Finitude et nouveauté - Université Laval · 2018-04-21 · Arendt, la naissan e et la nouveauté...

of 425 /425
Finitude et nouveauté Promesses et périls du nouveau au XXe siècle Thèse en cotutelle Doctorat en philosophie Dominique Lepage Université Laval Québec, Canada Philosophiae doctor (Ph.D.) et Université Jean Moulin Lyon 3 Lyon, France Docteur © Dominique Lepage, 2014

Transcript of Finitude et nouveauté - Université Laval · 2018-04-21 · Arendt, la naissan e et la nouveauté...

  • Finitude et nouveauté Promesses et périls du nouveau au XXe siècle

    Thèse en cotutelle Doctorat en philosophie

    Dominique Lepage

    Université Laval Québec, Canada

    Philosophiae doctor (Ph.D.)

    et

    Université Jean Moulin Lyon 3 Lyon, France

    Docteur

    © Dominique Lepage, 2014

  • iii

    Résumé

    Cette thèse prend pour point de départ la valorisation croissante de la nouveauté qui

    s’impose au cours de la modernité, et se radicalise au XXe siècle. Nous faisons le constat que

    l’omniprésence de cette notion à la fois puissante et familière soulève les questions du sens

    et de la valeur de la nouveauté, au-delà même de son appropriation moderne.

    Du point de vue du sens, la question est de savoir comment traiter l’irréductible

    polysémie de la nouveauté. Nous montrons d’abord que, sous ses diverses modalités, la

    nouveauté se distingue non seulement par la différence avec le passé mise de l’avant par le

    discours moderniste, mais plus encore par sa dimension de commencement, que nous

    analysons comme introduction de puissance et ouverture d’avenir. Cela constitue le critère

    premier de toute nouveauté, et ce qui en fait un enjeu humain fondamental. La nouveauté est

    au cœur de notre expérience du temps, de la manière dont nous vivons notre finitude et

    particulièrement notre mortalité. Cependant, cela ne fait pas de la nouveauté une valeur à

    proprement parler. Ce lien doit être interrogé à travers la pluralité des temps et des activités

    humaines.

    Nous considérons donc ensuite comment se décline la nouveauté, concrètement, au

    sein de l’existence humaine. Ce deuxième volet est développé à travers un dialogue avec la

    pensée de Hannah Arendt. Par sa conception de l’homme comme être de naissance et

    d’innovation, et par l’articulation des multiples temporalités corrélatives de l’activité

    humaine, Arendt nous permet de poser les bases d’une articulation différentielle et raisonnée

    de la polysémie de la nouveauté, en lien avec les conditions de natalité et de mortalité. La

    question de la valeur de la nouveauté se pose alors en fonction du contexte et de la réalité où

    elle s’inscrit. Il apparaît que plus on s’approche de la dimension de la liberté humaine, plus

    se radicalise la nouveauté, en même temps que le jugement de valeur devient plus

    problématique, et se présente comme une tâche et une exigence pour le jugement.

    Mots-clés : Nouveauté; Modernité; Temps; Innovation; Rénovation; Philosophie; Hannah

    Arendt

  • v

    Abstract

    This dissertation stems from the growing importance of the new throughout modernity,

    and its radicalization during the 20th century. The overwhelming presence of a notion so

    potent and yet so familiar raises the questions of the definition and of the value of novelty

    itself, beyond its modern appropriation.

    The problem with establishing its meaning lies in the polysemous nature of the notion.

    We show that novelty, in its multiple modalities, distinguishes itself not only as different

    from the past, something modernist discourses consistently insist upon, but more importantly,

    as a beginning. We understand this feature as a gain of power and an opening into the future.

    We also show that this constitutes the prime criteria for any novelty, and makes it a

    fundamental human issue. Novelty is at the core of how we experience time, our finitude and

    particularly our mortality. It does not follow, however, that novelty is a value or has value in

    itself. This must be examined through a study of the plurality of human temporalities and

    activities.

    Thus we also examine how novelty concretely manifests itself in human existence. This

    part of the dissertation is developed through a dialog with the thought of Hannah Arendt. Her

    conception of man as a being of birth and innovation, and her articulation of the multiple

    temporalities pertaining to human activity allows us to establish a differential and reasoned

    approach to the multiple meanings of novelty, in relation with the conditions of natality and

    mortality. The question of the value of novelty thus arises in relation to the context and reality

    in which it appears. As we get closer to the issue of human freedom, the more radical novelty

    gets, and the more the question of its value appears as a problem and as a task with which

    our judgment must deal.

    Keywords: Novelty; Modernity; Time; Innovation; Renovation; Philosophy; Hannah Arendt

  • vii

    Table des matières

    Résumé ................................................................................................................................... iii

    Abstract .................................................................................................................................... v

    Table des matières .................................................................................................................. vii

    Remerciements ...................................................................................................................... xiii

    Introduction ............................................................................................................................. 1

    PREMIERE PARTIE. Qu’est-ce que la nouveauté ? ..................................................................... 17

    Introduction ........................................................................................................................ 17

    Chapitre 1. Nouveauté, nouveautés : les métamorphoses de Janus ...................................... 19

    Exercice linguistique : étymologie et lexicographie .................................................................. 19

    Exercice sémantique : les mille nouveautés du Nouveau Monde ............................................ 33

    Exercice analytique : localiser la nouveauté ............................................................................. 50

    La nouveauté, ou les visages de Janus ...................................................................................... 58

    Chapitre 2. La différence avec le passé ................................................................................. 59

    La présence du passé ................................................................................................................ 59

    Paradoxe de la conscience : mémoire et oubli, tout est nouveau ............................................ 60

    Deux pôles de la nouveauté ...................................................................................................... 67

    Hegel, la raison novatrice .......................................................................................................... 79

    Nietzsche : nihilisme et création. .............................................................................................. 89

    Chapitre 3. Non nova sed nove .......................................................................................... 109

    Nouveauté relative et absolue ................................................................................................ 110

    La résistance de l’expérience .................................................................................................. 114

    Plasticité des rapports ............................................................................................................. 119

    Chapitre 4. La nouveauté comme puissance d’avenir ......................................................... 129

    Toute nouveauté est un commencement ............................................................................... 129

    La présence de l’avenir ........................................................................................................... 133

    La puissance ............................................................................................................................ 136

    L’homme « virtualisant » ........................................................................................................ 155

    La puissance dans le temps ..................................................................................................... 158

    Conclusion de la première partie ....................................................................................... 165

  • viii

    DEUXIÈME PARTIE. La nouveauté vue à travers le prisme humain. Dialogues avec Hannah Arendt

    ............................................................................................................................................. 171

    Introduction ...................................................................................................................... 171

    Le problème du temps humain ............................................................................................... 171

    La vie active et la polysémie de la nouveauté : l’intérêt d’Arendt .......................................... 174

    Chapitre 5. Arendt, la naissance et la nouveauté à l’aulne du monde humain ...................... 179

    La condition de natalité ........................................................................................................... 180

    Le problème du nouveau ........................................................................................................ 182

    Natalité et pluralité ................................................................................................................. 192

    La nouveauté n’est pas vérité ................................................................................................. 193

    La nouveauté comme apparaître et commencement dans le monde .................................... 195

    La naissance sauve le monde .................................................................................................. 201

    La vie active ............................................................................................................................. 203

    Chapitre 6. Le travail et la vie ............................................................................................. 209

    L’animal laborans selon Arendt ............................................................................................... 209

    Renouveaux et vie, au-delà du travail ..................................................................................... 216

    Les valeurs de l’animal laborans ............................................................................................. 222

    Chapitre 7. L’œuvre et le monde ........................................................................................ 225

    La force humaine opposée à celle de la nature ...................................................................... 226

    La fabrication d’un objet nouveau .......................................................................................... 227

    Le faire hors de l’atelier ........................................................................................................... 234

    La maison des hommes ........................................................................................................... 238

    Les anciens et les nouveaux venus : transmettre ................................................................... 241

    Innover, créer .......................................................................................................................... 245

    La culture ................................................................................................................................. 257

    Les archives culturelles ............................................................................................................ 261

    Chapitre 8. L’action et la liberté ......................................................................................... 267

    La rencontre des hommes dans l’espace public ..................................................................... 268

    Puissance du collectif .............................................................................................................. 271

    Commencer un processus ....................................................................................................... 276

    Promesse et pardon ................................................................................................................ 280

    La nouveauté de l’action : miracles transgressions et révolutions ......................................... 283

    Valeurs dans l’action ............................................................................................................... 299

  • ix

    Miracles humains .................................................................................................................... 304

    L’action hors du politique ....................................................................................................... 308

    Sens commun et jugement ..................................................................................................... 312

    Chapitre 9. La pensée, le regard de Pénélope ..................................................................... 323

    Sens et vérité ........................................................................................................................... 324

    Objets de la pensée ................................................................................................................. 325

    La pensée n’est pas le raisonnement déductif ....................................................................... 327

    La pensée n’est pas productrice de nouveauté ...................................................................... 329

    La pensée ne produit pas de nouvelles valeurs ...................................................................... 332

    Reconnaître et nommer la nouveauté .................................................................................... 333

    Penser l’événement ................................................................................................................ 335

    Voir en nouveauté ................................................................................................................... 337

    Renaître au monde par la pensée ........................................................................................... 341

    Chapitre 10. Le renversement moderne : tout change ........................................................ 343

    De la nouveauté au Nouveau .................................................................................................. 343

    Retour et renversement de la vie active ................................................................................. 344

    Domination et liberté .............................................................................................................. 365

    Réfractions artistiques ............................................................................................................ 374

    Les îlots de monde .................................................................................................................. 387

    Conclusion de la deuxième partie ...................................................................................... 389

    Conclusion ............................................................................................................................ 391

    Bibliographie ........................................................................................................................ 397

  • xi

    À mon père,

    Qui m’a enseigné l’humilité, la gaieté du cœur et la rigueur de la pensée

  • xiii

    Remerciements

    J’aimerais d’abord remercier mes directeurs de recherche, Mme Marie-Andrée Ricard

    et M. Jean-Jacques Wunenburger, pour avoir cru dans ce projet, et pour la patience avec

    laquelle ils m’ont tantôt conseillée, tantôt attendue, dans le difficile parcours de la rédaction.

