FERMA -Tendances et pratiques de gestion des...

Click here to load reader

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of FERMA -Tendances et pratiques de gestion des...

  • En collaboration avec et QE

    FERMA - Tendances et pratiques de gestion des risquesen Europe - Etude comparative 2010Principaux enseignementsDominique Pageaud - Ernst & YoungRgis Demoulin AXA Corporate Solutions

  • AMRAE - 7 dcembre 20101 En collaboration avec QE

    Prsentation de ltude

    5me dition de ltude FERMA sur la gestion des risques en Europe, ralise tous les deux ans depuis 2002, en collaboration avec Ernst & Young et AXA Corporate Solutions. Une tude mene cette anne dans 16 pays, reprsentant un panel de 782 socits(contre 555 en 2008).

    Les objectifs de cette tude: Analyser lvolution de lenvironnement du risk management en Europe depuis 2008 Dterminer le niveau de maturit des pratiques de risk management dans les entreprises europennes Illustrer le lien entre le degr de complexit des entreprises et leur niveau de maturit de gestion des risques Comprendre le lien entre limportance des risques et le degr dapptence Mettre en exergue les attentes des entreprises vis--vis des socits dassurance

    Oui52%

    Non48%

    Automobile -3% Services

    financiers-10%

    Grande consommation

    - 8%

    Energie- 13%

    Industrie-16%

    Secteurpublic- 3%Medir - 2%

    Sciences de la vie - 4%

    Services - 5%

    Technologies et Telecom -

    7%

    Logistique -6%

    Autres - 23%

    Secteur des entreprises interroges % de socits cotes

    Base:782 socits0

    100

    200

    300

    400

    500

    600

    2002 2004 2006 2008

    460

    269

    49

    555

    2010

    700

    800 782

    Evolution du panel

  • AMRAE - 7 dcembre 20102 En collaboration avec QE

    Prsentation du panel France

    La France reprsente 18% du panel europen, soit 140 socits

    Base:140 socits

    0%

    1%

    1%

    1%

    2%

    2%

    2%

    2%

    2%

    4%

    4%

    4%

    5%

    5%

    5%

    7%

    8%

    11%

    15%

    18%

    0% 5% 10% 15% 20%

    BulgariaRussia

    PortugalCzech Republic

    USATurkeyPolandNorwayFinland

    SpainDenmarkBelgium

    OtherSweden

    ItalySwitzerlandNetherlands

    GermanyUK

    France

    4%10%

    10%

    39%

    17%

    14%

    7% < 99 millions d'Euros

    Entre 100 et 499 millions d'Euros

    Entre 500 et 999 millions d'Euros

    Entre 1 et 10 milliards d'Euros

    Entre 10 et 25 milliards d'Euros

    > 25 milliards d'Euros

    NSP

    Base:782 socits

    Taille des socits franaises interroges

    Fonctions des personnes interroges

    35%

    23%

    42%Directeur des risques / CRO

    Directeur des assurances

    Autres (DG, SG, DAF, DAI)

  • AMRAE - 7 dcembre 20103 En collaboration avec QE

    2.

    3.

    4.

    1.Sommaire

    Analyse du degr de maturit despratiques de gestion des risques

    La gestion des risques : tat des lieux et faits marquants

    Impact de la complexit des entreprises sur la maturit de leurs pratiques de gestion des risques

    La gestion des risques : volution et dfinition du degr dapptence au risque

    Assurance: des attentes qui voluent

    Conclusions

    5.6.

  • La gestion des risques : tat des lieux et faits marquants1.

  • AMRAE - 7 dcembre 20105 En collaboration avec QE

    Cadre rglementaireImpact de la 8me directive sur la politique de gestion des risques des entreprises :une perception encore trs htrogne parmi les socits cotes

    Les impacts de la 8me directive demeurent mal valus ou compris par un nombre significatif de managers en charge des risques ou assurances :

    40% des entreprises cotes interroges nont aucune opinion ou ide concernant limpact de la 8me directive sur leur activit 12% des entreprises cotes interroges considrant que la 8me directive tait sans effet ou non applicable leur organisation

    0%

    5%

    10%

    15%

    20%

    25%

    30%

    35%

    40%

    45%

    Implication croissante du conseil dans l'analyse de l'efficacit du dispositif de gestion des risques

    Dfinition du degr d'apptence/aversion au risque

    Cration ou volution du rle du comit d'audit (ou des risques)

    Impact limit, l'entreprise tait dj en ligne avec les exigences de la nouvelle directive

    Refonte/adaptation des systmes de gestion des risques en place

    Refonte/adaptation de la fonction d'audit interne

    Non applicable mon entreprise

    Sans opinion/ ne sait pas

    40%

    12%

    3%

    11%

    18%

    5%3%

    8%

  • AMRAE - 7 dcembre 20106 En collaboration avec QE

    Standards professionnelsLes standards de rfrence en matire de gestion des risques :plusieurs standards utiliss mais labsence dun vritable standard de rfrence

    Il nexiste pas de vritable standard indiscutable en matire de gestion des risques et de nombreuses entreprises europennes ne font toujours rfrence aucun standard dans leur pratique

    Plusieurs standards de gestion des risques sont utiliss linstar de COSO 2 (30%) ou du modle Ferma/Airmic ou assimil (23%) et le standard ISO 31000 demeure ce stade une rfrence mineure (13%).

    * Question choix multiple

    7%

    11%

    12%

    13%

    30%

    47%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Autre

    FERMA / AIRMIC

    Standards de gestion des risques nationaux

    ISO 31000

    COSO 2

    Aucun

  • AMRAE - 7 dcembre 20107 En collaboration avec QE

    Principaux facteurs externes Si le respect des exigences lgales et rglementaires demeure le principal lment dclencheur de la mise en uvre dun processus de gestion des risques (1/2)

    * Question choix multiple

    Obligations lgales ou rglementaires70%

    Catastrophe naturelle45%

    Demande spcifique des actionnaires

    Responsabilit Sociale dEntreprise

    Pression du march

    39%

    34%

    31%

    Hausse majeure des primes dassurance

    Pression des analystes / agences de notation

    13%

    17%

    A limage de ltude 2008 (Cf page suivante), le respect des exigences lgales et rglementaires demeure le principal lment dclencheur de la mise en uvre dun dispositif de gestion des risques au sein des entreprises.

