAT.

    - Les rorientations souhaitables

    Les ESAT valuent prs de 270 le nombre de travailleurs pour lesquels une rorientation serait souhaitable dans les 5 ans (hors Messidor).

    On peut noter que les rorientations lies au vieillissement ou la plus grande fatigabilit des travailleurs (retraite, orientation en foyer de vie, en centre daccueil de jour, en tablissement pour personnes ges) concernent la moiti environ des rorientations prononces, et au moins 70% des rorientations souhaitables ou prvisibles.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 17/50

    Parmi les orientations souhaitables, 3 le sont vers le SIP (service dinsertion professionnelle de lALGED).

    noter : la spcificit de Messidor, des 2 ESAT hors murs et de Myriade dont lobjectif est linsertion en milieu ordinaire de travail et pour lesquels la question dune rorientation CDAPH ne se pose pas (ou peu).

    Tableau 3 les rorientations notifies et souhaitables des travailleurs dESAT

    Rorientations notifies par la CDAPH

    Rorientations souhaitables dans les 5 annes venir

    nb nature nb nature

    ESAT La Roue

    0 23

    Dont 10

    Dont 3

    Dont 5

    Dont 2

    Dont 3

    FV (retraite)

    SIP (insertion professionnelle)

    Accueil de jour

    Mutation dESAT

    Inaptitude mdicale au travail

    ESAT Robert Lafon 3 FV 10 FV (dont 9 retraite)

    ESAT Didier Baron

    11

    Dont 7

    Dont 1

    Dont 2

    Dont 1

    FH

    FV

    Mutation dESAT

    Accueil de jour

    9

    Dont 2

    Dont 7

    FV

    FH

    ESAT Hlne Rivet

    ESAT Jacques Chavent

    3

    Dont 2

    Dont 1

    FV

    CAJ

    Environ 10

    Dont 3 8

    Dont 3 5

    FV

    Accueil de jour

    ESAT La Courbaisse

    9

    Dont 1

    Dont 1

    Dont 7

    Accueil de jour

    FV

    ESAT

    12

    Dont 1

    Dont 9

    Dont 3

    Dont 1

    Retraite

    FV

    Pr retraite

    Soins psychologiques

    ESAT Louis Jaffrin

    1 FV pour personnes vieillissantes

    11

    Dont 9

    Dont 2

    FV pour personnes vieillissantes

    Accueil de jour

    ESAT Lon Fontaine

    5

    Dont 1

    Dont 4

    Mutation dESAT

    FV

    18

    Dont 4

    Dont 13

    Dont 1

    CAJ

    FV

    FAM

    ESAT La Goutte dOr

    0 21

    Dont 19

    Dont 2

    FV pour PH vieillissant

    FV

    ESAT de Bellevue

    0 20 FV ou accueil jour

    (18 TH sont dj temps partiel + CAJ)

    ESAT Denis Cordonnier

    20 FV et accueil de jour 42

    Dont 17

    Dont 15

    Dont 6

    Dont 3

    Dont 1

    FV

    Structures grontologiques

    Domicile personnel

    Famille

    FAM

    ESAT Anne-Marie Bedin

    0 0

    ESAT Saint-Lonard 1 FV 0

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 18/50

    cole Gallieni

    0 5

    Dont 2

    Dont 3

    FV

    Maison retraite

    Centre O. Witkowska 0 12 FV

    Accueil de jour

    ESAT du Moulin Vent et La Sandale du Plerin

    2 1 orientation LADAPT, bilan UEROS

    1 pr-orientation LADAPT

    10 ESAT + Accueil de jour (temps partiel en ESAT li la fatigabilit)

    ESAT Henri Castilla 0 8 nr

    ESAT tang Carret 0 15 nr

    ESAT Industrie Service

    0 nr

    ESAT La Roche Les Sauvages

    2

    Dont 1

    Dont 1

    CHS

    Maison retraite

    30

    Dont 22

    Dont 2

    Dont 5

    Dont 1

    FV

    FAM

    Retraite domicile

    Parcours Insertion MO

    ESAT La Roche Vnissieux

    0 3 Nr (hors mdico-social)

    MESSIDOR

    14 Autre ESAT Environ 10 / an

    Rorientations vers un tablissement de travail protg

    (moyenne observe ces 3 dernires annes)

    ESATI Myriade 0 10 ESAT classique

    ESAT Hors Murs APAJH

    1 ESAT classique Non valuable

    ESAT Hors Murs LADAPT

    0 4 SAVS

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 19/50

    LACTIVIT CONOMIQUE DES ESAT

    Lvolution du contexte conomique

    Au moment de lenqute deux facteurs se cumulent : le mouvement de fond (mondialisation), relatif une concurrence plus forte en termes de cots (Europe de lEst, Asie) et la crise conomique actuelle dont les effets accroissent les difficults des ESAT.

    Concernant la sous-traitance industrielle

    Les traditionnelles sries de grande importance concernant des travaux relativement simples flux continu nexistent plus, la plupart tant confies des entreprises trangres (voire linstitution carcrale) pour un cot infrieur, ou effectues de faon automatise.

    Les tablissements sous-traitants de secteurs spcifiques touchs par la crise conomique sont en difficult (ESAT Anne-Marie Bedin, 85% de lactivit en lien avec lindustrie automobile).

    Les marchs sont qualifis de plus volatils faisant jouer la concurrence (ESAT Louis Jaffrin), entranant un effort plus consquent de prospection, multipliant le nombre de clients et rendant de plus en plus courte la lisibilit du plan de charge (ESAT Lon Fontaine, Ateliers Denis Cordonnier, ESATI Myriade).

    En revanche les entreprises sont demandeuses de prestations pour lesquelles la qualit de service (partenariat, ractivit, flexibilit, dlais, qualit) devient un critre prpondrant, ce qui peut rinterroger les moyens humains compte tenu galement de lvolution des populations accueillies (cf. supra) (ESAT tang Carret, ESAT Bellevue, ESAT La Roue, ESAT Robert Lafon, ESAT Louis Jaffrin, ESAT Henri Castilla, Ateliers Denis Cordonnier). La capacit doffrir un service cl en main (gestion des stocks, logistique) est attendue des clients (ESAT Louis Jaffrin).

    Ceci implique galement la ncessit de squiper en matriels ou machines performantes (pour, parfois, raliser des tches qui prcdemment taient confies aux ouvriers afin de garder les clients ), souvent coteuses, avec nanmoins le risque de marchs instables, non matrisables long terme.

    Enfin, les cots lis aux transports des marchandises peuvent se rvler pnalisants pour les tablissements situs en zones rurales (ESAT La Goutte dOr).