    Je remercie également le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, ainsi que le

    programme Frontenac, dont les contributions financières ont été essentielles à la réalisation

    de ce projet.

    Cette thèse est le fruit d’un parcours aux longs méandres, et a émergé de plusieurs

    rebondissements personnels et intellectuels. Je dois beaucoup, dans cette aventure, à ceux qui

    m'ont soutenue et entourée.

    Je ne saurais dire combien je dois à mes parents. Papa, combien j’aurais voulu que tu

    puisses lire le fruit de ce travail dont je t’ai souvent parlé, dont tu te faisais curieux, et qui,

    quelque part, porte ta marque. Dans le silence de la pensée, je continuerai de te côtoyer.

    Maman, ton indéfectible confiance est irremplaçable, ta force est un modèle, et j’ai encore

    beaucoup à apprendre de toi. À mon frère et à ma sœur, François et Elisabeth : au-delà des

    liens de sang, nous nous sommes choisis. Votre présence, votre affection, vos rires et vos

    sourires dubitatifs me sont précieux. À toute ma famille : vos encouragements, votre estime

    et votre bienveillance ont fait toute la différence.

    Je souhaite également exprimer ma reconnaissance à tous ceux qui m’ont fait découvrir

    à quel point l’exigence et la bienveillance de l’ami sont un souffle pour la vie et un ferment

    magique pour la pensée. À tous les amis de Lyon, à qui j’ai pu soumettre mes idées lors des

    séminaires, et mes folies lors des pique-niques : mes séjours parmi vous ont été heureux, et

    les échanges réellement enrichissants. Merci aussi à ceux du Québec, proches ou lointains,

    qui m’ont accompagnée dans l’aventure. Russ, après de nombreux remous, ta contribution à

    cette thèse est celle de l’ami fidèle et patient, du lecteur minutieux et critique, et de

    l’implacable entraîneur. Nicholas, merci pour l’intérêt que tu portes à mes idées, ainsi que

    pour ton énergie et le courage de ta parole, qui sont pour moi un exemple plus important que

  • xiv

    tu ne le sais. Merci à Felix, ami fidèle et confident généreux, même dans la distance. À

    Nicolas, pour les discussions et ta présence sensible. À Véronique, pour tes attentions et ta

    délicatesse alors que je vivais dans la caverne. À Catherine et Christophe, pour les visites,

    les échanges, philosophiques et autres. À Sylvie et Christian, compagnons de route et de

    réflexion découverts au hasard des traversées. À Jacinthe, pour les rencontres, les doutes et

    les victoires partagées en France et au Québec.

    Enfin, merci Jean. Comment dire en peu de mots la beauté d’un être rare? Je n’aurais

    pu trouver meilleur compagnon pour compléter ce parcours. Tu m’as soutenue à travers le

    désert et la tempête, et tu me donnes mon élan pour les aventures à venir.

  • 1

    Introduction

    « Il est étrange de s’attacher ainsi à la partie périssable des choses, qui est exactement leur qualité

    d’être neuves. »1

    – Paul Valéry

    Dans cette phrase célèbre, Paul Valéry résume ce qui constitue une tendance profonde

    de l’époque moderne, que l’on peut qualifier de néophile. De manière caractéristique dans la

    modernité, notamment dans l’esprit du progrès et dans l’élan de l’industrialisation, le

    nouveau tend à être recherché pour lui-même, et semble, en cela, accéder au statut de valeur.

    Il s’introduit dans les champs non seulement de l’art, dont parle ici Valéry, mais aussi de la

    politique, de la morale, de la connaissance, de la technologie, etc. Là où régnaient le Beau,

    le Bien et le Vrai, voilà que le Nouveau prend une place déterminante. Il devient le critère

    esthétique radicalisant celui d’originalité et supplantant parfois même toute règle esthétique,

    le critère de l’action comme affirmation de la volonté, la marque de l’élargissement de la

    connaissance et de la révélation progressive de la vérité. Il culmine dans l’utopie de la fin de

    l’histoire, nouveauté par excellence. Le nouveau devient « valeur des valeurs ».2 On ne

    saurait en trouver meilleur témoignage que dans ces vers emblématiques de Baudelaire, où

    le poète place emphatiquement le nouveau au-dessus du bien et du mal :

    Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?

    Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau !3

    1 Paul Valéry, Tel Quel (§II).in Œuvres. Tome 2. Coll. « Bibliothèque de La Pléiade ». Jean Hytier (éd.). Paris:

    Gallimard, 1960, p. 478 2 Pierre-André Taguieff. L’Effacement de L'avenir. Paris: Galilée, 2000, p. 121. 3 Charles Baudelaire. « Le voyage », Les Fleurs du mal, in Œuvres complètes. Coll. « Bouquins ». Paris: Robert

    Laffont, 1980, p. 100. – Dans le domaine artistique, on situe généralement avec Baudelaire l’adoption de la

    nouveauté comme mot d’ordre. Cette périodisation du nouveau se trouve chez Antoine Compagnon, dans Les

    Cinq Paradoxes de La Modernité. Paris: Éd. du Seuil, 1990, p. 9. Voir aussi Hans Robert Jauss. « La

    "Modernité" dans la tradition littéraire et la conscience d’aujourd'hui. » In Pour Une Esthétique de La

    Réception. Trad. Claude Maillard. Préf. Jean Starobinski. Paris: Gallimard, 1978, p. 173–229.

  • 2

    Avec Baudelaire le nouveau devient explicitement, et pour soi-même, un mot d’ordre

    qui sera maintes fois répété. Cette « tradition »4 prend racine dans les fondements de la

    modernité mais elle se radicalise au XIXe siècle, et se signale notamment par la

    substantivation de l’adjectif « nouveau ». On cherche désormais « du nouveau » ou « le

    nouveau » pour lui-même, indépendamment de ce dont il serait l’attribut. Le discours

    artistique, à cet égard, est représentatif de son époque, et dépasse largement le domaine

    artistique inspirant la remarque de Valéry citée en exergue.

    Pensons que l’époque néophile annoncée par Baudelaire donnait lieu à la fondation de

    revues comme L’Humanité nouvelle, La société nouvelle, L’Homme nouveau, Les Hommes

    nouveaux, L’Ordine Nuovo, L’Animateur des Temps nouveaux, La Nouvelle Revue

    Française, ou encore le quotidien Neues Deutschland. Les mouvements artistiques et

    politiques font de la nouveauté leur slogan : on assiste à la naissance de l’Art nouveau – du

    moins pour son appellation française, traduite tantôt dans le sens de la jeunesse (Jugendstil)

    et tantôt dans le sens de la liberté (Liberty) –, de l’Esprit nouveau et de la Neue Sachlichkeit

    (Nouvelle Objectivité), sans parler de la proclamation emphatique de la « Religion du

    Nouveau » par les futuristes italiens qui, à plusieurs égards, donnent son élan à l’avant-garde.

    Cette époque est aussi celle de la constitution du mouvement de l’Éducation nouvelle, celle

    aussi de la fondation des Universités nouvelles en France. Plus tard, à partir des années 1950-

    1960, arrivent le Nouveau Réalisme, le Nouveau Roman, la Nouvelle Vague, la Bossa nova,

    le New Age, les nouveaux philosophes, etc.

    Les révolutions modernes, les mouvements fasciste et communiste, cultivent le projet

    de l’Homme Nouveau et de la Femme Nouvelle, où convergent les mouvements artistiques,

    les fantasmes technologiques, les techniques pédagogiques et les projets politiques. À cela

    s’ajoute la systématisation techno-économique de l’innovation, qui fait aujourd’hui l’objet

    d’une pratique généralisée et d’une littérature abondante. La connaissance scientifique

    s’expose de manière systématique à l’imprévisible et à la nouveauté par les techniques

    4 Harold Rosenberg, dans La Tradition du nouveau, analyse différents visages de la recherche de la nouveauté

    au XXe siècle, particulièrement en art et en politique, montrant dans différentes études comment l’exigence du

    nouveau se fixe en méthodes définies, en recettes, à tel point que le rejet de la tradition devant donner lieu au

    nouveau devient, lui-même, sa propre tradition. (Harold Rosenberg. La Tradition du nouveau. Trad. Anne

    Marchand. Paris: Minuit, 1962.)

  • 3

    expérimentales, qui la définissent comme une rationalité capable de recevoir le nouveau et

    de s’y adapter. La connaissance scientifique fait alliance avec la technique pour favoriser

    l’innovation continuelle.

    Le nouveau devient tout aussi bien un thème important dans le domaine de la pensée.

    Le pragmatisme de William James promeut une pensée ouverte soucieuse d’intégrer la

    nouveauté de l’expérience. Les pensées vitalistes de Bergson et de Nietzsche, par exemple,

    font une place centrale à la nouveauté, l’un insistant sur l’imprévisible – en lien avec une

    pensée de la nature qui, autrefois considérée comme la grande répétitrice, apparaît désormais

    comme évolutive et novatrice –, l’autre sur une nouveauté qui joint le retour et la création.