  • AMRAE - 7 dcembre 20108 En collaboration avec QE

    Principaux facteurs externes cette exigence se double dsormais dune attente grandissante de la part des actionnaires (2/2)

    Les attentes spcifiques des actionnaires figurent dsormais parmi les lments dclencheurs majeurs dune dmarche de gestion des risques au sein des entreprises (compar ltude 2008)

    Si le respect des exigences lgales et rglementaires demeure le principal lment dclencheur de la mise en uvre et du renforcement des processus de gestion des risques au sein des entreprises (70%), la garantie de la robustesse et de lefficacit de lorganisation de ces processus apparait aujourdhui comme une exigence claire et grandissante des actionnaires (hausse de 35% 39% vs tude 2008) qui souhaitent sassurer de latteinte de leurs objectifs oprationnels.A linverse, les impacts lis aux catastrophes naturelles (baisse de 63% 45%) ou une hausse majeur des primes dassurance (baisse de 26% 13%) sinscrivent en forte baisse par rapport aux rsultats de ltude 2008.

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

    Autre

    Hausse majeure des primes d'assurance

    Demande spcif ique des actionnaires

    Pression du march

    Catastrophe naturellle

    Obligations lgales ou rglementaires

    9%

    26%

    35%

    31%

    63%

    71%

    12%

    13%

    39%

    31%

    45%

    70%

    2010

    2008

    * Question choix multiple

  • AMRAE - 7 dcembre 20109 En collaboration avec QE

    Diminuer les pertes oprationnellesIdentif ier et grer les risques transverses d'entrepriseAbaisser le cot du risqueFournir des rponses claires et intgres aux risques interdpendants Aligner degr d'apptence au risque et stratgieLier croissance, risque et retour sur investissementRenforcer la robustesse des hypothses du "business plan"Renforcer la rputation de l'entreprise vis--vis des investisseurs et actionnairesRationaliser les investissements et renforcer la qualit des prvisionsSaisir les opportunitsSans opinion / Ne sait pas

    Objectifs de la gestion des risquesLes attentes du top management concernant les objectifs de la gestion des risques : la permanence des attentes traditionnellestoutefois, un rle croissant accord la gestion des risques comme outil de scurisation de la stratgie retenue

    * Question choix multiple

    15%

    25%

    27%

    29%

    33%

    38%

    53%

    53%

    54%

    Aligner degr dapptence au risque et stratgie : zoom par pays

    Les objectifs assigns la gestion des risques demeurent conservateurs, toutefois, la politique de gestion des risques simposeprogressivement comme un outil cl au service de la scurisation de latteinte des objectifs stratgiques de lentreprise

    Les objectifs assigns la gestion des risques demeurent traditionnels : diminuer les pertes oprationnelles (70%) et identifier/grer les risques transverses (52%).

    Toutefois, les rsultats de ltude soulignent le rle croissant accord la gestion des risques comme outil de scurisation de la stratgie et de latteinte des objectifs de lentreprise (notamment au sein des pays du Nord de lEurope) :

    - En Grande Bretagne, en Belgique et aux Pays Bas, lalignement du degr dapptence au risque avec la stratgie retenue est dsormais considr comme lun desobjectifs majeurs du top management pour plus de 50% des rpondants

    - Par ailleurs, la gestion des risques doit galement permettre de mieux apprhender le lien entre prise de risque et retour sur investissement (36% des rpondants)

    3%

    28%

    29%

    31%

    32%

    36%

    37%

    37%39%

    52%

    70%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Rationalize capital and improve predictability of

    Enhance external reputation with investors and

    Pays

    Pays BasBelgiqueGBSudeFranceEspagneAllemagneSuisseItalie

  • Analyse du degr de maturit despratiques de gestion des risques2.

  • AMRAE - 7 dcembre 201011 En collaboration avec QE

    Gouvernance des risques (1/5) Comit dauditRle du comit daudit et/ou du comit des risques: un primtre dintervention encore trop limit et un mandat clarifier

    16%

    44%

    18%22%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Le rle assign au comit daudit/des risques demeure limit des domaines spcifiques (44%) ou clarifier (16%)

    Pour 44% des personnes interroges, le mandat assign au comit daudit/des risques reste limit une seule des trois missions soulignes dans ltude.

    Par ailleurs, 16% des personnes interroges ne disposent pas dune vision claire du mandat assign au comit daudit / des risques.

    A linverse, le mandat assign au comit daudit/des risques apparat clair et appropri (mandat comprenant au moins 2 des 3 missions soulignes dans ltude) pour 40% des personnes interroges.

    Rle du comit daudit et/ou du comit des risques :

    1) Contrler / assurer la conformit du cadre de gestion des risques avec les standards et les normes

    2) Evaluer lexposition aux risques rsiduels et lefficacit des dispositifs de contrle existants

    3) Raliser une analyse critique de la stratgie de gestion des risques

    Emergent: aucun critre inclusModr: 1 des 3 critre inclusMature: 2 des 3 critres inclusAvanc: tous les critres inclus

    Crtitres danalyse

    Emergent M odr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201012 En collaboration avec QE

    Gouvernance des risques (2/5) Reporting aux comits

    Lactivit gestion des risques est globalement bien intgre dans le reporting effectu auprs des conseils (78%) et le thme de la gestion des risques est gnralement abord a minima une fois par an au sein du conseil dadministration

    Les interactions entre la gestion des risques et les comits : une relation troite et un contact rgulier (1/2)

    7%

    15%

    32%

    46%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Absence de lien avec les comits

    Critres danalyse

    Emergent Modr Mature Avanc

    Le thme de la gestion des risques est aborde lorsque ncessaire (ex : projets ou investissements importants)

    Le thme de la gestion des risques est abord au moins une fois par an

    La gestion des risques est pleinement intgre dans le reportingralis auprs du Conseil dadministration

    Emergent Modr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201013 En collaboration avec QE

    Gouvernance des risques (2/5) Reporting aux comits Zoom France

    Si lactivit de gestion des risques est globalement bien intgre dans le reporting effectu auprs des conseils en France et si le thme de la gestion des risques est gnralement abord a minima une fois par an au sein du conseil dadministration (81%), lintgration pleine et entire de la fonction gestion des risques dans le reporting au conseil dadministration demeure minoritaire en France (35%) et saffiche en retrait par rapport aux meilleures pratiques britanniques (76%) ou allemandes (60%).

    Plus gnralement, Il est intressant de noter que le niveau dinteraction entre la gestion des risques et les comits demeure fortement li au pays dorigine des entreprises concernes :

    - Ainsi, le niveau dinteraction observ apparat sensiblement suprieur dans les pays prsentant un historique significatif en terme de lgislation sur les risques, alinstar de la Grande Bretagne, de la France ou de lAllemagne (pratiques matures ou avances observes > 80%).

