Evaluation Externe Indépendante de lUNESCO Réunion dinformation 6 Juillet 2010.

download Evaluation Externe Indépendante de lUNESCO Réunion dinformation 6 Juillet 2010.

of 24

  • date post

    03-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    103
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of Evaluation Externe Indépendante de lUNESCO Réunion dinformation 6 Juillet 2010.

  • Page 1
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Runion dinformation 6 Juillet 2010
  • Page 2
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Dans cette prsentation nous voulons informer les Dlgations permanentes de lUNESCO : Du travail ralis De lavancement actuel du projet dEEI Des rsultats prliminaires et des ides cls ; et Des diffrents types de recommandations qui en dcoulent
  • Page 3
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Il est aussi important de prciser ce que nous ne ferons PAS ce matin Nous ne prsenterons ni le rapport final ni toutes nos conclusions et recommandations majeures Celles-ci seront prsentes au Conseil excutif doctobre et les rapports correspondants seront distribus lavance
  • Page 4
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Depuis la dernire runion dinformation en Juin nous avons : Rencontr tous les groupes lectoraux et individuellement, et certains ambassadeurs sur requte. Bureaux hors sige couverts : Addis-Abeba, Dakar et Accra; Buenos Aires et Costa Rica; Bangkok, New Delhi et Pkin; Doha et le bureau dIrak Amman Suivi toutes les runions de consultation pour la prparation du prochain C/5 Rabat, Kampala, Londres, Port-dEspagne et Changwon
  • Page 5
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Activits (suite) Conduit des entretiens avec les membres du Secrtariat individuellement et en groupe de tous les secteurs et toutes les units centrales Rencontr deux fois la DG afin dtre informs des plans et stratgies actuelles Visit NY et Genve pour rencontrer la fois ceux qui sont impliqus dans et dirigent la Rforme de lONU et les partenaires de lUNESCO au sein des Nations Unies Etudi de manire approfondie les documents du Conseil excutif et de la Confrence gnrale, des programmes des secteurs (dossiers et plans de travail), les documents des valuations dIOS ainsi que dautres rapports et valuations des Nations Unies
  • Page 6
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Pour commencer avec quelques conclusions importantes Premirement Bien que tourne vers lavenir, lEEI a aussi considr le mandat et la constitution de lUNESCO, et a conclu quil ny a aucun changement suggrer. En effet nous avons trouv lambition de Construire la paix dans lesprit des Hommes toujours pertinente au 21me sicle et utilis cette dclaration et dautres similaires comme critres dvaluation pour valuer les activits et stratgies de lUNESCO
  • Page 7
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Deuximement LUNESCO ne part pas de zro, plusieurs changements ncessaires ont t accomplis durant les dix dernires annes. Par exemple Dans les procdures administratives, la publication des rsultats, la planification stratgique, la priorit accorde lAfrique et au genre, la dcentralisation, la naissance dune conscience de limportance de lvaluation, le resserrement des liens avec lONU. Sur ces fondations repose un changement ncessaire.
  • Page 8
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Troisimement LUNESCO fait toujours face des problmes stratgiques systmatiques et fondamentaux qui sont source de risques srieux et requerront une attention soutenue durant de nombreuses annes Comparant lUNESCO dautres agences des Nations Unies, la fois des Fonds, Programmes et Agences Spcialises (ex : UNICEF, PNUD, OMS, FAO, ONUSIDA, HCNUR), nombreuses sont celles qui ont entrepris des programmes fondamentaux de renouvellement et modernisation pour satteler des problmes similaires ceux de lUNESCO
  • Page 9
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Quatrimement Notre diagnostique confirme celui dtudes internes antrieures, de rapports du Corps Commun dInspection, dvaluations dIOS, des groupes de travail du Conseil excutif et du Secrtariat, rcents et passs. De nombreux rapports et recommandations passs nont pas donn lieu une mise en action. Pour cette raison on sest aussi pos la question: pourquoi le changement est si difficile instituer lUNESCO ?
  • Page 10
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Il y a plusieurs rponses cette question, par exemple : Les capacits limites grer le changement et mettre le savoir en action. Manque de consensus sur les problmes ou les solutions (ou les deux) qui limitent ou empchent le dbat. Un niveau bas de confiance et lopinion partage que la plupart des changements auront des consquences ngatives pour les groupes ou les individus Une tendance se disputer pour des intrts particuliers plutt que pour lintrt collectif
  • Page 11
