Etude credoc - soci©t© collaborative l'argent d'abord, le partage aussi

download Etude credoc - soci©t© collaborative l'argent d'abord, le partage aussi

of 4

Embed Size (px)

Transcript of Etude credoc - soci©t© collaborative l'argent d'abord, le partage aussi

  • centre de recherche pour ltude et lobservation des conditions de vie

    Rgis Bigot, milie DauDeyet sanDRa HoiBian

    Socit collaborative : largent dabord, le partage aussi

    Consommation et modes de vie

    N>274>>ISSN>0295-9976>>avril>2015

    En grande partie grce Internet, les pratiques

    collaboratives ne cessent de se dvelopper :

    covoiturage, change de services ou dapparte-

    ment entre particuliers, vente dobjets docca-

    sion, financement participatif, encyclopdie

    ou logiciel libre, les initiatives se multiplient.

    Internet permet la mise en relation de milliers,

    voire de millions dindividus aux intrts

    convergents. Ils tendent se passer des inter-

    mdiaires traditionnels, acteurs conomiques

    ou institutionnels.

    Sur la base dune enqute spcifique auprs de

    la population et en sappuyant sur lobservation

    de ces phnomnes en plein essor, le CRDOC a

    tent, dans une recherche rcente, de dgager

    les contours de ces nouvelles formes de

    collaborations.

    Sous le vernis participatif, de nombreux projets

    sont, en ralit, surtout anims par des motiva-

    tions mercantiles. Parfois, les pratiques collabo-

    ratives saccompagnent dautres bnfices : la

    proccupation pour lenvironnement, le dsir de

    tisser des liens fonds sur le partage, le don et

    la confiance, ainsi que lespoir de voir merger

    une socit o chaque individu serait davan-

    tage pris en considration, en rupture avec le

    modle de lhyperconsommation qui domine

    aujourdhui. Une chose est sre, ces pratiques

    sont caractrises par la centralit des changes

    entre pairs grande chelle, ce qui constitue

    une rupture dans le schma classique et linaire

    de production-distribution-consommation.

    >>Les>tendances>qui>soutiennent>la>socit>collaborative

    Les nouvelles technologies se diffusent une vitesse sans prcdent dans lhistoire des biens de consommation, renouvelant compltement les formes traditionnelles de communication, de circulation de linformation, dchange entre pairs, de relation aux administrations, daccs la forma-tion, lemploi, etc. Elles sinfiltrent dans les moindres interstices de la vie quotidienne et bouleversent les modes de production, de distribution et de consommation, concourant ainsi lmergence dun nouveau paradigme technico-conomique. Par ailleurs, la crise conomique de 2008 a contraint les mnages parti-ciper aux nouveaux modes dchanges pour consommer diffremment et trouver de nouvelles sources de revenu pour pouvoir maintenir leur qualit de vie avec un pouvoir dachat en berne.Ces changements soprent dans un climat de proccupations croissantes pour lenvironnement et, plus globalement, de plus grande attention porte la res-ponsabilit citoyenne ou thique de chacun dans ses actes dachat : commerce quitable, prfrence pour des produits fabriqus en France l l l

    Les avantages perus des pratiques coLLaborativesFavorisesparlessordinternet,certainespratiquesdchangesoudelocationentreparticulierssedveloppent.Ilpeutsagirdecovoiturage,definancementparticipatif,dchangedappartementsoudeservices.Selonvous,quelssontlesprincipauxavantagesdecespratiques?

    0

    Ne sait pas

    Il ny a aucun avantage

    Agir au niveau local, prs de chez soi

    Contribuer rendre la socit meilleure

    Protger lenvironnement

    Rencontrer des gens, nouer des liens

    Faire des conomies ou gagner de largent

    50

    16

    10

    13

    5

    6

    1

    17

    31

    20

    12

    10

    2

    2

    67

    47

    30

    15

    25

    3

    8

    1re rponse 2e rponse Total

    Source:CRDOC,enquteConditionsdevieetaspirations,juin2014.

    1

  • centre de recherche pour ltude et lobservation des conditions de vie

    rgulirement des restrictions fortes sont les tentations dachat malin .Ainsi, les enqutes du CRDOC mon-t rent que 38 % ont achet un produit doccasion par Internet en 2012, contre 17 % en 2009 ; corrlativement 28 % vendent des objets sur Internet. Pour partir en vacances malgr des budgets serrs, nos concitoyens recourent aux compagnies low cost (en 2014, 26 % lont fait au cours des douze derniers mois) ou passent par une plate-forme de location entre particuliers (10 %), voire dchange dappartement ; et quelques-uns nhsitent pas, occasion-nellement, mettre en location leur propre logement pour des touristes

    Lautre lment structurant rside dans lextrme dfiance des citoyens envers les institutions, les politiques, les corps intermdiaires et les pouvoirs publics : depuis prs de 40 ans que le CRDOC scrute lopinion sur ce thme, jamais le dsir de changer radicalement le fonc-tionnement de la socit navait t aussi fort. En miroir de cette dfiance institutionnelle, limportance accorde aux amis et aux relations est au plus haut, tandis que la valeur famille se fait moins hgmonique.