    Les interactions entre la gestion des risques et les comits : la France lgrement en retrait par rapport aux meilleures pratiques europennes (2/2)

    Absence de lien avec les comits

    Critres danalyse

    Emergent Modr Mature Avanc

    Le thme de la gestion des risques est aborde lorsque ncessaire (ex : projets ou investissements importants)

    Le thme de la gestion des risques est abord au moins une fois par an

    La gestion des risques est pleinement intgre dans le reportingralis auprs du Conseil dadministration

    76%

    60%

    48%

    45%

    44%

    38%

    35%

    33%

    33%

    15%

    26%

    15%

    30%

    22%

    38%

    46%

    19%

    61%

    7%

    11%

    33%

    25%

    11%

    19%

    15%

    38%

    6%

    4%

    3%

    22%

    5%

    4%

    10%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    A vanc M ature M o dr Emergent

    SuisseItalie

    FranceEspagne

    SudeBelgique

    Pays BasAllemagne

    Grande Bretagne

  • AMRAE - 7 dcembre 201014 En collaboration avec QE

    Gouvernance des risques (3/5) Niveau de rattachement et reporting

    15%

    40%45%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature/Advanced

    % de rponses

    Maturit

    La fonction gestion des risques rend globalement compte de son activit au plus haut niveau de lentreprise (85%), toutefois, le rattachement au directeur financier demeure encore assez largement rpandu (35%) en Europe, notamment au sein de certains pays comme lAllemagne.

    Niveau de rattachement de la gestion des risques : un rattachement au plus haut niveau de lentreprise mais des amliorations encore envisageables

    Critres danalyse

    Rattachement d'autres fonctions ou dpartements

    Emergent Modr Mature / Avanc

    rattachement au directeur financier, au directeur juridique ou au responsable de l'audit interne

    Rattachement au comit d'audit (et de risques), au Conseil d'administration / de surveillance, au PDG / Directeur gnral ou au secrtaire gnral

    M ature/A vancEmergent Modr

  • AMRAE - 7 dcembre 201015 En collaboration avec QE

    Gouvernance des risques (4/5) Coordination avec les autres fonctions risque

    Coordination avec les autres fonctions risque: une meilleure coordination mais toujours incomplte

    16%

    61%

    23%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate/Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Les diffrentes fonctions en charge de la gestion des risques ne travaillent plus en silos, toutefois, leur degr de coordination demeure perfectible Un niveau minimum de coordination existe dsormais entre les diffrentes fonctions en charge de la gestion et du suivi des risques (61%). Toutefois, si les diffrentes fonctions en charge de la gestion des risques ne travaillent dsormais plus en silos (seulement 16% de lchantillon), un niveau lev de coordination entre ces fonctions apparat aujourdhui plus comme une bonne pratique (23%) que comme un mode de fonctionnement gnralis.

    Critres danalyse

    Absence de coordination et fonctionnement en silos des diffrentes fonctions en charge de la gestion des risques (gestion des risques, audit interne, contrle de gestion, environnement qualit, )

    Emergent AvancModr / Mature

    Forte coordination (intgration des fonctions risque et assurance)

    Coordination partielle entre les diffrentes fonctions de gestion des risques

    M o dr/M atureEmergent Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201016 En collaboration avec QE

    Gouvernance des risques (5/5) Evaluation indpendante de la gestion des risques

    Evaluation indpendante de la fonction gestion des risques : le role de laudit interne toujours en dbat

    39% 36%

    25%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate/Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Laudit interne est globalement impliqu dans le processus dvaluation indpendante de la qualit et de lefficacit du dispositif de gestion des risques, toutefois, son rle dans ce cadre a vocation tre clarifi

    Laudit interne est totalement ou partiellement impliqu dans le processus dvaluation de la robustesse et de lefficacit du dispositif de gestion des risques pour 61% des personnes interroges.

    Toutefois, pour plus dun tiers des rpondants (39%), laudit interne est toujours considr comme non impliqu dans ce processus dvaluation (29%), ou comme jouant un rle flou voire ambigu (10%).

    Critres danalyse

    Absence dassurance indpendante fournie par laudit interne

    Emergent AvancModr / Mature

    Oui, assurance indpendante fournie par laudit interne

    Oui, partiellement, et en collaboration avec dautres dpartements ou fonctions

    Modr/MatureEmergent Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201017 En collaboration avec QE

    Pratiques et outils de gestion des risques (1/5) Domaines dintervention de la gestion des risques

    Domaines dintervention de la gestion des risques: un primtre dintervention largi mais toujours rduit concernant certaines activits cls (1/2)

    25%

    32%29%

    14%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Un domaine dintervention largi de la gestion des risques pour un nombre croissant de socits (43%) , mais, une fonctionencore trop cantonne des domaines de pure conformit (Cf page suivante)

    Critres danalyse

    Les actions suivantes font partie de vos activits de gestion des risques:1) Coordination des politiques de gestion des risques

    2) Identification et quantification des risques et des contrles

    3) Pilotage continu de lamlioration des pratiques de gestion des risques oprationnels

    4) Dfinition et mise en place de solutions de financement des risques

    5) Audit de conformit de la qualit des procdures et standards de gestion des risques

    6) Existence dun reporting des risques industrialis (intgr aux SI)

    Emergent : entre 0 et 1 critreModr : entre 2 et 3 critresMature : entre 4 et 5 critresAvanc : tous les critres

    Emergent Modr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201018 En collaboration avec QE

    Pratiques et outils de gestion des risques (1/5) Domaines dintervention de la gestion des risques

    Domaines dintervention de la gestion des risques: un primtre dintervention croissant compar ltude mene en 2008 (2/2)

    Le primtre dintervention de la fonction gestion des risques augmente mais demeure limit pour certaines activits cls

    72% des socits identifient et quantifient leurs risques et contrles, en revanche, seule 43% des entreprises prsentent un profil largi dintervention de la fonction gestion des risques (plus de 4 des activits ci-dessus couvertes) .