    Cette tendance est suffisamment frappante pour que certains manifestent, au sujet de penseurs

    comme Bergson et James, le soupçon de succomber à leur tour à la néophilie :

    Je ne peux m’empêcher de penser que ces philosophes supposent, de manière vague et absurde,

    que la nouveauté est quelque chose de désirable en soi. Est-il possible qu’ils soient influencés par

    cette soif du changement pour lui-même, de l’excitation, de la sensation et de la surprise, qui est

    apte à consumer les hommes dont la vie est dénuée de buts sérieux, les hommes qui en

    conséquence souffrent d’ennui ? Pour l’homme qui s’ennuie, tout changement apparaît comme

    une bénédiction. Pourquoi ces philosophes entourent-ils le concept de nouveauté d’une auréole ?5

    En somme, les XIXe et XXe siècles mettent en scène une fabuleuse accélération de ces

    processus, et exacerbent l’urgence de la nouveauté. En fait, la variété des domaines dans

    lesquels se manifeste la nouveauté reflète une diversité de sens plus grande encore, mais à

    tout le moins ces discours ont en commun que le terme de « nouveau » y est censé donner un

    ton de bon augure. En même temps, le projet moderne, la foi dans le progrès et l’ambition de

    faire advenir la nouveauté dans l’histoire a tout aussi bien justifié, ou entraîné une vaste

    destruction et les plus atroces violences. À plusieurs égards, le cri de Baudelaire n’annonce

    pas seulement un état d’esprit. Nous sommes bien passés par l’enfer, sur le chemin du

    Nouveau. Sur le plan historique, mais aussi, diront certains, sur le plan artistique, il semble

    que le risque était trop grand pour en valoir la peine. Les espoirs ont changé, on est passé,

    selon certains, au postmoderne. Mais nous continuons d’innover, et pas un jour ne passe sans

    que ce slogan défile sous nos yeux.

    5 W. T. Stace. « Novelty, Indeterminism, and Emergence ». Philosophical Review 48, no. 3 (2009), p. 297. (Les

    passages cités dans la suite sont librement traduits par nous.)

  • 4

    La modernité passe, la nouveauté reste

    Néanmoins, le thème du nouveau est si présent dans les discours sur la modernité qu’on

    est facilement tenté de traiter le nouveau et le moderne comme synonymes ou équivalents.

    Le geste de rupture et de refondation dans lequel se constitue la modernité pointe d’emblée

    vers la nouveauté en un sens fort, où la production ou la découverte de l’inédit est

    historiquement déterminante. La prise de distance avec le passé reste en effet le geste par

    excellence de la modernité. Du rationalisme cartésien à l’irrationalisme d’avant-garde, on

    retrouve, diversement réitéré, ce refus de l’autorité du passé qui favorise la nouveauté par

    principe.

    Pourtant, si ce qu’on appelle la modernité se distingue, à un niveau très général, pour

    avoir érigé le nouveau en principe, il apparaît très clairement que l’histoire et les implications

    du nouveau ne sont pas équivalentes à celles du moderne. Les parcours historiques des deux

    termes suffisent à révéler cette différence. Il faut donc parler plutôt d’une rencontre du

    moderne et du nouveau.

    Indéniablement, la modernité cultive un intérêt spécial pour la nouveauté, et elle en

    produit une abondance incontournable. Néanmoins, H. R. Jauss a raison de souligner le

    caractère illusoire de la prétention moderne à détenir le « privilège de la nouveauté ».6 Toutes

    les époques ont produit et incarné une certaine nouveauté – sans quoi il n’y aurait pas de sens

    à distinguer des époques. L’Antiquité fut source de nouveautés, le berceau, comme on le dit

    souvent, de la civilisation occidentale. L’époque médiévale dominée par le christianisme se

    déroule sous le signe de la vérité révélée du Nouveau Testament. La Renaissance est

    renouveau et invention. La Modernité est nouveauté. Le post-moderne, à son tour, ne peut

    être pensé que comme une nouveauté par rapport à la modernité – ou alors il en fait encore

    partie.

    6 Jauss considère comme « illusoire la prétention qu’implique le concept de modernité – celle que le temps

    présent, la génération actuelle ou bien notre époque aurait le privilège de la nouveauté et pourrait donc

    s’affirmer en progrès sur le passé. » (Jauss, p. 174.)

  • 5

    De même, l’engouement pour la nouveauté n’est pas un phénomène strictement

    moderne. Tite-Live, dans l’Histoire romaine, évoque « La multitude, avide de nouveauté »7.

    Euripide fait dire à Ion : « la nouveauté me rend toujours agréable à des hôtes nouveaux ».8

    Aristophane, dans L’Assemblée des femmes, intègre un échange aux accents étonnamment

    familiers pour les modernes que nous sommes, alors que Praxagora s’inquiète de l’accueil

    qui sera fait à son discours dans l’assemblée : « Sûrement, j’enseignerai des choses utiles,

    c’est là ma conviction. Quant aux spectateurs, je me demande s’ils voudront tailler du

    nouveau et ne pas trop se confiner dans les vieilles coutumes; c’est là ma plus grande peur. »,

    son mari Blépyros lui répond : « Pour ce qui est de tailler du nouveau, tranquillise-toi : faire

    cela, au mépris des vieilles coutumes, c’est la règle unique chez nous ».9 En somme, l’étroite

    alliance qui a lié pendant des siècles la nouveauté à la modernité ne doit pas nous faire oublier

    que celles-ci ne sont pas simplement des notions équivalentes – et contrairement au terme de

    moderne, les racines du nouveau ressortent jusque dans les langues les plus anciennes. Le

    nouveau excède le moderne, y compris comme objet de partis pris et de jugements de valeur.

    En même temps, plusieurs constatent aujourd’hui le déclin de ce qui a été « l’idole »

    du nouveau. Ce constat est celui d’une certaine postmodernité, qui constate le déclin des

    mythes du progrès, et de la fin de l’histoire, soit d’une histoire dirigée vers l’avènement

    décisif de la nouveauté globale et ultime : un monde nouveau, un homme nouveau, l’utopie

    réalisée. Selon Pierre-André Taguieff, l’engouement qui persiste aujourd’hui pour la

    nouveauté est le résidu de l’idée de progrès qui, en quelque sorte, ne meurt pas à la même

    vitesse dans tous les milieux :

    L’ultime contenu du "progrès", son contenu résiduel, c’est le culte du nouveau, du dernier venu,

    du plus "avancé", du plus "en avance", du plus "innovant", figures de ce qui est toujours exalté

    comme "moderne" dans le langage politico-publicitaire contemporain. La valeur de l’élément

    7 En latin : « multitudo avida novandi res Antiochi tota erat, et ne admittendos quidem in concilium Romanos

    censebant… » Tite-Live, Histoire romaine, Tome XXV. trad. Richard Adam. Paris: Les Belles Lettres, 2004,

    p. 50. (Livre XXXV, chap. XXXIII) 8 La phrase complète est : « En adressant des prières aux dieux, ou en m’entretenant avec les mortels, je sers

    les heureux et non ceux qui gémissent. Quand les uns se retirent, d’autres étrangers les remplacent ; la nouveauté

    me rend toujours agréable à des hôtes nouveaux […]. » Euripide. Ion in Tragédies d’Euripide. Trad. Nicolas-

    Louis Artaud. Paris: Firmin-Didot, 1886, p. 348. (En grec : « θεῶν δ᾽ ἐν εὐχαῖς ἢ γόοισιν ἦ βροτῶν, ὑπηρετῶν

    χαίρουσιν, οὐ γοωμένοις. καὶ τοὺς μὲν ἐξέπεμπον, οἳ δ᾽ ἧκον ξένοι, ὥσθ᾽ ἡδὺς αἰεὶ καινὸς ἐν καινοῖσιν ἦ. ») 9 Aristophane, L’Assemblée des femmes. in Théâtre Complet, vol. II. trad. Marc-Jean Alfonsi. Paris: Garnier-

    Flammarion, 1966, p. 330. (Le texte de Blépyros en grec est : « περὶ μὲν τοίνυν τοῦ καινοτομεῖν μὴ δείσῃς:

    τοῦτο γὰρ ἡμῖν δρᾶν ἀντ᾽ ἄλλης ἀρχῆς ἐστιν, τῶν δ᾽ ἀρχαίων ἀμελῆσαι. »)

    http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=multitudo&la=la&can=multitudo0http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=avida&la=la&can=avida0&prior=multitudohttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=novandi&la=la&can=novandi0&prior=avidahttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=res&la=la&can=res0&prior=novandihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=Antiochi&la=la&can=antiochi0&prior=reshttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tota&la=la&can=tota0&prior=Antiochihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=erat&la=la&can=erat0&prior=totahttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=et&la=la&can=et0&prior=erathttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ne&la=la&can=ne0&prior=ethttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=admittendos&la=la&can=admittendos0&prior=nehttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=quidem&la=la&can=quidem0&prior=admittendoshttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=in&la=la&can=in0&prior=quidemhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=concilium&la=la&can=concilium0&prior=inhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=Romanos&la=la&can=romanos0&prior=conciliumhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=censebant&la=la&can=censebant0&prior=Romanoshttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=qew%3Dn&la=greek&can=qew%3Dn0&prior=kaki/osinhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=d%27&la=greek&can=d%274&prior=qew=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=e%29n&la=greek&can=e%29n1&prior=d'http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=eu%29xai%3Ds&la=greek&can=eu%29xai%3Ds0&prior=e)nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%29%5C&la=greek&can=h%29%5C3&prior=eu)xai=shttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=go%2Foisin&la=greek&can=go%2Foisin0&prior=h)/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%29%3D&la=greek&can=h%29%3D0&prior=go/oisinhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=brotw%3Dn&la=greek&can=brotw%3Dn0&prior=h)=http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=u%28phretw%3Dn&la=greek&can=u%28phretw%3Dn0&prior=brotw=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=xai%2Frousin&la=greek&can=xai%2Frousin0&prior=u(phretw=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ou%29&la=greek&can=ou%292&prior=xai/rousinhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=gowme%2Fnois&la=greek&can=gowme%2Fnois0&prior=ou)http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=kai%5C&la=greek&can=kai%5C1&prior=gowme/noishttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tou%5Cs&la=greek&can=tou%5Cs1&prior=kai/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=me%5Cn&la=greek&can=me%5Cn4&prior=tou/shttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=e%29ce%2Fpempon&la=greek&can=e%29ce%2Fpempon0&prior=me/nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=oi%28%5C&la=greek&can=oi%28%5C0&prior=e)ce/pemponhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=d%27&la=greek&can=d%275&prior=oi(/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%28%3Dkon&la=greek&can=h%28%3Dkon0&prior=d'http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ce%2Fnoi&la=greek&can=ce%2Fnoi0&prior=h(=konhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=w%28%2Fsq%27&la=greek&can=w%28%2Fsq%270&prior=ce/noihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%28du%5Cs&la=greek&can=h%28du%5Cs0&prior=w(/sq'http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ai%29ei%5C&la=greek&can=ai%29ei%5C0&prior=h(du/shttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=kaino%5Cs&la=greek&can=kaino%5Cs0&prior=ai)ei/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=e%29n&la=greek&can=e%29n2&prior=kaino/shttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=kainoi%3Dsin&la=greek&can=kainoi%3Dsin0&prior=e)nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%29%3D&la=greek&can=h%29%3D1&prior=kainoi=sinhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=peri%5C&la=greek&can=peri%5C0&prior=*ble/puroshttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=me%5Cn&la=greek&can=me%5Cn1&prior=peri/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=toi%2Fnun&la=greek&can=toi%2Fnun0&prior=me/nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tou%3D&la=greek&can=tou%3D0&prior=toi/nunhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=kainotomei%3Dn&la=greek&can=kainotomei%3Dn1&prior=tou=http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=mh%5C&la=greek&can=mh%5C1&prior=kainotomei=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=dei%2Fsh%7Cs&la=greek&can=dei%2Fsh%7Cs0&prior=mh/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tou%3Dto&la=greek&can=tou%3Dto0&prior=dei/sh|shttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ga%5Cr&la=greek&can=ga%5Cr0&prior=tou=tohttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%28mi%3Dn&la=greek&can=h%28mi%3Dn0&prior=ga/rhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=dra%3Dn&la=greek&can=dra%3Dn0&prior=h(mi=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=a%29nt%27&la=greek&can=a%29nt%270&prior=dra=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=a%29%2Fllhs&la=greek&can=a%29%2Fllhs0&prior=a)nt'http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=a%29rxh%3Ds&la=greek&can=a%29rxh%3Ds0&prior=a)/llhshttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=e%29stin&la=greek&can=e%29stin0&prior=a)rxh=shttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tw%3Dn&la=greek&can=tw%3Dn0&prior=e)stinhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=d%27&la=greek&can=d%270&prior=tw=nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=a%29rxai%2Fwn&la=greek&can=a%29rxai%2Fwn0&prior=d'http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=a%29melh%3Dsai&la=greek&can=a%29melh%3Dsai0&prior=a)rxai/wn

  • 6

    "moderne" ne s’est pas effacée dans l’imaginaire social ni dans ses exploitations

    communicationnelles. […] Paradoxe : le "moderne" s’invoque comme un argument de

    persuasion, de promotion ou de vente à l’époque où la modernité devenue objet historique et

    thème philosophique, est désormais chose du passé.10

    La valorisation actuelle de la nouveauté peut apparaître comme la version édulcorée

    d’une foi dans le caractère mélioratif de l’innovation, dépouillée d’une véritable conviction

    dans l’orientation téléologique de l’histoire. Les événements politiques du XXe siècle, le

    totalitarisme et les camps de concentration, ont broyé la foi dans le progrès de l’histoire et le

    pouvoir de la raison. Sans doute faut-il se réjouir, en fin de compte, de la perte d’une certaine

    naïveté quant aux promesses du nouveau.

    Mais il faut reconnaître que l’attrait du nouveau tient aussi à la promesse d’une

    excitation, dont la poursuite se passe très bien de toute adhésion au progrès. Autrement dit,

    ce dernier n’est pas le seul parent de la néophilie moderne. Celle-ci hérite aussi de l’esprit de

    révolte, d’un juvénilisme plus anarchique représenté notamment par les premières avant-

    gardes artistiques du début du siècle. Tomás Straus relève la manière dont la société s’est

    graduellement emparée des thèmes développés par les avant-gardes :

    Cette attitude de révolte, encore assez exceptionnelle il y a un demi-siècle, puisque représentée,

    à cette époque, par seulement quelques artistes d’avant-garde et par les révolutionnaires

    politiques professionnels, cette attitude a maintenant cessé d’être en marge de la société et se

    trouve actuellement à son centre. Dans toutes les parties du monde tout homme voulant réussir

    dans la politique aussi bien que dans le commerce des pâtes dentifrices, ou plaire à une jolie fille,

    se doit de prendre la figure non plus d’un sage vieillard, conservateur des valeurs reconnues, mais

    celle d’un novateur frais émoulu, qui abhorre toute tradition. C’est toute la société qui a cru devoir

    prendre le visage du jeune homme optimiste qui a fait table rase des conventions et des idées

    reçues. Quelques décennies seulement nous séparent de l’époque où les jeunes s’efforçaient de

    paraître adultes et mûrs au plus tôt, alors que nos adultes font au contraire tout pour rester de

    jeunes hommes le plus longtemps possible ! C’est toute la société qui a pris, des mains des artistes,

    l’étendard du mépris du passé.11

    Sans doute, là aussi, un certain épuisement est constaté, particulièrement depuis les

    années 1960, où la quête artistique du nouveau pour le nouveau fait sentir un inévitable

    essoufflement. La perpétuelle recherche de la surprise et de l’originalité tombe dans la

    routine, en même temps qu’est ébranlée une idéologie, une espérance dont la nouveauté

    devait être l’annonce. Pourtant, nous continuons d’innover, et l’accent mis sur l’innovation

    10 Taguieff, L’Effacement de l’avenir, p. 118-119. 11 Tomás Straus, « L’art et sa fonction d’anticipation », cité dans Giovanni Lista (éd.). Futurisme : Manifestes,

    Proclamations, Documents. Lausanne: L’Âge d'homme, 1973, p. 78-79.

  • 7

    dans les pratiques artistiques, institutionnelles, entrepreneuriales, politiques et même

    académiques, suggère que l’horizon de la nouveauté demeure beaucoup plus qu’un simple

    slogan publicitaire, et qu’en renonçant au progrès, nous ne sortons pas pour autant du

    nouveau. La société actuelle continue d’être attachée à une certaine idée de la nouveauté

    s’imposant comme critère et exigence. Le contenu de cette idée est déterminé notamment par

    une organisation générale de la société et d’une industrie animées par une dynamique

    concurrentielle qui pousse à l’innovation continuelle. Pour l’entreprise moderne, comme

    pour l’artiste d’avant-garde, et même pour le chercheur, le choix est simple : la nouveauté ou

    la mort.

    Gilles Lipovetsky, pour sa part, décrit le Nouveau comme une valeur culturelle

    puissante dans le monde contemporain, opérant de manière très visible dans le phénomène

    de la mode. Il souligne que la notion de nouveauté n’y est pas seulement un élément descriptif

    concernant le passage des modes, mais y est une catégorie opérante en elle-même, en fonction

    de son attrait propre :

    Surtout, comment ne pas insister sur ce qui, dans l’empire de la mode, revient à la puissance

    culturelle du Nouveau. La concurrence des classes est peu de chose comparée aux effets de cette

    signification sociale impulsant d’elle-même le goût du différent, précipitant l’ennui du répétitif,

    faisant aimer et désirer quasiment a priori ce qui change. L’obsolescence « dirigée » des produits

    industriels n’est pas le simple résultat de la technostructure capitaliste, elle s’est greffée sur une

    société acquise, en très grande partie, aux frissons incomparables du neuf. À la racine de la

    demande de mode, il y a de moins en moins l’impératif de se démarquer socialement et de plus

    en plus la soif du Nouveau.12

    L’auteur explique la puissance sociale du nouveau en lien avec l’individualisme

    moderne. Le nouveau apparaît comme une occasion pour l’individu d’exercer sa liberté de

    choix, et de tenter, chaque fois, une « petite aventure du Moi ».13 La « multitude avide de

    nouveautés », dont parlait Tite-Live, trouve de nouvelles justifications.