    Nouvelles orientations conomiques

    Certains ESAT indiquent une rorientation de lactivit permettant de conserver une activit constante (industrie paramdicale par exemple), en particulier vers les services, activits moins sujettes dlocalisation, et en expansion. Lactivit de blanchisserie est en dveloppement (ESAT La Roche Vnissieux, ESAT Les Sauvages) ainsi que les espaces verts (ESAT Louis Jaffrin). Des secteurs relevant du dveloppement durable, des innovations technologiques sont galement explorer (ESAT Saint-Lonard) impliquant la ncessit dune stratgie dentreprise.

    Du ct des entreprises, il semblerait que se manifeste un recours plus frquent aux tablissements de travail protg ( par rapport la taxe AGEFIPH ) et un intrt grandissant pour la mise disposition ponctuelle (ESAT Moulin Vent, La Sandale du Plerin). Pour dautres structures, cependant, la situation conomique engendrerait plutt un dsengagement des dmarches de partenariat avec le milieu protg et laccroissement des difficults dinsertion en entreprises face la remonte du chmage (ESAT Saint-Lonard).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 20/50

    Consquences

    Compte tenu de la spcificit des ESAT au regard des entreprises ordinaires, et pour rpondre aux exigences du march, les structures ont besoin, plus que les autres entreprises, de moyens de production, locaux et outils permettant de compenser le handicap et dtre comptitifs .

    Les activits de service ncessitent souvent un taux dencadrement suprieur aux activits traditionnelles. Notre taux dencadrement est actuellement dun moniteur pour 11 ouvriers, alors que des activits despaces verts, de restauration ou de mnage ncessitent un taux dencadrement de 1 moniteur pour un maximum de 6 ouvriers. .

    Le positionnement massif des ESAT sur le secteur des services peut avoir pour consquence une forme de concurrence inter-ESAT qui conduit trop souvent baisser les prix au profit des entreprises .

    Cependant, notons que 11 ESAT sont membres du groupement dintrt conomique CTP Rhne .

    Une autre tendance voque est celle de la perte de la spcificit de ltablissement du point de vue du client pour devenir un fournisseur part entire comme nimporte quelle autre entreprise .

    Un effet pervers pourrait galement tre la volont de conserver les marchs cote que cote au risque de perdre de vue la mission mdico-sociale des ESAT.

    Un autre serait limpact de ces contraintes sur les critres de recrutement, voire de gestion des ressources humaines ( garder les travailleurs les plus performants en ESAT au dtriment dune rorientation ventuelle, notamment vers le milieu ordinaire de travail).

    Il nous semble vident quil sera de plus en plus difficile de mettre au travail des personnes de faibles capacits .

    Lvolution de lactivit envisage

    Nombre dESAT se sont dj orients vers des activits de services. Pour les autres, cette volution est envisage.

    Des projets chances plus ou moins longues sont mentionns par les responsables dtablissements.

    Ainsi, lESAT Jacques Chavent indique louverture prochaine dun restaurant ouvert au public dans la zone industrielle o nous allons emmnager en 2010. Ce projet intgre 15 travailleurs handicaps. Nous servirons 600 repas chaque midi .

    Lentretien des espaces verts est une activit en dveloppement dans plusieurs ESAT (Witkowska, Anne-Marie Bedin). Des investissements en matriel sont indiqus par lESAT Louis Jaffrin.

    Dautres projets sont envisags comme la blanchisserie ou le mnage lESAT Anne-Marie Bedin.

    Enfin, Messidor cherche diversifier et dvelopper des activits en lien avec les activits dj proposes : restauration/traiteur, espaces verts/maonnerie paysagre, industrie/logistique, bureautique/PAO et mtier de linformatique, nettoyage/petits dmnagements.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 21/50

    Les activits

    En excluant les activits hors murs, les ESAT du Rhne proposent principalement les activits de production suivantes :

    - Conditionnement (17), mise sous film (4)

    - Entretien despaces verts (10)

    - Routage / mailing / mise sous pli / tri du courrier (7)

    - Montages divers (7) et montage lectrique (6) - Mcanique gnrale (7) et montage mcanique (5)

    - Cblage / fabrication de cbles, de fils, de faisceaux lectriques (5)

    - Faonnage de documents / de papier (6)

    - Impression / reprographie (dont impression braille) : (3)

    - Couture (5)

    - Faonnage SAI (4)

    - Restauration (3)

    - Blanchisserie, repassage (3)

    - Stockage : logistique / prparation de commande (3)

    - Entretien de locaux (2)

    - Menuiserie (2)

    - Mtallerie (2)

    Des activits trs spcifiques sont cites :

    Fabrication de palettes, ppinire, nettoyage de vhicules, fabrication de cadres, numrisation de documents lectroniques, gravure, location de salle, travail du cuir, cannage/ vannerie / paillage, remplissage et conditionnement de parfum, produits cosmtiques et dentretiens.

    Outre les activits pratiques en atelier au sein des tablissements, ceux-ci proposent des mises disposition de travailleurs en entreprise.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 22/50

    Les mises disposition

    Les travailleurs handicaps peuvent tre mis la disposition dune entreprise afin dexercer une activit lextrieur de ltablissement ou du service auquel ils demeureront attachs (CASF, article L.344-2-5). Ce dernier continue donc leur dlivrer les prestations de soutien relevant de la mission de lESAT. Des modalits de dtachement individuel ou collectif peuvent tre ainsi organises.

    Pour les ESAT hors murs, la mise disposition est par dfinition la modalit de mise au travail.

    Pour les ESAT dinsertion, le recours aux mises disposition est naturellement plus important que pour les ESAT traditionnels .

    Mises disposition

    Nombre Principaux postes concerns

    Individuelles

    Temps plein

    18

    + 19 MESSIDOR

    + 27 ESAT APAJH

    + 7 ESAT LADAPT

    + 7 Myriade

    Soit un total de 78

    Commis de cuisine ou aide cuisinier

    Employ polyvalent de restauration, plongeur

    Employ de grande surface

    Manutentionnaire

    Agent de conditionnement

    Ouvrier de production

    Prparateur de commande

    Ouvrier dentretien des espaces verts

    Agent administratif (ESAT LADAPT, APAJH, Messidor)

    Individuelles

    Temps partiel

    22

    + 10 MESSIDOR

    + 3 ESAT APAJH

    + 19 ESAT LADAPT

    Soit un total de 54

    Agent de nettoyage, entretien

    Employ polyvalent de restauration, plongeur

    Employ de grande surface

    Manutentionnaire

    Agent de conditionnement

    Agent de montage

    Aide domicile

    Aide de laboratoire

    Palefrenier

    Ouvrier dentretien des espaces verts

    Agent administratif

    Collectives 72

    + 19 MESSIDOR

    + 27 ESAT APAJH

    + 7 ESAT LADAPT

    + 7 Myriade

    Soit un total de 132

    Agent de nettoyage, entretien

    Employ polyvalent de restauration, plongeur

    Agent de conditionnement, contrle

    Employ en blanchisserie

    Ouvrier de production

    Manutentionnaire

    Employ en plasturgie

    Ouvrier dentretien des espaces verts

    Sept tablissements ne proposent pas de mises disposition en entreprise que ce soit de faon individuelle ou collective.