    De manire plus spcifique, deux activits demeurent particulirement peu traites par la fonction gestion des risques :

    Dfinir et mettre en uvre des solutions de financement des risques Sassurer de la conformit des pratiques de gestion des risques avec les politiques et standards de rfrence

    49%55% 51%

    38% 34% 35%42%

    72%

    57%

    43% 42%49%

    0%

    20%

    40%

    60%

    80%

    100%

    Coordination des politiques de gestion

    des risques

    Identification et quantification des

    risques et des contrles

    Pilotage continu de lamlioration des

    pratiques de gestion des risques

    oprationnels

    Dfinition et mise en place de solutions de

    financement des risques

    Audit de conformit des procdures et standards de gestion des

    risques

    Existence dun reporting des risques

    industrialis

    20082010

  • AMRAE - 7 dcembre 201019 En collaboration avec QE

    Pratiques et outils de gestion des risques (2/5) Evaluation des risques

    Lexercice de cartographie des risques: un standard de rfrence au sein des socits europennes

    6%

    17% 17%

    60%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    La cartographie des risques sest impose comme un standard incontournable au sein des socits europennes

    77% des socits europennes tudies ralisent une cartographie des risques au niveau du Groupe dans son ensemble (60%) ou au niveau Corporate (17%).

    Critres danalyse

    Aucune approche de

    ce type na t mise

    en place

    Emergent Modr Mature Avanc

    Exercice men

    seulement au sein de

    certaines divisions,

    branches ou pays

    Exercice men au

    niveau Corporate

    Exercice men au

    niveau du Groupe

    dans son ensemble

    (dclinaison au

    niveau des fonctions

    Corporate ainsi que

    des branches et

    divisions)

    Emergent M odr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201020 En collaboration avec QE

    Pratiques et outils de gestion des risques (3/5) Evaluation et quantification des risques

    La tenue dateliers de hirarchisations des risques sest impos comme la pratique de rfrence parmi les socits europennes, en revanche, les outils quantitatifs danalyse plus volus demeurent peu utiliss

    Des ateliers de hirarchisation des risques sont dsormais organiss dans plus des trois quart des socits europennes (88%).

    Toutefois, les outils volus de quantification des risques demeurent peu utiliss au sein des grands pays europens (Grande Bretagne, Allemagne, France, Espagne):

    Les modles dagrgation stochastique des cartographies des risques ralises au niveau des branches sont utiliss par moins de 25% des socits Les modles de simulation de la Value at Risk sont galement utiliss par moins de 25% des socits , lexception de lAllemagne (38%)

    Evaluation et quantification des risques: une mthodologie minimale en place mais des outils quantitatifs avancs toujours peu utiliss

    12%

    42% 41%

    5%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Critres danalyse

    Les principales approches de mesure des risques sont :1) Tenue dateliers de hirarchisation des risques

    2) Utilisation de bases de donnes internes et/ou externes (incidents, pertes )

    3) Utilisation de modles de simulation de la Value at Risk (Monte Carlo, autres)

    4) Utilisation de modles de simulation de scnarios

    5) Utilisation de modles dagrgation stochastique des cartographies des risques ralises au

    niveau des branches

    Emergent : autres approches en placeModr : valuation mene au moyen de la tenue dateliers de hirarchisation des risquesMature : ateliers de hirarchisation des risques et utilisation de bases de donnes internes/externesAvanc : utilisation des 5 outils dvaluation cits ci-dessus

    Emergent Modr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201021 En collaboration avec QE

    Pratiques et outils de gestion des risques (4/5) Risque et processus de prise de dcision

    Processus de prise de dcision: analyse des risques et dcisions majeures dentreprise toujours partiellement dconnectes

    Les dcisions majeures dentreprise nincluent pas systmatiquement une analyse des risques spcifique

    65% des socits tudies ne ralisent pas systmatiquement danalyse des risques (niveaux mergent et modr) avant la prise de dcisions majeures pour lentreprise.

    A linverse, plus dun tiers des socits tudies (35%) ralisent quasi systmatiquement une analyse de risques pralable avant de prendre des dcisions majeures/stratgiques.

    27%

    38%

    28%

    7%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Critres danalyse

    Six categories de dcisions stratgiques proposes:

    1) Projets majeurs

    2) Planification stratgique

    3) Dcisions dinvestissement

    4) Contrats / appels doffres

    5) Dcisions dacquisitions ou de transferts d'activit(s)

    6) Dcisions budgtaires

    Emergent : analyse des risques et prise de dcision lies pour 0 ou 1 critreModr : analyse des risques et prise de dcision lies pour 2 ou 3 critresMature : analyse des risques et prises de dcision lies pour 4 ou 5 critresAvanc : analyse des risques et prises de dcision lies pour tous les critres

    Emergent Modr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201022 En collaboration avec QE

    Pratiques et outils de gestion des risques (5/5) Relations avec laudit interne

    Gestion des risques et fonction audit interne: une relation en phase de structuration mais des synergies encore trop limites

    36%

    27%

    17%20%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    Un niveau minimum de coordination entre les deux fonctions est dsormais en place au sein de la plupart des socitseuropennes

    Un niveau minimum de coordination entre les deux fonctions est dsormais en place au sein de la plupart des socits europennes selon 64% des personnes interroges.

    Toutefois, labsence de relation entre les deux fonctions au sein des entreprises demeure encore trop largement rpandue (36% des personnes interroges).

    Critres danalyse

    Absence de relations

    particulires entre les

    fonctions audit

    interne et gestion des

    risques et/ou

    reportings

    indpendants

    Emergent Modr Mature Avanc

    Reporting commun,

    coordination et

    coopration sur une

    base limite

    Coordination et

    coopration dans le

    cadre du plan daudit

    Trs bon niveau de

    coordination et de

    coopration entre les

    deux fonctions

    Emergent Modr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201023 En collaboration avec QE

    Communication sur les risques Communication interne (1/2)

    Le rle assign la gestion des risques est clairement dfini, ou en cours de dfinition au sein de la majorit des entreprises europennes

    83% des personnes interroges ont dfini (62%) ou sont actuellement en train de dfinir (21%) une politique ou une charte de gestion des risques au sein de leur entreprise.

    Cette approche est dsormais largement rpandue et accepte tant auprs des socits cotes que non cotes et sinscrit en forte hausse par rapport ltude mene en 2008 (hausse de 48% 62%).