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Rponses aux questions des Termes de Rfrence de lEEI Nous pouvons dj commencer donner des rponses prliminaires aux questions des Termes de Rfrences. Ce qui suit doit tre considr comme des rsultats mergents et peuvent tre rviss.
  • Page 12
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Les principaux enjeux internationaux auxquels lUNESCO sera confronte lavenir et comment y faire face LUNESCO a identifi les enjeux dmographiques, environnementaux, technologiques, socio-conomiques et culturels qui sont largement reconnus et la plupart persistants. Ces dfis concernent lUNESCO quand ils empitent sur son mandat ex : menacer la paix et le dveloppement durable. Le mandat de lUNESCO est large avec des risques de sur-extension , fragmentation et despoirs irralistes: identifier les dfis pour lesquels lUNESCO a un avantage comparatif est vital. La capacit de lUNESCO accomplir son mandat exige des ressources et stratgies adquates, particulirement des partenariats avec dautres agences, un consensus politique, une gestion des RH et un financement appropris.
  • Page 13
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Impact de laction mene par lUNESCO pour faire face ces enjeux Les rapports priodiques de lUNESCO se concentrent sur les rsultats et non les impacts: fragile culture dvaluation et investissement limit dans la mesure dimpact Les impacts sont partags avec les partenaires et seulement visibles long terme, ce qui rend lvaluation de la contribution de lUNESCO difficile. Bons exemples dimpacts positifs pour les Etats membres mais aussi des sous-performances: bureaux fragiles, aptitudes limites, activits de petite chelle, mauvaise coordination avec le Sige. Faiblesse dans la fourniture des services mais avantage pour mener des efforts globaux avec de nombreuses parties prenantes (ex : programmes globaux intergouvernementaux)
  • Page 14
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO La rpartition des comptences entre les Organes directeurs et le Secrtariat La division des comptences est plus claire dans les textes de base que dans la pratique : ex. tablissement des priorits dbattu, degrs de politisation des dcisions de gestion de lUNESCO Chevauchement des dispositions de gouvernance avec des comits semi-autonomes (Conventions, Programmes Scientifiques, Instituts de catgorie 1) renforc par un faible pourcentage de soutien au titre du budget ordinaire. La gouvernance de lUNESCO est bien classe pour les critres de lgitimit et de reprsentation, mais moins bien pour la transparence et lefficacit Certaines faiblesses de la gouvernance : gouvernance scientifique et rseau de gouvernance, requirent sans doute une approche diffrente
  • Page 15
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO La contribution de la socit civile et des entreprises Le lien avec les ONG est bien tabli mais surtout comme un moyen de fournir des services au lieu dun engagement dmocratique LUNESCO ninclut pas automatiquement la Socit Civile dans sa planification et llaboration de ses priorits : perception de conflit avec un esprit fort dintergouvernementalit Il y a des exemples prcis de relations efficaces avec le secteur priv ou des Fondations mais limit par le mandat de lUNESCO dans des domaines o lengagement du secteur priv est plus faible Le secteur priv a surtout t considr dans leffort de collecte de fonds - une stratgie plus holistique est en train dvoluer
  • Page 16
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO La cohrence entre secteurs du Secrtariat Plus de travail intersectoriel et interdisciplinaire a t recommand par les Organes directeurs et les DG depuis plusieurs annes : lexcution est toujours limite. Les systmes dencouragement et le soutien organisationnel (financier, ressources humaines, management) nont pas t adquats pour atteindre ce but. Un travail interdisciplinaire a lieu de manire informelle dans les secteurs et programmes mais nest pas toujours bien soutenu. Une analyse systmatique des conditions o un travail cross- secteurs serait bnfique et ncessaire na pas eu lieu.
  • Page 17
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Le rle de lUNESCO au sein du systme des Nations Unies et par rapport aux autres organisations internationales LUNESCO a travaill efficacement avec dautres agences spcialises de lONU pour modeler la rforme de lONU Elle a ouvert des opportunits pour de nouveaux financements, participation au PNUAD, Statut des Agences Non-rsidentes Malgr des progrs lUNESCO nest pas perue par des partenaires majeurs au sein de lONU comme toujours fiable et en ligne avec son mandat Les faiblesses perues de lUNESCO : capacit de partenariat, centralisation excessive au niveau du sige, contrebalances par la perception dun avantage dans le renforcement des capacits de haut niveau
  • Page 18
  • Evaluation Externe Indpendante de lUNESCO Identifier les Recommandations LEEI doit formuler des recommandations concrtes et ralisables : que faire pour faire face aux d fis du 21me sicle plus efficacement ? Sur la base des conclusions exposes plus tt, nous av