    Au total, 264 mises disposition (pour une capacit de 2 675 travailleurs ETP) sont recenses par les ESAT du dpartement entre le 1er janvier et le 1er dcembre 2008. La moiti sont des mises disposition individuelles (78 temps plein, 54 temps partiel), lautre moiti (soit 132) des mises disposition collectives.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 23/50

    Pour les ESAT hors murs, Messidor et Myriade, la proportion de mises disposition collectives est nettement plus leve : 64%.

    Les carts entre les donnes transmises par les tablissements dans le cadre du questionnaire quipement et dans le cadre de lenqute en vue de llaboration du rapport annuel de performance rsultent notamment de modes de dnombrement diffrents.

    La comparaison montre cependant une tendance la hausse de cette modalit dactivit. En effet certains ESAT indiquaient un taux nul en 2007 mais font mention de mises dispositions en 2008 (les ESAT Louis Jaffrin, Lon Fontaine, La Goutte dOr, Bellevue, Denis Cordonnier, Anne-Marie Bedin, Gallieni, Witkowska).

    Dans le cadre de lenqute en vue de llaboration du rapport annuel de performance lindicateur reprsente en principe le nombre de travailleurs dESAT pour lesquels est conclue une convention de mise disposition, rapport au nombre de travailleurs prsents dans lESAT. Or un mme travailleur peut faire lobjet au cours dune mme anne de plusieurs conventions de mise disposition. Lindicateur taux de mise disposition ne fait donc pas apparaitre le nombre de conventions (mais le nombre de travailleurs concerns), ni leur dure ni le rythme (temps plein /temps partiel).

    Les donnes relatives la mise disposition sont donc considrer avec prcaution. Ce qui souligne lintrt dun travail de clarification mthodologique pour homogniser les donnes dpartementales.

    Plusieurs ESAT font mention de projets de dveloppement des mises disposition : lESAT Jacques Chavent prvoit la mise disposition de 15/20 ouvriers chez un client pour septembre 2009 ; lESAT Anne-Marie Bedin ne pratiquant pas encore cette modalit dactivit indique une mise en uvre en 2009.

    - Organisation

    Dans certains ESAT, un ou plusieurs postes sont ddis ces mises disposition.

    Pour les mises disposition collectives, un moniteur encadre et est prsent dans lentreprise dans la plupart des cas.

    Pour les mises disposition individuelles, les professionnels ddis au suivi peuvent tre un charg dintgration, un charg dinsertion, le responsable de production, le coordinateur ducatif ou un moniteur datelier. Ils peuvent avoir pour missions la formation de la personne au poste, le lien avec lentreprise mais aussi parfois la prospection des entreprises.

    Quelques responsables dtablissement indiquent ne pas avoir mis en place une organisation particulire au sein de leur ESAT ( il sagit dactions ponctuelles gres au coup par coup ).

    - Intrts

    La validation du projet professionnel

    La pratique des mises disposition prsente un intrt majeur puisquelle favorise linsertion des travailleurs dESAT en milieu ordinaire, leur permettant de dcouvrir la ralit de lentreprise et les exigences qui en dcoulent ; de valider leur intrt et leur capacit pour le milieu ordinaire de travail. Elles ont un intrt trs important pour la vrification des projets professionnels et la capitalisation des comptences en entreprises.

    Cela permet de coller au mieux aux aspirations professionnelles des personnes accueillies, en termes de lieu de travail, de tches de travail recherches mais aussi denvironnement de travail. Cela favorise la progression et la valorisation de chaque personne, en fonction de ses capacits et de ses envies (formation, volution de tches, volution du volume horaire) .

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 24/50

    La valorisation

    La mise disposition est juge trs positive, avec une forte valorisation des travailleurs concerns crant galement une dynamique dmulation pour les autres : Cest une porte qui souvre et qui laisse entrevoir de nouvelles perspectives.

    Cette disposition permet aux usagers daccder un statut de travailleur du monde ordinaire, de dcouvrir un ailleurs, de s'y panouir professionnellement et socialement, tout en gardant la dimension protge de l'ESAT : cela leur permet d'tre en partie en entreprise extrieure, tout en tant conscient que leur tat de sant ne leur permettrait pas de tenir un poste dans un contexte de milieu ordinaire. C'est une alternance qui permet aux personnes d'tre valorises, de respirer par rapport au milieu protg et d'tre, par consquent, plus impliqu dans leur atelier l'ESAT galement.

    La mobilit au sein de lESAT

    Par ailleurs, en interne, la redistribution des postes et place au sein des ateliers de lESAT (suite au dpart des meilleurs lments), permet de promouvoir de nouvelles comptences.

    La modification des reprsentations

    Cette disposition amne galement changer le regard sur le handicap au sein des entreprises d'accueil. Petit petit les ouvriers passent du stade d'accueillis au stade de partenaires de travail, de collgues. Ils arrivent exprimer le sentiment d'tre valoris, d'tre trait d'gal gal.

    - Difficults / obstacles

    Les difficults lies la conjoncture conomique sont, bien sr, voques mais au-del de ce constat proccupant, dautres obstacles ou difficults sont indiqus :

    Les rticences / rsistances des employeurs potentiels

    Des responsables dESAT indiquent rencontrer des difficults trouver des entreprises daccueil, compte tenu des exigences quant la qualit de laccueil, de lencadrement attendu, de lenvironnement, de la scurit des personnes et des horaires de travail.

    La nature mme des emplois proposs

    Trouver des entreprises proposant des travaux adquats peut savrer difficile. Pour les entreprises, il sagit parfois davantage de recherche dintrim sur de trs courtes priodes que dun vritable projet .

    Le vcu des travailleurs handicaps

    Si pour certains travailleurs lexprience est trs valorisante, pour dautres sont voqus les risques de dvalorisation voire de marginalisation sur le lieu de travail.

    Les problmes daccessibilit

    Des problmes daccessibilit majeurs sont points, en particulier pour les personnes souffrant de handicaps moteurs.

    La situation gographique de ltablissement

    En zones rurales, o le tissu conomique est peu dense, ce sont des problmes de transport qui peuvent constituer un frein la mise disposition.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 25/50

    Limpact sur lorganisation interne de lESAT

    La mise disposition peut galement, indirectement, gnrer une certaine dsorganisation de la production lESAT : la prparation des ouvriers en amont est complexe, y compris dans ses articulations entre lESAT et les lieux de mise disposition do dsorganisation des ateliers de lESAT avec une mobilisation plus forte des quipes afin de retrouver un quilibre de fonctionnement en production . La mise disposition titre individuel ne concerne que les ouvriers les plus autonomes donc peine 3 5 % de la population de notre tablissement. Pendant ce temps, ces travailleurs manquent cruellement aux ateliers dont ils occupent les postes cls .