    Gestion des risques: un rle clairement dfini au travers de chartes ou politiques ddies (1/2)

    17% 21%

    62%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate/Mature Advanced

    % de rponses

    Maturit

    48%

    62%

    18% 21%

    30%

    17%

    4% 1%

    0%

    20%

    40%

    60%

    80%

    100%

    2008 2010

    Emergent AvancModr / Mature

    Critres danalyse

    Absence de procdure crite ou de charte de gestion des risques (document interne du mme type)

    Une procdure crite ou une charte de gestion des risques a t officiellement publie

    Une procdure crite ou une charte de gestion des risques est en cours de prparation

    Oui

    Non, mais en cours

    de prparation

    Non

    Sans opinion / ne sait pas

    M o dr/M atureEmergent Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201024 En collaboration avec QE

    Communication sur les risques Communication interne Zoom France (1/2)

    La France a pris du retard dans la dfinition formelle du rle assign la fonction gestion des risques (42% vs 62% en moyenne parmi les pays europens) au sein de ses entreprises.

    Toutefois, elle comble progressivement son retard et un nombre lev de procdures crites ou de chartes de gestion des risques sont actuellement en cours de prparation au sein des entreprises franaises interroges (29%). Cette tendance devrait lui permettre de mieux figurer au niveau europen dans les annes venir.

    Gestion des risques: la France en phase de rattrapage mais toujours en retrait par rapport la moyenne europenne (2/2)

    Emergent AvancModr / Mature

    Critres danalyse

    Absence de procdure crite ou de charte de gestion des risques (document interne du mme type)

    Une procdure crite ou une charte de gestion des risques a t officiellement publie

    Une procdure crite ou une charte de gestion des risques est en cours de prparation

    0%

    20%

    40%

    60%

    80%

    100%

    35% 42%53% 58% 63%

    68% 69% 75%81% 82%20%

    29%24% 15% 13%

    21% 19% 0%9% 11%

    30%

    24% 24% 23% 25%11% 13%

    25%7% 5%5%

    0% 4% 0% 2%

    Oui Non, mais en cours Non Sans opinion

    de prparation Ne sait pas

    Italie France Espagne Pays Bas Turquie Belgique Suisse Sude GrandeBretagne

    Allemagne

  • AMRAE - 7 dcembre 201025 En collaboration avec QE

    Les modalits de communication externe autour des risques demeurent assez htrognes au sein des entreprises

    50% des socits (pratiques matures et avances) communiquent autour des risques majeurs auxquels est confronte leur entreprise, alors que lautre moiti des socits interroges (pratiques mergentes et modres) pratique toujours une communication trs limite (24%), voire minimale (26%) sur le sujet risques .

    Communication externe sur les risques : une forte htrognit des pratiques

    26% 24% 23%27%

    0%

    20%

    40%

    60%

    Emerging Moderate Mature Advanced Maturit

    % de rponses

    Communication sur les risques Communication externe (2/2)

    Critres danalyse

    Absence de

    communication ou

    niveau minimal de

    communication

    Emergent Modr Mature Avanc

    Communication

    autour des seuls

    risques gnraux ou

    gnriques due son

    secteur

    Communication

    autour des risques

    spcifiques majeurs

    de lentreprise

    Communication

    autour des risques

    spcifiques majeurs,

    valuation de leur

    importance et de la

    qualit de leur niveau

    de matrise

    Emergent M odr Mature Avanc

  • AMRAE - 7 dcembre 201026 En collaboration avec QE

    Synthse: rsultats par catgorie et niveau de maturit

    Rpartition des socits par catgorie et niveau de maturit

    Emergent Modr Mature Avanc

    Gouvernance des risques 18% 26% 24% 32%

    Rle du comit daudit et/ou du comit des risques 16% 44% 18% 22%

    Interaction avec les comits 7% 15% 78%

    Niveau de rattachement et reporting 15% 40% 45%

    Coordination avec les autres fonctions risque 16% 61% 23%

    Evaluation indpendante de la fonction gestion des risques 39% 36% 25%

    Pratiques et outils de gestion des risques 21% 31% 27% 21%

    Domaines dintervention de la gestion des risques 25% 32% 29% 14%

    Exercice de cartographie des risques 6% 17% 17% 60%

    Evaluation et quantification des risques 12% 42% 41% 5%

    Processus de prise de dcision 27% 38% 28% 7%

    Relation entre les fonctions gestion des risques et audit interne 36% 27% 17% 20%

    Communication sur les risques 22% 17% 21% 40%

    Rle et activits de la gestion des risques 17% 21% 62%

    Utilisation par les comits/conseils de linformation risque 23% 19% 58%

    Communication externe sur les risques 26% 24% 23% 27%

  • Impact de la complexit des entreprises sur la maturit de leurs pratiques de gestion des risques3.

  • AMRAE - 7 dcembre 201028 En collaboration avec QE

    Il existe un lien clair entre niveau de complexit des entreprises et maturit de leurs pratiques de gestion des risques, toutefois, ce constat a vocation tre relativis dans plusieurs domaines.En effet, 42% des socits complexes prsentent un niveau avanc de maturit de leurs pratiques de gestion des risques en matire de gouvernance (contre 28% pour les socits peu complexes), et 69% en ce qui concerne la dimension communication sur le sujet risque (contre 40% pour les socits peu complexes).

    Cette diffrence, sexplique notamment par les exigences spcifiques associes la cotation des entreprises ainsi quau nombre de pays dans lesquels ces socits interviennent et qui les oblige un niveau de formalisation accrue dans leurs pratiques.

    A linverse, ltude montre que le niveau de complexit des entreprises a un impact relatif voire limit sur leur niveau de maturit en terme de pratique oprationnelle et dusage doutils danalyse des risques (32% contre 18% pour les socits peu complexes).

    Ce faible niveau de maturit des pratiques et outils utiliss sexplique largement par limplication encore limite de la gestion des risques dans certaines dcisions stratgiques et par lusage encore mineur doutils danalyse quantitative des risques volus.

    Impact de la complexit des entreprises sur la maturit de leurs pratiques de gestion des risques

    Il existe un lien clair entre niveau de complexit des entreprises et maturit de leurs pratiques de gestion des risques, toutefois, certaines faiblesses apparaissent partages par lensemble des socits

    Complexit des socits

    Modr Elev Trs levFaible

    Gouvernance

    Pratiques et outils

    Communication

    Prop

    ortio

    n de

    s so

    cit

    s a

    vanc

    es

    en m

    ati

    re

    de p

    ratiq

    ue d

    e ge

    stio

    n d

    es ri

    sque

    s en

    fo

    nctio

    n de

    leur

    niv

    eau

    de c

    ompl

    exit

  • La gestion des risques : volution et dfinition du degr dapptence au risque4.