    ***

    Ce portrait n’a rien d’exhaustif, mais suffit à montrer que, à beaucoup d’égards, le

    diagnostic de néophilie reste valide. L’attachement à la nouveauté continue de s’imposer

    12 Gilles Lipovetsky. L’Empire de L'éphémère. Folio/Essais. Paris: Gallimard, 1987, p. 215. 13 Ibid., p. 217.

  • 8

    dans la plupart des domaines de l’activité humaine, où elle s’est immiscée au cours des deux

    derniers siècles. À tel point que la chose ne présente plus, pour nous, l’étrangeté qu’elle avait

    pour Valéry. Et même si la quête de la nouveauté s’est transformée au fil des décennies –

    allant de la foi dans le progrès historique aux pratiques novatrices non totalisantes mais

    systématiques de l’industrie – l’omniprésence du nouveau est devenue, paradoxalement,

    habituelle. Tout est mouvement, tout est nouveauté. La stabilité du monde et des institutions

    a fait place à des organisations dynamiques qui se maintiennent par la systématisation des

    pratiques innovantes. La nouveauté s’impose dans un monde radicalement sécularisé et

    temporalisé, où les valeurs ne sont plus organisées verticalement selon la hiérarchie

    déterminant le supérieur et l’inférieur, mais selon une hiérarchie horizontale, fondée dans le

    devenir et par le devenir, où le meilleur se situe à la tête du peloton, à la pointe du temps.

    Le fait est que, même si l’on sort de la modernité, on ne sort pas de la nouveauté. Cela

    est souligné avec justesse par Boris Groys, qui observe en considérant le domaine de la

    culture que toute sortie du nouveau serait elle-même une nouveauté : « Le nouveau est

    inéluctable, inévitable, indispensable. Il n’existe aucune voie qui conduise hors du nouveau,

    car une telle voie serait elle-même nouvelle. Il n’existe aucune possibilité d’enfreindre les

    règles du nouveau, car une telle infraction est précisément ce qu’exigent les

    règles. » Autrement dit, même le renoncement à la recherche du nouveau, et le retournement

    dans une position résolument conservatrice, continuerait d’arriver comme une nouveauté par

    rapport à ce qui précède – le préfixe post- étant la manière de désigner cette nouveauté. Groys

    poursuit : « En ce sens, l’exigence d’innovation est, si l’on veut, la seule réalité qui soit

    exprimée dans la culture. Car par "réalité", on entend l’inéluctable, l’inévitable,

    l’indispensable. Dans la mesure où elle est indispensable, l’innovation est réalité ».14

    14 Boris Groys. Du Nouveau: Essai D’économie Culturelle. trad. Jean Mouchard. Nîmes: Jacqueline Chambon,

    1995, p. 10. Nous traiterons plus loin de cette position. - Ce paradoxe est souligné, d’une autre manière, par

    Gianni Vattimo, qui souligne la difficulté relative à la notion du post-moderne : « celle de discerner dans les

    conditions – d’existence, de pensée – se réclamant du post-moderne, un tournant authentique par rapport aux

    traits généraux de la modernité. La pure et simple conscience – ou la prétention – de représenter une nouveauté

    dans l’histoire, ainsi qu’une figure de plus dans la phénoménologie de l’esprit, ne pourrait en fait que situer le

    post-moderne dans le droit-fil de la modernité où dominent les catégories de nouveauté et de dépassement. »

    Cependant Vattimo explique que le post-moderne doit au contraire être compris comme « dissolution de la

    catégorie de nouveau », c’est-à-dire d’une nouveauté qui s’inscrirait dans un parcours historique progressif. Car

    justement, nous soulignerons pour notre part que ce n’est bien que la catégorie du nouveau dans son acception

    progressiste typiquement moderne qui est remise en question, et non l’enjeu et l’importance de la nouveauté en

  • 9

    L’auteur montre, autrement dit, que la culture ne peut pas exister sans innover. Et, en un sens,

    cette position peut être élargie : pour les êtres temporels et mortels que nous sommes,

    l’existence commande nécessairement la nouveauté. Celle-ci ne relève donc pas simplement

    d’un parti pris historique ; elle s’inscrit au cœur de la condition humaine. Outre sa

    survaluation moderne, la nouveauté touche, de manière beaucoup plus profonde, aux

    conditions de l’existence humaine.

    Le nouveau n’est pas simple

    Cependant, cet égard, il y a une chose que la néophilie moderne met en lumière, c’est

    que la nouveauté n’a pas un sens clair et uniforme. La nouveauté relève du pouvoir de la

    raison et est liée au progrès de la connaissance, ou est renvoyée à un antirationalisme

    iconoclaste qui cherche l’exaltation dionysiaque et la libération de l’inconscient. Elle est

    l’imprévisible et le surprenant, ou marque l’horizon prévisible et attendu de l’utopie réalisée.

    Elle relève de l’involontaire ou est au contraire affirmation de la volonté. Elle est tantôt

    jeunesse, tantôt perfection, tantôt inconnu, tantôt vérité, tantôt errance. Elle est le retour à

    l’origine et l’aventure de l’inconnu. Elle marque l’évolution du vivant et se distingue comme

    capacité proprement humaine. L’inédit est courtisé au nom du progrès, qui le légitime

    d’avance. Mais il désigne tout aussi bien l’étrange et le monstrueux, le développement

    accéléré de technologies qui, à force d’innovation, révèlent aussi qu’elles peuvent se

    retourner contre leur auteur.

    Comme le précise très justement Antoine Compagnon au sujet de l’art moderne, le

    nouveau n’est pas simple : « Le nouveau n’est pourtant pas plus simple que le moderne ou la

    modernité : le culte mélancolique que lui vouait Baudelaire paraît très différent de

    l’enthousiasme futuriste des avant-gardes ».15 L’auteur apporte une perspective très juste, en

    ne considérant ni la notion ni le culte du nouveau comme des phénomènes monolithiques.

    général. (Gianni Vattimo. La Fin de la modernité, Essai sur le nihilisme. trad. Charles Alunni. Paris: Éd. du

    Seuil, 1987, p. 10.) 15 Compagnon, p. 9. Ainsi, à même l’aventure des avant-gardes qui dure, au plus, un siècle, Compagnon

    discerne cinq « nébuleuses historiques » correspondant à autant de conceptions de la nouveauté et à autant de

    paradoxes de l’appel moderne à la nouveauté en art. Ce tableau historique, sans être pensé comme une continuité

    logique, trace l’histoire des heurs et malheurs du nouveau en art, qui après une période glorieuse au début du

    XXe siècle, semble avoir été rattrapé par ses propres contradictions. Il ne s’agit donc pas d’une histoire

  • 10

    Inversement, on peut constater aussi que la modernité a donné lieu à un discours

    totalisant de la Nouveauté, interprétée dans le sens de la marche globale de l’histoire, et où

    tout, en fin de compte, doit être nouveau. Le monde entier doit changer, jusqu’à l’homme

    lui-même, qui doit se faire nouveau. Mais de cette globalisation d’une idée du Nouveau qui

    devrait intégrer l’ensemble du devenir ne ressort pas une synthèse, et cela n’est pas

    accompagné d’une clarification substantielle de ses significations, qui plutôt s’y mêlent

    souvent de manière sauvage, y apportent un cortège bigarré de connotations, d’images, de

    concepts et d’implications, tantôt laissés dans une sorte d’inconscient du Nouveau, et

    constituant tantôt le bassin sémantique dans lequel pige à loisir une puissante rhétorique du

    Nouveau qu’il faut pouvoir entendre avec discernement.16 Dans cette perspective, une

    analyse de la notion de nouveauté ne peut conduire à se prononcer simplement pour ou contre

    la nouveauté. Il s’agit plutôt de se demander : quelle nouveauté ?

    Le flou opérant de la nouveauté

    Cela conduit à penser que, dans les excès et les écueils de la nouveauté rencontrés dans

    l’élan moderne, il n’y a peut-être pas simplement le résultat d’une valorisation indue et

    désespérée de ce qui ne « devrait pas » être une valeur, mais l’exaltation d’une idée mal

    comprise, dont le sens serait embrouillé, dissolu ou même atrophié par une surutilisation

    rhétorique débridée. Autrement dit, on a tendance à surestimer l’évidence de la notion de

    nouveauté. En effet, il est tout à fait étonnant qu’une notion aussi présente, aussi influente,

    aussi décisive que celle de « nouveauté », continue pourtant d’être un terme si fuyant, si

    mobile, et que ce qui paraît en général si important continue souvent d’être évoqué comme

    si son sens se passait d’explication, et pouvait être simplement extrapolé du contexte. Il est

    frappant que cette « valeur des valeurs » se révèle souvent être le nom d’un impensé. La

    valorisation moderne et l’omniprésence contemporaine de la nouveauté pose une exigence à

    la pensée : nous ne pouvons nous exempter d’interroger, et de tenter de préciser une notion

    totalisante, qui révélerait par exemple une radicalisation ou une accélération, mais d’une série de moments

    historiques se rejoignant autour de cette notion de nouveauté. Or après tout, s’il vaut la peine de regrouper ces

    « nébuleuses historiques », c’est que les différents paradoxes de la nouveauté n’ont pas en commun que le nom. 16 L’homme nouveau du fascisme, de ce point de vue, est un cas particulièrement intéressant : il se constitue

    dans une adhésion complète aux progrès de la technique, et se veut résolument moderne et tourné vers l’avenir,

    en même temps qu’il se réfère à des modèles tout à fait traditionnels, jusqu’à la promotion d’une réincarnation

    du légionnaire romain. Voir notamment Marie-Anne Matard-Bonucci et Pierre Milza (dir.). L’homme Nouveau

    Dans l'Europe Fasciste, 1922-45. Entre Dictature et Totalitarisme. Paris: Fayard, 2004.

  • 11

    aussi puissante, qui régulièrement se propose comme fin à notre action, et comme nom de

    l’espérance.

    Qui plus est, la polyvalence de cette notion, qui trouve sa place dans à peu près tous les

    contextes et toutes les activités, soulève la question de savoir comment lier les multiples sens

    qu’elle adopte. Sur quelles bases conceptuelles peut-on mettre en rapport, par exemple, la

    nouveauté de la Renaissance avec celle de la Modernité ? Et inversement, comment faut-il

    les distinguer ?