    La mobilisation de ressources dencadrement importantes afin dassurer la continuit du lien

    Enfin, ces mises disposition requirent souvent un temps dencadrement important :

    dans un environnement rural, toutes ces dmarches sont coteuses en termes de temps, de disponibilit et de comptences ; La difficult consiste essentiellement organiser la logistique autour de ces mises disposition, pour maintenir les soutiens et tayages ncessaires, tout en s'adaptant au rythme, forcment diffrent, de l'entreprise d'accueil. ; La distance entre les locaux de l'ESAT et l'entreprise d'accueil implique une forte mobilisation des encadrants (autres que les moniteurs ddis) pour maintenir le lien et le regard, assurer la scurit et une prise en charge efficiente. Cette mobilisation forte pour une dizaine d'ouvriers peut sembler parfois incompatible (en terme de capacit dgager le temps ncessaire) eu gard la taille de l'ESAT (agrment de 143 ETP). ; Un dveloppement de la mise disposition ncessiterait galement des moyens dencadrement supplmentaires . Il convient de rester vigilant pour que le travailleur reste bien en lien avec Messidor (et reste salari de Messidor) et pour que lencadrement maintienne bien un suivi rgulier.

    Le retour lESAT

    Des difficults psychologiques lors du retour lESAT sans espoir dtre embauch en entreprise sont voques.

    Le retour l'ESAT est parfois compliqu (impression de dvalorisation, accueil parfois difficile des collgues) et ncessite un accompagnement important. Nous constatons cependant une diminution de ces difficults avec le temps et grce une certaine stabilisation des quipes.

    Si la mise disposition peut tre perue comme complexe (dimension positive de la mise disposition / ressources ncessaires au suivi ; valorisation / risque de dvalorisation ; mobilit interne induite par la mise disposition / problmes dorganisation interne) avec les difficults que cela engendre, il convient de garder lesprit que cette possibilit doit tre offerte aux travailleurs qui le souhaitent, avec toutes les garanties de suivi, de soutien et de retour dans les meilleures conditions.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 26/50

    Tableau 5 : Donnes relatives au rapport annuel de performance du programme 157 handicap et dpendance Janvier fvrier 2008 (Source : DDASS du Rhne)

    En 2007 Taux de mises

    disposition (en %) Part de la rmunration

    directe /SMIC

    ESAT La Roue 1,97% Non exploitable

    ESAT Robert Lafon 0% 12,67%

    ESAT Didier Baron Non renseign Non renseign

    ESAT Hlne Rivet 9,21% 13,21%

    ESAT Jacques Chavent 6,94% Non exploitable

    ESAT La Courbaisse 0% 13,43%

    ESAT Louis Jaffrin 0% Non exploitable

    ESAT Lon Fontaine 0% 13,20%

    ESAT La Goutte dOr 0% 14,14%

    ESAT de Bellevue 0% Non exploitable

    ESAT Denis Cordonnier 0% Non exploitable

    ESAT Anne-Marie Bedin 0% Non exploitable

    ESAT Saint-Lonard 0% 12,53%

    cole Gallieni 0% 6,82%

    Centre O. Witkowska 0% 13,31%

    ESAT du Moulin Vent et La Sandale du Plerin

    1,09% Non exploitable

    ESAT Henri Castilla 0% Non exploitable

    ESAT tang Carret 0% 5,47%

    ESAT Industrie Service 1,92% Non exploitable

    ESAT La Roche Les Sauvages Non renseign Non renseign

    ESAT La Roche Vnissieux Non renseign Non renseign

    MESSIDOR Non renseign Non renseign

    ESATI Myriade 65,79% Non exploitable

    ESAT Hors Murs APAJH 100% 12,77%

    ESAT Hors Murs LADAPT 77,78% Non exploitable

    Dpartement du Rhne 4,89% 12,30%

    Rgion Rhne-Alpes 5,62% 10,28%

    Cible nationale 2007 2% 15%

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 27/50

    La rmunration des travailleurs

    Part de la rmunration directe verse aux travailleurs handicaps employs en ESAT par rapport au SMIC (voir tableau ci-dessus) : Il sagit du montant de la part de rmunration directement verse par lESAT au travailleur rapport au montant du SMIC (montant de rfrence 2007 : montants lgaux au 1er juillet 2007 soit 15 361 pour 151,67 heures mensuelles).

    Les donnes transmises ne sont pas exploitables ou sont manquantes pour 15 ESAT.

    La moyenne dpartementale - calcule partir des donnes de 10 ESAT est lgrement suprieure la moyenne rgionale mais infrieure la cible nationale, qui est de 15% en 2007.

    Il sagit dun pourcentage global, qui ne fait pas apparaitre les cartes de rmunration entre travailleurs au sein dun mme tablissement.

    Au-del du caractre incomplet de ces chiffres, il pourrait tre intressant de formaliser les lments qui rentrent en compte dans les modes de calcul de la rmunration des travailleurs.

    Sagit-il de critres objectifs tels que lanciennet ?

    Quels autres critres interviennent : un intressement des travailleurs au chiffre daffaire, des critres individuels (productivit, comptences, comportement au travail) ?

    Un travail dobjectivation garantirait une plus grande application des droits des usagers (transparence et galit de traitement).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 28/50

    La mobilit des travailleurs lvaluation des capacits professionnelles

    Ltat des lieux pralable llaboration du schma dpartemental 2004-2008 relve un manque de fluidit au sein du dispositif de travail protg qui sexplique par une prsence insuffisante des fonctions dvaluation, de formation ou dapprentissage dans les tablissements et la ncessit de faire voluer le projet professionnel en prenant plus largement en compte la spcificit des personnes et leur volution.

    Cette enqute confirme cette observation, pointant un faible taux de sortie en 2008 : 4% si on exclut les ESAT dinsertion.

    La loi 2005-102 du 11 fvrier 2005 a introduit une rforme des CAT confirmant la mission de soutien mdico-social et ducatif avec notamment la mise en place du contrat de soutien et daide par le travail, lencouragement de la formation professionnelle, la possibilit de mises disposition en entreprises extrieures, et le droit au retour.

    Le souci de dvelopper la mobilit des travailleurs d'ESAT a conduit la DDASS du Rhne solliciter le CREAI Rhne-Alpes pour mener des travaux portant sur lvaluation des capacits professionnelles. La finalit consiste offrir aux professionnels et responsables dESAT des outils et supports mthodologiques permettant de raliser ou soutenir la mise en uvre de parcours professionnels pour les travailleurs quils accueillent, parcours qui conduirait la personne vers la situation la plus adapte ses capacits en volution et son projet professionnel (voire projet de vie).