  • AMRAE - 7 dcembre 201030 En collaboration avec QE

    Degr dapptence au risque par catgorie de risque

    Le degr dapptence au risquedes socits repose plus sur lacatgorie de risque concerne quesur son importance.Notre analyse montre que la dfinition du degr dapptence au risque des socits tudies (aucune tolrance au risque vs prise de risque) ne dpend que partiellement de limportance accorde chaque risque.

    En effet, une analyse dtaille des rsultats montre que la capacit dune entreprise prendre des risques est plutt influence par la catgorie de risque concerne que par limportance relative accorde au risque tudi.

    En consquence, il apparat que les socits sont essentiellement prtes prendre des risques lorsquil sagit de risques considrs comme externes lentreprise (environnement concurrentiel, marchs financiers, volutions macroconomiques, fusions et acquisitions), ou, notamment pour les socits complexes ou trs complexes pour les aspects lis la planification et lexcution des dcisions.

    A linverse, les socits ne souhaitent pas prendre de risques ds lors quil sagit daspects lis la rglementation ou aux obligations de sant et scurit (conformit, contrle interne, gouvernance dentreprise, sant et scurit, liquidit de lentreprise).

  • AMRAE - 7 dcembre 201031 En collaboration avec QE

    11% 31%

    2%

    19%

    3%

    Exigences rglementaires

    Attente des actionnaires

    Exigences rglementaires et attente des actionnaires

    Indu

    cteu

    rs d

    e m

    atur

    it d

    es

    disp

    ositi

    fs d

    e ge

    stio

    n de

    s ris

    ques

    Maturit des dispositifs de gestion des risques

    9%

    8%

    6% 11%

    Modre Mature Avance

    Gestion des risques : inducteurs de maturitLa maturit des dispositifs de gestion des risques ne correspond plus un simple effet miroir du renforcement des exigences rglementaires, mais apparat au contraire de plus en plus, notamment au sein des socits complexes, comme une vritable attente des actionnaires

    La fiabilit des dispositifs de gestion des risques simpose aujourdhui comme une attente claire des actionnaires

    Une analyse des diffrents niveaux de maturit des dispositifs de gestion des risques montre ainsi que le niveau de maturit de ces dispositifs ( notamment au sein des socits complexes) simpose progressivement comme une rponse aux demandes des actionnaires et non plus comme un simple respect du renforcement des exigences rglementaires.

    Ltude rvle ainsi que si 51% des socits tudies considrent toujours le respect des exigences rglementaires comme le principal inducteur de maturit des pratiques de gestion des risques, 36% dentre elles lient dsormais celle-ci aux attentes exprimes par les actionnaires.

    Une perception qui devient mme majoritaire au sein des socits trs complexes et avances en matire de gestion des risques (11% vs 9%).

  • Conclusions

  • AMRAE - 7 dcembre 201033 En collaboration avec QE

    Conclusions

    Lenvironnement de la gestion des risques se structure progressivement autour de rglementations et standards qui devraient avoir un impact significatif sur les pratiques de gestion des risques dans les annes venir (8me directive, norme ISO 31000). Toutefois, ltude montre que leur degr dappropriation demeure trs htrogne parmi les socits tudies.

    Le thme de la gestion des risques figure dsormais dans lagenda des comits et des actionnaires qui soutiennent clairement la fonction tant dans ses objectifs traditionnels que dans ses nouvelles ambitions. Toutefois, si le thme de la gestion des risques est dsormais mieux apprhend par les fonctions de direction des entreprises, son rle, de mme que son niveau de coordination avec les autres fonctions risque , doivent tre clarifis et clairement ports par les organes de direction.

    Les pratiques et les outils danalyse des risques tendent se structurer au travers dun primtre dintervention largi de la fonction et de la convergence des pratiques de gestion des risques (cartographie des risques). Toutefois, en dpit de ce mouvement de structuration et dhomognisation des pratiques, lapproche par les risques demeure encore trop qualitative et insuffisamment quantitative.

    La communication interne sur les risques se professionnalise au travers de la dfinition de politiques et chartes de gestion des risques au sein de la plupart des socits europennes et dune implication accrue dans les processus de prise de dcisions stratgiques. Toutefois, linverse de la dimension interne, la communication externe sur les risques prsente un visage trs contrast dune socit lautre.

    Par ailleurs, ltude rvle galement que le niveau de complexit des socits influence fortement le niveau de maturit des pratiques de gestion des risques et que le degr dapptence au risque des socits repose plus sur la catgorie de risque concerne que sur son importance.

  • Assurances: des attentes qui voluent5.

  • AMRAE - 7 dcembre 201035 En collaboration avec QE

    LAssurance reste une valeur sre

    La solvabilit des assureurs est un critre dterminant.

    Le transfert de risque est un outil de management pertinent en temps de crise.

    Le processus de gestion des sinistres est il optimal?

    En raison de la crise financire quels changements avez-vous effectus ou pensez vous effectuer sur vos programmes dassurances?

    (Multiple choice)

    Basis: N=451

    33%

    26%

    21%

    18%

    16%

    12%

    29%

    2%

    33%

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60%

    Sans opinion/ne sait pas

    Aucun

    Diminution du transfert de risque via lassurance traditionnelle(capacit et/ou tendue des garanties)

    Acclration des procdures de rglement de sinistres pourgnrer du cash

    Augmentation du transfert de risque vers lassurancetraditionnelle (capacit et/ou tendue des garanties)

    Mise en place ou optimisation dune captive

    Rvision des priorits en terme de risques

    Ngociation de contrats pluri-annuels ou de roll over

    Remplacement de certains assureurs

  • AMRAE - 7 dcembre 201036 En collaboration avec QE

    Satisfecit sur le rseau international des assureurs et leur comprhension des activits assures.

    Les rpondants ont confiance dans la capacit de leur assureur ragir positivement quels que soient les changements de leurs activits et leur expansion gographique.

    ils sont par contre plus dubitatifs quant aux solutions quils pourraient leur apporter pour faire face la crise.

    Basis: N=451

    Pensez vous que le march de lassurance traditionnelle est capable de sadapter aux besoins de votre socit dcoulant

    53%

    79%

    83%

    25%

    14%

    9%

    22%

    7%

    8%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    De limpact de la crisefinancire?

    De lvolution desactivits de votre

    socit?

    Du dveloppementgographique de votre

    socit?

    Oui Non Sans Opinion/ Ne sais pas

  • AMRAE - 7 dcembre 201037 En collaboration avec QE

    Une demande pour des garanties mieux cibles

    Une demande de garanties tendues et de textes sur-mesure devraient inciter les assureurs innover.