    Nous posons donc ces deux questions : Que veut dire « nouveauté » ? Et y a-t-il quelque

    sens à attribuer une valeur à la nouveauté même ? Cette seconde question se pose à son tour

    de la manière la plus simple : comme le souligne le passage de Valéry cité plus tôt, la

    nouveauté étant par nature un état temporaire des choses, la manière même dont elle peut

    s’imposer comme une valeur fait problème. Ces deux axes d’investigation convergent vers

    la question de l’inscription de la nouveauté dans l’existence humaine : au-delà de la

    fascination qu’elle exerce sur les esprits modernes, quels sont, ultimement, les enjeux de la

    nouveauté dans notre existence ?

    Il importe, notamment, d’établir les bases permettant d’élaborer un discours critique

    sur la néophilie, sans négliger l’importance que conserve par ailleurs la nouveauté pour toute

    activité humaine ; de se prémunir contre les dangers de la nouveauté tout en en préservant

    les promesses, ce qui repose notamment sur le souci de discerner parmi la pluralité de ses

    sens et de ses manifestations. Peut-être s’agit-il, en un sens, de libérer la notion de nouveauté

    de son appropriation moderne, pour renouer avec elle de manière éclairée. Car quoi qu’il en

    soit du modernisme, et même de la passion néophile, la nouveauté ne cessera pas d’être un

    enjeu tant que nous serons humains.

    Il ne s’agit pas du tout d’expliquer l’ensemble des tendances et des phénomènes qui

    apparaissent dans le portrait que nous venons de tracer, un peu pêle-mêle, et qui visait surtout

    à faire état de l’ampleur et la variété propre à la nouveauté. Notre ambition est plus modeste :

    il s’agit essentiellement de prendre un pas de recul pour considérer de quoi il en retourne,

    spécifiquement, dans l’idée de nouveauté.

  • 12

    Car il est aussi nécessaire que difficile de définir la notion de nouveauté. Bien que le

    terme soit on ne peut plus courant et apparaisse dans les contextes les plus divers, il est

    souvent plus évocateur que précis. On tend souvent, comme nous le disions à l’instant, à

    supposer que l’idée de nouveauté se comprend d’elle-même et qu’elle se passe d’explications

    ou d’analyses, à tel point que « nouveau » fonctionne souvent comme un terme passe-partout,

    un chèque en blanc du langage qui recevrait l’essentiel de son contenu du contexte, sans être

    lui-même porteur d’un sens bien défini. Cela n’empêche pourtant pas que l’on applique

    régulièrement des critères implicites, en vertu desquels on valorise, compare ou disqualifie

    des nouveautés : ceci est « absolument nouveau », cela n’est « pas vraiment nouveau », ceci

    « n’est que la dernière nouveauté », etc. Mais selon quels critères peut-on ainsi qualifier et

    hiérarchiser les nouveautés ? Tout débat ou discours sur cette notion qui ne propose pas de

    réponse claire à cette question est ultimement vain.

    Cependant, le vague entourant souvent la notion de nouveauté ne tient pas simplement

    à des manquements dans l’usage. La nouveauté est, de fait, une notion très large, aux

    acceptions multiples, qui varient en fonction des objets, des contextes, des points de vue, des

    dynamiques et des temporalités en jeu. La variété, en effet, est impressionnante : le lexique

    de la nouveauté couvre un terrain sémantique suffisamment vaste pour aller du banal au

    révolutionnaire. Mais ce n’est pas à dire qu’elle échappe à toute définition. Loin de nous

    dispenser d’un effort de rigueur, l’ampleur de son extension implique que la nouveauté ne

    peut être bien comprise qu’en considération de cette polysémie et de cette malléabilité. La

    question qui se pose dès lors est de savoir si la nouveauté porte des sens irréductiblement

    différents, ou si l’ensemble de ses significations converge vers une sorte de foyer, qui

    constituerait aussi le critère minimal de toute nouveauté au regard de l’humain.

    En fait, la solution se trouve quelque part entre ces deux positions. La nouveauté se

    prête effectivement à des interprétations irréductiblement diverses : on ne saurait dire, par

    exemple, que le renouveau et l’innovation soient synonymes. Pourtant, il est chaque fois

    question de nouveauté, et en isolant trop strictement ces différentes significations, on perd de

    vue les liens qui les maintiennent néanmoins dans une certaine parenté, et l’on se prive d’une

    compréhension des circulations et superpositions sémantiques qui, en fait, caractérisent le

  • 13

    plus souvent les manifestations de nouveauté. Il n’est pas rare, par exemple, qu’une

    nouveauté comprise comme originalité ait, par un autre côté, l’effet d’un renouveau.

    Notre position est qu’il est en effet possible, et même nécessaire, de penser de manière

    cohérente les diverses acceptions de la nouveauté. Celles-ci apparaissent certes comme des

    manifestations distinctes, mais elles relèvent d’un champ notionnel commun, où elles

    s’éclairent mutuellement, et où s’exerce une certaine circulation de sens, à la faveur tantôt de

    considérations rationnelles, tantôt de stratégies rhétoriques, tantôt des mouvements de

    l’imaginaire, et tantôt de glissements lexicaux. Or une perspective conceptuelle permettant à

    la fois de distinguer et d’articuler ces différents sens est nécessaire, autant pour saisir le

    complexe mouvant qu’est la nouveauté, que pour éviter et critiquer les glissements douteux

    auxquels elle se prête aussi aisément.

    La nouveauté a plutôt le caractère d’un faisceau notionnel, c’est-à-dire d’un ensemble

    divers et mobile dont la cohésion est de l’ordre d’un « ensemble entremêlé de fils, de voies,

    de lignes, ou encore un nœud ».17 Nous empruntons ici les mots de Gilles Barroux, qui dans

    son ouvrage sur la pensée de la régénération – notion qui s’inscrit d’ailleurs elle-même dans

    le vaste champ de la nouveauté –, approche de cette manière l’extension large et

    pluridisciplinaire qu’a acquise au fil du temps, ce qui apparaît désormais comme un faisceau

    notionnel. Le terme de notion, explique Barroux, indique une unité de sens plus souple, plus

    large et malléable qu’un concept au sens strict, auquel pourrait être appliquée une définition

    fondamentale déterminée et compréhensive. Ainsi, on peut parler d’une notion, ou encore

    d’une idée de la nouveauté. Quant à l’image du faisceau, elle illustre cette manière de

    cohésion entre des orientations sémantiques néanmoins irréductibles les unes aux autres, dans

    laquelle on peut aussi percevoir, comme nous l’avons évoqué, les entrelacs d’un nœud, et

    même, en un sens, la convergence vers un foyer, comme dans le cas d’un faisceau lumineux.

    En effet, dans le domaine de la nouveauté, nous n’avons pas affaire à différentes occurrences

    d’un même principe, ou à différentes catégories appartenant à un même genre. Néanmoins,

    certaines orientations communes aux différentes manifestations de la nouveauté permettent

    à tout le moins de circonscrire quelque chose comme le champ, ou, justement, le faisceau de

    17 Gilles Barroux. Philosophie de La Régénération. Médecine, Biologie, Mythologies. Paris: L’Harmattan, 2009,

    p. 13.

  • 14

    la nouveauté, dont le déploiement pluriel résulterait de sa réfraction à travers le prisme de

    l’humain.

    Nous serons donc aussi amenés à faire ressortir la spécificité de l’expérience humaine

    de la nouveauté. Car s’il s’agit bien, dans un premier temps, de circonscrire le champ

    notionnel général de la nouveauté, c’est bien en tant qu’enjeu humain qu’elle nous intéresse

    au premier chef, et c’est bien par l’homme qu’elle accède à sa pleine signification temporelle.

    Bien sûr, en un sens, la nouveauté concerne l’économie générale du devenir. Elle relève aussi

    bien du mouvement de la vie en général que de celui de l’existence humaine. Ce sont là les

    deux grands domaines par excellence de la nouveauté. Le mouvement vital donne lieu, en

    lui-même, à une variété significative de nouveautés, allant de la régénération à l’émergence

    évolutive.18 Pour une part importante, bien sûr, les mouvements de la vie participent

    nécessairement de l’expérience proprement humaine de la nouveauté. Mais c’est néanmoins

    l’homme qui élève cette dernière à un événement de sens, à une réalité proprement

    temporelle, c’est-à-dire historique.

    Plus encore, pour l’homme, la nouveauté est un enjeu existentiel. Elle n’est pas

    simplement un marqueur de temps, elle s’inscrit dans un temps qui fait problème pour

    l’homme, particulièrement parce que, étant mortel, ce temps lui est compté. Par là, le sens de

    la nouveauté touche directement au problème de la finitude humaine, et l’effort de cerner la

    notion de nouveauté fera aussi apparaître de quelle manière cette nouveauté est un enjeu

    humain, relatif à l’effort de l’homme pour surmonter et dépasser ses limites, pour défier la

    mort.

    Division

    Notre thèse sera divisée en deux parties. La première partie sera consacrée à cette

    question de savoir ce que signifie la notion de nouveauté, ce qui nous conduira à proposer

    que le caractère décisif de la nouveauté n’est pas la radicalité de la rupture, mais la part de

    commencement qui s’y joue. Un critère fonctionnel de la nouveauté pourra ainsi être trouvé

    dans l’idée d’une ouverture de l’avenir. Cette perspective présente trois bénéfices. D’abord,

    18 Cela signifie que la nouveauté se réfracte aussi à travers le prisme du vivant, et produit alors un faisceau

    différent, mais moins complexe, sans doute, que ne le fait l’humain.