    Lobjectif de mobilit permet en outre dassocier les deux missions souvent perues comme contradictoires : la mission sociale et celle dinsertion en situation professionnelle.

    Les professionnels des ESAT ont largement t associs la production dun rfrentiel commun dvaluation des capacits professionnelles des travailleurs handicaps et la conception dune mthodologie de projet de mobilit.

    Cet outil doit permettre didentifier les capacits ainsi que les amnagements des situations de travail ncessaires pour :

    - optimiser ladquation entre les capacits de la personne et la situation de travail,

    - laborer ou valider un projet de mobilit professionnelle.

    Les outils ainsi crs ont t soumis exprimentation lors des diffrentes tapes de leur laboration.

    Des formations ont t dispenses par le CREAI Rhne-Alpes entre septembre 2008 et fvrier 2009 et 315 professionnels (principalement des moniteurs dateliers mais aussi des chefs dateliers, chefs de services, assistantes sociales ou encore psychologues) ont t forms lutilisation de cet outil.

    En janvier 2009, cette valuation a concern prs de 600 travailleurs. Certains ESAT mentionnent une mise en application en 2009, prfrant attendre la formation de tous leurs moniteurs (les formations se sont termines le 3 fvrier 2009), dautres ont dores et dj valu les capacits de tous les travailleurs de leur tablissement.

    Une soixantaine de projets de mobilit professionnelle ont t labors et/ou valids laide de ce rfrentiel. Notons que ces projets de mobilit ne rsultent pas seulement de la mise en place de

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 29/50

    cet outil : la mobilit a toujours t favorise en fonction des souhaits et des capacits des travailleurs ont prcis certains ESAT.

    Ces projets concernent :

    - le changement dateliers ou la dcouverte dautres ateliers,

    - la dcouverte du milieu ordinaire, - linsertion en milieu ordinaire de travail.

    Les formations identifies dans le cadre de ces projets concernent :

    - le savoir-tre au travail,

    - les savoir-faire de base (lecture, criture, calcul, remise niveau scolaire), - des comptences plus gnriques (permis de conduire),

    - des comptences techniques prcises (cariste, manipulation du taille-haies, restauration, gestion des appels tlphoniques).

    Comme lont soulign plusieurs moniteurs lors des formations, le fait de raliser des valuations de faon annuelle pour tous les travailleurs permet une galit de traitement offrant aux plus discrets, moins demandeurs, un temps de parole et la possibilit dtre entendu de faon systmatique, mme si ces dmarches peuvent tre perues comme chronophages .

    En outre, llaboration de projet et les volutions professionnelles de certains travailleurs peuvent en inciter dautres engager une dmarche de mme nature.

    LESAT du Moulin Vent indique quil sagit d une dmarche cadrante permettant de travailler sur la progression des personnes de faon cohrente entre le projet professionnel et les capacits ncessaires pour le raliser. Elle permet de mettre en place un rel "plan d'action" personnalis (formation, stages).

    Par ailleurs, pour favoriser la mobilit inter ESAT, un tablissement propose de travailler sur un dispositif dpartemental organisant des stages inter ESAT .

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 30/50

    La VAE et la RSFP

    Le recours ces dispositifs peut prsenter plusieurs avantages :

    - dabord pour les travailleurs handicaps eux-mmes, avec une professionnalisation renforce, permettant une plus grande mobilit intra ou inter ESAT, ou en milieu ordinaire ;

    - ensuite pour les quipes dencadrement, en termes de valorisation et de reconnaissance de leur travail ;

    - enfin pour lESAT, qui sinscrit de ce fait dans une dmarche globale de qualit.

    part Messidor, aucun ESAT nindique recourir la validation des acquis de lexprience.

    Concernant la reconnaissance des savoir-faire professionnels, deux ESAT ont mis en uvre des dmarches de RSFP : ESAT Les Sauvages pour 3 travailleurs (entretien des espaces verts), Messidor (pas dindication sur le nombre et les savoir-faire concerns).

    Un autre (ESAT Lon Fontaine) na pu recourir ce dispositif, la formation pour les professionnels de ltablissement ayant t annule faute dinscriptions suffisantes. De nouvelles sollicitations auprs de lAFPA sont restes sans suite.

    Le fonctionnement de ce dispositif est qualifi dinsuffisant par plusieurs ESAT.

    Rappelons que la vocation du dispositif RSFP est de proposer aux personnes nayant pas les pr-requis pour accder aux systmes traditionnels de validation (comme la VAE) le moyen de valoriser des comptences grce une reconnaissance atteste par des professionnels.

    - Les obstacles

    Ces dispositifs sont globalement mal connus par les ESAT. Concernant la RSFP, Messidor indique que ce dispositif na pas fait lobjet dune promotion et dune information suffisante dans le dpartement .

    Ces dmarches paraissent en outre difficiles mettre en place, notamment au regard des activits / mtiers proposs dans les ESAT, des savoir-faire dvelopps qui ne sont pas toujours en lien avec un mtier bien dfini, et surtout des niveaux daptitudes des travailleurs souvent loigns des capacits ncessaires pour ce type de dmarche. Plusieurs responsables dESAT considrent que leurs travailleurs ne sont pas concerns .

    LESAT Saint-Lonard estimant ces actions trop ambitieuses compte tenu des difficults de la population accueillie , a mis en uvre un dispositif de reconnaissance des comptences spcifiques ltablissement accessible au plus grand nombre. Il prcise que cette dmarche pourrait constituer un pralable, pour les travailleurs les moins loigns de lemploi, une vritable RSFP .

    Dans tous les cas, quand ces dmarches sont envisages, elles concernent seulement quelques travailleurs.

    Par ailleurs, linvestissement en temps daccompagnement et dencadrement, la mobilisation des professionnels dj trs sollicits (valuation interne, valuation des travailleurs, nombreux crits lis la professionnalisation de leurs actions) sont souvent voqus comme rendant difficile la gestion de lactivit de production.

    Cette forte mobilisation pour un nombre restreint de travailleurs seffectue au dtriment de laccompagnement dun plus grand nombre douvriers .

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 31/50

    Enfin, Messidor indique qu il ny a pas assez de rfrents forms et les tablissements hsitent payer sur leurs fonds propre une formation dont ils ne voient pas clairement les avantages.

    - Lintrt

    Nanmoins, ces dmarches permettent une reconnaissance de limplication des travailleurs dans leur travail mais aussi une valorisation de leurs savoir-faire, de leurs parcours et de leur exprience professionnelle, mme si certaines rserves sexpriment : crainte de voir ces dmarches n'tre pas rcompenses par une vritable volution professionnelle des ouvriers, que ce soit en terme de reconnaissance financire (augmentation de salaire) ou en terme d'accs des postes qualifis en entreprise.