    Un pourcentage surprenant de rpondants souhaitent plus de capacits.

    La rduction des primes est moins une priorit que linnovation sur les garanties.

    (Multiple choice)

    Basis: N=151

    Par quels moyens pensez vous que les assureurs devraient samliorer (maximum 3 rponses)?

    48%

    52%

    33%

    3%

    7%

    19%

    22%

    22%

    27%

    31%

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

    Sans opinion/ ne sait pas

    Dveloppement de lassurance crdit

    Acclration des procdures de rglement desinistres pour gnrer du cash

    Meilleur contrle sur les dcisions prises par lespartenaires dassurances locaux

    Textes de police rdigs sur mesure

    Extension des garanties

    Augmentation des capacits

    Rduction des primes

    Expansion gographique du rseau des assureurs

    Autres

    36% en France

    41% en France

  • AMRAE - 7 dcembre 201038 En collaboration avec QE

    Interdpendances et risques mergents: encore des progrs faire

    La crise financire a soulign la fragilit des entreprises face aux interdpendances.

    Risques mergents: les incertitudes ainsi que labsence de position des assureurs inquitent les assurs.

    Energies renouvelables: un march de nicheen dveloppement.

    Pensez vous que les assureurs ont un niveau dexpertise suffisant pour analyser:

    Basis: N=451

    / France

    15%

    25%

    40%

    47%

    58%

    36%

    19%

    30%

    24%

    23%

    30%

    33%

    14%

    16%

    9%

    19%

    23%

    16%

    13%

    10%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Risques mergents (Organismes gntiquement modifis/Champs lectromagntiques/ nanotechnologie/ stress )

    Risques associs aux nergies renouvelables : oliennes,panneaux solaires,

    Les interdpendances

    Risques environnementaux

    Les cumuls dexposition

    Oui Non Aucune attente dans ce domaine Sans opinion/ ne sait pas

    / 56%

    / 46%

    / 62%

    / 28% / 24%

  • AMRAE - 7 dcembre 201039 En collaboration avec QE

    Les courtiers europens, premiers fournisseurs de services.

    Poids des quipes internes renforc pour la gestion des sinistres (43% versus 29% en 2008).Corrlation entre la taille des socits et le rle donn aux quipes internes.

    Les courtiers, partenaires numro 1 pour la conception des programmes internationaux et meilleure source dinformations pays.

    Daprs vous quels partenaires offrent les meilleurs services?

    Basis: N=451

    8%

    16%

    9%

    43%

    34%

    52%

    48%

    24%

    7%

    20%

    19%

    20%

    9%

    5%

    1%

    26%

    3%

    10%

    6%

    1%

    2%

    16%

    3% 1% 5%

    4%

    8%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Conseils sur les solutions detransferts alternatifs (ART)

    Programmes internationaux(Structure et tendue des

    garanties)

    Information sur les pays(pratiques et

    rglementations)

    Gestion des sinistres

    Equipe interne ddie Courtiers Assureurs Rassureurs Consultants Autres Sans opinion/ ne sais pas

  • AMRAE - 7 dcembre 201040 En collaboration avec QE

    Risk engineering: une rpartition assureurs/ courtiers quilibre

    lexception:

    De Sant et Scurit: les quipes internes dominent largement. Pour des raisons

    historiques les assureurs sont mieux reconnus en prvention incendie Les courtiers, meilleurs

    partenaires pour lingnierie des risques en Responsabilit Civile

    Les assureurs qui dlivrent ces prestations auraient un vritable intrt communiquer largement sur le sujet.

    Daprs vous quels prestataires offrent les meilleures prestations en Ingnierie des Risques?

    Basis: N=451

    7%

    13%

    12%

    23%

    29%

    18%

    21%

    60%

    23%

    29%

    30%

    25%

    11%

    24%

    35%

    6%

    25%

    21%

    24%

    23%

    32%

    22%

    24%

    6%

    19%

    2%

    1%

    4%

    2%

    11%

    11%

    3%

    11%

    21%

    18%

    10%

    17%

    1%

    15%

    24%

    29%

    17%

    6%

    14%

    8%

    11%

    1% 1%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Catastrophes naturelles

    Construction

    Marine

    Gestion des flottes auto

    Scurit incendie et prvention

    Responsabilit civileenvironnementale

    Responsabilit civile exploitation etproduits

    Sant et Scurit

    Equipe interne ddie Courtiers Assureurs Rassureurs Consultants Autres Sans opinion/ ne sais pas

    /55%

  • AMRAE - 7 dcembre 201041 En collaboration avec QE

    Lingnierie des risques est valorise et reconnue comme une prestation spare.

    Pour 65% des rpondants lingnierie des risques (et le conseil en prvention des risques) justifie une facturation spare.Reconnaissance dune vraie Valeur Ajoute: on ne parle plus dinspection de sites mais danalyse et de prvention.

    Payez vous (ou seriez vous prts payer ) des honoraires spcifiques pour ces prestations dingnierie?

    Basis: N=451

    Sans opinion/ ne sais pas

    12%

    Non 23%

    Oui 65%

  • AMRAE - 7 dcembre 201042 En collaboration avec QE

    Transparence de la rmunration des courtiers: en progrs mais loin dtre parfaite

    In 2010:

    Le oui tout fait a progress de 30% 55%

    Les SO/ ne sais pas ont chut, signe dun plus grand intrt des clients.

    Causes: rglementation, lobbying des associations

    nationales et europennes Pressions directes des

    clients

    Avez-vous une information transparente sur la rmunration de vos courtiers?

    Basis: N=451

    Je nutilise pas de courtier 6%

    Pas vraiment 4%

    Partielle 9%

    Globalement satisfaisante 21%Oui tout fait 55%

    Sans opinion/ ne sais pas 2% Non 3%

    France: 35%UK: 81%

    France: 30%UK: 16%

  • AMRAE - 7 dcembre 201043 En collaboration avec QE

    Les risques venir inquitent

    Conseil en gestion des risques: une rponse efficace aux craintes relatives lidentification des risques futurs.

    48% des rpondants sont inquiets dun probable redressement de march, rsultat confirm par la crainte exprime sur les consquences de Solvency II.

    Actions collectives: des rponses non homognes selon les secteurs.