  • 15

    elle permet, beaucoup mieux que les notions négatives telles que la rupture et de la différence

    avec le passé, de discerner entre ce que l’on appelle de « vraies » et de « fausses » nouveautés,

    ou des nouveautés « authentiques » ou « superficielles », ainsi que d’établir les conditions

    d’une évaluation de la nouveauté. Ensuite, c’est ainsi que l’on peut véritablement comprendre

    en quoi la nouveauté constitue un enjeu essentiel de l’existence humaine : elle est, dans tous

    les cas, de l’ordre des commencements et des naissances que nous opposons à nos limites et

    à notre mortalité. Enfin, cette perspective permet de donner sens à la polysémie de la

    nouveauté et de mieux comprendre les circulations sémantiques, imaginatives, et réelles qui

    lient ces différentes couches de sens.

    La deuxième partie sera plus spécifiquement consacrée à cette dimension polysémique

    de la nouveauté. Il s’agira de considérer la nouveauté comme enjeu essentiel de l’existence

    humaine, et visera à mettre en lumière le faisceau notionnel de la nouveauté, vue à travers le

    prisme humain. Ce parcours sera mené sous la forme d’un dialogue en plusieurs volets avec

    la pensée de Hannah Arendt. Nous disons bien « dialogue », car il ne s’agit pas, globalement,

    d’une lecture à visée exégétique. Il s’agit plutôt de prendre la pensée d’Arendt pour guide

    dans l’effort de déployer le paysage de la nouveauté dans l’existence humaine – d’une

    manière qui trouve une abondance d’indications dans son œuvre sans que celle-ci y soit

    ultimement consacrée.

    Nous nous appuierons tout particulièrement sur l’analyse et la division de la vita activa,

    qu’Arendt développe dans La Condition de l’homme moderne, et complète, en quelque sorte,

    avec La Vie de l’esprit, pour articuler la pluralité des temps humains et faire apparaître les

    multiples modalités de la nouveauté qui s’y inscrivent. Cela nous permettra de lier la diversité

    des sens de la nouveauté aux paradigmes de l’activité concrète, et de poser en conséquence

    la question de la valeur. Car si l’attribution d’une valeur à la nouveauté en elle-même est

    souvent problématique, il est plus clair encore qu’on ne peut parler d’une valeur de la

    nouveauté en général.

  • 17

    PREMIERE PARTIE. Qu’est-ce que la nouveauté ?

    Introduction

    On ne peut cerner la notion de nouveauté sans prendre la mesure de son contenu

    radicalement polysémique. C’est avec celui-ci en tête que nous pouvons poser la question de

    savoir ce qui non pas réduit, certes, mais fédère ces sens multiples autour de ce vocable

    unique.

    On convient assez aisément, bien sûr, que la nouveauté est un marqueur de temps,

    relatif en général à ce qui est récent. Le plus souvent, et à plus forte raison dans le contexte

    moderne, elle est identifiée en premier lieu sur la base d’un rapport différentiel au passé : est

    nouveau ce qui diffère de l’antérieur, ce qui n’existait pas dans le passé, proche ou lointain,

    ou même dans le passé pris globalement. En effet, dès lors que l’on intègre la possibilité de

    définir diversement cette différence et ce passé, tout cas de nouveauté semble bien pouvoir

    trouver sa place dans une telle caractérisation générale. La nouveauté est l’inédit, le jamais-

    vu, l’imprévisible, la rupture, et s’il faut la considérer dans la perspective cyclique d’un

    renouveau, elle relève encore de la mise à l’écart d’un passé proche dans le but de renouer

    avec un passé plus lointain et plus glorieux. Pourtant, et ce dernier cas le signale déjà, il

    s’avère que la question du rapport au passé est largement insuffisante pour saisir ce qui se

    joue lorsqu’il est question de nouveauté.

    Contrairement à la tendance à l’honneur dans la volonté moderne de rupture, consistant

    à mesurer et à évaluer la nouveauté en fonction de la radicalité de la rupture accomplie, nous

    voulons insister sur le fait que la nouveauté réside avant tout dans l’ouverture d’avenir qu’elle

    réalise. Ici seulement apparaissent le sens ultime du nouveau, autant comme renouveau que

    comme innovation : la nouveauté arrive comme un élargissement ou une reconfiguration de

    l’avenir, confirmé par l’autorité du mythe ou se présentant comme un territoire à explorer –

    toute la question étant bien, ici, de savoir quel avenir. Autrement dit, toute nouveauté est

    aussi, et avant tout, de l’ordre d’un commencement. Cela consiste, concrètement, en une

    introduction de puissance dans une entité donnée : toute nouveauté est, à une certaine échelle,

  • 18

    vitalisation, potentialisation, virtualisation. Il en ressort notamment que, dès lors que l’on ne

    vit pas dans un univers radicalement cyclique, le sens et l’importance d’une nouveauté ne

    peuvent apparaître vraiment dans le seul moment de son avènement : celle-ci se révèle

    pleinement, pour le meilleur ou pour le pire, au fil du temps, au fil de ce devenir qui

    commence avec elle. Ces considérations, toutefois, ne prennent véritablement leur sens que

    lorsqu’elles sont articulées en relation avec les sens divers de la nouveauté et de leurs sens

    spécifiques.

    Dans ce qui suit, nous commencerons par esquisser, à travers des considérations

    sémantiques, historiques et analytiques, comment la notion de nouveauté prend le caractère

    d’un nœud sémantique aux sens multiples mais entrelacés. Notre objectif n’est pas de prendre

    pour point de départ l’équivalence désormais traditionnelle entre nouveauté et modernité,

    mais de considérer les circulations propres au champ sémantique de la nouveauté, au-delà de

    ses acceptions strictement modernes. Or ce premier parcours fera ressortir la double

    détermination générale commune à toute nouveauté, qui se définit à la fois négativement,

    comme différence ou même rupture avec un certain passé, et positivement, comme

    augmentation de puissance et ouverture d’avenir. Nous aborderons donc ensuite la nouveauté

    sous ces deux angles de son inscription temporelle. Il s’agira de définir la nouveauté, de

    manière certes non à en épuiser les sens, mais à établir un certain nombre de clarifications

    nécessaires concernant le sens ainsi que les limites de cette notion qu’il s’agira, en somme,

    de baliser. Un tel balisage, en effet, impose sa nécessité particulièrement en raison de la

    surdétermination et de la surutilisation modernes de cette notion dont les sens propres et les

    rhétoriques emphatiques sont souvent entremêlées.

  • 19

    Chapitre 1. Nouveauté, nouveautés : les métamorphoses de Janus

    Considérons d’abord l’étendue sémantique que couvre la nouveauté dans l’usage, afin

    de prendre la mesure de cette polysémie. Cela nous permettra d’entendre ce que dit la

    nouveauté, avant de chercher à dire ce qu’elle est. En somme, que cherche-t-on généralement

    à dire lorsqu’on recourt à ce terme à la fois fort et banal de « nouveau » ? Le terme est si

    répandu et si ancien qu’il n’est pas envisageable d’en proposer un recensement à proprement

    parler. Afin, néanmoins, de cerner les contours et les principales déterminations de cette

    notion, nous procéderons d’abord à trois exercices, qui traceront autant de chemins dans le

    champ de la nouveauté.

    Le premier exercice sera d’ordre linguistique : nous y considérerons brièvement

    l’étymologie et la constitution du vocabulaire de la nouveauté. Le second exercice se

    concentrera sur la pluralité des sens et connotations de l’élément de nouveauté dans un même

    cas, soit celui du Nouveau Monde, qui nous permettra d’apercevoir plus concrètement la

    variété et la circulation des sens de la nouveauté. Le troisième, enfin, consistera à approcher

    la notion de nouveauté de manière analytique. Ce parcours initial fera ressortir le fait que le

    complexe sémantique de la nouveauté se laisse lier, de manière très générale, en fonction

    d’un rapport de différence avec le passé, et d’un élément de puissance d’avenir.

    Exercice linguistique : étymologie et lexicographie

    La notion de nouveauté n’a elle-même rien de nouveau. Le vocabulaire du nouveau

    dérive de racines anciennes qui sont, depuis les origines, associées aux principaux sens qu’on

    lui prête aujourd’hui, allant du jeune à l’extraordinaire, en passant par le simple ajout. La

    nouveauté est d’emblée de l’ordre d’un positionnement temporel, elle est liée à ce qui est

    récent, soit ce qui s’est récemment produit ou qui est d’apparition récente. De ce point de

    vue, l’étymologie ne révèle pas tellement de significations oubliées ou de parentés

    improbables. Néanmoins, elle permet de prendre en vue les différents sens dont se charge la

    nouveauté, et d’apercevoir la manière dont cette idée prend forme, à travers les oscillations,

    les échanges sémantiques et lexicaux, ainsi que les appropriations et contaminations, et ainsi

    d’esquisser un parcours qui mette en lumière ses principaux axes sémantiques.

  • 20

    Étymologie

    On peut ainsi remonter jusqu’à la racine indo-européenne neu ̯os, que l’on retrouve

    notamment dans le sanskrit nava, désignant ce qui est nouveau, frais, récent, jeune. Cette

    racine est parente de nū ̆-, qui veut dire « maintenant » (comme dans le grec ancien νῦν, ou

    l’allemand nun),19 par quoi on reconnaît une proximité entre le récent et l’actuel. Le sanskrit

    nutana signifie ce qui est actuel, ce qui concerne le présent ou l’aujourd’hui, ainsi que ce qui

    est nouveau, jeune, récent, mais aussi l’étrange et l’inhabituel. Nous reconnaissons d’emblée

    des orientations aujourd’hui familières de la nouveauté, mais aucune ne ressort comme une

    catégorie dominante ou une racine première. L’actuel, le jeune, et l’inhabituel, partagent un

    « air de famille »20 plus ou moins marqué avec l’idée générale du récent, sans toutefois se

    présenter comme un tout homogène.