    Messidor indique : le dispositif RSFP correspond parfaitement lobjectif de valorisation et de reconnaissance des personnes touches par un handicap en gnral ; cest encore plus vrai pour les personnes dvalorises par la maladie et les troubles psychiques. La mise en oeuvre de cette dmarche restitue une image positive de ces personnes et gnre une dynamique positive dans lquipe laquelle elle appartient.

    Cest aussi une dmarche structurante pour ltablissement dans lorganisation du travail quelle implique .

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 32/50

    La formation professionnelle

    Le dcret prcit du 23 dcembre 2006 relatif au contrat de soutien et d'aide par le travail indique que lESAT s'engage tout mettre en uvre pour permettre [au travailleur] de bnficier de toute action d'entretien des connaissances, de maintien des acquis scolaires, de formation professionnelle susceptibles de favoriser le dveloppement de ses comptences et son parcours professionnel au sein du milieu protg ou vers le milieu ordinaire de travail. [] Le dcret n 2006-703 prvoit la remise annuelle par les ESAT la DDASS d un rapport sur leur politique en faveur des travailleurs handicaps qu'ils accueillent, en particulier en matire de rmunration garantie verse et de mise en uvre d'actions de formation. Sur le fondement de ce rapport, une convention ou, le cas chant, un avenant () peut fixer un objectif d'augmentation du taux moyen de financement de la rmunration garantie par lESAT []. Elle dfinit des orientations en matire de formation des travailleurs handicaps. Cet objectif d'augmentation doit demeurer compatible avec le projet de l'tablissement ou du service d'aide par le travail. Il ne peut avoir pour effet de remettre en cause des investissements ncessaires l'accomplissement de la mission qui lui est assigne par l'article L. 344-2.

    Tableau 6 Nombre de travailleurs concerns par une action de formation au cours des deux dernires annes dans les ESAT du Rhne

    Nombre de travailleurs forms

    ESAT La Roue 39

    ESAT Robert Lafon 56

    ESAT Didier Baron 28

    ESAT Hlne Rivet nr

    ESAT Jacques Chavent 23

    ESAT La Courbaisse 40

    ESAT Louis Jaffrin 1

    ESAT Lon Fontaine 180

    ESAT La Goutte dOr 26

    ESAT de Bellevue Nbre non indiqu

    ESAT Denis Cordonnier 174

    ESAT Anne-Marie Bedin 46

    ESAT Saint-Lonard 18

    cole Gallieni 25

    Centre O. Witkowska 39

    ESAT du Moulin Vent et La Sandale du Plerin

    22

    ESAT Henri Castilla 15

    ESAT tang Carret 14

    ESAT Industrie Service 22

    ESAT La Roche Les Sauvages 65

    ESAT La Roche Vnissieux -

    MESSIDOR 528

    ESATI Myriade 3

    ESAT Hors Murs APAJH 85

    ESAT Hors Murs LADAPT 27

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 33/50

    Ces donnes demandent tre nuances et prcises.

    - Elles ne font pas apparaitre si un mme travailleur a bnfici de plusieurs formations au cours des 2 dernires annes, ni la dure de la formation et le rythme de travail. Une approche en nombre dheures ou de jours de formation pourrait enrichir cette observation.

    - Dautre part, certains ESAT indiquent mentionner uniquement les formations ralises par un organisme extrieurs alors que dautres ne font tat et ne dispensent que des formations internes ltablissement.

    - Enfin, les actions indiques par les responsables dtablissements relvent souvent dactions de soutien mdico-social et ducatif qui ne sont pas directement lies lactivit de production de biens et de services exerce au sein de lESAT.

    Les formations techniques :

    Conduite du chariot lvateur conducteur accompagn, caristes et permis CACES, conduites transpalette manuel ou lectrique, conduite gerbeur ou gerbeur auto port

    Perfectionnement espaces verts, taille de haies Conditionnement magasinage Formation vente (Myriade) Formation la tlprospection (LADAPT) Passeport de comptences informatiques europen (PCIE) Logiciel de gravure Soudure Mtier de la chane graphique Mtier de la restauration Mtier de lhygine et de la propret, entretien des locaux

    Les formations autres que techniques :

    Manutention en scurit, gestes et postures Hygine alimentaire Hygine et prsentation de soi Reprsentations aux instances (CVS), dlgu la vie sociale Optimiser son impact personnel Amliorer lexpression crite pour dvelopper lautonomie dans la vie quotidienne, Dvelopper le raisonnement logique, Initiation ou perfectionnement linformatique Approche de la notion de qualit en ESAT Code de la route Remise niveau (lecture, criture et comptage) Formation au langage des signes Repre dans lespace Limage professionnelle Communication en entreprise Respect des autres dans leurs diffrences Le rglement intrieur en entreprise Locomotion Cours de braille Initiation aux gestes de prvention de secours civiques Connaissance des vgtaux Perfectionnement en cuisine Apprendre apprendre (remdiation cognitive). Technique de recherche demploi

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 34/50

    Sont souvent voqus le cot lev des formations, le nombre insuffisant de centres de formation adapts laccueil des travailleurs handicaps et linexistence de formations adaptes aux travailleurs pour certains mtiers exercs dans les ESAT.

    Pour Myriade, au contraire, il est important de pouvoir inscrire les jeunes dans des dispositifs ouverts tous et non des centres spcifiques pour personnes handicapes.

    titre de partenariat, plusieurs ESAT citent le centre de formation de la Croix-Rouge Beauchastel en Ardche, le centre de formation GERFI (organisme de formation destination des encadrants et des ouvriers en tablissements de travail protg), le GRETA et moins souvent lAFPA.

    Un ESAT prcise que peu de demandes de formation ont t exprimes puisquil ny a jamais eu de plan de formation et peu dincitations jusqualors de ltablissement des formations extrieures .

    Nanmoins, plusieurs ESAT mentionnent que le dveloppement des comptences des travailleurs en ESAT est une dimension dvelopper (tang Carret, Anne-Marie Bedin).

    LESAT Jacques Chavent indique une rorientation du projet de l'tablissement vers la question de la formation, de l'accroissement des comptences . Aussi, une rflexion est en cours pour orienter/intgrer nos actions de formation ce type de dispositif [VAE, RSFP].