    Identitifier les trois sujets qui vous proccupent le plus en ce qui concerne le march de lassurance:

    42%

    48%

    61%

    25%

    24%

    19%

    11%

    10%

    13%

    5%

    32%

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

    Sans opinion, ne sais pas

    Autres

    Absence de solutions appropries pour garantir lesinvestissements en nergies renouvelables

    Couverture du terrorisme

    Rmunration des courtiers, communication et transparence

    Les rclamations collectives/ class action

    Solvency II impact potentiel sur les captives

    Evolution de la responsabilit environnementale

    Solvency II impact potentiel sur les capacits dassurances etsur les cots

    Anticipation dun durcissement du march

    Identification des risques futurs

    60% des rpondants qui possdent une captive considrent Solvency II comme une proccupation majeure

  • AMRAE - 7 dcembre 201044 En collaboration avec QE

    Les assurs en mal dinnovation.

    Demandes prononces pour:

    de nouvelles garanties

    plus de flexibilit dans les montages dassurances

    un retour dexpriences sinistres (partage dinformations sur les causes techniques / les proces de gestion) aux fins de comparatifs et mise en place dune prvention adquate.

    Dans quels domaines attendez vous que les assureurs soient plus innovants (3 rponses)?

    (Multiple choice)

    Basis: N=451

    48%

    57%

    47%

    3%

    2%

    22%

    25%

    28%

    29%

    32%

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

    Sans opinion, ne sais pas

    Autres

    Dveloppement doutils de haute technologie pour lanalyse des risques

    Formation sur la prvention des risques

    Dveloppement doutils de haute technologie pour la gestionadministrative ( cash flow / reporting / statistiques /information sur

    les pays etc )

    Risk engineering (consulting)

    Gestion des sinistres

    Partage des expriences sinistres/ rfrentiel sur les sinistres

    Structure des programmes dassurances

    Couverture des risques qui ne sont pas assurables aujourdhui

    France: 56%

    France: 69%

  • AMRAE - 7 dcembre 201045 En collaboration avec QE

    Scurisation des contrats: des rsultats dcevants

    Ce rsultat explique pourquoi 31% des rpondants aimeraient que les assureurs aient une meilleure maitrise de leurs partenaires internationaux.

    Leffort est port essentiellement sur lmission des polices master.

    La scurisation des polices est un sujet dont se proccupent de plus en plus les rpondants puisque le nombre de sans opinion/ ne sais pas a baiss de plus de 40% par rapport la dernire enqute.

    En ce qui concerne la scurisation des polices risk certainty avez vous constat une amlioration des dlais dmission de vos polices dassurances?

    Basis: N=451

    30%

    46%

    53%

    40%

    17%

    14%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Emission de/despolice(s) locale(s) :

    Emission de la police master :

    Oui Non Sans opinion/ ne sais pas

    / 28% / 63%

    / 14% / 78%

    /France

  • AMRAE - 7 dcembre 201046 En collaboration avec QE

    Emission des polices la date deffet: un atout diffrenciant pour les assureurs.

    Malgr les complications qui peuvent survenir en cas de sinistre, plus de 50% des rpondants ne disposent pas de leurs contrats dassurances un mois aprs la date dmission.

    Seulement 15% des polices mres sont mises avant la date deffet.

    Cependant lgre amlioration depuis 2008.

    En moyenne, lors du dernier renouvellement, quel a t le dlai dmission des polices dassurances par rapport leur date deffet?

    Basis: N=451

    9%

    15%

    30%

    36%

    38%

    29%

    23%

    20%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Emission de/despolice(s) locale(s) :

    Emission de la policemaster :

    Avant la date deffet Dans un dlai dun mois Dans un dlai de trois mois Plus de trois mois

    France: 67%

    France: 76%

  • AMRAE - 7 dcembre 201047 En collaboration avec QE

    Les services relatifs aux programmes internationaux jugs satisfaisants.

    En France les rpondants sont les plus critiques lgard des assureurs.

    Une marge de progression certaine en ce qui concerne:

    La gestion des sinistres et le reporting

    La gestion des flux de primes et des reportings

    Programmes internationaux: comment noteriez-vous les compagnies dassurances sur les sujets suivants?

    1%

    2%

    2%

    3%

    3%

    4%

    3%

    5%

    20%

    23%

    26%

    28%

    32%

    39%

    33%

    38%

    33%

    31%

    29%

    28%

    19%

    15%

    15%

    12%

    12%

    13%

    13%

    6%

    11%

    27%

    22%

    24%

    26%

    24%

    23%

    19%

    18%

    17%

    3%

    32%

    35%

    36%

    28%

    30%

    37%

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    Reporting des sinistres survenus ltranger

    Gestion des flux de primes et reportings (facturation/ allocation/transfers)

    Connaissance des rglementations locales sur les garanties etexclusions

    Assistance sur les problmatiques des programmes admis vs nonadmis

    Capacit accompagner et assister les assurs dans le mondeentier y compris les pays sensibles

    Gestion des problmatiques lies aux taxes locales (en LibrePrestations de Services)

    Connaissance des rglementations locales sur les garanties etexclusions

    Qualit des partenaires locaux (service et stabilit financire)

    Capacit mettre des polices locales conformes au programmedassurance

    Excellent Bon Correct Mauvais Ne sait pas

  • AMRAE - 7 dcembre 201048 En collaboration avec QE

    Focus Captives

    Non 58%

    Oui 42%

    Votre compagnie possde telle une ou plusieurs captives dassurance ou de rassurance?

    21%

    22%

    20%

    8%

    6%

    1%

    0%

    22%

    3%

    21%

    0% 10% 20% 30% 40%

    Sans opinion, ne sais pas

    Autre

    Barbade

    Iles Cayman

    Suisse

    Bermudes

    Guernesey (Channel Islands)

    Luxembourg

    Irelande

    Mme pays que le sige social

    Autre 3%

    Grer les risques 15%

    Assurer linassurable 5%

    Avoir un accs direct au

    march de la rassurance

    11%

    Stabiliser les cots

    dassurance 26%

    Sans opinion/ ne sait pas 6%

    Grer des rtentions

    leves/ des franchises 35%

  • Contacts

  • AMRAE - 7 dcembre 201050 En collaboration avec QE

    Ernst & Young Risk Advisory (Paris)Dominique Pageaud, Partner Email : [email protected] Rimbert, Senior Manager Email : [email protected] Leroy, Manager Email : [email protected]

    www.ey.com/fr

    Axa Corporate SolutionsRgis Demoulin, Directeur Commercial Email : [email protected] Augustin, Responsable Marketing Email : [email protected]

    Contacts

    mailto:[email protected]:[email protected]:[email protected]://www.ey.com/frmailto:[email protected]:[email protected]://www.axa-corporatesolutions.com