    Au regard de cette diversité sémantique, l’héritage grec est particulièrement

    intéressant, puisque les différents sens que nous concentrons aujourd’hui dans le terme de

    nouveauté y sont autrement inscrits dans la langue. Ainsi, l’adjectif νέος exprime le jeune, le

    récent, de même que l’étrange et l’inattendu, ou en général le changement, petit ou grand.

    Étant positivement ou négativement connoté selon le contexte, il peut aussi bien évoquer la

    jeunesse et la fraîcheur qu’un récent malheur. Le mot a donc un sens assez large, mais il

    désigne souvent ce qui est jeune, particulièrement en parlant de personnes, comme on le voit

    dans les formes substantivées telles que οἱ νέοι, qui signifie « les jeunes », et νέοτης, qui

    désigne la jeunesse, et par suite la « fougue ou témérité de la jeunesse ». Pierre Chantraine,

    dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, explique à ce sujet que νέος fait

    plus de place à la dimension de la jeunesse que ne le font les mots de la même racine dans

    les autres langues, le grec ne disposant pas par ailleurs d’un équivalent du latin juvenis

    (jeune).21

    19 Julius Pokorny. Indogermanisches Etymologisches Wörterbuch. Bern; München: Francke, 1959, p. 769 ;

    Pierre Chantraine. Dictionnaire étymologique de la langue grecque : histoire des mots. Tome III. Paris:

    Klincksieck, 1974, p. 746. 20 Nous faisons ici référence à la notion wittgensteinienne désignant des rapports de ressemblance entre des

    éléments qui demeurent pourtant irréductibles à une véritable unité conceptuelle ou réelle. 21 Chantraine, Tome III, p. 745.

  • 21

    Or la notion du nouveau telle que nous la connaissons n’hérite pas uniquement de νέος.

    Elle puise aussi dans la notion grecque de καινός, signifiant « nouveau, nouvellement

    inventé, qui innove, inattendu », ou encore « étrange, extraordinaire ».22 Le terme recoupe à

    certains égards le sens de νέος : les deux mots peuvent prendre le sens de l’inattendu ou de

    l’extraordinaire et ainsi s’appliquer à l’invention ou à l’initiative, et les révolutions politiques,

    par exemple, sont tour à tour désignées par l’un et l’autre terme.23 Une différence importante

    les sépare cependant, du fait que seul νέος désigne la jeunesse et s’applique à des êtres

    vivants, et que καινός s’applique beaucoup plus spécifiquement à l’ordre des « premières

    fois ».24 Les formes verbales marquent assez clairement cette distinction. Ainsi νεόω a le

    sens de « renouveler » alors que καινόω signifie « créer du nouveau, inventer, innover » ou

    « inaugurer ».25 Le καινός s’oppose le plus souvent au παλαιός, terme général désignant

    l’ancien, ce qui existe de longue date, qui remonte à autrefois, ou encore le vieux, en parlant

    de personnes âgées, de choses désuètes, ou encore de vins. Ceci étant dit, les distinctions ne

    sont pas parfaitement tranchées, et ces termes sont ailleurs mis en rapport avec le νέος, qui

    est parfois l’opposé du παλαιός, un usage que Chantraine repère notamment chez Homère.26

    Le νέος s’oppose plus naturellement au γῆρας, qui désigne le vieux, ce qui concerne le

    vieillard, et au γέρων, terme proche indiquant la part d’honneur réservée aux aînés, ce qui

    s’oppose aussi à l’impétuosité des νέοι. Il s’oppose aussi à l’ἀρχαῖος, désignant l’archaïque

    ou le primitif.

    Le caractère distinct de καινός apparaît toutefois clairement dans certains cas

    exemplaires. Ainsi, dans l’Apologie de Socrate de Platon, Socrate affirme qu’on l’accuse de

    créer des divinités nouvelles à la place des anciennes, celles-ci étant respectivement

    22 Anatole Bailly. Dictionnaire grec-français. Paris: Hachette, 1901, p. 450. 23 Par exemple, dans ce passage d’Hérodote, le terme de nouveauté a un sens péjoratif :

    « εἰ δέ τις τοὶ ὄψις ἀπαγγέλλει παῖδα τὸν ἐμὸν νεώτερα βουλεύειν περὶ σέο, ἐγώ τοι παραδίδωμι

    χρᾶσθαι αὐτῷ τοῦτο ὅ τι σὺ βούλεαι ». Ici, le mot « νεώτερα » prend un sens péjoratif, et désigne une

    conspiration ou une révolution redoutée. (Histoires, livre 1, chap. 210.) 24 Chantraine, notamment, précise que καινός est « franchement distinct de νέος qui peut se dire d’êtres vivants

    et signifier "jeune" ». (Chantraine, Tome II, p. 479.) 25 Assez proche, le verbe καινίζω signifie « faire une chose pour la première fois, innover, inaugurer » ou « faire

    quelque chose de nouveau, d’inusité, d’étrange ». (Bailly, p. 450.) On a aussi le composé καινοτομέω,

    initialement relatif au creusage des mines, qui signifie « ouvrir une nouvelle voie », d’où dérive le sens de

    « inventer, innover », et par abstraction est aussi appliqué au fait d’innover dans l’État, de faire une révolution

    politique. (Chantraine, Tome II, p. 479.) 26 Chantraine, Tome III, p. 851.

    http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ei%29&la=greek&can=ei%290&prior=%5dhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=de%2F&la=greek&can=de%2F0&prior=ei)http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tis&la=greek&can=tis0&prior=de/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=toi%5C&la=greek&can=toi%5C0&prior=tishttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=o%29%2Fyis&la=greek&can=o%29%2Fyis0&prior=toi/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=a%29pagge%2Fllei&la=greek&can=a%29pagge%2Fllei0&prior=o)/yishttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=pai%3Dda&la=greek&can=pai%3Dda0&prior=a)pagge/lleihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=to%5Cn&la=greek&can=to%5Cn0&prior=pai=dahttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=e%29mo%5Cn&la=greek&can=e%29mo%5Cn0&prior=to/nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=new%2Ftera&la=greek&can=new%2Ftera0&prior=e)mo/nhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=bouleu%2Fein&la=greek&can=bouleu%2Fein0&prior=new/terahttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=peri%5C&la=greek&can=peri%5C0&prior=bouleu/einhttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=se%2Fo&la=greek&can=se%2Fo0&prior=peri/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=e%29gw%2F&la=greek&can=e%29gw%2F0&prior=se/ohttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=toi&la=greek&can=toi0&prior=e)gw/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=paradi%2Fdwmi&la=greek&can=paradi%2Fdwmi0&prior=toihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=xra%3Dsqai&la=greek&can=xra%3Dsqai0&prior=paradi/dwmihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=au%29tw%3D%7C&la=greek&can=au%29tw%3D%7C0&prior=xra=sqaihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=tou%3Dto&la=greek&can=tou%3Dto0&prior=au)tw=|http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=o%28%2F&la=greek&can=o%28%2F0&prior=tou=tohttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=ti&la=greek&can=ti0&prior=o(/http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=su%5C&la=greek&can=su%5C0&prior=tihttp://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=bou%2Fleai&la=greek&can=bou%2Fleai0&prior=su/

  • 22

    désignées comme καινά et παλαιά, l’opposition impliquant alors la question de l’ancienneté

    et de la légitimité. Plus encore, le caractère distinct de καινός n’est sans doute nulle part plus

    apparent que dans la dénomination grecque de l’Ancien Testament (Ἡ Παλαιὰ Διαθήκη) et

    du Nouveau Testament (Ἡ Καινὴ Διαθήκη), ou le καινός marque clairement un événement

    décisif, où la nouveauté chrétienne se démarque d’un ordre ancien. Nous remarquons en effet

    que dans ces deux cas, la désignation de la nouveauté implique d’emblée la question des

    valeurs et de la légitimité.

    La distinction entre le νέος et le καινός, sauf dans le cas de quelques termes spécialisés,

    ne se maintient cependant pas dans la lignée latine, qui ne conserve que la racine νεό-.

    Cependant, plusieurs langues modernes expriment par des termes distincts ces différents sens

    que les langues latines concentrent dans le lexique du nouveau. Ainsi, par exemple, le grec

    moderne conserve la racine καινo-, une innovation étant alors appelée καινοτομία, et le russe

    exprime par des mots tout à fait différents ce qui a trait au récent, au moderne, d’une part, et

    ce qui a trait à la jeunesse, à la vitalité et à la fraîcheur d’autre part.27

    Cela fait donc ressortir une distinction entre deux grands « pôles » de la nouveauté : la

    jeunesse, la vitalité d’un côté, et les premières fois de l’autre. Peut-être serait-il souhaitable

    de restaurer dans notre langue de semblables démarcations, qui à tout le moins apparaissent

    indirectement à travers la vaste gamme des termes utilisés comme synonymes de la

    nouveauté. Plus encore, loin d’être parfaitement disparue du vocabulaire, cette polarité s’est

    cristallisée, dans l’usage moderne, à travers les formes verbales préfixées, telles que rénover

    et innover.

    Comme nous l’avons mentionné, une certaine circ