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 35/50

    Les rythmes de travail et amnagements

    Tableau 7 Nombre de personnes prsentes selon les rythmes de travail au 1er dcembre 2008

    Temps plein Temps partiel

    Stage Total

    ESAT La Roue 128 27 (17%) Dont 4 155

    ESAT Robert Lafon 135 14 (9%) Dont 3 149

    ESAT Didier Baron 133 22 (14%) Dont 6 155

    ESAT Hlne Rivet

    ESAT Jacques Chavent 132 16 (11%) Dt 4 148

    ESAT La Courbaisse 140 13 (8%) 153

    ESAT Louis Jaffrin 136 6 (4%) Dont 2 142

    ESAT Lon Fontaine 150 18 (10%) 7 priodes

    essais 175

    ESAT La Goutte dOr 72 10 (12%) Dont 1 82

    ESAT de Bellevue 118 21 (15%) 139

    ESAT Denis Cordonnier 285 40 (12%) 325

    ESAT Anne-Marie Bedin 131 68 (34%) 199

    ESAT Saint-Lonard 136 6,5 (ETP) 142,5 (ETP)

    cole Gallieni 86 - 86

    Centre O. Witkowska 82 11 (12%) 93

    ESAT du Moulin Vent et La Sandale du Plerin

    60 30 (33%) 1 91

    ESAT Henri Castilla 32 22 (41%) 54

    ESAT tang Carret 45 14 (24%) 59

    ESAT Industrie Service 44 8 (15%) 2 52

    ESAT La Roche Les Sauvages 145 27 (16%) 172

    ESAT La Roche Vnissieux 22 5 (19%) 27

    MESSIDOR 98 73 (43%) 171

    ESATI Myriade 32 1 3 36

    ESAT Hors Murs APAJH 20 - 20

    ESAT Hors Murs LADAPT 7 20 (74%) 27

    17% des effectifs des ESAT du Rhne travaillent temps plein.

    Il serait intressant de connatre les usages en matire de dure hebdomadaire de travail ainsi que le nombre annuel de jours travaills (cette amplitude parait variable selon les tablissements, parfois au sein dune mme association ; certains travailleurs se sont vu statutairement retirer une semaine de cong annuel rcemment).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 36/50

    Une augmentation des demandes de temps partiels lies la fatigabilit et lavance en ge est cite par les tablissements.

    Se pose alors la question de loccupation du temps non travaill.

    Rappelons ici la part importante de rorientations prvisibles (cf. supra) lies au vieillissement ou la fatigabilit des travailleurs dans les 5 annes venir.

    Concernant les rorientations vers un centre daccueil de jour, le manque de place est cit, avec en outre des difficults relatives limplantation gographique de ces structures, qui induit des difficults de transports. ce titre, plusieurs ESAT suggrent un accueil de jour annex leur tablissement.

    Le souhait de possibilits de prises en charge plus souples (amnagement du temps de travail temporairement ou pour des temps choisis) est aussi voqu, sans pour autant que soit systmatiquement engage une procdure dorientation.

    Le manque de place a conduit certains ESAT mettre en uvre une forme daccueil spcifique pour ces travailleurs (ateliers spcialiss, amnagements des postes, de rythme ou des horaires).

    Ainsi, un ESAT indique avoir un atelier qui accueille les ouvriers les plus fatigus sur des activits o le rythme de travail est moins lev, o les postes sont rpartis physiquement pour permettre des rythmes de travail diffrents ; pour un autre ESAT, il sagit dun accueil dans un atelier particulier favorisant ladaptation du rythme de travail de chacun .

    Est galement not un manque de rponse aux besoins des personnes en usure professionnelle, pour lesquelles lactivit professionnelle nest plus adapte mais qui ont besoin dune certaine stimulation et de liens sociaux.

    Un ESAT prcise : un grand nombre de nos travailleurs a des capacits de travail trs faibles et quasi aucune rentabilit conomique, mais nous sommes regardant garder en ESAT les travailleurs ayant une bonne notion du travail, ceux ayant un grand intrt de socialisation par le travail. Mme si ceux-ci sont improductifs .

    - Consquences / incidences pour lESAT Les incidences pour la structure sont lies la ncessit dun temps de soutien important (par rapport au temps de production) et ne correspondant pas toujours aux missions des ESAT (accompagnement pour des questions relatives au logement, la vie sociale, la famille).

    Pour les temps partiels, les problmatiques ou projets sont aussi voire plus chronophages que les temps plein (ESAT Moulin Vent).

    Par manque de places dans les structures ou de solutions adaptes, certaines personnes sont contraintes de rester lESAT, leur accompagnement est donc plus difficile et insuffisamment en adquation avec leurs besoins prcise lESAT Denis Cordonnier.

    Dautre part, sont indiques des incidences sur la gestion des ressources humaines, sur lactivit et sur la productivit.

    Ainsi, un ESAT indique un important travail de gestion des ressources humaines pour rpondre aux contraintes de production (dsorganisation de certains ateliers, en fonction des temps partiels et du nombre de personnes prsentes) . Maintenir pour la personne concerne sa place dans latelier et du travail afin de maintenir une dynamique de groupe et de travail .

    La ncessit de pouvoir trouver des travaux adapts aux profils des personnes accueillies dans cet atelier spcifique, sans dlai de production particulier est prcise par un autre ESAT.

    De plus, un fort taux dabsentisme est constat.

    Enfin, un ESAT fait tat dune incidence financire importante. Le maintien en ESAT de personnes en difficults nuit la dynamique de lensemble de la structure

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 37/50

    LE SOUTIEN MDICOSOCIAL AUX TRAVAILLEURS

    L'article L344-2 du CASF (art. 39 de la loi n 2005-102 du 11 fvrier 2005) rappelle que "Les tablissements et services d'aide par le travail offrent [aux personnes handicapes qu'ils accueillent] des possibilits d'activits diverses caractre professionnel, ainsi qu'un soutien mdico-social et ducatif, en vue de favoriser leur panouissement personnel et social."

    Le personnel mdico-ducatif des ESAT

    - Les postes mdicaux / paramdicaux 13 ESAT indiquent la prsence dun mdecin et ou dun psychiatre, le rapport ETP mdecin ou psychiatre rapport la capacit de ltablissement (finance) varie de 0.06% (ESAT La Goutte dOr) 0.57% (ESAT tang Carret). 10 ESAT ne disposent pas de ce type de poste dans leur tablissement. Les tablissements accueillant des personnes souffrant de handicap psychique ne mentionnent aucun poste de cette nature (sauf La Roche pour lequel le poste nest pas pourvu). Des postes sont non pourvus pour deux tablissements (Didier Baron, 0.25 ETP et La Roche Les Sauvages, 0.13 ETP). Pour lESAT Anne-Marie Bedin, le poste est pourvu en vacation (0.2 ETP). Des difficults de recrutement sont notes concernant ce type de professionnel.