    >>Le>premier>moteur>>de>la>socit>collaborative>:>faire>des>conomies>>ou>gagner>de>largent

    Le premier avantage peru aux pra-tiques collaboratives est conomique : 67 % des Franais interrogs ce sujet citent le fait de gagner de largent ou de faire des conomies, bien avant la possibilit de rencontrer des gens, nouer des liens (47 %), protger lenvi-ronnement (30 %), contribuer rendre la socit meilleure (25 %) ou agir au niveau local, prs de chez soi (15 %).Dans un contexte o seulement 4 % de la population considrent que leur niveau de vie sest amlior au cours des dix dernires annes impression fonde sur une ralit : en 2014, le pouvoir dachat par mnage nest pas plus lev quil ne ltait en 2002 , o prs des deux tiers des consommateurs dclarent, plus quavant, simposer

    (6 %). Autre phnomne de socit catalys par Internet : le covoiturage se rpand comme une trane de poudre : selon lADEME, 21 % de la population sont concerns par cette pratique en 2013, contre 18 % en 2011.Les Franais cherchent acheter moins cher et se demandent aussi ce quils pourraient louer ou vendre. Tant et si bien que de plus en plus de consomma-teurs, au moment mme o ils achtent un produit neuf, se posent dj la ques-tion de savoir sils auront la possibilit de le revendre doccasion par la suite (30 % en 2011, contre 12 % en 2009). Parmi les sites Internet gravitant dans la nbuleuse de la socit collabora-

    un dsir de changer radicaLement Le fonctionnement de La socitPensez-vousquelasocitabesoindesetransformerprofondmentetsioui,queltypederformessouhaitez-vous?(en%)

    4044

    84

    0

    10

    20

    30

    40

    50

    60

    70

    80

    90

    100

    1979 83 87 91 95 99 2003 07 11 14

    La socit franaise a besoin de se transformer profondment

    Rformes progressives

    Changements radicaux

    Source:CRDOC,enqutesConditionsdevieetaspirations.

    Mythologie de la socit collaborativeLa socit collaborative est souvent entoure dun halo idaliste et utopiste, linstar des mythologies entourant, hier, les pionniers dinternet : ces nouvelles pratiques recre-raient du lien, prserveraient lenvironnement, inclineraient la gnrosit, rpondraient la qute de sens dune socit dvoye par lhyperconsommation. Pour certains, tel Jeremy Rifkin, la socit colla-borative annoncerait mme la fin du capita-lisme. Lanalyse des initiatives revendiquant une filiation collaborative, dont beaucoup reposent sur la recherche de gains conomiques, ne permet pas de conclure dans ce sens.

    une importante contribution individueLLe aux contenus numriquesSurlesforumsdediscussion,lesrseauxsociaux,leschats,lesblogs,tes-vousplutt?

    Non concern, ne frquente aucun rseau social, chat, forumNe sait pasAutant lun que lautreUn contributeurUn lecteur de ce que les autres disent ou crivent

    39 4 23 5 29

    66 % des internautes changent des informations avec leurs pairs

    Champ:ensembledesinternautesde12ansetplus,en%.Source:CRDOC,enquteConditionsdevieetaspirations,juin2014.

    2

  • centre de recherche pour ltude et lobservation des conditions de vie

    tive, force est de constater que beau-coup sont mus par des ressorts cono-miques avant tout : Internet devient un grand march mondial o tout se vend et tout sachte, sans intermdiaire, ou presque, et entre pairs.

    >>Prs>dun>internaute>>sur>quatre>participe>>>la>production>de>contenus

    On ne peut, pour autant, rduire la socit collaborative un simple ava-tar de lconomie de march. De nombreuses initiatives sont totalement dnues dintentions mercantiles. Beau-coup de contributeurs divers logiciels ou encyclopdies libres, forums de dis-cussion ou plateformes dentraide sont anims par le plaisir de participer un projet commun, une inclination empa-thique, le sentiment de contribuer lintrt gnral, le plaisir dchanger des informations ou simplement le sou-hait dune interaction sociale.Ces conseils entre pairs recouvrent aujourdhui tous les domaines de la vie quotidienne : quipement lectronique, dcoration dintrieur, activit profes-sionnelle, pratiques culturelles, sant, soutien psychologique, ducation des enfants, etc. En cherchant bien, on trouve toujours, quelque part, une per-sonne qui sera dispose rendre ser-vice gratuitement et faire part de ses lumires.Aujourdhui, parmi les dix sites inter-net les plus consults en France, on compte seulement deux plateformes marchandes (selon Mdiamtrie, elles accueillent elles deux 35 millions de visiteurs uniques par mois), mais trois rseaux sociaux (65 millions de visiteurs uniques) et une encyclopdie libre et collaborative (22 millions). Actuelle-ment, 27 % des internautes participent aux multiples contenus publis sur Internet, que ce soit travers des contri-butions sur les forums de discussion, des commentaires, les rseaux sociaux, les bl