    14 ESAT mentionnent un poste de psychologue, le rapport varie de 0.14% ( lESAT Jacques Chavent, La Courbaisse) 1.13% (ESATI Myriade). 11 ESAT indiquent ne pas disposer de ce type de professionnel (dont les ESAT accueillant des personnes souffrant de handicap psychique, sauf Industrie Service). Le temps de psychologue est globalement jug insuffisant compte tenu notamment de laugmentation des demandes dentretien des travailleurs. La mutualisation de postes est voque, tout en tant parfois qualifie de difficile, soit entre plusieurs ESAT ou ESAT / FH, voire ESAT / SAMSAH UEROS.

    13 ESAT indiquent disposer dun poste dinfirmier dans leur plateau technique : le rapport ETP IDE / capacit de ltablissement est de 0.15% (ESAT Denis Cordonnier) 2.14% (ESAT tang Carret). 1 poste nest pas pourvu (0.2 ETP, ESAT Jacques Chavent).

    4 tablissements mentionnent un poste de psychomotricien, avec un rapport schelonnant de 0.10% (ESAT Anne-Marie Bedin) 0.57% (ESAT Moulin Vent / La sandale du Plerin), plus un poste au centre Odette Witkowska, sans prcision de temps.

    Les 3 ESAT accueillant des personnes prsentant une dficience motrice font mention de poste de kinsithrapeute (de 0.5 1.18 ETP), 2 dentre eux dun poste dergothrapeute (0.38 et 0.6 ETP) et dun poste dorthophoniste (0.058 ETP) pour lESAT Ltang Carret.

    - Les postes sociaux-ducatifs

    18 ESAT indiquent disposer dun poste dassistant de service social : le ratio est de 0.27% (ESAT Bellevue) 1.89% (Industrie Service). Pour le centre Odette Witkowska, 0.58 ETP se rpartit entre le foyer dhbergement et lESAT.

    10 ESAT mentionnent la prsence dducateurs spcialiss ou de moniteurs ducateurs : le taux schelonne de 0.60% (La Roche, Les Sauvages) 3.33% (ESAT Henri Castilla). 1 poste nest pas pourvu (0.5 ETP pour lESAT La Roche Vnissieux).

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 38/50

    - Les moniteurs datelier et les ducateurs techniques spcialiss Pour tous les tablissements, le principal poste occup est celui de moniteur datelier. Le taux dencadrement (1 moniteur pour x travailleurs) varie de 1/5 pour Messidor 1/14 pour lESAT Gallieni et lESAT tang Carret. Ces deux tablissements disposent en revanche de 3 postes chacun dducateurs techniques spcialiss (Gallieni) ou dducateurs spcialiss (tang Carret).

    Le ratio dencadrement moyen dans les ESAT accueillant des personnes prsentant une dficience intellectuelle est denviron 1 moniteur pour 10 travailleurs handicaps (1/11.6 pour lESAT Denis Cordonnier 1/8.4 pour lESAT Saint-Lonard).

    Les ESAT accueillant des personnes souffrant de handicap psychique ont un taux dencadrement par des moniteurs datelier plus lev : 1/5 pour Messidor 1/10 La Roche Les Sauvages. Notons que lESAT La Roche Vnissieux signale 2,5 ETP non pourvus.

    Enfin, les ESAT hors murs prsentent un taux dencadrement plus faible : environ 1 moniteur pour 13 travailleurs.

    Des difficults de recrutement sont voques concernant les ducateurs techniques spcialiss et les moniteurs datelier.

    Les ESAT attendent des personnels motivs et comptents, la fois sur le plan technique les postes de moniteurs sont dcrits comme requrant des comptences techniques fortes et une spcialisation dans un mtier (mtallerie, par exemple), avec en outre des capacits commerciales et sur le plan ducatif : capacit dencadrement du publics en difficult, connaissance du handicap et de la rglementation, capacit formaliser les observations concernant les usagers tout en noffrant pas les salaires dune entreprise ordinaire.

    La question du positionnement et des comptences attendue des moniteurs dateliers, qui reprsentent un lment cl du systme, touche le cur de la double mission lconomique et le social paradoxale des ESAT.

    - La formation du personnel Les formations dispenses au sein des ESAT pour les annes 2006-2008 concernent principalement (en nombre, et par ordre dimportance dcroissant) :

    - les formations relatives la scurit, lergonomie, lhabilitation (secourisme, scurit incendie, gestes et postures, habilitations phytosanitaires, dmarche RABC) ;

    - les formations mtier (surtout des formations de moniteur datelier 2me classe et, dans une moindre mesure, dETS) ;

    - les formations relatives au management, la gestion et la lgislation (volution de la rglementation) ;

    - puis les formations concernant laccompagnement, ses modalits, les prises en charge (accompagner un projet professionnel dinsertion, laccompagnement culturel, gestion de la violence, LSF) ;

    - les formations informatiques (bureautique, internet/extranet, comptabilit) ;

    - et enfin des formations concernant la connaissance du handicap, gnriques ou spcifiques (les troubles du comportement, vie affective et sexualit des personnes handicapes, le vieillissement).

    Les professionnels les plus frquemment concerns par ces formations sont, trs majoritairement les moniteurs datelier puis les personnels administratifs et les personnels des services gnraux.

  • CREAI Rhne-Alpes - tude relative aux tablissements et services daide par le travail DDASS du Rhne 39/50

    - La mutualisation des comptences

    La mutualisation des comptences, lorsquelle est mentionne, concerne surtout les temps paramdicaux ou mdicaux, partags avec d'autres ESAT ou FH, voire SAMSAH ou UEROS (pour l'ESAT L'ADAPT hors murs); sont galement cites des mutualisations de ressources plus gnriques (administratives, RH), gnralement au niveau du sige de l'organisme gestionnaire.

    - La GPEC 11 ESAT font mention dune dmarche effective de gestion prvisionnelle des emplois et des comptences, la plupart du temps au niveau de lassociation gestionnaire (ADAPEI par exemple, mais un des ESAT indique que la GPEC nest pas en place dans les tablissements).

    Sur ce nombre, 2 ESAT seulement font rfrence, en termes doutils de GPEC, la tenue de fiches de poste, dentretiens annuels ou encore au recours des outils dvaluation.

    Les contrats de soutien et daide

    Le contrat de soutien et daide par le travail est dfini par le dcret n 2006-1752 du 23 dcembre 2006 relatif au contrat de soutien et d'aide par le travail et aux ressources des travailleurs des tablissements ou services d'aide par le travail. Il prsente un modle de contrat tabli entre lESAT et chaque travailleur handicap, prcisant la mission d' Appui lexercice des activits caractre professionnel : dans le cadre de la mise en uvre de son rglement de fonctionnement et de son projet institutionnel, lESAT s'engage mettre en place une organisation permettant [au travailleur] d'exercer des activits caractre professionnel adaptes ses capacits et ses aspirations. Le contrat de soutien et daide doit par consquent prendre en compte la fois lexpression des besoins et des attentes du travailleur handicap, les exigences du projet dtablissement et les c